Version classiqueVersion mobile

Éditer Rousseau

 | 
Philip Stewart

Deuxième partie. Une œuvre en héritage : faire plus, faire mieux

Chapitre VIII. Jalons pour une relance (1920-1960)

Texte intégral

  • 1 G. May, Rousseau par lui-même, Paris, Seuil, 1961, p. 186.

1Du point de vue des œuvres collectives de Rousseau, la situation au début du xxe siècle était plutôt médiocre. Aucune édition, certainement pas l’ouvrage suranné encore en vente chez Hachette, dépourvu d’apparat critique, n’établissait Rousseau dans le domaine des recherches en lui rendant l’immense service que rendaient à Voltaire les éditions de Beuchot et puis Moland, à Diderot l’édition de Jules Assézat et Maurice Tourneux (Frères Garnier, 1875, 20 volumes). Dans son Rousseau par lui-même de 1961, Georges May, héraut d’une nouvelle ère critique pour Rousseau, est encore obligé de renvoyer le lecteur, avec l’heureuse exception du premier volume de l’édition de la Pléiade paru en 1959, à l’édition Hachette ou même à celle de 1823 de Musset- Pathay1.

2Rousseau écrivain est depuis longtemps honoré surtout par des universitaires comme Ferdinand Brunetière, René Doumic, André Le Breton, Servais Étienne et Gustave Lanson, et même parmi eux on sacrifierait presque certaines œuvres, notamment Julie, passant pour être fantaisiste voire excentrique, en tout cas marginale par rapport aux Confessions et au noyau d’autres ouvrages où se concentre le génie politique et moral de l’auteur.

  • 2 R. Fayolle, La Critique, Paris, A. Colin, 1964, p. 144.
  • 3 J. Lemaître, Jean-Jacques Rousseau, Paris, Calmann-Lévy, s. d. [1907].

3Il semblerait aussi qu’une coloration politique particulière soit prêtée à Rousseau par certains spécialistes universitaires qui représentent un mouvement antisocialiste et même antidémocratique. René Doumic succède à Ferdinand Brunetière en 1916 comme directeur de la Revue des Deux Mondes, « en héritant de toute son intransigeance morale », tandis que Jules Lemaître, président de la Ligue de la Patrie française, société antidreyfusarde fondée en 1898, « combat Anatole France et ses amis “dreyfusards” »2 avant de succéder à Brunetière à la Société des conférences où il mêle à une appréciation souvent nuancée de Rousseau une constante mise en garde contre ses maléfiques idées politiques3.

Trajectoires des œuvres

  • 4 D. Mornet, Rousseau, p. 43.

4La carrière de Rousseau fut certes météorique, mais non de la façon qu’on l’imagine trop facilement : rendu tout à coup célèbre par le Discours sur les sciences et les arts, confirmé par le Discours sur l’origine de l’inégalité, porté aux nues, et pour l’éternité, par Julie, etc. Or les débuts littéraires de Jean-Jacques furent tâtonnants et graduels, et si le premier Discours fit certes un certain effet, le succès du deuxième, au dire de Daniel Mornet, « ne dépassa d’ailleurs pas le cercle des moralistes et des raisonneurs de métier »4. En effet, toujours selon le même critique, ces deux Discours comme la Lettre à D’Alembert ne connurent chacun que cinq ou six éditions, réussite modeste :

Or, des douzaines d’ouvrages du xviiie siècle, aujourd’hui tout à fait oubliés, atteignent ce chiffre. L’œuvre de Rousseau n’intéressait encore qu’un public sans doute influent mais assez restreint d’hommes de lettres, d’académiciens, de beaux esprits férus de discours et de discussions bien construites. Il en sera tout autrement avec La Nouvelle Héloïse et l’Émile qui vont faire de Jean-Jacques le maître d’une génération ou de toute une part d’une génération. (p. 62)

5Et sans remettre en cause le triomphe que fut la publication de Julie – loin de lui l’idée – Mornet ne perçoit pas un retentissement équivalent lorsque paraît l’Émile, célèbre plus par l’anathème du parlement et de l’archevêque de Paris que par son influence instantanée, même s’il parvient à la longue à symboliser à certains égards son époque :

Dans l’ensemble tout se passe comme si l’on n’avait pas besoin de Rousseau. Les nouveautés pratiques applicables de l’Émile se placent dans un vaste mouvement qui commence avant lui, qui se serait développé sans lui. Il faut attendre l’effet du temps qui rejette dans l’ombre la masse des ouvrages sans talent littéraire et qui met en lumière l’œuvre chaleureuse et vivante. L’Émile sera d’ailleurs entraîné par la réputation générale de Rousseau qui apparaîtra de plus en plus comme le conducteur d’une génération. (p. 149)

  • 5 Paris, Les Libraires associés, 1764, 2 volumes, et Berlin, J. Néaulme, 1764, 4 volumes.
  • 6 Fribourg, Librairie de l’Université, et Paris, Hachette, 1914.

