Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mixité dans l’éducation

 | 
Rebecca Rogers

Partie 4. Mixité des formations / mixité professionnelle

Mixité des formations/ mixité professionnelle

Texte intégral

1Les études récentes sur la mixité en France - en histoire, en sociologie, en sciences de l’éducation ou en psychologie - sont en grande partie stimulées par le constat que la généralisation de cette pratique n’a pas pour autant effacé des inégalités entre les parcours masculins et féminins, notamment quand la vie professionnelle est prise en compte. Certes, les jeunes filles obtiennent de meilleurs résultats scolaires, mais leurs choix d’orientation sont bien plus restreints que ceux des garçons, ce qui se traduit par une sur-représentation des hommes dans les carrières les plus prestigieuses symboliquement et économiquement, tandis que les femmes sont cantonnées dans les emplois précaires et parmi les chômeurs. Bien que le taux de salariat féminin en France soit le plus élevé d’Europe, le poids des mentalités continue à pousser les femmes vers des emplois qui permettent de réconcilier vie familiale et vie professionnelle restreignant inévitablement la gamme des choix.

2Les contributions suivantes abordent la question de la mixité des formations et de ses conséquences dans le monde du travail en France par le biais d’analyses sociologiques. La féminisation du personnel de l’Éducation nationale est un phénomène bien connu mais finalement peu étudié. Cette féminisation a pourtant ses limites, en particulier dans les postes de direction. En conviant le lecteur à un historique de la participation féminine au professorat de l’enseignement secondaire au xxe siècle et en présentant un tableau actuel de la bi-polarisation des postes occupés et des disciplines, le premier texte prolonge l’interrogation de la partie précédente sur la difficile mixité dans ce niveau d’études. Celle-ci n’est plus située au niveau des élèves, mais du côté des professeurs, et surtout des proviseurs ou des directeurs. La persistance de filières de formation sexuées est encore plus flagrante dans les sections professionnelles et technologiques que dans l’enseignement général. Une des réponses des pouvoirs publics a été d’adopter, en 2001, une loi sur l’égalité professionnelle qui représente l’aboutissement d’initiatives en faveur de la mixité professionnelle des années précédentes. L’expérience alsacienne de telles initiatives dans les années 1990, étudiée dans le deuxième texte, présente cependant un bilan fort mitigé. En effet, la politique menée par les entreprises est rarement motivée par un souci égalitaire mais plutôt par celui de rentabilité et d’économie. Se pose aussi la question d’une véritable intégration des femmes dans des métiers masculins tant que les représentations sexuées pèsent sur le monde du travail. Les contradictions d’une mixité voulue pour promouvoir l’égalité et les effets concrets dans les choix d’orientation se retrouvent à tous les niveaux des formations, comme le montre la dernière contribution portant sur l’École normale supérieure d’Ulm-Sèvres. L’instauration de la mixité en 1986 a eu pour effet concret la forte baisse du nombre des normaliennes dans les matières scientifiques, produisant une mixité à « dominante masculine ». En effet, ouvrir les formations aux filles et aux garçons ne suffit pas pour garantir l’égalité des sexes comme l’ouverture sociale du système éducatif n’a pas pour autant instauré l’égalité sociale.

© ENS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540