Version classiqueVersion mobile

Éditer Rousseau

 | 
Philip Stewart

Annexe. Deux « éditions du tricentenaire »

Texte intégral

1Voilà que pour le tricentenaire de Rousseau deux éditions sont simultanément proposées par deux maisons bien connues, l’une en 24 volumes par les Éditions Slatkine de Genève alliées aux Éditions Honoré Champion à Paris ; l’autre en 21 volumes par les Classiques Garnier à Paris. Ce lancement parallèle est frappant, vu le peu d’activité (sauf évidemment pour des titres édités à part) depuis l’édition de la Pléiade, mais non étonnant si l’on considère le foisonnement de la recherche rousseauiste – favorisée, il faut le dire, par cette édition standard que la Pléiade fournissait – et le nombre de spécialistes formés dans l’intervalle. Ces deux éditions en revendiquent toutes deux la succession, tout en proposant de nombreux ajouts et une mise à jour importante de l’apparat critique, sans parler d’un apport significatif de documentation iconographique sous divers formats.

2Mais la similarité apparente des offres cache des différences assez importantes, sinon d’approche critique, au moins de stratégie éditoriale et de configuration tant des œuvres que des équipes d’exécution du travail. Car – et c’est surtout pour cela qu’on ne peut vraiment comparer cet événement avec la grande poussée des entreprises autour de 1820 – il n’est plus question aujourd’hui qu’un individu ou même deux entreprennent de se charger tout seuls d’une édition d’ensemble. À ne tenir compte que de la littérature critique, la bibliographie de Rousseau a pris des dimensions telles – témoin la Bibliografia degli studi su Rousseau (1941-1990) de Giuseppe Agostino Roggerone, en 1 385 pages – qu’il faut être plusieurs pour rassembler les connaissances requises ; et comme chacune de ces éditions se veut critique, un travail immense de contrôle de manuscrits et d’éditions s’impose qui dépasserait de loin les compétences même d’un spécialiste aussi passionné que Musset-Pathay ou que Dufour. Mais comme ces éditions sont encore virtuelles à l’époque où j’écris ceci, il ne peut être question d’une analyse réelle et je ne peux présenter que les intentions des éditeurs telles que les prospectus respectifs les représentent.

Une « Édition thématique du tricentenaire » chez Slatkine-Champion1

  • 1 Le PDF « Œuvres complètes Jean Jacques Rousseau 2012 » peut être téléchargé sur le site http://www (...)

3Le projet d’une édition du tricentenaire a été arrêté tôt entre l’éditeur genevois Slatkine et Raymond Trousson, de l’université libre de Bruxelles, qui a établi le plan – 17 volumes d’œuvres plus 7 volumes de correspondance – et la répartition des tâches entre collaborateurs. Leur intention de la faire paraître entièrement en 2012 exigeait un début immédiat ; le travail commence en août 2008, Trousson s’adjoignant Frédéric S. Eigeldinger de l’université de Neuchâtel comme codirecteur de l’entreprise, et pour la correspondance Jean-Daniel Candaux, historien de Genève. Trousson et Eigeldinger, hors de nombreuses études séparées que chacun avait publiées, avaient déjà collaboré pour la direction du monumental Dictionnaire de Jean-Jacques Rousseau et pour la chronologie globale : Jean-Jacques Rousseau au jour le jour (voir Bibliographie). C’est la première édition des œuvres complètes de Rousseau publiée à Genève depuis la Collection complète en 1780-1782.

4Avec les directeurs, l’équipe est composée de 21 universitaires, qui sont les suivants :

  • 2 Décédé en 2011.

Brenno Boccadoro, Université de Genève
Alain Cernuschi, Université de Lausanne
Patrick Coleman, UCLA, Los Angeles
Amalia Collisani, Université de Palerme
Marie-Hélène Cotoni, Université de Nice
Alfred Dufour, Université de Genève
Frédéric S. Eigeldinger, Université de Neuchâtel
Simone Goyard-Fabre, Université de Caen
Tukuya Kobayashi, Keio University
Catherine Labro, docteur ès lettres
Tanguy L’Aminot, CNRS, Paris
Michel Marty, Université de Paris 4, Sorbonne
Jacques Montredon, Université de Besançon
Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval, Université de Paris 12
Charles Porset2, CNRS, Paris
Daniel Schulthess, Université de Neuchâtel
Gabriella Silvestrini, Université de Turin
Philip Stewart, Duke University
Raymond Trousson, Université libre de Bruxelles
Christophe Van Staen, Université libre de Bruxelles
Catherine Volpilhac-Auger, ENS de Lyon

