Version classiqueVersion mobile

Éditer Rousseau

 | 
Philip Stewart

Deuxième partie. Une œuvre en héritage : faire plus, faire mieux

Chapitre VII. De lettres en correspondance (1900-1995)

Texte intégral

  • 1 Voir J. Sgard, « Deux siècles d’éditions de La Nouvelle Héloïse », p. 123-134.
  • 2 Édition publiée par University Presses of New England, Hanover (New Hampshire), 1990-2010 ; voir p (...)

1Après la mort de Rousseau en 1778, le sort de ses œuvres fut très divers. Une partie en était déjà canonique, et le demeure, d’autres au contraire sont le plus souvent négligées. Julie connaît un second grand essor à l’époque romantique pour tomber ensuite dans un oubli surprenant mais généralement approuvé jusqu’à l’édition critique procurée par Daniel Mornet en 19251. Curieusement, jusqu’aux années 1990, il n’y a eu aucune édition générale des œuvres de Rousseau en anglais2, alors que plusieurs avaient connu, avec une succession de traductions dans toutes sortes de langues, des centaines d’éditions et n’avaient jamais cessé d’être disponibles en librairie.

  • 3 La Grande Encyclopédie, Paris, Lamirault, 1886-1902, t.XXVIII, p. 1060-1070.
  • 4 Ibid., p. 1069. Ce n’est pas pour déprécier le génie ou les recherches de Lanson ; rares sont, obs (...)
  • 5 D. Mornet, Rousseau, p. 172.

2Le long article Rousseau (19 colonnes) de Gustave Lanson pour La Grande Encyclopédie3 fait grand cas de bon nombre de ses œuvres, y compris même des petites poésies comme l’Épître à Fanie et Le Verger des Charmettes ; il mentionne également le livret d’opéra intitulé La Découverte du Nouveau Monde – tous ouvrages qui ne rentraient pas dans le projet de 1764-1765. En haut arbitre qu’il est de la canonicité littéraire, Lanson prononce une fois pour toutes que Les Confessions sont une très grande œuvre : « Plus encore que la Nouvelle Héloïse, les Confessions ont révolutionné le roman, pour l’acheminer à être la biographie d’une âme en réaction contre un milieu social : Delphine, Oberman, René et tout George Sand sortent de là. » En revanche, il relègue toutes les autres œuvres autobiographiques au dernier paragraphe de son article : 8 lignes seulement pour Rousseau juge de Jean-Jacques, 5 pour Les Rêveries en dépit de « pages exquises ou touchantes ». Quant à la correspondance, sans doute « très intéressante pour la biographie de l’auteur », elle est renvoyée aux voies de garage, car « Rousseau n’a pas le génie épistolaire »4. Daniel Mornet, comme par hasard, est complètement d’accord sur ce point : « [S]auf quelques lettres soigneusement préparées […], elles n’offrent pas réellement un intérêt littéraire. Rousseau reconnaissait lui-même qu’il n’était pas doué pour le genre épistolaire. »5

3Une correspondance, ce n’est évidemment pas une œuvre parmi d’autres ; plus qu’une œuvre, elle constitue en elle-même un corpus. Elle est hétérogène de sujet et de ton, comme il convient quand on a un grand nombre d’interlocuteurs ; elle est étalée dans le temps, recoupant de biais tout le reste de l’écrit et du vécu de l’auteur. Sa composition et sa présentation dépendent en large part d’autres que lui. Cependant il n’y a pas de raison pour croire que Rousseau eût cherché à exclure sa correspondance de l’ensemble de son œuvre. Non seulement nombre de ses ouvrages dès le début avaient pris la forme de lettres, mais une certaine quantité de ses lettres authentiques avaient été publiées de son vivant sans que cela parût le scandaliser.

  • 6 Ma source pour tous ces chiffres est l’« Index des éditions » compilé par Janet Laming, CC, t. LI, (...)

4Les trois amis qui ont préparé la Collection complète de Genève ont en tout cas présumé dès le début que sa correspondance ferait partie l’œuvre, à commencer par les lettres dont ils étaient eux-mêmes les destinataires. Moultou pour sa part se serait bien contenté de celles-là, mais Du Peyrou tenait à y joindre une sélection plus large et s’efforça avec un succès non négligeable d’en recueillir d’autres. Les 205 lettres de leur tome XII, qui à l’exception de 6 d’entre elles sont toutes de Rousseau, sont adressées à au moins 90 correspondants différents (FR, p. 151). Du Peyrou avait peut-être vu les Lettres diverses de Jean-Jacques Rousseau citoyen de Genève (Amsterdam, la Compagnie, 1763 ; 8 lettres inédites). Hume en avait mis une quinzaine dans son Exposé succinct en 1766, sans parler de lettres publiées çà et là dans les périodiques, surtout après la mort de l’auteur ; le Journal de Paris, par exemple, en publia 32 en 1778 et 17796.

  • 7 Ajoutons 11 lettres à Horace Walpole dans The Works of Horatio Walpole (1798), 7 dans les Œuvres p (...)
  • 8 Les « Lettres de Jean-Jacques Rousseau à Madame la marquise de Verdelin » sont publiées par E. Ber (...)

5On a déjà évoqué les efforts de plusieurs éditeurs pour en augmenter le nombre : Boubers en donne 25 d’inédites, Jean-Pierre Bérenger une vingtaine dans J. J. Rousseau justifié envers sa patrie (Londres, 1775) et Marie-Anne de La Tour une quinzaine dans Jean-Jacques Rousseau vengé par son amie. Soixante-dix sont comprises dans les Œuvres complètes de Voltaire (édition de Kehl, 1785)7. Poinçot et Lejay publient en 1789 des Nouvelles Lettres de J. J. Rousseau datant de 1754 à 1770 (probablement pas nouvelles parce qu’on ne les trouve pas dans l’index qu’on vient de citer en note) et cela continue avec, en 1798, une grande collection de 72 Lettres originales de J.-J. Rousseau, à Mme de... [Créqui], à Madame la maréchale de Luxembourg, à M. de Malesherbes, à D’Alembert, etc. (Paris, Charles Pougens, 1798). Jean-Joseph Dusaulx en produit aussi 19 en 1798 dans De mes rapports avec J. J. Rousseau ; en 1803 paraît la Correspondance originale et inédite de J.-J. Rousseau avec Mme de La Tour de Franqueville et M. du Peyrou (Paris, Giguet et Michaud, 1803, 2 volumes ; 252 lettres), et en 1828 les Lettres de Voltaire et J.-J. Rousseau à C.-J. Panckoucke (Paris, C.-L.-F. Panckoucke, 1828 ; 6 lettres inédites seulement)8. Comme on voit, il s’agit le plus souvent de collections familiales qui tôt ou tard font surface, consistant donc en lettres reçues de Rousseau par un seul correspondant, éventuellement complétées par des copies de ses réponses.

6Pour décrire l’accroissement progressif de la correspondance de Rousseau, on ne peut citer, pour plusieurs raisons, que des chiffres approximatifs. Mis à part le problème posé par nombre d’ouvrages intitulés : Lettre à…, certains ensembles de lettres sont fréquemment placés parmi les œuvres proprement dites : les lettres à Malesherbes, par exemple, ou les lettres à Buttafoco, les lettres à Mme de La Tourette sur la botanique, même quelquefois les lettres échangées avec Voltaire. Dans ce dernier cas, s’y mêlent souvent aussi des lettres adressées à Rousseau, surtout des réponses, qui dans d’autres cas sont exclues. Compte-t-on les « billets » et les fragments ou brouillons de lettres ? Les comparaisons entre éditions sont rendues quasi impossibles par la variété des formats : numérotées ou non, ou numérotées par correspondants, elles sont par conséquent rangées dans des ordres divers. Quand enfin s’impose plus ou moins un principe d’ordre chronologique, cet ordre est constamment embarrassé par des incertitudes de datation. En somme, il faudrait dresser un répertoire complet de chaque collection et les confronter à une liste maîtresse – le travail probablement de plusieurs années. Inutile sans doute d’ajouter que les catalogues des bibliothèques, même les meilleures, sont insuffisamment détaillés pour permettre des comparaisons sûres sans inspection des volumes physiques ; en fait, depuis le passage général aux catalogues numériques, avec tous les avantages qu’il représente, les informations bibliographiques fournies sont encore plus inadéquates qu’auparavant.

7Ainsi, le nombre de lettres de Rousseau connues et éditées augmenta rapidement dans les quatre décennies suivant sa mort. Le Supplément de la Collection complète de Genève comportait 199 lettres de Rousseau (205 lettres en tout) ; déjà en 1793 l’édition Poinçot (de Mercier) en compte approximativement 480, classées plus ou moins par destinataires dans les 2 premiers tomes et plus ou moins chronologiquement dans les 3 derniers ; le principe n’est pas expliqué. Ce nombre s’élèvera à 668 lettres dans les 3 volumes consacrés à la correspondance dans l’édition Didot de 1801, présentées dans un ordre approximativement chronologique. Le chiffre seul laisse supposer que la veuve Perronneau avec un pareil nombre en 1818-1820 les avait prises directement chez Didot.

