Version classiqueVersion mobile

Quelles recherches aujourd’hui pour les campagnes de demain ?

 | 
Jacqueline Bonnamour
, 
Béatrice Vélard

Première partie. Quelles recherches aujourd’hui pour les campagnes de demain ?

Chapitre 1

Espace rural, aménagement rural, recherche rurale

Texte intégral

1. Trois termes interdépendants

  • 1 Voir la bibliographie de la 3ème partie du volume.
  • 2 Cf BETEILLE R., 1994, La crise rurale, Paris, PUF (collection Que sais-je ?).
  • 3 Université Paris I, ENS de Fontenay-aux-Roses, Laboratoire de Géographie rurale, 1975, Réflexions s (...)
  • 4 Par exemple, voir l’emploi de ce terme in REY V., coord., 1994, Nouvelles campagnes d’Europe centra (...)

1L’expression « espace rural » témoigne de ces échanges permanents entre les vocabulaires de la vie courante, du monde politique et de la recherche.1 Peu à peu, elle s’est substituée au mot « campagne »2 qui évoquait un univers dépassé par la modernisation de l’agriculture et la disparition progressive d’une civilisation paysanne ; elle convient à la renaissance loin des villes de nouvelles fonctions économiques (résidence, tourisme, artisanat). L’émergence du nouveau vocabulaire a été bien étudiée et replacée dans le déroulement des faits historiques et des courants intellectuels3. On constate aujourd’hui, un certain retour au terme ancien ; les soucis écologiques n’y sont pas étrangers ; les journalistes l’emploient volontiers dans les émissions sur les terroirs ; l’utiliser revient à se placer d’emblée dans une perspective de respect de l’environnement et des patrimoines à conserver. Toutefois le mot « campagne » convient surtout à des régions de paysannerie où la fonction agricole reste prédominante4. Nous ne voulons pas ici, nous attarder sur ces considérations sémantiques ; l’utilisation d’un terme n’est jamais neutre, mais sa précision au moyen de critères dits objectifs est souvent illusoire. Le terme « espace rural » est accepté, constamment employé pour l’Aménagement rural ; il est possible de l’utiliser tout en sachant qu’une délimitation claire et statistique n’est que bien relative et seulement valable dans un contexte géographique donné.

  • 5 JOURNAL OFFICIEL, 1995, Loi d’orientation pour l’Aménagement et le Développement du Territoire, n°  (...)
  • 6 LUGINBUHL Y., 1986, Tableau chronologique des créations de procédures, organismes et institutions c (...)

2Depuis la dernière guerre, l’Aménagement rural a occupé une place plus ou moins marginale dans les préoccupations gouvernementales. Plus importante en un temps, elle s’est peu à peu effacée derrière les problèmes plus aigus de la ville pour reprendre une place plus importante ces dernières années dans le cadre de la préparation et du vote de la nouvelle loi d’orientation sur l’Aménagement du territoire5. L’histoire des différentes mesures prises pour favoriser le développement des campagnes et leur intégration dans l’ensemble du territoire reste naturellement mal connue des chercheurs actuels qui prennent en route une situation pourtant marquée au coin par la succession des décisions passées ; celles-ci représentent autant de victoires, de revendications, de conquêtes sociales que de compromis politiques, de reconnaissances ; ceux qui ont vécu cette histoire ne peuvent oublier. Aussi avons-nous tenu dans la seconde partie de cet ouvrage à rappeler les grandes étapes de ces réglementations successives sous forme d’une chronologie aisément consultable ; elle reprend et complète le tableau proposé naguère par le laboratoire Strates6. B. Vélard en est le principal artisan et J.-C. Bontron ne nous a ménagé ni ses conseils, ni ses précisions. Puisse-t-elle servir de points de repère aux étudiants qui découvriront au fil de leurs lectures les discours successifs sur l’Aménagement rural dont la bibliographie de la troisième partie propose une sélection rendue obligatoire tant est imposante la masse des publications sur le sujet.

3Quant aux recherches spécifiquement consacrées aux questions rurales, elles ont été l’objet de critiques ces dernières années, à peu près dans toutes les disciplines ; leur pertinence était remise en cause par l’intégration de ces espaces dans la société globale, par l’évolution des rapports villes-campagnes. Néanmoins, même si la recherche rurale s’attache de plus en plus à toutes les formes de dépendance et de relations avec l’espace environnant, elle s’affirme aujourd’hui dans des pays de plus en plus métropolisés, dans une économie de plus en plus mondialisée, dans une géographie de plus en plus caractérisée par l’articulation sans cesse renouvelée entre le global et le local. En effet sous peine d’erreurs importantes d’interprétation, de véritable myopie à l’égard de mutations regardées de trop loin, on ne peut renoncer à une recherche rurale dans la mesure où elle ne tourne pas le dos aux événements marquants du monde actuel.

