Version classiqueVersion mobile

Éditer Rousseau

 | 
Philip Stewart

Deuxième partie. Une œuvre en héritage : faire plus, faire mieux

Chapitre V. Le siècle de Musset-Pathay (1817-1900)

Texte intégral

  • 1 Rapporté par L’Étoile du 9 juin 1825 ; Gustave Charlier les cite (Mme d’Épinay et J.-J. Rousseau, (...)
  • 2 J. Roussel, Jean-Jacques Rousseau en France après la Révolution, p. 429-430.

1Un rapport officiel estima qu’il y eut, entre 1817 et 1829, 22 éditions des œuvres de Rousseau par souscription « réalisées intégralement », ce qui équivaut, rien que pour les années 1817 à 1824, à quelque 24 500 exemplaires d’éditions prétendument complètes, soit environ 480 500 volumes en tout1. Jean Roussel dresse une liste de ces éditions2, sujette cependant à caution : non parce qu’il exagère, mais parce qu’on ne peut opérer un décompte avec autant de précision qu’il y paraît dans un ensemble aussi complexe, où de nombreux volumes, quelquefois affublés de nouvelles pages de titre, passent d’une édition à l’autre et même d’un libraire à l’autre, quand ce n’est pas le même libraire qui a changé de nom ou qui recycle certains titres. Je ne tenterai pas de dresser une liste exhaustive, à cause, justement, de ces difficultés, qui sont incontournables à moins d’un examen exhaustif de toutes ces prétendues éditions – et encore sont-elles souvent composites et incohérentes.

Le grand concours à la Restauration

  • 3 L. S. Mercier, Mon Bonnet de nuit, Lausanne, Jean-Pierre Heubach, 1785, t.IV, p. 19-23.
  • 4 J. Roussel, ouvr. cité, p. 432.
  • 5 Abbé Ganilh, Des abus de la liberté de la presse ou considérations sur la propagation des mauvais (...)

2Ce qu’on peut affirmer sans conteste, c’est qu’une pléthore d’éditions des œuvres de Rousseau et de Voltaire également voit le jour sous la Restauration, et que ce phénomène témoigne d’un renouveau d’intérêt et donc du marché remarquable, une vogue qui n’est plus attribuable à la Révolution mais au contraire renaît pour ainsi dire de ses cendres après un intervalle correspondant plus ou moins à l’époque napoléonienne. La comparaison Voltaire-Rousseau est un lieu commun depuis leur disparition à un mois à peine d’intervalle en 1778 ; elle traverse toute l’époque révolutionnaire, d’autant plus que les dépouilles de l’un et de l’autre sont transférées au Panthéon. Louis Sébastien Mercier entre autres avait écrit un « Parallèle de Voltaire et de J. J. Rousseau »3. Les deux réputations marchent de pair, malgré l’acuité des différends qui peuvent opposer (et jusqu’au xxe siècle) leurs partisans, car sur un autre plan ils sont tous deux des représentants d’un siècle dont la pensée réactionnaire souhaite bannir la mémoire. Ainsi, le 9 février 1818, toujours selon Roussel, l’exhortation pour le carême provenant de l’archevêché de Paris dénonce en termes apocalyptiques les nouvelles publications des ennemis de la religion, « avec force rappels des malheurs de la Révolution »4. Les « abus de la liberté de la presse » sont un refrain sous la Restauration et le sujet de plusieurs projets de lois. « Et voilà donc ces deux héros de l’impiété que l’on vient aujourd’hui encore offrir à notre admiration », s’exclame l’abbé Ganilh dans un livre intitulé, justement, Des abus de la liberté de la presse5. Maint critique qui ne peut encore enterrer Rousseau, et reconnaît même son grand talent, n’en souhaite pas moins qu’il soit enseveli dans un avenir plus heureux :

  • 6 R. de Sevelinges, « Rousseau », Biographie universelle, t.39, Paris, Michaud, 1825, p. 126-150. «  (...)

La grande célébrité attachée au nom de J.-J. Rousseau, est un garant que la totalité de ses écrits sera transmise aux générations futures ; mais le triomphe, toujours certain quoique lent, de la vérité sur l’erreur, est un garant plus sûr encore, que tel des Ouvrages de ce philosophe, qui a remué le siècle où nous vivons, ne trouvera plus de lecteurs dans ceux qui doivent suivre. L’inanité de ses théories, le peu d’étendue et de profondeur de ses connaissances positives dans la politique et l’histoire, condamnent d’avance à l’oubli une partie de ses déclamations. […] Éclairée par l’expérience des siècles, ne peut-il arriver qu’un jour la postérité fasse la remarque affligeante, que celui qui avait pris pour devise : Vitam impendere vero, n’aura peut-être pas laissé après lui une vérité utile au genre humain ?6

3Il y eut des polémiques virulentes pour et surtout contre Rousseau ; sa pensée politique en particulier était vue d’un mauvais œil. De multiples attaques seront lancées contre lui tout le long du siècle, et jusque par les protagonistes de l’Action française, fondée en 1898.

4Le nouvel essor des textes de Voltaire et Rousseau a ainsi un rapport clair avec les querelles idéologiques du temps, inclinant souvent les éditeurs à une certaine prise de position et inspirant en même temps de nouvelles recherches destinées à éclairer l’histoire des œuvres comme celle de leur auteur, et l’établissement de textes plus fiables en termes approchant de nos normes d’édition scientifiques modernes. Les uns insisteront sur l’excellence de Rousseau comme exemple, les autres sur la supériorité de leurs méthodes, et c’est quelquefois les deux à la fois. Mais on en trouve de toutes sortes. Je ne parlerai ici et au chapitre suivant que des éditions qui paraissent introduire quelque nouveauté significative et que je me trouve à même de décrire avec l’exactitude convenable.

  • 7 « Ouvrage inédit, imprimé sur le manuscrit autographe de l’auteur », Paris, Fournier-Favreux, 1826
  • 8 Œuvres complètes de J.-J. Rousseau, Paris, A. Belin, 1817, « Avertissement des éditeurs », p. viii (...)

5L’idée de l’imprimeur Auguste Belin en 1817 est de donner une nouvelle édition en 8 volumes in-octavo « qui fût à la fois correcte, complète, et peu dispendieuse », préparée par Mathieu Guillaume Villenave (1762-1846), qui montrera son admiration pour Rousseau par un petit recueil d’aphorismes intitulé : Pensées d’un esprit droit, et sentiments d’un cœur vertueux7, et l’historien Georges Bernard Depping, qui édite aussi les Œuvres complètes de Fontenelle en 3 volumes (1818). Ils vont reprendre les textes de 1801 de Didot l’Aîné, « mais en adoptant une nouvelle distribution qui [leur] a paru plus convenable ». En tête de chaque ouvrage ils placeront « un résumé rapide des jugements portés par les principaux écrivains du temps ou de l’époque suivante, et de tout ce qui tient à l’historique de l’ouvrage »8.

6Ce n’est pas tout ; ces petites notices relèvent d’un souci moral, à l’intention des esprits trop peu formés pour affronter certaines sortes de matières, dans un climat un peu surchauffé par les débats autour des grands philosophes :

C’est ainsi que s’il se trouve dans les écrits de Rousseau des passages dont la lecture puisse n’être pas sans danger pour quelques esprits, on les verra désignés et combattus d’avance. Nous faisons remarquer cette précaution particulièrement aux personnes qui se sont effrayées à la simple annonce de notre entreprise ; qui, en tonnant dans la chaire et dans la tribune contre les nouveaux éditeurs de Voltaire et de Rousseau, leur ont prêté des intentions qu’ils sont loin d’avoir. Il ne faudrait donc réimprimer ni Rabelais, ni Montaigne, ni Montesquieu ! …

7Ici l’idée n’est pas d’opposer Rousseau à Voltaire, mais d’aider à bien démêler chez Rousseau lui-même le bon grain de l’ivraie :

Nous ne méconnaissons pas l’esprit paradoxal et même sophistique qui règne dans les écrits de Rousseau ; mais faut-il condamner pour quelques passages répréhensibles la collection entière des œuvres d’un écrivain qui seul a retrouvé dans la philosophie morale cette grande éloquence que la religion avait inspirée aux écrivains du siècle de Louis XIV, et dont le génie mêlé de quelques erreurs est depuis longtemps apprécié par toutes les nations éclairées ? (p. ix)

  • 9 Lettres originales de J.-J. Rousseau, à Mme de..., à Mme la maréchale de Luxembourg, à M. de Males (...)
  • 10 En fait, neuf seulement, selon l’index donné par la CC (t.LI, p. 37).

8Ils joignent à l’édition, par arrangement avec Pougens et Michaud9, les lettres de Rousseau que ceux-ci avaient publiées en 1798 et 1803, adressées à la maréchale de Luxembourg, à Malesherbes, à D’Alembert, à Mme de La Tour et à Du Peyrou, « et un grand nombre d’autres10 qui n’ont jamais été publiées, ou qui sont disséminées dans divers recueils périodiques » (p. x), 812 lettres en tout.

9Il n’y a pas, à part cela, d’introduction générale, mais les notices données au fur et à mesure pour les œuvres séparées ne sont pas négligeables, comptant souvent plusieurs pages, 7 et 9 par exemple pour Julie et Émile respectivement. À quoi s’ajoutent des notices générales pour toutes les œuvres comprises dans le volume, qui sont réparties de cette manière :

Tableau 8. L’édition Belin (1817).

Tableau 8. L’édition Belin (1817).

10Cette table sans rubriques laisse distinguer implicitement, après les grands ouvrages qui occupent les deux premiers volumes, un volume (III) consacré aux sujets politiques, un autre (IV) à la musique, un (V) au théâtre… et puis tout se passe comme si le reste était en vrac – Les Rêveries, botanique, etc.

L’affaire d’Épinay

  • 11 R. A. Leigh, Unsolved Problems…, p. 134.
  • 12 Mémoires et correspondance de Madame d’Épinay, où elle donne des détails sur ses liaisons avec Duc (...)

11La Restauration est aussi l’époque où l’on commence à publier pour la première fois un grand nombre de mémoires du siècle révolu, et c’est justement en 1818 que paraît le livre que nous appelons l’Histoire de Madame de Montbrillant, de Louise d’Épinay, qui était morte en 1783. Si l’anticipation des mémoires de Rousseau avait suffi pour inciter Hume à publier sa correspondance avec Rousseau, pourquoi en serait-il autrement de Mme d’Épinay, qui aurait bien voulu riposter contre Rousseau avant qu’il ne soit trop tard. C’est bien l’impression qu’a voulu communiquer l’éditeur Brunet. Le roman de Mme d’Épinay, une longue transposition de sa propre vie de femme de lettres et de société, mettait à contribution, avec quelque adaptation, des lettres qu’elle avait échangées, entre autres, avec Rousseau, qui y figurait sous le pseudonyme de René. Le texte de Mme d’Épinay, déjà modifié pour pousser au noir ce personnage à la suggestion de Diderot et surtout de Grimm, a été acquis par Brunet et sciemment falsifié par un ami de celui-ci nommé Parison, qui a rassemblé des extraits du roman en supprimant les épisodes les plus manifestement fictifs, substitué les vrais noms aux noms d’emprunt, et inséré près de 80 lettres authentiques de Rousseau11. Brunet publie l’amalgame ainsi obtenu sous le titre frauduleux de Mémoires et correspondance de Madame d’Épinay12, avec le résultat auquel on pouvait s’attendre.

  • 13 Sainte-Beuve, Causeries du lundi, Paris, Garnier Frères, 1852, t.II, 10 juin 1850, p. 146.
  • 14 Voir J. Roussel, ouvr. cité, p. 450.
  • 15 G. Charlier, Mme d’Épinay et J.-J. Rousseau, p. 6.
  • 16 Musset-Pathay, Histoire de la vie et des ouvrages de J.-Jacques Rousseau, 1821, t.II, p. 78-79.

