Version classiqueVersion mobile

Quelles recherches aujourd’hui pour les campagnes de demain ?

 | 
Jacqueline Bonnamour
, 
Béatrice Vélard

Avant-propos

Texte intégral

1Le monde connaît une restructuration sans précédent : la mondialisation des échanges fait éclater l’espace ; les technologies nouvelles entraînent des transformations profondes de la structure de l’emploi ; la vitesse des transports entend réduire ou abolir les distances ; peut-on encore raisonner comme hier dans l’espace rural hors les villes ?

2La préparation et le vote de la loi cadre sur l’Aménagement du territoire ont multiplié les débats, les rencontres, les journées d’études, les publications techniques et scientifiques. Est apparu un renouveau certain de l’intérêt porté à l’espace rural dont le rôle dans l’équilibre national avait été quelque peu laissé dans l’ombre précédemment. Chercheurs et membres de Géophile ont suivi avec attention ces échanges interdisciplinaires et interprofessionnels ; ce fut l’occasion de préciser notre pensée et notre position de géographes.

3Ainsi est né au fil des mois, le projet de cet essai ; nous l’avons conçu en pensant aux jeunes chercheurs ; simple tentative de mise au point sur les idées reçues, propositions de nouvelles conceptions pour envisager l’avenir d’un espace trop souvent défini de façon négative, en termes de déclin démographique et économique malgré les efforts et la lucidité de quelques-uns qui ont su relever à temps les signes d’une possible « renaissance rurale ».

4 En fait, l’espace rural est-il connu comme il conviendrait ?

5Une première partie essaie de répondre à la question : quelles recherches préconiser aujourd’hui pour les campagnes de demain ? Les chances d’un espace rural énormément différencié dont la lecture reste difficile, peuvent être complètement transformées par la prise en compte de l’évolution technique en cours et à venir. Encore faut-il observer de façon objective ce qui se passe actuellement dans les campagnes : la pyramide administrative rapidement dénoncée a encore ses significations ; la répartition égalitaire des équipements est-elle le seul moyen d’assurer l’égalité des chances ? Ne voit-on pas le milieu rural comme un espace figé alors que la mobilité des flux y est évidente et le brassage social plus important sans doute que dans les villes ?

6Les études n’ont-elles pas été jusqu’alors trop dépendantes de l’image hiérarchisée des réseaux urbains dont on nous a convaincus ? Des dynamiques économiques sectorielles s’inscrivent dans l’espace de façon indépendante, à des rythmes différents et selon des axes de diffusion également différents. Les solidarités spatiales traditionnelles et de récents liens horizontaux font émerger de nouveaux territoires qui sont souvent loin de coïncider avec les découpages institutionnels.

7Une connaissance renouvelée de ces mutations demeure un préalable indispensable pour construire de nouveaux modèles d’aménagement. D’ores et déjà, le maquis des publications fournit de nombreux renseignements. Il n’est pas toujours facile d’y trouver ce que l’on cherche, aussi avons-nous accompagné chacun des chapitres de notes détaillées pour cibler les œuvres à consulter par thèmes. Mais toute approche théorique ou livresque doit s’accompagner, en ce domaine, d’une solide connaissance de terrain.

8 Au cours des ans, l’aménagement rural a déjà fait l’objet de nombreuses tentatives, plus ou moins velléitaires, plus ou moins suivies, plus ou moins bien financées. Différentes formules ont été essayées avec un certain succès, mais l’essentiel reste encore à faire. On ne peut pourtant pas aborder ces problèmes sans en connaître l’histoire et contrairement à certaines affirmations, la réflexion sur l’espace rural n’a pas commencé dans les années 90.

9Béatrice Vélard a établi en seconde partie une chronologie de ces différents essais, nous rappelant de façon concise, lois, décrets, réglementations concernant l’espace rural, émanant d’organismes nationaux ou européens. Elle a eu raison de préciser rapidement dans quel contexte politique les principales décisions ont été prises.

10Cet instrument de travail doit renvoyer les chercheurs aux textes fondamentaux qui ont marqué l’évolution des idées et des prises de position pendant la période considérée. C’est pourquoi la bibliographie finale est présentée selon l’ordre chronologique afin de resituer aisément ces publications dans le climat historique qui les a vues naître.

  • 1 GEORGE (P), Le temps des collines, Paris, La Table ronde, 1995.

11Tout chercheur appartient à son milieu et à son époque. Le défi qui lui est lancé est de savoir dépasser les apparences parfois trompeuses du moment pour sauvegarder sa liberté de penser et fournir aux hommes d’action les outils dont ils ont besoin pour construire l’avenir. « Le temps des collines n’est plus »1. Quel sera celui de l’informel ?

Notes

1 GEORGE (P), Le temps des collines, Paris, La Table ronde, 1995.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search