  • 7 BONNAMOUR J., 1993, Géographie rurale, Position et méthode, Paris, Masson, 140 p.
  • 8 Revue d’histoire rurale, Université de Rennes II.
  • 9 INRA, 1994, Villes et Campagnes, vers de nouveaux équilibres, INRA, Sciences sociales : Recherches (...)

4Les chercheurs en géographie n’ont cessé de le prouver, comme nous avons essayé de le montrer7. Les historiens ruralistes de toutes les périodes de l’histoire se sont regroupés et ont fondé une revue spécifique de haut niveau8. Depuis quelque temps, les chercheurs en sciences humaines de l’INRA explorent ce nouveau domaine d’études délaissé naguère par ses spécialistes9. Les efforts de tous seront bien nécessaires pour couvrir les mutations nombreuses, dispersées, contradictoires d’un espace dont les paysages rappellent encore souvent le passé mais portent les stigmates d’une évolution plus ou moins maîtrisée.

2. Le complexe global/local : pierre de touche de l’Aménagement rural et de la recherche rurale

  • 10 MORIN E., 1984, Science et conscience de la complexité, textes rassemblés par Christian Attias et J (...)

5La complexité est à la mode au point d’avoir pris valeur de paradigme philosophique10. Géographes, nous ne pouvons nous départir d’une certaine réserve à l’égard de ces concepts applicables à tout et à rien, susceptibles de conduire aux gauchissements d’une pensée aux prises avec des situations réelles circonscrites dans le temps et dans l’espace. Encore faut-il considérer ce complexe global/local, l’approcher sous des angles bien définis qui éclaireront l’imbroglio de ces relations nouvelles dont l’habitude n’a pas encore été intégrée à tous les comportements. L’articulation du global et du local demeure la pierre de touche de l’Aménagement rural et de la recherche rurale.

  • 11 ARRIGHI de CASANOVA E., 1994, Aménagement du territoire, Le Monde, 13 juillet.

6Soumis à la raison d’Etat, l’Aménagement du territoire garde des objectifs nationaux qui se heurtent à la multiplicité des équilibres locaux. Il entend créer les meilleures conditions administratives et financières « pour qu’aillent de pair développement économique, rééquilibrage spatial et que soient générés, grâce à cette conjonction, une mise en valeur de toutes nos potentialités, et par voie de conséquence, l’avènement d’une société assurant l’égalité des chances »11. Ainsi défini, il répond donc à deux objectifs politiques majeurs reconnus et communément admis : la puissance de l’Etat et le respect des principes démocratiques. Par contre, le rééquilibrage du territoire suppose par définition la prise en compte de la diversité des situations, des héritages inégaux d’un passé centralisateur, des différentes potentialités de développement des régions par rapport au modèle adopté, celui-ci n’étant pas toujours explicitement défini. Il y a donc en premier lieu, sinon une antinomie, du moins une sérieuse difficulté d’articulation entre une politique nationale aux objectifs globaux – puissance et démocratie – et sa déclinaison en de multiples cas particuliers. Pour effectuer des choix, l’Etat ne peut se contenter de la simple reconnaissance d’une mosaïque régionale infiniment diverse ; il doit retrouver au delà de celle-ci, une logique conceptuelle qui lui permette de distinguer des ensembles comparables, des domaines d’actions spécifiques justifiant des traitements particuliers, tout en sachant que les objectifs d’une politique globale gardent une priorité absolue ; celle-ci est soumise aux impératifs d’un quotidien souvent riche en rebondissements et en urgences ; compromis ou décisions s’insèrent dans la durée politique qui doit faire face aux problèmes de l’actualité toujours renouvelée.

7Toute l’histoire de l’Aménagement du territoire et de l’Aménagement rural pourrait être reprise sous l’angle de la problématique de ce dilemne. Selon les circonstances, les préoccupations globales ou particulières peuvent l’emporter, mais toujours dans les limites des dotations financières. Jusqu’en 1982, on peut constater la faiblesse des moyens accordés ; une étude s’imposerait depuis cette date pour faire la part de l’aide accordée à l’agriculture et celle destinée à l’Aménagement rural proprement dit.

  • 12 BENKO G., LIPIETZ A., (sous la direction), 1992, Les régions qui gagnent, districts et réseaux : le (...)