12Sainte-Beuve se souviendra trente ans après de l’intensité du débat que ce livre déclencha : « Les admirateurs aveugles de Jean-Jacques Rousseau prirent fait et cause pour lui contre les nouveaux témoins qui le chargeaient et le convainquaient de folie et peut-être de mensonge. »13 Or cette version désobligeante des combats de Rousseau enflamma un certain Victor Donatien Musset-Pathay (1768-1832) qui, sans savoir la manière dont elle avait été concertée, eut tout de même « l’idée d’une manœuvre frauduleuse »14 et publia peu après une furieuse contre-attaque intitulée : Anecdotes inédites pour faire suite aux mémoires de Mme d’Épinay, précédées de l’examen de ces mémoires (Paris, Baudouin frères et A. Eymery, 1818). Cette « diatribe passionnée à la fois et amusante, où les exagérations de la forme et du ton font tort à plus d’une remarque ingénieuse et sensée »15, fut remarquée. Mais loin de s’arrêter là, le débat nourrit pendant quelque temps toute la polémique sur Rousseau et la prise de position de ses éditeurs, tous naturellement plus ou moins partisans. Trois ans plus tard, Musset-Pathay aura au moins appris que Grimm avait qualifié le texte en question d’« ébauche d’un long roman », et que c’est Parison qui en avait fait « avec talent » ce que Musset-Pathay appelle maintenant « un ouvrage plein d’intérêt » ; il n’en retient pas moins cette mise en garde, que Mme d’Épinay « ne doit point être crue sur parole »16.

  • 17 Le projet de Mme d’Épinay avait été, sur le modèle de Julie, d’écrire « une sorte de roman qui fût (...)
  • 18 L’édition des Confessions de Bernard Gagnebin et Marcel Raymond (OC I) cite d’Épinay plusieurs foi (...)
  • 19 Paris, Hachette, 1909, traduction par Georges Roth de Jean Jacques Rousseau : a New Criticism, Lon (...)

13Sans être donc entièrement tirée au clair, l’affaire d’Épinay a longtemps dormi. « Trente ans ont suffi pour laisser tomber bien des bruits et pour apaiser bien des émotions », constate Sainte-Beuve, qui traite l’ouvrage carrément de roman17. Georges Streckeisen-Moultou, lorsqu’il comparait, dans J.-J. Rousseau, ses amis et ses ennemis (Paris, Michel Lévy, 1865, 2 volumes), les transcriptions d’une même lettre par Rousseau d’une part et Mme d’Épinay de l’autre, donnait généralement raison à Rousseau18. Mais pour voir un défenseur vigoureux et acharné de Rousseau, il fallait attendre le début du xxe siècle et la fougueuse Frederika Macdonald, qui en 1909 lança La Légende de Jean-Jacques Rousseau rectifiée d’après une nouvelle critique et des documents nouveaux19. Ici c’est Mme d’Épinay et ses proches qui ont tous les torts. Gustave Charlier note :

  • 20 G. Charlier, Madame d’Épinay et J.-J. Rousseau, p. 10 et 18.

Livre curieux […] où le vrai et le vraisemblable coudoient le douteux et le faux, où des recherches sérieuses s’accompagnent d’hypothèses téméraires et d’accusations gratuites… […] Son livre est un acte de foi, de foi entière, ardente, enthousiaste. Elle croit fermement au « vertueux Jean-Jacques » cher à Robespierre, et lui voue un culte respectueux et attendri. En même temps, elle s’élève, vengeresse, contre les blasphémateurs de son idole : car elle a l’adoration agressive… […] Par malheur, il manque à ce plaidoyer pathétique le fondement d’une argumentation solide.20

  • 21 F. Macdonald, « Rousseau and his children », Jean Jacques Rousseau : a New Criticism, p. 139-181 ; (...)
  • 22 A. Schinz, État présent des travaux sur J.-J. Rousseau, p. 67.
  • 23 Voir par exemple la conclusion de La Légende de Jean-Jacques Rousseau rectifiée, p. 275.

14Pour mieux rejeter toutes les iniquités qu’on attribue à Rousseau, Macdonald élabore une théorie pour le moins originale, en particulier à l’égard de ses enfants : c’est qu’il n’en a jamais eu. On peut tout imputer au vieux démon Thérèse qui, de concert avec Grimm, aurait cinq fois joué à son amant la même comédie : feindre une grossesse et faire semblant d’obtenir son aval pour expédier le nouveau-né aux enfants trouvés21… S’il s’ensuit, conclut-elle, que Rousseau demeure moralement coupable pour avoir consenti à cet abandon irresponsable, il n’en est pas moins factuellement innocent. Macdonald va beaucoup plus loin que ne le demandait la défense de Jean-Jacques contre Mme d’Épinay. Cette thèse quoique défendable, remarque Albert Schinz, était « rédigée avec tant de passion que ceux qui auraient été disposés à s’en servir hésitaient craignant d’être eux-mêmes accusés de fanatisme rousseauiste. »22 Car fanatique, elle l’était, emportée par un tel enthousiasme qu’on la prendrait pour une visionnaire23. Ajoutons qu’en la lisant, on croit parfois lire encore Musset-Pathay.

La cause de Musset- Pathay

  • 24 Didot l’Aîné avait imprimé en 1817 une édition des Œuvres de J. J. Rousseau, citoyen de Genève. No (...)
  • 25 J. Roussel, ouvr. cité, p. 451. Les recueils de Louis Fauche-Borel en 1798 et de Louis Gabriel Mic (...)
  • 26 Œuvres complètes de J. J. Rousseau, V. D. Musset-Pathay éd., Paris, P. Dupont, 1823-1824, 22 volum (...)
  • 27 V. D. Musset-Pathay, Histoire de la vie et des ouvrages de J.-J. Rousseau, composée de documents a (...)

15Adrien Jean Beuchot (1773-1851), bibliographe et depuis éditeur célèbre de Bayle (16 volumes, 1820-1824) et de Voltaire (72 volumes, 1829-1834), était censé s’occuper également des œuvres de Rousseau à paraître chez la veuve Perronneau (Paris, 1818-1820, 20 volumes in-douze), qui avait repris un projet arrêté d’abord par Guillaume et l’un des Didot24 pour reproduire l’édition attribuée à Naigeon en 180125. Beuchot y renonça en cédant la place à Musset-Pathay ; ce dernier l’a « dirigée, en y mettant des notes et des notices »26, signées de ses initiales, dans le contexte de ses propres recherches sur l’Histoire de la vie et des ouvrages de J.-J. Rousseau27 qu’il va publier en 1822. Cette participation, significative sans être seule déterminante, nourrit ses idées sur la manière dont il convenait d’organiser et de présenter l’œuvre de Rousseau. Il s’en explique dans un « Avertissement des nouveaux éditeurs » qui est signé de lui, et où il montre que son objectif le plus large est non seulement de faire avancer la connaissance de l’œuvre de Rousseau, mais de passer à un nouveau stade dans sa réception, ce qui à son tour repose la question de l’ordonnance du corpus :

Quoique les œuvres de Rousseau soient moins variées et moins nombreuses que celles de Voltaire, on éprouve cependant de l’embarras à les classer ; et quelque méthode que l’on choisisse, il n’en est aucune qui soit à l’abri de toute objection. […]
Nous n’imiterons point les éditeurs qui croient devoir ajouter l’éloge ou la critique au texte de l’auteur, notre but n’étant que de reproduire ce texte dans toute sa pureté. Rousseau nous paraît être du petit nombre de ces écrivains qui causent de fortes émotions, et sur le compte desquels il semble qu’on ne puisse s’exprimer de sang-froid. Du moins avons-nous remarqué qu’en général on ne l’admirait pas sans enthousiasme, comme on ne le dépréciait pas sans excès ; tant il est difficile d’être juste. Il fut une époque où l’on pouvait diviser les lecteurs de J.-J. en deux partis bien prononcés, composés l’un, de ses admirateurs ; l’autre, de ses détracteurs : tous également exclusifs. Ceux qui se tenaient dans un juste milieu étaient en si petit nombre que l’exception ne devait pas être portée en ligne de compte. Des intérêts plus chers et d’un résultat bien plus important calmèrent bientôt cette espèce d’effervescence.
L’objet que nous nous proposons n’est donc ni de combattre ni d’approuver les opinions de J.-J., ni même d’ajouter aucun commentaire à ses écrits. Notre intention est de les présenter dans un nouvel ordre, adoptant autant que possible un classement fondé sur l’analogie.
Mais il se présente une question : c’est de savoir s’il est préférable de faire connaître un auteur avant ses ouvrages ou de commencer par ceux-ci ? Presque tous les éditeurs prennent le premier parti : J.-J. seul a jusqu’à ce jour été excepté, et le recueil de ses œuvres est terminé par les particularités de sa vie. Nous pensons qu’ayant expliqué dans ses Confessions les motifs qui lui firent prendre la plume, et faisant l’histoire de ses écrits, il leur donne ainsi lui-même une espèce d’introduction. On se rend mieux compte de leur lecture ; on la fait avec plus de fruit ; on le juge avec moins de prévention. D’après cette remarque, résultat de notre propre expérience, nous croyons devoir offrir d’abord, sous le titre de Mémoires, toutes les productions de Rousseau relatives à sa personne, à ses opinions, à sa conduite, à ses ouvrages. (p. v-xvii)

16Il rejette la rubrique « Théâtre » où d’autres ont groupé la Lettre à D’Alembert, Narcisse, Lucrèce, etc., parce que les fragments et intermèdes en question ne sont pas à la hauteur de la tradition de Molière ; il va même jusqu’à affirmer que « [s]i l’usage ne faisait aujourd’hui une espèce de loi de donner les œuvres complètes d’un écrivain célèbre, on agirait peut-être mieux dans l’intérêt de sa gloire d’en retrancher les productions qu’il a condamnées à l’oubli » (p. vii-viii). D’un autre côté on ne peut classer la Lettre à D’Alembert ni les Lettres de la montagne dans la correspondance, parce que ce sont moins des épîtres que des discours ; il préfère la notion de « Littérature polémique » (p. viii-ix). Pour le reste il emprunte à La Harpe la notion de « polyergie ou littérature mêlée » dans la tradition classique de Denis d’Halicarnasse, de Lucien, et d’Aulu-Gelle (p. ix-x).

17Après une exposition schématique de son plan, Musset-Pathay définit une stratégie d’annotation discrète et limitée :

Dans plusieurs de ses ouvrages, plus particulièrement dans ceux que nous avons réunis sous le titre de Mémoires, J.-J. excite quelquefois la curiosité, sans la satisfaire ; tantôt ce sont des réticences, tantôt des allusions. Le lecteur est obligé de faire des recherches, ou de rester dans l’ignorance. Ces recherches, nous les lui avons épargnées : des notes en présentent le résultat. Nous avons fait ce que nous désirerions qu’on eût fait avant nous.
Nos obligations consistent donc à suivre l’ordre que nous avons indiqué, en faisant précéder chaque ouvrage d’une notice historique et d’observations qui rappellent les circonstances dans lesquelles il fut écrit, l’effet qu’il produisit, et l’influence qu’il eut sur la destinée de l’auteur. Nous ajoutons, suivant le besoin, quelques notes explicatives. (p. xii-xiii)

18Ainsi, il est inutile de commencer par une introduction générale, mais par déférence pour « l’usage » il insère un « Éloge de J.-J. Rousseau, ou examen critique de sa philosophie, de ses opinions, de ses ouvrages, par M. F. L. comte d’Escherny ».

Tableau 9. L’édition de veuve Perronneau.

Tableau 9. L’édition de veuve Perronneau.
  • 28 Tendance tenace dans la critique d’inspiration romantique ; Jules Lemaître reprend en 1913 cette i (...)

19Sous le titre de « Mémoires » Musset-Pathay regroupe, à l’instar de la Collection complète, « tous les écrits dans lesquels Rousseau s’occupe de lui, de sa conduite, de ses goûts, de ses ouvrages » (t.I, p. xi). La curieuse justification du placement de Julie immédiatement après cette rubrique réside dans une continuité implicite, dans la mesure où « quelquefois, sous le nom de Saint-Preux, on retrouve Jean-Jacques ». La notice du tome V ajoute que c’est pour des raisons de transpositions multiples, Julie devenant une sorte de continuation allégorique de la vie de Rousseau28. La notice du tome XVIII réclame de grands progrès accomplis par rapport à l’ordonnancement de la correspondance, avec de nombreuses erreurs, dans les éditions de Didot, de Déterville et de Belin. Il reconnaît le modèle fourni par l’édition Beuchot de la correspondance de Voltaire et regrette de ne pouvoir bénéficier des découvertes de Petitain, qui était sur le point de sortir sa propre édition. Dans les deux derniers volumes, Musset-Pathay s’empare tout simplement des recueils de lettres, déjà mentionnées, datant de 1803. Ajoutons que cette édition « ornée de gravures » comporte de nombreuses images de Moreau et Le Barbier reprises d’éditions antérieures, et de Chasselat pour Les Confessions.

  • 29 V. D. Musset-Pathay, Histoire de la vie et des ouvrages, t.II, p. 352.

