Version classiqueVersion mobile

Goldoni. Le petit théâtre de société

 | 
Carlo Goldoni

Le « petit théâtre de société » de Carlo Goldoni

Nathalie Ledeuil-Miglierina

Texte intégral

Portrait de Goldoni, gravé par Grenier d’après un dessin de Lazzaretti, Collection Viollet.

  • 1 Carlo GOLDONI, Mémoires de M. Goldoni pour servir à l’histoire de sa vie et à celle de son théâtre, (...)

1Au moment de clore la seconde partie de ses Mémoires, consacrée à « l’histoire de son théâtre » après celle devant « servir à l’histoire de sa vie », Carlo Goldoni, résidant à Paris depuis 1762 et âgé de plus de quatre-vingts ans, choisit de faire une place à part dans son œuvre à un petit groupe de pièces qu’il désigne à l’aide du dénominateur commun de « petit théâtre de société »1.

2Formé de six pièces (la dernière, intitulée la Burla retrocessa nel contraccambio, fut écrite à Paris, c’est pourquoi Goldoni n’y fera allusion que dans la troisième partie de ses Mémoires qui correspond à la période française) composées et représentées entre 1756 et 1764, le « petit théâtre de société » a été créé sur commande pour le marquis Albergati Capacelli. Sénateur de Bologne, ce dernier possédait dans la campagne environnant cette ville, à Zola plus précisément, deux petits théâtres privés, celui de Medicina et celui de Villa Predosa, dans lesquels les représentations se succédaient régulièrement deux fois par semaine, le lundi et le jeudi, durant le Carnaval et jusqu’en mai, puis reprenaient pendant la « villégiature » après une courte pause.

3Amateur de théâtre, mais aussi comédien, traducteur et auteur de comédies, le tout jeune marquis – il n’a que vingt-huit ans au moment de la composition de L’Avaro en 1756 – était un grand admirateur de Goldoni et un ami de Voltaire à qui il avait justement fait connaître ce dernier. S’étant rencontrés pour la première fois en 1752 à Bologne où Goldoni était venu écrire La Serva amorosa, d’ailleurs dédicacée au marquis et, dit-on, rédigée dans sa propre demeure, les deux hommes se sont revus au printemps 1754 au cours d’un nouveau séjour de Goldoni à Bologne. Malgré des situations et un âge différents, les preuves de leur bonne entente sur le plan intellectuel sont nombreuses, car ils étaient réunis par une passion commune : le théâtre. Plusieurs comédies ont ainsi le marquis Albergati pour dédicataire, ce dernier étant également présent à plusieurs reprises dans les Mémoires et, après le départ de Goldoni pour Paris, les deux hommes continueront à entretenir une correspondance assidue.

  • 2 Id., Il Cavaliere di spirito, l’Autore a chi legge, in Tutte le opere di Carlo Goldoni, a cura di G (...)

4Albergati Capacelli, resté en Italie, est d’ailleurs l’un de ceux qui soutiennent avec le plus d’ardeur la tentative de réforme du théâtre comique de son époque en faisant représenter presque exclusivement des comédies goldoniennes dans ses deux théâtres, prenant Goldoni pour modèle lorsqu’il compose à son tour des comédies et lui demandant d’être juge et correcteur de ses œuvres. Si Albergati Capacelli considère Goldoni comme son maître à penser et à écrire le théâtre, il a d’autre part servi lui-même de modèle à celui-ci pour plusieurs de ses pièces, notamment dans Il Cavaliere di spirito et dans L’Apatista, où Goldoni cherche à mettre en scène ce que le marquis représente à ses yeux, c’est-à-dire, « l’idea del vero cavalière, dotto, prudente, affabile e generoso, nemico della vanità e dell’alterigia »2.

5Parce qu’écrites sur commande pour une compagnie de nobles dilettantes et pour un public différent de celui des théâtres publics, et payants, Goldoni semble vouloir considérer à part les six pièces formant son « petit théâtre de société ». Voici la façon dont il les adjoint, plus qu’il ne les incorpore, au reste de son œuvre, ne respectant pas même la chronologie qu’il avait pourtant suivie jusqu’alors :

6« C’est ici que se termine la collection de mes pièces composées pour le public à Venise, et c’est ici où la deuxième partie de ces Mémoires devrait se terminer aussi ; mais je ne puis quitter la partie sans rendre compte de pièces qui se trouvent imprimées dans mon théâtre.

  • 3 Id., Mémoires, deuxième partie, chapitre XLV, p. 431.

7Ce sont des comédies que je composai pour M. le marquis Albergati Capacelli, sénateur de Bologne. Ces pièces beaucoup plus courtes que les autres, et avec moins de personnages, forment un petit théâtre de société : elles sont travaillées avec soin, elles ont très bien réussi, quelques unes ont même été jouées sur des théâtres publics avec succès »3.

