Version classiqueVersion mobile

Éditer Rousseau

 | 
Philip Stewart

Première partie. Rousseau, l’homme de ses livres Vitam impendere libro ?

Chapitre IV. La consécration révolutionnaire (1788-1801)

Texte intégral

1La publication des Confessions et la controverse qu’elle provoquait attiraient une nouvelle attention sur Rousseau juste au moment où un séisme politique créait les conditions pour faire de lui un ancêtre et un phare. On a vu déjà plusieurs exemples d’un type de discours solennel tendant à le traiter de saint et martyr : saint laïque, soit, mais tous les signes de la vraie sainteté sont là hormis les miracles. Si Rousseau n’est pas un parangon de vertu – « ce n’est pas un homme vertueux », affirme même le Français de Rousseau juge de Jean-Jacques (RJJJ, p. 183) –, il est plus que cela, il symbolise la vertu et l’inspire à d’autres ; malheureux apôtre de la vérité, il n’a voulu que notre salut. Comme Julie est la martyre de l’amour maternel (OC II, p. 717), Rousseau est celui de l’amour de l’homme. Aujourd’hui, on se donnerait à moins pour Jésus. Mais le sacrifice de Jean-Jacques n’a rien de christique ; il souffre en vain si nous ne savons pas l’écouter. Il n’a pas fondé de culte mais il a des disciples qui évoquent ses mânes en termes extatiques ; Moultou et Du Peyrou ont beaucoup d’imitateurs, dont les plus fervents, pendant longtemps, voudront comme eux lui élever des monuments d’adulation et quelquefois même d’érudition.

2Une fois Rousseau disparu, la question des œuvres à éditer ne se pose plus de la même manière qu’auparavant, ne serait-ce que parce que, Les Rêveries étant en 1778 toujours sur le métier, la définition de tout l’œuvre aura continué d’évoluer jusqu’à la dernière minute. Les plans dressés depuis longtemps par Rousseau lui-même avaient bien été jusqu’à inclure ses « mémoires », mais ne prévoyaient pas douze livres de Confessions avec, par-dessus le marché, Rousseau juge de Jean-Jacques et Les Rêveries du promeneur solitaire. Si en effet, dans un premier temps, il a été question de les exclure, au moins dans l’esprit des trois partenaires de Genève, ce scrupule ne pouvait plus subsister longtemps.

3Rousseau n’avait jamais admis que des ouvrages qui n’étaient pas de lui soient mêlés à ses propres écrits. Boubers, qui n’avait aucune raison de se laisser déterminer par ce principe-là, avait déjà avec la Lettre à D’Alembert donné l’article Genève de l’Encyclopédie, l’« Extrait des registres de la vénérable compagnie des pasteurs et professeurs de l’Église et de l’Académie de Genève », et d’autres extraits et lettres rédigés par d’autres que Rousseau ; Fauche aussi avait imprimé un résumé de l’article Genève et le mandement de Christophe de Beaumont. Un compromis a permis à Du Peyrouet Moultou de ne pas mêler de tels textes complémentaires aux écrits du maître : c’était de reléguer ceux-là aux volumes du Supplément, de manière à ce que la Collection complète proprement dite ne soit pas altérée.

4Mais quand le moment arrive où les derniers dépositaires des volontés de Rousseau ont eux aussi quitté la scène, il n’y a plus de règle obligatoire. Alors que les imprimeurs d’éditions bon marché se bornent presque toujours, par parcimonie, aux écrits de Rousseau, ceux au contraire qui tiennent à fournir au lecteur tout ce dont il peut avoir besoin pour bien comprendre les controverses autour des différents ouvrages, y ajoutaient un ensemble variable d’autres documents qui souvent à leur tour devinrent plus ou moins canoniques, comme les réponses du roi de Pologne, de D’Alembert, et de Voltaire, le mandement de l’archevêque, le décret du parlement de Paris, et ainsi de suite. C’est une licence que personne ne peut interdire, mais que certains éditeurs, y compris ceux de la Pléiade, ne se sont pas octroyée.

L’édition de Mercier chez Poinçot

  • 1 « Nul doute que l’édition de Kehl des œuvres de Voltaire publiée à grand bruit par Beaumarchais de (...)
  • 2 Œuvres complètes de J. J. Rousseau, Paris, Poinçot, 1788-1793, 39 volumes in-8 o, t.I, p. 26. Clau (...)
  • 3 C’est la première édition à s’intituler Œuvres complètes. Les Œuvres complètes de J. J. Rousseau, (...)

5L’enthousiasme de Louis Sébastien Mercier n’était pas inconnu de Rousseau, qui dans Rousseau juge de Jean-Jacques attribue ironiquement à son L’An deux mille quatre cent quarante, publié en 1770, le mérite d’avoir consacré « tous ses écrits à la postérité, sans même excepter Narcisse, et sans qu’il en manque une seule ligne » (RJJJ, p. 86-87). Nulle surprise donc à ce que Mercier ait éprouvé l’envie à son tour, sans doute inspirée en particulier par l’édition Kehl de Voltaire qui se préparait en même temps1, d’« offrir à la mémoire de Rousseau un monument digne de lui, et fait pour durer plus longtemps que le marbre et l’airain »2, comme il le déclare dans l’introduction de l’édition qu’il procure de 1788 à 1793 avec, comme collaborateurs, l’abbé Gabriel Brizard, François de L’Aulnaye, et Pierre Le Tourneur. Elle est vendue par souscription sous le titre complet de : Œuvres complètes de J. J. Rousseau. Nouvelle édition, classée par ordre de matières, et ornées de quatre-vingt-dix gravures3 ; ses 43 planches d’après Gravelot, Moreau, Marillier, Monnet et d’autres sont glanées dans des éditions antérieures et finement regravées.

