Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Introduction aux études historiques

 | 
Charles-Victor Langlois
, 
Charles Seignobos

Préface

Gérard Noiriel

Texte intégral

  • 1 Charles-Victor Langlois et Charles Seignobos, Introduction aux études historiques, Éditions Kimé, 1 (...)

1L’Introduction aux études historiques de Charles-Victor Langlois et Charles Seignobos a été rééditée en 1992 par les éditions Kimé, avec une préface de Madeleine Rebérioux qui a été ma directrice de thèse1. Recommencer l’exercice vingt ans après, c’est une manière de transmettre le « témoin » d’une génération d’historiens à la suivante, tout en essayant d’apporter quelques éclairages nouveaux sur un manuel qui a pourtant déjà fait couler beaucoup d’encre.

2Les auteurs précisent dans leur introduction que ce livre est la transcription d’un cours qu’ils ont donné à la Sorbonne en 1896-1897 ; ce qui explique son côté pédagogique (voir les conseils pratiques sur la manière de prendre des notes, de faire des fiches etc.). Le plan de l’ouvrage fournit le canevas de ce qu’on appelle encore aujourd’hui la « méthode historique », centrée sur le travail d’archives. L’historien débutant doit acquérir des « connaissances préalables » pour définir judicieusement son sujet. Il doit ensuite procéder à l’analyse des sources (en combinant les opérations de « critique externe » et de « critique interne »), puis s’engager dans la synthèse (« le groupement des faits »), pour finir par l’exposition (la rédaction).

  • 2 Thomas S. Kuhn, La structure des révolutions scientifiques, Flammarion, 1983 (1962).

3L’intérêt principal de l’Introduction aux études historiques tient au fait que cet ouvrage a joué un rôle décisif dans la définition de ce que l’on peut appeler, par référence à Thomas Kuhn, la « science normale » de l’histoire2. Kuhn souligne dans ce livre que la naissance d’un nouveau « paradigme » scientifique survient lorsque se met en place une nouvelle communauté professionnelle (structurée par des associations de spécialistes, des revues savantes, etc.), dont les membres ont assimilé la même littérature technique, partagent les mêmes valeurs et revendiquent une place spéciale dans le monde de la science.

4Les réformes universitaires mises en œuvre par les fondateurs de la IIIe République dans les dernières décennies du xixe siècle ont eu des effets décisifs sur la discipline historique. Les mesures visant à renforcer l’autonomie de l’Université face au pouvoir politique et religieux et la spécialisation des cursus dès la licence rendent désormais improbables les carrières à la Guizot qui fut historien, journaliste et homme d’État. Ces bouleversements institutionnels imposent une division du travail qui brise le moule d’où étaient sortis les Michelet, Taine ou Renan, à la fois historiens, écrivains et philosophes. Pour passer l’agrégation, il faut désormais avoir soutenu un mémoire de recherches (le Diplôme d’études supérieures). Dans le même temps, les exigences de la thèse de doctorat sont considérablement renforcées. L’augmentation du nombre des postes universitaires et des bourses pour étudiants peu fortunés permettent l’émergence d’une petite communauté professionnelle d’enseignants-chercheurs tout en stimulant la compétition entre ceux qui aspirent à y entrer.

  • 3 Charles Seignobos annonce déjà dans sa contribution l’ouvrage qu’il publiera trois ans plus tard po (...)

5Agrégés d’histoire, Charles-Victor Langlois et Charles Seignobos font tous les deux partie de l’élite universitaire ; l’un est passé par l’École des chartes, l’autre par l’École normale. Mais bien qu’ils aient atteint l’âge de la maturité (au moment de la publication de ce livre, Seignobos a un peu plus de 40 ans et Langlois un peu moins), sur le plan professionnel, en tant que « maîtres de conférences », ils sont encore dans une position d’attente. Les postes de professeur étant extrêmement rares à la Sorbonne, ce livre a aussi une visée stratégique : inciter les pouvoirs publics à créer un (ou plusieurs) poste(s) de méthodologie historique. L’entreprise sera couronnée de succès, puisque Seignobos deviendra, en 1907, professeur de « méthode historique » sur une chaire créée spécialement pour lui. Langlois sera nommé, pour sa part, directeur des Archives nationale en 1913. Ces enjeux académiques expliquent que les deux auteurs aient tenu à préciser quelle était leur contribution propre dans la rédaction du livre3.

