Version classiqueVersion mobile

Éditer Rousseau

 | 
Philip Stewart

Première partie. Rousseau, l’homme de ses livres Vitam impendere libro ?

Chapitre III. La Collection complète de Genève (1778-1789)

Texte intégral

1Rousseau était encore en vie que la question de ses mémoires était sur toutes les lèvres. En sont témoins les Mémoires secrets, généralement bien informés, qui nous fournissent une sorte de chronique des premières semaines de cette obsession publique manifestée peu après son départ de Paris – pour on ne sait où :

  • 1 Jean Charles Lenoir (1732-1807) est lieutenant de police depuis 1734 ; sur cet entretien, voir CC, (...)

On confirme l’existence des Mémoires de la vie de Jean-Jacques Rousseau ; on prétend qu’il y révèle ingénument beaucoup de choses peu honnêtes et même des crimes dont il est coupable, comme vols, etc. On ajoute que M. Le Noir l’a envoyé chercher, lui a demandé s’il avouait ce livre et les faits qui y étaient contenus1 ; et qu’à tout il a répondu, sans aucune tergiversation et catégoriquement, oui ; que là-dessus le lieutenant de police lui a conseillé de quitter Paris et de se soustraire aux recherches qu’on pourrait faire : que telle est la cause de son évasion. Tout cela est si singulier et si absurde, qu’on ne le rapporte qu’à cause du personnage fort cynique, et des auteurs de ce récit qui, par leurs liaisons avec le ministre, semblent mériter quelque créance. (MS, 26 juin 1778a)

2En effet, le mystère de son « évasion », vite éclairci, paraît secondaire par rapport à la question de savoir où en sont les mémoires de Rousseau, le bruit circulant qu’il en existe peut-être déjà des éditions :

Par les informations qu’on fait journellement sur le compte de Jean-Jacques Rousseau, on a tout lieu de croire que ses mémoires prétendus dont on parle n’existent encore que manuscrits. Il n’est point hors du royaume, comme on l’avait dit ; il est toujours chez un M. de Girardin, fameux par ses jardins anglais, qui lui a prêté un asile chez lui, où il botanise, et se livre à son goût pour la campagne et la retraite. (MS, 3 juillet 1778b)

3Ces deux histoires sont pendant quelque temps étroitement liées, comme on le voit par la notice du surlendemain :

  • 2 Le 2 juillet.

Le fameux Jean-Jacques Rousseau n’a pas survécu de longtemps à Voltaire ; il vient de mourir2 dans le lieu de sa retraite à Ermenonville.
On dit aujourd’hui que les bruits qui ont couru sur lui et ses mémoires, viennent d’un Supplément à ses œuvres, en effet imprimé, et où il y a beaucoup de choses singulières. (MS, 5 juillet 1778b)

4Il est vrai que les circonstances de la mort de Rousseau restent à élucider ; c’était, apprend-on le 7 juillet, une attaque d’apoplexie, et c’est le marquis de Girardin qui « lui a rendu les honneurs funèbres » :

[…] son corps, après avoir été embaumé et enfermé dans un cercueil de plomb, fut inhumé le samedi suivant 4 du présent mois, dans l’enceinte du parc d’Ermenonville, dans l’île dite des Peupliers, au milieu de la place d’eau appelée le petit lac, et située au midi du château, sous une tombe décorée et élevée d’environ six pieds. (MS, 7 juillet 1778a)

  • 3 Il faut noter que les Mémoires secrets sont une sorte de registre des événements et non une source (...)

5Mais ses mémoires ? On découvre soudain que leur existence est connue et attestée depuis plusieurs années déjà3 :

L’existence des mémoires de Rousseau en manuscrit n’est plus douteuse ; M. Le Mierre atteste lui en avoir entendu faire la lecture en 1771. Ce fut en faveur du prince royal de Suède, alors à Paris ; elle eut lieu chez M. le marquis de Pezay, et ce fut le philosophe genevois qui lui-même en régala l’assemblée peu nombreuse. La lecture dura depuis sept heures du matin jusqu’à onze heures du soir, sauf l’intervalle du dîner et du souper ; en sorte qu’on voit que l’ouvrage est long, et doit faire deux volumes bien conditionnés.
Il passe pour assez constant encore que Rousseau étant malade dangereusement, craignant de mourir, et envisageant le sort funeste de Mademoiselle Le Vasseur, sa femme, lui dit de ne point s’affliger sur ce qu’elle deviendrait après lui ; qu’il lui donna en même temps la clef de son secrétaire, lui en fit tirer un paquet, en lui apprenant que c’étaient ses mémoires manuscrits, qu’elle pourrait vendre et dont elle tirerait bon parti. Si l’on en croit la suite de l’anecdote, elle se serait laissé séduire par les offres d’un libraire étranger qui lui en aurait donné mille louis, qui en aurait même imprimé un volume ; mais qui, touché du chagrin et des plaintes du philosophe, avait suspendu et promis de ne rien mettre en lumière qu’après sa mort. Voici le moment où il a la liberté de le faire.
On veut en outre qu’il y ait dans Paris un autre manuscrit de ces mémoires, que tout le parti encyclopédique chercha à soustraire par le rôle qu’y jouent les coryphées et qu’ils savent ne devoir pas être à leur honneur. (MS, 1er août 1778b)

  • 4 Voir sur cet épisode F. Moureau, « Les inédits de Rousseau et la campagne de presse de 1778 », p.  (...)

6L’information concernant la vente du manuscrit, quoique erronée, attise l’intérêt pour les révélations attendues et aggrave l’inquiétude de ceux qui redoutent d’y être maltraités. En l’espace d’un mois après la mort de Rousseau, la préface des Confessions est déjà largement diffusée ; on ne sait d’où elle provient4. Quant au manuscrit qui est censé se trouver à Paris, le bruit semble avoir couru qu’il était entre les mains de Condillac : en fait ce dernier avait un manuscrit, mais c’était Rousseau juge de Jean-Jacques et non Les Confessions. Cependant les deux titres tendaient à se confondre tant qu’on parlait de mémoires.

7Les Confessions ne paraissant pas, la frénésie se calme pendant quelques mois et fait place à la curiosité pour d’autres détails sur les derniers jours de Rousseau :

  • 5 Voir aussi la notice des MS du 9 mars 1779b.

Relation ou Notice des derniers jours de M. Jean-Jacques Rousseau, circonstances de sa mort, et quels sont les ouvrages posthumes qu’on peut attendre de lui : par M. Le Bègue de Presle, docteur en médecine. Avec une addition relative au même sujet, par J. H. de Magellan, gentilhomme portugais, membre de plusieurs académies, et correspondant de celle des Sciences. Tel est le long intitulé de ce pamphlet, qui promet beaucoup et tient peu. (MS, 5 mars 1779b5)

8Le Bègue de Presle, le médecin de Rousseau, qui avait assisté à l’autopsie, cherche à augmenter l’intérêt de son récit en promettant du nouveau sur les fameux manuscrits. Enfin, le mystère est levé par l’annonce suivante, très circonstanciée, qui paraît dans les Mémoires secrets quelques semaines plus tard, sans indication de source : « Quoiqu’on ait prétendu que Rousseau eût laissé peu de manuscrits, on en répand aujourd’hui une liste nombreuse et qui l’emporte sur celle de ses œuvres imprimées. » Voici le catalogue qui est donné, avec les gloses fournies :

  • 6 MS, 29 mai 1779d. Cette liste est à peu de chose près la même, dans le même ordre et avec les même (...)

Extrait de la Polysynodie.
Jugement sur la paix perpétuelle.
Traduction du premier livre de l’histoire de Tacite.
Discours sur la première vertu du héros, plus complet que celui imprimé sous ce titre.
L’Engagement téméraire, comédie en trois actes et en vers.
Émile et Sophie, ou Les Solitaires.
Le Lévite d’Éphraïm, poème en prose en quatre chants.
Lettres à Sara. Cet ouvrage entrepris par une espèce de défi, est destiné à répondre à cette question : si un amant d’un demi-siècle pouvait ne pas faire rire ?
Traduction de l’Apo[co]lokintosis de Sénèque sur la mort de l’empereur Claude Mémoire lu à l’Académie des sciences, l’an 1742, concernant de nouveaux signes pour la musique.
Réponse à M. Rameau, ou Examen de deux principes avancés par M. Rameau, dans une brochure intitulée : « Erreurs sur la musique de l’Encyclopédie ».
Essai sur l’origine des langues, où il est parlé de la mélodie et de l’imitation musicale.
Lettres et mémoires sur divers sujets.
Les Confessions de Jean-Jacques Rousseau, en six livres.
Les Rêveries du promeneur solitaire : titre que l’auteur a donné au journal de ses pensées pendant ses promenades vers la fin de ses jours.
Considérations sur le gouvernement de la Pologne.
Traduction de l’épisode d’Olinde et Sophronie, tirée du Tasse.
L’Oraison funèbre du feu duc d’Orléans.
Aventures de Milord Édouard, suite de La Nouvelle Héloïse.
Lettres, mémoires et pièces fugitives sur divers sujets. Cette collection très étendue contient notamment, Lettres à M. le maréchal duc de Luxembourg sur la Suisse en général et particulièrement sur le Val de Travers, lieu de son domicile.
Lettres à M. le Président de Malesherbes sur les motifs de sa retraite à la campagne.
Une très longue lettre sur l’existence de Dieu.
Lettre sur la botanique, dans le but de rendre plus agréable et plus facile l’étendue de cette partie de l’histoire naturelle.
Lettres diverses à ses amis.6

  • 7 Pour une chronologie des premières parutions, voir FR, p. 254-256.

9La notice conclut par la première mention de la Société typographique de Genève nouvellement créée : « Du reste, la veuve Rousseau déclare qu’elle a remis la totalité des manuscrits qui lui restent à la Société typographique de Genève et que c’est la seule avouée. » Ces renseignements sont tous d’ailleurs fort exacts : si deux ou trois des ouvrages énumérés avaient déjà été imprimés, ce n’était pas dans des « éditions » proprement dites, et tous seront édités en effet soit dans la Collection complète, soit dans les Œuvres posthumes de la même Société7. Les Confessions portent maintenant leur propre nom, même si le public va longtemps ignorer que les « six livres » n’en représentent que la moitié.