6L’ample introduction que Mercier place en tête de la collection souligne d’abord, comme l’avait fait Moultou, l’idée fort répandue que c’est essentiellement par le sentiment intime et non par l’intellect que Rousseau atteint son lecteur :

Nous n’analysons point le génie de ce grand homme, nous le sentons ; il laisse toujours dans l’âme une impression durable, soit lorsqu’il subjugue l’entendement par sa force supérieure, soit lorsqu’il séduit le cœur par ce prestige qui ne fut donné qu’à lui ; enfin lorsque, dans la discussion, il fait valoir les droits de la vérité, alors il anéantit jusqu’à la pensée de pouvoir lui résister. (t.I, p. 3)

7Tout l’ouvrage s’inscrit au service de cette expérience de possession mystique ou métaphysique, de cette transfiguration, qu’on la désire et la recherche ou qu’on la subisse comme une osmose bienfaisante. Les éditeurs non moins que l’auteur agissent par devoir envers l’humanité :

Pour remplir ce devoir, nous nous proposons de publier une nouvelle édition de tous les écrits qui sont sortis de sa plume, et dont plusieurs n’ont jamais paru avec un ordre que jusqu’à présent on n’a point observé. C’est avec raison que l’on s’est plaint du mélange confus qui règne, même dans les dernières éditions. Voulant éviter un défaut si choquant, et quelquefois si nuisible, nous avons rassemblé avec soin, sous un même point de vue, les ouvrages marqués du même caractère. Le génie de l’auteur ayant employé des couleurs différentes, mais toujours analogues aux objets divers qu’il a traités, il était essentiel de réunir les ouvrages qui ont entre eux une connexion frappante ; c’est ce qu’on n’avait point fait, et ce que nous ferons ; ainsi le morceau sur l’Économie politique, le Contrat social et les Lettres de la montagne seront intimement liés avec toutes les pièces relatives à la fameuse affaire de Genève. (p. 26-27)

  • 4 Sans doute ne faut-il pas interpréter trop sévèrement l’expression de Rousseau « sans même excepte (...)

8Mercier pèse ses mots, dont plusieurs sont capitaux pour désigner les ambitions de son entreprise. Si on promet « une nouvelle édition de tous les écrits qui sont sortis de sa plume », c’est évidemment pour reprocher à ses prédécesseurs, et en particulier à Du Peyrou et ses associés, de s’être trop souvent contentés de reproduire des textes qui sont déjà pour ainsi dire (du moins en termes pratiques, et non en droit) dans le domaine public. Mais ce principe interdit en même temps toute sélection4. Mercier y reviendra plus loin :

  • 5 Romance : « Une sorte de poésie en petits vers, contenant quelque ancienne histoire » (Académie, 1 (...)

Il y aurait une sorte d’inconséquence à ne pas recueillir dans une édition complète de ses œuvres, ses romances5, cette partie précieuse de ses productions dans un art qui a fait une des grandes consolations de sa vie, et dont la partie mécanique a été une des ressources de sa pauvreté. Elles n’ont été publiées dans aucune édition. (p. 54-55)

  • 6 Voir F. S. Eigeldinger, « Montmollin », DJJR, p. 614-616.

9L’originalité d’un classement par « ouvrages marqués du même caractère » afin d’éviter tout soupçon de « mélange confus » est discutable. Mercier tient à inclure aussi les polémiques associées à chaque œuvre pour mieux faire ressortir que « c’est en lui répondant qu’on désespérait de pouvoir lui répondre, en voyant de plus près son accablante supériorité » (p. 30). C’est par là qu’il est peut-être plus capable qu’ailleurs d’étoffer le « corpus » : le tome XXVII par exemple comprend les dossiers Monmollin6 et Hume, et le tome XXVIII, qui s’intitule avec quelque emphase : « Pièces diverses relatives aux calomnies publiées contre Rousseau et aux persécutions qu’a essuyées ce grand homme », paraît ne rien contenir, pas plus que le tome XXVII, qui soit de Rousseau. On est loin de l’auteur qui tenait à écarter toute production étrangère à lui, loin déjà aussi de l’éditeur-ami de Rousseau pour qui les intentions de l’auteur sont censées être le dernier mot.

10Si les éditeurs se permettent d’intervenir librement sur le plan biographique, avec l’idée de mieux éclairer le lecteur sur toutes les circonstances, explique encore Mercier, Rousseau est au-dessus d’un commentaire suivi de leur part :

Notre travail se bornera donc à donner un nouvel ordre aux écrits de Rousseau, à semer quelque notices pour mettre le lecteur dans le véritable point de vue, pour indiquer quelque rapprochement d’idées, pour faire sentir dans tel écrit le germe de tel autre, et lier par ce moyen les ouvrages de l’auteur : nous y joindrons les réflexions que sa lecture et le sentiment nous ont inspirées, et les anecdotes que nous pourrons réunir à celles que nous possédons déjà. (p. 50)

11C’est s’autoriser à effectuer un travail assez personnel, à confondre, en quelque sorte, la réputation de l’auteur et celle du lecteur-éditeur fin et savant.

  • 7 Il a fait notamment les grandes planches de Monument du costume (1789) avec textes de Restif de la (...)