6L’Introduction aux études historiques veut également légitimer la « méthode historique » en se démarquant des autres discours sur l’histoire. D’un côté, Langlois et Seignobos ferraillent contre les philosophes durkheimiens qui sont en train de construire une « science sociale » prétendant englober l’histoire. D’un autre côté, ils prennent leurs distances à l’égard des « généralistes » (les littérateurs, les essayistes et autres amateurs d’histoire) qui avaient tenu jusque-là le haut du pavé. À l’époque (c’est encore le cas aujourd’hui), la majorité des ouvrages historiques étaient écrits par des auteurs qui n’étaient pas des historiens « professionnels », mais par des journalistes, des médecins, des écrivains, des militants politiques, traitant de problèmes d’actualité en phase avec les attentes du grand public. La professionnalisation de l’histoire nécessite de défendre le travail spécialisé, en rompant aussi avec les écrits des historiens universitaires de la génération précédente (comme Michelet, Taine ou Renan).

7L’importance extrême accordée dans ce livre à la construction des faits et à la critique documentaire s’explique par ce contexte particulier. Une discipline scientifique ne peut en effet s’imposer dans le champ du savoir que si ses partisans sont capables de mettre en évidence ce qui constitue son « principe propre ». Langlois et Seignobos affirment dans ce livre que le principe propre de la science historique, c’est le travail sur archives. Leur ouvrage peut être lu comme un immense effort visant à transposer dans le champ des études historiques les manières de travailler et de raisonner qui ont fait leurs preuves dans le domaine des sciences physiques. Le laboratoire de l’historien, ce sont ses sources. Toutes les réflexions développées sur la construction des « faits » sont calquées sur les descriptions que les physiologistes (comme Claude Bernard) ou les chimistes (comme Marcellin Berthelot) ont données de leurs travaux scientifiques.

8Le culte du « fait », qui leur sera abondamment reproché par la suite, s’explique par les contraintes de justification dans lesquelles ces deux historiens sont pris pour se démarquer à la fois des disciplines plus théoriques (comme la sociologie) et des récits à caractère historique destinés au « grand public ».

9L’Introduction aux études historiques est un livre hanté par le souci de démontrer la scientificité de l’histoire. Seignobos estime que l’historien est handicapé, par rapport au physicien ou au zoologiste, parce qu’il n’est pas en contact direct avec la réalité. Il ne peut voir lui-même les faits qu’il étudie car l’histoire est une connaissance par trace. On retrouve ici les raisonnements des pères fondateurs de l’historicisme allemand. Seignobos reprend à son compte (et à bon escient) la fameuse formule de Ranke affirmant que l’historien doit « s’imaginer les faits comme il les aurait vus s’il avait pu les observer lui-même » (wie es eigentlich gewesen).

10La démarche scientifique qui caractérise l’historien consiste à exercer son esprit critique de façon à vaincre l’obstacle que constitue la connaissance indirecte. C’est pourquoi l’anachronisme constitue, pour lui, la faute professionnelle majeure de l’historien, car elle repose sur des analogies superficielles avec le présent.

11La toute puissance de la trace explique aussi qu’aux yeux des deux auteurs, c’est l’archive qui commande le questionnaire et non pas l’inverse. Seignobos ne nie pas que toute science repose sur des questionnements, mais il refuse l’idée que l’historien puisse sélectionner ses sources à partir de ses propres interrogations. Il plaide à l’inverse pour un questionnaire universel permettant de classer adéquatement toutes les observations tirées de l’étude des archives.

12L’ouvrage insiste sur les deux facettes du travail de l’historien : l’analyse et la synthèse. Mais le mot « synthèse » sert aussi à désigner la dimension collective de la recherche historique. L’histoire, comme les autres sciences, ne peut progresser qu’au prix d’une division du travail qui exige de nouvelles formes de coopération entre les spécialistes. La synthèse devient alors le moment où la communauté savante se rassemble pour produire des ouvrages généraux (et notamment ces fameuses « Histoires de France » dirigées par Ernest Lavisse et destinées au grand public).