20La grande idée de Musset-Pathay, qu’il a donc pu partiellement réaliser dans l’édition Perronneau, était de rassembler l’œuvre biographique en plaçant en tête de l’édition, en guise d’introduction à l’ensemble de l’œuvre et sous le titre de « Mémoires », les écrits où Rousseau se prend lui-même comme sujet : Les Confessions, les quatre lettres à Malesherbes, Rousseau juge de Jean-Jacques, et Les Rêveries. Mais ce plan finit par lui paraître imparfait tant qu’y manque la correspondance qui « complète tous les renseignements » des œuvres autobiographiques ; cependant, mettre la correspondance dans les premiers volumes n’est malheureusement pas pratique : « L’usage et d’autres obstacles ne nous le permirent point. »29 Le pis-aller était donc, afin de ne pas séparer les éléments thématiquement liés de cette catégorie, de tous les ranger à la fin. De cette manière, la deuxième catégorie de Musset-Pathay aurait été la littérature polémique (Lettre à D’Alembert, Lettres écrites de la montagne), et la troisième, la littérature mêlée.

21Derrière l’ordre de présentation il y a évidemment un ordre idéal de lecture. Ce qui paraît recommander une approche chronologique, c’est la notion d’un fil logique à suivre dans le développement de la pensée de Rousseau au cours du temps. La question qui se pose alors à tous les libraires qui cherchent autre chose qu’une division par matières est de savoir où ranger les œuvres autobiographiques, car Les Confessions parleur chronologie diégétique, abstraction faite de l’époque à laquelle elles ont été écrites, recoupent toutes les époques de la vie, sauf la toute dernière qui se partage entre Rousseau juge de Jean-Jacques et Les Rêveries du promeneur solitaire. De toute façon, ouvrir une édition par Les Confessions, comme le font beaucoup d’éditeurs-directeurs, suppose (ou propose) que la vie de l’auteur fournit la clef de son œuvre, ou tout au moins que dans son cas particulier la vie est bien l’entrée la plus féconde de l’œuvre ; il faut tôt ou tard passer par l’homme pour avoir pleinement accès à la signification de ses écrits. (C’est bien là une des propositions fondamentales de Rousseau juge de Jean-Jacques.) Cette clef, il importe d’autant plus de la trouver que le contexte exact est la seule défense contre l’« infidélité » inhérente à toutes les citations et à tous les extraits de Rousseau, dont sa réputation est sans cesse l’otage :

  • 30 Ibid., t.I, p. 287.

La plupart sont tronqués. Ceux qui sont textuels ne présentent pas, remis à leur place, le sens qu’on leur a donné en les isolant. […] [D]ans le très grand nombre de pièces que j’ai vues, il n’y a pas une seule exception. Cette constance à dénaturer ne suppose pas un complot, comme le croyait Jean-Jacques, parce qu’il est impossible qu’on se soit concerté ; mais elle prouve une chose plus triste, c’est le manque de bonne foi. L’intention de n’en point avoir a été commune à tous.30

22C’est sur le plan de cette déformation généralisée qu’opèrent la véritable menace et la véritable conspiration tacite.

23Les éditeurs de la Collection complète avaient partagé en principe cette attitude ; mais pour un contemporain de Rousseau, sa réputation ayant été établie par toute une série d’autres ouvrages, il aurait semblé illogique de mettre les œuvres de la fin de sa vie en tête même si l’insoluble dilemme des Confessions II n’avait tendu à les tenir longtemps en réserve. Et c’est bien l’avis de Mussay-Pathay, mais il est arrêté par un dilemme pratique : c’est qu’on ne saurait commencer par la grande trilogie, non seulement en raison de son ampleur, mais encore une fois parce qu’elle appelle avec la même logique la présence de la correspondance ; or ce choix devient réellement impossible, ce serait différer pendant plusieurs volumes toute l’œuvre théorique.

24Voici enfin, pour les grandes divisions, l’ordre dans lequel il propose au moins provisoirement de les présenter :

  • 31 Ibid., t.II, p. 355.

t.I « La Nouvelle Héloïse »
t.II Les Discours
t.III Émile
t.IV Écrits relatifs à l’économie politique
t.V Mélanges, dont deux divisions : littérature polémique, littérature variée
t.VI Dictionnaire de musique et ouvrages qui ont rapport à cet art
t.VII Mémoires et correspondance31

25Suivent des notices historiques pour chaque œuvre.

  • 32 Œuvres complètes de J.-J. Rousseau avec des notes historiques, Paris, Lefèvre, 1819-1820.Lefèvre é (...)
  • 33 C’était, rappelle-t-il, la raison d’être des 5 volumes in-4 o (7 volumes in-8 o) que Du Peyrou ava (...)

26Aussitôt cette édition parue, Louis Germain Petitain sort en effet chez Lefèvre en 1819-1820 une édition en 22 volumes in-octavo32, dérivant de l’édition de Genève à l’exception du texte des Confessions II et de la correspondance33. Petitain cite les nouvelles sources utilisées par Naigeon et ses collaborateurs en 1801, mais propose, à la différence de tous les autres éditeurs depuis lors, de ne pas suivre leurs leçons. En confrontant une par une les éditions originales au texte de 1801, il nie le bien-fondé des corrections qu’il intégrait et critique les manuscrits qui ont été pris pour les meilleurs. Il a pu corriger aussi, affirme-t-il, beaucoup de dates dans la correspondance, et éviter mainte répétition. Trouvant de peu d’importance la question de l’ordre de présentation à suivre dans la mesure où, pour lui, toutes les œuvres majeures appartenant plus ou moins à la même catégorie, il se contente de reproduire à peu près celui de 1801 sauf pour Les Confessions, qu’il met en tête sous prétexte que l’explication qu’y offre successivement Rousseau de ses ouvrages évite par la suite des notes répétitives destinées à en expliquer à chaque fois les circonstances. Les Rêveries suivent immédiatement Les Confessions et les lettres à Malesherbes (aux tomes I à III) ; Rousseau juge de Jean-Jacques, en revanche, ne figure qu’au tome XVI, à la suite du Dictionnaire de musique.

27Beuchot, qui était manifestement au courant de toutes ces questions, fait une cinglante critique de l’édition de Petitain dans la Biographie universelle, en la qualifiant de « très défectueuse » et en citant des exemples concrets portant principalement sur son traitement de la correspondance :

  • 34 Œuvres complètes de J. J. Rousseau, Villenave et Depping éd., Paris, A. Belin, 1817, 8 volumes in- (...)
  • 35 Adrien Beuchot, « Petitain », Biographie universelle, t.XXXIII, 1823, p. 502-503.

L’éditeur manquait de goût et de critique ; il n’a pas su employer les matériaux qu’il avait ramassés. Après avoir annoncé qu’il regardait comme le véritable et seul texte des Confessions celui de l’édition de 1782, et avoir réprouvé le texte de l’édition de 1801, faite d’après le manuscrit qui est à la bibliothèque de la chambre des députés, Petitain adopte très souvent le texte de cette édition de 1801. Le Supplément qu’il a donné aux Confessions de J.-J. Rousseau est dépourvu de mérite ; mais c’est surtout dans la Correspondance, la seule partie des écrits de Rousseau où l’éditeur eût quelque travail à faire, que Petitain a montré qu’il avait entrepris un travail au-dessus de ses forces. Des lettres, jusqu’alors comprises dans la correspondance, et qui devaient y rester, ont été distraites. Dix-huit lettres ou billets à M me de Créqui qu’un éditeur récent avait intercalés à la suite les uns des autres, du 3 au 7 janvier 1766, comme s’ils avaient été écrits dans ces cinq jours, ont été laissés par Petitain dans cet ordre, qui est un désordre, puisque la première de ces lettres est de 1751, et la dernière de 1770. On chercherait d’ailleurs vainement dans cette édition les lettres de M me de la Tour Franqueville, celles de Du peyrou (publiées en 1803), et même les Lettres de Mme de *** à Mme de Luxembourg et à M. de Malesherbes, publiées par M. Pougens dès 1798, et qui faisaient partie de l’édition des Œuvres de J.-J. Rousseau, donnée en 1817 par M. Belin34. Les notes que Petitain a mises au bas des pages sont parfois plates et ridicules, pour ne pas dire plus. Enfin il a voulu faire une Table générale analytique des Matières contenues dans les Œuvres de J.-J. Rousseau, et il a donné pour cela 168 pages en petit-romain interligné. Quant au XXIIe volume, qui contient des écrits ou fragments d’écrits relatifs à Rousseau et à ses ouvrages, le choix aurait pu être beaucoup mieux fait.35

28Vu que la correspondance seule, en effet, paraît susceptible à cette date de perfectionnements majeurs, c’est autour d’elle que vont tourner pendant longtemps une bonne partie des revendications d’originalité des nouveaux éditeurs. Mais rien dans cette édition n’était fait pour plaire à Beuchot.

29Musset-Pathay, grand partisan de Rousseau en train de devenir grand rousseauiste tout court, est moins dur de ton – surtout peut-être parce que Petitain était mort en 1820 – mais ne lui fait pas grâce de ses faiblesses : « J’ai connu l’éditeur, homme instruit, estimable, consciencieux, exact, mais d’une crédulité que ses connaissances rendaient inexplicable. » Pour un commentaire sur l’édition, il se contente de renvoyer à l’article de Beuchot qu’on vient de citer, qu’il se permet toutefois d’atténuer quelque peu :

  • 36 Œuvres complètes de J. J. Rousseau, Musset-Pathay éd., t.XXII, p. 424-425.

[Beuchot ] a oublié de dire que l’éditeur apportait, à la confrontation des textes des diverses éditions, une patience, une attention dignes d’éloge : c’est une justice à lui rendre. Quant à son travail (c’est-à-dire ses Commentaires, ses Observations, et son Supplément aux Confessions), il offre un phénomène remarquable ; c’est que souvent il aggrave plutôt les reproches qu’on fait à Rousseau, qu’il ne les discute ou ne les justifie ; ce qui a fait dire plaisamment à M. de Ke…, que c’était le premier éditeur qu’on eût vu prendre en grippe l’auteur choisi de prédilection pour réimprimer ses ouvrages, et arriver à la fin de son édition avec un sentiment tout à fait opposé à celui qui la lui avait fait entreprendre. Ce résultat singulier s’explique par le caractère de Petitain, naturellement indécis et crédule. Il commençait par croire ce qu’il lisait ou ce qu’il entendait dire ; puis, à l’examen, restait dans une indécision comique. Ce qu’il y avait de bizarre, c’était son attachement opiniâtre à l’idée qu’il avait une fois admise, à l’impression une fois reçue. Il était inexpugnable. Comme il avait fini son travail par la lecture des écrits faits contre Jean-Jacques, il en subissait l’influence, étant un peu du nombre des juges qui donnent gain de cause à celui qui parle le dernier. Ces réflexions n’ôtent rien aux qualités estimables de M. Petitain, et je me plais à reconnaître qu’il en avait un grand nombre.36

30Sans doute Beuchot et Musset-Pathay avaient-ils eu de fréquentes discussions, et tout en poursuivant leur travail d’éditeurs et de commentateurs, il était question pour l’un et pour l’autre, comme on voit, de porter chemin faisant un jugement sur Rousseau : c’est ce que Musset-Pathay va fièrement annoncer dans sa propre édition qui reste à faire. Mais que Petitain s’y soit lancé sans un dévouement complet à la cause de Rousseau, qui lui semble comme la condition préalable d’une telle entreprise, paraît une anomalie.

  • 37 Paris, E. A. Lequien, 1820-1823, 21 volumes in-8 o ; une édition en 20 volumes en 1827 sous les no (...)

31Musset-Pathay a une relation plus directe avec l’édition Lequien en 21 volumes37 qu’avec celle de la veuve Perronneau, sans pourtant en être l’éditeur scientifique à plein titre : « Cette édition soignée, et que nous avons choisie pour faire la nôtre, est la même que celle de M. Petitain, dont la plupart des notes ont été conservées » (édition Musset-Pathay, t.XXII, p. 425). Il dit seulement y avoir concouru pour Les Confessions et la correspondance, en fournissant des dates aux lettres qui en manquaient de manière à pouvoir les ordonner chronologiquement (t.XIV, p. xxxi).Il a apporté un « Précis des circonstances de la vie de Jean-Jacques, depuis l’époque où il a terminé ses Confessions jusqu’à sa mort » (t.III, p. 113-195).