Les dépositaires

  • 8 Voir R. A. Leigh, Unsolved Problems…, p. 118, et FR, p. 74.
  • 9 Traité entre Du Peyrou, Moultou, et la Société typographique de Genève, CC 7444, 23 et 26 janvier (...)
  • 10 Du Peyrou à la Société typographique de Genève, CC 7450 [2], 30 janvier 1779.

10Le phénomène le plus frappant dans cette période juste après la mort de Rousseau, c’est l’avantage commercial que cherchent de plus en plus d’éditeurs à mettre au jour un Rousseau encore inconnu du public. Dans la perspective de cette étude, l’entreprise la plus importante est en effet la formation en janvier 1779 de la Société typographique de Genève, qui n’a presque rien publié, et qui n’a peut-être été formée qu’à la seule fin de publier la Collection complète de Rousseau8. La Société proprement dite est une association d’imprimeurs genevois qui devait verser 24 000 francs au bénéfice de la veuve de Rousseau en récompense des manuscrits, l’équipe éditoriale réunissant trois amis dispersés de Rousseau, qui ensemble se dévouent à la réalisation d’un monument en son honneur : ce sont le marquis de Girardin (1735-1808), seigneur d’Ermenonville et hôte de Rousseau au moment de sa mort, Paul Moultou (1731-1787), ami genevois de longue date et ancien pasteur, et Pierre Alexandre Du Peyrou (1729-1794), riche protecteur de Rousseau vivant à Neuchâtel. En fait le contrat ne regarde qu’une édition in-quarto, tout en autorisant la Société à « y joindre une autre portative » si elle le souhaite9. Une édition in-octavo est aussitôt envisagée10 et les deux formats offerts en souscription.

11Quoique leurs relations avec Rousseau soient très diverses, ils partagent sans conteste un grand dévouement à sa mémoire et à divers titres prétendent parler avec une certaine autorité de ce qu’il s’agit de faire pour respecter au mieux ses volontés. Chacun avait aussi ses motivations particulières à mettre en avant et ses intérêts à protéger, peut-être surtout Moultou à cause de ses relations mondaines à Genève et à Paris ; mais ils ont en commun un attachement ardent à la pensée et aux écrits de Rousseau et une fidélité passionnée à la mémoire du Rousseau qu’ils révèrent.

12Moultou avait été en quelque sorte solennellement chargé dès 1770 du legs de Rousseau :

[C]e n’est plus ma personne qu’il faut songer à défendre, c’est ma mémoire. Voilà, cher Moultou, ce que j’ai toujours attendu de vous. Ne croyez pas que j’ignore vos liaisons ; ma confiance n’est pas celle d’un sot, mais celle au contraire de quelqu’un qui se connaît en hommes, en diversité d’étoffes d’âmes, qui n’attend rien des Coindet, et qui attend tout des Moultou. Je ne puis douter qu’on n’ait voulu vous séduire, je suis persuadé qu’on n’a fait tout au plus que vous tromper. Mais avec votre pénétration vous avez vu trop de choses et vous en verrez trop encore pour pouvoir être trompé longtemps. Quand vous verrez la vérité il ne sera pas pour cela temps de la dire ; il faut attendre les révolutions qui lui seront favorables, et qui viendront tôt ou tard. C’est alors que le nom de mon ami, dont il faut maintenant se cacher, honorera ceux qui l’auront porté et qui rempliront les devoirs qu’il leur impose. Voilà la tâche, ô Moultou ! elle est grande, elle est belle, elle est digne de toi, et depuis bien des années mon cœur t’a choisi pour la remplir. (CC 6703, 6 avril 1770)

  • 11 Rousseau à Rey, CC 6946, 14 juin 1772.

13Thérèse est témoin que Rousseau avait en plus confié à Moultou, peu de jours avant de se rendre à Ermenonville, des paquets scellés de manuscrits. La lutte pour la survie de son œuvre, dont Rousseau fut obsédé les quinze dernières années de sa vie, avait une double dimension : le souci de sa propriété littéraire, sa sécurité financière étant menacée par des piratages de tous les côtés, y compris parmi ses libraires attitrés ; et la peur de voir déformer ses écrits, de façon à faire passer pour siennes, par la ligue de ses adversaires, des œuvres « infidèles, falsifiées, et faites avec les plus sinistres intentions »11. La mission des amis est de le racheter aux yeux de la postérité par l’étendue et la bonne foi du service qu’ils vont lui rendre, tout en assurant l’indépendance financière de sa veuve Thérèse Le Vasseur.

14Du Peyrou pour sa part n’a jamais perdu de vue le projet abandonné en 1765 et nourrit depuis cette époque l’espoir de réaliser l’édition générale que Rousseau a si longtemps souhaitée. À lui aussi Rousseau avait confié des paquets de manuscrits scellés, notamment avant son départ en Angleterre, et depuis l’Angleterre au moment où il ne se sentait plus en sûreté. Un malheureux épisode à Trie en novembre 1777 lui ayant fait perdre une partie de la confiance de Rousseau, ils ne correspondaient plus. Ce qui n’empêche pas Du Peyrou de lui rester résolument fidèle, et d’écrire à Girardin :

Je souhaite passionnément de me montrer plus digne de la confiance de mon pauvre et malheureux ami, que peut-être il ne l’a cru lui-même, et plus je vois d’acharnement à le calomnier, plus sa mémoire me devient chère et respectable, et redouble mon zèle à seconder ses volontés et jusques à ses désirs. (CC 7566, 27 juin 1779)

  • 12 Du Peyrou connaît-il déjà le passage au livre XII des Confessions (p. 777 ; OC I, p. 602-603) qui (...)

15Comme il le suggère ici, ils savaient tous aussi, sans doute, que Rousseau ne s’était totalement fié à aucun des trois12. Il prenait toutes les mesures de sécurité qu’il pouvait, mais Rousseau juge de Jean-Jacques témoigne des doutes qui ne le quittaient jamais.

16Girardin, qui a reçu Rousseau et Thérèse à Ermenonville, en appelle à celle-ci pour témoigner de ses prérogatives, Rousseau lui ayant dit (selon lui) en mourant :

  • 13 Citation de Rousseau par Girardin dans une lettre à Du Peyrou, CC 7209, 22 juillet 1778.

Écoutez-moi, ma chère femme… Mes amis fidèles m’ont promis de ne point disposer de mes papiers sans votre aveu. M. de Girardin voudra bien réclamer leur parole et leur amitié ; j’honore et je remercie M. et Mme de Girardin, je vous laisse entre leurs mains, et je suis sûr qu’ils vous serviront de pères […].13

17S’étant immédiatement saisi de tous les manuscrits qu’il avait pu trouver chez Thérèse, Girardin se considère à la fois comme protecteur de sa veuve et comme dépositaire quasi officiel de son legs littéraire.

18Le premier soin des trois amis était de ramasser tous les matériaux possibles pour une édition que Du Peyrou voulait complète, à l’exception peut-être des écrits autobiographiques. Le répertoire de 1764-1765, qui excluait par exemple toutes les poésies de Rousseau, ne faisait plus forcément règle pour les éditions posthumes. Comme on l’a déjà vu, le nombre de textes composant le corpus « complet » ne cessait de s’accroître sous l’effet de la concurrence des divers éditeurs. C’est pourquoi, tout en gardant présent à l’esprit le plan que Rousseau avait dressé, ici on prêtera attention désormais à la parution progressive d’ouvrages inédits, qui allaient continuer à faire surface de temps à autre, et qui pour les éditeurs étaient prioritaires parce que la concurrence la plus intense les regardent.

  • 14 Discours sur l’origine de l’inégalité, « Avertissement sur les notes », OC III, p. 128.

19Ce qui comporte une certaine ironie : Rousseau, qui dans Rousseau juge de Jean-Jacques évoque avec mépris « cette ridicule démangeaison de rabâcher, et barbouiller éternellement du papier, qu’on dit être attachée au métier d’auteur » (RJJJ, p. 65), se révèle être un homme qui n’arrêtait jamais d’écrire, ébauchant sans cesse des projets en tous genres dont bon nombre sont depuis longtemps au fond de ses tiroirs. Ce n’est pas une contradiction ; s’il « barbouillait » bien du papier, il n’en évitait pas moins de tomber dans le « métier d’auteur » justement dans la mesure où il s’abstenait de publier pour publier ; il fallait d’abord, comme il l’a souvent répété, qu’il sente le besoin d’énoncer quelque grande vérité. Mais il expérimentait constamment, pour voir si une idée (ou un genre) lui allait, pouvait l’entraîner à cette sorte d’ample développement d’une première intuition qui lui avait permis d’écrire le Discours sur les sciences et les arts, la Lettre à D’Alembert et Julie. Rousseau a bien reconnu sa « coutume paresseuse de travailler à bâton rompu »14 ; mais c’est aussi lui qui jusque dans les dernières semaines de sa vie avait confié ses manuscrits à des personnes qu’il chargeait solennellement de les faire publier tôt ou tard.

  • 15 Sur les interminables problèmes posés par les Confessions en particulier, voir H. de Saussure, Étu (...)

20Du même coup, les collections de manuscrits posaient un certain dilemme pour ceux qui les tenaient en dépôt ou en héritèrent : car si leur devoir était de suivre la volonté de Rousseau, il ne saurait être question de mettre au grand jour des fragments qu’il n’aurait sûrement pas publiés (on voit bien dans le plan de 1764-1765 quels ouvrages en cours il comptait achever et inclure parmi ses écrits) ; si au contraire leur première obligation était envers le public ou plus précisément la postérité, rien de ce qui subsistait du grand homme n’était indifférent, et ce serait un crime de supprimer la moindre chose. Les trois dépositaires étaient plus ou moins d’accord en principe sur la deuxième option. La plus grande tension, dès qu’il fut question de mettre des points sur les i, fut provoquée par les Confessions. Une première réunion générale projetée à Neuchâtel en septembre 1778 n’eut pas lieu, et le travail à distance se révélait problématique et anxiogène15.

  • 16 Du Peyrou à Girardin, CC 7334bis, octobre 1778.

