Version classiqueVersion mobile

Quelles recherches aujourd’hui pour les campagnes de demain ?

 | 
Jacqueline Bonnamour
, 
Béatrice Vélard

Première partie. Quelles recherches aujourd’hui pour les campagnes de demain ?

Chapitre 4

Des dynamiques spatiales inscrites différemment dans le temps et dans l’espace

Texte intégral

  • 1 DAMETTE F., 1994, La France en villes, la Documentation Française, Paris, 271 p.
  • 2 KOSTROWICKI J., SZYZMER J., Guide de la typologie agricole, Version française traduite et mise au p (...)

1Dispersion des flux, complexité des mouvements de population, changements sociaux témoignent de multiples dynamiques sectorielles qui s’inscrivent dans l’espace rural ; celles-ci ont leur origine à des niveaux décisionnels divers, de l’échelon national ou international à la simple localité ; elles ne se propagent pas obligatoirement par les canaux hiérarchisés de l’armature urbaine, elle-même sensiblement modifiée et infléchie par la gestion post-industrielle1 ; plus ou moins indépendantes les unes des autres, elles évoluent à des rythmes différents d’un secteur à l’autre et d’un lieu à l’autre ; elles semblent connaître une accélération à l’heure actuelle. La diffusion des modèles spécifiques à chaque secteur peut fournir des indications précieuses si elle est observée sur un laps de temps suffisamment long et à l’aide d’une méthode très rigoureuse pour être valable2, dans la mesure où le contexte dans lequel s’inscrit, chaque modèle ne cesse de se modifier d’un recensement à l’autre, où l’interaction entre les différentes dynamiques entraîne un jeu complexe entre les stratégies des différentes branches.

2La connaissance de ces dynamiques, des rapports de force qui les font naître et de leurs déplacements dans l’espace demeure inégale. Chaque branche de production ou de service a ses modèles spécifiques ; elles peuvent connaître des tendances inverses telles la volonté étatique de renforcer la concentration de certains services au niveau des cantons et l’éclatement de fait d’initiatives privées. L’agriculture et l’industrie ont davantage retenu l’attention des chercheurs ; bien des interrogations demeurent, en particulier en ce qui concerne l’évolution des commerces. Il faudrait multiplier les travaux ou mettre à jour les données dépassées, prêter attention à des transformations plus souterraines qui se manifestent en ordre plus ou moins dispersé. Ces études doivent être menées conjointement à l’échelle hexagonale et à l’échelle locale pour qu’on puisse sortir de l’étau des schémas stéréotypés sur la spirale de dégénérescence de l’espace rural.

1. Ampleur des mutations agricoles

3Les mutations agricoles suscitées par des progrès agronomiques et techniques sans précédent, encouragées par la protection de la PAC ont été tellement évidentes depuis plusieurs décennies qu’un certain nombre de géographes en avaient quelque peu abandonné l’approche accordant au rural et à l’environnement une place pirivilégiée. Néanmoins les études poursuivies tant à l’intérieur de la discipline qu’à l’INRA et dans d’autres sphères, permettent aisément de faire le point sur les transformations accomplies en un demi-siècle ; l’objectif n’est pas ici de les exposer en détail, mais seulement de les rappeler pour replacer les déplacements des systèmes de culture, des localisations de productions dans le contexte d’ensemble.

  • 3 PISANI E., Groupe de Seillac, 1994, Pour une agriculture marchande et ménagère, La Tour d’Aigues, é (...)
  • 4 PLET F., 1991, France : cent abattoirs en 1993, La lettre d’Odile, n° 7, septembre, p. 10-11.

4Comme le remarque E. Pisani, même si les changements se sont effectués petit à petit, la bilan à terme révèle une agriculture profondément transformée3 : diminution du nombre des agriculteurs, augmentation notable de la production agricole au risque de surproduction, modernisation des techniques, amélioration des espèces et des races ; la concentration des exploitations, la modification des statuts juridiques et les progrès du faire-valoir mixte ont entraîné les changements sociaux dans les campagnes dont nous avons parlé. Cependant secteur par secteur, la production a été progressivement intégrée dans les systèmes de collecte, de transformation, de distribution des industries agro-alimentaires, elles-mêmes subissant la loi du marché, de la concurrence nationale et internationale, de la concentration des entreprises souvent accompagnée de leur déplacement vers les zones urbaines ou périurbaines4.

  • 5 GILLETTE Ch., 1985, Dix ans d’agriculture française, 1970-1980, Information géographique, n° 1.
  • 6 BONNAMOUR J., 1994, A propos des accords du GATT et de la PAC : les géographes et l’actualité, Info (...)

5Dans les différentes disciplines, cette évolution a fait l’objet de nombreux travaux qui en ont bien marqué les différentes étapes : la période de reconstitution de l’outil de production après la fin des hostilités a demandé du temps et les grandes mutations datent de la décennie 1970-19805. Est venu ensuite le temps des incertitudes avec les premières mesures pour freiner l’augmentation de la production dont la protection coûtait trop cher à la communauté ; ce fut en 1984 l’adoption des quotas laitiers, en 1992 les accords de la nouvelle PAC qui engendra nombre d’inquiétudes avec l’annonce de la réduction progressive du soutien des prix, le gel obligatoire d’une partie des surfaces emblavées, la volonté de développer un élevage plus extensif, etc. Depuis lors, on assiste à des délocalisations de production des régions traditionnelles ; des concurrences interrégionales apparaissent ; on recherche de nouveaux modèles de production plus extensifs, on met au point des produits de qualité ou de première transformation susceptibles d’ouvrir de nouveaux circuits commerciaux6.