7. Musset-Pathay, Histoire de la vie et des ouvrages de J.-J. Rousseau. Paris, Pélicier et al., 1821, t.I.

32Ce supplément, qu’il reprendra dans sa propre édition, composé en grande partie d’extraits de la correspondance, est beaucoup plus pourtant qu’un résumé historique : c’est une défense en règle de Rousseau, au cours de laquelle Musset-Pathay ne se prive pas du plaisir d’accabler de sarcasmes ceux qui ont voulu nuire à sa réputation, le protégeant aussi comme il peut contre les faiblesses réelles qui peuvent lui être reprochées. Une faute fort grave, improuvable mais pour lui moralement certaine (c’est lui qui souligne), est le suicide de Rousseau, conviction « fondée sur une persuasion intime » ; quant aux motivations, « l’ignoble infidélité de Thérèse, souverainement méprisable », aurait sa part (t.XVI, p. 506-507 et 510).

33Le plan de l’édition Lequien, qui est sans introduction générale, ne correspond guère, en fait, aux conclusions auxquelles Mussay-Pathay avait pour sa part abouti. Les Confessions occupent les trois premiers tomes, complétées par le précis de Musset-Pathay sur la suite de la vie de Rousseau, les lettres à Malesherbes et Les Rêveries, et d’une curieuse catégorie d’« Écrits en forme de circulaires » où figurent : la « Déclaration sur les réimpressions de ses ouvrages » ; « À tout Français aimant encore la justice et la vérité », détaché de la fin de Rousseau juge de Jean-Jacques ; un « Mémoire écrit en février 1777 » ; et un « Fragment trouvé parmi les papiers de J. J. Rousseau ». Puis viennent les Discours, le Contrat social, Julie (tomes VI-VII), Émile (tomes VIII-IX), théâtre, mélanges, écrits sur la musique, le Dictionnaire de musique (tomes XIV-XV), Rousseau juge de Jean-Jacques, et la correspondance (tomes XVII-XX).

  • 38 Œuvres complètes de J. J. Rousseau, mises dans un nouvel ordre, avec des notes historiques et des (...)

34Ayant achevé son Histoire de la vie et des ouvrages de J.-J. Rousseau où il voue, comme on a pu le voir, une attention particulière aux Confessions, Musset-Pathay s’est empressé de réaliser une édition dont il pût entièrement répondre, qui fût faite comme il l’entendait38 – mais en se servant des éditions précédentes avec leurs notes, se contentant de distinguer les siennes par un astérisque.

35Dans l’introduction de son Histoire, Musset-Pathay déclare sans ambages que c’est son dévouement à l’auteur, modèle et inspirateur de vertu, qui lui a fait entreprendre cette œuvre qui est en somme, par sa nature et dans sa totalité, une apologie où il s’est personnellement fort investi :

Je crois qu’on doit toujours rendre compte des motifs qui font prendre la plume, et du but qu’on se propose en écrivant. Je vais satisfaire à ce double devoir.
À l’âge où l’on commence à sentir, à comprendre, je lus une partie des œuvres de Rousseau ; je fus vivement ému ; les bornes de mon intelligence me parurent reculées : par un résultat naturel, j’éprouvai de la reconnaissance pour celui qui produisait en moi cet effet. J’admirais ses ouvrages et j’aurais aimé sa personne s’il eût encore vécu.
Je mettais, entre l’auteur et ses écrits, un rapport nécessaire, parce que l’objet dont il s’occupe constamment, existe pour être bien traité, une intime persuasion, ainsi qu’une conviction profonde. Il est impossible de faire aimer la vertu, d’ébranler, en parlant d’elle, toutes les facultés de l’âme, sans l’aimer soi-même, sans éprouver sa puissance et ses charmes. Or, les ennemis même de Rousseau conviennent qu’il produit ces impressions. La conclusion me paraissait facile à tirer.
Étonné de voir, dans la sphère où je vivais, si peu de personnes de mon avis, je fis des réflexions, et comme l’enthousiasme empêche de juger sainement, je modérai le mien.
Je connaissais un homme d’un grand mérite qui ne partageait pas mes sentiments. Il m’annonça que j’en changerais quand l’expérience m’aurait donné ses utiles, mais tristes leçons ; quand, éclairant de son flambeau les objets qui me séduisaient, elle les placerait à leur véritable point de vue.
En attendant cette époque, je relus Jean-Jacques. Ce n’était pas le moyen de me corriger… Il avait jusqu’alors parlé plus à mon cœur qu’à mon esprit : je le compris mieux dans le sentir moins. Je vis un nouvel horizon ; j’entrai dans un nouveau pays, et je connus alors la force de mon guide et son génie. (t. I, p. v-vi)

  • 39 Sur la jeunesse romantique de Musset-Pathay et ses premiers écrits, voir J. Roussel, Jean-Jacques (...)

36Ce qui est frappant dans ce texte, c’est évidemment l’impression de plénitude morale qui conquiert « les ennemis même » de Rousseau. Décidément, Du Peyrou a trouvé son véritable successeur. Il peut sembler difficile aujourd’hui de saisir en quoi consiste au juste cette « vertu » qu’on« aime » en le lisant, comme si on ne pouvait lire Rousseau avec plaisir et profit sans s’en sentir envahir et posséder. Le problème n’est pas sémantique, les mêmes mots résonnent encore ; c’est de savoir exactement, si c’est possible, à quoi ce mot de vertu réfère. À quoi la reconnaît-on, en dehors d’un contexte religieux qui n’est justement pas applicable ici ? C’est sans doute une question d’époque, et avec Musset-Pathay nous sommes effectivement en pleine ère romantique39. Pour lui comme pour beaucoup d’autres rousseauistes depuis la Révolution et sans doute jusqu’au début du xxe siècle, écrire sur Rousseau, ou même contre lui, était une affaire moins de goût et de connaissance que de passion et de mission.

37Après l’œuvre du maître, Musset-Pathay s’est mis à lire « toutes les productions de ceux qui avaient écrit sur Jean-Jacques », et sa conclusion n’était pas moins déterminante :

Rien n’égala ma surprise en trouvant de la mauvaise foi dans les unes, un esprit faux ou prévenu dans les autres ; dans toutes, sans exception, le langage de la passion ou de l’erreur : ici, de l’inexactitude dans les faits exposés, des conjectures gratuites ; là, de l’altération dans les citations, des suppositions sans fondement, des interprétations fausses ; partout des préventions.
Je ne tardai pas à voir que l’opinion sur la personne de Rousseau s’était formée d’après ces témoignages trompeurs. Il ne suffisait pas de l’avoir appris, il fallait l’apprendre aux autres et le leur prouver : c’était une tâche plus pénible encore que la première. Je l’ai remplie avec constance, et ce travail en est le résultat. (p. vii-viii)

38Il est donc question pour lui de sortir Rousseau de ces miasmes de rhétorique négative et de le laisser rayonner de sa propre luminescence. Une concession pourtant aux on-dit, c’est la mauvaise influence de Thérèse :

Cet empire était continuel, et sa force augmentait de son action qui jamais n’était interrompue. Il ne faut plus objecter qu’il avait fait un choix indigne de lui : c’est un point convenu. L’on doit raisonner d’après ce choix, puisqu’on ne peut le contester ; d’après le caractère de cette femme, puisqu’il est connu ; d’après son influence sur Rousseau, puisqu’elle est prouvée ; enfin, d’après la confiance qu’il lui accordait, puisque cette confiance était sans bornes. (p. viii)

39Quant à la vie de Jean-Jacques : « La nature de certains aveux ne permet pas de douter de sa sincérité. Il crut qu’on lui saurait gré de sa franchise, et tous ceux qui ont écrit leurs mémoires ont commis la même erreur. On ne tient aucun compte du bien ; on a, pour le mal, une mémoire imperturbable » (p. xiv). La sincérité transparente, Rousseau aussi avait bien voulu y croire, sans toujours se douter qu’elle peut parler le même langage que le leurre. Quant à ses fameuses contradictions, Musset-Pathay a « tâché de lire le mot de cette énigme qui semblait inexplicable : de cette énigme qui présentait la réunion de la force à la faiblesse, et de la sublime audace du génie, à la timide pusillanimité d’un enfant. Ce mot, c’est Thérèse ! » (p. xvi-xvii) C’est son point d’exclamation ; pour lui, l’énigme est résolue.

40Dans la deuxième partie du même ouvrage (t.I, p. 305-526), Musset-Pathay donne un résumé rapide de 962 lettres, alors que selon lui la meilleure édition précédente (celle de Belin en 1817) n’en comportait que 812. Dans sa troisième partie (t.II, p. 1-350) il dresse un index des contemporains de Rousseau qui lui permet de réfuter tout ce qu’ils en ont dit de mal, ou d’approuver tout ce qu’ils en ont dit de bien. Enfin, dans la quatrième partie (t.II, p. 351-474), il retrace l’historique des ouvrages, l’un après l’autre.

8. Édition Musset-Pathay des Œuvres complètes de J. J. Rousseau. Paris, P. Dupont, 1823, t.I.

41Pour sa propre édition, l’ordonnance des œuvres est donc la grande préoccupation de Musset-Pathay et c’est sur cela qu’insiste son titre : Œuvres complètes […] mises dans un nouvel ordre. Les divisions proposées au départ sont les suivantes :

  1. II. Philosophie : 1) discours philosophiques ; 2) Émile ; 3) écrits sur l’économie politique ; 4) « l’étude de la nature dans celle du règne végétal ».
  2. Littérature : 1) « La Nouvelle Héloïse » et les aventures de milord Édouard ; 2) Mélanges en prose et en vers : Le Lévite d’Éphraïm, la traduction de quelques fragments de Tacite, etc. ; Le Verger des Charmettes, L’Allée de Sylvie ; pièces de théâtre.
  3. Beaux-Arts : Dictionnaire de musique, écrits sur l’art.
  4. Mémoires et correspondance : Les Confessions, dialogues, Les Rêveries ; un précis de la vie de Rousseau après Les Confessions. (Œuvres complètes, t. I, p. x-xi.)

42Ces quatre rubriques, qui ne seront pas strictement respectées dans la succession des volumes eux-mêmes, offrent « un moyen facile et prompt de trouver l’écrit que l’on cherche, et de disposer les matières pour celui qui voudrait faire une étude suivie des œuvres philosophiques de Jean-Jacques » (p. x). Malgré les attraits d’une organisation chronologique, il faudrait y renoncer chaque fois qu’une série cohérente risquerait d’être interrompue, par exemple :

L’Émile et le Contrat social, qui marchèrent de front, parurent en même temps, devraient être séparés par La Reine fantasque ; et les Lettres sur la législation de Corse le seraient nécessairement des Considérations sur le gouvernement de Pologne, par les Lettres à Sara, le Dictionnaire de musique, Pygmalion, et les Éléments de botanique. (t.I, p. vii)

43Ce serait introduire dans un ordre pourtant strict une impression de désordre, d’où l’impossibilité de suivre un train de pensée. Que l’on ne retienne pourtant point une notion trop rigide de ces catégories, car « [p]eu de divisions sont tellement justes et précises qu’on ne puisse enlever de l’une un ouvrage pour le placer dans une autre. Le sujet ou le genre motive la classification, et chacun des deux peut également le déterminer » (p. vi). Ainsi, l’éditeur interviendra parfois en début de volume (tomes V et X) pour justifier le groupement d’ouvrages qu’il renferme :

L’usage où l’on est de conserver dans une édition générale toutes les productions d’un homme célèbre nous imposant la loi de ne rien retrancher, nous avons dû nous y conformer. Mais afin de mettre les lecteurs à même de juger des progrès de l’auteur, et de le comparer à lui-même, nous avons fait des recherches pour constater l’époque précise où chaque pièce fut composée. Toutes sont rangées d’après l’ordre chronologique à l’exception de quelques-unes dont nous n’avons pu découvrir la date. Elles sont de peu d’importance, et même il en est qui n’ont de remarquable que le nom de l’auteur.
Ce recueil contient donc tous les écrits qui n’appartiennent à aucun genre, ou qui sont en trop petit nombre pour en former un. Tels sont trois comédies et un fragment informe […]. (t.X, Avis de l’éditeur, p. ii-iii)

44Musset-Pathay n’a pas des notions moins fermes concernant les devoirs d’un éditeur, qu’il tient à énumérer explicitement :

  1. Mettre de l’ordre dans les ouvrages ; en reproduire le texte dans toute sa pureté ; et, quand il a besoin de quelques éclaircissements, les donner.
  2. Faire, autant que possible, connaître l’auteur lorsqu’on n’est point d’accord sur sa personne, son caractère, ses intentions, ou l’objet qu’il s’est proposé. (t.I, p. v)

45Comme si la « pureté » du texte ne présentait guère de problèmes, Musset-Pathay, donnant la priorité à l’ordre, n’a rien à dire sur ses sources et se contente à la fin de signaler qu’il a « choisi » l’édition Lequien (t.XXII, p. 425). Ceci à une époque où beaucoup d’éditeurs insistent sur le soin particulier avec lequel ils ont établi leurs textes… Ses priorités sont exactement l’inverse de celles de Petitain, qui se piquait de son établissement des textes tout en considérant l’ordre comme étant de moindre importance.