  • 9 Édition Belin de 1817 : voir p. 169.
  • 10 Appelée aussi Franqueville : voir l’article sous ce nom de R. Trousson dans DJJR, p. 357-358.
  • 11 Édition Lefèvre de 1819-1820 : voir p. 168.
  • 12 Histoire de la vie…, 1821, t.I, p. 307.
  • 13 Lettres originales de J.-J. Rousseau, à Mme de..., à Mme la maréchale de Luxembourg, à M. de Males (...)

8Musset-Pathay écrit en 1821 que c’est l’édition Belin9 qui jusqu’à cette date, avec ses 812 lettres, en renferme le plus, ayant ajouté notamment à la collection générale les lettres à Mme de La Tour10 qui ne se trouvent pas dans la « belle édition » Lefèvre11, tandis que celle-ci incluait celles à Mme d’Épinay, « de manière qu’aucune des deux n’est complète »12. Les éditeurs de l’édition Belin avaient bien mis en valeur dans leur introduction le fait qu’ils intégraient dans leur collection, par arrangement avec Pougens et Michaud, les lettres inédites que ceux-ci avaient publiées respectivement en 1798 et 180313 : celles qui s’adressaient à la maréchale de Luxembourg, à Malesherbes, à D’Alembert, à Mme de La Tour et à Du Peyrou. « Ces lettres et un grand nombre d’autres qui n’ont jamais été publiées, ou qui sont disséminées dans divers recueils périodiques, seront classées dans la correspondance selon l’ordre des dates » (t.I, p. x).

  • 14 Histoire de la vie…, 1821, t.I, p. 308-525.

9Musset-Pathay compile pour sa part une liste de 956 lettres numérotées14, chacune avec incipit et brève analyse, dont 32 n’avaient pas précédemment paru (p. 307) ; elles vont de 1732 au 15 mars 1778. Dans l’édition Dupont procurée par Musset-Pathay, le chiffre s’arrêtera à 968, plus 120 lettres ajoutées dans le tome I des Œuvres inédites. Même ici, les lettres les plus nombreuses restent celles de Du Peyrou et de Moultou ; on peut mentionner aussi Mme d’Épinay, d’Ivernois, Mme de La Tour, la maréchale de Luxembourg et quelque 180 autres correspondants.

  • 15 Voir plus haut, p. 191-192.

10Sans essayer de tenir compte de toutes les lettres parues de temps à autre dans divers périodiques, on passera à la publication de 163 Lettres inédites de Jean Jacques Rousseau à Marc Michel Rey, éditées par Johannes Bosscha (Amsterdam, Frédéric Muller, et Paris, Firmin Didot frères, fils & Cie, 1858), puis aux deux publications de Georges Streckeisen-Moultou déjà mentionnées au chapitre 515 : Œuvres et correspondance inédites de J. J. Rousseau (1861) et Jean-Jacques Rousseau, ses amis et ses ennemis(1865). Ce dernier ouvrage renferme des lettres écrites de 1760 à 1770 environ que Du Peyrou avait léguées à la bibliothèque de Neuchâtel où Streckeisen-Moultou les a retrouvées ; elles sont organisées par chapitres selon l’identité du correspondant. Ce n’est que longtemps après qu’on a pu découvrir à quel point Streckeisen-Moultou avait censuré et expurgé à volonté les opinions peu orthodoxes qu’il trouvait dans les lettres de son arrière-grand-père ; il réécrit ce qu’il veut, se trompe souvent aussi sur les dates, présentant une version souvent erronée et souvent fausse des textes qu’il prétend livrer au domaine public.

  • 16 Paul Usteri et Eugène Ritter éd., Zurich, Beer, 1910, traduction de Briefwechsel J.-J. Rousseaus m (...)
  • 17 Philippe Godet et Maurice Boy de la Tour éd., Paris, Plon-Nourrit, 1911.
  • 18 Alexis François éd., Genève, A. Jullien, 1922.
  • 19 Pierre Grosclaude éd., Paris, Librairie Fischbacker, 1960.
  • 20 Barbara de Negroni éd., Paris, Flammarion, 1991 et George May éd., Actes Sud, 1998.
  • 21 Rousseau, Lettres philosophiques, Jean-François Perrin éd., Livre de Poche classique, 2003.

11Au début du xxe siècle s’y joignent plusieurs autres collections : La Correspondance de Jean-Jacques Rousseau avec Léonard Uster16 (25 lettres), les Lettres inédites […] à Mmes Boy de la Tour et Delessert17 (65 lettres), et la Correspondance de Jean-Jacques Rousseau et François Coindet (1756-1768)18 (160 lettres), sans compter beaucoup d’autres au fil des années dans les Annales de la Société Jean-Jacques Rousseau. Ajoutons enfin, en 1960, J.-J. Rousseau et Malesherbes : documents inédits19. Dans les correspondances séparées qui paraissent par la suite, comme Jean-Jacques Rousseau, Chrétien Guillaume de Lamoignon de Malesherbes : correspondance, et Jean-Jacques Rousseau, Madame de la Tour : correspondance20, il s’agit du phénomène inverse : une sélection de lettres avec un seul correspondant, non apportées au corpus mais extraites au contraire de collections déjà constituées. D’autres critères de sélection peuvent aussi bien servir, afin par exemple de former un recueil de lettres « philosophiques »21 de Rousseau.

Comment se fit la Correspondance générale

  • 22 AJJR, no 1 (1905), p. i, § 3 ; voir aussi Eugène Ritter, « La Société Jean-Jacques Rousseau », AJJ (...)
  • 23 A. Schinz, État présent…, p. 155.

12Lorsque fut fondée la Société Jean-Jacques Rousseau à Genève (assemblée constitutive le 6 juin 1904), ses statuts l’appelaient essentiellement à une triple mission : « publier une édition critique de ses œuvres » ; constituer les Archives Jean-Jacques Rousseau pour réunir « manuscrits, imprimés, portraits, médailles, souvenirs et autres documents de toute nature qui se rapportent à cet écrivain » ; et créer un périodique : les Annales Jean-Jacques Rousseau, afin d’encourager les recherches en fournissant à tous les intéressés un organe de communication22. Le premier numéro date de cette même année. La priorité quant à l’édition devait bientôt se fixer sur des compléments d’information biographiques et donc sur la correspondance, « qui devait constituer en quelque sorte le point de départ ou le grand magasin de références pour les travaux ultérieurs »23, et par là sur Les Confessions.

13Même à cette époque, la fondation d’une telle société n’était pas un acte politiquement neutre, comme on l’apprend de son propre site internet :

Plusieurs questions sont posées, entre 1904 et 1918, à Bernard Bouvier24 et à ses collègues. La première touche à la position de la Société dans le vieux conflit qui agite, depuis la nuit des temps, adversaires et défenseurs de Rousseau : si les premiers, en toute logique, n’attendent rien d’une association vouée à l’étude de Jean-Jacques, les seconds ne comprennent pas le manque d’enthousiasme de Bernard Bouvier, lequel accepte l’adhésion d’antirousseauistes notoires (dont Ferdinand Brunetière) et prône une démarche plus critique qu’apologétique. Une deuxième a trait à la lecture même de l’œuvre de Rousseau, qu’on ne peut, selon certains, pratiquer indépendamment de son emprise idéologique.25

14Je ne suivrai pas plus loin ce chemin, mais les difficultés qui vont bientôt se manifester par rapport à la correspondance ne sont pas sans lien avec d’autres tensions évoquées dans ce texte.

  • 26 A. Schinz, « L’affaire de la de J.-J. Rousseau et la Société J.-J. Rousseau », p. 167-173. La déli (...)
  • 27 AJJR, no 1, p. 179-245 ; n o 2, p. 153-270 ; et n o 4, p. 1-276.

15Dans un article où il reconstitue les faits, que je me contenterai de résumer ici, Albert Schinz rappelle26 que la dernière édition significative des œuvres de Rousseau avait été celle de Musset-Pathay, considérant comme négligeable celle qui fut « préparée par quelque inconnu » (p. 167) chez Hachette. Depuis quarante ans Théophile Dufour, archiviste-paléographe et directeur des Archives à la bibliothèque publique de Genève, poursuivait des recherches en vue d’une nouvelle édition de la correspondance. Il devait apparaître à la Société de Genève comme une mine d’or, et il a abondamment fourni les premiers numéros de ses Annales : 183 « pages inédites » ; la première rédaction des livres I-IV des Confessions27. Grâce à son travail accaparant mais aléatoire, Dufour devait produire aussi en 1925 deux volumes de Recherches bibliographiques sur les œuvres imprimées de J.-J. Rousseau, suivies de l’inventaire des papiers de Rousseau conservés à la Bibliothèque de Neuchâtel (Paris, L. Giraud-Badin).

  • 28 A. Schinz, État présent…, p. 156.
  • 29 A. Schinz, « L’affaire de la Correspondance générale », p. 169 ; voir aussi AJJR, no15 (1923), p.  (...)