  • 7 BONNAMOUR J., 1995, Conséquences des limitations du droit de produire sur les dynamiques spatiales (...)

6Il est encore trop tôt pour dresser une synthèse des conséquences de ces nouvelles dispositions ; tout au plus, peut-on s’interroger au delà des discours naturels de défense des intérêts et observer que dans le passé, toutes les limitations du droit de produire, qu’il s’agisse du cas du sucre ou de celui du lait, n’ont pas stoppé la concentration des exploitations, n’ont pas fait vraiment reculer les privilèges des mieux nantis ou des entreprises en avance techniquement et économiquement, malgré les bonnes intentions des politiques7.

7Tous ces faits sont aujourd’hui connus. Peut-être, n’a-t-on pas suffisamment insisté sur la place différente que tient l’agriculture dans la société d’aujourd’hui, de son rôle sur le territoire, également sur l’accroissement des différenciations régionales, la naissance de nouveaux rapports à l’environnement.

Quelle place pour l’agriculture ?

  • 8 Les rapports du Sénat, tome 1, proposition de la mission d’information, n° 343, 1993-1994.
  • 9 HERVIEU J.-F., 1995, Rôle et place de l’agriculture dans l’aménagement et le développement des terr (...)
  • 10 BONTRON J.-C., 1994, La sphère agricole, SFER, 2 juin.

8Le rapport du Sénat, préparatoire à la loi cadre sur l’Aménagement du territoire insistait sur l’évolution de la composition des ménages ruraux8 ; entre 1962 et 1990, le pourcentage du nombre des agriculteurs est passé de 33,8 à 9,9 de la population totale. On signale parallèlement une réduction de leur place sur la maîtrise du foncier (30 % des surfaces sont acquises par des non-agriculteurs). On ne peut pour autant considérer que la place de l’agriculture dans la société, même dans la société rurale est à ce point marginalisée : les agriculteurs occupent et modifient largement l’espace communal, ils tiennent et entendent tenir un bon nombre de mairies9. En outre, on ne saurait oublier les liens étroits entre production et transformation ; J.-C. Bontron a parlé à juste titre de « la sphère agricole »10.

9Le tertiaire agricole emploie 180000 personnes dont la moitié vit dans l’espace rural. Il est possible que la production de qualité puisse concerner 150000 agriculteurs. Entre les emplois agricoles proprement dits, les industries d’amont et d’aval, le gardiennage nécessaire de la nature, l’espace rural demeure une source d’emplois au moment où le chômage mine notre société et où l’on se préoccupe des réformes inévitables de la grille des emplois.

  • 11 BONNAMOUR J., SANCHEZ P., 1994, Evolution spatiale des revenus agricoles en France, 1970-1988, Cong (...)

10En outre agriculteurs et employés de l’agro-business entendent participer aux mêmes avantages sociaux que l’ensemble des travailleurs des autres secteurs et disposer de revenus décents. Ce qui pose le problème des soutiens accordés à l’agriculture par le biais des primes et des subventions, partie intégrante de leurs revenus aujourd’hui, facteur important du changement de leurs mentalités11. Comme toutes les aides, celle-ci est critiquée à l’extérieur de la profession. Une information transparente sur l’ensemble des soutiens accordés aux différentes branches de l’activité pourrait lever l’hypothèque de l’assistanat et convaincre de jeunes agriculteurs de prendre le relais de la mise en valeur du territoire.

11Ne touche-t-on pas ici aux zones confuses de notre société, aux circuits complexes qui assurent une certaine continuité des habitudes en dépit de changements évidents. Le monde agricole de l’exploitant au ministre et à l’industriel englobe un complexe de réseaux institutionnels, syndicaux, politiques, intellectuels dont toutes les composantes interfèrent, se soutiennent même si à l’occasion elles s’affrontent. On ne peut effacer des siècles de prééminence agricole qui ont façonné territoire et société, on ne peut compromettre l’avenir d’un territoire qu’on laisserait soumis aux aléas de constructions désordonnées, des incendies de forêt, des agressions urbaines et industrielles.

  • 12 KAYSER B., 1994, Pour une ruralité choisie, La Tour d’Aigues, éd. de l’Aube, 139 p.

12La place de l’agriculture sur le territoire est décisive. L’équipe de la DATAR l’a réaffirmé ; l’agriculture doit jouer un rôle majeur dans la réorganisation de l’espace12. Certes les nouvelles contraintes de la PAC inquiètent ; elles auraient libéré 1,7 millions d’hectares par le gel des surfaces cultivables ; la concentration des exploitations a entraîné un recul de la SAU ; on pense qu’elle se poursuivra, la surface moyenne des exploitations passant de 30 hectares en 1990 à 38 hectares en 1999 libérant 13 millions d’hectares dont 93 % seraient repris par des agrandissements ou de nouvelles installations. Ces prévisions seront-elles vérifiées ?

