Version classiqueVersion mobile

De la nature à l’esprit

Appendice

Félix Ravaisson, De la métaphysique d’Aristote

Texte intégral

1En 1833, le jeune Félix Ravaisson présente un mémoire sur la métaphysique d’Aristote, en réponse à la question posée par l’Académie des sciences morales et politiques. Cette étude amorce une longue réflexion sur la philosophie antique dont le prolongement le plus direct est L’Essai sur la Métaphysique d’Aristote. Cependant le cœur même du propos se situe dans la tentative d’une histoire de la philosophie qui s’esquisse ici. Ravaisson tente de rendre compte de la métamorphose de la pensée métaphysique, de la philosophie d’Aristote à celle de Schelling. Il nous offre donc déjà un aperçu de sa conception de l’histoire de la philosophie, qui est reconstitution de la genèse progressive d’un concept, celui capable de dire l’être. L’élaboration du concept de force, dans sa reprise de l’idée aristotélicienne d’entéléchie, mais dénuée du caractère formel de celle-ci permet à la fois d’exprimer la personnalité (que, selon Ravaisson, Aristote, puis Descartes manquent) et de rendre compte du surgissement dans le monde de la différence, que suppose la hiérarchie ontologique. Le concept de force apparaît comme le contrepoint d’une philosophie de la substantialité dont Ravaisson souligne le point aveugle : comment l’activité pourrait-elle surgir de la passivité du principe ? C’est donc le « combat contre le système de la substantialité pure » qu’il nous présente ici. L’enjeu métaphysique est de reconduire l’activité au cœur du principe, de mettre un terme à la pensée d’une « émanation perpétuelle » à laquelle Ravaisson reproche d’être « insensible et involontaire ».

2Nous avons choisi des extraits du mémoire qui illustrent ces différentes phases critiques ; les trois passages présentés reprennent les trois moments principaux de l’argumentation ravaissonienne :

  • l’extrait du chapitre III souligne les limites de la philosophie aristotélicienne ;
  • l’extrait du chapitre IV présente Leibniz comme le continuateur d’Aristote, celui qui donne toute son ampleur spéculative à la notion d’entéléchie, en la repensant comme passage infini de la puissance à l’acte, en stricte opposition à une pensée de la substantialité figée ;
  • la conclusion, reproduite dans son intégralité, résume la réponse apportée par Ravaisson à la question posée par l’Académie des sciences morales et politiques.
  • 1 Victor Cousin, Fragments philosophiques pour servir à l’histoire de la philosophie, Genève, Slatkin (...)
  • 2 Victor Cousin, op. cit. p. 178.
  • 3 Victor Cousin, op. cit. p. 179.

3Ces moments décisifs avaient déjà été soulignés par Victor Cousin dans son Rapport à l’Académie des sciences morales et politiques sur le concours ouvert en 1833 1. Si les deux premières parties du manuscrit consacrées à l’authenticité du texte et à l’analyse chapitre par chapitre de la métaphysique se retrouvent en partie dans L’Essai sur la Métaphysique d’Aristote, que Ravaisson publiera par la suite, les développements des chapitres III (Étude critique et philosophique de la métaphysique) et IV (Histoire de la métaphysique) méritent très certainement de pouvoir être relus. Le choix de textes que nous présentons ici reprend, en partie celui de Cousin, qui qualifiait ainsi le chapitre III : « L’histoire de la métaphysique : ce morceau est sans contredit le meilleur de tout l’ouvrage2 » et qui signalait le passage du chapitre IV que nous proposons « sur le péripatétisme perfectionné de Leibniz, comme un de ceux qui marquent le mieux la direction philosophique de l’auteur3 ».

  • 4 D’autre part, nous avons reproduit les citations latines et grecques telles que Ravaisson les retra (...)
  • 5 Cf. les fragments de Ravaisson cités en appendice dans les ouvrages de Joseph Dopp, Félix Ravaisson (...)
  • 6 « Nous craignons que ce mémoire ne paraisse surchargé de notes. » Telle est la première phrase de R (...)
  • 7 Essentiellement Métaphysique, XII, 7-8-9, et De l’âme, III, 10.

4Dans la perspective de cet ouvrage, à savoir une introduction aux pensées françaises du xixe siècle, et non pas une édition critique, nous avons fait le choix de ne pas reproduire les notes de Ravaisson4. Certes, cet élagage intempestif trahit la forme originelle du texte, mais il laisse aussi percer ce qui fera le style ravaissonien : une écriture dense et parfois elliptique, qui caractérisera De l’habitude. Ce style ramassé connaîtra son expression la plus radicale dans les aphorismes poétiques que présentent les fragments5. Le mémoire s’ouvre d’ailleurs sur une remarque du jeune philosophe qui s’excuse des nombreuses notes qui jalonnent son propos6. Cette multiplicité des notes est le signe d’un progrès en cours de la pensée dans son travail d’intériorisation de l’histoire de la philosophie – ainsi que du respect de l’exercice académique auquel il se livre. Il faut noter une différence entre le passage du chapitre III, où Ravaisson se réfère fréquemment au texte d’Aristote7, et celui du chapitre IV, où les notes se font rares. Peut-être est-ce parce que Ravaisson exprime dans ce dernier chapitre une pensée qui s’est déjà assimilé les références philosophiques qui la sous-tendent. Ainsi dans l’étude de la forme même de sa pensée se retrouve le thème majeur de l’implicite, comme si l’écriture tendait elle-même à dire plus que ce qu’elle manifeste, comme si elle était toujours déjà renvoi à une pensée antérieure, présupposée et intériorisée.

Notes

1 Victor Cousin, Fragments philosophiques pour servir à l’histoire de la philosophie, Genève, Slatkine Reprints, 1970, tome 1, p. 114 sq. : Rapport à l’Académie des sciences morales et politiques sur le concours ouvert en 1833 sur la métaphysique d’Aristote. Le manuscrit de Ravaisson, le n° 9, est analysé à partir de la page 170.

2 Victor Cousin, op. cit. p. 178.

3 Victor Cousin, op. cit. p. 179.

4 D’autre part, nous avons reproduit les citations latines et grecques telles que Ravaisson les retranscrit, sans accentuation.

5 Cf. les fragments de Ravaisson cités en appendice dans les ouvrages de Joseph Dopp, Félix Ravaisson, la formation de sa pensée d’après des documents inédits, Louvain, éd. de l’Institut supérieur de philosophie, 1933 et de Dominique Janicaud, Ravaisson et la métaphysique, une généalogie du spiritualisme, Paris, Vrin, 1997.

6 « Nous craignons que ce mémoire ne paraisse surchargé de notes. » Telle est la première phrase de Ravaisson.

7 Essentiellement Métaphysique, XII, 7-8-9, et De l’âme, III, 10.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search