5Le but déclaré est de « rassembler à neuf l’intégralité du corpus » à un point apparemment sans exemple (« qu’ils aient déjà été édités ou non, qu’ils relèvent de plein droit de l’œuvre de l’écrivain (Du contrat social)ou appartiennent à ses marges (papiers dits Dupin, herbiers, etc.) »), et avec « une attention particulière » portée aux minora, « pour la première fois éclairés par des analyses approfondies », et à des ouvrages « longtemps moins fréquentés par la critique, comme les Institutions chimiques ou les travaux de botanique ».

6Il s’agit, en accord avec la tradition, d’une organisation thématique, quoique conçue d’une façon nouvelle, qui s’annonce de la manière suivante :

t. I-III Écrits et documents autobiographiques
t. IV-VI Écrits politiques et économiques
t. VII-VIII Écrits pédagogiques
t. IX-XI Écrits historiques, scientifiques et traductions
t. XII-XIII Écrits sur la musique
t. XIV-XV Julie ou la nouvelle Héloïse
t. XVI Théâtre et écrits sur le théâtre
t. XVII Contes et récits, poésie ; écrits sur la langue, la morale et la religion
t. XVIII-XXIV Lettres de Rousseau

7Débuter non par les Discours ou même avec Julie suivie d’Émile, mais par la vie de Rousseau : Les Confessions abord, suivies de Rousseau juge de Jean-Jacques et de divers autres « documents autobiographes » et « documents biographiques », est une décision aux implications profondes. Cette dernière catégorie, pour en donner une idée, accueillant des documents biographiques autres que auto-biographiques, comporte, comme l’avait fait le premier volume de la Pléiade, le contrat d’apprentissage de Rousseau, mais en plus trois testaments, divers mémoires, un extrait du registre du Consistoire, et le pèlerinage autour du lac Léman.

8Ensuite seulement viennent les deux Discours académiques accompagnés de quantité d’autres documents reflétant les controverses qu’ils provoquaient, plus le Discours sur l’économie politique, tout ce qui concerne le projet de paix perpétuelle, les Lettres écrites de la montagne et les projets relatifs à la Corse et la Pologne. Les écrits pédagogiques attendus sont suivis du mandement épiscopal et de la lettre à Christophe de Beaumont. L’Émile définitif est accompagné de la version du manuscrit Fabre, comme dans l’édition de la Pléiade.

9Quant aux « écrits historiques, scientifiques, et traductions », on y trouvera un mélange de textes plus ou moins familiers, comme les traductions partielles de Tacite et de Sénèque, les lettres sur la botanique, et Olinde et Sophronie, avec un ensemble si varié d’autres ouvrages que nous citerons la liste des tomes IX à XI textuellement d’après la notice de catalogue :

  • 3 Les crochets sont dans le texte cité pour indiquer un titre descriptif en l’absence d’un titre for (...)

écrits historiques. – Chronologie universelle – [Textes autour de l’Ouvrage sur les femmes de M me Dupin]3 : Idée de la méthode dans la composition d’un livre. [Sur les femmes]. [Un ménage de la rue Jean-Saint-Denis]. [Essai sur les événements importants dont les femmes ont été la cause secrète] – Fragments politiques sur Sparte : Histoire de Lacédémone. Parallèle entre les deux républiques de Sparte et de Rome – [Fragments d’une Histoire du Valais] – Lettres sur la Suisse – [Histoire du gouvernement de Genève].
écrits scientifiques – Cours de géographie – Réponse au mémoire anonyme intitulé, « Si le monde que nous habitons est une sphère. » – Traité de sphère – Le Nouveau Dédale – [Lettre à l’abbé Raynal sur les ustensiles de cuivre] – Institutions chimiques – Lettres sur la botanique – Caractères de botanique – Fragments pour un Dictionnaire des termes d’usage en botanique – Fragments de botanique.
traductions – Lettre de Corchut à l’empereur Sélim – [Traduction de l’Ode de Jean Puthod] – [Un extrait du onzième livre de la Géographie de Strabon] – [Essai de traduction d’une épître d’Horace] – Traduction du premier livre de l’Histoire de Tacite – [Traduction de l’Apolokintosis de Sénèque] – [Traduction du De brevitate vitæ de Sénèque] – Olinde et Sophronie tiré du Tasse – Essai de traduction du chant I de la Jérusalem délivrée du Tasse. Annexe : Notes tirées des Œuvres morales de Plutarque.

