Version classiqueVersion mobile

Étude sur Le maître et Marguerite

 | 
Marianne Gourg

Chapitre 8

Quelques aspects de l’onomastique du Maître et Marguerite

Texte intégral

Effets de « dépaysement »

  • 1 Yeshoua signifie en araméen « le seigneur est le salut ». Ga Notzri signifie « de Nazareth ». Le no (...)
  • 2 Cité par Renan dans sa Vie de Jésus comme la bourgade dont était issu Judas de Galilée, farouche op (...)
  • 3 Signifie en hébreu « le puits de Sarid ». Peut-être le nom arabe de Nazareth.

1Boulgakov, en particulier dans les chapitres « antiques », se plaît à modifier l’onomastique de façon à arracher les personnes et les lieux aux représentations habituelles, au cliché, au déjà-vu. C’est ainsi que les termes les plus connus se voient dotés d’une coloration légèrement exotique. Jérusalem, en russe Ierousalim, est désignée par le vocable hébreu de Erchalaïm. Jésus, en russe Isous, devient Yeshoua-Ga-Notzri1. La phonétique du nom est donc totalement bouleversée, coupée de ses champs associatifs accoutumés. Cette transformation éloigne le personnage de son image canonique, fait entrer dans le texte des sonorités rauques, étrangères ; celles-ci connotent d’autres termes d’allure orientale, par exemple Gamala2 ou En Sarid3.

2Sont cités – ce n’est pas le cas d’ordinaire – les noms des bandits Hestas et Dismas crucifiés en même temps que Yeshoua. La ressemblance phonétique de leurs noms mime un peu leur situation symétrique de part et d’autre de la croix de Yeshoua.

  • 4 Etymologie de Grimm qui traduit Idistavisus par la vallée des Elfes. Elle est citée par l’encyclopé (...)
  • 5 Par exemple « carreaux colorés du sol » pour mosaïque.
  • 6 « Tetrarx » à la place de « četvertovlastnik », « igemon » pour « pravitel », « sinedron » pour « s (...)

3Parfois c’est le contraire qui se produit : un terme à la consonance exotique est traduit, voire explicité. Idistavisus, nom du lieu qui vit s’opposer en l’an 16 Romains et Germains, est rendu par la vallée des Vierges4. Cette traduction ou plutôt cette adaptation réduit les écarts chronologiques. Dans le même esprit, Fulminata est transcrit par Molnenosnaja (qui lance des éclairs). Le centurion Muricidus (l’indolent) devient Mort-aux-rats. Dans tous ces cas, Boulgakov fait image. Pour des raisons sans doute comparables, ailleurs, des périphrases visualisantes sont préférées aux termes spécialisés5. Pour désigner un certain nombre de réalités militaires, Boulgakov remplace la terminolgie gréco-russe en usage dans les traductions russes de la Bible par des équivalents latins. Certains mots donnés en russe dans la traduction russe des Évangiles sont présentés ici en grec, ce qui reflète l’hellénisation de la Palestine sous le commandement d’Hérode le Grand6. Par ailleurs, Boulgakov introduit dans son roman un certain nombre d’expressions militaires modernes qui vont côtoyer les termes latins. Ainsi s’affirme la continuité entre la Rome impériale et la Russie stalinienne. Tous ces procédés concourent à renouveler, à décaper la représentation traditionnelle d’événements qui avaient fini par perdre toute épaisseur de chair au travers de l’usure des mots.

  • 7 Tcherdakchi évoque un grenier, Bojokhoulski signifie le blasphémateur, Sladki, doux. Jean de Kronst (...)

4Les chapitres « moscovites » comptent une multitude de noms bizarres, exotiques pour une oreille russe. La conversation entre Berlioz et Bezdomny au chapitre I installe le monde antique et païen au centre de Moscou en mentionnant Jésus mais aussi Philon d’Alexandrie et Flavius Joseph. Plus loin, on trouvera Ambroise, prénom qui connote l’immortalité associé au restaurant Le Colisée, Arkadi Apollonovitch Simpléïarov dont les noms et prénoms évocateurs des hauteurs apolliniennes contrastent avec un nom de famille russe des plus prosaïques et des aventures quelque peu sordides... Toujours au chapitre I, le lecteur voit surgir une cohorte de dieux païens aux noms hauts en couleur : Osiris, Tammouz, Mardouk, Huitzli-Potchli. Ensuite viennent les noms allemands de Kant, Schiller et Strauss. Kant aura un double parodique en la personne de l’écrivain Kvant, familier de la maison Griboïédov. Cette déformation du nom du philosophe indique peut-être le mépris dans lequel l’URSS des années trente tient l’éthique, pour lui, preuve décisive de l’existence de Dieu. Les noms ridicules des gens de lettres sont pour l’essentiel signifiants et parodiques : Dragounski, Tcherdakchi7, Jean de Kronstadt, Bogokhoulski, Sladki, Sturman George, Poloumésiats... Les invités du Bal de la pleine lune se distinguent par la diversité ethnique de leurs noms, souvent dotés d’une célébrité sulfureuse (Messaline, Maliouta Skouratov, etc.).