16Le moment vint pourtant où Dufour « crut devoir se séparer de la société »28, et quand il mourut en 1822, rien n’avait encore été déterminé. Il était d’abord question de publier la correspondance dans la collection des Grands écrivains de la France chez Hachette, dirigée par Gustave Lanson, et un contrat à cette fin fut signé le 6 mars 1923, prévoyant une édition en 20 volumes ainsi que Les Confessions en 5 volumes29 sous la direction d’Alexis François, secrétaire de la Société. Les deux protagonistes dans le conflit qui s’installa furent François, « ardent, enthousiaste, vainqueur » selon Schinz, apparemment soutenu de Gustave Lanson et Daniel Mornet, et la fille de Théophile Dufour, Mme Hélène Pittard-Dufour, qui posait comme condition que le nom de son père apparaisse dans le titre même de l’édition. François refusa, car « personne ne connaissait réellement l’étendue et l’état d’achèvement de ces longues recherches […] dont les résultats ne furent communiqués » à personne (AJJR, no15, p. 384).

13. Premier numéro des Annales de la Société Jean-Jacques Rousseau, 1905.

14. Théophile Dufour, Recherches bibliographiques sur les œuvres imprimées de J.-J. Rousseau. Paris, L. Giraud-Badin, 1925.

  • 30 A. Schinz, « L’affaire de la Correspondance générale », p. 170-171.

17Alors que les négociations continuaient, la famille Dufour annonça dans le Journal des débats, le 3 août 1923, qu’elle s’était engagée avec Pierre-Paul Plan pour la préparation, avec les papiers de Dufour, d’une édition de la correspondance dont Armand Colin serait l’éditeur : le projet de la Société avait été essentiellement usurpé par la famille Dufour. S’ensuivirent une dispute dans la presse30, une lettre ouverte d’Alexis François, et un rapport décontenancé du président Bernard Bouvier présenté à la Société en novembre 1923 (AJJR, no 15, p. 381-385).

  • 31 Ibid., p. 173.

18Schinz pour sa part fut d’avis que la Société s’en remette en tout à Plan pour la réalisation de cette correspondance, en lui cédant même toute la documentation qu’elle avait entre les mains31. Car, explique-t-il dans un article paru en Amérique, les 20 solides volumes de cette correspondance vont tout de même servir à démentir les « fouineurs » de Rousseau et mettre fin à leur triste métier :

  • 32 « They will be able to do this to a considerably less degree now, for they will not dare to face t (...)

C’est ce qu’ils pourront faire dans un bien moindre degré maintenant, car ils n’oseront confronter la réfutation facile fournie par cette Correspondance. Rousseau pourra se tenir debout par son propre mérite – et la plupart des diffamateurs savent autant que nous que sa réputation n’en pâtira pas.32

19Malgré toutes les recherches et tous les documents qu’elle avait apportés dans les pages des Annales et ailleurs, la Société Jean-Jacques Rousseau s’est vu frustrer de sa grande ambition d’éditer la correspondance de Rousseau.

15. Correspondance générale de J.-J. Rousseau de Dufour et Plan. Paris, Armand Colin, 1924, t.I.

  • 33 R. Wokler, « Preparing the definitive edition of the Correspondance de Rousseau », p. 8-9.

20En tout cas, au moment où Schinz écrit cela, le premier tome de la Correspondance générale de J.-J. Rousseau, collationnée sur les originaux, annotée et commenté par Théophile Dufour (Paris, Armand Colin, 1924-1934, 20 volumes) a déjà paru. Elle devait comprendre plus de 4 000 lettres dont les trois quarts de Rousseau. D’après l’appréciation de Robert Wokler, tout le mérite de cette réalisation en revient à Plan, car « Dufour était l’un de ces personnages trop familiers dans le monde des recherches, qui consacrent leur vie entière à l’assemblage, sans sens critique ni système, de matériaux si diffus et si désordonnés qu’il n’est pas possible de les arranger pour la publication ». Dufour n’avait même pas transcrit les lettres quand il l’aurait pu, se contentant tout simplement de couper et coller d’autres éditions, particulièrement celles données par Lequien (1826), qui remontent à leur tour à Musset-Pathay et par-delà lui à la Collection complète de Genève33. Son édition « collationnée sur les originaux » n’est qu’une compilation de sources publiées et des notes d’erreurs de transcription des éditeurs précédents.

21Plan lui-même dément à peine cette opinion, mais il souligne l’effort de rassemblement de lettres qui étaient dispersées et jamais encore réunies aux recueils. Au total cela faisait quelque 3 000 lettres, affirme-t-il, auxquelles il faut ajouter « un grand nombre de lettres inédites dont les textes ont été recueillis par lui, et toutes celles qui peuvent encore être retrouvées » (Avertissement du tome I, p. vi). Toutefois, « Dufour n’a laissé aucune indication précise sur ses intentions ; son activité prodigieuse s’est limitée à la chasse des matériaux et il ne s’est pas expliqué sur la manière dont il entendait les mettre en œuvre » (p. viii) ; il convient des « fautes innombrables dont fourmille » le corpus ainsi transmis, « ses erreurs de dates, ses inexactitudes dans l’identification des destinataires, ses incorrections, transpositions, omissions de texte », qui « rendent inutilisable cette publication d’un autre âge » (p. vi-vii). Dufour a surtout le mérite d’avoir eu recours aux autographes dans tous les cas possibles, tâche grandement facilitée par sa fonction de directeur de la bibliothèque de Genève.

22Dufour et Plan ont réuni, avec les lettres presque toujours de Rousseau, plus d’un millier de lettres de ses correspondants, la plupart inédites. La décision de les inclure, alors que Dufour y avait d’abord renoncé à cause de la place qu’elle risquait d’occuper, a été prise par Plan (p. viii) ; c’est lui aussi qui a décidé du classement. Mais il ne s’en explique pas davantage, chaque tome portant son propre avertissement en forme de récit chronologique. La particularité de l’ordre suivi, dit-il, ne se remarquera pas dans le premier volume qui est approximativement chronologique. Cependant des « raisons de composition » peuvent en certains cas faire déplacer des lettres malgré la chronologie dans un tout autre volume (Avertissement du tome 4, p. vii) :

L’ordre chronologique est suivi, dans le classement de lettres, mais avec un certain tempérament : la publication des réponses aux lettres de Rousseau, s’imposant à la suite des lettres, devait impliquer de courtes infidélités à cet ordre chronologique strict, de sorte que, pour plus de clarté, il faut parfois grouper les pièces d’une correspondance particulière s’étendant à une période de quelques mois, et revenir ensuite en arrière pour reprendre le fil de la correspondance générale. […] J’espère qu’on n’aura pas de peine à se familiariser avec cette méthode qui diffère un peu de celle qui a été suivie jusqu’ici ; elle me semble présenter certains avantages pratiques dont on s’apercevra aisément au cours de la publication. (Avertissement du tome 2, p. vi)

23En voici le principe d’organisation :

Tableau 13. La Correspondance générale.

Tableau 13. La Correspondance générale.
  • 34 Commentaire de l’Avertissement : « L’occasion était trop belle pour que Voltaire la laissât échapp (...)

Note34

  • 35 On aurait peine à imaginer une aussi étrange singularité, mais c’est B. Gagnebin qui signale l’exi (...)
  • 36 Ibid., p. 283.

24Les diverses notices sur la Correspondance générale qui paraissaient au furet à mesure dans les Annales de la Société Jean-Jacques Rousseau ne manquaient pas de signaler des erreurs et négligences, par exemple l’absence de certaines lettres déjà connues. Théophile Dufour, fasciné par la quantité d’erreurs de transcription qu’il relevait chez d’autres éditeurs35, ne joignait malheureusement pas à cette obsession le scrupule de toujours transcrire les manuscrits, se contentant même de découper les textes dans d’anciennes éditions, désinvolture qui a été imitée par Plan. Bernard Gagnebin raconte que ce dernier, s’étant une fois fait refuser la communication de lettres de Rousseau à la bibliothèque de Neuchâtel, s’est tout simplement résigné à s’en passer : « À ce moment-là, il n’y avait pas de microfilms, pas de photocopies, et, plutôt que d’aller à Neuchâtel faire amende honorable, il a préféré se passer des originaux et donner des copies. »36

  • 37 R. A. Leigh, « Rousseau’s correspondence : editorial problems », p. 52-53.
  • 38 Ibid., p. 44-46.
  • 39 Pierre-Paul Plan, Table de la Correspondance générale de J.-J. Rousseau, Genève, Droz, 1953.