13La perte de terres agricoles parallèle à la désertification des campagnes redouble les craintes d’un espace non entretenu, d’un environnement laissé à l’abandon. On voudrait considérer l’entretien du territoire comme une tâche majeure des agriculteurs en proposant de la rémunérer : mesures financières pour l’adoption de pratiques extensives (moindre emploi des engrais, diminution de la charge animale à l’hectare, etc.) pour la protection des espèces et des races, pour l’extension des cultures fourragères, l’entretien des terres et la gestion de leur accès au public. L’idée de l’agriculteur-gardien de la nature est agitée depuis de nombreuses années ; malgré la reconnaissance de ce rôle éventuel, nous ne pensons pas qu’il suffise à motiver des agriculteurs souvent opposés aux écologistes dans un récent passé. Il est indispensable que la place de l’agriculture se définisse également de façon directe et positive.

14C’est dans ce contexte hérité d’un long passé que le débat se déroule aujourd’hui sur le rôle et la place de l’agriculture dans la société et le territoire de demain, compte tenu de son impressionnante évolution en à peine un demi-siècle.

De l’importance des différenciations régionales

  • 13 REY V., TROUFLEAU P., 1993, Nouvelle donne rurale et dynamiques foncières récentes, Rapport DATAR, (...)

15Mais toutes ces modifications ne peuvent être abordées de façon valable sans le souci permanent de leur localisation dans l’espace, la production agricole restant encore, même dans une mesure moindre que naguère, dépendante d’une part des conditions naturelles qui requièrent techniques et investissements différents selon les lieux, de l’autre des conditions structurelles de production, elles aussi inscrites sur le territoire. Les différenciations régionales agricoles et foncières s’éclairent mutuellement et leurs dynamiques spatiales ont suivi dans l’espace, la même progression13.

  • 14 BONNAMOUR J., GARCIA R., 1993, L’Agriculture française en 1988, ENS Fontenay/Saint-Cloud, 128 p.

16Peu à peu la carte agricole de la France a changé ; le temps n’est plus d’une lecture fine des vocations des terroirs par des paysages « peignés », adaptés aux moindres nuances du modelé et des sols. De 1970 à 1980 une impressionnante évolution en auréoles concentriques à partir de la Beauce et de la Brie, n’a cessé de s’affirmer de proche en proche des plateaux tertiaires limoneux aux sols crayeux ou caillouteux des couches secondaires. Cependant la concentration foncière suivait le même chemin, et elle s’est poursuivie jusqu’en 1988 alors qu’à cette date, sur les cartes des types d’agriculture apparaissent certaines ruptures, signes d’une remise en cause de l’unicité du modèle précédent. Cependant au sud de la Loire, l’homogénéisation des systèmes s’affirme dans les plaines, l’extensification gagne les parties élevées des zones montagneuses, et les formes d’élevage plus intensifs descendent vers les pourtours des massifs14.

  • 15 PERRIER-CORNET Ph., CAPT D., 1995, Les agriculteurs face à la Nouvelle PAC, Quelles perspectives po (...)

17L’adaptation à la nouvelle PAC brouille encore davantage l’image du découpage agricole de la France. De nombreuses initiatives apparaissent ici et là, liées davantage le plus souvent à des décisions individuelles qu’à des impulsions régionales organisées : la vente directe de produits fermiers varie énormément selon les produits et selon les régions ; elle obéit à deux logiques (consommation de proximité ou recherche de valorisation) ; elle se caractérise par son irrégularité saisonnière, en particulier pour les produits stockables ; elle peut également se déplacer vers les marchés et les centres habituels de distribution ; l’apparition de cultures spéciales, horticoles ou pharmaceutiques peut permettre également des réussites individuelles15. Toutes ces actions ponctuelles s’intégrent plus ou moins à l’évolution générale soucieuse de modèles locaux adaptés aux nouvelles conditions.

18S’il y a bien une tendance vers une agriculture moderne qui inclut les découvertes scientifiques et techniques, si elle est irréversible, rien ne pouvant arrêter le progrès, on ne croit plus à un modèle unique mais à autant de faciès selon les régions et les périodes. Il revient aux agronomes de rechercher des solutions différentes aux impératifs de la nouvelle politique selon les zones : on ne peut modifier la combinaison productive de la même manière dans les zones de plaines intensives où l’on doute « des perspectives réelles de désintensification de la production agricole "et dans les zones défavorisées, de montagne où la production déjà extensive" repose sur les systèmes fourragers à base d’herbe ». Il revient aux géographes conscients également de la force des modèles du progrès, de rester attentifs à l’émergence des solutions adoptées, à leur localisation dans le temps et dans l’espace pour comprendre les irrégularités, les variations de la courbe générale de l’évolution selon les régions, pour s’interroger sur les conséquences de la date des modernisations, sur les chances actuelles de mutation face à de nouvelles conditions. Complémentaire des objectifs pragmatiques des agronomes, l’objectif géographique en diffère par la conscience des héritages historiques des différentes situations et l’importance des conséquences sociales des nouveaux équilibres. Pourquoi cette homogénéisation des systèmes d’exploitation au nord de la Loire, plus précoce d’une décennie au moins à celle de la France du Sud ? Comment les ondes de la modernisation auraient-elles pu gagner de proche en proche les auréoles aux sols moins généreux et aux structures plus médiocres du Bassin de Paris sans les progrès incessants de l’agronomie ? Une mise en relations de l’histoire des techniques avec les déplacements des systèmes d’exploitation est à préciser si l’on veut comprendre les dynamiques spatiales agricoles. Seule la connaissance du terrain peut permettre de comprendre pourquoi ici et non là, pourquoi les mentalités, les oppositions sociales, l’activité administrative ou syndicale ont permis la diffusion des modèles ou l’ont freinée. La littérature géographique dispose d’un patrimoine irremplaçable de thèses, d’articles, de mises au point dont la synthèse devrait être plus régulièrement effectuée afin de préciser les dynamiques de longue durée et ne point se contenter de l’affût des nouveaux signes.

