Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Conclusion

p. 85-86


Texte intégral

1Dans cette étude, nous avons tenté de faire apparaître la diversité et la richesse des points d’ancrage du Maître et Marguerite, la complexité des réseaux sémantiques et culturels sous-jacents au texte.

2La partie moscovite du roman renvoie tout à la fois aux années vingt et trente du xxe siècle. Les « grimaces de la NEP », période qui vit prospérer trafiquants, affairistes et aventuriers de tout poil furent en effet une manne pour les humoristes soviétiques, Boulgakov en particulier. À cette veine comique vient se greffer la thématique du totalitarisme : satire au vitriol des mœurs de l’élite littéraire officielle, mise au pas de la vie culturelle, chasses à l’homme, dénonciations, arrestations, univers carcéral. À Moscou, cette problématique engendre des aventures tout à la fois grotesques, fantastiques et picaresques depuis les mystérieuses disparitions de l’appartement n° 50 jusqu’à l’inquiétant théâtre à l’enseigne « Rendez vos devises ». L’omniprésence des espions et des mouchards a pour corollaire la méfiance obsessionnelle des Moscovites enclins à se tourner vers une police toujours désignée sur le mode allusif pour résoudre leurs problèmes petits et grands. La peur, la prison et l’hôpital psychiatrique ont raison du Maître. L’artiste est détruit comme jadis le prophète. En effet, cette même thématique du totalitarisme s’exprime dans les chapitres « antiques » d’où tout élément de comique est banni d’une façon plus tragique, plus philosophique, plus universelle aussi. Elle s’y reflète dans l’histoire et interpelle « en creux » la doctrine chrétienne. Dans Le Maître et Marguerite, Boulgakov articule pour la première fois le comique et la satire au questionnement sur le mal, la liberté de l’homme et sa culpabilité qui l’obsède depuis ses toutes premières œuvres.

3Or, en dépit de la superposition de ces strates qui convoquent une multitude d’échos culturels le texte est rien moins qu’hétéroclite. Sa continuité s’affirme d’un bout à l’autre. Elle tient à l’homogénéité du matériau de base, relativement limité dans son extension, mais susceptible d’entrer dans une multiplicité de combinaisons où il subit des modifications notables mais qui n’affectent pas l’essentiel de sa structure et le laissent aisément reconnaissable comme dans un kaléidoscope. Cette combinatoire mouvante d’un matériau tout à la fois protéiforme et stable explique que le foisonnement des interprétations ponctuelles suscitées par la plasticité du texte ne modifie ni ses significations essentielles ni son impact esthétique. Il y a lieu de penser que, grâce à cette forme proche du mythe dans son fonctionnement, ce texte d’ores et déjà classique continuera de vivre et d’engendrer débats et découvertes, imitations et parodies, projections, rejets et passions.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.