12Mercier insiste beaucoup sur l’attrait artistique d’une édition qui implicitement n’aura de rivale sur ce plan que celle de Boubers : typographie de Didot l’aîné, impression de la veuve Valade, 90 estampes d’après Jean-Michel Moreau et Jean-Jacques Le Barbier sous la direction de Nicolas Ponce, graveur ordinaire du cabinet du comte d’Artois. Détail intéressant, il annonce l’intention d’« y faire les changements que les variations du costume français ont rendu[s] indispensables », autrement dit de rhabiller les personnages au goût du jour, spécialité de Moreau le Jeune7. Une autre particularité de cette édition est la façon originale dont Clément Marillier propose de composer les frontispices :

M. Marillier s’est chargé de la composition des cinquante-deux dessins ; cet ingénieux artiste se propose de représenter dans des frontispices ornés de médaillons qui seront placés au commencement de chaque volume les sujets les plus intéressants que le texte de ces mêmes volumes pourra lui fournir ; il y joindra aussi les portraits des principaux personnages qui ont eu des discussions avec Rousseau : on n’oubliera pas celui de ce grand écrivain, exécuté d’après le tableau le plus ressemblant. Le surplus des dessins retracera les sujets principaux contenus dans l’ouvrage. (p. 53-54)

13L’emploi de médaillons libère l’artiste de la contrainte de choisir un sujet de frontispice, lui permettant au contraire de résumer les grandes scènes du volume grâce à une série d’images dont chacune peut être dotée d’une légende. Comme ces médaillons sont très petits, cette méthode est naturellement réservée aux grands formats.

3. C. P. Marillier, frontispice du tome I de Julie, gravure de J. J. Habert. Paris, Poinçot, 1788.

4. C. P. Marillier, frontispice du tome IV de Julie, gravure de A. C. Giraud. Paris, Poinçot, 1788.

  • 8 J.-C. Bonnet, art. cité, p. 122.

14Mercier tient en plus à détailler les raisons de la supériorité définitive, par rapport aux autres, de son édition, que le libraire Claude Poinçot appellera plus tard « l’édition la plus complète et la plus correcte »8 :

  • 9 C’est-à-dire la Collection complète de Boubers et l’édition contrefaite à Kehl (voir chap. 2, p. 6 (...)

Les dernières éditions faites à Genève, à Bruxelles et à Kell9, non seulement sont tronquées, pleines d’omissions, mais elles offrent encore des répétitions sans nombre et souvent réitérées jusqu’à quatre fois ; la lettre de M. de Montmolin l’a été jusqu’à six : ce défaut choquant disparaîtra dans cette nouvelle édition, où l’on suit un plan qui fera rentrer chaque ouvrage dans sa classe, et qui ne permettra ni écart, ni double emploi. On a trouvé dans différentes éditions de J. J. Rousseau des pièces originales qu’on a oublié d’insérer dans les dernières ; nous serons très attentifs à les restituer dans celle que nous annonçons ; ce qui ne nuira point aux pièces non encore publiées que nous possédons, et qui ne laissent rien à désirer de tout ce qui est sorti de la plume de cet écrivain immortel. (p. 55-56)

15Quoi qu’ils en disent, les éditeurs ont repris tels quels nombre de passages portant la marque de leur source comme étant la Collection complète de Genève. Mais les usages de la Collection complète n’ont aucune force de loi chez Mercier, sa répartition des œuvres étant toute différente. Rousseau ici est par-dessus tout l’auteur de Julie, ou comme le disent tous les contemporains de Mercier de « La Nouvelle Héloïse ». Ils reproduisent l’« Avis des éditeurs sur le fragment qui suit » qui précédait Émile et Sophie (t.XIII, p. 235-240) ; le livre VII des Confessions est précédé du long « Discours préliminaire » de Du Peyrou daté de 1790 (t.XXIV, p. 111-131) ; plus surprenant encore, le tome XV s’ouvre sur l’« Avant-propos » et la « Dédicace aux mânes de Rousseau » de Du Peyrou qu’on a cités au chapitre précédent. Il faudrait une comparaison systématique pour établir le degré exact des emprunts et le véritable état des prétendues nouveautés.

  • 10 L. S. Mercier, Mon Bonnet de nuit, Neuchâtel, Poinçot, 1784, t.I, p. 308-317.
  • 11 Paris, Poinçot, 1789, BNF : Z-36415.

16Parmi les « pièces nouvelles » figurant au premier volume on trouve, en premier lieu, l’Introduction de Mercier (56 pages), le Voyage à Ermenonville de Le Tourneur « pour servir de préface » (p. 59-176), et des « Notes de J. J. Rousseau sur sa Nouvelle Héloïse » prises dans le manuscrit de la maréchale de Luxembourg : c’est une anthologie de passages relatifs à Julie tirés des Confessions. Non seulement le texte de Julie est taillé n’importe où pour tenir en quatre volumes (on ne sait si ce détail est le fait de Mercier ou de Poinçot), mais Mercier n’hésite pas à y mettre du sien : des « Notes de J. J. Rousseau » qui ne sont qu’une compilation d’extraits des Confessions ; une anthologie d’« Écrits publiés à l’occasion de “La Nouvelle Héloïse” », à savoir des « résumés de petites satires éphémères oubliées dès leur naissance, mais qui s’attachent aux bons écrits comme les chenilles aux beaux fruits » (t.IV, p. 484) ; enfin l’entièrement apocryphe « Dernière lettre du roman de Julie : Saint Preux à Wolmar, après la mort de Julie », d’ailleurs précédemment publiée dans Mon Bonnet de nuit10, dont l’auteur n’est autre que Mercier lui-même. Il insère ensuite (tomes V-VI), on ne sait pour quelle raison, les Lettres élémentaires sur la botanique, que virtuellement tous les autres éditeurs mettent à la fin ou presque ; cette belle présentation est complétée par 24 lettres familières sur la méthode de Linné (faites pour servir de suite aux 6 lettres de Rousseau) traduites de l’anglais de Thomas Martyn sous le fort mince prétexte que « [l]’auteur de ces lettres a suivi de très près la marche de Rousseau, et le traducteur n’a rien négligé pour en rendre le véritable sens » (t.V, p. 5). Elles sont en outre complétées par un volume hors série d’illustrations intitulé : Recueil de plantes coloriées pour servir à l’intelligence des lettres élémentaires sur la botanique de J. J. Rousseau, qui comporte 41 très belles planches de Jean Aubry coloriées à la main11.