8Quelle que soit la portée des mesures de la loi de décentralisation de 1982 et les conséquences de celle sur les collectivités locales du 6 février 1992, l’Etat reste « le premier cadre de référence des acteurs locaux » ; la loi d’orientation de 1995 tente au demeurant d’affermir son contrôle. C’est bien dans ce dialogue global/local que se joue l’avenir des espaces ruraux, « c’est bien la régulation intégrée de l’économique et du politique jusqu’aux échelons locaux qui constitue le nouvel enjeu politique et la clef de la flexibilité sociale et économique recherchée aujourd’hui »12. C’est bien cette volonté de l’Etat qu’on retrouve dans la rapide publication, avant l’élection présidentielle, des décrets d’application impliquant des mesures financières alors que les schémas sectoriels laissés à l’initiative des régions sont reportés à dix-huit mois.

  • 13 Bulletin de liaison de l’Association des Ruralistes, numéro préparatoire aux journées de novembre 1 (...)

9Le même dilemme global/local reste au cœur des recherches ruralistes. En affichant comme thème central du colloque des 24-25 novembre 1994, « Le monde rural et les sciences sociales », les responsables de « l’Association des ruralistes » entendaient confronter approches généralistes et approches spécialisées. « Par un jeu de regards croisés entre disciplines, entre spécialistes et non spécialistes du monde rural... (ils entendaient)… explorer et mettre à l’épreuve les catégories utilisées et la pertinence des questions transversales »13. En fait, la réflexion épistémologique sur cette question n’est pas encore suffisamment élaborée à l’intérieur même de chaque discipline pour qu’on puisse envisager une approche supra-disciplinaire encore mal esquissée aujourd’hui.

  • 14 – GRIGNON C., WEBER F., Sociologie et ruralisme, ou les séquelles d’une mauvaise rencontre, p. 59.
      (...)
  • 15 Géographie universelle, Reclus, volumes déjà parus : Mondes nouveaux, France/Europe du Sud, Amériqu (...)

10Les disciplines ont encore dans cette voie un long chemin à parcourir. De violentes polémiques ont secoué la sociologie ces derniers mois14. M. Jollivet a répondu magistralement lors de la rencontre évoquée précédemment. Souhaitons que des échanges plus sereins puissent faire progresser effectivement la pensée. La géographie n’a pas été à l’abri de ces secousses. La domination d’une géographie régionale entre les deux guerres a provoqué en retour des prises de positions affirmées en faveur d’une réflexion théorique à l’échelle mondiale alors que se poursuivaient des études à différentes échelles et que s’imposait le besoin d’une nouvelle géographie régionale du monde15. Chacun s’accorde aujourd’hui sur le rôle de tous les niveaux de décision dans le façonnement de la moindre parcelle de territoire, des attitudes différentes persistent encore sur les méthodes utilisées qui se révèlent pourtant complémentaires.

  • 16 Cette démarche s’est affirmée dans différentes thèses de géographie. Pour ne donner que quelques ex (...)

11Toujours est-il que demeure la complexité des interférences au niveau local, précisément celui qui intéresse plus spécialement les ruralistes. Un grand progrès a été accompli par l’étude systématique d’un même phénomène à différentes échelles, cependant la juxtaposition d’études nationales, régionales et locales éclaire la multiplicité des facteurs et des relations sans résoudre le problème de fond surtout si la démarche devient une habitude technique systématique sans être accompagnée de nouvelles interrogations au fur et à mesure que des pans de connaissance sont éclairés16.

12La diversité rurale multiplie les difficultés à tous moments. La mondialisation de l’économie s’effectue de manière si différente d’un secteur à l’autre, d’une région à l’autre, les mutations globales peuvent avoir « des impacts si différenciés sur les milieux géographiques locaux » que l’on assiste dans cette économie de plus en plus ouverte qui mise sur des échelles d’interdépendance de plus en plus vastes, à des conséquences parfois inverses de celles que l’on avait supposées.

3. Des lectures différentes de l’espace rural

13On ne peut s’étonner dans ces conditions de constater des lectures différentes voire contradictoires de l’espace rural. Les descriptions ou les prévisions le concernant mêlent de façon permanente observations factuelles et engagements personnels ; elles évitent de prendre en compte la révolution technique à venir ou ne savent dans quelle mesure le faire.

  • 17 CANEVET C., 1991,40 ans de révolution agricole en Bretagne, Institut culturel de Bretagne, Rennes, (...)