21Du Peyrou pour sa part, conclut Raymond Birn, avait une philosophie d’ensemble sur la structure que l’édition devait adopter, inspirée du plan de 1764-1765, selon laquelle chaque tendance trop radicale de l’auteur serait, grâce à d’heureuses juxtapositions, tempérée par son opposé, le tout marquant en même temps une maturation morale progressive. Son couronnement, Les Confessions, quoique provisoirement incomplètes, rappellerait le triomphe de Rousseau sur les faiblesses de sa propre nature et les persécutions de la société (FR, p. 157-158). Si cette représentation est juste, la disposition des matières suggère un programme de lecture soutenu, suivant une dynamique thématique et idéologique qui embrasserait l’œuvre tout entière. C’est afin de commencer un recensement complet des ouvrages pour l’édition que Du Peyrou dresse dès octobre 1778 une liste à l’intention des deux autres intitulée « Note spécifique des papiers de Mr J. J. R. entre mes mains »16.

  • 17 R. A. Leigh, Unsolved Problems…, p. 120.
  • 18 Ibid., p. 121. Sur la plus mystérieuse petite in-12, sans doute fabriquée par la Société pour un a (...)
  • 19 Traité des trois amis avec la Société typographique de Genève, CC 7614, 18 septembre 1779.

22Ce qui intéressait le plus nos éditeurs était l’édition in-quarto, dont le format prestigieux symbolisait le mieux l’idée du monument qu’ils envisageaient à la gloire de leur ami défunt. Si pourtant la Société typographique de Genève prévoyait trois formats en tout, le quarto étant complété par un octavo aussi bien qu’un in-douze, c’est parce que l’octavo avait une meilleure chance de conquérir le marché (et donc de devancer les éditions pirates) ; l’in-douze « économique » était une précaution tenue en réserve pour concurrencer d’éventuelles éditions populaires17.Il s’ensuit que tous les textes devaient être composés trois fois, avec tout ce que cela comporte aussi de matériel et de correction d’épreuves, les dimensions des pages dans les trois formats étant trop différentes pour que les mêmes formes puissent servir ; cela suppose que, dans l’économie totale de la publication, la typographie, quoique toute manuelle, n’était pas le facteur le plus coûteux. Le budget arrêté dès 1779 prévoyait 2 000 in-quarto, 4 400 in-octavo et la même quantité d’in-douze18. Lors d’une réunion à Neuchâtel en septembre 1779, la liste finale est dressée de tous les ouvrages à inclure et un accord est conclu sur la qualité de papier et la typographie qui seront utilisées19.

Batailles d’héritiers

  • 20 « Quant aux Confessions il me semble comme à M. de Malesherbes qu’il convient dans l’édition qu’on (...)

23Le principe était donc d’être à la fois exhaustif et fidèle. Pourtant chaque idéal connaissait ses limites. Convenait-il vraiment de publier des écrits qui risqueraient de faire tort à la mémoire de Rousseau ? Était-ce à la lettre du texte, ou plutôt à un indéfinissable (ou du moins discutable) « ce que Rousse au aurait fait », qu’on devait fidélité ? Girardin, selon la reconstruction de Raymond Birn, tenait à ce que chaque mot soit publié ; pourtant il s’est rendu sans difficulté aux prières de Wielhorski de censurer les Considérations sur le gouvernement de Pologne et Du Peyrou s’est incliné. Celui-ci consent aussi, peut-être en grande partie pour se concilier Moultou, à ce que dans les Confessions, au lieu de noms propres, on se contente d’initiales20. En revanche, il refusait d’aller jusqu’à supprimer des alinéas entiers comme Moultou le souhaitait (FR, p. 117). Moultou a d’ailleurs censuré quelques-unes des lettres de Rousseau de la même manière, en supprimant le nom du destinataire ou en y substituant de simples initiales.

24Les œuvres autobiographiques étaient les plus délicates du point de vue de leur contenu, mais pour des raisons différentes. Les Confessions I (livres I à VI) ne touchaient que peu à l’actualité puisqu’elles ne s’étendaient pas au-delà de l’arrivée du jeune Rousseau à Paris en 1742. Rousseau juge de Jean Jacques, par contre, comme Les Confessions II (livres VI à XII) étaient beaucoup plus délicats et inspiraient aux trois éditeurs d’énormes scrupules à la fois par principe et par souci de discrétion. La suite des Confessions posait au début un problème particulier, étant donné l’incertitude qui planait sur le ou les manuscrit(s) ; de ce fait elle fut différée. Mais la publication dès 1780 par Boothby à Londres du premier dialogue de Rousseau juge de Jean-Jacques allait tout de suite leur forcer la main sur ce texte-là. Dans tous les cas il importait théoriquement de respecter les volontés de Rousseau quand elles étaient connues ; or il était clair, comme on le verra, que tout en assurant la survie à long terme de ses ouvrages, Rousseau n’avait pas voulu créer de scandale.

  • 21 Girardin à d’Angiviller (?), CC 7237, début août 1778.
  • 22 Girardin à d’Angiviller, CC 7293, 10 septembre 1778 ; je souligne.

25Pour Girardin en particulier, repérer tous ses manuscrits ne signifiait pas nécessairement tous les publier : « Le projet et le vœu général de tous ses amis me paraît donc devoir se réduire d’abord à se concerter ensemble pour réunir les différents écrits qui pourront enrichir sans aucun inconvénient une nouvelle édition, et de supprimer ou de suspendre la publication des autres »21, écrit-il. De même, s’il souhaite consulter d’Angiviller, qui détient comme on le verra un des manuscrits de Rousseau juge de Jean-Jacques, c’est « pour parvenir à connaître et à assurer ce qui est épars dans différentes mains et dans différents pays de ce qu’il pourra être convenable de publier suivant ses intentions et la nature des choses »22. Ce qui implique que des promesses ont été faites pour s’assurer la collaboration de certains dans la publication de manuscrits en leur possession et la complicité des autres à bien les garder secrètes, du moins pour un temps « convenable ». Le contrat avec la Société typographique de Genève précisait d’ailleurs l’exclusion de :

Tous les ouvrages qui d’après les intentions bien connues de l’auteur, ne doivent pas paraître dans ce siècle.

  • 23 Traité entre Du Peyrou, Moultou, et la Société typographique de Genève, CC 7444, 23et 26 janvier 1 (...)

Tous ceux qui n’ont pas été jugés dignes par l’auteur lui-même, ou qui ne seraient pas jugés dignes par ses amis, d’entrer dans cette Collection.23

26Girardin avait entamé l’application de ce protocole avec une grande solennité morale aussitôt après la mort de Rousseau :

  • 24 Brouillon (peut-être jamais envoyé) d’une lettre de Girardin à Moultou, CC 7231, [2 août 1778].

Le dépôt ne vous a été confié qu’à la condition expresse qu’il ne [pût] être jamais rendu public que longtemps après la mort de celui qui vous l’a confié et après celle de toutes les personnes intéressées. Si vous êtes jamais capable d’y manquer ce serait à moi dépositaire de ses derniers moments à venger sa mémoire.24

  • 25 Du Peyrou à Moultou, CC 7243, 5 août 1778.
  • 26 Voir S. Kuwase, « Les Confessions » de Jean-Jacques Rousseau en France, p. 95.

27Du Peyrou réagit en abandonnant à Moultou ses droits aux papiers qu’il détient, à cause de sa rupture avec Rousseau à Trie, sous réserve de l’aval de Thérèse, qui doit sûrement y consentir puisque l’affaire lui est avantageuse25. Leur fidélité à Rousseau les oblige à garder autant que possible de ses écrits tout en retranchant tout ce que lui-même aurait supprimé, détermination aussi capitale que douteuse26 : la « volonté » de Rousseau, c’est en définitive la prérogative des éditeurs de la formuler. S’ils peuvent se mettre d’accord.

  • 27 Girardin à Boothby, CC 7239, début août 1778.
  • 28 Il évoque bien « trois dialogues », mais c’est un malentendu : Boothby peut les décrire grâce à la (...)
  • 29 Charles Claude Flahaut de La Billarderie (1730-1810), comte d’Angiviller, est directeur général de (...)
  • 30 Cette remarque a amené certains éditeurs à conclure que ce manuscrit n’était pas complet. Au contr (...)
  • 31 Girardin à Du Peyrou, CC 7403, 16 décembre 1778.

28Rousseau juge de Jean Jacques constitue un point de départ pour illustrer les problèmes que confrontaient les trois collègues en train d’élaborer l’édition, surtout dans les premiers mois, où le marquis de Girardin s’efforce de prendre un rôle dominant dans l’opération. La donnée de base, que Girardin tient vraisemblablement de Thérèse Levasseur, c’est qu’il y a trois manuscrits ; mais Girardin se demande s’il ne s’agit pas de trois « parties » qu’il faudrait assembler pour constituer l’œuvre entière27.Dans une lettre à Du Peyrou du 4 octobre 1778 il fait l’état de la question (CC 7313, p. 19) : 1) l’un des manuscrits, que Girardin suppose complet28, est entre les mains de « Boosby », c’est-à-dire Brooke Boothby à Londres, qui pour sa part dit l’avoir mis à la disposition de la veuve ; 2) une « autre partie de ce même ouvrage [est] entre les mains de Mr le Cte d’Angiviller29 qui sur ma réclamation est convenu de le remettre à la veuve en observant toutefois qu’il ne croyait pas cet écrit de nature à être imprimé »30 ; 3) l’abbé de Condillac, qui en possède un, est formel, ayant répondu que « cet écrit ne lui avait été remis par M. R. que pour être imprimé après le siècle révolu. Il ne me paraît rien moins disposé qu’à le rendre ». Girardin n’en espère pas moins que Condillac finira par céder à la pression des deux autres détenteurs de manuscrits une fois qu’ils auront remis leurs « parties » de bonne grâce31 ; mais il n’en sera rien.

