Version classiqueVersion mobile

Quelles recherches aujourd’hui pour les campagnes de demain ?

 | 
Jacqueline Bonnamour
, 
Béatrice Vélard

Première partie. Quelles recherches aujourd’hui pour les campagnes de demain ?

Conclusion générale

Texte intégral

1Dans le contexte de mondialisation des échanges, de recomposition des équilibres continentaux, d’incertitude économique, de mutations techniques accélérées, de complexification des réseaux et de la place grandissante de l’immatériel, la France, presqu’île ultime de l’Europe semble avoir accumulé toutes les possibilités d’une extrême diversité ; ses divisions administratives y sont d’une taille inférieure à celle des unités des autres pays européens ; les équilibres s’y établissent sur de plus faibles distances ; on comprend la nécessité de simplifier et de mieux répartir. L’assiette spatiale des ensembles repérables ne cesse de se modifier ; différentes dynamiques modifient le territoire et leur inscription dans l’espace obéit à des règles distinctes. Dans l’espace rural, tout n’est que mobilité, dispersion, évolution des flux, équilibres spatiaux plus ou moins durables. Les nouvelles configurations de l’espace brouillent les repères. Pourtant ces bouleversements restent timides comparés à ce que la technique prépare pour un avenir proche. Cependant les inquiétudes pour l’environnement vont grandissant : la pollution gagne rivières, lacs, forêts ; les espèces et les réserves naturelles sont menacées. Il devient urgent de concevoir de nouveaux modèles de développement dans une logique globale qui prennent en compte les limites d’une extension urbaine jusqu’alors incontrôlée, la nécessité de préserver les ressources naturelles et la volonté d’un nombre croissant d’individus de vivre autrement « une ruralité choisie ».

2 On est donc loin d’un simple choix entre mythe urbain et mythe rural, de la vision d’un espace gigogne aux unités régulièrement emboîtées, on s’éloigne également des différents modèles explicatifs des relations villes/campagnes jusqu’alors utilisés : notions opposées des années cinquante, fin des campagnes des années soixante, à nouveau relations contradictoires des années soixante-dix et retour à la « naturalité » de l’espace rural. Il est vrai qu’il faut « réfléchir sur la signification des correspondances entre étapes de la transformation socio-économique et modèle d’analyse dominant des rapports villes/campagnes ». Précisément s’impose une réelle prise en compte des bouleversements technologiques de notre époque et des relations complexes de chaque point du globe avec l’ensemble de la planète. Quelles que soient la valeur du « local » et la nécessité d’une connaissance précise de sa spécificité, s’imposent également une interrogation sur les réticences politiques à concevoir de nouveaux modèles de développement rural et la désaffection relative de certains chercheurs vis-à-vis du monde rural.

3Pour imaginer un monde qui nous échappe, ne faut-il plus considérer l’espace rural comme un ensemble où tous les phénomènes dilués se traduisent par une moindre densité des personnes, de la production de richesses, mais comme un espace ouvert où de nouvelles dynamiques peuvent s’inscrire, créer de nouvelles chances qu’il ne faut pas étouffer.

4Aussi spécifique que soit l’espace rural, il demeure intrinsèquement lié à l’ensemble des problèmes de l’Aménagement global du territoire, aux options politiques qui guideront les décisions. On a bien vu au cours des dernières discussions que la répartition des compétences, la réforme de la taxe professionnelle et des finances locales étaient effectivement des préalables à tout aménagement. Le débat sur les compétences des différents échelons administratifs n’est que le volet politique de l’interaction entre les différents niveaux décisionnels dont nous essayons de circonscrire l’impact dans nos approches à différentes échelles.

5Tout rééquilibrage du territoire suppose de nouveaux rapports entre Etat et régions ; la mise en valeur de leurs potentialités, la réelle égalité des chances passent par ces réformes fondamentales que peu de gouvernements osent aborder. L’ampleur des révolutions techniques de ces dernières années supposerait une remise en cause de tout l’édifice actuel. L’Aménagement du territoire est un immense chantier qui exigerait que tous les organismes en place soient revus et corrigés de l’organisation de l’Etat comme le demandait M. Rocard, à celle des organisations professionnelles comme le suggère E. Pisani. Peut-être arriverait-on à supprimer ce décalage perpétuel entre les faits et les discours, les solutions proposées et les situations réelles.