10En revanche, peu de surprises sur ce plan dans les volumes consacrés à la musique, à Julie et au théâtre, si ce n’est que l’Essai sur l’origine des langues est classé avec les écrits sur la musique (comme en Pléiade) et non au volume XVII qui comporte cet éblouissant assemblage :

poésies – [Fragments d’une cantate] – [Fragments d’une épître] – Vers à la louange des religieux de la Grande-Chartreuse – Virelai à Madame la baronne de Warens – Le Verger de Madame la baronne de Warens – Épître à M. Bordes – À Mademoiselle Th. qui ne parlait jamais à l’auteur que de musique – Énigme – [Fragments amoureux] – Pour Madame de Fleurieu Épître à M. Parisot – À Fanie – Vers sur le commandement en Bohême donné à M. de Broglie en 1742 – [Fragment d’une épître à M. Bordes] Pour la [Zulietta] – Imitation libre d’une chanson italienne de Métastase L’Allée de Silvie – Épître à M. de l’Étang, vicaire de Marcoussis – Inscription mise au bas d’un portrait de Frédéric II – Quatrain pour un de ses portraits – Épitaphe de deux amants.
romances – [Air pastoral] – Un papillon badin caressait une rose – Contre un engagement – Au lever de l’aurore – Daphnis et Chloé – Les Consolations des misères de ma vie.
contes et récits – La Reine Fantasque – Les Amours de Claire et de Marcellin – Le Petit Savoyard ou la Vie de Claude Noyer – Le Lévite d’Éphraïm – La Vision de Pierre de la Montagne dit le Voyant.
écrits sur la langue, la morale et la religion – Prononciation Remarque lexicologique – Discours sur cette question : « Quelle est la vertu la plus nécessaire au héros ? » – Conseils à un curé – Sur les richesses – Oraison funèbre de S. A. S. Monseigneur le duc d’Orléans – [Parallèle de Socrate et de Caton] – De l’art de jouir – [Lettre sur la vertu] – Notes en marge de Montaigne – Lettres morales ou Lettres à Sophie – Lettres à Sara – Notes sur Helvétius – Oraison funèbre d’Isabelle Guyenet – Pensées d’un esprit droit et d’un cœur vertueux – Sur Dieu – Prières – [Fiction ou Morceau allégorique] – Lettre à Voltaire sur la Providence – Lettre à Franquières – Fragments divers.

11Une table chronologique, pour compenser ce que peut avoir de désorientant une organisation thématique de tant de titres, facilitera le repérage de chaque œuvre selon sa date de composition.

  • 4 Entreprise analogue à l’édition des lettres de Voltaire en Pléiade, mentionnées au chapitre 7, par (...)

12Les 7 volumes des « Lettres de Rousseau » comporteront non la « correspondance complète » à la manière de Leigh – c’est-à-dire une collection comprenant à la fois les lettres de Rousseau mais aussi celles adressées à Rousseau qu’il avait gardées, plus de nombreuses lettres complémentaires ayant trait à Rousseau même après sa mort – mais seulement les 2 412 lettres qui sont de lui4, modernisées et retranscrites sur l’original partout où le manuscrit est repérable. On promet d’y incorporer des progrès accrus : lettres inédites ou inconnues, rectifications de date, identifications de correspondants, et une mise à jour de l’annotation « tenant compte des travaux les plus récents ». Un index nominum cumulatif complétera la collection ainsi qu’un dictionnaire des correspondants.

13Le tout est promis pour le millésime précis du tricentenaire de la naissance de Rousseau, le 28 juin 2012. Certains de ces titres sinon tous seront disponibles simultanément (certains en fait le sont déjà) en format de poche Champion classique, et l’ensemble en version numérique dont les conditions exactes restent à préciser. À la différence de l’édition en Pléiade, celle-ci opte pour une orthographie moderne, en gardant implicitement l’essentiel de la ponctuation originale.