29Le dilemme s’explique par la manière un peu confuse dont Rousseau, pressé de trouver le moyen de mettre ses derniers écrits en sûreté, avait agi. Ne se fiant à aucun homme, Rousseau avait quitté sa maison le 26 février 1776, ainsi qu’il le raconte, la première mise au net de Rousseau juge de Jean-Jacques sous le bras, dans l’intention de la « remettre à la Providence » en la déposant sur l’autel de Notre-Dame de Paris. Il en fut empêché par les grilles intempestivement fermées des bas-côtés, et par conséquent perdant toute contenance, abandonna aussitôt le projet. Peu de temps après, il se résout à mettre le manuscrit entre les mains d’un ancien ami, l’abbé de Condillac, qui le lit sans réaction apparente mais s’engage à le garder au moins jusqu’à la fin du siècle, promesse qui sera rigoureuse respectée. Entre-temps, Rousseau commence une nouvelle copie. Il en est à la fin du premier dialogue quand il s’avise de la confier à Brooke Boothby, un jeune Anglais qu’il a connu à Wootton, qui est de passage.

  • 32 Celle de la Chambre des députés à Paris, passée par d’Angiviller, et celle de la bibliothèque univ (...)
  • 33 Deleyre à Girardin, CC 7351, 12 novembre 1778.
  • 34 Deleyre à Girardin, CC 7405, 18 décembre 1778.
  • 35 Thérèse Levasseur à Du Peyrou, CC 7681, 6 mars 1780. Ce manuscrit est aujourd’hui conservé à la bi (...)

30Voilà ce que Rousseau raconte dans l’Histoire du précédent écrit qui est ajoutée à la fin des deux dernières copies qu’on possède aujourd’hui32. Il est impossible de déterminer avec quel degré de lucidité et de sûreté de mémoire Rousseau peut répondre de son expérience délirante : entre la création de la première version et sa remise à Condillac, qui ne fait aucun doute, l’épisode en tout ou en partie pourrait être, pour autant qu’on sache, une fantaisie. À ce moment-là Rousseau avait nécessairement encore entre ses mains un manuscrit complet. C’est vraisemblablement celui-là qu’il confie on ne sait quand au comte d’Angiviller. Alexandre Deleyre confirme le 12 novembre que d’Angiviller détient un manuscrit qu’il appelle « Entretiens de Jean Jacques avec Rousseau »33, et qu’en outre il en fait faire une copie à l’intention de Girardin, tout en gardant pour lui l’original34. Thérèse confirmera en 1780 que d’Angiviller possède en effet « le vrai et premier manuscrit sortant des mains de mon mari par confiance » et qu’il en a personnellement donné copie à Girardin35.

  • 36 Dans l’édition de Genève les mots « mes confessions et » sont supprimés.
  • 37 Juste avant son départ pour Ermenonville en mai 1778 Rousseau avait confié à Paul Moultou, avec un (...)

31Aucun des trois détenteurs de manuscrits de Rousseau juge de Jean-Jacques, ni Girardin lui-même, ne pouvait savoir qu’il en existait d’autres, ni en quel ordre ils pouvaient avoir été écrits. Au cours de nombreux ajouts et modifications mineures Rousseau avait abandonné le sous-titre primitif de « dialogues », qu’on ne trouve que sur les manuscrits de Boothby et Condillac, ainsi qu’une épigraphe qui avait déjà servi au premier Discours ; il avait ajouté, comme on l’a dit, l’Histoire du précédent écrit, où l’on trouve ces mots : « Si parmi mes lecteurs je trouve cet homme sensé disposé pour son propre avantage à m’être fidèle, je suis déterminé à lui remettre, non seulement cet écrit, mais aussi mes confessions et36 tous les papiers qui restent entre mes mains, et desquels on peut tirer un jour de grandes lumières sur ma destinée » (RJJJ, p. 426). Or, il n’y a qu’une personne à qui Rousseau ait confié à la fois cet écrit et ses Confessions, c’est Moultou. Celui-ci n’en parle à personne avant mars 177937.

32Pourquoi ce silence ? C’est peut-être pour la même raison qui incite d’Angiviller à ne pas croire l’ouvrage, comme on l’a vu, « de nature à être imprimé » : abstraction faite des indiscrétions personnelles susceptibles d’embarrasser les éditeurs, le texte semblait, en raison de sa nature obsessionnelle (démentielle selon certains), fort préjudiciable à la réputation de Rousseau. Ils s’en considèrent les dépositaires autant que de l’œuvre elle-même. Peut-être d’Angiviller a-t-il veillé à ce que la copie fût expurgée, copie dont Girardin d’ailleurs ne dit mot ; en tout cas, la révélation du manuscrit de Moultou l’ayant rendu superflu pour les besoins de l’édition, il ne l’a peut-être même pas conservée. De toute façon les éditeurs n’ont plus guère eu de choix une fois que Boothby a publié son manuscrit, de son propre chef et à ses frais : il fallait impérativement publier les dialogues en entier avant qu’un autre ne le fasse, ou ils risquaient de perdre tout leur avantage et la confiance du public.

  • 38 Voir le commentaire de R. Osmont, OC I, p. 1710, note 3.

33Mais ce ne fut pas sans compromis : à la demande de Moultou, non seulement de nombreux noms propres sont réduits à des initiales – notamment ceux de Choiseul et de tous les philosophes –, mais plusieurs allusions à Genève ou à certaines institutions sont silencieusement escamotées. Le problème ne se posait, à vrai dire, que pour les nouveaux ouvrages ; les scandales que les autres pouvaient avoir ressuscités étaient passés et l’on n’y songeait plus. Ce qui gêne les éditeurs amis de Rousseau, c’est donc surtout Rousseau juge de Jean-Jacques et plus tard Les Confessions. On se passe de l’anecdote de « la fille d’un seigneur anglais » (RJJJ, p. 327 note)38, de l’invasion de la Corse, et l’entreprise de la ville de Versoix (p. 375 note), de la division de la France (p. 399), de l’odieuse connivence de Voltaire et de D’Alembert (p. 373-374), et du ralliement des prêtres et des médecins au parti philosophique (p. 404). Une mention des oratoriens de Montmorency, ces « dangereux ennemis », disparaît ainsi qu’une allusion au roi de France dans l’Histoire du précédent écrit (p. 334 et p. 417, note), une mention de Dusaulx (p. 320), et les griefs de Rousseau à propos des Considérations sur le gouvernement de Pologne (p. 396). Au total cela représente un nettoyage assez considérable. L’autocensure intervient quelquefois aussi pour des raisons peu évidentes, comme dans ce passage-ci :

  • 39 Collection complète, in-4 o, t.XI, p. 179.

Rousseau. […] Par l’heureux effet de ma franchise, j’avais l’occasion la plus rare et la plus sûre de bien connaître un homme, qui est de l’étudier à loisir dans sa vie privée, et vivant pour ainsi dire avec lui-même : car il se livra sans réserve et me rendit aussi maître chez lui que chez moi. Je n’avais presque d’autre habitation que la sienne.
Le Français. Comment ! vous y mangiez aussi ?
Rousseau. Tous les jours.
Le Français. Quelles précautions avez-vous donc prises pour que ce fût impunément ?
Rousseau. Une seule, qui vous paraîtra plus bizarre qu’utile, mais dont il a fait une condition nécessaire pour être admis à sa table. C’était de renoncer pour lors à celle de vos Messieurs, et surtout de ne jamais dîner avec ni chez aucun médecin, quelque instance qu’on m’en pût faire, après avoir, eux le sachant, dîné chez lui la veille.
Le Français. Voilà, sans mentir, une étrange précaution ! Que signifie-t-elle, et quel peut en être le but ? Pour justifier un monstre, prétendriez-vous en faire cent ?
Rousseau. Ah je ne prétends rien, je vous jure. Je n’entends accuser ici ni justifier personne. Dieu seul sait la vérité. Pour moi, je me tais et gémis. Tout ce que je sais en général est que ces Messieurs sont bien de leur siècle, et que grâce au Ciel mon J. J. n’est pas du sien.
Le Français. Mais en vérité vous n’y pensez pas ! Si peut-être il y a chez quelques médecins un peu de rancune cachée contre J. J., vous n’ignorez pas, en revanche, combien leur corps se distingue de tous les autres par sa grande probité.
Rousseau. Pardonnez-moi, Monsieur : je sais qu’il se distingue, mais j’ignorais que ce fût par-là.
Le Français. Vous l’ignoriez ! Tant pis, Monsieur, il faut l’apprendre. Mais quelque opinion que vous puissiez avoir d’eux et de leurs principes, soyez sûr que dès qu’il s’agira de J. J. ils ne seront point accusés de prévarication. Rousseau. Oh le moyen ? Leur impartialité à son égard est trop bien établie ! Mais revenons.
Une fois admis dans sa retraite, mon premier soin fut de m’informer des raisons qui l’y tenaient confiné. (p. 195-197)39

34Qu’est-ce qui dérangeait les éditeurs ? Que les précautions pouvaient paraître ridicules ? Serait-ce encore les sarcasmes contre les médecins – alors qu’il y en a tant d’autres ? Quelle qu’ait été leur pensée, on voit à quel point ils étaient sensibles à tout ce qui pouvait être mal pris, ou mettre Rousseau sous un éclairage défavorable.

35Comme Rousseau était encore en train d’écrire Les Rêveries du promeneur solitaire au moment de sa mort – en laissant la dixième promenade inachevée –, c’est Girardin qui les avait en sa possession, et qui en conséquence tenait à en superviser l’édition. Mais il avait une idée particulière sur la manière de broder autour des fragments restants afin de produire clandestinement un texte apparemment fini, qu’il révèle en évoquant des

  • 40 Girardin à Du Peyrou, CC 7453, § 6, 3 février 1779 ; voir aussi FR, p. 116, note.

Rêveries auxquelles j’ai ajouté deux promenades et demi[e] d’après des brouillons presque indéchiffrables ainsi qu’une préface et une conclusion que la nature de l’ouvrage et des circonstances me paraissent exiger absolument, et sur quoi je vous demande ainsi qu’à Mr. De M. un secret inviolable.40

36En somme, il prenait l’initiative de se constituer co-auteur avec Rousseau. L’idée déplut au suprême degré à Du Peyrou, qui se plaignit à Moultou de « la suffisance avec laquelle il a prétendu corriger le style de Rousseau dans la copie qu’il a fournie des trois dernières promenades en brouillons », ajoutant que « les corrections verbeuses, lâches, impropres par les expressions font un contraste parfait avec le style chaud, serré et vigoureux de J. J. » (CC 7730, 28 juin 1780).