  • 8 Il s’agit peut-être de L. Averbakh, O. Litovski, A. Orlinski, V. Vichnevski.

5Il convient de rappeler le paradigme des noms de musiciens : Berlioz, Rimski, Strauss, Stravinski. Ils sont utilisés en contre-emploi. Dans le roman, leurs homonymes s’emploient à démystifier les valeurs culturelles du passé, ou l’irrationnel, quitte à en être eux-mêmes les victimes. Strauss, le roi de la valse, a pour homonyme le théologien (1808-1874), auteur d’une lecture critique de la Bible qui ramène les épisodes des Évangiles à des mythes. La hiérarchie de valeurs de Bezdomny au nom révélateur montre son ignorance et son mépris de la culture classique. C’est en contre-emploi que Boulgakov fait porter au président du MASSOLIT adepte de l’athéisme et du rationalisme le nom de l’auteur de la Symphonie fantastique et de la Damnation de Faust. Au Bal chez Satan, forme moderne du Sabbat de la Symphonie, la tête coupée de Berlioz se verra traitée selon ses théories. Enfin, Rimski, l’administrateur enclin à rechercher auprès de la police la solution aux étrangetés de la vie manque être la proie de vampires au nombre desquels figure son propre collègue. Or son nom rappelle celui de Rimski-Korsakov, auteur de La Nuit de mai, adaptation musicale du récit fantastique de Gogol Une nuit de mai ou La Noyée. Enfin, le psychiatre Stravinski, lui aussi tenant professionnel du rationalisme, porte le nom de l’auteur du Sacre du printemps qui glorifie la Russie païenne. Nous retrouvons bien sûr stylisés en Latounski, Lavrovitch et Ariman8, les noms des ennemis de Boulgakov.

  • 9 Boulgakov emploie le terme par opposition à celui d’écrivain qu’il récuse dans la mesure où celui-c (...)

6Le Maître a renoncé à avoir un nom ce qui exprime son refus du monde. Outre la multitude des interprétations que le terme a suscitées9, on peut retenir le sens d’excellence, de suprématie. Ni le Maître ni Marguerite ne possèdent de nom de famille ce qui les éloigne des personnages de roman réaliste, les tire vers le mythe. Il faut toutefois remarquer que leur réunion « Master i Margarita » forme une paronomase qui est le titre du roman et en contient l’essentiel des schémas phoniques fondateurs. Ce titre se construit en effet selon le principe de la gradation syllabique. On relève la répétition des deux syllabes initiales, la reprise dans « Margarita » de presque tous les phonèmes de « Master » (ter/rit). La seule différence concerne les groupes st/rg. Cette opposition rejoint celles mises en évidence précédemment (phrases-passerelles, phrases-matrices).

7Le système onomastique de la partie « moscovite » apparaît donc comme fortement décalé, travesti, étrangéisé par rapport à la norme contemporaine. Chapitres antiques et contemporains sont donc le lieu d’un double glissement qui tend à les rapprocher.

Notes

1 Yeshoua signifie en araméen « le seigneur est le salut ». Ga Notzri signifie « de Nazareth ». Le nom de Ga Notzri figure dans le Talmud comme celui d’un personnage donné pour le fils illégitime d’une juive (Myriam) et d’un soldat grec. Il aurait appris la magie en Égypte ce qui aurait entraîné sa condamnation par les prêtres d’Israël.

2 Cité par Renan dans sa Vie de Jésus comme la bourgade dont était issu Judas de Galilée, farouche opposant au pouvoir romain.

3 Signifie en hébreu « le puits de Sarid ». Peut-être le nom arabe de Nazareth.

4 Etymologie de Grimm qui traduit Idistavisus par la vallée des Elfes. Elle est citée par l’encyclopédie Brockhaus et Efron.

5 Par exemple « carreaux colorés du sol » pour mosaïque.

6 « Tetrarx » à la place de « četvertovlastnik », « igemon » pour « pravitel », « sinedron » pour « sovet ».

7 Tcherdakchi évoque un grenier, Bojokhoulski signifie le blasphémateur, Sladki, doux. Jean de Kronstadt évoque J.J. Sergeïev, recteur de la cathédrale Saint-André de Kronstadt et célèbre prédicateur à la réputation de thaumaturge. Sturman George fait référence à George Sand et à la navigation Poloumésiats signifie « demi-lune ».

8 Il s’agit peut-être de L. Averbakh, O. Litovski, A. Orlinski, V. Vichnevski.

9 Boulgakov emploie le terme par opposition à celui d’écrivain qu’il récuse dans la mesure où celui-ci est usurpé par les « écrivains » officiels. Par contraste, le terme désignera les écrivains du passé et en premier lieu Gogol. Il peut faire allusion au Volkbuch (cf. chapitre 3), à la franc-maçonnerie. On a pu y voir également une référence au poète O. Mandelštam que Staline avait ainsi désigné lors d’une conversation téléphonique avec B. Pasternak.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search