Version classiqueVersion mobile

Quelles recherches aujourd’hui pour les campagnes de demain ?

 | 
Jacqueline Bonnamour
, 
Béatrice Vélard

Première partie. Quelles recherches aujourd’hui pour les campagnes de demain ?

Introduction

Jacqueline Bonnamour

Texte intégral

1L’ambition de cet essai peut paraître démesurée : nous n’entendons pas dicter une ligne de conduite exclusive, mais seulement nous interroger sur des orientations possibles de recherche en milieu rural, dans le maquis actuel des courants d’idées, dans le chaos de l’évolution socio-économique ; nous souhaitons définir une recherche qui ne soit pas trop dépendante de l’héritage du passé que l’on confisque et simplifie volontiers pour l’utiliser sans vision d’avenir. Les discussions qui ont accompagné la préparation et le vote de la loi d’orientation sur l’Aménagement du territoire publiée au Journal Officiel du 4 février 1995 ont assez prouvé les divergences d’opinion sur l’avenir de l’espace rural, la complexité des problèmes qui s’y posent, leur réelle spécificité même si on retrouve à la campagne comme à la ville, les questions brûlantes de l’emploi et de l’exclusion.

2De nombreux colloques ont eu lieu pendant cette période1 ; sans cesse s’y trouvaient mêlés engagements personnels et connaissances scientifiques ; nul n’est à l’abri de ce glissement perpétuel entre mythes et faits reconnus objectifs ; l’incertitude sur l’avenir entraîne volontiers un retour inconditionnel au passé ; le monde d’hier correspondait à des équilibres disparus entre villes et campagnes, centres et périphéries, à des sociétés qui vivaient à un certain rythme d’échanges et de communications. En considérant les campagnes sous cet angle, il est certain que ce sont des espaces qui ont perdu une partie de leur population à l’échelle du siècle ; ils traversent une crise d’identité ; des déséquilibres démographiques s’y aggravent le plus souvent ; la population restante donne fréquemment des signes de vieillissement ; enfin ces espaces ont perdu leurs paysans2. Pourtant à constater les signes de renouveau ici et là, les possibilités énormes ouvertes par les techniques actuelles, l’énergie dont font preuve de nombreux acteurs, le désir de plus en plus affirmé d’une autre vie, ne peut-on s’interroger sur les chances de l’espace rural et l’évolution de son intégration dans un ensemble maîtrisé autrement que par un constat négatif ?

3Après avoir mesuré les difficultés de toute mutation territoriale, les contradictions entre l’action étatique et l’initiative locale, après avoir rappelé les grands courants d’idées face à un espace rural mal perçu par les positions technocratiques, nous examinerons la part des habitudes et de l’archaïsme dans les principes souvent admis comme des préalables à l’Aménagement rural, alors que s’impose une véritable analyse des mutations en cours d’un ensemble marqué par la mobilité et le brassage de ses populations.

4Ces mutations sont le symptôme de dynamiques spatiales encore mal connues dans leurs effets et leurs origines ; elles s’accompagnent de nouvelles créations de territoires qu’il faut reconnaître ; elles remettent en cause des habitudes de recherches bien ancrées. Il faut donc définir de nouvelles pistes de recherche susceptibles de conduire à de nouveaux modèles de développement.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search