37Ils savaient tous pourtant que l’affaire la plus urgente étaient Les Confessions, attendues, parfois avec inquiétude, par un grand nombre de lecteurs. En fait ils étaient peut-être moins pressés de les publier que de les mettre en lieu sûr ; c’est dès le début, avec Rousseau juge de Jean-Jacques, le seul écrit qu’ils soient clairement disposés à garder en réserve, non sans doute pour toujours, mais en attendant un moment plus propice. Car Rousseau n’avait pas voulu offenser des personnes encore vivantes, et dans le cas de Condillac au moins il l’avait engagé à ne pas le laisser voir le jour avant le tournant du siècle.

  • 41 R. A. Leigh, Unsolved Problems…, p. 140-141.
  • 42 Du Peyrou à Moultou, CC 7287, 2 septembre 1778.

38Le problème s’est bientôt compliqué par suite d’une grande méfiance mutuelle. Moultou et Girardin cachent tous deux le fait qu’ils ont entre les mains un manuscrit autographe complet des Confessions. Moultou essaie en plus de faire croire que la seconde moitié en a été brûlée par l’auteur lui-même avant son départ de Paris pour Ermenonville. Alors que Girardin avait descellé, lu et re-scellé le sien sans rien dire à personne, Moultou, quand il confie à Du Peyrou ce qu’il possède, et permet à son secrétaire d’en prendre copie, lui demande de n’en rien dire à Girardin41. Du Peyrou de son côté a gardé sous scellé tous les paquets que Rousseau lui avait confiés en dépôt ou expédiés d’Angleterre ; quand enfin il les examine, il trouve que l’un d’eux contient les trois premiers livres des Confessions et le début du quatrième « ainsi que des liasses des pièces justificatives »42, pourtant il n’en dit rien à Girardin ; et il ne sait toujours pas où peuvent se trouver d’autres copies. Sans oublier qu’il faut encore distinguer entre trouver et publier ; car Du Peyrou se laissera bientôt persuader que même si Les Confessions II étaient trouvées, il serait inconvenant de les inclure dans la Collection complète (FR, p. 82).

39Entre-temps, Girardin a appris, sans doute de Thérèse, que Rousseau en avait confié une copie à Moultou, et par conséquent il se méfie encore plus de lui :

  • 43 Girardin à Du Peyrou, CC 7471, 13 février 1779. On ne sait pas si le terme de « certitude physique (...)

M. de M. dissimule avec nous. Il a de grands égards et des ménagements à conserver pour des personnes qui ont bien des liaisons avec le camp ennemi. J’étais moralement sûr qu’il avait la totalité des papiers secrets et notamment des C. J’en ai maintenant la certitude physique puisqu’elles ont été lues en entier pendant son dernier séjour à Paris et il est bien singulier qu’il voulût nous induire à croire que la 2e partie avait été brûlée par l’auteur lui-même. D’un autre côté il nous soutient que la publication des dialogues doit être renvoyée après le siècle […].43

  • 44 Voir F. de Crue, L’Ami de Rousseau et des Necker, p. 36-45.

40C’est un fait que Moultou, ancien pasteur genevois, entretenait des relations avec Voltaire, même s’il n’avait pu lui rendre visite à Paris en 1778 quand il a vu Rousseau, et connaissait aussi Turgot, Buffon et d’autres individus qui pour Girardin se rangeaient définitivement dans le « camp ennemi »44 : on comprend que, de son point de vue, il était prudent de se méfier beaucoup de Moultou. Celui-ci s’efforcera peut-être, à la différence des deux autres, de veiller d’abord aux intérêts de certains de ses amis mondains, surtout par rapport aux Confessions II. Ce qui confère tout de même un certain prestige relatif à Moultou aux yeux de Du Peyrou, c’est son pouvoir d’arbitre par procuration :

N’êtes-vous pas dépositaire de la volonté expresse de notre pauvre ami, et devez-vous alléguer d’autres motifs que cette volonté clairement énoncée ? et si M. de G. persiste à vouloir l’emporter sur les intentions de Rousseau, il n’a qu’à arranger tout seul la besogne. Je ne m’en mêle pas et ne livre rien. Quand même cette volonté ne serait pas aussi positivement énoncée de la part de R., ses amis d’après ce que vous m’en dites, devraient la suppléer. (CC 7482, 27 février 1779)

41Voilà la question cruciale : sur un point les trois amis sont tous en principe du même avis, il faut respecter les intentions et les volontés de Rousseau. En revanche, ils ne voient pas toujours de la même façon l’application de ce précepte, c’est donc à qui représentera lesdites intentions avec le plus de force.

42Ce n’est qu’en mai 1780, de retour d’un voyage à Neuchâtel, au moment où Thérèse va cesser toute relation avec lui, que Girardin avoue enfin à Du Peyrou, en s’excusant de la dure obligation du secret qu’il a gardé, que lui aussi possède le manuscrit fatidique :

  • 45 C’est-à-dire Thérèse Le Vasseur.
  • 46 Entendre : en me rendant récemment chez vous.
  • 47 Il est permis de douter que rien ne soit inventé dans la version de Girardin.

Plus de discussions, je vous le demande en grâce, sur le cruel secret que j’ai été forcé de garder vis-à-vis de vous comme vis-à-vis de tout autre ; on45 l’avait exigé, la circonstance m’en imposait la triste nécessité ; que m’eût il servi d’ailleurs de porter avec moi46 un paquet important puisqu’il était scellé d’un cachet qui n’est point en ma disposition, et que je ne pouvais plus rompre ; mais vous avez bien dû voir dernièrement combien, dès que je m’en suis vu affranchi par l’aveu de celle même qui me l’avait imposé, je me suis empressé de me délivrer du plus grand poids qui ait jamais pesé sur mon cœur. (CC 7710, 17 mai 1780)47

  • 48 Elle a ajouté en plus, dans un rapport écrit, qu’il avait donné ordre exprès de faire ouvrir son c (...)

43Girardin raconte que Rousseau juste avant sa mort avait recommandé à Thérèse de s’en remettre à Girardin, en lui confiant aussi « les clefs de son secrétaire et tous ses papiers »48. Deux volumes que Girardin a trouvés cachetés dans le coffre-fort de Rousseau furent ouverts en présence de Thérèse et de M. Le Bègue de Presle, continue-t-il :

[…] et j’y ai trouvé, ainsi que je vous l’ai mandé dernièrement, qu’il disait au commencement du septième livre, que si la destinée de cet écrit dépendait de lui, il ne serait jamais publié qu’après la mort de toutes les personnes intéressées.

44C’est alors que Thérèse lui aurait dit que la totalité du même ouvrage aussi bien que d’autres avaient été confiés à Moultou environ un mois avant que Rousseau s’installe à Ermenonville. Thérèse l’enjoint de garder scrupuleusement le secret vis-à-vis même de Du Peyrou, « ainsi qu’à M. M. jusqu’à ce qu’il eût avoué le premier le dépôt dont il était chargé ».Elle aurait ensuite tout recacheté. Maintenant Girardin demande conseil à Du Peyrou sur la manière dont il faut procéder.

45Or si Moultou cache encore son jeu, c’est que le manque de confiance est absolument réciproque ; le secret mutuel se perpétue en se renforçant pour des raisons qu’on comprend au moins en partie. Enfin, Moultou informe Du Peyrou en juin 1780, à condition encore qu’il n’en révèle rien, qu’il possède un manuscrit complet des Confessions et qu’il le gardera en réserve jusqu’à ce qu’arrive le moment propice de sa publication dans sa totalité :

[La veuve] nous a jetés dans un vilain tracas en nous associant avec M. de G.et je ne sais trop comment tout cela finira. J’ai réclamé en mon propre nom le manuscrit des Confessions, et je suis attendant sa réponse. S’il se refuse à ma demande il faudra bien alors lui annoncer une poursuite au nom de la veuve, et sans doute que la crainte d’un éclat aussi désagréable le forcera à se rendre. […] Au surplus je trouve que vous avez raison, monsieur, de vouloir garder votre secret. Mais M. de G. paraît si convaincu que vous avez en main la copie du tout, que je crains qu’il n’en ait trouvé la certitude dans quelques notes de Rousseau. (CC 7721, 14 juin 1780)

  • 49 S. Kuwase, « Les Confessions » de Jean-Jacques Rousseau en France, p. 88-90 et 94.

46Ainsi s’installe une sorte de lutte en sourdine et en permanence entre les trois collaborateurs dont chacun – sans oublier Thérèse – se considère comme au moins en partie le dépositaire privilégié des volontés de Rousseau, la question centrale devenant immédiatement : faut-il publier Les Confessions, et si oui, quels ménagements convient-il de pratiquer ? Shojiro Kuwase explique patiemment le paradoxe selon lequel Du Peyrou et Moultou, au nom de la même fidélité à Rousseau qui les rend scrupuleux sur l’établissement des textes, en viennent à retrancher ce qu’ils estiment que Rousseau lui-même aurait retranché, deux mouvements motivés par « la même affectivité »49. Ainsi, le texte des Confessions qui plairait le mieux aux intimes amis de Rousseau n’est peut-être pas la meilleure version à donner au public parce qu’il peut donner prise à ses critiques.

  • 50 Ibid., p. 97.
  • 51 Voir ibid., p. 95. Par exemple, dans le passage sur Corvesi, on supprime l’allusion aux « goûts ul (...)