14La diversité des images recueillies défie la simple raison. Il n’est pas facile de déchiffrer des situations où déclins et renouveaux se juxtaposent. Dans la Bretagne encore très peuplée, le modèle adopté semble tenir du miracle17 ; dans le Choletais vendéen, les PME se multiplient dans les bourgs ruraux ; la réussite des fermes de grande culture s’accommode des campagnes vides de la Beauce et du Plateau Picard. Le Limousin voit partir sa population, cependant dans le Jura les exploitations laitières de modestes dimensions se maintiennent. On a cru fragiles, des zones qui sont devenues créatrices d’emplois comme le Bas-Dauphiné ; des renaissances telles celle du Gers peuvent se trouver menacées par de nouvelles réglementations ; des villages n’en finissent pas de mourir, d’autres revivent avec de nouveaux venus et de nouveaux artisans. D’un été à l’autre, on attend partout les vacanciers.

  • 18 DERIOZ P., 1993, Friches et terres marginales du sud-est du Massif Central, thèse, Paris I, 350 p.

15Qui plus est, la diversité s’amplifie au fur et à mesure que l’on va vers des exemples locaux à grande échelle. Quand il débuta sa recherche dans la Montagne Noire au sud-est du Massif Central, P. Dérioz pensait bien étudier une zone en déprise. Après quatre années de terrain, il est obligé de reconnaître que la déprise « ne se laissait guère enserrer dans des définitions simples », qu’il était donc malaisé de la définir en termes de surface et que finalement s’impose « une démarche typologique préalable à tout effort d’inventaire »18.

  • 19 RENARD J., 1995, Les bourgs ruraux. Etat de la question à travers la recherche universitaire, rappo (...)
  • 20 LABORIE J.-P., Les petites villes et la métropolisation. Etat de la question à travers la recherche (...)

16Il n’est pas aisé de repérer dans ces espaces des comportements convergents pour tel ou tel élément de l’ensemble : les bourgs ruraux, « ces êtres hybrides à mi-chemin de la campagne ou de la ville » donnent des images diverses de dynamique ou d’atonie ; selon la nature ou la façon dont se combinent leur degré d’attractivité sur les espaces environnants, le rôle qu’ils y jouent pour l’emploi, « on constate dans le temps des reclassements, des évolutions et des remises en cause »19. Il en est de même pour les petites villes. Après vingt-cinq ans d’observation et d’analyse d’un échantillon de petites villes réparties sur le territoire, J.-P. Laborie est obligé de conclure que « l’ensemble "petites villes" éclate en de multiples unités. Les petites villes sont une somme de localités »20.

  • 21 Cf. voir cartes des zones fragiles et de rénovation in SEGESA, 1991, Guide du Diagnostic pour le dé (...)
  • 22 SEGESA, 1991, Les diversités territoriales des agricultures régionales et de la fragilité rurale, r (...)

17Les études prospectives conduites sur l’ensemble du territoire ne sont pas davantage convaincantes. Bien sûr d’un essai à l’autre, la délimitation des zones fragiles s’est affinée et confirmée, elle a pu servir de base à des mesures de protection21. Pourtant la préparation de la carte de la diversité régionale, établie au niveau cantonal révèle des dispersions de cas très éclatés sur l’ensemble de l’hexagone22. La seule règle n’est-elle pas l’absence apparente de logique qui occulte une sélection drastique entre toutes les unités de base ? Devant l’extrême variété des situations n’est-il pas naturel d’avoir envie de baisser les bras ? La carte de la diversité évoquée ci-dessus repose sur une légende complexe à multiples critères dictée par une méthode mathématique sophistiquée ; le commentaire a du mal à dégager de grands ensembles.

  • 23 MALHEIN Ph., CAROT A., 1995, Les diversités sociales dans le monde agricole, in colloque Ministère (...)

18Tout semble concourir à modifier sans cesse le tableau. L’évolution de l’agriculture (comme celle du tourisme vert ou le développement des produits de qualité) accentue les diversités sociales dans le monde agricole au sein des unités naturelles de naguère23. De tous côtés, on garde l’impression d’un puzzle quasi aux limites du déchiffrable. La diversité des recherches renforce encore ce désarroi. D’origines multiples, libres ou commandées, répondant à des problématiques qui partent dans toutes les directions, conduites à des niveaux différents selon des logiques diverses, elles ne cessent de modifier la vision globale. On croit que tout a été dit en gardant la certitude que des aspects essentiels ont pu être laissés dans l’ombre.

  • 24 HOUEE P., 1989, Les politiques de développement rural : des années de croissance au temps d’incerti (...)
  • 25 PITTER., 1993, Bulletin de l’ANDAFAR, n° 79.