  • 12 Voir lettre à La Porte, CC 2593, 4 avril 1763.

17Cette fois les Lettres écrites de la montagne sont rangées dans les 3 tomes de politique. Les 5 livres d’Émile sont encore répartis en 4 volumes, le cinquième portant ce nom étant réservé en fait, après la Lettre à Christophe de Beaumont, aux documents complémentaires ou périphériques. Mercier continue à mêler dans les volumes successifs diverses sortes de textes, souvent un peu au hasard, comme ceux qui suivent Les Rêveries au tome XXVI. Rousseau serait d’ailleurs bien marri de voir conclure le tome XXII par Les Vingt-et-un Chapitres de la prophétie de Gabriel-Joanes-Nepomucenus-Franciscus-de Paula Waldstorch, dit Waldstoerchel, qu’il appelle sa vision, qui n’est autre que Le Petit Prophète de Böhmischbroda (1753) de Grimm, qu’il essayait depuis trente ans d’expurger de ses œuvres12. (Il est vrai qu’on l’indique comme « imprimé à Prague en Bohème par M. Grimm » : mais à quoi bon l’inclure ?) Tout un volume (tome XXVII) est voué à l’affaire Hume, Rousseau juge de Jean-Jacques est rangé dans les œuvres de philosophie, et le tome XXXVI, composé de « maximes » détachées, n’est qu’une reprise de la compilation que l’abbé de La Porte avait publiée en 1764 (voir chapitre 2). Les volumes datant de 1793 (de XXI à XXXVIII) se ressentent de la hâte avec laquelle ils ont dû être assemblés : il manque souvent une table des matières, la notion d’une ordonnance méthodique est abandonnée, écrits de Rousseau et documents accessoires s’entassant tant bien que mal…

Tableau 7. Les Œuvres complètes de Poinçot, 1788-1793.

Tableau 7. Les Œuvres complètes de Poinçot, 1788-1793.

18Le tome XXXVII est sans numéro de volume. La page de titre (gravée) du premier volume indique : Richomme, Recueil des œuvres de musique, tome 1 ; en face à gauche figure une gravure d’Emmanuel de Ghendt d’après Charles Monnet, avec la légende : « Les consolations des misères de ma vie ou Recueil de romances », ce dernier titre étant de l’invention du marquis de Girardin.

La décade Rousseau

  • 13 Voir les ouvrages de R. Barny, Rousseau dans la Révolution : le personnage de Jean-Jacques et les (...)

19Le renom de Rousseau atteint des proportions mythiques dans la décade révolutionnaire, l’intérêt se déplaçant maintenant massivement vers les écrits politiques, et surtout Du contrat social. Son culte est maintenant une passion nationale, presque un devoir ; il n’est pas jusqu’à Marie-Antoinette qui ne fasse des pèlerinages à Ermenonville… Mercier publie De J. J. Rousseau, considéré comme l’un des premiers auteurs de la Révolution (Paris, Buisson, 1791, 2 volumes). Certes son autoportrait comme grand incompris et martyr de la vérité dans Les Confessions continue à jouer son rôle dans l’apothéose qui culminera dans le transfert de ses restes au Panthéon en octobre 179413. Maintenant que l’affaire des Confessions II est réglée, on peut considérer que tous les écrits de Rousseau, ou à peu près tous, sont connus, et avec la suppression de la censure d’Ancien Régime ils sont, en réalité, tous passés dans le domaine public. Le modèle, bien entendu, aussi bien que la source immédiate de maint texte nouvellement édité continuent d’être la Collection complète dont souvent les libraires se réclament expressément. Ce pillage à droite et à gauche d’œuvres déjà sur le marché ne manque pas de produire non seulement un foisonnement d’éditions mais aussi des amalgames parfois curieux.

  • 14 J. Roussel, Jean-Jacques Rousseau en France après la Révolution, 1795-1830, p. 24-25.

20Divers manuscrits d’Émile, de Julie, du Contrat social sont offerts à la Convention ou saisies chez des condamnés ou émigrés. Thérèse Le Vasseur lui présente le manuscrit des Confessions, le 26 septembre 1794 ; Girardin donne aussi un morceau de musique et une « note sur les manuscrits de Rousseau »14. Le Comité d’instruction publique se voit offrir en guise de dation patriotique plusieurs manuscrits qui seront attestés par différents éditeurs comme la source directe de leurs collations améliorées de manuscrits.

21La signification même de l’édition Poinçot, déjà lancée dès 1788, se modifie profondément dès l’avènement de la Révolution : l’éditeur pense à bénéficier de sa bonne fortune, et l’édition change de figure. Claude Poinçot présente son « recueil » (c’est-à-dire la dernière livraison) à l’Assemblée nationale en l’associant à la gloire de Rousseau qui doit être consacrée par l’érection d’une statue, selon le décret du 21 décembre 1790 ; son tome X (1791) s’ouvre sur ledit décret et les paroles que Poinçot a prononcées à la barre :

  • 15 Extrait de La Feuille du soir du 15 avril 1791, imprimé dans l’édition Poinçot, t. X, p. 8-9 ; voi (...)