25Mais la critique la plus cinglante, la plus dévastatrice de la Correspondance générale sera effectuée par Ralph A. Leigh quarante ans plus tard. Leigh attire l’attention sur sa reprise directe et massive de textes déjà parus dans la Collection complète et ensuite chez Musset-Pathay, et aussi le fait que Dufour, qui savait à quel point Streckeisen-Moultou avait retouché les textes des lettres qu’il avait ensuite publiées, s’en est souvent tenu à ces mêmes textes plutôt que d’aller à Neuchâtel insister pour voir les originaux. Dufour et Plan n’ont pas clairement distingué les différents états d’une lettre, et Dufour, qui collectionnait les erreurs de transcription antérieures (et qui lui-même transcrivait avec une précision méticuleuse), ne distinguait pas entre une variante et une faute. Les lettres données dans la Correspondance générale sont donc extrêmement hétérogènes et arbitraires à cause de la variété des sources37. Dufour et Plan auraient quelquefois opéré aussi, un peu arbitrairement, une orthographe rétrograde. En somme, Leigh traite la Correspondance générale tout entière de colossale supercherie38. Une table de la Correspondance générale publiée, avec quelques lettres inédites39, juste après la mort de Plan en 1951, en facilitait au moins énormément l’utilisation.

Ralph A. Leigh et la Correspondance complète

  • 40 R. A. Leigh, « Vers une nouvelle édition de la correspondance de Rousseau », AJJR, no 35 (1959-196 (...)
  • 41 Gagnebin était conservateur des manuscrits de la bibliothèque publique et universitaire de Genève (...)

26L’établissement de la Correspondance complète est inséparable en effet de la critique suscitée par la Correspondance générale, et en particulier des nombreuses objections soulevées par Ralph A. Leigh, professeur à l’université de Cambridge. L’acte d’accusation qu’il a prononcé lors d’une séance de la Société Jean-Jacques Rousseau40 a certainement dû beaucoup gêner Bernard Gagnebin qui dans l’avant-propos de la Table de la Correspondance générale avait loué la « vaste érudition » de son collègue Plan, « son honnêteté scientifique et sa parfaite maîtrise du sujet » qui l’avaient « justement désigné pour achever l’œuvre entreprise par Théophile Dufour » (p. vii-x)41. Toutefois, au cours de la discussion qui eut lieu à la suite de la conférence de Leigh, Gagnebin caractérise Plan de « boulevardier qui vivait dans les cafés » et qui avait été « subitement chargé […] de faire un travail auquel il n’avait pas été préparé ». Il affirme aussi que les premiers volumes de sa Correspondance « sont certainement supérieurs » aux suivants à cause de la pression exercée sur lui par l’éditeur Armand Colin, qui l’a obligé à supprimer certaines des lettres écrites en réponse. À l’égard de ses notes critiques, Plan est pourtant « impardonnable », ses annotations étant « tout à fait insuffisantes ». Gagnebin avoue que lui et Marcel Raymond avaient été « bien souvent embarrassés » et même quelquefois trompés par les interprétations de Plan (AJJR, no 35, p. 282-284). Loin de Genève et des considérations personnelles qui pouvaient entrer en jeu, c’était l’exaspération de Leigh devant les insuffisances de la Correspondance générale qui lui inspirait la courageuse entreprise d’une refonte globale qui serait tout autre chose qu’une simple réédition même complétée et « corrigée », et qui allait occuper tous ses efforts pour le reste de sa vie.

27On sent néanmoins une certaine gêne de la part des membres de la Société le jour où Leigh lui exposait son projet. Les questions qu’on lui posait, certes discrètes et polies, reflètent quelque réticence à se fier au jugement d’un seul chercheur sans savoir au juste ce qui allait en résulter et sans avoir d’emprise directe sur lui. Ce n’était pas seulement parce qu’il était étranger, ou qu’il proposait de dépasser le travail encore récent de deux Genevois distingués. On peut voir cette hésitation aussi comme la marque des avancées théoriques et des exigences scientifiques qui s’étaient progressivement développées. Les membres de la Société Jean-Jacques Rousseau de Genève avaient eux-mêmes construit nombre de bases solides, parmi d’autres évidemment, qui avaient amené un degré de précision toujours plus nécessaire à mesure que le corpus des données augmentait. Ils avaient appris aussi par des déceptions multiples, notamment dans le cas de la correspondance de Rousseau, ce qu’il fallait de savoir et de méthode pour procurer une édition capable de relancer les études rousseauistes et de résister au temps.

  • 42 De même, quoique dans ce cas le même chercheur ait dirigé les deux entreprises, la première éditio (...)

28Dès le début, Leigh définit son entreprise en termes faits pour s’opposer manifestement aux méthodes peu rigoureuses de ses prédécesseurs. Ce n’est pas qu’ils n’aient rendu service, au contraire ; mais leurs défaillances sautaient aux yeux : leur Correspondance n’était pas l’outil de recherche qu’il fallait. Il n’était pas question de ne pas l’utiliser, mais elle était à refaire, et elle devint en effet instantanément caduque dès qu’une autre eut été réalisée : on ne se sert plus guère de la Correspondance générale si ce n’est pour repérer les citations qui s’y étaient référées en l’espace de quarante ans42. Il serait surprenant en revanche que la Correspondance complète de Leigh soit refaite avant un siècle : les éditions qui s’en annoncent pour le présent (voir Annexe) se servent de Leigh comme référence de base plutôt qu’elles ne proposent de le remplacer.

29S’en prendre à ce monument qu’était la Correspondance générale, comme Leigh le remarque lui-même, était un défi intimidant, d’autant plus que, publiée à Paris et bénéficiant du soutien de l’Institut de France, elle avait toutes les marques d’une publication quasi officielle :

  • 43 R. A. Leigh, « Rousseau’s correspondence : editorial problems », p. 46.

Une partie de l’opinion genevoise ne voyait pas d’un bon œil qu’on démente ainsi deux héros de la recherche du lieu, tous deux ayant laissé un souvenir affectueux dans leur ville natale, tandis que d’aucuns abritaient un préjugé considérable contre un simple étranger (d’ailleurs même pas un étranger francophone) qui avait la présomption d’éditer la correspondance du plus grand écrivain de Genève. On disait qu’un étranger ne pouvait pas faire le travail aussi bien qu’un Genevois, et qu’en tout cas l’édition Dufour-Plan n’était pas si mauvaise qu’il avait l’air de le dire, et une nouvelle édition serait une perte inutile d’effort.43

  • 44 Ibid., p. 43-44.

30Le Cambridgien pouvait répondre à ces derniers scrupules en énumérant les péchés de Dufour et Plan. Les excellents principes éditoriaux détaillés par Plan dans sa préface sont, comme Leigh n’a cessé de le montrer, entièrement démentis par les faits. Souvent il s’était contenté de copies et de versions imprimées de lettres qu’il aurait pu consulter en manuscrit ; les textes qu’il donne sont en grande partie réimprimés sur l’édition de Musset-Pathay, que Plan dénonçait pourtant pour ses défauts ; celle-ci à son tour était en majeure partie copiée sur l’édition de Genève de 1782 et ses suppléments ou d’autres44.

31Leigh propose donc de retranscrire à neuf et sur le manuscrit toute lettre pour laquelle il en existe un, et sinon sur l’original imprimé. Comme il n’est pas rare qu’il existe plusieurs versions d’une même lettre, il invente un système de classement et une échelle de fiabilité pour les textes de base. Il intègre dans son corpus, avec les lettres de Rousseau, toutes les lettres destinées à Rousseau que celui-ci a gardées, et quelquefois même des lettres entre tiers ou des documents autonomes qui peuvent éclairer différents échanges, même ceux qui peuvent se situer au-delà de sa mort, ce qui fait passer le total de la correspondance d’un peu plus de 4 000 lettres à plus de 6 000. Elles seront numérotées chronologiquement d’un bout à l’autre. En plus, Leigh promet un apparat critique et un système de références exhaustifs, allant jusqu’à l’identification de toutes les personnes mentionnées dans les lettres. L’étonnant est qu’il ait pu réaliser tout cela avec des moyens infiniment moins rapides qu’internet n’en fournit souvent aujourd’hui.

  • 45 Voir R. Wokler, « Preparing the definitive edition of the Correspondance de Rousseau », p. 3-21. B (...)

32Et cette correspondance, c’est – mirabile dictu – l’Institut et musée Voltaire à Genève (plus tard la Voltaire Foundation à Oxford), dirigé par Theodore Besterman, qui va la publier. Or les relations entre Leigh et Besterman avaient commencé par les comptes rendus méticuleux que Leigh avait faits sur l’édition de la correspondance de Voltaire dirigée et publiée par Besterman. Quand celui-ci s’est engagé à publier également la correspondance de Rousseau, c’était sans savoir jusqu’où elle irait, c’est-à-dire de combien de lettres et de volumes il pouvait à la longue s’agir, et certainement sans apprécier le volume de notes que le scrupuleux Leigh devait y joindre ; aucun contrat n’a même été établi jusqu’en 1968 (on notera que le copyright est au nom de Theodore Besterman). Les relations entre eux étaient souvent tendues45.