  • 40 Archives littéraires de l’Europe, t.II, 1804, p. 206-208 : voir OC IV, p. clxiii ; Musset-Pathay c (...)

46Mais même si son premier point ne suscitait pas d’objection, le deuxième a de quoi surprendre. N’être « pas d’accord » avec l’auteur est un critère qui permet une grande part de licence subjective, et implique d’avance au moins une légère distance idéologique. Ainsi, les interventions, quand il y en a, obéiront en partie à un parti pris philosophique, ce qui explique sans doute pourquoi la deuxième lettre tronquée d’Émile et Sophie est suivie au tome IV d’un rapide « Dénouement des solitaires » de Pierre Prevost, plus optimiste, emprunté par Musset-Pathay aux Archives littéraires de l’Europe40.

  • 41 Grimm, raconte Meister, « se lia de la manière la plus intime avec Diderot à qui dans la suite il (...)

47Le reste de la préface est une pure apologie d’un auteur encore poursuivi (p. xii), à l’intention de lecteurs « qui n’ont pas de prévention, ou que la passion n’aveugle pas » (p. xv). Pour lui, Rousseau est un héros persécuté et mal compris, et c’est ainsi qu’il le représente : « Nous ne saurions trop faire remarquer la légèreté avec laquelle on répète les mêmes accusations sans examen, sans savoir sur quel fondement elles reposent ; enfin comme si elles étaient incontestables » (p. xxi). Surtout il cherche à réfuter le portrait de Rousseau brossé par Meister d’après Grimm41.

48Comme certains de ses prédécesseurs, Musset-Pathay fait état des nouveautés fournies par ses lecteurs, par exemple « le récit des événements de sa jeunesse que fit Rousseau pour M. de la Martinière, secrétaire de l’ambassade française à Soleure » ( Confessions, livre IV), plusieurs lettres inédites, et « un Journal curieux de visites à Jean-Jacques par un de ses amis » (t.XIV, p. xxx, note). Il promet dans la correspondance (des lettres de Rousseau seulement), qui sera répartie « en cinq grandes époques, prises dans le changement arrivé, soit à la destinée, soit à la position de Rousseau » (t.XXII, p. 467), plusieurs lettres inédites annotées.

49Les interventions de Musset-Pathay révèlent le caractère très décidé de sa propre personnalité, il ne s’en cache pas ; il se veut en même temps passionnément engagé et objectivement au-dessus de tout reproche, parce qu’il croit toujours que la certitude de son point de vue est démontrable comme un plus un font deux. L’appréciation à la fois généreuse et agacée de Morin n’est pas sans pertinence :

  • 42 G. H. Morin, Essai…, p. 1-2.

Son travail contient beaucoup de détails inédits, les uns futiles, les autres d’une importance décisive. Du reste, sa critique littéraire est si faible, son style si médiocre que, sans quelques injures du parti rétrograde qui le firent un peu valoir, son ouvrage, précieux pourtant sous bien des rapports, n’eût pas même été remarqué. Honnête, bienveillant, modéré, mais superficiel, méticuleux et parfois prévenu, Musset-Pathay n’avait ni assez de zèle, ni une connaissance assez approfondie de l’homme qu’il voulait décrire, pour inspirer seulement à ses lecteurs les dispositions consciencieuses qui avaient présidé à ses recherches […].42

50Trente-deux pages sont consacrées au tome XIV à un « Examen des Confessions et des critiques qu’on en a faites » où on apprend que Musset-Pathay, tels un Moultou et quelquefois un Du Peyrou, est bien embarrassé par les impertinences de Rousseau et serait tenté d’en alléger un peu le texte si la tradition n’était déjà trop cruellement établie de ne rien omettre :

  • 43 Se réclamant du Voltaire qui aurait volontiers vu des éditions épurées et corrigées de Corneille, (...)

Commençons par faire observer qu’il y a dans cet ouvrage des fragments que les premiers éditeurs ont eu le bon esprit de retrancher, que leurs successeurs ont rétablis, et que l’usage et le goût du public, qui fait loi en matière d’édition, nous mettent, à notre grand regret, dans l’obligation de conserver. Quand le public a été pris pour juge une fois, on perd le droit de rien supprimer : ce sont comme les pièces d’une procédure qu’il faut toutes reproduire. (t.XIV, p. i)43

51Il retient la métaphore du procès pour condamner particulièrement un passage :

[…] la description choquante, dégoûtante, et d’un cynisme révoltant, que Rousseau fait d’une scène qui se passa dans l’hospice des catéchumènes à Turin. Jean-Jacques est sans excuse, parce que cette sale peinture était inutile au procès. Car les Confessions ne sont que le plaidoyer d’un homme qui croit qu’on ne le connaît pas, qu’on le calomnie, qu’on le condamne sans l’entendre, et d’après le dire de ses adversaires. (p. i-ii)

  • 44 Joseph Michel Antoine Servan (1737-1807), ancien avocat général du parlement de Grenoble, auteur d (...)
  • 45 Voir Jean François de La Harpe, « De J. J. Rousseau », Mercure de France, 5 octobre 1778(p. 7-28), (...)

52Ce langage de profond dégoût donne une idée de ce que certains critiques reprochaient à Rousseau à l’époque où il faisait des lectures de ses Confessions, et pourquoi l’ouvrage avait suscité tant de controverses. En revanche, Musset-Pathay défend son droit de « diffamer les autres » si c’est pour se défendre lui-même et s’il n’a pas d’autre moyen. Mais en fait tout ce qui est venu au jour depuis la mort de Rousseau tend à lui donner raison. Musset-Pathay consacre ainsi 32 pages à la défense de Rousseau contre tous ceux qui ont dit du mal des Confessions, notamment Marmontel, Servan44, Grimm et Bovier, ou l’exécrable La Harpe45.

53Morin se montre un peu plus indulgent, cependant, lorsqu’il resitue Musset-Pathay dans un contexte politique où on peut voir que tout de même ses prises de position ne manquaient pas de courage :

  • 46 G. H. Morin, Essai…, p. 481.

Le premier ouvrage de Musset-Pathay parut en 1821, au moment où les efforts de la faction ultra-royaliste préparaient déjà le coup d’État de 1830 et la chute d’un trône. Musset-Pathay, partisan modéré de l’opposition libérale, évita sagement d’attirer sur lui les colères des inquisiteurs de l’époque. Il en fut quitte pour une ample portion d’injures et de sarcasmes de la part des écrivains absolutistes. On le traite de grand-prêtre de Rousseau, de garçon philosophe, mais personne ne le réfuta. Quant à son travail, s’il laisse à désirer sous quelques rapports, il n’en a pas moins le rare et durable mérite d’être la première et la seule apologie complète de Rousseau, et d’avoir été publié dans un moment où il y avait réellement du courage à prendre sa défense.46

54Il n’est pas en effet hors de propos de saluer l’immense travail qu’il avait accompli et de reconnaître que c’est le dernier travail vraiment sérieux de son siècle sur l’ensemble de l’œuvre de Rousseau.

Tableau 10. Édition Dupont (Musset-Pathay), 1823-1824.

Tableau 10. Édition Dupont (Musset-Pathay), 1823-1824.

55C’est certainement un défi à toutes les classifications antérieures : tous les Discours ensemble (sauf l’Économie politique), ce qui n’avait presque jamais été fait. La continuation des Discours au tome II regroupe trois œuvres qui seraient souvent réparties en théâtre, politique, et musique respectivement. La « Philosophie » (tomes VI-VII) fait aussi un assemblage étrange. Et comme Musset-Pathay l’a toujours souhaité, « Mémoires et correspondance » ne font qu’un seul bloc, mais trop grand pour être placé ailleurs qu’à la fin.

56Toujours préoccupé de la question de l’ordre, Musset-Pathay consacre une vingtaine de pages à la fin du tome XXII à une « Revue analytique et critique de cette édition » pour juger de la « classification exacte et rigoureuse » qu’il a voulu appliquer et ses limites pratiques. Par exemple, la lecture d’Émile « devrait toujours être suivie ou accompagnée de celle des lettres dans lesquelles Rousseau modifie ses principes, ou leur donne un développement qui le justifie des reproches qu’on lui a faits, et montre l’application que ces principes devaient recevoir au lieu de celle qu’on leur a donnée » : et sur ce, une liste d’une dizaine de lettres à Wirtemberg, l’abbé de *** et d’autres anonymes. Son deuxième volume d’« inédites » ne contient que des pièces justificatives, rien qui soit de Rousseau lui-même.

57Même la « Table générale » n’est pas une affaire indifférente pour qui vise à démontrer l’intégralité du système. Ce que Musset-Pathay aurait souhaité, c’est l’équivalent d’une concordance, autrement dit un index si étendu qu’on pourrait presque y trouver le mot qu’on cherche, et ce jusque « sur nos intérêts les plus chers, sur Dieu, l’âme, l’immortalité, le bonheur, les gouvernements, la morale, etc. » (Table, p. viii).

58Enfin, il ne faut pas passer tout à fait sous silence, ne serait-ce que pour prendre acte de leur abondance, un certain nombre de collections complètes qui, sans vraiment faire date, sont quelquefois citées. Il serait excessivement fastidieux de les décrire toutes en détail, mais mentionnons :

1820-1824 : Paris, Didot l’aîné, 21 volumes.
1822 : Paris, Tomine et Fortic, 1822-1823, 24 volumes.
1823 : Paris, T. Desoër, éd. Aignan, 1823-1824, 20 volumes.
1824 : Paris, P. Dupont (nouvelle émission de l’édition Musset-Pathay).
1824- ? : Paris, Dalibon, 25 volumes. Selon Musset-Pathay, cette édition est calquée sur la sienne – en fait essentiellement piratée : l’Avant-propos signé [P. R.] Auguis « offre un mélange de lambeaux mal cousus. Ce sont des extraits du Cours de littérature de La Harpe, et de l’Histoire de J. J. Rousseau ; extraits copiés littéralement et tressés les uns dans les autres, de manière que la série des idées est interrompue à chaque instant. Les cinq volumes qui ont paru, contiennent plusieurs notes de nous, pasune seule du nouvel éditeur. La partie principale de notre travail n’y est point insérée ; et s’il est vrai que quelques personnes aient compté sur ce travail en souscrivant à l’édition de M. Dalibon, elles auront été trompées » (t.XXII, p. 426).
1826 : Paris, Baudouin frères, 1826, 25 volumes.
1826 : Paris, Verdière, A. Sautelet, A. Dupont et Roret. Cette édition en un seul volume sert de contre-exemple à toutes les autres, ses 1 708 pages comprenant même 360 pages de correspondance (884 lettres). Belle reliure mais papier inférieur et caractères minuscules ; aucun apparat critique. À chacun sa niche du marché.
1830 : Nouvelle édition avec les notes de tous les commentateurs, Paris, Armand-Aubrée, 1830-1833, 17 volumes.
1834 : Paris, Didier, 17 volumes.
1835 : Paris, A. Desrez et Furne, 1835-1836, 4 volumes.
1835-1836 : Paris, Furne, 4 volumes. Réémissions en 1837, 1844.

59Sans doute à y regarder de plus près trouverait-on des réutilisations de plusieurs volumes d’un libraire à l’autre, d’autant plus que presque tous sont (ou se donnent pour) parisiens. Un certain plateau est atteint, sans grandes innovations, mais avec toujours une provision régulière de collections visant des publics divers, pour un marché qui paraît se soutenir. Il n’est pas exclu qu’il s’y cache une ou deux collections qui, à être étudiées de plus près, feraient preuve d’un vrai mérite qui ne m’a pas sauté aux yeux au moment où j’en recensais un si grand nombre.

  • 47 M. Lyons, « Les best-sellers », Histoire de l’édition française, t.III, p. 369-379.

60Un autre indice de cette mode romantique de tout l’œuvre de Rousseau nous est fourni par les tables de best-sellers compilées par Martyn Lyons dans l’Histoire de l’édition française47 en tranches successives de cinq ans de 1811 à 1845. Dans la première (1811-1815) Rousseau ne figure pas, mais ses Œuvres complètes sont entre 1816 et 1820 au 13 e rang. L’apogée est atteint en 1821-1825, Rousseau étant à la 9e place :

Tableau 11. Œuvres de Rousseau parmi les best-sellers, 1816-1840.

Tableau 11. Œuvres de Rousseau parmi les best-sellers, 1816-1840.

