Version classiqueVersion mobile

Lectures de Canguilhem

L’individualité

La vie selon ses points de vue

Guillaume le Blanc

Texte intégral

  • 1 Cf. « Vingt ans après » in Le Normal et le pathologique, Paris, PUF, 1966, p. 155.
  • 2 Ibid., p. 155.
  • 3 Cf. « La décadence de l’idée de progrès », in Revue de métaphysique et de morale.
  • 4 Le terme de « passage » est constamment utilisé par Canguilhem à props de la distinction de la sant (...)
  • 5 Le Normal et le pathologique, op. cit., p. 155.
  • 6 Ibid., p. 156.

1Pourquoi une philosophie de la vie se développe-t-elle dans Le Normal et le pathologique par une prise en compte de l’idée de norme ? En quoi, pour reprendre les termes de Canguilhem, la recherche de la « signification fondamentale du normal » permet-elle d’éclairer une « analyse philosophique de la vie1 » ? La réponse à cette question nous semble suggérée dans la conclusion de l’ Essai par le fait que la norme ne peut s’entendre qu’au pluriel : « Il n’y a point de vie sans normes de vie2. » La vie n’est pas une norme antérieure à ses manifestations normatives, les dirigeant par le modèle qu’elle impose, en amont des activités du vivant. La vie est par les normes. Ce qui doit être entendu comme l’accomplissement d’un processus. Les normes réalisent la vie. Ce qui ne veut pas dire que, sans les normes, la vie se réaliserait autrement. Ce qui implique plutôt que, sans les normes, la vie ne se réaliserait pas. La norme cependant n’est pas une règle antérieure à la vie, une forme première que le parcours de la vie n’aurait qu’à réaliser. La norme se confond avec la vie en tant qu’elle est constamment à la recherche de sa réalisation. La norme désigne la vie engagée dans une direction. Là nous semble le point central du livre de Canguilhem, Le Normal et le pathologique : la vie est sans modèle. Cette absence de modélisation de la vie fait un avec la possibilité de la vie de changer de normes, de passer d’une norme à une autre, de revenir à une norme ancienne. Les normes, en raison même de leur pluralité, éloignent la vie de toute référence à un modèle normatif transcendant et l’engagent au contraire dans la particularité des points de vue. Si aucune vie n’est justiciable d’un modèle, chaque vie devient norme d’elle-même. La vie ne vaut plus alors que par la pluralité des points de vue qu’elle autorise. Ce point de vue ne doit pas lui-même être compris comme réappropriation par un vivant singulier d’une identité formelle permettant de penser les normes du vivant dans le cadre d’une continuité temporelle. Il suppose au contraire une immersion totale dans une norme singulière dont le passage à une autre norme ne peut qu’impliquer un changement de point de vue, « une rupture temporelle ainsi que l’affirme Canguilhem3 ». La vie est donc soumise à des perspectives qu’aucune perspective globale ne peut synthétiser. Selon ce perspectivisme, il importe de comprendre la vie en fonction des passages qu’elle autorise ou interdit4. Dès qu’il y a passage d’une norme à une autre qui préserve la capacité de cette nouvelle norme de passer à une autre norme, il y a vie saine. Dès que ce passage est lui-même soumis à une réduction de la capacité de passer à une autre norme, il y a pathologie. Ainsi Canguilhem écrit que « l’état sain est celui qui peut admettre le passage à de nouvelles normes » alors que l’état pathologique « traduit la réduction des normes de vie tolérées par le vivant5 ». Santé et pathologie n’ont donc pas de valeur absolue. Elles ne prennent sens que de l’intérieur du jeu normatif qu’elles autorisent ou réduisent. La valeur de vie d’un vivant humain, au bout du compte, est sans cesse rapportée à des expériences singulières liées à des transferts normatifs, lesquels, loin d’indiquer un concept objectif de la norme, déterminable scientifiquement, en soulignent au contraire la profonde valeur individuelle6.