19Peut-on comprendre cette mosaïque confuse par le simple jeu de deux courants contradictoires : d’une part, « le système industriel et urbain qui domine les sociétés modernes et se diffuse par concentration et intégration sélectives », de l’autre, « les pratiques de résistance et d’adaptation, de ruse et de négociation, de réappropriation et de renouvellement trop dispersées et contradictoires pour qu’on puisse parler de système ? »24. Plus exactement, ce jeu de forces contradictoires que l’on peut repérer de l’organisation des filières agro-alimentaires au renouveau des activités rurales non-agricoles, à la multiplication des produits de qualité et de terroir25, la mise en place des circuits courts, au renversement des tendances démographiques, peut-il à lui seul expliquer ce qui se passe dans l’espace rural et surtout donner la clé des nouvelles recompositions spatiales que l’on observe aujourd’hui, pourquoi elles se situent ici et non pas là ?

  • 26 LEVY J., 1994, Oser le désert, Sciences humaines hors série, février-mars.

20Il est vrai que deux mythes s’affrontent : le mythe progressiste de la ville qui trouve ses défenseurs inconditionnels26, le mythe ruraliste qui a ses dévots attitrés, qui voit ses rangs grossir par la venue d’écologistes. Mais, au-delà des idéologies, il faut bien constater les problèmes actuels des villes, les tragédies des banlieues, l’incertitude générale sur l’avenir proche, l’inquiétude qui règne à l’Est et au Sud ; les modèles ne sont-ils pas tous dépassés ? De même que les rapports villes/campagnes ne sont plus ce qu’ils restaient hier encore, de même la métropolisation inconditionnelle a montré ses limites et force est d’avoir à inventer ce que sera demain.

  • 27 BRUNET R., 1994, l’Aménagement du territoire, Espace géographique, n° 1.

21La volonté d’accorder une nouvelle chance au développement rural est affirmée dans la nouvelle loi et dans les documents préalables. D’aucuns ont pu trouver que de « nombreux passages expriment une idéologie ruraliste associée d’anathèmes contre la croissance urbaine »27. Soit ! Faut-il pour autant parler d’erreurs de diagnostic ou simplement de divergence d’opinion ? Peut-on se pencher sur l’analyse des campagnes sans être taxé de passéiste ou de rétrograde ? Certains discours sur la ville sont aussi utopiques que les évocations du passé rural peuvent être déformées et faussement naïves. Il faut raison garder, au delà de la polémique analyser les situations réelles. Il est impossible de continuer à voir l’espace rural au filtre d’évocations nostalgiques sachant trop que la misère régnait dans les campagnes d’hier comme dans les ghettos d’aujourd’hui. On ne peut davantage se contenter d’affirmations gratuites ou de réussites isolées. Mais à côté des tenants du ruralisme dépassé, un fort courant se dessine en faveur d’un autre modèle de vie, de ce que B. Kayser a heureusement appelé une « ruralité choisie ». Le mouvement dépasse en ampleur et en fondements ce que d’aucuns ont pris pour la simple volonté gouvernementale d’un moment.

  • 28 GAVIGNAUD G., 1983, La révolution rurale, Essai à partir du cas américain USA, Le Cateau, éd. Horva (...)

22Depuis plusieurs lustres aux Etats-Unis, une révolution rurale est amorcée ; les conditions historiques y sont fort différentes ; mais « stimulé par la facilité des liaisons quotidiennes entre lieux de travail et de résidence », le secteur rural « bénéficie du goût des Américains pour la vie extra-urbaine, leur niveau de vie élevé », il n’y subit pas la marginalisation du secteur agricole28.

  • 29 KAYSER B., 1990, La renaissance rurale. Sociologie des campagnes du monde occidental, Paris, Armand (...)
  • 30 PISANI E./Groupe de Seillac, 1994, Pour une agriculture marchande et ménagère, La Tour d’Aigues, éd (...)

23Autour de B. Kayser, l’équipe de la DATAR a rassemblé, analysé, tenu compte de tous les signes d’un réel renversement de tendances démographiques, « d’une renaissance rurale », réelle manifestation d’une volonté de vivre autrement de la part de différentes couches de la société actuelle, d’un véritable renouveau que des mesures d’accompagnement gouvernementales ou européennes pourraient accompagner et fortifier29. Le groupe de Seillac réuni autour d’E. Pisani rassemble des personnalités de différentes disciplines et de divers horizons ; il a travaillé dans la même direction et fait des propositions concrètes en ce sens30.

24Autant de manifestations d’une recherche et d’une volonté qui peuvent être porteuses d’avenir, autant d’esquisses de solutions aux contradictions actuelles. On est bien au-delà des nostalgies oublieuses d’hier, des naïvetés écologiques parfois ignorantes des équilibres complexes des éco-systèmes, des animations folkloriques aux horizons bornés ou flous. On est bien au cœur d’une véritable interrogation qui dépasse les clivages actuels et qui a besoin d’une connaissance approfondie non seulement des courants idéologiques qui s’entrecroisent dans notre monde chaotique, mais également de leur impact et leur inscription dans l’espace, de leur pouvoir de créer ou de détruire des équilibres régionaux ou locaux.