L’hommage que la nation française a rendu à l’auteur du Contrat social était digne d’elle et de lui. C’était aux régénérateurs de notre empire qu’appartenait le droit d’apprécier le génie de Rousseau. Le monument le plus durable de sa gloire sera sans doute celui qu’il s’est élevé lui-même par ses immortels ouvrages. Daignez, Messieurs, en agréer le recueil. Cette édition offre à la fois ce que plusieurs arts peuvent réunir de perfection pour perpétuer les écrits célèbres.
Les caractères de M. Didot, les dessins de MM. Moreau, Marillier et Barbier, les gravures d’artistes si renommés, lui méritent l’honneur d’être placée dans vos archives à côté des décrets bienfaisants et généreux qui ont rappelé l’homme à la dignité de son état, à la liberté et au bonheur.15

  • 16 Voir chap. 3, p. 102-103.

22L’éditeur s’efforce, en offrant ainsi les livraisons successives à l’Assemblée, de la voir couronnée en quelque sorte monument officiel à la gloire de Rousseau, un Rousseau héroïque qui est à la fois le héraut de la vertu et l’archétype du citoyen nouveau. Au tome XV (1791) on se retrouve soudain devant l’« Avant-propos » de la Collection complète et surtout la « Dédicace aux mânes de Rousseau » de Du Peyrou16 : qu’on imagine ce que ces apothéoses avaient gagné en force idéologique depuis 1782.

  • 17 Œuvres de J. J. Rousseau, citoyen de Genève, Paris, Defer de Maisonneuve, 1793 -an VII, 18 volumes (...)
  • 18 Il y en avait deux, un partiel (la copie personnelle ne comportant que les parties IV à VI) et le (...)

23Le temps est aux éditions-monuments. L’édition Poinçot de 17881793, pour être embellie malgré son modeste format, était garnie de 43 planches dont 30 imitées de l’édition Boubers. Mais du point de vue du luxe, elle est largement battue par Defer de Maisonneuve à Paris, qui s’empresse de répondre à la demande avec ses Œuvres de J. J. Rousseau, citoyen de Genève17 publiées en 18 grands in-quarto entre 1793 et 1800, édition « ornée de superbes figures d’après les tableaux et dessins de Cochin, Vincent, Regnault, et Monsiau », comme l’annonce la page de titre. Le frontispice représente l’image devenue instantanément classique : le tombeau du maître sur l’île des peupliers à Ermenonville. Cette édition suit un ordre qui ressemble à celui de la Collection complète, en commençant par la politique, Julie, et Émile, et en se terminant par les œuvres autobiographiques et la correspondance. Le tome III attire l’attention du lecteur sur le fait que Julie est « ornée de figures, et collationnée sur les manuscrits originaux de l’auteur déposés au comité d’instruction publique »18, façon d’ancrer l’entreprise dans l’actualité politique et de situer l’œuvre, comme l’auteur, parmi les biens nationaux.

t.I (sans indication de tomaison)
Politique : Discours sur l’inégalité, Lettre à Philopolis, Du contrat social
t.II (sans indication de tomaison)
« La Nouvelle Héloïse », tome I (3 premières parties)
t.III « La Nouvelle Héloïse », II (suite et fin), Les Amours de Bomston
t.IV-V Émile
t.VI-IX Mélanges
t.X-XI Dictionnaire de musique
t.XII-XIII Les Confessions
t.XIV Rousseau juge de Jean-Jacques
t.XV-XVII Correspondance
t. XVIII Les Rêveries du promeneur solitaire

24Les éditions qui suivent semblent présenter relativement peu d’intérêt, par exemple celle qui, « conforme à celle de Genève, 1782, et augmentée de quelques nouvelles pièces », paraît à Lyon en 1796. Il en existe une autre en 25 volumes, datés de 1796 à 1801 ; selon les catalogues ce serait une édition in-dix-huit, ce qui est normalement un très petit format.

25L’industrie du livre piraté est un mélange d’opportunisme, de bricolage et de savoir professionnel. On n’y entre pas, avec tous les hasards, risques, et promesses qu’elle comporte, sans de solides connaissances tant par rapport à l’imprimerie qu’au marché du livre. Un bon exemple de son fonctionnement nous est fourni par une édition anonyme (Lyon, 1796) qui est une contrefaçon de la version in-octavo de la Collection complète et qui s’avoue telle dans son sous-titre : Nouvelle édition conforme à celle de Genève, 1782, et augmentée de quelques nouvelles pièces. La majorité de ses 33 volumes ont en effet exactement les mêmes contenu et pagination que les volumes correspondants de l’édition de Genève : calque classique mais peu typique pour des œuvres complètes. Mais à partir du tome XX on a bousculé l’ordre pour faire ce qui était impossible à Genève en 1782, à savoir faire suivre immédiatement la première partie des Confessions par la seconde ; ainsi les tomes XXI à XXIII portent une page de titre séparée indiquant la suite des Confessions – mais portant également le nom de l’éditeur (ou d’un autre éditeur) : Lyon, J. S. Grabit, 1793. Comme l’édition imitée était expurgée, Les Confessions sont suivies d’une « Clef des noms indiqués par des lettres initiales dans les Confessions », qui fait 44 pages. Autre bévue significative : le tome XXIII, où est annoncé le cinquième volume des Confessions, contient en réalité la première partie de la correspondance, sans titre (171 lettres), et il faut attendre les tomes XXVI et XXVII pour la suite, car les éditeurs ont intercalé, dans les tomes XXIV et XXV, sous la rubrique de « Mémoires » (qui dans cette édition n’est pas utilisée pour Les Confessions), Rousseau juge de Jean-Jacques et Les Rêveries du promeneur solitaire. En faut-il plus pour illustrer ce qu’est une édition bigarrée ?

  • 19 Œuvres de J. J. Rousseau, citoyen de Genève, Paris, P. Didot l’Aîné, an IX - 1801, 20 volumes in-8 (...)