8Malgré certaines particularités, ces comédies qui, en général, mettent en scène un nombre réduit de personnages, une classe sociale bien déterminée, l’aristocratie, et sont d’une moindre durée, ne doivent pourtant pas être considérées comme une expérience isolée de la part de leur auteur même si c’est la dernière fois qu’il écrit pour le compte d’un particulier. Et cela parce qu’elles se rattachent aisément au reste de son œuvre par les thèmes choisis et qu’elles contribuent à approfondir la réflexion de l’auteur sur le rôle du théâtre, et ses limites, dans une société en pleine évolution.

9Ainsi L’Avaro, première pièce écrite pour le marquis Albergati en 1756, reprend certes le titre de comédies bien connues de Plaute et de Molière, mais s’insère également dans une « série » présentant des variations autour d’un même caractère, entre L’Avaro geloso et plus tard L’Avare fastueux écrit en français pour le Théâtre italien de Paris puis traduit en italien dans L’Avaro fastoso.

10Dans le cas de la Donna bizzarra (1758), Goldoni reprit en les modifiant une intrigue et un caractère déjà utilisés dans la Donna stravagante. Le marquis trouva ces deux pièces si ressemblantes qu’il s’en irrita, désirant pour son théâtre des pièces originales. Et c’est pour l’apaiser, dit-on, que Goldoni composa pour lui L’Osteria della posta avant son départ pour Paris.

11Le cas le plus intéressant en ce qui concerne l’insertion du « petit théâtre de société » dans l’ensemble de l’œuvre du dramaturge, est représenté par La Burla retrocessa nel contraccambio. Cette pièce constitue, en effet, une étape intermédiaire entre un canevas écrit en français pour le théâtre comique parisien, intitulé Arlequin dupe vengée, et une autre pièce, en dialecte vénitien celle-là, intitulée Chi la fa l’aspetta o sia i chiassetti del carnevale et datée de la fin de l’année 1764.

  • 4 Id., L’Avaro, L’autore a chi legge, in Tutte le opere, Milano, Mondadori, tome VI, p. 257.

12Parmi les six pièces écrites pour le marquis Albergati, apparaissent assez distinctement trois groupes. Tout d’abord, deux pièces en un acte et en prose, L’Avaro et L’Osteria della posta, qui mettent en scène un petit nombre de personnages, tous nobles si l’on exclut les domestiques, et qui prennent explicitement pour modèles les « petites pièces » françaises4. Puis, trois pièces en trois ou cinq actes et en vers martelliens, Il Cavaliere di spirito, L’Apatista et La Donna bizzarra, qui ont en commun avec les comédies précédemment citées la noblesse des personnages et la réflexion sur les vertus nouvelles exigées de l’honnête homme aristocratique. Elles s’en distinguent essentiellement par le choix de l’expression en vers, la longueur de la pièce et une intrigue plus complexe.

13Enfin, La Burla retrocessa nel contraccambio, dernière pièce écrite pour le marquis Albergati depuis Paris à partir d’un canevas en français, en cinq actes et en prose, se différencie nettement des autres car elle met en scène un grand nombre de personnages qui sont tous des marchands et des bourgeois.

  • 5 La « cicisbéature » ou sigisbéisme, usage en vogue tout au long du XVIIIe siècle, consistait pour d (...)
  • 6 Carlo GOLDONI, Mémoires, deuxième partie, chapitre XXV, p. 350. « Ce qui me choquait davantage, c’é (...)

14Le fait, exceptionnel pour Goldoni, d’écrire pour un théâtre privé et pour un amateur éclairé tel que l’Albergati, était un des plus sûrs moyens, que certains écrivains de théâtre préconisaient, d’introduire et de faire accepter une réforme auprès des plus hautes classes de la société. Mais d’autre part il lui fallait adapter son texte aux exigences dictées par le lieu scénique, la nature et le nombre de l’auditoire et des comédiens, presque toujours non professionnels. Cela conditionnait d’une part le choix des thèmes et de la classe sociale à laquelle appartiennent les personnages, et d’autre part le mode d’écriture et de représentation. C’est la comédie en un seul acte, avec une scène fixe et un petit nombre de personnages, d’origine française, qui apparut à Goldoni comme étant la plus appropriée. De plus, vu qu’il s’agissait de pièces écrites sur commande, Goldoni se devait de flatter une certaine catégorie de nobles « illuminati », c’est-à-dire partisans de la philosophie des Lumières, celle à laquelle appartenait le destinataire de ses œuvres, qui s’opposait tout naturellement à celle qu’il critiquait dans d’autres pièces à propos notamment de la coutume de la « cicisbéature »5 et de l’oisiveté en vogue parmi les jeunes gens nobles. Ces critiques avaient provoqué la colère et les protestations de nobles bolonais, que Goldoni cherchait ainsi à apaiser et à gagner à sa cause et à celle de son théâtre6.