4. La difficile prise en compte de l’évolution technique à venir

  • 31 MUSSO P., dir., 1994, Communiquer demain – Nouvelles technologies de l’Information et de la Communi (...)
  • 32 WOLTON D., 1995, La dernière utopie, Paris, Flammarion.

25La prise en compte de l’évolution technique à venir dans les modèles ou les simples propositions d’Aménagement rural demeure l’inconnue importante de tous les discours sur l’avenir. Quelle sera la diffusion des nouveaux moyens de communication ? Quel sera son rythme ? Pourront-ils imposer leurs solutions31 ? Seront-ils détournés, muselés, hypothéqués par les pouvoirs en place ? Ouvrent-ils vraiment de nouvelles perspectives pour le rééquilibrage du territoire ; dans ce cas, à quelles conditions ? Ne sont-ils qu’« une dernière utopie »32 de technocrates dans une société très éloignée de l’acquisition de ces nouvelles méthodes ? Encore inégalement adoptés selon les catégories sociales, les secteurs de production, les niveaux culturels, les régions, ils ont déjà un impact important sur la structure de l’emploi, les rythmes de la production, et sont déjà présents dans toutes les pratiques de la vie quotidienne. Ils font l’objet de débats passionnés et ne peuvent être passés sous silence.

26Télécommunications, audio-visuel, informatique sont les trois piliers de base dont les croisements et les interactions peuvent tout permettre, sous certaines réserves d’équipement, de savoir-faire, d’investissements. Ces trois révolutions techniques modifient les rapports de l’homme à l’espace, déplacent en quelques secondes des masses monétaires à faire trembler les pouvoirs politiques, transforment fondamentalement les conditions de la production, augmentent sans cesse la part de l’immatériel dans les produits et sous-qualifient une majorité d’employés et d’ouvriers. Le rythme de la diffusion de ces trois révolutions techniques va s’accélérant, stimulé par la concurrence internationale ; il exige une mutation complète de la formation, de l’éducation, il a le pouvoir de modifier la répartition des hommes et des activités dans l’espace. Un monde nouveau semble s’esquisser, il interpelle les imaginations mais engendre également craintes et scepticisme ? Les aménageurs ne peuvent l’ignorer.

  • 33 Rencontres DATAR, 1995, Entreprises, individus et territoires. La révolution des échanges, synthèse (...)

27N’est-ce pas précisément le moment de réagir pour que l’explosion ne se fasse pas uniquement au profit des villes, des pôles ou des bassins de compétence, susceptibles de recentraliser demain les problèmes qu’accumulent aujourd’hui les banlieues ? Les filières de création d’emplois liés à ces techniques ne sont pas simples car « il y a simultanément éclatement du processus de travail et redistribution possible d’emplois »33. Les premières retombées paraissent encore bien timides ; des études précises devraient circonscrire les freins réels à leur diffusion.

28Pourtant déjà existent des réponses à la concentration des compétences et à la possible dispersion de la population. L’expérience de télémédecine conduite en Midi-Pyrénées a donné les preuves de son efficacité et de la qualité des soins. D’autres tentatives de télétravail existent ici ou là et des actions ambitieuses sont conduites comme dans le pôle européen de Longwy pour simplifier les réseaux frontaliers.

29En fait, l’organisation des réseaux qui se superposent aux territoires existants peut aussi bien s’effectuer au bénéfice de délocalisations à distance qu’à celui des diversifications locales, le système ne porte pas en lui-même de logique spatiale ; les anciens centres décisionnels le contrôlent encore, tous leurs acteurs n’ont pas intégré l’importance de l’enjeu de l’Aménagement du territoire qui dépend bien en dernier ressort du pouvoir politique.

5. Et la recherche ?

30Les mutations de la connaissance, de la production, de la communication, de la gestion, les interrogations philosophiques et métaphysiques qui s’en suivent, posent à la recherche en Sciences sociales en général, et à la géographie en particulier, de nouvelles questions qui remettent en cause concepts, méthodes, place des techniques ; elles nous obligent à prendre conscience des pouvoirs en place, des habitudes acquises, des révolutions rapidement dépassées et des limites de nos moyens.

31La recherche est multiple et doit le rester. Fondamentale, universitaire, appliquée, ministérielle, contractuelle, elle répond à des besoins divers, reçoit des moyens d’origine diverse ; il en est de même pour les sciences dures mais leurs possibilités d’inflexion sont moindres que dans les sciences sociales. Il faut veiller dans notre domaine à toutes les dérives implicites ou explicites qui peuvent peser sur les conclusions.