6Le point brûlant dans Émile, et ce dès le début, fut toujours la « Profession de foi du vicaire savoyard », qui faisait accuser d’athéisme ce fervent auteur ; il était sorti presque aussitôt deux Émile chrétien, l’un de « M. C***** de Leveson » et l’autre de Samuel Formey5, le même qui procura en 1762 et 1763 un Anti-Émile et L’Esprit de Julie ou extrait de la Nouvelle Héloïse, ouvrage utile à la société et particulièrement à la jeunesse. Mais sa réputation se soutint, et l’une des premières sinon la première de toutes les éditions de Rousseau à s’appeler « critique » sera la volumineuse édition en 1914 de la « Profession de foi du vicaire savoyard », faite « d’après les manuscrits de Genève, Neuchâtel et Paris, avec une introduction et un commentaire historiques de Pierre-Maurice Masson »6.

  • 7 Un seul, en fait : « Les enseignements des bibliothèques privées (1750-1780) », RHLF, vol. XVII (1 (...)
  • 8 Il y consacre la plus grande partie de son livre Unsolved Problems in the Bibliography of J.-J. Ro (...)
  • 9 D. Mornet, Rousseau, p. 101.

7Quant au Contrat social, deux mythes ont joué dans sa fortune. Le premier et le plus puissant, créé par l’apothéose de Rousseau dans les premières années de la Révolution, fit de lui une de ses principales causes idéologiques, le manuel des jacobins en rébellion contre une oligarchie qui leur avait volé la souveraineté de l’État. C’est en effet la Révolution elle-même qui est séduite par ce mythe, qui a exalté l’ouvrage et l’a mis en vedette. Le second mythe a consisté au xxe siècle en un retournement complet : Daniel Mornet, ne trouvant guère d’exemplaires du Contrat social dans les bibliothèques privées qu’il a recensées7, a eu beau jeu de conclure à une grande exagération de son influence. Le choc de ce nouveau genre de recherche a prêté un prestige durable (mais savant) aux conclusions qui pouvaient en découler, et le Contrat fut relégué parmi les ouvrages trop graves et trop vantés qui en vérité n’avaient passionné personne. Il « a séduit par son dogmatisme et la brutalité de ses formules », répète Daniel Mornet dans Les Origines intellectuelles de la Révolution ; « mais on ne réunirait pas dix témoignages de lecteurs qui, avant 1789, aient reçu de l’œuvre une impression forte » (p. 95-96). Plus récemment Ralph A. Leigh a détruit à son tour ce jugement négatif en démontrant, avec maintes preuves résultant de ses recherches bibliographiques matérielles, qu’on avait été trop prompt à croire à l’insignifiance du nombre des éditions du Contrat, auquel une pléthore d’éditions pirates, d’ailleurs fort difficiles à démêler et à dénombrer, donnait le démenti8. Du contrat social a donc été alternativement sur- et sous-estimé. Il reste, quoi qu’il en soit, un point de repère ou une cible – glaive de la Révolution ou bible du capitalisme triomphant –dans les luttes politiques qui déchirent la France tout le long du xixe siècle. Mornet fait d’ailleurs cette concession : « Aucun ouvrage de Rousseau n’a été plus expliqué, commenté, loué ou critiqué que le Contrat. »9

  • 10 Ibid., p. 167.
  • 11 Introduction à l’édition de Rousseau juge de Jean-Jacques parue chez Armand Colin en 1962, p. xxii (...)
  • 12 C. Lévi-Strauss, « Jean-Jacques Rousseau, fondateur des sciences de l’homme », Jean-Jacques Rousse (...)
  • 13 J. Derrida, De la grammatologie, Paris, Minuit, 1967, p. 234-378 ; P. de Man, Blindness and Insigh (...)
  • 14 Voir par exemple Philip Knee et Gérald Allard éd., Rousseau juge de Jean-Jacques : études sur les (...)

8En revanche certains textes de Rousseau ont été pour ainsi dire découverts au xxe siècle, en ce sens que, quoique connus du vivant même de l’auteur, ils avaient été peu ou pas du tout commentés ou même relus. Le prestige relatif de certains toujours considérés comme secondaires fut rehaussé dans les années 1950-1960 par des éditions savantes mais aussi par l’attention qui leur fut accordée dans des études qui ont fait date. Sur Rousseau juge de Jean-Jacques, Mornet écrivait avec condescendance : « On y trouvera par occasions des détails qui ajoutent quelque chose aux Confessions. Mais il intéresse surtout le médecin ou le psychologue qui voudraient suivre dans le détail les troubles de la vie mentale chez l’auteur. »10 Or Michel Foucault réagit fortement contre cette interprétation strictement clinique dans une introduction où il souligne au contraire que si un langage peut être « délirant », une œuvre littéraire, elle, « par définition, est non-folie »11. D’autres œuvres, notamment l’Essai sur l’origine des langues, sont sorties brusquement de l’obscurité pour ensuite rester, grâce au renom de ceux qui se sont penchés dessus et aux nouvelles perspectives qu’ils appliquaient en les interrogeant, relativement prestigieux. En effet, si Claude Lévi-Strauss ne s’était pas appuyé sur l’Essai sur l’origine des langues et sur le Discours sur l’origine de l’inégalité pour faire de Rousseau le « fondateur des sciences de l’homme »12, bientôt suivi par les commentaires critiques sur ce texte et d’autres de Jacques Derrida, de Paul de Man13 et de Jean Starobinski, on peut se demander si l’Essai sur l’origine des langues retiendrait aujourd’hui autant l’attention des lecteurs. C’est ainsi que l’Essai, Les Rêveries du promeneur solitaire, peut-être bientôt Rousseau juge de Jean-Jacques sont en passe d’être promus, sinon parmi les plus importants, au moins parmi les ouvrages les plus fascinants de Rousseau14, au moins pour un temps.

