Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mixité dans l’éducation

 | 
Rebecca Rogers

Partie 3. La difficile mixité de l’enseignement secondaire

La difficile mixité de l’enseignement secondaire

Texte intégral

1À l’exception notable des Pays-Bas, la plupart des pays européens ont longtemps résisté à la mixité dans l’enseignement secondaire. Au xixe siècle et pendant une grande partie du xxsiècle, le secondaire est resté l’apanage des classes bourgeoises au sein desquelles l’image de la femme comme mère et épouse était particulièrement prégnante. La formation de cette femme « domestique » se devait d’être différente de celle proposée à son homologue masculin. Même si on évolue en général vers une instruction plus sérieuse pour les jeunes filles, celles-ci ont rarement accès aux études classiques, latin et grec en particulier, qui ouvrent partout en Europe la porte aux études supérieures. En France, la création des collèges et des lycées de jeunes filles en 1880 est emblématique de cette évolution qui maintient la non-mixité des formations et des établissements - les lycéennes ne peuvent préparer le baccalauréat dans le public avant 1924. La résistance à la coéducation est sans doute plus forte dans le secondaire que dans le supérieur car on craint les conséquences pour le bon ordre scolaire de la proximité de jeunes personnes perturbées par les pulsions sexuelles et psychologiques de l’adolescence.

2Les contributions suivantes s’interrogent sur les attitudes envers la mixité en France, en Irlande et aux Pays-Bas. En France, il faut attendre les années 1960 et 1970 pour que la mixité se généralise dans l’enseignement secondaire.

3Tant que celui-ci concerne une petite proportion aisée de la population, il restera non mixte, les préventions étant de tous ordres : moral, religieux et intellectuel, y compris après l’arrivée des républicains au pouvoir. Les préventions sont encore plus fortes en Irlande à cause de l’influence du catholicisme dans la société et dans l’enseignement scolaire, encore très forte actuellement. L’historique de cette résistance illustre la complexité des évolutions scolaires. En effet, la volonté de démocratisation d’un État ne doit pas occulter la façon dont les populations peuvent s’y opposer en soutenant un secteur privé catholique, élitiste et non mixte comme c’est le cas en Irlande. L’étude suivante sur l’éducation physique aux Pays-Bas propose une autre façon d’aborder les résistances à la mixité dans un pays qui historiquement a vécu l’introduction de la coéducation sans problème et sans débat dès la fin du xixe siècle. En s’intéressant aux discours et à la pratique de l’éducation physique au cours du xxe siècle, il est possible de questionner cette acceptation paisible du mélange des sexes. De même que l’universalisme républicain s’est longtemps refusé à questionner les effets d’une mixité scolaire introduite par mesure administrative en France sans débat et sans « problème », les enseignants d’éducation physique aux Pays-Bas refusent de voir les conséquences de la mixité dans leur discipline qui est si marquée par les différences de genre. Ces trois contributions cherchent à rendre audibles les silences dans la façon d’écrire l’histoire ou dans la façon de pratiquer son métier. L’écoute d’une histoire mixte produit, en effet, d’autres récits.

© ENS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540