15Dans L’Avaro et dans L’Osteria della posta, la fonction d’éducation confiée au théâtre apparaît clairement, plus encore que dans les autres pièces, à côté de la fonction de divertissement. Il suffit de voir l’importance, ne serait-ce que quantitative, des thèses et réflexions développées et débattues par les différents personnages, chacun se faisant le défenseur de l’une d’elles. Et, a contrario, la faible importance accordée à l’action, le manque de péripéties, la simplicité de l’intrigue, les décors fixes sans scènes d’extérieur, l’essentiel de la pièce consistant en une « conversazione » réunissant les différents personnages dans une pièce à l’intérieur d’une maison ou d’une auberge. Et c’est au terme de cette « conversazione » qu’advient le dénouement… et le mariage entre les protagonistes.

  • 7 Id., L’Avaro, L’autore a chi legge, in Tutte le opere di Carlo Goldoni, a cura di Giuseppe Ortolani (...)

16Si on ne les compte généralement pas au nombre des chefs-d’œuvres goldoniens, les « petites pièces » formant le « petit théâtre de société » n’en sont pas moins, pour autant, dignes d’attention. Goldoni lui-même, anticipant les critiques pouvant lui être adressées au sujet de ces pièces, se défend d’avoir cherché la facilité et affirme qu’elles sont « petites par les dimensions, et non par le sujet, l’intrigue et le dénouement »7. Il souligne d’autre part à quel point ces « petites pièces » qu’il dit copiées sur le modèle français, conviennent aux comédiens amateurs des théâtres privés ou « de société ».

  • 8 Id., Mémoires, deuxième partie, chapitre XLV, p. 431.
  • 9 MADDALENA, Nota storica, in Opere complete di Carlo Goldoni, volume XIII, Venezia, 1911, p. 429. «  (...)

17Tous les critiques ne jugèrent d’ailleurs pas sévèrement ces quelques pièces, d’aucuns allant jusqu’à voir l’influence de Marivaux dans L’Osteria della posta et reconnaissant à l’ensemble du « petit théâtre de société » le mérite de transmettre au lecteur comme au spectateur modernes l’air galant de celui qui fut peut-être le plus galant de tous les siècles. Quant aux situations mises en scène, alliant les moments comiques aux réflexions sur certains grands problèmes de société d’alors, secondées par des personnages dont le caractère est généralement fort bien tracé, et « travaillées avec soin », « elles ont très bien réussi »8. Ainsi, pour conclure, nous pouvons dire avec un critique goldonien que « anche nel piccolo quadro si scorge la grande arte del Goldoni »9.

Notes

1 Carlo GOLDONI, Mémoires de M. Goldoni pour servir à l’histoire de sa vie et à celle de son théâtre, Aubier, Paris, 1992, deuxième partie, chapitre XLV, p. 431.

2 Id., Il Cavaliere di spirito, l’Autore a chi legge, in Tutte le opere di Carlo Goldoni, a cura di Giuseppe Ortolani, Milano, Mondadori, tome VI. « L’idée du véritable chevalier, savant, sage, affable et généreux, ennemi de la vanité et de l’orgueil ».

3 Id., Mémoires, deuxième partie, chapitre XLV, p. 431.

4 Id., L’Avaro, L’autore a chi legge, in Tutte le opere, Milano, Mondadori, tome VI, p. 257.

5 La « cicisbéature » ou sigisbéisme, usage en vogue tout au long du XVIIIe siècle, consistait pour des nobles oisifs, jeunes ou âgés, mariés ou non, à accompagner et à servir en qualité de chevalier servant, ou sigisbée, une noble dame mariée mais délaissée par un époux trop occupé par ses affaires ou par son service auprès d’une autre dame. Carlo Goldoni disait des sigisbées qu’ils étaient les « martyrs de la galanterie et esclaves des fantaisies du beau sexe ».

6 Carlo GOLDONI, Mémoires, deuxième partie, chapitre XXV, p. 350. « Ce qui me choquait davantage, c’était des personnages qualifiés qui criaient vengeance contre moi, parce que j’avais ridiculisé la cisisbéature, et n’avais pas ménagé la noblesse. Je n’avais pas envie de m’excuser à cet égard et encore moins de me corriger mais je faisais trop de cas du suffrage des Bolonais pour ne pas tâcher de convertir les mécontents et de mériter leur estime ».

7 Id., L’Avaro, L’autore a chi legge, in Tutte le opere di Carlo Goldoni, a cura di Giuseppe Ortolani, Milano, Mondadori, tome VI, p. 257.

8 Id., Mémoires, deuxième partie, chapitre XLV, p. 431.

9 MADDALENA, Nota storica, in Opere complete di Carlo Goldoni, volume XIII, Venezia, 1911, p. 429. « Même dans un petit tableau, on voit le grand talent de Goldoni ».

Table des illustrations

Légende Portrait de Goldoni, gravé par Grenier d’après un dessin de Lazzaretti, Collection Viollet.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/21150/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search