61Mais c’est ce qui arrive après 1830 qui est frappant, car ce n’est plus à ses Œuvres que Rousseau devra son importance en librairie mais à Julie seul. Non moins significatif est le fait que Julie est précédé dans la liste de 1836 à 1840 par les Lettres d’Héloïse et Abélard (en 21 e place), preuve s’il en fallait que la mode de Julie est liée au culte toujours puissant d’Abélard et d’Héloïse dont la consécration était renouvelée avec, entre autres choses, le transfert de leurs dépouilles de l’abbaye du Paraclet au tombeau gothique du cimetière du Père-Lachaise en 1817. Ni leurs prétendues lettres ni Julie ne figurent plus dans cette liste après 1840.

Le renouveau du Second Empire

  • 48 Ces planches sont reprises dans une édition sans autre distinction en 1856, Œuvres complètes de J. (...)

62En 1852-1853 l’éditeur parisien Alexandre Houssiaux rejoue l’atout pictural avec ses 4 gros volumes in-quarto, les Œuvres complètes de J. J. Rousseau avec des notes historiques et une table analytique des matières, nouvelle édition ornée de 25 gravures. De belles planches de plusieurs artistes sont proposées, notamment de Tony Johannot, un des plus grands et plus prolifiques illustrateurs du temps. Celles de Julie d’après Johannot, Dessenne et Devéria (au tome II) sont particulièrement frappantes, comme celles de Delessert, Malesherbes, Portland, et La Tourette pour les Lettres élémentaires sur la botanique (au tome III)48. Du point de vue de la présentation, seule la qualité du papier est décevante.

63Quoique l’éditeur – on ne sait pas trop qui est le responsable scientifique, s’il est différent du libraire – essaie de donner une impression d’authenticité en restant strictement fidèle, dit-il, à l’orthographe du xviiie siècle, son texte à cette époque n’a rien de remarquable, étant fondé sur le travail de Petitain et de Musset-Pathay, dont toutes les notes sont retenues, marquées d’un astérisque et suivies chaque fois des initiales de l’auteur. Il reprend encore l’avertissement de Petitain de 1819, en retenant également le « précis des événements » de la vie de Rousseau de Musset-Pathay pour faire suite à ce qui est raconté dans Les Confessions (t.I, p. 351-375). Il se peut d’ailleurs que même l’authenticité de l’orthographe soit plus factice qu’authentique, à en juger par la notice qui précède au tome I Les Confessions :

Il était de toute convenance d’y suivre l’orthographe adoptée par l’auteur lui-même, quelques changements que l’usage et l’autorité de l’Académie y eussent fait introduire depuis. C’est par cette raison même que tous les mots en ant ou en ent au singulier seront imprimés sans t au pluriel. Il est prouvé par les manuscrits de Rousseau qu’il les a constamment écrits ainsi, et ils ne sont pas autrement orthographiés dans les éditions de ses ouvrages faites sous ses yeux ou qu’il a fait faire en Hollande. (t.I, p. xii)

9. Œuvres complètes de J. J. Rousseau. Paris, Alexandre Houssiaux, 1852, t.I.

10. Johannot/Rével, La Confiance des belles âmes. Paris, Alexandre Houssiaux, 1852, t. II.

64L’expression « imprimés sans t au pluriel » laisse planer un doute : peut-être doit-on deviner qu’au lieu de suivre une source ancienne, l’éditeur ne fait que la simuler par cet archaïsme factice.

65Ici Les Confessions et Les Rêveries sont au premier volume, suivies des œuvres politiques ; Julie et Émile au deuxième ; mélanges, Lettres écrites de la montagne, botanique et musique au troisième ; Rousseau juge de Jean-Jacques et une assez longue correspondance (p. 161-848) au quatrième. Pour celle-ci, quoique les lettres ne soient pas numérotées, elles suivent Musset-Pathay, selon l’éditeur, pour la datation. Des lettres nouvelles sont promises aussi, sans indication sur leur nombre, notamment celles à Sophie d’Houdetot, mais on affirme aussi que les lettres redondantes ont été supprimées, par exemple celles qui avaient déjà été citées dans Les Confessions ou dans la catégorie botanique ou musique (t.IV, p. 160). Pourtant le nombre global (860) n’élargit pas le corpus.

  • 49 A. Schinz, État présent…, p. 28.
  • 50 Un auteur en quête d’éditeurs ? p. 381.

66Il faut surtout faire une place ici à l’édition qui, bon gré mal gré, allait dominer le marché, et par là servir de vulgate, pendant un siècle entier, sans pourtant avoir aucune qualité remarquable. Il s’agit des Œuvres complètes publiées chez Hachette par l’imprimeur Charles Lahure en 8 volumes dans la collection Œuvres des principaux écrivains français (1856-1858, 1862, 1864), puis en 13 volumes à partir de 1865-1870, et réimprimées 17 fois jusqu’en 1913. Édition « qui demeurera jusqu’à la grande guerre le vade mecum de tout rousseauiste », dit Albert Schinz49. Un texte relativement fiable, une édition de référence : rien de plus, mais cela rend service. Comme le disait pertinemment Catherine Volpilhac-Auger à propos de Montesquieu, « on sait […] que si une édition n’est pas remplacée et règne seule pendant quelques décennies, ce n’est pas en raison de son éminente perfection »50. Le principe de Lahure est de suivre la meilleure édition, qui est naturellement celle de Musset-Pathay, mais « en y ajoutant quelques fragments retrouvés depuis, et dont aucun n’a d’importance ». Il ne retient que les notes jugées indispensables parce qu’à son avis « Rousseau n’a pas besoin de commentaires » (t. I, p. xix).

67Le conflit irréductible entre Rousseau et Voltaire ne s’impose plus comme cadre de référence ; désormais on admet plus volontiers l’équilibre et même la complémentarité des deux grands symboles des Lumières, préférant louer l’un sans trop rabaisser l’autre. Lahure attaque sur ce thème afin de proclamer les mérites de Rousseau sans dénigrer en aucune façon son ancien rival auprès du public :

On ne peut prononcer le nom de J. J. Rousseau sans évoquer le souvenir de Voltaire. Il n’y a rien de plus différent que le génie de ces deux grands hommes, dont l’un représente le scepticisme et l’autre la foi ; mais leurs noms comme leurs gloires sont devenus inséparables, parce qu’à eux deux ils ont opéré dans les mœurs et dans les idées la révolution la plus prompte et la plus durable dont l’histoire ait gardé le souvenir. D’autres écrivains peuvent avoir eu plus d’éloquence et de profondeur ; personne n’exerça jamais une telle influence sur son temps et sur son pays.
Il faut connaître la vie de J. J. Rousseau pour apprécier ses écrits, et même pour les comprendre ; car ses œuvres ne sont qu’un perpétuel épanchement, et, soit qu’il ait raison ou qu’il se trompe, c’est toujours son cœur qui le fait parler. Il a fait lui-même le commentaire de sa philosophie en écrivant ses Confessions. (t.I, « Notice sur J. J. Rousseau », p. i)

68Désormais l’« évidence » de Rousseau est un effet de rhétorique, non d’exaltation ; on évoque plutôt « ses » vérités, qui ne sont pas nécessairement des vérités universelles, et n’en sont pas moins puissantes :

Voltaire a détaché les esprits de la religion ; Rousseau a accoutumé son siècle à discuter les droits de la royauté, de l’aristocratie et de la richesse. Il a préparé les esprits à la révolution qui a éclaté dans les faits dix ans après sa mort. Sa gloire est d’avoir dogmatisé au milieu d’une société croulante, et quand la plupart des gens de lettres ne songeaient qu’à renverser. Pour lui, il ne détruisait pas pour détruire, mais pour fonder. Ses paradoxes ne sont dangereux qu’à force d’être éloquents ; les vérités qu’il proclame deviennent, sous sa plume, irrésistibles. Il semble qu’elles lui appartiennent, tant il excelle à les entourer d’évidence. Il n’a pas découvert la vérité ; il l’a armée. Ce n’est pas un créateur ; c’est un apôtre. (p. xx)

Tableau 12. Plan général des éditions Hachette.

Tableau 12. Plan général des éditions Hachette.

69Dans la période suivante, si Rousseau – pas plus que Voltaire – ne disparaît guère de l’horizon, l’intérêt qu’on lui porte se manifeste moins par des éditions toujours perfectionnées et augmentées que par une série irrégulière d’études savantes, parfois tout aussi passionnées, qui n’en définissent pas moins les contours d’une renommée qui ne menace plus d’être enterrée par ses « ennemis ». Citons en premier lieu l’Essai sur la vie et le caractère de J.-J. Rousseau (Paris, Ledoyen, 1851), de Morin, un gros volume de 604 pages étoffé d’arguments pesés, une sorte d’anti-Musset-Pathay qui se distancie de celui-ci en paraphrasant de manière quelque peu satirique les sentiments qui avaient motivé son prédécesseur :

Il faut que les livres de Rousseau nous parlent en faveur de sa vie, et que, réciproquement, sa vie soit la garantie de ses livres, de sorte que nous puissions tous dire : Écoutons cet homme, car il est innocent du mal dont on l’accuse ; ne craignons pas de nous livrer aux sentiments que ses paroles nous inspirent, car ces sentiments étaient dans son cœur. Aussi faible que passionné, il fut rarement vertueux, il nous l’a dit lui-même ; mais il aima la vertu, il souffrit pour elle ; il y croyait donc. Que sa foi soit la nôtre ; la vertu n’est pas un vain mot ! (p. 6-7)

70Morin ouvre ainsi la voie à une réévaluation générale des sentiments et de la rhétorique, romantiques en somme, qui ont infusé et animé pendant toute une époque les travaux touchant à l’œuvre et à la philosophie de Rousseau. L’intérêt qu’on manifeste pour Rousseau devient moins partisan et moins lié à des enthousiasmes d’ordre essentiellement moral.

  • 51 Œuvres et correspondance inédites de J. J. Rousseau. Voir page 85, note 83.
  • 52 Les lettres 1, 5 et 6 seront publiées par Eugène Ritter en 1888 (DJJJ, p. 533).

71C’est grâce aux soins de Georges Streckeisen-Moultou, arrière-petit-fils de Paul Moultou, que de nouvelles recherches ont permis de mettre au jour un certain nombre de pièces nouvelles, qu’il a publiées en deux temps. Vinrent d’abord, tirées, selon lui, des archives familiales, les Œuvres et correspondance inédites de J. J. Rousseau51. L’introduction de l’éditeur n’a rien de plus intéressant que l’éloge de son aïeul. Les inédits par contre sont significatifs, comprenant, outre 63 lettres, le Projet de constitution pour la Corse, le Traité de sphère, Les Amours de Claire et de Marcellin, un fragment biographique, De l’art de jouir, le « Discours pour introduire la lecture des Confessions », et les lettres 2, 3 et 4 des Lettres morales52.

  • 53 On en compte 64 de Moultou, 4 de Jacob Vernes, 50 d’Alexandre Deleyre, 1 de Voltaire, 4 de D’Alemb (...)

72Ensuite, en puisant cette fois dans les collections de la bibliothèque de Neuchâtel, Streckeisen-Moultou complète les lettres connues de Rousseau par 700 nouvelles lettres qui lui étaient adressées53. Léguées par Du Peyrou à cette bibliothèque, elles paraissent sous le titre de Jean-Jacques Rousseau, ses amis et ses ennemis (Paris, Michel Lévy frères, 1865, 2 volumes). Streckeisen-Moultou les organise par chapitres selon le correspondant, mettant ensemble les « Philosophes et gens de lettres ».

73On perçoit l’intérêt de beaucoup de ces lettres, dont Jules Levallois, ancien secrétaire de Sainte-Beuve, tient dans son introduction de 50 pages à dégager toute la valeur affective. Pour Levallois, plus ressemblant en cela à Musset-Pathay qu’à Morin, ces lettres qu’avait gardées Rousseau comme dossier pour sa justification et celle des Confessions, nous permettent « de compléter et de contrôler Les Confessions, Les Rêveries du promeneur solitaire et la Correspondance », et ainsi, « grâce à ces lettres, nous pouvons maintenant nous montrer pleinement équitables envers l’homme qui a le moins connu, le moins éprouvé la justice de ses semblables » (t.I, p. v). Adoptant toujours la posture de défenseur de Rousseau le persécuté, Levallois donne entièrement raison à Rousseau en particulier contre Diderot : « Diderot excité, aiguillonné par Grimm, obéit, à son insu peut-être, mais obéit assurément à un mobile honteux, la jalousie » (p. xii). Dans une longue parenthèse sur cette jalousie de Diderot – et sur la jalousie en général – il parle, dans son enthousiasme, comme si à la longue Diderot et son Encyclopédie étaient désormais parfaitement éclipsés par Rousseau :

[Q]ui la lit maintenant, qui la parcourt, qui seulement la connaît ? Elle dort, elle moisit au fond de quelques vieux châteaux de province, tandis que les livres de Rousseau, sans cesse réimprimés, réédités, continuent d’instruire, de passionner, de moraliser la foule. (p. xv)

74Belle revanche, si l’Encyclopédie était réellement ensevelie à tout jamais sous la poussière.