  • 15 AJJR, n° 32 (1950-1952), p. 231-235.

9L’édition de Julie en 1925 dont il sera bientôt question contribue certainement à une remise en valeur de la philosophie et de l’imagination de Rousseau à force de multiples éditions savantes de ses œuvres aussi bien « mineures » que « majeures ». En 1948 Marcel Raymond procure pour la librairie Droz une édition critique des Rêveries, et John S. Spink en fait paraître une seconde, préparée avec beaucoup de soin, chez Didier. La même année, dans son édition critique de la Lettre à D’Alembert (Lille-Paris, Giard-Droz, 1948), Max Fuchs, en raison de l’impression qu’elle avait créée lors de sa première publication, recourt à la toute première édition non corrigée de 1758 plutôt qu’à celle de la Collection complète qui n’en est pas moins l’« expression définitive de la pensée de l’auteur » (p. xlvii) – quitte à en indiquer les variantes. Il apparaît enfin une étude bibliographique significative, la Bibliographie générale des œuvres de J.-J. Rousseau (Paris, PUF, 1950) de Jean Sénelier ; malheureusement, comme le signale Bernard Gagnebin dans un compte rendu15, Sénelier n’a travaillé que sur des catalogues et non dans les bibliothèques, et par conséquent son travail est criblé d’erreurs ; il cite des manuscrits et éditions qui n’existent pas et oublie d’en inclure qui existent. Ralph Leigh dira :

  • 16 R. A. Leigh, Unsolved Problems…, p. 17.

C’est à peine plus que du couper-coller, essentiellement sans nulle recherche nouvelle, et c’est encore plein d’erreurs stupides, d’omissions et de « fantômes ». Il est évident que Sénelier n’a manié ni même vu la plupart des ouvrages dont il donne la liste, et n’a pas la moindre idée en quoi consiste une description bibliographique fiable.16

  • 17 Une édition critique devait suivre bientôt, établie par Jean-Daniel Candaux au tome III de la Pléi (...)
  • 18 Le Contrat social en Classiques Garnier daté de 1962 (mais avec un achevé d’imprimer de 1966) ne r (...)

10L’édition des Lettres écrites de la montagne par Henri Guillemin (Neuchâtel, Ides et Calendes, 1962), qui ne s’explique nullement sur les principes d’établissement du texte ni ne donne des variantes, n’est pas une édition savante ; elle n’en a pas moins l’avantage d’attirer l’attention sur un texte peu étudié jusqu’alors17. Peter D. Jimack étudie La Genèse et la rédaction de l’Émile (SVEC, n° 13, 1960) juste avant que paraisse un Émile dans la collection Classiques Garnier en 1961 édité par François et Pierre Richard. En effet cette collection offre une véritable renaissance de Rousseau, avec la Julie de René Pomeau et Les Rêveries de Henri Roddier en 1960 (j’y reviendrai un peu plus loin), Les Confessions de Jacques Voisine en 196418.

  • 19 « Les femmes passaient à la lire les nuits qu’elles ne pouvaient mieux employer, et fondaient en l (...)
  • 20 D. Mornet, La Nouvelle Héloïse : étude et analyse, Paris, Mellottée, [1928], p. 315.

11L’histoire du jugement relatif porté sur Julie est particulièrement instructive. Le statut de chef-d’œuvre, comme je l’ai indiqué, lui fut longtemps disputé. Cela ne veut pas dire qu’il faut croire comme on l’a répété depuis La Harpe que le roman ne fut goûté que des femmes sentimentales19 ; il n’est pas jusqu’à Daniel Mornet qui n’affirme encore : « Les femmes, bien entendu, se grisèrent de cette morale du cœur et de cette vertu pathétique. »20 Ni que quelques philosophes jaloux étaient les seuls à lui bouder son succès, comme l’a voulu Louis Sébastien Mercier :

  • 21 « Des écrits publiés à l’occasion de La Nouvelle Héloïse », dans l’édition Poinçot des Œuvres comp (...)