26Deux éditions in-octavo en 1801 ont un lien curieux, sortant toutes deux de l’imprimerie de Didot l’Aîné. La première est le travail de Naigeon, Fayolle, et Bancarel19, qui revendiquent longuement leur supériorité, insistant sur la qualité du texte qu’ils ont procuré œuvre par œuvre ; surtout ils vantent le choix des manuscrits sur lesquels ils ont collationné les textes dans tous les cas possibles afin de faire de leur édition la meilleure en date de toutes et le modèle à l’avenir :

En publiant cette nouvelle édition des Œuvres de J. J. Rousseau, nous croyons devoir rendre compte des efforts que nous avons faits pour qu’elle soit distinguée de toutes celles qui ont paru jusqu’ici, et qu’elle serve pour ainsi dire de type à celles que l’on pourra donner à l’avenir. C’est dans cette vue que nous n’avons épargné ni recherches, ni soins pour la rendre précieuse aux gens de lettres par l’extrême pureté du texte, altéré trop longtemps, et par les entraves que la censure mettait au génie de l’auteur à l’époque des premières éditions, et par la négligence de plusieurs éditeurs qui les ont renouvelées, sans égard pour la gloire d’un écrivain qui a tant illustré la littérature française.
Le Contrat social, et le Discours sur l’Origine de l’inégalité parmi les hommes, ont été imprimés sur un exemplaire corrigé de la main de l’auteur, et donné par lui au citoyen Romilly son compatriote, dont l’intime liaison avec Jean-Jacques est prouvée par divers passages de la Correspondance. L’Émile a été collationné avec le plus grand soin sur deux manuscrits autographes, entre autres sur celui qui a servi à la première édition de cet immortel ouvrage. Comme cette première édition a été imprimée sous les yeux de Rousseau, nous avons été extrêmement réservés dans nos corrections, à cause des changements qu’il avait sans doute faits lui-même en revoyant ses épreuves ; mais nous n’avons pas balancé à rétablir divers passages visiblement altérés, ou tout à fait supprimés, pour lesquels on avait exigé les cartons qu’on remarque dans les exemplaires de cette même édition, et dont l’auteur se plaint avec tant d’amertume dans ses Confessions.
Nous avons eu la même réserve pour la Nouvelle Héloïse, dont le texte a été aussi collationné sur deux manuscrits. Le premier avait été mis au net par l’auteur pour servir à l’impression de l’ouvrage ; et le second est celui qu’il avait fait avec tant de soins et de complaisance pour madame de Luxembourg. Quoiqu’ils diffèrent très peu, ils nous ont servi néanmoins à corriger quelques-unes de ces fautes légères qui échappent à l’attention la plus soutenue quand elle est partagée entre divers objets […]. (t.I, p. i-ii)

  • 20 Henri Coulet, « Note sur le texte », OC II, p. lxxiv.

27Les sources de Julie ici attestées, comme pour l’édition Defer de Maisonneuve qu’on vient d’évoquer, semblent désigner la copie Rey et celle de la maréchale de Luxembourg ; pourtant Henri Coulet, qui après Daniel Mornet a bien étudié la question, n’en est pas sûr : « Ces éditeurs ont-ils abusé le lecteur, ou se sont-ils abusés eux-mêmes ? » En tout cas ils ne semblent pas avoir tiré de cette confrontation grand-chose de significatif, même pas un texte beaucoup plus correct que les précédents20.

28Du reste, il y a fort peu de notes ou d’explications dans les différents volumes. Sans utiliser de rubriques systématiques, ils suivent à peu près l’ordre de la Collection complète. Les éditeurs s’efforcent pourtant de souligner les avantages qui en font une collection vraiment nouvelle, authentiquement intégrale, qui donc implicitement, à plusieurs égards, dépasse définitivement la Collection complète. Ainsi, assurent-ils, ils ont eu la possibilité à maintes reprises de corriger et rétablir des textes grâce à des comparaisons consciencieuses, en suppléant toutes les suppressions arbitraires dues aux éditeurs antérieurs, y compris Du Pérou :

Le texte des Confessions a été rétabli dans toute sa pureté d’après le manuscrit que Rousseau avait enveloppé et cacheté pour n’être ouvert qu’en 1801, mais que sa veuve vint offrir, dès 1793, à la Convention nationale, qui lui accorda un supplément de pension. On y remarquera plusieurs morceaux assez considérables, qui avaient été supprimés par les éditeurs de Londres et de Genève, à qui Jean-Jacques en avait confié des copies : on y lira les noms des personnes dont parle l’auteur, et que les mêmes éditeurs n’avaient indiquées que par abréviations. (p. ii-iii)

29Parmi leurs sources se trouvent certaines récemment découvertes, grâce non seulement aux sollicitations officielles mais aussi à des initiatives individuelles :

Le citoyen Clos […] nous a généreusement offert l’exemplaire des Lettres de la Montagne, qu’il tient de l’amitié de Jean-Jacques, et dans lequel on remarque plusieurs corrections de sa main, dont nous avons profité avec plaisir et reconnaissance. Nous avons ajouté à ce volume la Vision de Pierre de la Montagne, dont l’auteur parle dans ses Confessions.
Plusieurs morceaux inédits sont ajoutés au volume du Théâtre, où toutes les pièces se trouvent placées dans leur ordre chronologique.
Dans les volumes de Musique, on remarquera sans doute avec plaisir plusieurs pièces adoptées par les troupes françaises et qui paraissent pour la première fois d’après les manuscrits de Rousseau. Les 29 planches qui ornent ces volumes ont été réduites à la plume par Ch. Baron, l’un des plus habiles écrivains de nos jours, et gravées par Richomme avec une perfection inconnue jusqu’ici.
Le tome XVII de notre édition contient des Lettres à M. de Malesherbes, postérieures aux Confessions ; les Rêveries, la Botanique, avec des Lettres inédites sur cette science ; et une table des matières. (p. iii-iv)

5. Cochin, frontispice des Confessions, gravure de Trière. Paris, Defer de Maisonneuve, 1793.

6. Monsiau, Le Lévite d’Éphraïm, gravure de De Ghendt, Paris, Defer de Maisonneuve, 1793.

30Quant à la correspondance, « augmenténe de Lettres sur l’éducation, les sciences, et les arts, écrites par l’auteur à divers savants et à madame de Créqui », elle est « mise pour la première fois par ordre de dates ».La peine que se donnent les éditeurs pour préciser les matières qui étaient susceptibles d’amélioration ne peut manquer d’inspirer quelque confiance, mais dans ce contexte il faut toujours se méfier de ce qui se donne « pour la première fois ».