14Les souscriptions ouvertes jusqu’à la fin de 2011 proposaient deux prix pour les 17 premiers volumes : les reliés à 1 250 euros et les brochés à 450 euros. Les Lettres de Rousseau en 7 volumes, sous abonnement séparé, s’offraient respectivement à 400 et 160 euros. Les prix respectifs à partir du 1 er janvier 2012 étaient de 1 600 ou 600 euros pour les Œuvres et de 450 ou 190 euros pour les Lettres.

Une « présentation chronologique » du tricentenaire chez Classiques Garnier5

15Claude Blum, qui prend la direction éditoriale de Classiques Garnier en 20086, confie le projet d’une nouvelle édition de Rousseau à Jacques Berchtold (Université de Paris 4 - Sorbonne), Yannick Séité (Université de Paris 7 - Denis Diderot) et François Jacob, conservateur à l’Institut et musée Voltaire à Genève. Publiée à Paris, l’édition est, comme celle de la Pléiade, largement ancrée à Genève, Jacques Berchtold étant ancien professeur à l’université de Genève et membre de la Société Jean-Jacques Rousseau ; celle-ci soutient officiellement le projet, avec la participation de plusieurs de ses adhérents7. Mais là s’arrête toute ressemblance, la structure de l’édition obéissant à une tout autre logique que celle de la Pléiade.

16Les directeurs rassemblent une importante équipe de 74 autres participants ; selon le prospectus, deux parmi eux, Alain Grosrichard et Jean-François Perrin, servent de conseillers scientifiques, sans que ce rôle soit spécifié. La sortie annoncée des 21 volumes s’échelonne de 2011 à 2016.(On ne peut nier que si la primeur de l’édition Slatkine-Champion lui confère un certain privilège au début, chaque éditeur qui vient ensuite bénéficie de l’avantage naturel de pouvoir profiter des apports, voire des erreurs, de son prédécesseur.)

17Voici la liste des collaborateurs, en plus des directeurs :

Gauthier Ambrus
Sophie Audidière
Blaise Bachofen
Olivier Bara, Université de Lyon 2
Bérengère Baucher
Bruno Bernardi
Jean-Marc Besse
Christian Biet, Université Paris Ouest - Nanterre - La Défense
Fabrice Brandli, Université de Genève
Olivier Bruneau, Université de Nantes
Daniel R. Brunstetter, Université de Californie
Marc Buffat, Université Paris Diderot - Paris 7
Alain Cernuschi, Université de Lausanne
Anne Chamayou, Université d’Artois
Pierre Chartier, Université Paris Diderot - Paris 7
Alexandra Cook, Université de Hong Kong
Jean-Patrice Courtois, Université Paris Diderot - Paris 7
Michèle Crogiez, Université de Berne
René Démoris, Université Paris 3 - Sorbonne nouvelle
Jean-Marc Drouin, Muséum d’histoire naturelle de Paris
Olivier Ferret, Université de Lyon 2
Éric Francalanza, Université de Brest
Luis Fernando Franklin de Matos, Université de Sao Paulo
Pierre Frantz, Université Paris 4 – Sorbonne
Maria das Graças de Souza, Université de Sao Paulo
Anne-France Grenon
Alain Grosrichard, Université de Genève
Jean-Luc Guichet, collège international de philosophie de la montagne
Sainte-Geneviève
Claude Habib, Université Paris 3 - Sorbonne nouvelle
Christine Hammann, Université d’Angers
Jean-Louis Haquette, Université de Reims
Marc Hersant, Université de Bordeaux 3
Patrick Hochart, Université Paris Diderot - Paris 7
Giovanni Incorvati, juriste
Morihiko Koshi, collège Shirayuri de Tokyo
Anne Krwawicz, Académie polonaise des sciences
Shojiro Kuwase, Université Rikkyo (Tokyo)
Erik Leborgne, Université Paris 3 - Sorbonne nouvelle
Maria Leone, IUFM - Université Lyon 1
Christophe Martin, Université Paris Ouest - Nanterre - La Défense
Frédéric Marty, Université de Toulouse
Makoto Masuda, Université de Kyoto
Caroline Mineau, CEGEP de Sainte-Foy (Québec)
Ricardo Monteagudo, universidade Estadual Paulista Júlio de Mesquita
Filho de Sao-Paulo
Ourida Mostefai, Boston College
Valérie Nachef, Université de Cergy-Pontoise
Michael O’Dea, Université de Lyon 2
John O’Neal, Hamilton College
Jean-Noël Pascal, Université de Toulouse le Mirail
Jacques Patarin, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
Jean-François Perrin, Université Stendhal - Grenoble 3
Maria Constança Pissarra Peres, Université catholique de Sao Paulo
Martial Poirson, Université Stendhal - Grenoble 3
Michel Porret, Université de Genève
Alessandro di Profio, Université François-Rabelais de Tours
Anne Régent-Susini, Université Paris 3 - Sorbonne nouvelle
Nathalie Rizzoni, Centre d’étude de la langue et de la littérature françaises des xviie et xviiie siècles
Martin Rueff, Université Paris Diderot - Paris 7
Jean-Christophe Sampieri, Université Paris 3 - Sorbonne nouvelle
Maria Semi, CESR - Université de Tours
René Sigrist, Observatoire de Paris
Gabriella Silvestrini, Université du Piémont oriental
Robert Thiéry, directeur du musée J.-J. Rousseau de Montmorency
Laurence Tibi, Université Paris Diderot - Paris 7
Yves Touche feu, lycée Gabriel Guist’hau de Nantes
Dominique Triaire, Université Paul Valéry Montpellier 3
Laurence Vanoflen, Université Paris Ouest - Nanterre - La Défense
Yves Vargas, PUF
Philippe Vendrix, CESR - Université de Tours
Michel Vergé-Franceschi, Université de Tours
Vincent Vivès, Université de Provence
Catherine Volpilhac-Auger, ENS de Lyon
Jacqueline Waeber, Duke University
Ghislain Waterlot, Université de Genève