33Afin de se garder rigoureusement de ce qu’il considérait comme le n’importe quoi du système de Dufour et Plan (ou de Dufour-Plan, avec trait d’union, comme Leigh les évoque régulièrement ensemble), dépourvu d’une notion de classement systématique des manuscrits, Leigh, constatant que dans de nombreux cas il existe plusieurs copies ou états d’une même lettre, insiste chaque fois sur l’identification du type de manuscrit, soit :

  1. Un premier jet, souvent des fragments.
  2. Un ou plusieurs brouillons, fortement raturés et souvent difficilement déchiffrables.
  3. Une mise au net : copie presque calligraphiée pour être gardée comme pièce justificative.
  4. La missive (appelée originale autographe) ; c’est-à-dire le document effectivement expédié au destinataire.
  • 46 R. A. Leigh, « Rousseau’s correspondence : editorial problems », p. 48-50.

34Il admet encore d’autres variantes, notamment les cahiers de pièces diverses que Rousseau gardait, comportant en plus de ses propres lettres celles qu’il avait reçues et retranscrites. À chaque étape Rousseau introduisait des corrections et modifications46. Il arrive aussi, évidemment, qu’on ne retrouve aucun manuscrit, auquel cas on en est réduit à la reproduction d’une source imprimée (ou même dans certains cas, un résumé) ; l’essentiel est d’être toujours clair sur les états qui existent et celui qu’on a utilisé. Le principe général est de choisir toujours la missive quand on en dispose, tout en retenant les variantes de toutes les copies qui paraissent significatives. Quant aux « lettres » destinées réellement à la publication (Lettre à D’Alembert, Lettre à Christophe de Beaumont), la règle de Leigh est de les inclure si en fait elles ont été expédiées – ou si l’intention de Rousseau était de les expédier – au destinataire nommé.

35Peut-être plus important encore, Leigh promettait une annotation autrement plus sérieuse que celle de Plan, en suivant dans l’ensemble les mêmes principes que Theodore Besterman dans son édition monumentale de la correspondance de Voltaire :

Il y aura d’abord la description des manuscrits, la première impression, des notes critiques sur le texte même, des éclaircissements du texte, et puis, cinquième rubrique, des observations qui ne se rapportent pas exactement à la lettre mais qui sont utiles pour comprendre la marche générale des événements. (AJJR, no 35, p. 285)

36Et c’est un fait que sur tous ces plans l’apparat de Leigh est de loin le plus complet. On imagine difficilement la quantité de travail que représentait la mise en œuvre d’une méthode aussi exigeante, imposant à l’éditeur pour commencer le repérage de tous les manuscrits et sources imprimées connus d’un nombre aussi considérable de lettres.

37Il est intéressant d’observer que ni Besterman ni Leigh ne se réfèrent à l’exemple de Georges Roth, qui pourtant avait produit entre 1955 et 1970 les 16 volumes de la Correspondance de Denis Diderot (Paris, Minuit). Peut-être ne le considérèrent-ils pas assez rigoureux, ou bien jugèrent-ils sa tâche trop légère par rapport à la leur ; il est vrai que son corpus consistait en moins de 1 000 lettres, ce qui fait une quantité beaucoup moins considérable que les correspondances de Voltaire et Rousseau. Mais si Roth s’étend moins qu’eux sur les questions de méthode, il essaie au moins d’être clair. Il évoque le problème, majeur dans son cas, de la datation des lettres, vu que Diderot ne datait les siennes que rarement : grand inconvénient pour une édition qui se veut chronologique. L’attribution fait aussi quelquefois problème. Roth s’efforce d’accompagner les lettres d’au moins quelques données sur les circonstances qui les ont motivées (t.I, p. 12-13).

38Surtout Besterman et Leigh ont dû désapprouver le protocole adopté par Roth pour la transcription des lettres :

Il nous a paru inutile de reproduire tous les caprices ou erreurs de plume que peut offrir un texte dont le véritable intérêt réside dans les idées et les sentiments qu’il exprime. Bien plus : nous estimons fâcheuse la pratique consistant à mettre sous les yeux du lecteur des incohérences de graphie. […] Nous avons donc ramené l’orthographe des lettres à l’usage établi au moment où elles furent écrites. (p. 13-14)

39Même principe pour les majuscules, à l’exception des « initiales d’honneur » que Diderot donne aux noms des arts, des sciences, et des sentiments. Le problème est que cet usage n’est pas conséquent : « Dans un nombre restreint de cas exceptionnels, nous avons reproduit les graphies de Diderot, laissant aux lecteurs et aux psychanalystes le soin de les interpréter » – ce qui veut dire quoi ? Le chercheur ne saura donc à aucun moment se fier aux particularités de tel ou tel passage… À quoi bon alors ces exceptions, et qu’est-ce que les psychanalystes viennent faire ici ? « En somme, nous avons agi comme n’eût manqué de faire tout prote auquel, de son vivant, Diderot aurait confié sa prose à imprimer. » Un prote avait pourtant vraiment assimilé les usages du temps, ce qui n’est pas forcément le cas pour un éditeur moderne ; par quels critères est-il censé choisir les passages exceptionnels devant servir d’exemples ?

40Si Roth s’autorise à intervenir encore plus lourdement dans la ponctuation, c’est en raison de l’état particulier des lettres mêmes qu’il entreprend de transcrire :

Diderot écrit comme il parlait : intarissablement. Aussi ménage-t-il la place. Phrases et paragraphes se pressent et s’enchaînent. Dans la masse compacte d’une page, l’œil ne parvient pas à déceler l’endroit où doit s’articuler le raisonnement ou le récit. Fréquemment, l’écrivain utilise les points de suspension. Mais le lecteur moderne se trouve dérouté, car la pensée ou la narration n’est pas simplement suspendue. En fait, l’auteur a carrément changé de sujet. À cet arbitraire personnel, il semble légitime de substituer les conventions normales, et d’aérer la page en y pratiquant des alinéas. Aussi aurons-nous facilité au lecteur l’intelligence rapide du texte en supprimant les incongruités graphiques qui risquent de la compromettre, ou du moins de la retarder. (p. 15)

41Sans prétendre prescrire après coup ce que l’éditeur aurait dû faire – ni même invalider forcément ses choix – on peut constater à quel point ces principes divergent des normes que Besterman et Leigh pour leur part considèrent, à tort ou à raison, comme autrement scientifiques. Ils représentent deux options fondamentalement opposées, privilégiant soit le point de vue du « lecteur moderne » sans qualifications spéciales qu’il importe de ne pas dérouter, soit le chercheur scientifique qui a besoin de voir, autant qu’il se peut, le contenu « exact » de la lettre, avec toutes ses anomalies.

  • 47 T. Besterman, « Twenty thousand Voltaire letters », p. 12.
  • 48 Horace Walpole’s Miscellaneous Correspondence, t.40-42, Yale University Press, 1980.
  • 49 R. A. Leigh, « Rousseau’s correspondence : editorial problems », p. 59-60.

42Besterman et Leigh ont, selon le premier des deux, établi ensemble la présentation de la correspondance de Rousseau, et découvert ce faisant qu’il n’y avait vraiment rien à améliorer dans celle de la correspondance de Voltaire47, dont les principes sont en effet suivis d’assez près par Leigh. Dans les deux cas, d’abord, l’ordre imposé est strictement chronologique, sans aucune rupture d’un bout à l’autre. Or il est, bien entendu, concevable d’organiser autrement une correspondance volumineuse, par exemple autour des personnes, ainsi que l’a fait W[ilmarth] S[heldon] Lewis pour la correspondance de Horace Walpole, chaque volume étant voué à la correspondance de Walpole avec un tel, puis une telle, et ainsi de suite, jusqu’à l’inévitable rassemblement des lettres restantes dans Horace Walpole’s Miscellaneous Correspondence48. Dans le cas de Rousseau cela donnerait des correspondances de caractère assez différent selon qu’il s’agissait de Sophie d’Houdetot, de Mme de Boufflers, des Luxembourg… – ce qui refléterait d’ailleurs la façon dont en général les lettres ont été conservées en paquets par les destinataires et leurs héritiers. Mais Leigh a préféré privilégier la possibilité de suivre le cours de la pensée de l’auteur au jour le jour, procédé qui en plus permet de ne rien exclure, à la différence de la présentation par catégories49.

  • 50 Se souvenir que, bien que situé à Genève, Besterman éditait plus ou moins à l’anglaise… et en angl (...)

43Éditer et imprimer à la fois, en avoir les moyens, être libre ainsi de se fier entièrement en tout à son propre jugement : voilà la situation exceptionnelle de Theodore Besterman. Situation qui n’est pas forcément blâmable, mais qui dans son cas lui permettait d’imposer quelques manies de style qui sans avoir vraiment d’importance n’en allaient pas moins contre les normes anglaises de l’édition50 : commencer une note par une minuscule, par exemple, ou écrire mr au lieu de Mr, et ainsi de suite. Et surtout, aucune concession aux normes françaises pour des textes en français (les guillemets, par exemple, ou le placement des appels de note). Ceux qui ont connu Leigh sont persuadés qu’il ne suivait aucune consigne dictée directement par Besterman. Cependant, comme aucune personne encore vivante n’a, que je sache, assisté à leurs premières rencontres, il n’est pas certain que Besterman n’ait pas posé des conditions de méthodologie, de format ou autres. Quitte à s’en éloigner avec le temps, certes. Or on constate des pratiques que Leigh n’a pas dû imiter par pure admiration, certains tics bien connus qui restent encore aujourd’hui une des particularités des Œuvres complètes de Voltaire et d’autres publications de la Voltaire Foundation à Oxford.