Philosophie des normes et critique de l’idée de modèle

La modélisation biologique

  • 7 Du développement à l’évolution au xixe siècle, Paris, PUF, 1962, p. 22.
  • 8 Le Normal et le pathologique, op. cit., p. 62.
  • 9 « Le normal et le pathologique » in La Connaissance de la vie, Paris, Vrin, 1954, p. 156. « Ce qui (...)
  • 10 « Le normal et le pathologique », art. cit., p. 156. Ce sont les vitalistes qui permettent pour Can (...)
  • 11 Ibid., p. 156.
  • 12 C’est ce que suggère Canguilhem lorsqu’il indique en haut de la page 157 que la loi a remplacé le g (...)

2Si la norme, selon son sens étymologique rappelé par Canguilhem au début du chapitre II de l’ Essai sur quelques problèmes concernant le normal et le pathologique, suppose le fait positif d’une conformité à la règle (conformément au sens latin de norma, équerre), négatif, d’une difformité à la règle qui implique la nécessité d’une correction, d’un redressement qui est le fait même de la norme en tant que valeur à atteindre, il reste que la norme vitale ou sociale ne saurait être comprise comme modèle antérieur que l’activité du vivant se contenterait de développer. Il importe de s’éloigner du concept de développement tel qu’Auguste Comte l’énonce à propos de l’histoire de sa vie, comparée dans une lettre à Blainville de 1826, au développement d’un fœtus, et de lui préférer le concept de devenir. Ainsi que le rappelle Canguilhem à propos de Comte dans Du développement à l’évolution au xixe siècle, il faut considérer l’histoire de la vie comme « devenir au cours duquel l’homme se crée imprévisiblement, comme une aventure » plutôt que comme « développement » des « dispositions naturelles de l’homme7 », germe antérieur de la nature humaine dans lequel se trouve prédéterminée l’histoire humaine. Deux conséquences en résultent. 1) Il n’y a pas de nature humaine fondant en amont les normes à venir. Plus radicalement, il n’y a pas de nature de la vie susceptible d’intégrer par avance les différentes normes de vie. La vie, soumise aux normes, n’est pas elle-même une norme contenant par avance les différentes normes de la vie. Tenir la vie comme devenir implique de considérer la structure historique de la vie comme le surgissement imprévisible d’événements. 2) La manière de philosopher s’en trouve changée. Elle n’indique plus la nécessité d’une cohésion systématique conçue par Comte dans la première leçon du Cours de philosophie positive, comme le réquisit interne d’une philosophie des sciences. Elle implique le recours à un empirisme inédit que Canguilhem s’attache à définir comme une « philosophie de l’aventure intellectuelle8 ». L’interdiction de considérer la vie comme développement biologique d’un modèle antérieur signifie ainsi qu’aucune légalité, d’un point de vue vital, ne peut exister antérieurement à l’activité de vie d’un vivant singulier. Les phénomènes de la vie ne peuvent être ramenés à un type commun tenu pour norme de l’ensemble des phénomènes. La critique par Canguilhem du dogme de l’identification du normal et du pathologique trouve là son origine : aucune normalité ne peut contenir par avance le devenir de la vie. Le principe de Broussais, en ramenant les phénomènes pathologiques à une loi biologique d’identification, rapporte tous les désordres de la vie à un ordre antérieur valant comme loi de la vie. Plus fondamentalement, le normal hypostasié comme loi identitaire de l’ensemble des phénomènes de la vie forge le mythe d’une légalité de la vie analogue à celle des phénomènes de la nature, précisément dénoncée dans l’article « Le normal et le pathologique » dans La Connaissance de la vie. Dès lors que la vitalité est appréhendée en termes de loi, la compréhension biologique des phénomènes de la vie est ramenée à la saisie explicative des phénomènes de la nature. Or, ce qui caractérise la vie, montre Canguilhem à partir de Bichat, c’est son irrégularité9. La dynamique de la vie s’oppose à la répétition des phénomènes physiques. Parce que la vie est puissance, son effectuation est toujours production d’écarts. Contrairement aux propriétés physiques qui ne s’écartent pas de leur type naturel, les phénomènes vitaux ne peuvent être ramenés à un type naturel. Les normes biologiques de vie sont toujours des affirmations particulières, des processus singuliers d’individualisation tandis que les lois de la nature sont des caractérisations universelles, des formes générales. C’est pourquoi le vivant ne peut être traité comme « système de lois » mais comme « organisation de propriétés10 ». Parler en termes de lois a pour conséquence deux défauts majeurs aux yeux de Canguilhem. D’une part, les lois tendent à s’imposer comme la réalité première de la nature (« invariants essentiels »). Elles construisent une légalité naturelle à laquelle appartient la légalité biologique. D’autre part, elles dévalorisent les différentes singularités qui les composent en les considérant comme des phénomènes seconds qui, certes, sont englobés sous leur juridiction, non toutefois d’une manière exhaustive et infaillible mais par un aspect seulement. Du coup, « le singulier, c’est-à-dire l’écart, la variation apparaît comme un échec, un vice, une impureté11 ». Ce qui est nié dans la modélisation d’une légalité naturelle c’est bien toute l’histoire de la nature et a fortiori de la vie. Les individus vivants comme les individus naturels sont englobés sous des genres qui eux-mêmes sont définis par des lois12. L’événementialité de la vie disparaît derrière le primat de la loi sur l’ordre, de la moyenne sur la norme.