47Les suppressions des noms propres, assez limitées jusqu’au livre IV, « se multiplient au fur et à mesure que le héros avance en âge et qu’il fait connaissance avec des hommes et des femmes de qualité »50. Outre l’identité de certaines personnalités, il y a aussi des reproches de goût à craindre. Les éditeurs ont ainsi rayé, par exemple, avec quelques passages faisant allusion à l’homosexualité ou à la masturbation51, certaines expressions :

48– dans le récit sur Mlles Vulson et Goton :

Mais à mon grand regret mon secret fut découvert, ou moins bien gardé de la part de ma petite maîtresse d’école que de la mienne, car on ne tarda pas à nous séparer, et quelque temps après, de retour à Genève, j’entendis, en passant à Coutance, de petites filles me crier à demi-voix : Goton tic tac Rousseau. (p. 96 ; OC I, p. 27)

49– une boutade sur les livres érotiques :

Cependant si mon goût ne me préserva pas des livres plats et fades, mon bonheur me préserva des livres obscènes et licencieux : non que la Tribu, femme à tous égards très accommodante, se fît un scrupule de m’en prêter ; mais, pour les faire valoir, elle me les nommait avec un air de mystère qui me forçait précisément à les refuser, tant par dégoût que par honte ; et le hasard seconda si bien mon humeur pudique, que j’avais plus de trente ans avant que j’eusse jeté les yeux sur aucun de ces dangereux livres qu’une belle dame de par le monde trouve incommodes, en ce qu’on ne peut, dit-elle, les lire que d’une main. (p. 111 ; OC I, p. 40)

50– sur Mme de Warens, l’incise :

Que ceux qui me lisent suspendent un moment leur lecture à cet éloge, et s’ils trouvent en y pensant quelque autre femme dont ils puissent en dire autant, qu’ils s’attachent à elle pour le repos de leur vie, fût-elle au reste la dernière des catins. (p. 274 ; OC I, p. 178)

51– sur Mme de Larnage :

Des amours de voyage ne sont pas faits pour durer. Il fallut nous séparer, et j’avoue qu’il en était temps, non que je fusse rassasié ni prêt à l’être, je m’attachais chaque jour davantage ; mais, malgré toute la discrétion de la dame, il ne me restait guère que la bonne volonté, et avant de nous séparer, je voulus jouer de ce reste, ce qu’elle endura par précaution contre les filles de Montpellier. (p. 360 ; OC I, p. 254)

52Sur le plan de la diffusion de l’édition, le principal défi pour la Société typographique de Genève est de tenir en échec les éditions pirates puisque l’inédit, cette catégorie d’ouvrages qui suscitait de loin l’intérêt le plus intense du public, allait de ce fait même être piraté tout de suite à droite et à gauche, surtout si l’édition de Genève était interdite de vente en France. Quoique tous les trois fussent pressés, la goutte de Du Peyrou le rendait par moments indisponible. Lui et Moultou ont enfin pu travailler de concert à Neuchâtel de la fin de janvier à la mi-mars 1781 et trancher sur un certain nombre de détails encore à régler concernant les textes et les formes de l’édition, y compris la manière de composer les volumes de suppléments : y entreraient les œuvres mineures (empruntées pour la plupart au tome VIII de Boubers), la correspondance, et les commentaires de défenseurs et d’adversaires de Rousseau qui étaient par leur nature exclus des volumes des œuvres proprement dites (FR, p. 148).Pour un public qui ne s’abonnait pas à la collection complète, la Société se hâta de sortir en 1781 les Œuvres posthumes de Jean-Jacques Rousseau, ou recueil de pièces manuscrits, pour servir de supplément aux éditions publiées pendant sa vie (Genève, 1781-1782, 9 volumes in-octavo).

Tableau 2. Plan des Œuvres posthumes de Genève.

Tableau 2. Plan des Œuvres posthumes de Genève.

53Il ne s’agissait, selon Birn, de rien de moins que d’un « démembrement de la Collection » (FR, p. 150), en particulier en vue de vendre à part Les Confessions I, Rousseau juge de Jean-Jacques, Les Rêveries, et les Considérations sur le gouvernement de Pologne. Un nombre significatif d’autres ouvrages dont l’attrait a dû être considérable aussi sont publiés pour la première fois dans les Œuvres posthumes et leur supplément :

Le Persifleur
L’Engagement téméraire
Le Lévite d’Éphraïm
Projet concernant de nouveaux signes pour la musique
Examen de deux principes avancés par Rameau
Essai sur l’origine des langues
Lettre à Burney sur l’Alceste
Extrait d’une réponse…
Essai de traduction du chant I du Tasse
Olinde et Sophronie tiré du Tasse
Les Muses galantes
Lettres à Sara

  • 52 « Société Typographique de Neuchâtel », 1782. Son édition comportera une nouveauté, la lettre à M. (...)

54Ces titres seront tous également incorporés, bien entendu, dans divers tomes de la Collection complète. Ces volumes d’œuvres posthumes sont aussitôt piratés par Samuel Fauche pour compléter son édition en 12 volumes in-octavo, avec les mêmes dates et format52.

55En même temps sont livrés les tomes X et XI de la Collection complète in-quarto avec la distribution et la description suivantes :

t.X La première partie des Mémoires composée des Confessions [I] et Les Rêveries du promeneur solitaire.
t. XI La seconde partie des Mémoires, ou Rousseau juge de Jean-Jacques, en trois dialogues.

  • 53 Il en reste pourtant une trace dans l’in-12 : à la fin de chaque volume on lit : « Fin du premier (...)
  • 54 « […] ses confessions [que vos Messieurs] appellent ses mémoires » (RJJJ, p. 331).

56Cette façon de composer un triptyque autobiographique sous la rubrique « Mémoires » est particulière à l’édition in-quarto53, qui permettait de masquer la discontinuité des Confessions, dont la seconde partie (dont l’existence même n’est pas encore publiquement attestée) est passée sous silence. C’est tout de même une décision curieuse, vu que Rousseau lui-même ne parlait plus depuis longtemps que de ses Confessions, et non de ses mémoires, ayant en horreur le mot même54.

  • 55 R. A. Leigh, Unsolved Problems…, p. 136-140.
  • 56 Poinçot à la Société typographique de Neuchâtel, CC 7814, 8 mai 1782.

57En tout, le nombre d’exemplaires imprimés dans ses différents formats par la Société typographique de Genève, si l’on compte une autre édition des Confessions I pour Panckoucke qui était déjà diffusée, peut être estimé à 14 00055. En y ajoutant plusieurs éditions pirates sous diverses rubriques, Claude Poinçot, qui dresse le détail des multiples éditions en concurrence, trouve en mai 1782 que quelque 80 000 exemplaires des Confessions I sont disponibles à Paris56.

58La critique, qui se précipite sur cette aubaine de nouveautés, reproche autant à l’auteur de raconter des fadaises que d’étaler des indécences et de se livrer à des diffamations. C’est en premier lieu, naturellement, l’occasion parfaite pour une condamnation générale de Rousseau. Jean Michel Servan l’étrille dans ses Réflexions sur les « Confessions » de J.-J. Rousseau (1783) et un certain Geoffroy lui fait écho dans un compte rendu :

  • 57 Compte rendu de [J. L.] Geoff roy du livre de Jean Michel Servan, Réflexions sur les « Confessions (...)

Ce Rousseau de Genève qui a rempli toute l’Europe du bruit de ses paradoxes et de ses malheurs, avait incontestablement le cerveau dérangé : c’est ce qu’on peut dire de plus favorable et de plus honnête pour excuser les contradictions, les chimères, les calomnies, les personnalités odieuses répandues surtout dans ses derniers écrits […].
Quel monstrueux orgueil que celui d’un homme qui s’estime assez lui-même, et méprise assez le public, pour l’entretenir gravement des fadaises de son enfance et des débauches de sa jeunesse ! Quelle horrible indécence dans un philosophe, dans un sage, dans un législateur de morale, d’égayer ses vieux ans par le souvenir des désordres de son adolescence, de ruminer en quelque sorte son ancienne crapule, de s’accuser publiquement d’avoir été assez sot pour ne pas profiter de toutes les bonnes fortunes que le caprice des femmes lui a présentées, enfin de remplir un gros livre du détail curieux de ses infamies et de son libertinage, de s’y arrêter avec complaisance, sans aucune marque de repentir, et sans annoncer d’autre regret que celui de ne pouvoir plus se procurer de pareilles jouissances.57

  • 58 Voir S. Kuwase, « Les Confessions »…, p. 153-154.

59On doute en même temps de l’authenticité de ces mémoires, en affirmant par exemple que Thérèse en vendant le manuscrit aux ennemis de Rousseau leur permettait de le falsifier à volonté58. D’un autre côté, même un partisan de Rousseau comme Sébastien Mercier ne revient pas de sa déception en lisant Les Confessions, non parce qu’elles sont trop franches, mais au contraire parce qu’elles sont trop retenues (et donc mensongères) et surtout d’un style trop précieux :

Quels furent mon étonnement et ma douleur quand je vis un style de roman, des phrases apprêtées, de l’esprit, l’histoire de la vanité de l’auteur, et que je jugeai que toutes ces phrases étaient faites pour soutenir sa réputation d’écrivain, et non pour montrer l’homme à découvert. […]
Mais la faute principale est à ceux qui ont publié cet ouvrage, qui n’ont pas senti qu’il n’y avait aucune gravité dans ces confessions, et que l’auteur n’ayant pas ordonné qu’il fût publié, il s’était joué de sa matière, et la preuve en est qu’il s’était oublié jusqu’à lire son manuscrit devant quelques beaux esprits de Paris. Or les confessions d’un homme, si elles étaient ce qu’elles devaient être, n’étaient pas faites pour un cercle d’auteurs.

60Que cette critique rejoigne l’objection précédente ou non, Mercier a l’air de soupçonner des retranchements susceptibles de dénaturer l’essence même de ces Confessions :

  • 59 Sébastien Mercier, « Des Confessions de J.-J. Rousseau », dans Mon Bonnet de nuit, t.III, Lausanne (...)

Si les éditeurs ont retranché une seule ligne, ils ont détruit tout le livre. Il n’était pas permis de donner par fragment un écrit aussi important pour l’humanité ; tout Rousseau nous appartenait, et non à ses éditeurs, qui n’ont vu qu’un marché dans un livre qui intéressait l’homme, la philosophie et la morale. Ils devaient le supprimer ou le donner tout entier ; mais les éditeurs ressemblent à ces héritiers qui ne connaissent pas le prix des tableaux qu’ils possèdent, et qui en reçoivent au hasard de l’argent.59

61En quoi il a évidemment au moins partiellement raison. Mercier se révèle encore plus sévère plus tard, quand l’existence de la suite aura été confirmée, en attaquant les malheureux « receleurs » qui avaient dérobé un tel trésor au public :

  • 60 Il cite ici les dernières phrases du livre IV des Confessions.