13Le modèle des sciences physiques imprègne aussi la conception de l’objectivité de la science que défendent Langlois et Seignobos dans cet ouvrage. Dans leur conclusion, ils affirment que l’histoire ne fournit pas d’enseignement pratique pour la conduite de la vie. Ils reprochent à leurs collègues allemands des « atteintes graves à la méthode scientifique » parce que beaucoup d’entre eux prennent parti et cherchent à influencer leurs lecteurs.

14Ce qui frappe dans ce livre, c’est la véhémence avec laquelle Langlois et Seignobos défendent les normes de la morale scientifique. Ils font l’apologie de la « modestie » à l’aide d’un vocabulaire comparant l’historien à un « travailleur », à un « ouvrier » de la science. Le rejet de l’histoire « commerciale » est exprimé dans des termes très virulents. Seignobos dénonce les « vulgarisateurs […] qui n’hésitent pas à résumer pour autrui ce qu’ils n’ont pas pris la peine d’apprendre eux-mêmes ». « Ces travaux sont en général lucratifs » ajoute-t-il. Malheureusement « le grand public n’est pas en état de distinguer nettement la vulgarisation honnête de la vulgarisation trompe-l’œil ».

15La dénonciation du commerce de l’histoire est encore plus violente dans la contribution de Charles-Victor Langlois. Il s’en prend aux étudiants en histoire qui sont « animés d’un esprit plus commercial que scientifique, grossièrement désireux de succès positifs » et qui se disent : « peu importe de travailler mal pourvu que l’on réussisse ». Il rend hommage à La Revue Critique, née sous le Second Empire. La « police scientifique » exercée par ses animateurs a permis des « exécutions mémorables ». Les « mauvais travailleurs furent dès lors pourchassés » et se réfugièrent dans la synthèse, car il y a encore « sur ce terrain de bonnes chances d’impunité ».

  • 4 Pour une analyse plus approfondie de cette définition « pragmatiste » de la vérité, voir Gérard Noi (...)

16Ces réflexions sont intéressantes car elles illustrent une conception de la vérité qui privilégie le contrôle des pairs (un fait peut être considéré comme « vrai » quand il a été validé par les autres spécialistes du même domaine)4. Il n’est donc pas surprenant que Langlois et Seignobos puissent plaider, dans le dernier chapitre, pour une écriture de l’histoire évitant les « ornements littéraires », au profit de la clarté du style et de la rigueur. Tous les travailleurs d’une discipline scientifique doivent parler en effet le même langage, de façon à faciliter le contrôle de la communauté sur les écrits de chacun de ses membres.

17L’Introduction aux études historiques peut donc être considérée comme un moment essentiel dans l’histoire de l’histoire non seulement parce que l’ouvrage fixe les principes élémentaires de la « méthode historique », mais aussi parce qu’il explicite les normes professionnelles d’une communauté savante.

18Son intérêt tient à une autre raison. Le pouvoir républicain ne s’est pas contenté de prendre des mesures favorisant l’autonomisation de l’histoire en tant que discipline savante. Il a aussi beaucoup œuvré en faveur de l’enseignement de l’histoire. À ce niveau, ce ne sont pas des objectifs scientifiques qui sont privilégiés, mais des objectifs civiques. Le nouveau régime s’appuie sur la pédagogie de l’histoire afin de cimenter la mémoire collective nationale. Pour atteindre ce but, il confie à l’élite des historiens universitaires l’élaboration des programmes, la rédaction des manuels et des ouvrages grand public célébrant « l’histoire de France », en laissant à des éditeurs privés (notamment la maison Hachette) le soin de les diffuser.

19La République a donc fixé aux historiens universitaires une double mission que j’appelle « l’histoire-science » et « l’histoire-mémoire ». Les deux peuvent être conjuguées, mais il suffit de consulter les bibliographies pour constater qu’au total les ouvrages relevant de la seconde catégorie l’emportent largement sur ceux qui relèvent de la première.