19« L’unicité du modèle des trente glorieuses a éclaté » et l’approche spatialisée des évolutions agricoles s’impose plus que jamais. Elle s’inscrit obligatoirement dans des contextes divers hérités du passé, où comptent également les potentialités naturelles, la date d’entrée en modernité, les transformations les plus récentes ayant souvent misé sur des endettements qu’il faut reconsidérer dans le cadre des nouvelles combinaisons productives.

20L’importance des études agricoles existantes ne prive pas de matière les nouvelles générations de chercheurs. Les travaux sur l’agriculture doivent assurer la chaîne de la connaissance sans bien sûr exclure les autres domaines d’activité qui réapparaissent dans l’espace rural.

2. Implantations industrielles dans l’espace rural

  • 16 BETEILLE R., 1978, L’industrie en milieu rural, Information géographique, n° 1, janvier-février, p. (...)
  • 17 CHAUVET A., 1983, Le bourg industriel de la Vendée choletaise : essai d’interprétation et Les indus (...)

21Le recul de l’agriculture n’a pas été partout, loin s’en faut, accompagné d’un développement des autres activités dans l’espace rural ; la grande industrie a au contraire fait régresser bon nombre d’entreprises installées naguère dans les campagnes. Aujourd’hui les efforts de diversification des fonctions se sont orientés prioritairement vers l’industrialisation, présentée comme le meilleur remède au déclin démographique ; pourtant la dynamique des implantations n’a pas suivi une courbe régulièrement ascendante ; elle n’a pas intéressé l’ensemble du territoire16 malgré les encouragements successifs des pouvoirs publics17.

  • 18 – HOUSSEL J.-P., 1980, Les industries autochtones en milieu rural, Revue de géographie de Lyon, n°  (...)

22Un certain nombre de travaux ont essayé de suivre ces tentatives d’industrialisation ; des régions ont été étudiées en détail comme la Vendée et la région rhodanienne18 ; on trouve moins de recherches sur l’ensemble de la France ; ce qui s’explique par l’extrême dispersion des établissements localisés ponctuellement, la diversité des entreprises de productions variées, de tailles multiples allant de la petite PME indépendante à l’usine dépendant d’un groupe multinational ; une approche générale et systématique n’est pas simple ; les chercheurs doivent croiser de façon constante les distinctions typologiques, les diverses branches de production, les considérations régionales et jongler avec des sources dispersées.

23Celles-ci sont aussi nombreuses que les réalisations sont variées. Il n’est pas toujours possible d’en extraire ce qui concerne spécifiquement l’espace rural et l’ensemble des spécialistes ne limitent pas leur approche aux seules communes rurales telles que l’INSEE les définit ; ils englobent le plus souvent le premier niveau urbain, villes petites ou moyennes réputées rayonner sur l’espace environnant. Les réseaux qui relient ces noyaux industriels ruraux aux centres nationaux de décision, aux logiques du marché international sont également plus compliqués que ceux de la « sphère agricole » dont l’ancrage est assuré jusque dans les plus petites localités. Aussi l’interprétation des tendances évolutives, la signification des comparaisons sont-elles plus hasardeuses ; en particulier, il faut dans ce domaine se méfier de procéder par simples analogies ; n’a-t-on pas trop vite rapproché ces nouveaux secteurs industrialisés des districts industriels italiens en oubliant l’importance des contextes nationaux ?

  • 19 GANNE B., in Naissance de nouvelles campagnes (dirigé par B. KAYSER), p. 107.

24Là encore la prise en compte du passé historique est irremplaçable, les sociologues nous le rappellent. Dans ses différentes publications, B. Ganne a bien retracé les trois phases principales des mutations industrielles sur notre espace rural19 :

  • Dans l’immédiat après-guerre, la France a perdu peu à peu la présence diffuse des nombreuses industries rurales très variées de naguère. « Des centres textiles vosgiens jusqu’au système cuir et papier d’Annonay, de la coutellerie de Thiers aux centres de fabrication de chaussures comme Fougères ou Romans, de la petite métallurgie et de l’horlogerie de Franche-Comté au système de la soie lyonnaise, ramifié loin dans les campagnes, c’est toute une variété d’industrialisation diffuse dont on n’a pas fini l’inventaire qui s’était mis en place. Ces noyaux industriels n’ont pas tous su se maintenir et ont disparu à l’exception de quelques systèmes locaux, d’une part dans l’Ouest, en Anjou, dans le Choletais et la Vendée et d’autre part dans l’Est, dans le Jura et les Monts du Lyonnais ».