32Une difficulté spécifique et majeure reste la non-adéquation des outils et des sources d’analyse dont nous disposons et dont nous n’avons pas l’initiative. Les statistiques nous permettent de moins en moins de répondre aux questions que nous nous posons, quelle que soit la qualité de leurs données et leur caractère irremplaçable. Leur rôle se réduit à fixer des limites, à poser des jalons, en dépit de leur utilisation de plus en plus sytématique ; il se substitue à celui qu’on serait en droit d’escompter : un véritable instrument d’analyse utilisable directement.

  • 34 CHAPUIS R., 1995, L’espace périurbain, une problématique à travers le cas bourguignon, l’Informatio (...)
  • 35 BONTRON J.-C., 1994, « la sphère agricole », colloque SFER du 2 juin.

33L’analyse de la distance entre concept et catégorie statistique devrait représenter l’étape d’amont de toute recherche alors qu’on relève de plus en plus d’études faisant l’économie de cette étape, seule pourtant susceptible de relativiser des résultats d’exploitation utilisant des méthodes sophistiquées. Evoquons ici deux exemples : les ZPIU et la sphère agricole. Les ZPIU de l’INSEE déterminées en 196234 avaient pour objectif de cerner la périurbanisation et les nouveaux rapports villes/campagnes. On tenait compte de la place de la population agricole travaillant dans la commune et de la population active travaillant hors de celle-ci. Cette définition déjà contestable en 1982 pour délimiter les zones périurbaines est aujourd’hui revue et corrigée par l’INSEE qui entend considérer la diversité du monde rural. Mais des angles d’approche successifs, s’ils collent mieux à l’actualité, gênent l’analyse comparative dans le temps si l’on ne dispose pas du même découpage pour les données. Il en est de même pour « la sphère agricole ». Si « la nécessité d’appréhender l’évolution de l’agriculture à travers un ensemble économique plus vaste que celui des exploitations agricoles, est apparu depuis longtemps, ... très peu de tentatives ont cherché à cerner statistiquement cet ensemble »35. L’évolution des nomenclatures d’activités économiques l’explique aisément car elles ne cherchent pas à identifier les activités dans leur rapport avec l’agriculture. Nous aurons l’occasion de revenir sur cette difficulté majeure à propos de nombreuses questions : les revenus, la double domiciliation, la mobilité des ruraux, les filières agro-alimentaires, les chaînes de production, l’armature urbaine. Dans tous ces domaines nous avons du mal « à prouver ce que nous disons », tant les mutations en cours rendent insuffisantes les sources dont nous disposons. Il faut donc multiplier les angles d’approche, ne pas se suffire des sources existantes, recourir aux méthodes de terrain, aux apports des autres sciences sociales pour couvrir ce kaléidoscope en perpétuelle mutation.

34C’est dans cet esprit d’interrogation renouvelée que nous avons rédigé cet essai. On est en droit, plus que jamais, de se demander si des présentations scientifiques à partir de données parfois aléatoires, appuyées sur des modèles mathématiques complexes n’occultent pas en partie les mutations potentielles qui couvent ici et là, les renouveaux qui se trament par de nouveaux réseaux ; ne bloquent-elles pas l’imagination pour prévoir d’autres modèles d’organisation du territoire que ceux qui ont conduit aux dégâts sociaux et territoriaux d’aujourd’hui ?

Notes

1 Voir la bibliographie de la 3ème partie du volume.

2 Cf BETEILLE R., 1994, La crise rurale, Paris, PUF (collection Que sais-je ?).

3 Université Paris I, ENS de Fontenay-aux-Roses, Laboratoire de Géographie rurale, 1975, Réflexions sur l’espace rural français. Approches, Définitions, Aménagement, Fontenay-aux-Roses, Publications ENS Fontenay, 165 p.

4 Par exemple, voir l’emploi de ce terme in REY V., coord., 1994, Nouvelles campagnes d’Europe centrale et balkanique, rapport MRT, 154 p.

5 JOURNAL OFFICIEL, 1995, Loi d’orientation pour l’Aménagement et le Développement du Territoire, n° 95-115, 4 février.

6 LUGINBUHL Y., 1986, Tableau chronologique des créations de procédures, organismes et institutions concernés par l’Aménagement rural en France depuis les années 50 environ, STRATES, n° 1, p. 125-140.

7 BONNAMOUR J., 1993, Géographie rurale, Position et méthode, Paris, Masson, 140 p.

8 Revue d’histoire rurale, Université de Rennes II.

9 INRA, 1994, Villes et Campagnes, vers de nouveaux équilibres, INRA, Sciences sociales : Recherches en économie et sociologie rurales, n° 2-3, 13 p.