  • 5 Les profils de carrière varient en fonction du degré de transgression de ces règles élémentaires. L (...)

20L’Introduction aux études historiques marque un moment-clé dans l’histoire de la discipline parce qu’elle définit la compétence des historiens à partir de règles que la plupart d’entre eux s’emploient constamment à transgresser5. Plus précisément, la méthode historique fixe les règles qu’il faut appliquer dans sa thèse de doctorat pour être recruté dans la communauté des historiens. Mais on peut facilement s’en affranchir par la suite, tout en continuant à se déclarer « historien ».

21Charles Seignobos a joué, à ce niveau aussi, un rôle fondateur. Après sa thèse sur le régime féodal de Bourgogne, qu’il a soutenue en 1882, il n’a publié aucun article, aucun livre, mettant en œuvre les règles de sa méthode scientifique. C’est pourtant au nom de ces règles qu’il a évalué les compétences d’un très grand nombre de jeunes historiens, lors des multiples jurys de thèse et commissions de spécialistes dont il a fait partie au cours de sa longue carrière.

  • 6 Charles Seignobos, Histoire politique de l’Europe contemporaine 1814-1914, Armand Colin, 1924 (1897 (...)

22Mais comme chacun sait, Charles Seignobos était un historien « sincère ». C’est sans doute la raison pour laquelle il a tenté de justifier publiquement cette contradiction. Dans l’introduction de l’un de ses manuels6, il écrit qu’en histoire contemporaine, « la plus grande difficulté vient de l’abondance écrasante des documents. La méthode historique exige l’étude directe des sources ; or la vie d’un homme ne suffirait pas – je ne dis pas à étudier et à critiquer – mais à lire tous les documents même d’un seul État européen. Il est donc matériellement impossible d’écrire une histoire contemporaine de l’Europe conforme aux principes de la critique […]. Il m’a fallu renoncer à l’étude directe des documents, seule légitime logiquement, mais évidemment impraticable, et adopter un procédé plus imparfait logiquement, mais qui m’a paru suffire pour atteindre une partie au moins de la vérité historique ».

23Plus loin, il ajoute qu’« en histoire contemporaine, la masse des documents est telle que la méthode régulière des citations est impossible ». Mais « les faits généraux ressortent de la lecture des documents avec une telle évidence et sont établis avec une telle certitude qu’il suffit d’indiquer les ouvrages où la démonstration est faite. J’ai donc renoncé à indiquer en notes les références aux documents et je me suis borné à donner une bibliographie critique à la fin des chapitres.» CQFD !

24En s’efforçant de justifier ainsi ses privilèges d’historien généraliste au nom de raisons méthodologiques, Seignobos conforte les préjugés de la profession à l’égard de la période contemporaine, laquelle sera longtemps exclue du champ des recherches mettant en œuvre les règles de la méthode historique.

  • 7 Charles Péguy, « Langlois tel qu’on le parle », dans L’Argent, (6/2/1913), repris dans Charles Pégu (...)

25Les positions de pouvoir qu’il a occupées dans la discipline empêcheront les jeunes historiens de critiquer ouvertement son double langage. Pourtant, quelques années après la publication de l’Introduction aux études historiques, Charles Péguy avait déjà dit l’essentiel. « Quand nos maîtres ont inventé la méthode, quand ils l’ont introduite parmi nous, fut-il entendu qu’ils se réservaient, eux seuls, le droit de ne pas la suivre ? La loi est faite pour tout le monde. Fut-il entendu que nos maîtres introduisaient la méthode pour que nous fussions forcés de la suivre et pour que eux ils ne fussent pas forcés de la suivre.7 »

*

  • 8 Marc Bloch, Apologie pour l’histoire ou Métier d’historien, Armand Colin, 1949.

