Version classiqueVersion mobile

Henri Michaux

Avant-propos

Pierre Grouix et Jean-Michel Maulpoix

Texte intégral

1Dans l’œuvre d’Henri Michaux, corps et savoir ne se séparent pas. « L’espace du dedans » ouvre un territoire que le poète n’a de cesse d’explorer en tous sens pour « approcher le problème d’être ». Il se constitue lui-même en laboratoire. Expérimentateur autant qu’objet d’expérimentation, ce sujet « né troué », dont l’imaginaire fuit par tous les bouts, mal assuré de soi, longtemps lové sur soi, va découvrir au-dedans de soi les formes d’un malaise devenant brusquement principe de connaissance. Il fonde sur sa propre inexpérimentation, sur ce « style d’être en difficultés » qui est le sien, son épreuve et son apprentissage. C’est dire qu’il établit son travail (de poète ou de peintre) à même la blessure d’où provient la voix : au plus près de l’inadéquation et du porte-à-faux, semblables aux deux lèvres d’une plaie par où presse et afflue le bataillon des signes.

2 Un temps voyageur en Équateur ou en Asie, Michaux est devenu après 1933 le nomade de ses intimes propriétés. C’est dire qu’il s’est accroché à son bout de terre déshéritée, et donc à son propre corps, moins pour le cultiver que pour y récolter d’élémentaires principes de subsistance. Il ne bouge plus alors selon la géographie du dehors, mais selon ses plis et ses replis intérieurs. Occupé à se lire et à scruter son transitoire, au lieu de transiter par les mondes. Chez Michaux, c’est le dedans qui est le plus vaste ; c’est à l’intérieur que sont les lointains.

3Michaux voyage pour s’étudier, mais aussi pour vérifier. Le parcours n’a pas seulement pour objet d’aller de l’avant, ou plus avant dans « l’insatiable », il est aussi ce qui fait retour, ce qui revient, ce qui insiste ou ce qui obsède. On observe chez Michaux quantité de reprises filmiques, de rêveries récurrentes sur la tache et le trait, de créatures cousines et de situations parentes. Il s’agit alors aussi bien de se vérifier, comme quelqu’un palperait son corps pour se persuader qu’il est bien là.

4Ce volume réunit quelques études présentées sur ce thème au cours du séminaire « Plume » qui se tient depuis plusieurs années à l’École Normale Supérieure de Fontenay/Saint-Cloud. Il marque à la fois le fruit d’un travail et d’un tissage de sympathies. Étudier Michaux, c’est aussi partager avec autrui l’inépuisable relecture de la simple « aventure d’être en vie ».

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search