  • Les années 1960-1970 marquées par des plans successifs de modernisation de l’appareil productif, ne permettent pas malgré des efforts sporadiques en faveur de l’espace rural de profiter au mieux des nouvelles implantations car il se trouve dans un système centralisateur, en bout de chaîne après les agglomérations principales, et les villes moyennes. Seuls les exemples cités se maintiennent.

  • Après la crise de 1975, on observe de nouvelles dynamiques « qui s’effectuent parfois sur une base locale que l’on pourrait qualifier d’endogène… mais elles se développent souvent sur la base de réseaux de plus en plus professionnalisés et externes par rapport au plan local ». Avec cette nouvelle territorialisation sur la base d’une mobilisation élargie des ressources extérieures, nous sommes aussi loin des perspectives précédentes, endogène contre exogène, repli sur les seules ressources internes contre apport extérieur d’activités... et des politiques qui ont pu s’y attacher.

25Assiste-t-on aujourd’hui à une véritable « reterritorialisation » des entreprises alors que pour certains la politique d’Aménagement du territoire reste soumise à une simple logique de redistribution des activités et des ressources financières pour le rééquilibrage de l’hexagone ? Question fondamentale qui ne peut être résolue sans une meilleure connaissance des conditions et des raisons de la réussite d’une part des implantations exogènes et de l’autre des affaires nées d’une volonté endogène, bien que dans la plupart des cas la distinction ne soit pas aussi nette.

26De ces travaux pertinents et des analyses des géographes, on retiendra quelques pistes de réflexion pour notre propos :

Quelle est aujourd’hui l’ampleur exacte de l’industrialisation en milieu rural, quel bilan peut-on en faire au niveau national20 ?

  • 20 COURLET Cl., 1995, L’industrialisation en milieu rural, Economie rurale, n° 225, janvier-février, p (...)

27En France, il y avait en 1990, 665000 emplois manufacturiers dans les agglomérations de moins de 2000 habitants, soit une augmentation de 3 % par rapport à 1982 (en contraste avec la chute de l’emploi industriel : moins 15 % dans les villes de plus de 100000 habitants).

  • 21 BONTRON J.-C., CABANIS S., 1990, Les dynamiques récentes de création et de localisation des activit (...)
  • 22 PLET F., 1993, L’espace agro-alimentaire français : vers une réurbanisation partielle ? in ENS Font (...)

28La répartition de ces emplois semble correspondre à deux logiques : une dispersion sur l’ensemble du territoire dans la mesure où nombre des entreprises appartiennent à l’agro-industrie dont l’importance reste majeure en milieu rural. La carte des entreprises agro-alimentaires montre qu’elles restent « la base essentielle et souvent presqu’unique de l’urbanisation locale dans les régions à dominante de population rurale » ; on enregistre même un déplacement récent de certaines industries vers les grands centres de production et une ruralisation partielle des sites de transformation, en particulier en ce qui concerne les productions intensives et régionales21, malgré une concentration de nombreux organismes agro-alimentaires dans les zones plus fortement urbanisées22.

  • 23 SEGESA, Ministère Agriculture et Pêche, 1995, Les industries agro-alimentaires : une contribution d (...)
  • 24 INRA, SGEES, 1989, Le grand Atlas de la France rurale, Paris, éd. J.-P. de Monza.

2928 % des emplois des IAA se trouvent dans les zones rurales contre 14 % pour les autres industries ; la carte de la SEGESA en donne une bonne image23 ; les fonds blancs indiquant une quasi-absence de l’activité correspondent soit à certaines zones céréalières, soit à la haute montagne. Comme le montrent les cartes de l’Atlas de la France rurale cette image est à compléter avec les autres formes d’industries24.

  • 25 HOUSSEL J.-P., article cité note 18.

30Les industries dispersées dans l’espace rural sont loin d’avoir toutes généré des noyaux industriels ou des phénomènes de coalescence créateurs de nouveaux territoires ; on ne constate l’émergence de nouveaux districts industriels que dans des cas isolés ; il s’agit du Choletais, de la région de Thiers, de la vallée de l’Arve, d’Oyonnax ou du Roannais. « En Rhône-Alpes, on comptait en 1992, 140000 emplois manufacturiers dans les agglomérations de moins de 2000 habitants, alors que l’agriculture ne représentait que 90000 unités de travail humain »25. Quelques auteurs ont parlé d’industrie diffuse à propos de ces zones qui restent le plus souvent des constellations de PME ; elles ont pu faire croire à des phénomènes analogues à ceux des districts italiens ; elles en diffèrent pourtant et ne s’inscrivent pas dans la même logique nationale ; la comparaison doit être affinée.