  • 8 Mystère qu’il ne m’appartient pas d’éclaircir : deux personnes figurent aux deux équipes.

18Il est naturellement difficile de comparer deux équipes de recherche de composition aussi dissemblable. Quoique beaucoup des chercheurs des deux listes se connaissent évidemment entre eux, et qu’ils soient à peu près tous des spécialistes reconnus, tout se passe comme si par une convention tacite une ligne invisible les séparait8. À supposer que la quantité de travail à effectuer reste toujours équivalente (ce qui est impossible à vérifier), un moindre nombre (21) implique que les directeurs se chargent directement d’une part plus importante du travail, alors qu’un nombre très élevé (77) impose sans doute un plus grand effort du point de vue de l’organisation et de la direction. On a affaire ici, en effet, à deux types de gestion complètement différents pour une entreprise littéraire. C’est peut-être en fonction de son « vaste réseau scientifique » que, à la différence de l’édition Slatkine-Champion qui n’a pas promulgué de protocole formel, le prospectus Classiques Garnier comporte une liste de « conventions éditoriales destinées aux éditeurs scientifiques ».

19Comme l’autre, cette deuxième édition annonce non seulement la correspondance et l’iconographie, mais aussi des partitions et performances des œuvres musicales et des images des herbiers. En se réclamant également, comme je l’ai indiqué, de la tradition de la Pléiade, les Classiques Garnier ne laissent pas de se comparer, pour le renouvellement du corpus, à l’édition de Musset-Pathay de 1823. Paradoxe, dans la mesure où la grande innovation de leur édition (on pourrait presque dire la grande gageure) est de tout donner par ordre rigoureusement chronologique, jusqu’au point où même la correspondance sera insérée dans les divers volumes au fur et à mesure, en regard des ouvrages constitués. Il s’ensuit qu’il ne saurait être question d’un abonnement séparé pour la correspondance, du moins dans le grand format.

20Or c’était justement Musset-Pathay qui désespérait des inconvénients d’une ordonnance chronologique, en particulier toutes les fois où une série logiquement cohérente serait interrompue par un opuscule de moindre importance. Il est vrai, accordait-il, que « rien n’est si facile, quand les dates sont connues (comme le sont les époques où Rousseau composa ses principaux ouvrages), que d’adopter et de suivre l’ordre chronologique » :

  • 9 Comme on date aujourd’hui La Reine fantasque de 1755-1756, l’exemple ne serait plus approprié (on (...)
  • 10 C’est la solution adoptée par l’édition Slatkine-Champion décrite ci-dessus.