6L’Aménagement rural pose des problèmes spécifiques qui ne peuvent être résolus que dans un cadre global ; ils concernent l’ensemble de la société : quelle place doit être faite à l’agriculture à l’époque actuelle pour garantir l’autonomie alimentaire, le respect des cultures et des paysages, la conservation des ressources naturelles ? Cette première question est dépendante de la seconde ; quels principes démocratiques adopter pour une équitable répartition des revenus entre les personnes et entre les territoires ?

7L’accessibilité de tous les espaces aux infrastructures de communication demeure un préalable à tout aménagement ; infrastructures ferroviaires, routières, aériennes et informatiques doivent répondre aux exigences actuelles de la mobilité des personnes, des familles, des groupes. C’est par le biais de la mobilité que seront le mieux résolus les problèmes de l’infrastructure intellectuelle dont une trop grande dissémination n’assure pas la qualité.

8Quelles recherches pour ces campagnes de demain ? Le milieu rural est encore pour longtemps marqué par les héritages culturels, historiques qui imposent leur moule à l’évolution d’aujourd’hui ; les généralisations thématiques butent contre cette diversité ; on l’a vu au congrès de Nantes où les collègues méditerranéens ne se reconnaissaient pas dans les modèles proposés. La recherche rurale ne peut contourner cette connaissance, elle ne doit pas s’y enliser car l’ampleur des mutations techniques et des fractures sociales menace de faire craquer les anciens modèles, et les sytèmes spatiaux dont F. Auriac a démontré la résistance.

9Les bouleversements en cours posent à toute recherche et à la recherche rurale en particulier des problèmes majeurs :

10« Nous avons du mal à prouver ce que nous disons » ; les statistiques focalisées sur les équipements du territoire ne sont pas adaptées à la géographie de la mobilité éclatée qui est le propre des mutations en cours ; même les responsables sentent la relative pertinence des indicateurs INSEE. Quand bien même l’appareil statistique serait intégralement remonté, n’y aura-t-il pas toujours au rythme actuel des changements un décalage chronologique entre ceux-ci et les nouvelles données ? Il faut donc accepter leur relativité et les resituer dans le contexte socio-économique, dans l’espace et dans le temps pour en prendre l’exacte mesure ; c’est reconnaître les limites d’une approche strictement quantitative, celle-ci n’est jamais pour les ruralistes qu’une approche parmi d’autres ; leur expérience du terrain leur permet la critique des sources et des concepts utilisés dont un certain nombre d’études ont perdu l’habitude.

11Dans le domaine rural comme dans tous les autres, le chercheur doit se méfier des appartenances politiques, réapprendre la neutralité scientifique, se garder des mythes – qu’ils soient rural ou urbain – mais ne pas oublier qu’on en vit. Toute une réflexion serait à reprendre sur la place du rural dans l’imaginaire ; une étude des clips télévisés sur les pseudo-retours à l’ancien mode de vie serait à conduire pour dénoncer les idées déformées ainsi véhiculées, pour en évaluer l’impact. Force est de reconnaître les limites des analyses en termes socio-économiques qui ne tiennent pas assez compte des mentalités.

12Demeure le problème de fond des ruralistes partagés entre études locales et études théoriques. De même que le dilemne local/global domine toutes les approches, pèse sur toutes les décisions, de même la recherche aujourd’hui dans nos campagnes propose en ordre dispersé monographies, explications systémiques, etc. Les unes ne sauraient exclure les autres. Sous réserve qu’elles s’interrogent sur l’interaction entre local et global, les monographies sont irremplaçables ; il est indispensable de les inclure dans une réflexion d’ensemble susceptible de les éclairer. Seul un véritable débat qui déboucherait sur une éventuelle coordination serait capable de répondre aux nombreuses interrogations qui restent en suspens.

13L’essentiel demeure de délivrer tout chercheur de ses tabous, de lui permettre dans le contexte actuel le recul des historiens qui donnent aux périodes écoulées des éclairages et des explications différentes et successives. L’espace rural présenté tantôt comme un paradis perdu qu’il faudrait recréer, tantôt comme un espace marqué par toutes les forces de déclin, reste en fait un territoire aux faibles densités où il est possible de concevoir de nouveaux modes de vie et d’occupation humaine si la collectivité scientifique retrouve son indépendance de travail, si les pouvoirs politiques consentent à imaginer l’avenir.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search