31Toutefois l’influence de cette édition pourtant solide a été, selon une remarque qu’on trouve dans une édition ultérieure, en somme limitée :

  • 21 Paris, A. Belin, 1817, avertissement, t.I, p. viii. Un remaniement partiel sortira encore de l’imp (...)

Au mérite d’une belle exécution typographique, cette édition joint celui d’avoir été imprimée en partie sur les manuscrits autographes de Rousseau, manuscrits dont quelques-uns étaient plus complets et plus corrects que ceux qui avaient servi aux éditeurs précédents. Mais cette édition, tirée à un trop petit nombre d’exemplaires, n’est pas d’un prix assez modique pour être très répandue dans le commerce de la librairie.21

  • 22 Il a sans doute contribué à la publication des œuvres d’Holbach et a édité notamment, dans le cont (...)
  • 23 François Joseph Fayolle (1774-1852), qui est connu surtout comme musicologue, n’a que 27 ans en 18 (...)
  • 24 Voir Frank A. et Serena L. Kafker, The Encyclopedists as Individuals, Oxford, Voltaire Foundation (...)

32La contribution relative des différents éditeurs reste d’ailleurs fort obscure. Jacques André Naigeon (1738-1810) est un grand disciple de Diderot et d’Holbach, riche d’expérience éditoriale22, ce qui tend à lui prêter le rôle principal dans cette édition, d’autant plus qu’on ne sait à peu près rien sur les compétences de Fayolle et Bancarel23. Mais c’est aussi un Naigeon en fin de carrière, que la nécessité24 a pu amener à se mettre au service d’un auteur dont il ne peut avoir été un très grand admirateur. Il ne s’en était pas caché en produisant les 15 volumes des Œuvres de Denis Diderot peu auparavant (Paris, Desray et Déterville, an VI -1798). En attendant de nouvelles études portant sur eux, on ne peut rien conclure. En tout cas, voici la façon dont l’édition est organisée :

t.I Discours, économie politique, paix perpétuelle et Polysynodie
t.II Du contrat social, Considérations sur le gouvernement de Pologne, lettres à M. Buttafoco sur la législation de la Corse
t.III-V La Nouvelle Héloïse
t.VI-VII Émile, Émile et Sophie
t.VIII Lettre à M. de Beaumont, Lettres écrites de la montagne
t.IX Lettre à D’Alembert, De l’imitation théâtrale, théâtre
t.X Dissertation sur la musique, Essai sur l’origine des langues, Lettres sur la musique française
t.XI-XII Dictionnaire de musique
t.XIII Mélanges
t.XIV-XV Les Confessions
t.XVI Rousseau juge de Jean-Jacques
t.XVII Lettres à Malesherbes, Les Rêveries, botanique
t.XVIII-XX Correspondance

33Cette répartition est assez classique sans être particulièrement systématique, vaguement chronologique tout en mélangeant dès le premier tome des ouvrages anciens avec de plus récents pour des raisons thématiques. En sept volumes on a les Discours, Julie, et Émile, la Lettre à D’Alembert étant réservée pour la section théâtre, puis musique, œuvres diverses, biographie et correspondance.

  • 25 Voir Paul Culot, Jean-Claude Bozerian : un moment de l’ornement de la reliure en France, Bruxelles (...)

34La même année 1801/ an IX, un octavo en 25 volumes richement illustrés (planches de Le Barbier, Marillier, Moreau et d’autres) sort de l’atelier parisien de Jean-Claude Bozerian. Celui-ci était principalement un relieur qui confiait l’impression de ses éditions de bibliophiles à Pierre Didot25. Il n’y eut que cent exemplaires numérotés, sur papier vélin. Cette édition porte le même « Avis » au tome I, à quelques remaniements près, que l’édition précédente ; les premiers volumes sont peut-être les mêmes que ceux qui sont signés Didot. Pour le reste, il est clair d’après les descriptifs en ligne que la répartition des œuvres volume par volume (dont seulement les douze premiers portent une date) n’est pas la même ; la notice de Belin qu’on vient de citer ne les confond pas.

35Le grand essor des éditions de Rousseau s’interrompt pour un temps. Napoléon s’inspirait peu du citoyen de Genève, et l’Empire cultivait bien d’autres symboles que la république des hommes libres. L’année 1815 marque bel et bien la fin d’une époque ; rien ne le montre mieux que le peu de temps qu’il a fallu pour qu’émerge une nouvelle génération d’éditions de l’auteur qui allait passer pour l’instigateur à la fois béni et maudit de la Révolution. Ou plus exactement, lui et Voltaire, drôles de jumeaux.

Notes

1 « Nul doute que l’édition de Kehl des œuvres de Voltaire publiée à grand bruit par Beaumarchais de 1785 à 1789 n’ait donné à Mercier l’idée d’offrir à Rousseau un monument équivalent » J.-C. Bonnet, « L.-S. Mercier et les “Œuvres complètes” de Jean-Jacques Rousseau », p. 112).