À l’apparition de la Nouvelle Héloïse, les lecteurs furent extrêmement nombreux, et jamais ouvrage ne fit une sensation plus étonnante : mais bientôt ils se trouvèrent partagés en deux classes ; les gens de lettres et le public. Les gens de lettres rejetèrent, autant qu’il le purent, l’effet de l’ouvrage ; le public s’y livra de bonne foi : il admira l’éloquence des passions, le beau portrait de Julie, la force et la grâce de la diction. Les gens de lettres, pour la plupart […], attaquèrent le fond même de l’ouvrage, et exagérèrent les défauts […].21

  • 22 L. Necker à Georges Louis Lesage, CC 1277, 10 février 1761.
  • 23 Journal encyclopédique, mai 1761, t.I, p. 88.
  • 24 Voir la Correspondance littéraire du 15 janvier et du 1 er février 1761 (CC, t.VIII, p. 343-350, a (...)
  • 25 L’Année littéraire, 1761, t.II, p. 289-330, lettre datée du 5 avril 1761.
  • 26 Critique sous la forme d’une lettre adressée à Julie de Lespinasse (CC, t.VIII, p. 341-342, append (...)

12Ce schéma a longtemps passé pour une évidence, la « bonne foi » d’un côté et la mauvaise volonté de l’autre : c’est loin d’être démontré. Les réactions de l’époque paraissent au contraire fort diverses : « Le roman de Rousseau a été dévoré ici, cependant la généralité des lecteurs ne lui est pas favorable », écrit Louis Necker22 ; « l’on en parle très diversement », constate le Journal encyclopédique23. Condamné par Grimm24 comme par Fréron25, Julie n’en est pas moins approuvé par D’Alembert26, qui pourtant avait si récemment été attaqué par la Lettre sur les spectacles. Œuvre tarée, disaient certains, criblée d’invraisemblances, de divagations ennuyeuses, de suggestions indécentes pour le moins. Cependant Grimm, serait-ce avec une pointe d’ironie, est carrément favorable à l’un des défauts les plus souvent reprochés au roman, à savoir ses fameuses digressions :

  • 27 Correspondance littéraire, 15 janvier 1761 (CC, t.VIII, p. 344, appendice A236).

Si l’auteur savait me faire trembler pour Julie, pour son amant, je le maudirais mille fois de sa rage de dogmatiser sur des questions générales, lorsqu’il s’agit de me rassurer sur leur sort. Mais comme sa pédante Julie et son triste précepteur ne m’intéressent guère, je suis encore trop heureux d’apprendre ce que Jean-Jacques Rousseau pense sur le duel et le suicide.27

13On peut en conclure que, les avis sur tous les plans étant très partagés, un jugement négatif ne constitue pas immanquablement une preuve d’hostilité ou de jalousie acharnées, comme on ne l’a que trop souvent prétendu.

14La place relative d’une œuvre est sujette à de rapides fluctuations diachroniques. Le phénomène de l’éclipse est bien connu : bientôt après la mort d’un auteur, sa popularité baisse ; un oubli relatif peut durer cinquante ans, quand il n’est pas plus ou moins définitif. Baudelaire, Proust, Gide, Sartre et beaucoup d’autres, sont passés par là. Selon l’œuvre, il y a des rebondissements périodiques, ou une lente et inexorable extinction. Les 39 volumes des œuvres de Prévost édités encore en 1810 se sont bientôt après réduits pour longtemps (cent cinquante ans) à un seul, l’Histoire du chevalier des Grieux et de Manon Lescaut. Certains autres de ses titres sont revenus depuis, pas tous.

  • 28 Et pour comparaison, 73 éditions de Candide : chiffres approximatifs, ne tenant pas compte de tous (...)
  • 29 Déjà plusieurs éditeurs avaient trouvé peu commode la division du roman en 6 parties (6 tomes auss (...)
  • 30 J. Sgard, « Deux siècles d’éditions de La Nouvelle Héloïse », p. 129.

15Dans l’historique de l’édition de Julie tracé par Jean Sgard, on trouve, après les 18 éditions parues entre 1761 et 1775, trois grandes périodes : d’abord, 50 éditions entre 1780 et 1800, succès qui n’est dépassé que par Les Aventures de Télémaque (qui dans la même période en a connu 93) ; ensuite, entre 1820 et 1840, 13 éditions, correspondant au grand renouveau des auteurs du xviiie siècle, notamment Rousseau et Voltaire comme on l’a vu, sous la Restauration ; puis un long déclin après 1840, avec un nouveau retour à partir de 1925 et surtout après 1960. La courbe est similaire pour Les Confessions, le Contrat social, et Émile, quoique ces œuvres se maintiennent beaucoup mieux que Julie après 1850. Dans la période allant de 1778 à 1978 on repère en tout 55 éditions de Julie, 45 des Confessions, 30 du Contrat social, 23 d’Émile, et 66 pour les œuvres diverses ou complètes28. Le xixe siècle produit une plus grande variété de formats, quelquefois sur papier rose ou bleu pâle, le texte étant redistribué ou comprimé, souvent au mépris de son architecture originale29. On propose aussi des éditions à la typographie raffinée avec de fines gravures sur acier (grands classiques bourgeois). L’engouement romantique pour Julie n’apparaît nulle part en effet plus clairement que dans la production de nombreuses illustrations nouvelles. Comme l’avait déjà fait Moreau le Jeune dans les années 1770, les artistes du siècle suivant adaptent l’habillement des personnages à leur propre époque ; on dramatise davantage, et on rajoute, à la série originale de 12 planches prescrites par Rousseau, bon nombre d’autres. Seul « le premier baiser de l’amour » reste canonique ; on le trouve dans presque toutes les séries, il devient même le sujet d’estampes autonomes. En somme, « deux types de spéculation qui opèrent avec des moyens différents »30. La moitié des éditions entre 1820 et 1840 appartiennent à des séries telles que la Collection des meilleurs ouvrages de la langue française ou la Nouvelle bibliothèque des classiques français, qui comprennent jusqu’à 80 ou 90 auteurs.