10 MORIN E., 1984, Science et conscience de la complexité, textes rassemblés par Christian Attias et Jean-Louis Le Moigne, librairie de l’Université, Aix-en-Provence.

11 ARRIGHI de CASANOVA E., 1994, Aménagement du territoire, Le Monde, 13 juillet.

12 BENKO G., LIPIETZ A., (sous la direction), 1992, Les régions qui gagnent, districts et réseaux : les nouveaux paradigmes de la géographie économique, Paris, PUF, (Economie en liberté), 424 p.

13 Bulletin de liaison de l’Association des Ruralistes, numéro préparatoire aux journées de novembre 1994.

14 – GRIGNON C., WEBER F., Sociologie et ruralisme, ou les séquelles d’une mauvaise rencontre, p. 59.
 – BARTHEZ A., 1993, De la sociologie rurale à la fonction critique de la sociologie, p. 75, Revue d’Economie et Sociologie rurales, n° 29, et réponse de M. Jollivet, journée de l’Association des Ruralistes, novembre 1994.

15 Géographie universelle, Reclus, volumes déjà parus : Mondes nouveaux, France/Europe du Sud, Amérique latine, Etats-Unis/Canada, Chine, Japon/Corée, Afrique, etc.

16 Cette démarche s’est affirmée dans différentes thèses de géographie. Pour ne donner que quelques exemples échelonnés dans le temps, citons :
 – GUERMOND Y., 1977, Le système de différenciation spatiale en agriculture, La France de l’Ouest de 1950 à 1975, thèse de doctorat d’état, Caen.
 – PEYON J.-P., 1993, La coopération agricole en France, Etude des grands organismes coopératifs, doctorat d’état, Paris I.
 – TROUFLEAU P., 1991, La diffusion de l’habitat et sa réglementation, nouvelle thèse, Paris I, 627 p.

17 CANEVET C., 1991,40 ans de révolution agricole en Bretagne, Institut culturel de Bretagne, Rennes, 295 p.

18 DERIOZ P., 1993, Friches et terres marginales du sud-est du Massif Central, thèse, Paris I, 350 p.

19 RENARD J., 1995, Les bourgs ruraux. Etat de la question à travers la recherche universitaire, rapport introductif colloque CNRS « Bourgs et Petites Villes », Nantes, 23-24-25 mars.

20 LABORIE J.-P., Les petites villes et la métropolisation. Etat de la question à travers la recherche universitaire, colloque CNRS « Bourgs et Petites Villes », Nantes, 23-24-25 mars.

21 Cf. voir cartes des zones fragiles et de rénovation in SEGESA, 1991, Guide du Diagnostic pour le développement rural, Paris, la Documentation Française, 36 p.

22 SEGESA, 1991, Les diversités territoriales des agricultures régionales et de la fragilité rurale, rapport d’étape.

23 MALHEIN Ph., CAROT A., 1995, Les diversités sociales dans le monde agricole, in colloque Ministère de l’Agriculture, Ministère de la Recherche, 28 avril.

24 HOUEE P., 1989, Les politiques de développement rural : des années de croissance au temps d’incertitude, Paris, Economica, (collection Economie agricole et agro-alimentaire), 249 p.

25 PITTER., 1993, Bulletin de l’ANDAFAR, n° 79.

26 LEVY J., 1994, Oser le désert, Sciences humaines hors série, février-mars.

27 BRUNET R., 1994, l’Aménagement du territoire, Espace géographique, n° 1.

28 GAVIGNAUD G., 1983, La révolution rurale, Essai à partir du cas américain USA, Le Cateau, éd. Horvath, p. 130.

29 KAYSER B., 1990, La renaissance rurale. Sociologie des campagnes du monde occidental, Paris, Armand Colin (collection U.), 316 p.

30 PISANI E./Groupe de Seillac, 1994, Pour une agriculture marchande et ménagère, La Tour d’Aigues, éd. de l’Aube, 185 p.

31 MUSSO P., dir., 1994, Communiquer demain – Nouvelles technologies de l’Information et de la Communication, La Tour d’Aigues, DATAR/éd. de l’Aube.

32 WOLTON D., 1995, La dernière utopie, Paris, Flammarion.

33 Rencontres DATAR, 1995, Entreprises, individus et territoires. La révolution des échanges, synthèse des ateliers du séminaire du 16 février, colloque du 28 février.

34 CHAPUIS R., 1995, L’espace périurbain, une problématique à travers le cas bourguignon, l’Information géographique, n° 4.

35 BONTRON J.-C., 1994, « la sphère agricole », colloque SFER du 2 juin.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search