Mais cet ordre peut placer entre deux ouvrages qui sont comme la suite l’un de l’autre, un troisième avec lequel ils n’ont aucun rapport. Ainsi, l’on devrait mettre entre le Discours sur les lettres et celui sur l’Origine de l’inégalité des conditions, l’Oraison funèbre du duc d’Orléans, dans laquelle on chercherait en vain quelque trace du talent de Rousseau. L’Émile et le Contrat social, qui marchèrent de front, parurent en même temps, devraient être séparés par la Reine fantasque9 ; et les Lettres sur la législation de Corse le seraient nécessairement des Considérations sur le gouvernement de Pologne par les Lettres à Sara, le Dictionnaire de musique, Pygmalion, et les Éléments de botanique.
Le seul motif à faire valoir pour adopter la chronologie est la possibilité qu’elle donne de suivre les progrès de l’auteur. Mais on peut le faire à l’aide d’un tableau qui rétablisse cette chronologie et présente tous les écrits dans l’ordre où ils furent composés10 ; encore devons-nous faire observer qu’on suit ces progrès, pour l’idée dominante de Rousseau, dans cette admirable série d’ouvrages qui en sont le développement, depuis son premier Discours jusqu’à ses Considérations sur le gouvernement de Pologne.
Cet ordre chronologique que je repousse, parce qu’il interrompt un corps d’ouvrages liés entre eux et tous enfants d’une idée mère, et parce qu’il en rompt l’ensemble et l’harmonie, ne servirait même pas, quant à Jean-Jacques, à faire suivre la marche de son talent, car la gradation n’est point observée. Dès son début il se place à une telle hauteur, et même à une si grande distance de lui-même, qu’il n’y a pas le moindre rapport entre les productions qui précédèrent ce début et celles qui le suivirent ; et cette différence est si frappante qu’on a peine à comprendre que toutes soient sorties de la même plume. (Édition de 1823, p. vi-viii)

21Il est vrai aussi que la notion d’œuvre « mineure » qui semblait si évidente pour Musset-Pathay n’a plus cours aujourd’hui, pas du moins avec la même netteté ; et c’est cela qui explique que son objection cède devant un choix quelque peu hardi.

22Nos éditeurs en effet relèvent pleinement le défi, avec en surplus tout ce qui s’est ajouté depuis au corpus de Musset-Pathay. Pour reprendre ses propres exemples, on sera surpris par la différence des dimensions envisagées. Car ici, il ne sera question du premier Discours qu’au volume V, et avant le deuxième Discours, au volume VII, on aura Le Devin du village et la Lettre sur la musique française. Dans les 4 premiers volumes on trouvera des mémoires et épîtres (souvent relégués aux mélanges de la fin dans d’autres éditions), le projet de notation musicale, et d’autres écrits sur des sujets musicaux, y compris les articles pour l’Encyclopédie, les dépêches de Venise (comme au tome III en Pléiade), Le Persifleur, Les Muses galantes… En effet, ici les 4 premiers volumes sont presque entièrement composés d’ouvrages que Rousseau ne comptait même pas inclure dans le projet de 1764-1765. Quant à l’Oraison funèbre, il faut l’imaginer situé, en effet, en 1752, c’est-à-dire au volume VI, sans que cela soit précisé dans le prospectus ; elle n’a été publiée qu’en 1782, mais il n’y a pas de volume « posthume » prévu. L’Émile pour sa part figure, comme le Contrat social, au volume XIV ; le manque de détails du sommaire interdit de situer précisément le Projet de constitution de la Corse (sans doute au tome XV) ou les Lettres sur la botanique, mais les Considérations sur le gouvernement de Pologne se trouvent au tome XVI, étant précédées par les Lettres à Sara (tome XI), le Dictionnaire de musique (tome VIII), Pygmalion (tome XIV), sans parler de la première moitié des Confessions et, naturellement, de bien d’autres ouvrages.

23En voici la distribution sommaire :

24Il va de soi que cette présentation vise à lier intimement l’œuvre à la vie de l’auteur ; la déclinaison des volumes sur le site internet déjà signalé insiste très fort, en effet, sur le mouvement de la vie où s’intègre les œuvres. Reste que Les Confessions posent nécessairement problème si on ne veut pas les disséminer, comme la correspondance, le long de toute la collection. On préfère donc la date de composition et non de référence afin de les garder toutes ensemble, quitte à parsemer leurs 3 volumes de documents complémentaires ou d’œuvres contemporaines.