  • 31 Ibid., p. 132.

16Pourtant l’éclipse de Julie à la fin du xixe siècle n’est peut-être qu’apparente, car l’édition Garnier de 1865 a été réimprimée plusieurs fois (1871, 1873, 1906), et il y en a eu d’autres, celles de la Bibliothèque nationale et de Flammarion. « De 1880 à 1920, elle plonge dans l’ombre de l’édition bon marché ; elle est lue, mais on ne sait par qui. »31 Témoignent-elles d’une audience plus vaste, comme ce fut apparemment le cas pour Télémaque à la fin du xviiie siècle ? Peut-être Julie est-il déchu simplement de la grande littérature vers les rangs inférieurs des classiques populaires.

Un monument d’érudition32

  • 32 L’expression, pas rare d’ailleurs, est de René Pomeau dans sa propre édition de Julie (Classiques (...)
  • 33 Jean-Louis Bellenot, compte rendu du tome II de l’édition en Pléiade, AJJR, n° 35, p. 386.

17Le roman « injustement tombé dans l’oubli »33 allait enfin être accueilli dans le domaine universitaire en 1925 par la voie de la collection des Grands Écrivains de la France : La Nouvelle Héloïse, nouvelle édition publiée d’après les manuscrits et les éditions originales avec des variantes, une introduction, des notices et des notes par Daniel Mornet. Personne ne semble avoir remarqué l’anomalie du titre tronqué, qui ne contrevenait en rien, comme on l’a vu, aux habitudes éditoriales du temps, quelquefois un peu négligentes, en particulier, dans leur façon de transcrire les titres. Les Grands Écrivains, série d’éditions érudites, existait déjà depuis soixante ans (Corneille en 12 volumes, 1862 ; Racine en 8 volumes, 1865 ; Saint-Simon en 41 volumes, 1879-1930), mais jusqu’ici il s’agissait surtout d’œuvres complètes d’auteurs du Grand Siècle. Si Rousseau avait donc mis du temps à y entrer, c’était tout de même en obtenant un statut particulier, puisqu’il bénéficiait de la première édition d’une œuvre séparée. Quant à Daniel Mornet, qui serait professeur en Sorbonne en 1928, il s’était depuis longtemps établi une solide réputation grâce à sa thèse parue d’abord en 1907, Le Sentiment de la nature en France : de J.-J. Rousseau à Bernardin de Saint-Pierre, et au Romantisme en France au xvıııe siècle (Hachette, 1907 et 1912). Il avait en plus préparé le terrain avec, entre autres études, Le Texte de la « Nouvelle Héloïse » et les éditions du xvıııe siècle (Genève, A. Jullien, 1910). Mornet représentait tout ce qu’il y avait de plus exact et de plus rigoureux dans la science littéraire de son époque.

  • 34 J. Sgard, « Deux siècles d’éditions », p. 131.

18Ce n’est pas souvent qu’on attribue à une seule édition d’une seule œuvre le pouvoir de la rétablir puissamment au centre du canon : si tel est bien l’impact qu’on reconnaît à l’édition de Julie de Daniel Mornet, c’est en partie en raison de sa présence (avec ses 4 volumes dont le premier tout entier n’était que l’introduction), du crédit de l’éditeur scientifique, et du prestige de la série où elle figure. Mornet pour la première fois dote Julie d’une préface et de notes sérieuses. « Ce somptueux mausolée enferme l’œuvre dans le marbre, la désigne à la vénération d’un public lettré, la soustrait aux adorations maladroites. »34 Le service que Mornet a rendu à Julie, il l’a rendu aussi bien par là au roman du xviiie siècle en général, qui malgré les efforts de quelques universitaires végétait jusqu’alors.

  • 35 G. May, Le Dilemme du roman, p. 12.
  • 36 Mornet y ajoutera La Nouvelle Héloïse de J.-J. Rousseau, étude et analyse, Paris, Mellottée, 1929.
  • 37 La même collection fait paraître un Émile en 1961, édité par François et Pierre Richard.
  • 38 H. Coulet, Le Roman jusqu’à la Révolution, Paris, Armand Colin, 1967-1968.