26Langlois et Seignobos n’ont pas « inventé » les règles de la méthode historique. Comme l’a souligné Marc Bloch, les principes de base de la critique documentaire étaient connus en France depuis le xviie siècle8. Ces principes ont été systématisés et codifiés par les historiens allemands au début du xixe siècle. L’impact de l’Introduction aux études historiques tient au fait que l’ouvrage a été conçu comme un manuel qui rassemble et synthétise ces règles. Aucun historien n’a jamais été aux archives avec ce livre en main. Néanmoins, comme beaucoup d’autres manuels, celui-ci a contribué à la diffusion des savoir-faire propres à la discipline, par le biais notamment des exercices imposés aux étudiants dans l’apprentissage du commentaire de documents.

27D’un point de vue socio-historique, l’importance du manuel de Langlois et Seignobos dans le champ des études historiques tient au fait que, paradoxalement, il a fourni des arguments aux « dominés » contre les « dominants », aux spécialistes contre les généralistes, aux besogneux de la thèse contre les industriels de la synthèse. Charles Péguy, ayant rompu avec le milieu universitaire pour mener sa vie d’écrivain engagé, a pu dire tout haut ce que la plupart des jeunes historiens de sa génération pensaient tout bas. Mais il faudra attendre les années 1930, quand Charles Seignobos sera enfin mis à la retraite (à l’âge de 75 ans !), pour que les langues se délient.

  • 9 Lucien Febvre, « Entre l’histoire à thèse et l’histoire-manuel. Deux esquisses récentes de l’histoi (...)

28Lucien Febvre a été l’une des victimes du pouvoir arbitraire qu’a exercé « l’historien sincère » dans les commissions de recrutement et les jurys de thèse. Écarté de la Sorbonne par Seignobos au milieu des années 1920, Febvre prendra sa revanche après son élection au Collège de France (en 1933), en inaugurant la « légende noire » de Seignobos. Mais au lieu d’aborder de front le problème que pose la division du travail historique entre thèse et synthèse, études spécialisées et ouvrages généraux, recherche et enseignement, Febvre se place sur un plan épistémologique, entraînant ainsi la réflexion sur l’histoire dans une impasse9. En utilisant la philosophie pour régler ses comptes d’historien, Febvre va contribuer à faire de cette discipline un réservoir d’insultes.

  • 10 Voir notamment Henri-Irénée Marrou, De la connaissance historique, Seuil, 1975 (1954) et Fernand Br (...)

29Le terme « positivisme » – qui désigne, en philosophie, un courant de pensée parmi d’autres – devient, dans le langage indigène des historiens, un gros mot fréquemment utilisé pour discréditer Seignobos et le manuel qu’il a écrit avec Langlois. Au prix de contresens manifestes, l’ouvrage est accusé d’avoir prôné une forme de connaissance empiriste, niant la construction du fait historique, ou d’avoir enfermé la discipline dans un corporatisme hostile à la philosophie10.

  • 11 Dans un ouvrage collectif prônant une « Nouvelle Histoire », Jean Lacouture se félicite que les his (...)

30Dans les années 1970, la dénonciation du positivisme change de sens. Le succès commercial des nouvelles collections d’histoire dirigées par des universitaires (Michel Winock et Jacques Julliard au Seuil, Pierre Nora chez Gallimard) incite cette nouvelle génération d’historiens à justifier la « déprofessionnalisation » de l’histoire (voir les liens étroits noués alors avec le journalisme et l’édition grand public), en reprenant à son compte la critique du « positivisme »11.

  • 12 Antoine Prost, « Seignobos revisité », Vingtième Siècle, Revue d’Histoire, n° 43, juil-sept 1994.

31Depuis les années 1990, l’histoire des universitaires ayant perdu de son attrait dans le grand public, les historiens ont amorcé un mouvement de repli à l’intérieur de leurs institutions ; ce qui explique sans doute le regain d’intérêt pour l’ouvrage de Langlois et Seignobos. Dans sa préface, Madeleine Rebérioux trouve surprenant qu’on ait pu le présenter comme un manuel « positiviste ». Deux ans plus tard, Antoine Prost enfonce le clou en déplorant que Charles Seignobos soit devenu le repoussoir de la discipline, « la sentence bénéficiant de l’autorité de la chose jugée »12. Les articles historiographiques que j’ai publiés dans la même période s’inscrivent dans le prolongement d’une démarche qui s’efforce d’étudier les écrits des historiens en respectant les règles élémentaires de la méthode historique.