  • 51 Œuvres complètes de Voltaire, t.85, Correspondence and Related Documents, Definitive Edition, t.I, (...)

44Si à partir de la constatation – indéniable – que d’autres éditeurs se sont trop souvent contentés de recopier ce qui souvent était déjà de mauvaises copies51, on se détermine à utiliser systématiquement les sources manuscrites, c’est nier systématiquement et d’entrée de jeu qu’une copie ou impression puisse incarner un meilleur état du texte. Besterman a initié l’usage fort discutable, repris ensuite par Leigh, de faire suivre chaque lettre par deux rubriques séparées, « Manuscrits » et « Éditions », alors que ce qui compte est la question d’autorité, la désignation de source effective. Il existe des manuscrits dépourvus d’intérêt scientifique puisqu’ils sont copiés d’après d’autres manuscrits peu fiables ou même d’après des versions imprimées. La rubrique « Manuscrits », en faisant croire à l’autorité du manuscrit, est donc potentiellement trompeuse. Ces catégories peuvent obscurcir la question de source, surtout quand un manuscrit est signalé comme disparu. Copie a-t-elle été prise ? C’est plus qu’inutile de garder par principe deux rubriques, lorsque l’une d’elles peut être vide. D’autre part, le manuscrit a toujours existé, l’imprimé pas nécessairement ; on peut signaler que sa localisation est inconnue, mais cela ne sert à rien de suivre la piste des ventes, etc., qui n’aboutit à rien de précis. Une liste d’éditions est encore moins utile, vu qu’elles sont le plus souvent recopiées les unes sur les autres. Besterman donne la première date de publication même quand un manuscrit sert de source ; il ne donne pas, comme le fera Leigh, les variantes entre des différentes versions d’une même lettre.

  • 52 Il l’appelle « a pre-eighteenth-century manner ».

45Pour la correspondance de Voltaire un certain degré de normalisation a été admis, explique Besterman, même si, pour l’essentiel, l’orthographe de l’auteur est respectée : on n’enlève pas les accents originaux mais on en ajoute au besoin. Voltaire, remarque Besterman, ne marquait presque jamais l’apostrophe, ses majuscules étaient capricieuses, etc. : l’éditeur n’a donc pas hésité à les normaliser, de même qu’il a « régularisé » le reste de la ponctuation (p. xvii-xviii). Surtout il se refuse à une transcription « paléographique » des manuscrits sauf dans certains cas pour en garder un certain parfum suranné, en particulier dans les lettres de Mme Du Châtelet, « où il semblait intéressant de préserver la pleine saveur de textes écrits d’une manière archaïque »52 – cela à l’égard d’une des femmes les plus intelligentes et les plus instruites de son temps. Sila source n’est pas manuscrite, Besterman modernise. Si « tous les noms propres, mots étrangers et citations ont été reproduits tels quels, quelle qu’en soit la source », le protocole concernant les accents paraît un compromis particulièrement étrange : « Quand Voltaire a mis un accent il est reproduit même s’il paraît bizarre aujourd’hui, mais quand il en omettait un il a été ajouté. » Besterman ne se rendait-il pas compte que ce procédé bâtard – on ajoute un accent qui « manque », mais s’il y en a déjà un, on le laisse – enlève toute la trace d’authenticité qu’il souhaite conserver à ces lettres ? Car il affirme en même temps n’avoir corrigé ni les fautes de grammaire ni celles d’orthographe (p. xviii)…

  • 53 R. A. Leigh, « Rousseau’s correspondence : editorial problems », p. 55-57.

46Là où Leigh suit Besterman d’un peu moins près, c’est dans son traitement du texte. Le principe de Besterman était qu’il faut transcrire le texte de Voltaire, mais non « de manière stupide » (slavishly). Sur ces questions Leigh s’explique mieux que Besterman, sans pour autant lever toutes les ambiguïtés. Il garde l’orthographe des originaux, même quand ils sont franchement difficiles à déchiffrer, pour leur intérêt documentaire en linguistique ; il en garde de même la ponctuation – sauf dans ses manifestations les plus bizarres. Leigh rejette catégoriquement, en effet, toute modernisation de l’orthographe : il faut selon lui préserver cette précieuse matière brute « pour l’utilisation des historiens de la langue, les phonéticiens historiques, des morphologistes, lexicographes, syntacticiens, et ainsi de suite ». En général, il garde aussi la ponctuation de l’original, mais avec force exceptions53 qui confèrent à l’éditeur une large marge de liberté. Il se permet cependant un certain degré de toilettage, comme l’assimilation des i et j, des u et v. La solution n’est pas parfaite mais on en a peu d’autres. Il n’a heureusement pas été astreint à toutes les idiosyncrasies de la correspondance voltairienne, surtout celle de rédiger toute l’annotation en anglais.

47La Correspondance complète de Jean-Jacques Rousseau, qui fait 49 volumes plus 4 autres d’index, n’a été achevée en fin de compte qu’après la mort de Leigh en 1987 ; l’étonnant reste qu’il ait presque tout fait et presque tout seul. Elle comporte 8 400 lettres, plus de 700 documents adjoints, et des milliers de notes. C’est un monument colossal, exceptionnel à tous égards. Leigh en tout cas a si bien mené son travail qu’il paraît avoir amené Besterman en cours de route à voir que son propre travail sur Voltaire pouvait être mieux fait, si bien qu’au moment où il terminait les 107 volumes de son édition de la correspondance, il a compris qu’il fallait… la recommencer. Aussi a-t-il dès 1968 entamé l’édition dite « définitive » (le sigle universel de référence pour la correspondance de Voltaire est resté « D ») qui occupera cette fois 46 assez gros volumes plus 5 autres de listes et d’index. Besterman donne en entier toutes les lettres de et à Voltaire, de même que pour Mme Du Châtelet et Mme Denis tant que Voltaire est en vie (p. xvi-xvii), quelque 20 000 lettres en tout ; dans les lettres entre tiers, tout ce qui ne regarde pas Voltaire est supprimé. S’il donne relativement peu de notes, en revanche Besterman fournit en annexe beaucoup de documents ; la collection d’ailleurs est bien intitulée : Correspondence and Related Documents. Sa réduction en format Pléiade (surtout par la suppression de documents et de lettres écrites à Voltaire) est-elle « réduite à l’échelle humaine » comme l’affirme Besterman ? C’est ce qui peut se discuter, car il s’agit de pas moins de 13 volumes dont les plus minces font plus de 1 000 pages : ce qui fait le même poids en Pléiade que La Comédie humaine de Balzac.

48La décision la plus contestable de Leigh regarde sans doute son traitement de certaines majuscules. « Je mets toujours des majuscules aux noms propres, au début des phrases, et aux substantifs de nationalité » (CC, t.I, p. xxv) – ce premier principe serait peut-être adopté par n’importe quel éditeur ; encore faut-il préciser que le « début de phrase » est loin d’être clair quand, par exemple, la « phrase » précédente se termine par un signe autre qu’un point, ce qui n’est quand même pas rare. Bref, il s’agit quelquefois d’un arbitrage savant mais inévitablement mêlé de subjectivité. Et il vaut la peine de s’arrêter un instant sur le critère implicite : même si nous sommes tous d’accord pour mettre des majuscules aux noms propres, aux substantifs de nationalité et au début des phrases, c’est sans conteste une pratique dictée par nos habitudes modernes et rien d’autre. Certes, il faut ajouter (à mon avis) qu’elle ne nuit en aucune façon à l’authenticité des textes ; mais qu’est devenu alors le service qu’on prétendait rendre à l’historien de la langue écrite ? Il faudra qu’il se contente d’une source qui est malgré tout impure ; avec un tel texte, il y a peut-être certaines conclusions qu’on peut tirer sur la langue de Rousseau et de ses correspondants, et pas d’autres. Toute mise aux normes enlève des données originales, même si – on la justifie naturellement ainsi – nous sommes persuadés que les variantes en question ne véhiculent aucun sens. C’est un argument à développer et non une évidence.

  • 54 Ibid., p. 55-56.