La modélisation médicale

  • 13 « Le normal et le pathologique » in La Connaissance de la vie, op. cit., p. 157.
  • 14 Canguilhem cite la phrase explicitement révélatrice de Claude Bernard extraite des Principes de méd (...)
  • 15 Ibid., p. 158.
  • 16 Ibid., p. 158.

3L’homogénéisation des fonctionnements vitaux à l’œuvre en biologie s’accomplit également dans la médecine. Elle a trait, en effet, au nivellement du normal et du pathologique fondé sur un primat de la physiologie sur la pathologie. C’est alors d’une méprise à l’égard du singulier qu’il est question dans la médecine lorsque la médecine prétend identifier le normal et le pathologique. Tandis que la biologie se constitue progressivement comme science du singulier, la médecine réactive le dogme de l’analogie, désormais interne aux phénomènes du vivant, qui homogénéise les différentes formes de singularités vivantes. L’identité du normal et du pathologique aux variations quantitatives près préserve une analogie du normal et du pathologique au profit du normal. Ce retour de l’analogie (non plus entre vie et non-vie mais entre les différents phénomènes de la vie) autorise un discours identitaire qui fixe le pathologique dans les lois du normal. « Le normal et le pathologique » dans La Connaissance de la vie propose d’ailleurs, à partir d’une réflexion sur les lois invariantes de la nature d’un côté, les écarts singuliers du vivant de l’autre côté, une thématisation du fait pathologique comme fait singulier. Le fait pathologique ne vaut que par sa relativité individuelle. Précisément, Claude Bernard, en homogénéisant le normal et le pathologique, en vue de mieux déployer la légalité des phénomènes vitaux, est contraint par la pratique médicale à reconnaître la valeur singulière des individus qui ne se subsument pas sous un type humain. Claude Bernard fait apparaître, souligne Canguilhem, une différence entre la connaissance des individus qui relève du type et la réalité individuelle qui en diffère selon le plus ou le moins13. Cette disjonction de la connaissance et de la réalité laisse entrevoir une individualité irréductible au type qui s’affirme, notamment, dans les écarts pathologiques. Cependant, montre Canguilhem, si Claude Bernard découvre la valeur singulière des individus et des coefficients de pathologie qui les affectent14, il recouvre cette valeur singulière de « la croyance à une légalité fondamentale de la vie15 ». Il finit par récuser tout surgissement différentiel de la vie et du pathologique dans la vie. La valorisation du pathologique ne peut alors être menée à son terme puisque la reconnaissance des existants individuels, affectés par des pathologies, reste en droit, à défaut du fait, sous la législation de la connaissance du type. La lecture de Claude Bernard par Canguilhem vise à faire apparaître une disjonction dans la conception médicale de Claude Bernard entre, d’une part, un primat de la valeur générale du type et, d’autre part, une reconnaissance factuelle de la valeur individuelle. Ce conflit des valeurs emporte la biologie de Claude Bernard dans une contradiction implicite qui ne peut être résolue que dans la reconduction de la valeur fondatrice du type. Tout se passe alors comme si Claude Bernard reconduisait, dans la division du type et de la singularité, la séparation platonicienne entre les Idées (le type) et les Choses (les singularités). Cette séparation se fait au détriment des Choses ou des singularités, au profit des Idées ou du type. Le triomphe du type sur le singulier est interprété par Canguilhem comme un retour à une « métaphysique traditionnelle16 ». Cette inscription de la médecine dans la métaphysique a des effets sur la pratique scientifique puisqu’elle néglige la relation nécessaire qui s’établit, en science, entre l’activité scientifique et l’obstacle scientifique – la pratique scientifique ne prenant son sens que par ce qui lui résiste. Si sa vérité vient de sa capacité à résoudre des problèmes, l’activité scientifique nécessite de faire advenir une difficulté qui a valeur momentanée d’obstacle. Loin que l’obstacle représenté par une singularité remette en cause le type, incapable de subsumer sous son cadre générique sa valeur particulière, il ne peut conduire à particulariser le type, pour Canguilhem, que s’il est correctement élucidé. Cette particularisation du type est produite par Canguilhem lorsqu’il substitue au concept fixé de type le concept dynamique d’ordre.