32« Il faut lire les travaux des historiens avec les mêmes précautions critiques qu’on lit les documents » écrivait déjà Charles Seignobos dans cette Introduction aux études historiques. Avis aux amateurs !

Notes

1 Charles-Victor Langlois et Charles Seignobos, Introduction aux études historiques, Éditions Kimé, 1992 (préface de Madeleine Rebérioux).

2 Thomas S. Kuhn, La structure des révolutions scientifiques, Flammarion, 1983 (1962).

3 Charles Seignobos annonce déjà dans sa contribution l’ouvrage qu’il publiera trois ans plus tard pour défendre une définition de la « science sociale » construite sur les principes de la « méthode historique » ; voir Charles Seignobos, La méthode historique appliquée aux sciences sociales, Felix Alcan, 1901.

4 Pour une analyse plus approfondie de cette définition « pragmatiste » de la vérité, voir Gérard Noiriel, Sur la « crise » de l’histoire, Gallimard, collection Folio Histoire, 2005 (1996).

5 Les profils de carrière varient en fonction du degré de transgression de ces règles élémentaires. Le moule républicain a ainsi fabriqué deux types idéaux de réussite professionnelle qui s’imposent dès la fin du xixe siècle. Le premier, incarné par Gabriel Monod (né en 1844), reste proche du pôle savant. Il aboutit au Collège de France. Le second, incarné par Ernest Lavisse (né en 1842), occupe le pôle mémoriel. Il débouche sur l’Académie française.

6 Charles Seignobos, Histoire politique de l’Europe contemporaine 1814-1914, Armand Colin, 1924 (1897), p. V-VI.

7 Charles Péguy, « Langlois tel qu’on le parle », dans L’Argent, (6/2/1913), repris dans Charles Péguy, Œuvres complètes, Gallimard, collection La Pléiade, vol. 3, 1992, p. 828-884.

8 Marc Bloch, Apologie pour l’histoire ou Métier d’historien, Armand Colin, 1949.

9 Lucien Febvre, « Entre l’histoire à thèse et l’histoire-manuel. Deux esquisses récentes de l’histoire de France », Revue de synthèse, 5, 1933.

10 Voir notamment Henri-Irénée Marrou, De la connaissance historique, Seuil, 1975 (1954) et Fernand Braudel, Écrits sur l’histoire, Flammarion, 1969.

11 Dans un ouvrage collectif prônant une « Nouvelle Histoire », Jean Lacouture se félicite que les historiens aient enfin rompu avec une définition de « l’Objectivité » sur laquelle « le positivisme était irrémédiablement campé », car il y voit la preuve que « l’historien et le journaliste se rapprochent de plus en plus » ; Jean Lacouture, « L’histoire immédiate », dans Jacques Le Goff (dir), La Nouvelle Histoire, Bruxelles, Éditions Complexe, 1988 (1978), p. 243 et suiv.

12 Antoine Prost, « Seignobos revisité », Vingtième Siècle, Revue d’Histoire, n° 43, juil-sept 1994.

Auteur

Gérard Noiriel est directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales. Il s’est intéressé à l’histoire du monde ouvrier et a publié Longwy, immigrés et prolétaires (PUF, 1984) et Les ouvriers dans la société française, XIXe-XXe siècles (Seuil, 1985). C’est l'un des pionniers de l'histoire de l'immigration en France, auteur de Le Creuset français. Histoire de l’immigration en France XIXe-XXe siècles (Seuil, 1988) et Immigration, antisémitisme et racisme en France (XIXe-XXe siècle), Discours publics, humiliations privées (Fayard, 2007). Mais il a également développé une réflexion sur l’interdisciplinarité et sur l’épistémologie historique qui l’ont amené à publier Sur la crise de l’histoire (Belin, 1996)  ou Penser avec, penser contre : itinéraire d’un historien (Belin, 2003). Il est par ailleurs cofondateur du Comité de vigilance face aux usages publics de l’Histoire (CVUH).

Acheter