49L’autre règle va toutefois à l’encontre de la première, qui visait la commodité du lecteur moderne : « Sauf indication contraire, je ne supprime pas les majuscules dont on émaillait ses lettres au xviiie siècle, sauf si elles se trouvent au milieu des mots. Point de quartier pour celles-là. » Or c’est justement ce contraste entre les raisons pour en insérer et les raisons pour n’en pas ôter qui me paraît curieux ; je me serais attendu plutôt au contraire, c’est-à-dire qu’on n’impose pas de majuscules (pas plus qu’on ne les enlève), mais que, en revanche, on n’interprète pas les fioritures arbitraires qui « émaillent » les débuts de mots comme des majuscules. Car elles n’en sont pas à proprement parler, ce sont des traits de plume jetés un peu gratuitement et par habitude dans certains contextes syntaxiques. Leigh croit justifiée l’idée de garder ces s présumés être des majuscules puisqu’il a une sorte d’intuition que « quand Rousseau était spécialement cérémonieux ou irrité », il y mettait une beaucoup plus grande densité de S semés au hasard54, d’où la nécessité, pour conserver cette « particularité psychologique », de retenir toutes les « majuscules » arbitraires – même si, comme Leigh l’admet, il est souvent difficile de déterminer si les S et les C en particulier sont vraiment des majuscules et non des minuscules un peu grandes.

50Tous les correspondants ne sont pas également concernés ; en fait il ne s’agit que d’un petit nombre qui d’ailleurs sont presque toujours les mêmes. Prenons cet exemple chez Diderot :

  • 55 Diderot à l’abbé Le Monnier, CC 322, vers le 15 septembre. Ici, naturellement, je transcris le tex (...)

Je n’aime ni les glands ni Les tanieres ni Le creux des chenes. […] J’aime encore mieux que cette main qui trace ces caracteres, soit une main qui vous Ecrive, que Je vous cheris de tout mon cœur, et que J’accepte tous les Services que vous m’offrez, que d’etre une vilaine pate, malpropre et crochue. Adieu mon cher monsieur, Revenez vite auprès de nous, et quittez moi La Société dans laquelle vous vivez et risquez de perdre Le petit grain de foi que dieu vous a donné. Je dis un petit grain, car Si vous en aviez Seulement gros Comme un grain de Navette, il est de foi que vous transporteriez des montagnes et Je ne crois pas d’honneur que vous en Soyez encore la.55

  • 56 Les majuscules, insiste aussi Jean Varloot, « n’ont pas, dans les manuscrits du dix-huitième siècl (...)

51Peut-on penser sérieusement que l’auteur écrive avec quelque intention dieu sans majuscule tout en en mettant sciemment à La Société, Si, Seulement, et Comme au milieu des phrases56 ? Cela varie évidemment selon la personne qui écrit ; Rousseau le fait moins que d’autres, et pourtant…Voici un autre exemple (ils sont évidemment légion) qui est de Saint-Lambert :

  • 57 Saint-Lambert à Rousseau, CC 399, 26 mars 1756.

Je Tiens Trop a quelques individus pour m’intéresser autant que Lui a L’espéce, je suis citoien cependant assés pour desirer que le bien soit fait et pas assés pour en faire, Je crois que quand je serois né avec du Talent il m’auroit encor manqué de La Volonté, et que les plaisirs de La société et de L’amitie auroient fait Tort a L’humanité.57

52On n’a pas besoin de voir l’original pour comprendre ce qui se passe ici ; le phénomène saute aux yeux. Saint-Lambert partage avec Diderot une tendance à « capitaliser » les l mais il est enclin à le faire moins pour les s et les e, et beaucoup plus pour les t. Mon point de vue est que ces traits sont insignifiants ; je défie qui que ce soit de trouver un soupçon de nuance sémantique entre « Je Tiens Trop » et « je tiens trop » ou entre « manqué de La Volonté » et « manqué de la volonté ».

53C’est pour cela que le soin de transcrire ces prétendues majuscules au milieu des phrases comme des capitales, quelque admirable que soit le scrupule qui le dicte, tient du ridicule. C’est faire comme si on ne comprenait rien à la façon d’écrire au xviiie siècle. Leigh connaît cependant l’écriture de l’époque, et c’est pour cela que son choix en tant qu’éditeur est franchement étrange. Comme les s de Rousseau se ressemblent où qu’ils soient placés dans la phrase, il serait aussi logique de commencer des phrases par une minuscule que de planter une majuscule au milieu. Dans beaucoup de lettres, tous les s initiaux sont en majuscule. D’ailleurs il est difficile de voir en quoi, en l’occurrence, le protocole permet alors la suppression d’une majuscule au milieu d’un mot, choix qui paraît arbitraire et contradictoire au principe général, même un argument contre lui. Pourquoi donc avoir supprimé aussi l’s long ? On aura l’occasion de revenir sur ce genre de décision quand on discutera de l’orthographe des Œuvres complètes de Rousseau dans la Bibliothèque de la Pléiade.

  • 58 R. A. Leigh, « Rousseau’s correspondence : editorial problems », p. 41.

54Il est rarissime de nos jours qu’un tel monument soit érigé par un seul chercheur ; personne en effet ne refuse à Leigh les louanges que son travail prodigieux s’est attirées. Il a lui-même tenu à préciser que s’il avait des assistants, ce n’étaient pas des assistants de recherche58, qu’il faisait entièrement tout jusqu’à l’identification de milliers d’individus qui sont nommés ne serait-ce qu’accessoirement dans la correspondance. La tâche n’était pas facilitée puisque le travail s’est effectué avant l’époque des petits ordinateurs personnels, la masse formidable de textes et de notes s’accumulant à force de fiches et de fichiers. Elle peut même paraître excessive, mais pour n’être pas injuste, il faut reconnaître que cette très grande quantité de notes s’explique par l’époque où Leigh travaillait ; il aurait pu en faire beaucoup moins, se contentant de renvois relativement brefs, s’il avait eu à sa disposition seulement, de Raymond Trousson et Frédéric S. Eigeldinger tous deux, le Dictionnaire de Jean-Jacques Rousseau (1996) et Jean-Jacques Rousseau au jour le jour (1988), sans parler de l’édition complète en Pléiade. Même la vaste entreprise consistant à identifier tous les noms propres aurait été sensiblement réduite si, comme on le fait communément aujourd’hui, on faisait l’économie de tous les noms qui se trouvent dans le Dictionnaire universel des noms propres (Le Petit Robert 2, 1975).

55Mais une telle initiative individuelle heurte un peu les conventions qui se sont précisées sur la manière de réaliser un tel projet. Aujourd’hui ce serait presque nécessairement une affaire d’équipe, alors que Leigh, comme Besterman, a décidé pour l’essentiel de l’exécuter seul ; même Besterman ne l’y encourageait pas au début. Leigh énonce ses décisions éditoriales comme relevant de sa propre autorité ; or une telle autonomie ne laisse pas de poser certaines questions. Est-il bon qu’une seule personne, même très compétente et sensée, ait le pouvoir de fixer une pratique qui aura tant d’importance pour tant de chercheurs et pour tant de temps ? La même question s’applique évidemment rétrospectivement à Besterman lui-même, à qui en effet, comme je l’ai dit, diverses particularités ont été reprochées. D’autres que moi se le sont certainement demandé. Leigh n’a pas commencé, comme on le ferait aujourd’hui, par proposer la formation d’un comité scientifique, vraisemblablement au sein d’un centre de recherche officiel ou autre organe établi ; il n’a pas, que l’on sache, rédigé des directives à discuter et parfaire en débattant avec des collègues. Une annotation qui est relue par plusieurs a des chances d’être plus succincte et de renfermer moins de fautes, car le plus érudit des éditeurs aura ses points forts et ses faiblesses en matière de connaissances, et ne peut de toute manière maîtriser tous les faits du monde même à l’aide d’almanachs, d’encyclopédies, de bibliothèques et d’internet. Leigh n’échappe naturellement pas à ces limites. La réalisation des correspondances de Voltaire et de Rousseau représente la fin d’une époque ; de nos jours les grandes correspondances en cours, qu’il s’agisse de Bayle, de Graffigny, de Montesquieu, ou de Condorcet, sont des travaux d’équipe.

56À un moment incertain, sans doute assez tôt, Leigh a pris aussi la décision inattendue et capitale d’étendre le recueil au-delà de 1778, date de la mort de Rousseau. Un des facteurs déterminants qu’il cite était l’accès qu’il a obtenu aux archives du marquis de Girardin : « L’abondance imprévue des matières m’a amené à présenter sous forme de volumes supplémentaires des textes d’abord envisagés comme appendices du t. XL », même s’« il ne s’agit plus, à proprement parler, d’une correspondance, mais d’un recueil de documents concernant Jean-Jacques » (CC, t.XLI, p. xx). C’est ce nouveau trésor qui permet de suivre la mainmise de Girardin sur les documents de Rousseau à Ermenonville, le secret pour ne pas dire la duplicité, à certains moments, du marquis et parfois de Moultou, dans les négociations des trois éditeurs entre eux et avec d’autres personnes intéressées, y compris Thérèse, et ainsi de suite, jusqu’à ce qu’enfin la Révolution s’occupe entièrement de la réputation et des cendres de Jean-Jacques Rousseau.

Notes

1 Voir J. Sgard, « Deux siècles d’éditions de La Nouvelle Héloïse », p. 123-134.

2 Édition publiée par University Presses of New England, Hanover (New Hampshire), 1990-2010 ; voir plus bas, p. 270-273.