  • 17 Ibid., p. 158.

« Nous nous demanderons maintenant si, en considérant la vie comme un ordre de propriétés, nous ne serions pas plus près de comprendre certaines difficultés insolubles dans l’autre perspective. En parlant d’un ordre de propriétés, nous voulons désigner une organisation de puissances et une hiérarchie de fonctions dont la stabilité est nécessairement précaire17. »

4Cette substitution de l’ordre des propriétés vitales au type renverse le primat du général sur le singulier. Ce n’est désormais plus la particularité individuelle qui est subsumée sous la généralité de la loi mais la généralité qui n’a de valeur que relative, « précaire » selon Canguilhem.

Modifications et pluralité des points de vue

La valeur individuelle

5La précarité de l’ordre vital vient de ce qu’il est une composition des différentes productions individuelles, toujours soumise à la possibilité de l’écart, au surgissement du différent. La vie en tant qu’elle est production de multiplicités individuelles, élaboration de points de vue toujours nouveaux, cesse de valoir comme forme unique (légalité ou type) et est pensée au contraire comme développement, histoire des diverses « puissances » qui la composent. Tandis que la loi fixe une normalité première, le type, et détermine du même coup les écarts comme des exceptions à la loi (des « accidents »), l’ordre vital n’est autre que le surgissement pluriforme et plurivoque des modes vitaux compris à partir de la particularité de leurs points de vue. La substitution de l’ordre vital à la loi valorise la valeur singulière des individus, désormais appréhendés selon leurs propres critères, dévalorise la valeur générale du type, désormais compris comme norme extérieure, fixée de façon indue par une norme scientifique soucieuse en apparence d’une explication, tributaire en réalité du postulat métaphysique du primat de l’identité sur la différence.

6Le renversement opéré par Canguilhem procède ainsi de la nécessité de prendre au sérieux la valeur individuelle comme seule valeur réelle. La reprise par Canguilhem du principe leibnizien des indiscernables fixe non seulement la valeur réelle à partir de laquelle appréhender la valeur scientifique mais interdit en retour la dépendance de la valeur réelle à l’égard de la valeur scientifique. Parce que l’individu est en fait la réalité singulière par excellence, la science ne peut gommer ce fait au nom de la généralité postulée par l’argument du droit. Dès lors que la science substitue le droit au fait, le général au particulier, elle transfère ses propres normes scientifiques dans le réel qu’elle prétend étudier. Au lieu du découvrement espéré (la science comme dévoilement de la valeur singulière de la vie), la science procède alors à un recouvrement des valeurs vitales par les valeurs scientifiques.

Physiologie et pathologie

  • 18 Le Normal et le pathologique, op. cit., p. 141.
  • 19 Ibid., p. 141.
  • 20 Ibid., p. 135.
  • 21 Ibid., p. 135.
  • 22 Ibid., p. 137.