25Imaginez qu’un seul musée rassemble tout l’œuvre d’un peintre et l’exhibe en alignant strictement les tableaux, dessins, etc. selon la date de leur production. L’effet ne pourrait manquer d’être lumineux, au moins par certains côtés. Ce n’est pas la pratique usuelle des musées, même dans les « rétrospectives » où l’on est à même de réunir une gamme assez vaste des productions de l’artiste. Pourtant cela se défend, on a envie de voir. L’analogie a naturellement ses limites, entre autres la question des dimensions des cadres et l’espace physique du musée, qui fait forcément de l’étalage chronologique un ordre présumé de « lecture ». Il n’en est pas ainsi d’une édition collective, qui en soi, tout en présentant certains avantages heuristiques, ne préconise aucun ordre particulier de lecture ; les deux paradigmes ne se superposent pas tout à fait.

26Comme les 32 volumes du Voltaire de Louis Moland (Garnier Frères, 1877-1885), les quelque 100 volumes de l’édition des œuvres de Voltaire approchant de leur fin à la Voltaire Foundation sont répartis diachroniquement, à l’exception des 45 volumes de correspondance (17 chez Moland) qui viennent après. Y intégrer plus de 20 000 lettres tout le long aurait entraîné, dans le cas de Voltaire, le chaos. Cela voudrait dire qu’il ne peut y avoir des volumes consacrés, par exemple, au théâtre de Voltaire, car il a écrit des pièces, comme des lettres, d’un bout de sa vie à l’autre. La série fait provisoirement tout de même une pause pour les grands monuments (Questions sur l’Encyclopédie, l’Essai sur les mœurs), même s’ils ont demandé à l’auteur plusieurs années de travail mêlé à d’autres projets qui n’en allaient pas moins entre-temps leur chemin. Mais les dimensions infiniment plus modestes du corpus de Rousseau sont capables de rendre un résultat bien différent.

27Se proposant de garder l’orthographe et la ponctuation originales, cette édition dans un grand format relié, comme celle de Champion-Slatkine, sera doublée d’une version électronique et d’une version en format poche, laquelle ne gardera pas l’ordre chronologique (« les grands textes classiques, comme d’autres moins attendus, seront regroupés »).

28Au total, 21 volumes, dont chacun renfermera environ 1 500 pages en grand format relié (16 x 24 cm). La formule d’abonnement, qui du reste ne valait que jusqu’au 31 octobre 2010, sans fixer de prix exact promettait pour celui ou celle qui s’engageait une réduction de non moins de 30 % sur le prix de vente et un maximum par volume de 100 euros.

Notes

1 Le PDF « Œuvres complètes Jean Jacques Rousseau 2012 » peut être téléchargé sur le site http://www.slatkine.com (choisir Catalogues PDF). Site consulté le 26 mars 2012.

2 Décédé en 2011.

3 Les crochets sont dans le texte cité pour indiquer un titre descriptif en l’absence d’un titre formel.

4 Entreprise analogue à l’édition des lettres de Voltaire en Pléiade, mentionnées au chapitre 7, parue séparément de ses autres œuvres dont la Pléiade ne proposait pas d’édition complète.

5 Voir http://www.classiques-garnier.com/editions-bulletins/Fascicule_Rousseau_souscription.pdf (consulté le 11 janvier 2012).

6 http://www.classiques-garnier.com/editions/index.php?option=com_content&view=article&id=6%3Anotre-maison&catid=1%3Aaccueil&Itemid=42

7 Voir AJJR, no 49 (2010), p.420.

8 Mystère qu’il ne m’appartient pas d’éclaircir : deux personnes figurent aux deux équipes.

9 Comme on date aujourd’hui La Reine fantasque de 1755-1756, l’exemple ne serait plus approprié (on la trouvera au volume IX) ; mais il soulève une autre question, qui est de savoir si on retient la date de composition ou de première publication (en l’occurrence, 1769), problème dont le prospectus ne traite pas explicitement.

10 C’est la solution adoptée par l’édition Slatkine-Champion décrite ci-dessus.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1987/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search