3 La Grande Encyclopédie, Paris, Lamirault, 1886-1902, t.XXVIII, p. 1060-1070.

4 Ibid., p. 1069. Ce n’est pas pour déprécier le génie ou les recherches de Lanson ; rares sont, observait Henri Peyre tout en le défendant, « les historiens de la littérature dont les articles et les livres ne nous paraissent pas, après un demi-siècle, ridiculement vieillis, pourris des préjugés de leur époque, entachés de quelque esprit de parti, reposant sur une information insuffisante » (G. Lanson, Essais de méthode, de critique, et d’histoire littéraire, H. Peyre, éd., Paris, Hachette, 1965, p. 9).

5 D. Mornet, Rousseau, p. 172.

6 Ma source pour tous ces chiffres est l’« Index des éditions » compilé par Janet Laming, CC, t. LI, p. 1-122.

7 Ajoutons 11 lettres à Horace Walpole dans The Works of Horatio Walpole (1798), 7 dans les Œuvres posthumes de D’Alembert en 1799, 16 dans Mein Schreibetisch de Sophie von La Roche (Leipzig, 1799), et une vingtaine dans la Correspondance littéraire publiée en 1813.

8 Les « Lettres de Jean-Jacques Rousseau à Madame la marquise de Verdelin » sont publiées par E. Bergouinioux dans L’Artiste en 1840. Plusieurs autres recueils seront publiés tout le long du xixe siècle.

9 Édition Belin de 1817 : voir p. 169.

10 Appelée aussi Franqueville : voir l’article sous ce nom de R. Trousson dans DJJR, p. 357-358.

11 Édition Lefèvre de 1819-1820 : voir p. 168.

12 Histoire de la vie…, 1821, t.I, p. 307.

13 Lettres originales de J.-J. Rousseau, à Mme de..., à Mme la maréchale de Luxembourg, à M. de Malesherbes, à D’Alembert, etc., Paris, Charles Pougens, 1798 ; Correspondance originale et inédite de J.-J. Rousseau avec Mme de La Tour de Franqueville et M. du Peyrou, Paris, Giguet et Michaud, 1803, 2 vol.

14 Histoire de la vie…, 1821, t.I, p. 308-525.

15 Voir plus haut, p. 191-192.

16 Paul Usteri et Eugène Ritter éd., Zurich, Beer, 1910, traduction de Briefwechsel J.-J. Rousseaus mit Leonhard Usteri in Zürich und Daniel Roguin in Yverdon. 1761-1769, Zurich, 1886.

17 Philippe Godet et Maurice Boy de la Tour éd., Paris, Plon-Nourrit, 1911.

18 Alexis François éd., Genève, A. Jullien, 1922.

19 Pierre Grosclaude éd., Paris, Librairie Fischbacker, 1960.

20 Barbara de Negroni éd., Paris, Flammarion, 1991 et George May éd., Actes Sud, 1998.

21 Rousseau, Lettres philosophiques, Jean-François Perrin éd., Livre de Poche classique, 2003.

22 AJJR, no 1 (1905), p. i, § 3 ; voir aussi Eugène Ritter, « La Société Jean-Jacques Rousseau », AJJR, no 1 (1904), p. 1-23.

23 A. Schinz, État présent…, p. 155.

24 Recteur de l’université de Genève et président de la Société depuis sa fondation jusqu’à sa mort en 1941.

25 http://www.jjrousseau.org/index.php?option=com_content&view=article&id=7&Itemid=10 (consulté le 25 mars 2012).

26 A. Schinz, « L’affaire de la de J.-J. Rousseau et la Société J.-J. Rousseau », p. 167-173. La délicatesse de la situation de la Société par rapport aux sensibilités genevoises toujours vives est évoquée dans la notice de Fernand Aubert à l’occasion de la mort de Bernard Bouvier (AJJR, no 28, 1938-1940, p. 125-136).

27 AJJR, no 1, p. 179-245 ; n o 2, p. 153-270 ; et n o 4, p. 1-276.

28 A. Schinz, État présent…, p. 156.

29 A. Schinz, « L’affaire de la Correspondance générale », p. 169 ; voir aussi AJJR, no15 (1923), p. 382.

30 A. Schinz, « L’affaire de la Correspondance générale », p. 170-171.

31 Ibid., p. 173.

32 « They will be able to do this to a considerably less degree now, for they will not dare to face the easy refutation coming from the Correspondance. Rousseau can stand on his own merit – and most muckrakers know as well as we do that his reputation will not suffer by it » (New York Times Book Review du dimanche 11 janvier 1925, cité par Schinz lui-même dans « L’affaire de la Correspondance générale », p. 171-172).

33 R. Wokler, « Preparing the definitive edition of the Correspondance de Rousseau », p. 8-9.

34 Commentaire de l’Avertissement : « L’occasion était trop belle pour que Voltaire la laissât échapper, et son esprit démoniaque la lui fit saisir à deux fins : tenter de déshonorer un confrère dont le génie l’offusquait, et couvrir de ridicule le pasteur Jacob Vernes, qui se croyait son ami, qu’il recevait chez lui et à qui il écrivait familièrement en l’accablant de flatteries » (p. v).

35 On aurait peine à imaginer une aussi étrange singularité, mais c’est B. Gagnebin qui signale l’existence du registre que Plan en tenait : « En fait, Théophile Dufour, à la fin de sa vie, n’avait songé qu’à une chose, publier un ouvrage assez curieux qui aurait énuméré lettre par lettre les erreurs des précédents éditeurs de la correspondance. Cet ouvrage existe en manuscrit à la bibliothèque de Genève, et comporte deux volumes » (AJJR, no 35, 1959-1962, p. 282).

36 Ibid., p. 283.

37 R. A. Leigh, « Rousseau’s correspondence : editorial problems », p. 52-53.

38 Ibid., p. 44-46.

39 Pierre-Paul Plan, Table de la Correspondance générale de J.-J. Rousseau, Genève, Droz, 1953.

40 R. A. Leigh, « Vers une nouvelle édition de la correspondance de Rousseau », AJJR, no 35 (1959-1962), p. 261-280.

41 Gagnebin était conservateur des manuscrits de la bibliothèque publique et universitaire de Genève où travaillait Plan à partir de 1939.

42 De même, quoique dans ce cas le même chercheur ait dirigé les deux entreprises, la première édition Besterman de Voltaire’s Correspondence (99 volumes plus tables, 1953-1965) est tombée en désuétude au fur et à mesure que paraissait sa deuxième édition dite « définitive » (sigle D, 46 volumes, 1968-1976 ; t.85-130 des Œuvres complètes).

43 R. A. Leigh, « Rousseau’s correspondence : editorial problems », p. 46.

44 Ibid., p. 43-44.

45 Voir R. Wokler, « Preparing the definitive edition of the Correspondance de Rousseau », p. 3-21. Besterman est mort en 1976.

46 R. A. Leigh, « Rousseau’s correspondence : editorial problems », p. 48-50.

47 T. Besterman, « Twenty thousand Voltaire letters », p. 12.

48 Horace Walpole’s Miscellaneous Correspondence, t.40-42, Yale University Press, 1980.

49 R. A. Leigh, « Rousseau’s correspondence : editorial problems », p. 59-60.

50 Se souvenir que, bien que situé à Genève, Besterman éditait plus ou moins à l’anglaise… et en anglais.

51 Œuvres complètes de Voltaire, t.85, Correspondence and Related Documents, Definitive Edition, t.I, Oxford, Voltaire Foundation, 1968, p. xvi.

52 Il l’appelle « a pre-eighteenth-century manner ».

53 R. A. Leigh, « Rousseau’s correspondence : editorial problems », p. 55-57.

54 Ibid., p. 55-56.

55 Diderot à l’abbé Le Monnier, CC 322, vers le 15 septembre. Ici, naturellement, je transcris le texte tel quel.

56 Les majuscules, insiste aussi Jean Varloot, « n’ont pas, dans les manuscrits du dix-huitième siècle, la signification qu’elles ont de nos jours. Chez Diderot en particulier, la majuscule a surtout une valeur ponctuelle, non systématique, de lisibilité ou de différenciation. On voit du même coup le caractère illusoire d’une transcription “diplomatique”, qui introduit une difficulté de compréhension là où le scripteur s’efforçait à rendre la lecture facile » (« À propos de l’édition des œuvres complètes », p. 32).

57 Saint-Lambert à Rousseau, CC 399, 26 mars 1756.

58 R. A. Leigh, « Rousseau’s correspondence : editorial problems », p. 41.

Table des illustrations

Légende 13. Premier numéro des Annales de la Société Jean-Jacques Rousseau, 1905.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1983/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende 14. Théophile Dufour, Recherches bibliographiques sur les œuvres imprimées de J.-J. Rousseau. Paris, L. Giraud-Badin, 1925.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1983/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende 15. Correspondance générale de J.-J. Rousseau de Dufour et Plan. Paris, Armand Colin, 1924, t.I.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1983/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Titre Tableau 13. La Correspondance générale.
Légende Note34
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1983/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search