7Tel est le point de vue directeur du chapitre « Physiologie et pathologie » qui termine l’ Essai sur quelques problèmes concernant le normal et le pathologique. L’idée selon laquelle la physiologie n’a rien à apprendre de la pathologie repose sur la conception selon laquelle « la maladie » ne crée rien18. Ces deux erreurs, la non-reconnaissance de la pathologie, la non-reconnaissance de la maladie sont « liées ». Sur le plan contraire, penser l’hétérogénéité du normal et du pathologique oblige à penser l’originalité de la pathologie à l’égard de la physiologie. L’histoire de la vie implique de penser l’hétérogénéité des points de vue de la physiologie et de la pathologie. Les normes pathologiques ne sont pas les normes physiologiques. « La norme nouvelle n’est pas la norme ancienne19. » La définition de la physiologie, de par son rapport à la pathologie, s’en trouve modifiée. S’il est acquis que la physiologie est une science, son objet n’est pas le normal dans la mesure où le pathologique doit lui aussi être tenu pour une espèce du normal mais pour une espèce autre du normal, le pathologique étant défini20 comme un autre normal. Dès lors que la physiologie est science des constantes ou des invariants dans la vie, elle ne peut être science de la vie normale puisque cette dernière inclut la pathologie qui précisément modifie et perturbe les constantes en faisant apparaître un autre point de vue. D’où la signification du terme « historique » à propos de la vie : « Sa structure n’est-elle pas historique autant qu’histologique21 ? » La vie est histoire plutôt que nature, elle comprend les événements qui produisent le désordre dans la vie et que la physiologie ne peut prendre à son compte. La physiologie comme science des constantes ne peut être que lacunaire par rapport à la structure historique de la vie qui admet pluralité des points de vue. Le caractère lacunaire de la physiologie provient de ce qu’elle ne prend en compte qu’une allure de vie et méconnaît par là même la polarité de la vie22.

  • 23 Ibid., p. 151.
  • 24 Ibid., p. 137.
  • 25 Ibid., p. 137.

8La phsyiologie formule ainsi un point de vue abstrait sur la vie23. Ou bien ce point de vue est envisagé comme le seul point de vue et alors la fausse totalité reconstruite par la physiologie à propos de la vie revient à ne voir la vie que sous l’angle de la conservation (ou reproduction de ses tendances), ce qui précisément pour Canguilhem reprenant la leçon de Goldstein, est le signe d’une vie pathologique qui témoigne d’une inversion théorique de la vie normale en vie pathologique produite par la physiologie qui méconnaît le caractère local de son point de vue. Ou bien le point de vue de la physiologie est conscient de sa propre perspective. La physiologie devient alors un discours régional et non plus global et elle peut être définie24 comme « la science des allures stabilisées de la vie ». Il convient d’entendre le terme « stabilisées » comme le fruit d’un processus de stabilisation. Ce qui indique que la stabilité n’est que le fruit instable d’une conquête pour imposer des valeurs (des constantes) (analogie avec la valeur métastable de la vie). Ce qui souligne également que la physiologie est la science d’un effet plutôt que d’une effectuation : elle recueille la fin d’un processus dont le caractère terminal peut faire croire à l’oubli du processus et à l’autonomie d’une forme par rapport aux forces qui la constituent. C’est pourquoi Canguilhem évoque que l’identité physiologique est à entendre non comme une nature ou essence de l’organisme mais comme une habitude, l’imposition d’une forme qui prend le dessus sur les autres formes25.

La différence normative des allures de vie

  • 26 Ibid., p. 138-142.
  • 27 Ibid., p. 137.
  • 28 Ibid., p. 138.

9Ce n’est qu’à cette condition que les rapports de la physiologie et de la pathologie peuvent être entrevus26. Il s’agit de distinguer, à côté du point de vue physiologique, un second point de vue pour rendre compte de la vie normale, le point de vue pathologique. La différence physiologie / pathologie est pensée par Canguilhem grâce au concept de normativité qui émerge à partir d’une analyse philosophique de la vie. La vie a deux allures dont l’une est l’objet de la physiologie et l’autre l’objet de la pathologie. Les allures qui se stabilisent dans des constantes qui en elles-mêmes rendent possibles leur dépassement désignent des constantes normales parce que normatives : leur valeur est propulsive, elle permet un avenir des normes. Les allures qui se stabilisent dans des constantes qui n’autorisent pas leur dépassement et dont tout l’effort est de les maintenir désignent des constantes normales parce que pathologiques ; leur valeur est répulsive, elle interdit un avenir des normes, en raison de l’extinction en elles de la normativité : « La mort en elles de la normativité. » Selon le premier point de vue, ce qui est possible concerne la création de nouvelles constantes tandis que selon le second point de vue, seule peut advenir l’impossibilité de changer de constantes. Deux formes d’histoires en résultent, une histoire par excès et une histoire par défaut, une histoire évolutive et une histoire de la « crise évolutive27 ». Ces deux formes d’histoires sont elles-mêmes liées à deux formes de normalité, une normalité physiologique relative à l’allure propulsive de la vie, une normalité pathologique relative à l’allure répulsive de la vie28 qui, toutes deux, témoignent de l’absence de modèle antérieur à l’activité de vie et de l’immersion de l’activité de vie dans une perspective singulière.