19Le premier volume, qui porte son propre titre : Le Roman français de 1741 à 1760, « indispensable à tout travail futur sur le roman du xviiie siècle »35, constitue un examen magistral de tous les contextes sociaux, culturels et littéraires dans lesquels on peut situer le grand roman de Rousseau36. Son annotation exhaustive, de nature surtout historique, met en relief aussi quantité de thèmes littéraires et philosophiques. C’est ce travail on ne peut plus érudit qui a sauvé Julie des « pages choisies » et rendu possibles non seulement les éditions qui l’ont suivi quelque temps après, toutes désormais universitaires et intégrales – celles de René Pomeau (Classiques Garnier, 1960 et 197337), de Bernard Guyon et Henri Coulet (Pléiade, 1960), de Michel Launay (Garnier-Flammarion, 1967), de Henri Coulet (Gallimard, Folio, 1993) – mais aussi les grandes études des années 1960 sur le genre romanesque, celles de Henri Coulet38, de Georges May et d’autres. L’effet cumulatif confère à Julie un nouveau statut d’« œuvre majeure » du point de vue des recherches littéraires et historiques, sinon auprès du grand public. Daniel Mornet, qui n’est pas membre de la Société Jean-Jacques Rousseau, donne cependant un grand coup de pouce à toutes les recherches sur Rousseau qu’elle envisageait d’entreprendre.

  • 39 Voir le compte rendu évoqué ci-dessous, chapitre 9, note 29.

20Mornet explique avec beaucoup de soin (t.I, p. 147-166) les relations textuelles entre les premières éditions de Julie et les manuscrits, afin de justifier, en fin de compte, la reprise de l’édition originale, accompagnée toutefois, s’agissant d’une édition critique, de certains variantes et compléments fournis par d’autres versions. Il ne s’explique pas avec autant de clarté sur sa ponctuation, quoiqu’il affirme garder, au moins en principe, l’orthographe de l’original. Or Georges May semble suggérer qu’en fait l’orthographe, y compris les accents, n’y est pas systématiquement respectée39, on ne sait pour quelles raisons précises.

16. Premier volume de l’édition Mornet de Julie. Paris, Hachette, 1925.

  • 40 On rencontre souvent des séries telles que : « Ici Julie c’est évidemment Rousseau […]. Ici encore (...)

21Suivant la méthode philologique que Lanson avait contribué à faire triompher dans les études littéraires, Mornet cite à tout propos les lettres de Rousseau à Sophie d’Houdetot et ce que Rousseau dit d’elle dans Les Confessions ; lorsque aucune correspondance directe entre biographie et roman ne paraît s’offrir, il s’efforce au moins d’imaginer « à quoi Rousseau songe » en écrivant tel ou tel passage. Il est peu de choses qui ne puissent s’expliquer par l’expérience personnelle de Jean-Jacques Rousseau ; toute expression de sentiment surtout renvoie soit à Sophie, soit à Mme de Warens. Mornet ne reconnaît aucune autonomie du personnage : il n’y a d’autre voix dans le texte que celle de Rousseau40 ; si bien qu’il doit naturellement s’étonner chaque fois qu’un personnage émet une opinion qui cadre mal avec ce qu’on connaît par ailleurs de la pensée de l’auteur. L’approche se caractérise encore par certains tics d’ordre philologique comme celui qui consiste à comparer à l’intrigue de Julie la source de chaque citation de poésie italienne – et elles sont nombreuses – pour en conclure sans exception que la situation fictive dans les deux cas n’est pas tout à fait la même.

22Le commentaire de Mornet est bien de son époque à certains égards, notamment en ce qui concerne la voix un peu péremptoire si caractéristique des grands critiques universitaires, ceux justement qui sont à même de se mesurer aux « grands écrivains de la France » dont ils se chargent de procurer les éditions qui fassent autorité. À ce titre il prend sur lui de juger l’œuvre d’office, subsumant le point de vue du lecteur dans un nous global et sans arrière-pensée dont l’érudit est l’organe privilégié. Sur la question par exemple des invraisemblances qui peuvent être reprochées à Rousseau :

Que Saint-Preux séduise son élève, nous n’y voyons pas d’inconvénient, j’entends d’inconvénient littéraire. Que Julie, victime résignée, épouse, parce que son père le veut, M. de Wolmar qu’elle n’aime pas et sans lui dire qu’elle aime toujours celui qui l’a séduite, nous convenons que cela peut être conforme aux cruautés, nécessités et lâchetés de la vie et surtout de celle du xviiie siècle. Nous acceptons moins volontiers qu’il soit tant question de vertu et d’une vertu sinon orgueilleuse du moins ostentatoire, alors que c’est la passion qui gouverne presque toujours ou la contrainte. Nous refusons surtout de croire que, s’il est des Julies et des Saint-Preux, il y ait eu un M. de Wolmar. […] Toutes les raisons que donne Wolmar pour installer l’ancien amant près de sa femme ne sont que des subtilités naïves ou des extravagances. (t.I, p. 244-245 ; je souligne)

  • 41 Voir Le Préromantisme de Paul Van Tieghem (Paris, 1924-1930, 2 volumes) et Le Préromantisme frança (...)