  • 54 Voir aussi p. xxix-xxxii.

75Levallois reprend à son compte, de même que Musset-Pathay, le vieil acte d’accusation contre Thérèse : si Rousseau a commis des inconséquences, il n’y a qu’à accuser « le caractère méprisable, la grossièreté native, la stupidité bavarde, cupide et maligne, de la créature qu’il daignait appeler sa compagne » (t.I, p. xvi)54. Autre faiblesse, Rousseau ne savait pas ménager ses patrons, en l’occurrence Conti et Mme de Luxembourg :

On sent qu’ils ont affaire à l’individu le plus difficultueux, le plus hérissé, le plus en garde contre toute bienveillance, dans la crainte de la payer par une complaisance. Ce sont des négociations interminables, des précautions, oratoires, des détours diplomatiques, des habiletés, des instances, des excuses, pour lui faire accepter du beurre, des poulardes ou du gibier. (p. xviii)

76Bref, Rousseau s’est comporté de façon bizarre et peut-être quelque fois butée, mais regardez comment les uns et les autres le tourmentaient pour obtenir ce qu’ils voulaient de lui. C’est comme si, même avant de quitter Paris en 1762, il était harcelé sans cesse et surtout par ses protecteurs ; son exil, c’est un véritable chemin de croix (exclamations et soupirs à l’appui) :

Môtiers-Travers ! Wootton ! Trie-le-Château ! Nous avons encore à parcourir ces stations de la voie douloureuse ; nous avons à étudier attentivement les derniers actes connus du long drame intérieur qui, avant d’avoir son dénouement dans une mort dont, jusqu’à présent, rien n’a éclairci le mystère, aboutit à la plus étrange et à la plus navrante des folies. (p. xxiv)

77L’espoir de Levallois est que ce nouveau recueil contribuera « à ramener sur ce sujet l’opinion publique à une manière de voir moins exclusive, plus tolérante, plus impartiale » (p. xxxvi). Plus impartiale : c’est-à-dire en donnant gain de cause à Rousseau.

  • 55 Le gouvernement de Napoléon III avait fait saisir son Histoire de Saint-Just (1859) et menacer son (...)

78Des polémiques virulentes refont surface de temps à autre, liées chaque fois, au moins en partie, à des remous ou mouvements politiques qui resituent l’auteur dans des contextes toujours nouveaux et qu’il n’aurait jamais pu anticiper. Ainsi, Ernest Hamel, partisan du legs de la Révolution55 lance sous le Second Empire son plaidoyer passionné intitulé : La Statue de J.-J. Rousseau (Paris, Achille Faure, 1868). Le ton est donné par les premières phrases de la préface :

Il y a quelques mois, j’ai eu l’occasion de défendre, dans une assemblée publique, la mémoire de Jean-Jacques Rousseau contre d’injustes attaques. C’était de ma part œuvre presque filiale, car je m’enorgueillis sincèrement d’être rangé au nombre des disciples de ce puissant génie, dont les écrits n’ont pas peu contribué à me faire embrasser la cause des vaincus et des déshérités.
Le succès a dépassé toutes mes espérances : des voix émues m’ont crié : Courage ! des mains amies ont pressé les miennes pour me remercier. Ce n’a pas été une médiocre satisfaction pour moi que d’avoir soulevé, par quelques paroles, tant d’applaudissements autour d’une mémoire illustre, et d’avoir senti battre tant de cœurs au frémissement du mien.
Non, la France n’est pas tout entière embourbée dans les soucis des intérêts matériels, comme le croient de nobles esprits trop prompts à se décourager ; non, le foyer de son enthousiasme n’est pas éteint ; non, sa passion pour l’humanité n’est pas morte. Je n’en veux pour témoin que les acclamations dont elle accompagne ceux qui lui parlent le fier langage de la justice et de la liberté proscrites. (p. v-vi)

79Pour l’essentiel c’est une vie de Rousseau, mais vie à l’envers, commandée par son orientation idéologique : le premier chapitre – sur la statue votée par la Convention mais jamais érigée à la gloire de Rousseau – s’appelle en effet : « Jean-Jacques Rousseau et la Révolution française », et le second : « Les ennemis et les calomniateurs de Jean-Jacques Rousseau ». Sous le Second Empire, l’anti-rousseauisme serait la marque des réactionnaires, une répudiation des idéaux de la Révolution :

Quand il révéla au monde étonné les vérités immortelles que la Révolution française devait se charger de réaliser, au moins en partie, nombre de personnes applaudirent, croyant applaudir à de purs paradoxes ; mais lorsqu’elles virent passer du domaine de la spéculation dans celui de la pratique ces théories dont la nouveauté et la hardiesse les avaient tout d’abord émerveillées, elles ne manquèrent pas de crier au scandale, et leurs exclamations d’enthousiasme se changèrent en cris de fureur. C’est ainsi qu’aujourd’hui encore Jean-Jacques Rousseau n’a pas de calomniateurs plus ardents, plus intrépides que les représentants, plus ou moins sincères, de l’ancien régime, que les vétérans de la réaction, tout confits en dévotion comme Tartuffe, et qui, pour le triomphe des vieux abus et des vieilles idées qu’ils ont pris sous leur garde, mettraient l’univers à feu et à sang. (p. 355-356)

  • 56 Voir A. Schinz, État présent…, p. 35-36.

80Albert Schinz décrit une attaque violente venue d’un autre côté, c’est J.-J. Rousseau et le siècle philosophique de L. Ignace Moreau (Paris, Palmé, 1870)56, qui aurait traité Rousseau de charlatan.

  • 57 Voir M. Delon, « 1878 : un centenaire ou deux ? », Annales historiques de la Révolution française, (...)
  • 58 Voir A. Schinz, État présent…, p. 37.

81Le centenaire de la mort de Rousseau en 1878, malgré certaines commémorations57, ne s’accompagne d’aucune édition nouvelle de ses œuvres complètes. Comme c’est également le centenaire de celle de Voltaire, Charles Barthélemy publie un Voltaire et Jean-Jacques Rousseau jugés l’un par l’autre (Paris, Blériot, 1878)58 où il oppose, de manière parfaitement conventionnelle et même banale, « l’éloquence de Rousseau » à « l’esprit de Voltaire ». Quelques années après, c’est l’Étude sur l’état mental de J. J. Rousseau et sa mort à Ermenonville, d’Alfred Bougeault (Paris, E. Plon, 1883) qui tire les études rousseauistes, de façon plus moderne si l’on veut, du côté de l’analyse pathologique.

  • 59 Cette qualification ne peut être qu’un reproche implicite à Saint-Marc Girardin, auteur de Jean-Ja (...)

82Enfin, un travail sérieux et patiemment documenté, selon l’auteur la première vraie biographie59 de Rousseau : La Vie et les œuvres de Jean-Jacques Rousseau de Henri Beaudouin (Paris, Lamulle et Poisson, 1891, 2 volumes). Pour lui, Rousseau n’est ni héros ni malfaiteur, et pourtant son influence, souvent néfaste, est encore partout présente, surtout dans les domaines politique et religieux :

Aujourd’hui, Rousseau n’est plus, comme il a été pendant quelques années, un oracle dont on révère toutes les paroles, un fétiche devant qui l’on se prosterne ; mais si l’on ne jure plus par son autorité, on continue à l’honorer comme un des pères de la société moderne, et trop souvent, on adopte, après examen et en les modifiant plus ou moins, ses utopies et ses erreurs. (t.II, p. 604)

  • 60 Mémoires de Mme d’Épinay, P. Boiteau éd., Paris, G. Charpentier, [1865], 2 volumes.

83À la différence de beaucoup de polémistes, Beaudouin ne vise pas trophaut, ne cherche pas à abattre Voltaire et Rousseau de la même balle ou même à les comparer, mais en revanche il ne réprime guère ses préjugés, par exemple en écrivant avec un double sarcasme : « Walpole, qui avait d’autant plus de mépris pour les philosophes qu’il avait souvent occasion de les voir dans les salons de Paris, avait une antipathie spéciale pour Rousseau » (t.II, p. 388). Mais une particularité intéressante de sa critique, c’est la manière dont il contredit Rousseau souvent à l’aide des Mémoires de Madame d’Épinay qu’il cite dans l’édition de Paul Boiteau60, ne sachant apparemment pas encore qu’il s’agit d’un texte sous un titre trompeur :

Nous avons déjà dit que les Confessions ont parfois besoin d’être contrôlées. Or, sur cette période de la vie de Rousseau [à l’Ermitage], il se trouve précisément qu’on possède un document qui les égale presque en importance, ce sont les Mémoires de Mme d’Épinay. Ces deux ouvrages sont loin d’être toujours d’accord ; peut-être pourtant présentent-ils moins de contradictions qu’il n’a semblé à Saint-Marc Girardin. Malheureusement ni l’un ni l’autre ne s’astreignent aux dates, ni même à l’ordre bien exact des événements. Quoi qu’il en soit, souvent nous pourrons les éclairer l’un par l’autre ; mais parfois aussi leurs assertions contraires seront pour l’historien une cause d’embarras. Entre les deux, nous croyons pourtant que c’est le récit de Rousseau qui mérite la préférence. Ainsi la correspondance qu’il eut avec Mme d’Épinay en a fait la preuve sur les manuscrits, qui sont conservés à la bibliothèque de Neufchâtel. (t.I, p. 341)

84Or de ces prétendus mémoires d’Épinay, il sera de nouveau question au début du siècle suivant…

Notes

1 Rapporté par L’Étoile du 9 juin 1825 ; Gustave Charlier les cite (Mme d’Épinay et J.-J. Rousseau, Bruxelles, M. Weissenbruch, 1909, p. 20) d’après le Mémorial catholique, t.III, 1825, p. 270 et suiv. ; voir aussi A. Schinz, État présent des travaux sur J.-J. Rousseau, p. 14. Le même intervalle vit 12 éditions des œuvres de Voltaire pour un total de 31 600 exemplaires et 1 598 000 volumes.

2 J. Roussel, Jean-Jacques Rousseau en France après la Révolution, p. 429-430.

3 L. S. Mercier, Mon Bonnet de nuit, Lausanne, Jean-Pierre Heubach, 1785, t.IV, p. 19-23.

4 J. Roussel, ouvr. cité, p. 432.

5 Abbé Ganilh, Des abus de la liberté de la presse ou considérations sur la propagation des mauvais livres : sur l’impression des mauvais livres et notamment sur les nouvelles œuvres complètes de Voltaire et de Rousseau, Paris, 1826 ; cité par A. Schinz, ouvr. cité, p. 15. Voir aussi Claude Clausel de Montals, Questions importantes sur les nouvelles éditions des œuvres complètes de Voltaire et de J.-J. Rousseau, Paris, Adrien Égron, 1817, et Étienne de Boulogne, Instruction pastorale de Mgr l’évêque de Troyes sur l’impression des mauvais livres, et notamment sur les nouvelles Œuvres complètes de Voltaire et de Rousseau, Paris, Adrien Le Clere, 1821.

6 R. de Sevelinges, « Rousseau », Biographie universelle, t.39, Paris, Michaud, 1825, p. 126-150. « M. de Sevelinges, à l’exemple de tous les calomniateurs de Rousseau, termine sa diatribe par des éloges dérisoires », remarque G. H. Morin (Essai sur la vie et le caractère de J.-J. Rousseau, p. 480).

7 « Ouvrage inédit, imprimé sur le manuscrit autographe de l’auteur », Paris, Fournier-Favreux, 1826.

8 Œuvres complètes de J.-J. Rousseau, Paris, A. Belin, 1817, « Avertissement des éditeurs », p. viii-ix.

9 Lettres originales de J.-J. Rousseau, à Mme de..., à Mme la maréchale de Luxembourg, à M. de Malesherbes, à D’Alembert, etc. [71 lettres], Charles Pougens éd., Paris, Charles Pougens, 1798 ; Correspondance originale et inédite de J.-J. Rousseau avec Mme La Tour de Franqueville et M. du Peyrou [251 lettres], Paris, Giguet et Michaud, 1803, 2 volumes.