Le point de vue du vivant singulier

  • 29 Ibid., p. 139.

10Il en résulte que la pathologie n’est pas le complément de la physiologie (ce qui, en un sens, serait réintroduire l’argument de Claude Bernard) mais l’autre de la physiologie, ce en quoi la vie prend une autre forme. Précisément, la pathologie vaut comme l’autre de la physiologie quand le rapport normal / pathologique est appréhendé à partir de l’histoire individuelle : « C’est d’abord le malade qui a constaté un jour...29 » Cette altérité ne prend de sens qu’en tant qu’elle est vécue existentiellement comme une priorité. Seul le point de vue du vivant singulier demeure la valeur première. Le concret de la maladie est ce à partir de quoi l’abstrait de la physiologie peut être évalué. L’homme concret ne désigne pas une norme abstraite confondue avec une essence générale de l’homme mais le point de vue singulier à partir duquel l’événement pathologique doit être compris (d’où la valeur éminemment concrète de la médecine sous la forme d’une clinique ou d’une thérapeutique) et à partir duquel la physiologie en tant que science abstraite prend elle-même son sens. Il s’agit donc bien d’aller, par la conscience de vie impliquée dans la souffrance d’un vivant singulier, du pathos au logos, le normal ne prenant sens que par l’expérience engendrée par un sentiment normatif d’anormalité.

11Je proposerai trois conclusions à cette rapide analyse des points de vue.

    • 30 La Connaissance de la vie, op. cit., p. 148.

    Définir la vie selon ses points de vue, c’est s’engager dans une réflexion sur le sens subjectif des différentes valeurs de vie. La multiplicité des formes que prend la vie, liée à une critique d’une normalité a priori de la vie, dépend en un sens de la manière dont chaque vivant valorise une norme plutôt qu’une autre, valorisation qui est à la fois biologique, sociologique et existentielle (selon la tripartition des sens de la norme définie au début de l’article « Le normal et le pathologique » dans La Connaissance de la vie). S’il est vrai, conformément à l’exemple retenu par Canguilhem, que le vivant humain distingue en valeur l’excrément de l’aliment30, distinction qui suppose de faire émerger des valeurs biologiques au sein de la réalité physico-chimique, il reste que les valeurs énoncées par le vivant humain sont pour une large part liées à la singularité du point de vue d’un vivant engagé à sa manière dans une pluralité de normes et s’éprouvant à sa manière (conflictuelle ou non) dans les normes qu’il supporte ou qui l’insupportent.

    • 31 Cf. Gilbert Simondon. L’Individu et sa genèse physico-biologique.

    Définir la vie selon ses points de vue, c’est également prendre en considération le sens négatif des valeurs de vie. La multiplicité des formes que prend la vie suppose une négativité interne à la vie qui implique que la vie n’est jamais en phase avec elle-même, qu’elle n’est toujours que dans le débordement à l’égard des normes antérieures. Cette négativité en laquelle trouve son origine l’événement du pathologique affirme une labilité fondamentale de la vie qui fait un avec la valeur métastable de la vie31. Chaque point de vue est alors lui-même en rapport avec une expérience du négatif, qu’elle soit de l’ordre du renversement normatif de la norme antérieure dans la norme nouvelle ou qu’elle relève de la destitution de la capacité normative à changer de norme.

    • 32 Cf. Georges Canguilhem, « Milieux et normes de l’homme au travail » (sur l’ouvrage de Georges Fried (...)