23Discours de mandarin, passé de mode aujourd’hui, où se mêlent, sur un ton poliment impérieux, un scrupule d’exactitude scientifique et un psychologisme subjectif et un peu mou. En concédant ainsi quelques réticences, le critique signifie aussi qu’il n’est pas l’esclave de son sujet ; il affirme au contraire sa maîtrise en s’efforçant de relever lucidement aussi bien les défauts que les mérites de l’auteur. Julie est inscrite dans un courant qui n’est plus simplement romantique mais « préromantique » (c’est le terme qui avait cours jusqu’aux années 197041), Rousseau étant le héraut du romantisme qu’il devance d’un demi-siècle.

24René Pomeau, reçu normalien en 1937 et lui aussi bientôt professeur en Sorbonne, ne pouvait qu’être très influencé par ce précédent quand il produisit la Julie en Classiques Garnier en 1960. Son introduction de 39 pages, magistrale, élégante et bien informée, n’est pas exempte des truismes sentimentaux qui hantent les commentaires de Mornet, quoiqu’ils soient plus mesurés. Il apporte un apparat critique sérieux et des suppléments – y compris, chose exceptionnelle, les planches de Gravelot. Encore plus lyriques, mais plus approfondies aussi, sont les 97 pages de l’introduction à la même date, et dans la même collection, des Rêveries du promeneur solitaire de Henri Roddier. À propos de l’entreprise des Rêveries, il soupire, par exemple : « Il est bien tard, hélas ! Son imagination maintenant se glace et ses facultés s’affaiblissent. Mais une vision automnale cristallise de nouveau dans son âme un sentiment devenu peu à peu irrésistible » (p. lxxxiv). Tout est sentiment ; ce lyrisme allait bien avec l’approche phénoménologique alors en faveur. Pour la même raison, Roddier prend la rhétorique de Rousseau trop au pied de la lettre, en paraphrasant sur la neuvième promenade : « Mais en retrouvant avec délices la spontanéité des sensations de son enfance, libres de toute influence extérieure, il atteint à une sincérité nouvelle » (p. lxxxix). C’est comme si le thème de la sincérité correspondait à la sincérité elle-même, comme s’il suffisait de l’invoquer pour créer à l’instant une transparence évidente.

25L’approche phénoménologique était même l’une des caractéristiques de l’École de Genève dont plusieurs membres, vers la même époque, entreprenaient une édition des œuvres complètes de Rousseau. Ce n’était certes pas dans le but d’appliquer une grille de lecture doctrinaire à la totalité de Rousseau ; mais les habitudes acquises, et le succès de toute une série d’ouvrages marquants, faisaient qu’ils ne pouvaient manquer de refléter les tendances globales de leur génération de critiques.

Notes

1 G. May, Rousseau par lui-même, Paris, Seuil, 1961, p. 186.

2 R. Fayolle, La Critique, Paris, A. Colin, 1964, p. 144.

3 J. Lemaître, Jean-Jacques Rousseau, Paris, Calmann-Lévy, s. d. [1907].

4 D. Mornet, Rousseau, p. 43.

5 Paris, Les Libraires associés, 1764, 2 volumes, et Berlin, J. Néaulme, 1764, 4 volumes.

6 Fribourg, Librairie de l’Université, et Paris, Hachette, 1914.

7 Un seul, en fait : « Les enseignements des bibliothèques privées (1750-1780) », RHLF, vol. XVII (1910), p. 449-496 ; l’argument est résumé dans D. Mornet, Rousseau, p. 105. Ce relevé statistique de bibliothèques est un bon exemple de méthodologie qui, sans être mauvaise ou fausse, puisqu’elle paraissait innovatrice et révélatrice, paraît après un certain temps comporter des leurres et des limites, notamment en ce qui concerne la supposition de représentativité d’un tel corpus.

8 Il y consacre la plus grande partie de son livre Unsolved Problems in the Bibliography of J.-J. Rousseau (1990).

9 D. Mornet, Rousseau, p. 101.

10 Ibid., p. 167.

11 Introduction à l’édition de Rousseau juge de Jean-Jacques parue chez Armand Colin en 1962, p. xxiii-xxiv.

12 C. Lévi-Strauss, « Jean-Jacques Rousseau, fondateur des sciences de l’homme », Jean-Jacques Rousseau, Neuchâtel, La Baconnière, 1962.

13 J. Derrida, De la grammatologie, Paris, Minuit, 1967, p. 234-378 ; P. de Man, Blindness and Insight, Oxford University Press, 1971, chap. VII, et Allegories of Reading, New Haven, Yale University Press, 1979, chap. VII-X.