Ses Confessions jettent déjà un grand jour sur son caractère moral ; mais par quelle fatalité faut-il que la plus intéressante moitié du tableau reste encore cachée à nos avides regards ? Accusons, au nom du public, les mains avares qui recèlent ce dépôt précieux. Il appartient à la génération présente qui a droit de le réclamer, et qui est exposée au malheur de calomnier un grand homme, si nous en jugeons par le fragment qui termine l’ouvrage unique, et peut-être étrange, dont nous parlons […].60
Maintenant, disons aux inconséquents receleurs de la seconde partie des Confessions qu’ils devaient, ou tout ensevelir, ou tout publier ; une Confession doit être pleine ; elle doit être entière, parce que la réunion de la totalité des faits répand du jour sur chacun d’eux en particulier, dissipe les soupçons, et détermine le caractère. Non, jamais les Éditeurs ne se laveront du reproche qu’ils méritent, qu’en se hâtant de le faire cesser, en faisant sortir de leurs mains un trésor de justice qui appartient au monde littéraire et philosophique. De lâches considérations pour quelques intérêts individuels, peut-être la crainte méprisable d’offenser quelques hommes intéressés à tenir le voile sur leurs iniquités particulières, doivent-elles priver le public d’un ouvrage qui doit faire son instruction et fixer ses jugements ! Mais la plupart de ces faux dieux, qu’on a craints comme des tyrans, n’existent plus, et la foudre ne sortira point de leurs tombeaux.

  • 61 S. Mercier éd., Œuvres complètes de J. J. Rousseau (première édition à s’intituler ainsi), Paris, (...)

62C’est dans l’Introduction de sa propre édition des œuvres de Rousseau qu’il parle ainsi, en 178861. En fait, il pourra grâce à Du Peyrou inclure les 12 livres des Confessions complètes dans les tomes XXIII-XXVI de la même édition, qui portent la date de 1793.

La Collection complète réalisée

  • 62 R. A. Leigh, Unsolved Problems…, p. 119-120. Je ne parlerai ici que du quarto ; voir les tableaux (...)
  • 63 Ibid., p. 119.

63Pour les souscripteurs du quarto, les douze volumes de la Collection complète des œuvres de J.-J. Rousseau publiée par la Société typographique de Genève sous la simple rubrique de « Genève » arrivent en trois livraisons, la première à la fin de juin 1780, la deuxième en avril 1781, et la troisième en juin 178262. Un Supplément facultatif en trois volumes vient les compléter en 1783 et un « Second supplément » dont on parlera plus loin en 1789. En fin de compte c’est Du Peyrou qui plus qu’aucun autre en a assuré la réalisation. Moultou s’est volontiers laissé éloigner et Du Peyrou a fini par maintenir Girard autant que possible à la périphérie. Sans sa patience et sa détermination – car des soucis d’ordre financier se sont ajoutés à ses ennuis de santé – l’entreprise n’aurait pu venir à bon port, et encore elle était loin de constituer une réussite commerciale : au bout d’un an ou deux la Société faisait banqueroute, laissant des dettes et des stocks invendus63.

  • 64 C’est Moultou qui devait d’abord écrire une « préface » qui selon Hermine de Saussure n’a pas abou (...)

64Un bref « Avant-propos » au premier tome64 fait appel à une panoplie de ressources rhétoriques pour donner une idée de la passion qui animait les éditeurs. On parle de Rousseau comme d’une sorte de divinité :

On peut sourire avec dédain à ces archivistes de la frivolité du jour, à ces échos éphémères de l’esprit d’intrigue et de parti, qui jugent un livre sans savoir lire, et prononcent fièrement sur les opinions, comme sur le style de l’auteur. Mais voir fouler aux pieds les restes encore palpitants de l’homme vertueux qui nous fut cher, qui nous aima ; entendre outrager sa mémoire, diffamer ses mœurs, noircir son caractère, et garder un silence froid ou timide, ce serait s’avouer aussi vil que le lâche qui, guettant sur le bord de la tombe, l’homme autrefois son ami, l’attendit au cercueil pour assouvir sa rage en poignardant un cadavre : bassesse atroce, qui m’enflammant d’indignation, m’inspira le projet et le plan de cette épître dédicatoire. Je la signe parce que l’honneur l’exige. Content dans mon obscurité, de cultiver en paix quelques amis, et les fruits de mon jardin, je n’ai pas la manie de répandre mon nom, mais je ne crains point de l’afficher, dès que pour la défense d’un ami, la vérité m’en fait une loi. Oui la vérité ; car les éloges donnés au caractère moral de Rousseau ne sont pas des phrases de rhéteur ; ils portent sur des faits publics, ou constatés par une foule de lettres originales qui existent entre mes mains, à plusieurs desquelles ses réponses se trouvent annexées. C’est là, c’est dans ces écrits privés que se peint la beauté de son âme, cette candeur qui la distingue, ce rare désintéressement, cette vive sensibilité, cette bienveillance universelle, cet attachement sincère à ses devoirs à ses principes, cet amour ardent de la vérité de la justice de l’honnêteté, ce zèle éclairé, si fertile en moyens de consoler, de soulager les infortunés. Mais tant de qualités éminentes ne sont-elles pas obscurcies par quelques taches ? Vous qui faites une question pareille, qui que vous soyez, rentrez au fond de votre cœur ; vous y trouverez cette réponse. Les imperfections, les faiblesses, des vices même sont l’apanage de l’homme : mais l’homme vertueux est celui qui se relevant de ses chutes, en acquiert de nouvelles forces, lutte, combat, et sort enfin victorieux.

  • 65 La ponctuation a été modernisée, hormis les points d’exclamation et de suspension.

65L’emphase, semble-t-il, ne paraît aux yeux des éditeurs ni excessive ni peut-être même suffisante. Du Peyrou prend part à cette exaltation dans une « Dédicace aux mânes de Jean-Jacques Rousseau » sur le mode de l’apostrophe où les élans oratoires se mesurent aux majuscules et points d’exclamation65 :

Dédicace aux mânes de Jean-Jacques Rousseau

  • 66 C’est Diderot qui est visé ici. Craignant des propos vengeurs sur son compte quand paraîtraient le (...)
  • 67 Cette rhétorique de rectitude morale, quoique éloignée ici de connotations religieuses, rappelle c (...)

Ô Toi dont l’âme sublime et pure, dégagée de ses liens terrestres, contemple sans nuages l’Éternelle Vérité, et repose à jamais dans le sein de la Bonté Suprême : ROUSSEAU ! Ombre chère et sacrée ! si, des sources intarissables où tu puises la félicité, ton cœur toujours aimant se complaît encore aux affections humaines, daigne entendre ma voix, et sourire à l’hommage que te présente aujourd’hui la sainte amitié.
Non, ce n’est ni à la Grandeur, ni à la Vanité, c’est à Toi, Jean-Jaques, c’est à ta mémoire que tes amis élèvent et consacrent ce monument, dépôt précieux des fruits de ton génie et des émanations de ton cœur.
En vain de vils insectes acharnés sur ton cadavre l’inondent des poisons infects dont ils font leur pâture : tes écrits immortels transmis à la postérité vont porter d’âge en âge l’empreinte et la leçon des vertus dont ta vie fut l’exemple et le modèle.
Eh ! qu’importe à la Vérité l’erreur des hommes, et leur barbarie à la Justice ? Vois d’un œil de compassion tes lâches ennemis. Tels que des coupables que la terreur accompagne et décèle, ils se troublent, ces hommes si vains, qui se disent les sages de la terre et les précepteurs des nations ; ils se troublent en voyant approcher le jour où sera arraché le masque dont ils couvrent leur difformité. Ils frémissent ; et dans leur rage aveugle, forcenée, mais impuissante, ils croient déshonorer ton nom lorsqu’ils n’avilissent que leur propre cœur.
Courageuse victime de ta sincérité, toi qui aux dépens du repos de tes jours plaças la Vérité sur son trône, et préféras par amour pour elle, aux caresses, les outrages ; à l’aisance, la pauvreté ; aux honneurs, la flétrissure ; à la liberté, les fers ; ils t’appellent Hypocrite66.......... Eux qui regorgeant de fiel, d’orgueil et d’envie, prêchent la douceur, la modération, l’humanité, et couverts des livrées de la philosophie, marchent à leur but par des voies obliques et tendent avec acharnement, mais sans se compromettre, à propager une doctrine meurtrière qui réduit tout système de morale à n’être qu’un leurre entre les mains des gens d’esprit pour tirer parti de la crédulité des simples.
Toi qui plein d’une noble sensibilité repoussas les dons offerts par la vanité ou présentés par la simple bienveillance, mais honoras du nom de bienfaits les plus légers services que te rendit l’amitié : condamné, poursuivi, persécuté sans relâche par la calomnie, l’intrigue et le fanatisme, ô Toi qui pleurant sur l’aveuglement des hommes, leur pardonnas le mal qu’ils t’avaient fait, et leur tins compte de tout celui qu’ils ne te faisaient pas, ils t’appellent Ingrat...... Eux qui jouissent de l’existence, et voudraient anéantir l’Auteur de toute existence.
Toi dont le cœur toujours inaccessible à la cupidité, à la haine, à l’envie, déploya sans crainte et sans personnalité sa foudroyante éloquence contre ces passions atroces ; Toi dont l’âme ne fut jamais fermée à l’affligé, ni la main à l’indigent ; Toi qui consacras tes talents et ta vie entière à rappeler tes frères à la raison et au bonheur, qui raffermis dans la carrière les pas chancelants de l’homme vertueux et ramenas celui qui s’égarait, ils t’appellent Scélérat............ Eux qui donnant l’exemple et le précepte, sapent par les fondements le principe des mœurs67, le lien des sociétés, et travaillent de sang-froid à délivrer l’homme puissant du seul frein qui l’arrête, à priver le faible de son unique appui, à enlever à l’opprimé son recours, à l’infortuné sa consolation, au riche sa sûreté, au pauvre son espérance.
Soulage et purifie tes yeux en les portant sur ces groupes d’Enfants rendus heureux à ta voix, de Mères rappelées à la nature, de Citoyens encouragés au culte des lois et de la liberté. Entends ce cri de reconnaissance que tous les cœurs honnêtes élancent vers toi. Il atteste à la terre que la vertu n’y est pas tout à fait étrangère. Perce l’avenir, et vois nos arrière-neveux devenus meilleurs par tes Écrits, les méditer en bénissant ton nom, et célébrer ta mémoire en pratiquant tes leçons. Contemple enfin tes amis pleurant sur ta tombe, pleins de ton souvenir, nourris de tes maximes, ne trouver, ne chercher de consolation que dans leur union fraternelle, et leur zèle pour ta gloire. Écoute et reçois le vœu sacré qu’ils te renouvellent ici par ma bouche, d’aimer par-dessus tout, à ton exemple, la justice et la vérité.
Neufchâtel, 1779
Du Peyrou

  • 68 Voir le tableau complet en fin de chapitre.