2 Œuvres complètes de J. J. Rousseau, Paris, Poinçot, 1788-1793, 39 volumes in-8 o, t.I, p. 26. Claude Poinçot, qui s’est installé à Paris en 1785, et son fils Claude- (ou Charles-) François, travaillent ensemble depuis 1790 Jean-Dominique Mellot et Élisabeth Queval, Répertoire d’imprimeurs/libraires (vers 1500 - vers 1810), Bibliothèque nationale de France, n° 1531).

3 C’est la première édition à s’intituler Œuvres complètes. Les Œuvres complètes de J. J. Rousseau, citoyen de Genève, nouvelle édition, Paris, Belin, Caille, Grégoire, Volland, 1793, 37 volumes in-12, paraissent être une nouvelle version de cette édition.

4 Sans doute ne faut-il pas interpréter trop sévèrement l’expression de Rousseau « sans même excepter Narcisse, et sans qu’il en manque une seule ligne », déjà citée, comme impliquant la nécessité d’un tri, car Rousseau lui-même avait toujours compris Narcisse dans ses projets d’« édition générale ».

5 Romance : « Une sorte de poésie en petits vers, contenant quelque ancienne histoire » (Académie, 1762). On trouvera au tome XXXVII de l’édition en question « Les consolations des misères de ma vie ou Recueil de romances » : voir p. 85 note 23. La Bibliothèque de la Pléiade reprendra la rubrique au tome II pour un groupe de « Poésies d’une authenticité douteuse » : un air pastoral, une chanson, deux « romances », Daphnis et Chloé, et Les Consolations des misères de ma vie, classement repris par l’édition Slatkine-Champion en 2012 (voir Annexe).

6 Voir F. S. Eigeldinger, « Montmollin », DJJR, p. 614-616.

7 Il a fait notamment les grandes planches de Monument du costume (1789) avec textes de Restif de la Bretonne.

8 J.-C. Bonnet, art. cité, p. 122.

9 C’est-à-dire la Collection complète de Boubers et l’édition contrefaite à Kehl (voir chap. 2, p. 69-70).

10 L. S. Mercier, Mon Bonnet de nuit, Neuchâtel, Poinçot, 1784, t.I, p. 308-317.

11 Paris, Poinçot, 1789, BNF : Z-36415.

12 Voir lettre à La Porte, CC 2593, 4 avril 1763.

13 Voir les ouvrages de R. Barny, Rousseau dans la Révolution : le personnage de Jean-Jacques et les débuts du culte révolutionnaire, 1787-1791 (1986), et de C. Blum, Rousseau and the Republic of Virtue : the Language of Politics in the French Revolution (1986).

14 J. Roussel, Jean-Jacques Rousseau en France après la Révolution, 1795-1830, p. 24-25.

15 Extrait de La Feuille du soir du 15 avril 1791, imprimé dans l’édition Poinçot, t. X, p. 8-9 ; voir aussi la lettre de Poinçot à l’Assemblée nationale, CC 8066, 14 avril 1791.

16 Voir chap. 3, p. 102-103.

17 Œuvres de J. J. Rousseau, citoyen de Genève, Paris, Defer de Maisonneuve, 1793 -an VII, 18 volumes. À partir du tome III : Paris et Amsterdam, J. E. Gabriel Dufour, successeur de Defer de Maisonneuve ; de l’imprimerie de Didot le Jeune, an VII.

18 Il y en avait deux, un partiel (la copie personnelle ne comportant que les parties IV à VI) et le manuscrit Luxembourg ; mais la référence n’est pas sans ambiguïté : voir OC II, p. lxxiv-lxxvii.

19 Œuvres de J. J. Rousseau, citoyen de Genève, Paris, P. Didot l’Aîné, an IX - 1801, 20 volumes in-8°.

20 Henri Coulet, « Note sur le texte », OC II, p. lxxiv.

21 Paris, A. Belin, 1817, avertissement, t.I, p. viii. Un remaniement partiel sortira encore de l’imprimerie de Didot l’Aîné en 1817, signée de l’éditeur Déterville, en 18 volumes in-8°, et comportant au moins certaines des mêmes gravures.

22 Il a sans doute contribué à la publication des œuvres d’Holbach et a édité notamment, dans le contexte des œuvres de Sénèque, l’Essai sur la vie de Sénèque de Diderot ; il sortira aussi en 1802 une édition des Essais de Montaigne.

23 François Joseph Fayolle (1774-1852), qui est connu surtout comme musicologue, n’a que 27 ans en 1801. L’abbé François Bancarel avait édité en 1790 une anthologie de poésies en 2 volumes sous le titre Les Bijoux des Neuf-Sœurs (Paris, Defer de Maisonneuve).

24 Voir Frank A. et Serena L. Kafker, The Encyclopedists as Individuals, Oxford, Voltaire Foundation SVEC, no 257) 1988, p. 282.

25 Voir Paul Culot, Jean-Claude Bozerian : un moment de l’ornement de la reliure en France, Bruxelles, Eric Speeckaert, 1979, p. 10-11.

Table des illustrations

Légende 3. C. P. Marillier, frontispice du tome I de Julie, gravure de J. J. Habert. Paris, Poinçot, 1788.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1979/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 678k
Légende 4. C. P. Marillier, frontispice du tome IV de Julie, gravure de A. C. Giraud. Paris, Poinçot, 1788.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1979/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 783k
Titre Tableau 7. Les Œuvres complètes de Poinçot, 1788-1793.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1979/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Légende 5. Cochin, frontispice des Confessions, gravure de Trière. Paris, Defer de Maisonneuve, 1793.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1979/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Légende 6. Monsiau, Le Lévite d’Éphraïm, gravure de De Ghendt, Paris, Defer de Maisonneuve, 1793.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1979/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 742k

© ENS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search