14 Voir par exemple Philip Knee et Gérald Allard éd., Rousseau juge de Jean-Jacques : études sur les dialogues, Paris, Champion, 2003 ; EJJR, n° 17 (2007-2009), p. 9-124 ; AJJR, n° 49 (2010), p. 11-195 ; et le livre récent de Jean-François Perrin, Politique du renonçant (2011).

15 AJJR, n° 32 (1950-1952), p. 231-235.

16 R. A. Leigh, Unsolved Problems…, p. 17.

17 Une édition critique devait suivre bientôt, établie par Jean-Daniel Candaux au tome III de la Pléiade (voir plus bas), en 1964.

18 Le Contrat social en Classiques Garnier daté de 1962 (mais avec un achevé d’imprimer de 1966) ne relève pas du tout du même modèle : c’est une réémission de 1954, sans nom de responsable et sans aucun apparat critique. La première page du texte porte en fait le titre : « Œuvres choisies de J.-J. Rousseau » ; il contient, en 506 pages, les deux Discours, la Lettre à D’Alembert, Du contrat social, Considérations du gouvernement de Pologne, et la Lettre à Christophe de Beaumont.

19 « Les femmes passaient à la lire les nuits qu’elles ne pouvaient mieux employer, et fondaient en larmes » (Jean François de La Harpe, Correspondance littéraire, lettre XXIV ; Œuvres, Paris, Verdière, 1820, t.I, p. 191, reprint Genève, Slatkine, 1968).

20 D. Mornet, La Nouvelle Héloïse : étude et analyse, Paris, Mellottée, [1928], p. 315.

21 « Des écrits publiés à l’occasion de La Nouvelle Héloïse », dans l’édition Poinçot des Œuvres complètes (voir plus haut, p. 128-129 et 136-140), t.IV, p. 449-450.

22 L. Necker à Georges Louis Lesage, CC 1277, 10 février 1761.

23 Journal encyclopédique, mai 1761, t.I, p. 88.

24 Voir la Correspondance littéraire du 15 janvier et du 1 er février 1761 (CC, t.VIII, p. 343-350, appendice A236).

25 L’Année littéraire, 1761, t.II, p. 289-330, lettre datée du 5 avril 1761.

26 Critique sous la forme d’une lettre adressée à Julie de Lespinasse (CC, t.VIII, p. 341-342, appendice A235), date fort incertaine.

27 Correspondance littéraire, 15 janvier 1761 (CC, t.VIII, p. 344, appendice A236).

28 Et pour comparaison, 73 éditions de Candide : chiffres approximatifs, ne tenant pas compte de tous les retirages ni du nombre d’exemplaires imprimés.

29 Déjà plusieurs éditeurs avaient trouvé peu commode la division du roman en 6 parties (6 tomes aussi à l’origine). La division s’est faite le plus souvent en 3 tomes, 2 parties par tome : Didot (1801), Veuve Perronneau (1818-1820), Baudouin frères (1826). Mais la Collection complète de Genève pour ses formats in-8 o et in-12 partage ainsi les parties du roman : 1 / 2 + 3 / 4 + 5 / 5 suite + 6. Poinçot (1788-1793) a taillé librement dans plusieurs parties pour redistribuer le roman en 4 volumes.

30 J. Sgard, « Deux siècles d’éditions de La Nouvelle Héloïse », p. 129.

31 Ibid., p. 132.

32 L’expression, pas rare d’ailleurs, est de René Pomeau dans sa propre édition de Julie (Classiques Garnier, 1960), p. 773.

33 Jean-Louis Bellenot, compte rendu du tome II de l’édition en Pléiade, AJJR, n° 35, p. 386.

34 J. Sgard, « Deux siècles d’éditions », p. 131.

35 G. May, Le Dilemme du roman, p. 12.

36 Mornet y ajoutera La Nouvelle Héloïse de J.-J. Rousseau, étude et analyse, Paris, Mellottée, 1929.

37 La même collection fait paraître un Émile en 1961, édité par François et Pierre Richard.

38 H. Coulet, Le Roman jusqu’à la Révolution, Paris, Armand Colin, 1967-1968.

39 Voir le compte rendu évoqué ci-dessous, chapitre 9, note 29.

40 On rencontre souvent des séries telles que : « Ici Julie c’est évidemment Rousseau […]. Ici encore Julie c’est Rousseau [...]. Ici encore Julie c’est Jean Jacques », etc. (t.IV, p. 264-265).

41 Voir Le Préromantisme de Paul Van Tieghem (Paris, 1924-1930, 2 volumes) et Le Préromantisme français d’André Monglond (Grenoble, 1930, 2 volumes). On peut estimer que le glas de cette notion est sonné par le colloque Le Préromantisme : hypothèque ou hypothèse ? de 1973 (Paris, Klincksieck, 1975), et que Le Préromantisme anglais de Pierre Arnaud (Paris, Presses universitaires de France, 1980) marque déjà un retard significatif.

Table des illustrations

Légende 16. Premier volume de l’édition Mornet de Julie. Paris, Hachette, 1925.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1984/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 210k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search