    Définir la vie selon ses points de vue suppose également de comprendre comment les normes sociales participent à leur manière, sous une forme impérative ou de sollicitation, de la redéfinition des points de vue. Cet élément nous paraît essentiel. Si la vie ne relève d’aucun modèle, il est un fait que des modélisations sociales tendent à imposer à la vie une norme extérieure, de rendement, d’adaptation, de soumission. Là encore, il conviendrait de montrer32 comment à propos des normes sociales, le vivant garde l’initiative de son point de vue par la capacité de l’écart normatif qu’il institue au sein des normes existantes, l’activité de vie pouvant alors être définie selon le mot d’Yves Clot comme le travail de soi dans le travail des autres. S’il est vrai que certaines normes tendent à s’imposer socialement comme les modèles d’une vie commune, ces modèles ne valent que par l’accord toujours provisoire auquel les hommes consentent momentanément. Une philosophie des points de vue désigne, ainsi, une philosophie de la réappropriation, par le vivant, de ses normes de vie.

Notes

1 Cf. « Vingt ans après » in Le Normal et le pathologique, Paris, PUF, 1966, p. 155.

2 Ibid., p. 155.

3 Cf. « La décadence de l’idée de progrès », in Revue de métaphysique et de morale.

4 Le terme de « passage » est constamment utilisé par Canguilhem à props de la distinction de la santé et de la maladie. Voir notamment la conclusion de l’Essai sur quelques problèmes concernant le normal et le pathologique.

5 Le Normal et le pathologique, op. cit., p. 155.

6 Ibid., p. 156.

7 Du développement à l’évolution au xixe siècle, Paris, PUF, 1962, p. 22.

8 Le Normal et le pathologique, op. cit., p. 62.

9 « Le normal et le pathologique » in La Connaissance de la vie, Paris, Vrin, 1954, p. 156. « Ce qui est en question, au fond, c’est autant l’objet de la biologie que celui de l’art médical. Bichat dans ses Recherches sur la vie et la mort (1800) faisait de l’instabilité des forces vitales, de l’irrégularité des phénomènes vitaux, en opposition avec l’uniformité des phénomènes physiques, le caractère distinctif des organismes. »

10 « Le normal et le pathologique », art. cit., p. 156. Ce sont les vitalistes qui permettent pour Canguilhem d’être attentifs aux irrégularités des phénomènes de la vie à l’origine d’un ordre de la vie plutôt que d’un système de lois.

11 Ibid., p. 156.

12 C’est ce que suggère Canguilhem lorsqu’il indique en haut de la page 157 que la loi a remplacé le genre mais a conservé son sens premier. L’analogie du rapport loi / phénomène au rapport genre / individu suggère un transfert de la subsomption de l’individu sous le genre dans la loi elle-même et implique que le genre retient une classe d’individus en fonction d’une loi particulière.

13 « Le normal et le pathologique » in La Connaissance de la vie, op. cit., p. 157.

14 Canguilhem cite la phrase explicitement révélatrice de Claude Bernard extraite des Principes de médecine expérimentale (chapitre XV) : « Si la vérité est dans le type, la réalité se trouve toujours en dehors de ce type et elle en diffère constamment. Or, pour le médecin, c’est là une chose très importante. C’est à l’individu qu’il a toujours affaire. Il n’est point de médecin du type humain, de l’espèce humaine. »

15 Ibid., p. 158.

16 Ibid., p. 158.

17 Ibid., p. 158.

18 Le Normal et le pathologique, op. cit., p. 141.

19 Ibid., p. 141.

20 Ibid., p. 135.

21 Ibid., p. 135.

22 Ibid., p. 137.

23 Ibid., p. 151.

24 Ibid., p. 137.

25 Ibid., p. 137.

26 Ibid., p. 138-142.

27 Ibid., p. 137.

28 Ibid., p. 138.

29 Ibid., p. 139.

30 La Connaissance de la vie, op. cit., p. 148.

31 Cf. Gilbert Simondon. L’Individu et sa genèse physico-biologique.

32 Cf. Georges Canguilhem, « Milieux et normes de l’homme au travail » (sur l’ouvrage de Georges Friedmann, Problèmes humains du machinisme industriel), in Cahiers internationaux de sociologie, 1947, vol. III.

Auteur

Maître de conférences à l’université Michel-de-Montaigne à Bordeaux.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search