31Toutes « ces zones semblent marquées par une relative indépendance, voire un relatif isolement culturel, politique et social ». La disponibilité en main-d’œuvre flexible reste un atout majeur dans ces industries volontiers orientées vers des secteurs technologiques où la valeur ajoutée par le travail est importante. Une comparaison plus systématique de ces zones dont le développement n’a pas été linéaire, même s’il y a eu permanence de la localisation dans certaines anciennes régions, serait indispensable pour mieux circonscrire à l’intérieur du système hexagonal le rôle des différents facteurs et des différents acteurs qui a permis d’occuper les créneaux laissés libres par l’industrie (par exemple petite électronique, petite mécanique, etc.), de prendre les relais des anciennnes spécialités, de se maintenir pendant la crise. Il ne suffit pas de rapprocher des exemples, encore faut-il comprendre comment chaque secteur a pu fonctionner dans ce pays où les différentes activités sont profondément marquées par la dépendance de l’Etat.

Priorité des relations verticales

  • 26 BENKO G., LIPIETZ AL, (sous la direction de), 1992, Les régions qui gagnent, districts et réseaux : (...)

32La deuxième direction à retenir, c’est la priorité de fait des relations verticales, des réseaux professionnels, de l’intégration dans la branche, qui se substituent de plus en plus aux systèmes de solidarité horizontale, « le tissu industriel se révèle en quelque sorte de moins en moins local, le territoire réseau se substitue à l’ancienne zone ». Cette dépendance n’est pas nouvelle ; elle n’est pas liée à la seule connaissance des nouvelles technologies et à la mondialisation du marché26. L’ancienne carte industrielle de l’Entre-Deux-Guerres était bien due à un certain malthusianisme économique ; la dispersion de ces régions industrialisées correspondait au rôle régulateur que l’Etat entendait jouer. Il est prouvé que des secteurs industrialisés comme celui d’Annonay ne correspondait pas à un système organisé à l’échelle régionale mais à un espace éclaté entre le monde du cuir et le monde du papier.

33« Chaque industrie attendait de sa branche et de la négociation de cette dernière avec l’Etat, les garanties de son marché et la confortation du statu quo ». Ce n’est qu’après la seconde guerre mondiale que l’on assiste à une mise en place progressive d’une réelle politique de concertation et que le local semble recouvrer des chances.

  • 27 Cf. GANNE B., article cité note 19.

34Il en résulte de nouvelles règles des implantations et un renouvellement total des conditions offertes par le milieu. La valorisation des zones rurales passe par « les nouvelles dynamiques de spécialisation, l’utilisation des nouvelles technologies, les nouvelles formes de coopération en réseaux, la variété des modèles des PME ». Le milieu rural trouve une sorte de nouvelle chance car tout y redevient possible sans qu’interviennent les freinages d’hier dépassés par le progrès technique. Il faut pour réussir compter sur de bons réseaux professionnels, une bonne qualité de la main-d’œuvre et des services techniques. Et « c’est là que le système français est probablement le plus démuni ». C’est indirectement poser le problème des moyens modernes de communication et de la formation professionnelle, c’est-à-dire une fois encore, du rôle de l’Etat27.

35Dans un contexte national et international où il apparaît de plus en plus certain que la reprise de la croissance ne résoudra pas le problème de l’emploi, compte tenu de l’accroissement tendanciel des gains de productivité qui exigerait une plus forte croissance – l’espace rural a-t-il ses chances ? Là encore, les études ne devraient pas glisser du domaine scientifique au domaine décisionnel, les travaux ne doivent pas se laisser hypnotiser par le mythe du local ; la logique des entreprises diffère des logiques du développement local ; de même que l’agriculture ne peut plus être comprise que dans la perspective européenne, de même l’industrialisation du milieu rural ne peut être conçue que dans la parfaite connaissance de ce qui se passe ailleurs ; il faut se diriger constamment vers une triple interrogation : le poids des relations verticales nationales et internationales, la comparaison systématique avec les exemples étrangers et enfin le degré d’intégration effective de ces entreprises dans le milieu local.

3. Qu’attendre des autres activités et de l’impulsion urbaine ?

36A côté de l’agriculture qui concerne la totalité du territoire, de l’industrialisation qui ne fait naître que des districts spécialisés, que penser des autres formes possibles d’activité dont le tourisme rural a représenté un des espoirs les plus proclamés ?

  • 28 Voir BETEILLE R., 1976, Le tourisme en mileu rural en France, Information géographique, décembre.
    –  (...)

37Nous ne voulons aborder le tourisme rural dans ce propos que sous l’angle de son expansion spatiale ; nous insisterons sur la relativité dans son apport à l’économie rurale, sa stricte localisation malgré le succès qui se confirme, pour lequel il est encore difficile de faire la part qui revient à l’inquiétude économique freinant la consommation ou à la conversion des citadins vers un mode de vie plus proche de la nature, tout au moins pendant leurs loisirs28.

  • 29 PERRIER-CORNET Ph., CAPT D., 1995, Les agriculteurs face à la nouvelle PAC, Economie rurale, n° 225 (...)

38A la veille de la nouvelle PAC, 2 % seulement des exploitants pratiquaient directement une activité touristique. « Statistiquement, il y a certes un accroissement du nombre d’exploitations concernées (12300 en 1979, 16500 au RGA de 1988), mais celui-ci est bien faible en regard de l’ampleur du discours sur l’agro-tourisme au cours de la même période »29.