10 En fait, neuf seulement, selon l’index donné par la CC (t.LI, p. 37).

11 R. A. Leigh, Unsolved Problems…, p. 134.

12 Mémoires et correspondance de Madame d’Épinay, où elle donne des détails sur ses liaisons avec Duclos, J.-J. Rousseau, Grimm, Diderot, le Baron d’Holbach, Saint- Lambert, Mme d’Houdetot, et autres personnages célèbres du dix-huitième siècle, Paris, Brunet, 1818, 3 volumes. Les variantes et le texte même de certaines lettres, qui n’étaient attestées que par ces faux mémoires, ont posé de graves problèmes de méthode pour l’éditeur de la Correspondance complète : voir R. A. Leigh, « Note sur l’ Histoire de Madame de Montbrillant et les Pseudo-mémoires de Madame d’Épinay », CC, t.III, p. xxv-xxix. Force est de constater que ces prétendus mémoires ont été rebaptisés par des éditeurs plus récents, avec aussi peu de scrupule, Pseudo-mémoires (Histoire de madame de Montbrillant : les pseudo-mémoires de Madame d’Épinay, Georges Roth éd., Paris, Gallimard, 1951, 3 vol.) et Contre-confessions (Les Contre-confessions : Histoire de Madame de Montbrillant, Élisabeth Badinter éd., Paris, Mercure de France, 1989).

13 Sainte-Beuve, Causeries du lundi, Paris, Garnier Frères, 1852, t.II, 10 juin 1850, p. 146.

14 Voir J. Roussel, ouvr. cité, p. 450.

15 G. Charlier, Mme d’Épinay et J.-J. Rousseau, p. 6.

16 Musset-Pathay, Histoire de la vie et des ouvrages de J.-Jacques Rousseau, 1821, t.II, p. 78-79.

17 Le projet de Mme d’Épinay avait été, sur le modèle de Julie, d’écrire « une sorte de roman qui fût l’histoire de sa propre vie » (Sainte-Beuve, Causeries du lundi, édition citée, 10 juin 1850, p. 146-147).

18 L’édition des Confessions de Bernard Gagnebin et Marcel Raymond (OC I) cite d’Épinay plusieurs fois en note, surtout au livre IX, pour permettre des comparaisons : voir par exemple p. 482, note 2.

19 Paris, Hachette, 1909, traduction par Georges Roth de Jean Jacques Rousseau : a New Criticism, Londres, Chapman and Hall, 1906.

20 G. Charlier, Madame d’Épinay et J.-J. Rousseau, p. 10 et 18.

21 F. Macdonald, « Rousseau and his children », Jean Jacques Rousseau : a New Criticism, p. 139-181 ; l’argument est repris dans The Legend of Rousseau’s Children : a Reply to Some of My Critics, brochure tirée de la Humane Review, janvier 1909.

22 A. Schinz, État présent des travaux sur J.-J. Rousseau, p. 67.

23 Voir par exemple la conclusion de La Légende de Jean-Jacques Rousseau rectifiée, p. 275.

24 Didot l’Aîné avait imprimé en 1817 une édition des Œuvres de J. J. Rousseau, citoyen de Genève. Nouvelle édition ornée de vingt gravures (Paris, [Lefèvre et] Déterville, 18 volumes), un remaniement partiel de l’édition attribuée à Naigeon avec des gravures de Cochin et de Monsiau.

25 J. Roussel, ouvr. cité, p. 451. Les recueils de Louis Fauche-Borel en 1798 et de Louis Gabriel Michaud en 1803 avaient déjà été mis à contribution aussi dans l’édition de Belin (Paris, 1817).

26 Œuvres complètes de J. J. Rousseau, V. D. Musset-Pathay éd., Paris, P. Dupont, 1823-1824, 22 volumes, t.XIV, p. xxxi-xxxii.

27 V. D. Musset-Pathay, Histoire de la vie et des ouvrages de J.-J. Rousseau, composée de documents authentiques, et dont une partie est restée inconnue jusqu’à ce jour, Paris, 1822, 2 volumes.

28 Tendance tenace dans la critique d’inspiration romantique ; Jules Lemaître reprend en 1913 cette identification de l’amant de Julie : « Rousseau lui-même sous le nom de Saint-Preux » (Jean-Jacques Rousseau, Paris, Calmann-Lévy, [1913], p. 332).

29 V. D. Musset-Pathay, Histoire de la vie et des ouvrages, t.II, p. 352.

30 Ibid., t.I, p. 287.

31 Ibid., t.II, p. 355.

32 Œuvres complètes de J.-J. Rousseau avec des notes historiques, Paris, Lefèvre, 1819-1820.Lefèvre émettra une autre édition avec l’annotation de Petitain en 1839, mais en 8 volumes seulement, peut-être la même qu’on retrouvera en 1895 chez le même éditeur, toujours avec les notes de Petitain…

33 C’était, rappelle-t-il, la raison d’être des 5 volumes in-4 o (7 volumes in-8 o) que Du Peyrou avait édités à Neufchâtel en 1790 pour remplacer ceux qui avaient été faits à son insu.

34 Œuvres complètes de J. J. Rousseau, Villenave et Depping éd., Paris, A. Belin, 1817, 8 volumes in-8°.

35 Adrien Beuchot, « Petitain », Biographie universelle, t.XXXIII, 1823, p. 502-503.

36 Œuvres complètes de J. J. Rousseau, Musset-Pathay éd., t.XXII, p. 424-425.

37 Paris, E. A. Lequien, 1820-1823, 21 volumes in-8 o ; une édition en 20 volumes en 1827 sous les noms de Werdet et Lequien en est sans doute une réémission.

38 Œuvres complètes de J. J. Rousseau, mises dans un nouvel ordre, avec des notes historiques et des éclaircissements, Paris, P. Dupont, 1823-1824, 22 volumes + table générale et supplément de 2 volumes (certaines bibliothèques indiquent 25 volumes, ces derniers volumes ayant été numérotés par le relieur).

39 Sur la jeunesse romantique de Musset-Pathay et ses premiers écrits, voir J. Roussel, Jean-Jacques Rousseau en France après la Révolution, p. 454-467.

40 Archives littéraires de l’Europe, t.II, 1804, p. 206-208 : voir OC IV, p. clxiii ; Musset-Pathay cite la source, sans en nommer l’auteur.

41 Grimm, raconte Meister, « se lia de la manière la plus intime avec Diderot à qui dans la suite il eut le bonheur de rendre de grands services ; avec J. J. Rousseau dont il supporta les bizarreries plus longtemps qu’aucun autre de ses amis, mais qui se laissant aller à la susceptibilité de son caractère, irrité encore par des jalousies et des tracasseries de femmes, n’en devint pas moins son plus mortel ennemi, avec Duclos, D’Alembert, le baron d’Holbach et tout le parti des encyclopédistes » (Jacob Henri Meister, Mélanges de philosophie, de morale et de littérature, Genève - Paris, J. J. Paschoud, 1822, t.II, p. 87).

42 G. H. Morin, Essai…, p. 1-2.

43 Se réclamant du Voltaire qui aurait volontiers vu des éditions épurées et corrigées de Corneille, Molière… (Lettres philosophiques, lettre XIV), Naigeon se lamentait de même, en éditant Diderot en 1798, du précédent qui l’obligeait à donner la « Préface » de La Religieuse : « Les lettres suivantes ne se trouvent point dans le manuscrit autographe de La Religieuse, et je les aurais certainement retranchées si j’avais été le premier éditeur de ce roman. » Il en profite pour qualifier de ridicule un public qui réclame « indistinctement tout ce qu’un auteur célèbre a écrit », ajoutant que si cela dépendait de lui, il aurait réduit Jacques le fataliste à cent pages et supprimé dans La Religieuse « la peinture, très fidèle sans doute, mais aussi très dégoûtante des amours infâmes de la supérieure » (avertissement de la « Préface » de La Religieuse, texte de l’édition de 1821-1834, Paris, J. L. J. Brière, t.VII, p. 261-265).

44 Joseph Michel Antoine Servan (1737-1807), ancien avocat général du parlement de Grenoble, auteur des « Éclaircissements sur la vie et les écrits de Jean-Jacques Rousseau », parus dans plusieurs numéros du Journal encyclopédique entre février et mai 1783 (t.I, p. 453-465 ; t.II, p. 58-81, 272-287, 453-472 ; t.III, p. 82-94 et 288-298) et réunis dans un livre intitulé : Réflexions sur les « Confessions » de J.-J. Rousseau, sur le caractère et le génie de cet écrivain […], Paris, 1783.

45 Voir Jean François de La Harpe, « De J. J. Rousseau », Mercure de France, 5 octobre 1778(p. 7-28), repris sous le titre de « Réflexions sur J. J. Rousseau et ses ouvrages » dans Le Lycée, ou cours de littérature, 1798-1804, 18 volumes, t.XVI, p. 333 et suiv.

46 G. H. Morin, Essai…, p. 481.

47 M. Lyons, « Les best-sellers », Histoire de l’édition française, t.III, p. 369-379.

48 Ces planches sont reprises dans une édition sans autre distinction en 1856, Œuvres complètes de J.-J. Rousseau réimprimées d’après les meilleurs textes, sous la direction de Louis Barré (Paris, J. Bry aîné, 12 volumes).

49 A. Schinz, État présent…, p. 28.

50 Un auteur en quête d’éditeurs ? p. 381.

51 Œuvres et correspondance inédites de J. J. Rousseau. Voir page 85, note 83.

52 Les lettres 1, 5 et 6 seront publiées par Eugène Ritter en 1888 (DJJJ, p. 533).

53 On en compte 64 de Moultou, 4 de Jacob Vernes, 50 d’Alexandre Deleyre, 1 de Voltaire, 4 de D’Alembert, 6 de Diderot, 3 de Chamfort, 20 de Duclos, 3 de Ruhlière ; 1 chacun de Condillac, Mably, Morellet, Fréron, La Popelinière, Buffon, Necker, Grimm ; 5 de Théodore Tronchin ; 11de Mme d’Épinay, 2 de M. d’Épinay ; 39 de Sophie d’Houdetot, 5 de Saint-Lambert (l’amant de la précédente) ; 3 du comte de Tressan ; 38 de la maréchale de Luxembourg, 46 du maréchal de Luxembourg, 18 de La Roche (homme de confiance de Mme de Luxembourg) ; 3 de Mme de Montmorency, 22 du prince de Conti, 24 de Mme de Boufflers, 86 de Milord Maréchal (George Keith), 38 du duc de Wirtemberg, 2 du comte de Zinzendorff, 18 de Mme de Chenonceaux, 2 de Dupin de Francueil, 16 de David Hume, 13 de Mme de Créqui, 2 de Dussaulx, 25 de Mirabeau, 19 de Malesherbes, et près de 70 lettres d’autres personnes.

54 Voir aussi p. xxix-xxxii.

55 Le gouvernement de Napoléon III avait fait saisir son Histoire de Saint-Just (1859) et menacer son Histoire de Robespierre (1865).

56 Voir A. Schinz, État présent…, p. 35-36.

57 Voir M. Delon, « 1878 : un centenaire ou deux ? », Annales historiques de la Révolution française, no 234 (1978), p. 641-663.

58 Voir A. Schinz, État présent…, p. 37.

59 Cette qualification ne peut être qu’un reproche implicite à Saint-Marc Girardin, auteur de Jean-Jacques Rousseau, sa vie et ses ouvrages, Paris, Charpentier, 1875, 2 volumes.

60 Mémoires de Mme d’Épinay, P. Boiteau éd., Paris, G. Charpentier, [1865], 2 volumes.

Table des illustrations

Titre Tableau 8. L’édition Belin (1817).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1981/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 889k
Titre Tableau 9. L’édition de veuve Perronneau.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1981/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende 7. Musset-Pathay, Histoire de la vie et des ouvrages de J.-J. Rousseau. Paris, Pélicier et al., 1821, t.I.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1981/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 257k
Légende 8. Édition Musset-Pathay des Œuvres complètes de J. J. Rousseau. Paris, P. Dupont, 1823, t.I.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1981/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Tableau 10. Édition Dupont (Musset-Pathay), 1823-1824.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1981/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Tableau 11. Œuvres de Rousseau parmi les best-sellers, 1816-1840.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1981/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Légende 9. Œuvres complètes de J. J. Rousseau. Paris, Alexandre Houssiaux, 1852, t.I.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1981/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Légende 10. Johannot/Rével, La Confiance des belles âmes. Paris, Alexandre Houssiaux, 1852, t. II.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1981/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Titre Tableau 12. Plan général des éditions Hachette.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1981/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 522k

© ENS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search