Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mixité dans l’éducation

 | 
Rebecca Rogers

Partie 2. L’enseignement universitaire à l’épreuve de la mixité

L’enseignement universitaire à l’épreuve de la mixité

Texte intégral

1Au cours du XIXe siècle, les universités européennes connaissent de profonds bouleversements : se mettent en place l’organisation plus rigoureuse de leur cursus d’études, le développement de la recherche scientifique et la professionnalisation du statut des enseignants. C’est dans ce contexte qu’arrivent les premières étudiantes, d’abord en Suisse puis progressivement dans les autres pays. Partout, l’apparition de la figure de l’étudiante provoque des réactions de surprise, d’étonnement, voire d’hostilité tant les sociétés européennes situent les femmes dans la maison et pas dans les laboratoires ou les amphithéâtres universitaires.

2Les contributions qui suivent décrivent l’arrivée des premières femmes étudiantes, auditrices libres ou chercheuses dans les universités suisses, allemandes et écossaises. Ces exemples, généralement peu connus du lectorat français, nous plongent au cœur d’une histoire sociale et culturelle abordée sous l’angle de la mixité. En dépit d’une chronologie différente selon les pays et même au sein d’établissements supérieurs d’un même pays, de grandes constantes marquent l’arrivée timide de la coéducation dans le supérieur, témoignage d’une vision communément partagée du rapport entre femmes et savoir, féminité et science. La volonté de savoir des premières étudiantes surprend souvent et pour certains, influencés par la pensée de personnes comme l’Américain Henry Maudsley, fort hostile aux études supérieures féminines, cette volonté contient en germe une menace pour la hiérarchie des sexes et pour le maintien des rôles sexués traditionnels. Dans les trois exemples décrits, on retrouve des obstructions institutionnelles à l’accès des femmes aux études supérieures ou aux carrières professionnelles. En effet, si la Suisse montre le ton en admettant un nombre important de femmes dans ses universités, cette féminisation est en partie due à la présence de femmes russes dont l’admission est facilitée et par le besoin d’étudiants qu’avait ce petit pays doté de sept universités. Pour les jeunes femmes d’origine suisse, la rareté des institutions secondaires leur permettant de faire des études sérieuses jusqu’au baccalauréat limite leur nombre à l’université, comme c’est le cas en France et en Allemagne avec YAbitur. En Ecosse, aucun diplôme national n’ouvre la porte des universités, mais les femmes y accèdent pourtant aussi avec difficulté et, comme en Angleterre, les premières étudiantes y entrent grâce à la création de collèges féminins. Ces collèges résidentiels représentent une spécificité anglo-saxonne où la coéducation est souvent limitée à un contact sporadique dans certains cours.

3En s’intéressant non seulement à l’arrivée des premières étudiantes mais plus généralement à leur intégration dans le monde du supérieur, les contributions suivantes mettent en lumière le poids des résistances culturelles. La femme bourgeoise, qui est la seule à pouvoir envisager des études supérieures, est censée aspirer surtout à une « carrière » de mère et d’épouse où les connaissances en chimie, biologie, latin ou grec ont peu d’utilité. Partout en Europe occidentale au tournant du siècle, la figure de la femme nouvelle- active, édu-quée et aspirant à son autonomie - suscite anxiété et débats. Ainsi il n’est pas surprenant que dans les trois pays étudiés, les résistances persistent même lorsque les jeunes femmes se trouvent sur les bancs universitaires à côté de leurs frères. Elles seront bien moins nombreuses à mener leurs études à terme, et encore moins à pénétrer professionnellement dans l’enseignement supérieur. Quand elles font carrière, c’est rarement avec des possibilités de promotion ; en Suisse ou en Allemagne, elles restent au niveau d’assistantes et sont peu nombreuses à obtenir des doctorats ou à passer l’habilitation. Il faut attendre les années 1960 et 1970 et les effets du deuxième mouvement féministe pour que les mentalités changent plus durablement et que les femmes accèdent en nombre à l’université et aux postes universitaire. Cette histoire-là reste encore à écrire.

© ENS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540