39Une fois encore, il faut se garder des confusions induites par des termes employés rapidement, ne pas confondre activité touristique complémentaire de l’activité agricole au sein des exploitations et tourisme vert, c’est-à-dire toutes les formes d’hébergement installées dans l’espace rural. Or l’encouragement donné à l’activité touristique rurale par le biais des législations d’exception a favorisé un tourisme devenu de plus en plus professionnel ; on observe toutes les formes de transition entre la chambre d’hôte, la ferme-auberge tenue par des agriculteurs de la région, les installations plus perfectionnées crées par des agriculteurs à l’itinéraire socio-professionnel plus complexe, les entreprises touristiques nettement professionnalisées. La variété des situations, les tensions, voire les affrontements entre les diverses expériences requièrent une typologie fine et une analyse dépassant le statut juridique de l’activité pour bien situer sa place relative dans les revenus du ménage et sa situation aux marges de l’activité agricole, ou celle d’une spécialisation.

  • 30 Même référence, p. 24.

40Sur une quinzaine d’années, il semble que le nombre de ces petites entreprises touristiques ait augmenté, cette croissance est allée de pair avec leur professionnalisation. « Il s’agira de plus en plus de métiers à part entière même s’ils sont exercés de façon saisonnière »30.

41Quelles régions sont concernées ? Ou bien l’agro-tourisme reste une forme complémentaire de l’activité agricole, il peut alors se disperser sur l’ensemble du territoire sans concerner la totalité des cultivateurs, ou bien il évolue vers des formes spécifiques et se heurte aux mêmes contraintes économiques que le tourisme de métier, se détachant de plus en plus de l’agriculture (même s’il valorise ses produits), il a alors tendance à se régionaliser, à se concentrer dans les zones de montagne, le long des littoraux ou à proximité des grands couloirs de circulation, et des agglomérations génératrices de résidences secondaires et de week-ends réparateurs. C’est ce que montre la carte de la capacité d’accueil par canton rapportée à la superficie, établie par la SEGESA ; elle accuse deux vides : une bande allant de la Normandie intérieure à l’Aquitaine située à l’arrière de la Bretagne et du littoral atlantique ; le secteur des plaines du Nord-Est entre la zone des déplacements parisiens vers le Sud et les Vosges. Mais l’extension des zones rurales touristiques est plus étroitement circonscrite sur une carte rapportant la capacité d’accueil à la population municipale.

42L’émergence du tourisme dans le milieu rural rappelle le rôle majeur du système économique global pour son fonctionnement et son expansion. Tout autant que les recettes ou les appuis techniques de ces installations rurales comptent pour leur réussite, l’existence d’une demande qui vient essentiellement des zones urbaines, des moyens d’accompagnement à l’échelle nationale, en particulier le développement des infrastructures de communication.

43On retrouve le même problème que pour le développement du télétravail et des services que nous avons abordé sous l’angle de la mobilité. L’espace rural est-il un espace périphérique dépendant de la ville proche ou un espace ouvert pouvant permettre d’imaginer des solutions à la congestion qui menace l’ensemble des villes ?

Conclusion

44La logique macro-économique demeure déterminante pour le développement de chacune des branches de l’activité dans l’espace rural. Les relations verticales commandent largement les dynamiques spatiales des évolutions sectorielles qui découpent chacune le territoire différemment ; les progrès agricoles intéressent la quasi-totalité de l’hexagone sans avoir partout ni les mêmes faciès, ni la même intensité ; les activités secondaires et tertiaires obéissent à une double logique de dispersion et de concentration réglées par des conditions spécifiques : capacité de conversion pour les districts industrialisés, conditions naturelles pour le développement du tourisme.

45Comment expliquer la logique d’ensemble qui différencie les espaces ruraux alors que chaque nouvelle fonction s’inscrit sur le territoire, selon une dynamique particulière ? Peut-on se satisfaire de la règle simpliste de la distance à la ville, de notion aussi floue que « la forte intensité urbaine » alors qu’il est évident que l’ensemble des rapports villes/campagnes conçus naguère comme ceux de deux unités distinctes peu éloignées doivent être replacés à toute autre échelle pour retrouver la complexité des relations de l’espace rural avec le reste de la planète ? Faut-il rechercher les lois de l’intégration des campagnes dans un mode de vie et de production typique de « l’urbanisation » au sens le plus général du terme puisqu’on retrouve des problèmes analogues à la ville et à la campagne et nier l’opposition Ville/Campagne ? Peut-on parler d’écartèlement du territoire entre les régions placées à proximité des axes de grande circulation et les régions périphériques alors que certaines régions périphériques se développent rapidement si elles ont en mains des atouts dont sont privées des régions « intermédiaires » qui peuvent souffrir d’atonie ?

46Il est encore bien difficile de trancher dans la mesure où les bilans des dynamiques spatiales sont encore incomplets, faute d’avoir été assez systématiques. Ces dynamiques indépendantes les unes des autres, intégrées chacune « au système monde » s’inscrivent différemment dans l’espace rural où l’on a cru longtemps que rien ne changeait alors que tout changeait, que le bilan objectif montre des mutations irréversibles. Le répérage chronologique et spatial de ces mutations doit être précisé, les études dispersées en donnent une image bien incomplète ; le temps semble venu de substituer au discours sur la diversification des fonctions celui de leur précise localisation et des raisons de celle-ci.

Notes

1 DAMETTE F., 1994, La France en villes, la Documentation Française, Paris, 271 p.

2 KOSTROWICKI J., SZYZMER J., Guide de la typologie agricole, Version française traduite et mise au point par BONNAMOUR J., GILLETTE Ch., 1990, ENS Fontenay/Saint-Cloud, Ouvrage hors collection des Cahiers de Fontenay, Septembre, 145 p.

3 PISANI E., Groupe de Seillac, 1994, Pour une agriculture marchande et ménagère, La Tour d’Aigues, éd. de l’Aube, p. 47.

4 PLET F., 1991, France : cent abattoirs en 1993, La lettre d’Odile, n° 7, septembre, p. 10-11.

5 GILLETTE Ch., 1985, Dix ans d’agriculture française, 1970-1980, Information géographique, n° 1.

6 BONNAMOUR J., 1994, A propos des accords du GATT et de la PAC : les géographes et l’actualité, Information géographique, n° 1 et 2.

7 BONNAMOUR J., 1995, Conséquences des limitations du droit de produire sur les dynamiques spatiales agricoles et les équilibres régionaux en France, communication à l’Académie d’Agriculture de France, juin.

8 Les rapports du Sénat, tome 1, proposition de la mission d’information, n° 343, 1993-1994.

9 HERVIEU J.-F., 1995, Rôle et place de l’agriculture dans l’aménagement et le développement des territoires, Economie rurale, n° 225, janvier-février.

10 BONTRON J.-C., 1994, La sphère agricole, SFER, 2 juin.

11 BONNAMOUR J., SANCHEZ P., 1994, Evolution spatiale des revenus agricoles en France, 1970-1988, Congrès UGI, Prague.

12 KAYSER B., 1994, Pour une ruralité choisie, La Tour d’Aigues, éd. de l’Aube, 139 p.

13 REY V., TROUFLEAU P., 1993, Nouvelle donne rurale et dynamiques foncières récentes, Rapport DATAR, 119 p.

14 BONNAMOUR J., GARCIA R., 1993, L’Agriculture française en 1988, ENS Fontenay/Saint-Cloud, 128 p.

15 PERRIER-CORNET Ph., CAPT D., 1995, Les agriculteurs face à la Nouvelle PAC, Quelles perspectives pour quels territoires, Economie rurale, n° 225, janvier-février.

16 BETEILLE R., 1978, L’industrie en milieu rural, Information géographique, n° 1, janvier-février, p. 28-43.
Cf. Série bibliographique, Institut International d’études sociales de Genève, GANNE B., Industrialisation diffuse et systèmes industriels localisés, Essai de bibliographie critique du cas français, n° 14.

17 CHAUVET A., 1983, Le bourg industriel de la Vendée choletaise : essai d’interprétation et Les industries rurales et l’industrialisation de la Vendée, Cahiers Nantais, n° 22, janvier, p. 49-62.
CHAUVET A., 1987, Porte nantaise et Isolat choletais, Montferrier, Héraut éditions.

18 – HOUSSEL J.-P., 1980, Les industries autochtones en milieu rural, Revue de géographie de Lyon, n° 4, p. 305-341.
– HOUSSEL J.-P., 1984, L’industrialisation spontanée face à la crise de 1973 en Europe occidentale, Revue de géographie de Lyon, n° 4, 1984, p. 331-346.
– HOUSSEL J.-P., 1992, Petites et moyennes industries de la France rurale, Revue de géographie de Lyon, vol. 67, n° 3.

19 GANNE B., in Naissance de nouvelles campagnes (dirigé par B. KAYSER), p. 107.

20 COURLET Cl., 1995, L’industrialisation en milieu rural, Economie rurale, n° 225, janvier-février, p. 12-14.

21 BONTRON J.-C., CABANIS S., 1990, Les dynamiques récentes de création et de localisation des activités en zones rurales, Paris, SEGESA/DATAR, janvier, 108 p.

22 PLET F., 1993, L’espace agro-alimentaire français : vers une réurbanisation partielle ? in ENS Fontenay/Saint-Cloud, « Géographies et Campagnes, Mélanges, J. BONNAMOUR », p. 99-107.

23 SEGESA, Ministère Agriculture et Pêche, 1995, Les industries agro-alimentaires : une contribution déterminante à l’emploi rural, 12 p.

24 INRA, SGEES, 1989, Le grand Atlas de la France rurale, Paris, éd. J.-P. de Monza.

25 HOUSSEL J.-P., article cité note 18.

26 BENKO G., LIPIETZ AL, (sous la direction de), 1992, Les régions qui gagnent, districts et réseaux : les nouveaux paradigmes de la géographie économique, Paris, PUF (Economie en liberté), 424 p.

27 Cf. GANNE B., article cité note 19.

28 Voir BETEILLE R., 1976, Le tourisme en mileu rural en France, Information géographique, décembre.
– BETEILLE R., 1992, La valorisation touristique de l’espace rural, mutations des concepts et nouvelles réalités économiques, Information géographique, volume 5.

29 PERRIER-CORNET Ph., CAPT D., 1995, Les agriculteurs face à la nouvelle PAC, Economie rurale, n° 225, janvier-février, p. 23.

30 Même référence, p. 24.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search