66L’édition est sans aucun doute un monument, réunissant un nombre impressionnant d’inédits dont ceux-ci68, en suivant l’ordre de leur tomaison :

  • 69 Édition incomplète ; la première publication intégrale de ce texte sera chez Didot en 1801.
  • 70 Cette histoire intercalée dans Julie figure en même temps dans les Œuvres posthumes. Selon la note (...)
  • 71 Intitulé aussi La Seconde Partie des « Mémoires ». Comme pour Les Confessions, la Société typograp (...)

t.I Considérations sur le gouvernement de Pologne69
t.III Les Amours de milord Édouard Bomston70
t.V Émile et Sophie
t.VI Réponse à un mémoire anonyme
t.VII Traduction du I er livre de Tacite
t. VII Traduction de l’Apocolokintosis de Sénèque
t. VII Lettres sur la botanique
t. VII Fragments pour un dictionnaire de botanique
t. X Les Confessions [I]
t. X Les Rêveries du promeneur solitaire71
t. XII Jugement sur le projet de paix perpétuelle
t. XII La Polysynodie
t. XII Jugement sur la polysynodie
t. XIV (Supplément II) Projet pour l’éducation de M. de Sainte-Marie
t. XIV (Supplément II) Oraison funèbre

  • 72 Du Peyrou à Moultou, CC 7756, 13 septembre 1780.
  • 73 R. A. Leigh, Unsolved Problems…, p. 120.

67Néanmoins, ne pouvant tout contrôler, Du Peyrou est déçu par les anomalies que l’édition comporte ; on le voit dans le ton de certaines de ses lettres : « Il est d’abord bien démontré que la plus grande négligence a accompagné cette première livraison, et ce n’est pas le moyen de s’attirer ni la confiance du public, ni l’approbation des amis de l’auteur. »72Il manquait la préface d’Émile. Le format des Amours d’Édouard Bomston les faisait paraître comme une continuation de la sixième partie de Julie ; de même Les Solitaires par rapport au livre V d’Émile. Divers signes laissent deviner une certaine distraction : au tome VI, par exemple, après le faux-titre, « Mélanges, tome premier », la page de titre n’indique que Jean-Jacques Rousseau, citoyen de Genève, à Christophe de Beaumont et les Lettres écrites de la montagne ; quant à la Lettre à D’Alembert, elle est précédée de sa propre page de titre, quoique la pagination soit continue. L’in-quarto ne sera jamais garni des images espérées par Du Peyrou et Girardin : les planches ne sont pas faites à temps, si bien qu’elles finissent par être vendues séparément, et seules des éditions ultérieures en profitent. Du Peyrou s’est progressivement désintéressé de l’entreprise face aux bourdes typographiques et à la qualité inférieure du papier73.

  • 74 Même Daniel Mornet, dans le chapitre sur Émile de son Rousseau, passe sous silence Émile et Sophie(...)

68On sent d’ailleurs la gêne, la consternation même des éditeurs devant Les Solitaires74, qu’ils font précéder d’un avis où, s’efforçant d’emprunter un souffle proprement rousseauiste, ils cherchent en même temps à détourner adroitement la catastrophe finale, imprévue et, somme toute, pas du tout bienvenue :

Sur le fragment qui suit

  • 75 Collection complète, in-4o, t.V, p. 450-452.

Il faut en convenir, les seuls biens sur lesquels les hommes puissent compter sont ceux qu’ils ont mis en réserve au fond de leur âme ; aussi le moyen, unique peut-être, de pourvoir efficacement à leur bonheur, c’est de leur donner des ressources sûres contre les coups du sort, soit pour les réparer à force de talents, soit pour les supporter à force de vertus. Ce fut le grand objet que M. Rousseau se proposa dans son Traité de l’éducation ; l’ouvrage suivant était destiné à prouver qu’il l’avait rempli. En mettant Émile aux prises avec la fortune, en le plaçant dans une suite de situations effrayantes, que le mortel le plus intrépide n’envisagerait pas sans frémie, il voulait montrer que les principes dont il fut nourri depuis sa naissance, pouvaient seuls l’élever au-dessus de ces situations. Ce plan était beau, l’exécution en aurait été aussi intéressante qu’utile ; c’était mettre en action la morale d’Émile, la justifier et la faire aimer : mais la mort ne permit pas à M. Rousseau d’élever ce nouveau monument à sa gloire, et de reprendre cet ouvrage qu’il avait interrompu pour ses Confessions.
Nous donnons au public le seul morceau qu’il en ait écrit, et nous le disons sans détour, nous le donnons avec une sorte de répugnance. Plus le tableau qu’il nous présente est empreint du génie de son sublime auteur, et plus il est révoltant. Émile désespéré ! Sophie avilie ! Qui pourrait supporter ces odieuses images ! J’ai du moins la ressource des larmes quand je vois la vertu malheureuse gémir ; mais que me reste-t-il quand elle est en proie aux remords ? Et puis, quelle confiance prendrait-on dans des préceptes qui n’ont abouti qu’à faire une femme adultère ? S’il est vrai cependant que les éducations austères ne font que des hypocrites de vertu, l’éducation seule de Sophie doit faire des filles vertueuses ; mais des filles vertueuses deviennent-elles des épouses perfides et parjures ? Gardons-nous d’imputer à M. Rousseau ces contradictions. Nous le savons : elles n’existaient point dans son plan. Aurait-il voulu défigurer lui-même son plus bel ouvrage ? Sophie fut coupable, elle ne fut point vile, d’imprudentes liaisons firent ses fautes et ses malheurs : une femme vicieuse et jalouse de ses vertus, sans altérer son âme pure, surprit sa simplicité ; un breuvage empoisonné n’égara ses sens qu’en troublant sa raison ; l’infortunée cédait à son époux en se livrant au vil séducteur qui outrageait son innocence ; elle succomba comme Clarisse, et se releva plus sublime qu’elle. Mais si Émile devait connaître l’excès du malheur, ne fallait-il pas que Sophie fût infidèle ? Auprès d’elle pouvait-il être malheureux ? Et qui pouvait l’en séparer ? Les hommes… La mort… Non : le crime seul de Sophie.
Pourquoi M. Rousseau n’a-t-il pas achevé ces tristes récits ? Pourquoi ce long tissu d’objets funestes, de traverses, de calamités, de fautes, de remords, de désespoir et de repentir, ne nous a-t-il pas conduits à ces jours de paix et de gloire où, vainqueurs du sort, des hommes et d’eux-mêmes, Émile et Sophie, ivres d’amour et brillants de vertus, auraient, loin des humains et dans le calme de l’innocence, retrouvé le bonheur de leurs premiers ans.
Quel cœur flétri par le sentiment de leurs peines ne se serait pas ranimé aux doux accents de leur félicité !
Oui, ma Sophie, retraçons le cours fortuné de nos beaux jours, n’en laissons point effacer la mémoire après les avoir rendus si charmants. Rappelons leurs transports, leurs délices ; rappelons jusqu’à leur traverses, jusqu’à ces temps cruels de ta faute et de mon désespoir. Temps de douleurs et de larmes, que l’amour, les vertus, le bonheur ont si bien rachetés ! Oh ! qui voudrait à ce prix n’avoir pas souffert, n’avoir pas gémi, n’avoir pas détesté sa vie et n’avoir pas vécu !
Pleurs de douleur et de rage, qu’êtes-vous dans ces torrents de joie et de plaisirs qui vous ont absorbés !
Souvenirs amers et délicieux, ne vous dérobez jamais à nos cœurs, dont rien ne peut plus troubler la paix.
Tenez-nous lieu de tout maintenant que, bornés à jamais l’un à l’autre, nous sommes seuls sur la terre, et que le genre humain n’est plus rien pour nous.
Sophie, ma chère Sophie, que ne puis-je revivre tous les jours de ma vie dans chacun de ceux que je passe avec toi, je n’en aurais jamais assez pour goûter ma félicité !75

69Mais imiter le cher Rousseau n’est pas chose facile. Ils ne furent guère les seuls à l’époque qui, envoûtés quasi en permanence par le souffle de vertu éveillé par le nom même de Rousseau, croient pouvoir spontanément emprunter son talent rhétorique. Cette pièce à la fois contrainte et passionnée est d’autant plus remarquable dans cette édition que, à part la grandiloquence du début et diverses suppressions silencieuses, la main des éditeurs est en général peu manifeste.

70Le tome I correspond à celui du plan de Rousseau en 1764-1765, complété par un ouvrage plus récent, les Considérations sur le gouvernement de Pologne. Ensuite apparaît, comme avant, le romancier et l’éducateur : ordre coutumier sauf l’ajout dans chaque cas d’une suite posthume (Les Amours d’Édouard Bomston, Émile et Sophie) en guise de prolongement, et le prologue embarrassé des éditeurs en tête de la seconde. Les deux volumes de Mélanges (tomes VI et VII) renferment, avec quelque redistribution, les matières des tomes IV et V du premier projet – la Lettre à Christophe de Beaumont et les Lettres écrites de la montagne étant reportées au deuxième volume – sauf le théâtre qui fait un volume à part (tome VIII) et tout le Dictionnaire de musique (tome IX) en un gros volume. Des deux volumes baptisés Mémoires, le premier est composé des Confessions I et des Rêveries du promeneur solitaire ; le second est un volume relativement mince pour Rousseau juge de Jean-Jacques, avec les anomalies dont on parlera plus loin. La paix perpétuelle et la polysynodie sont gardées pour le tome XII, et les polémiques, incorporant des pièces par d’autres que Rousseau, pour les Suppléments. C’est essentiellement le même ordre dans les autres formats, avec l’étalement inévitable dans des volumes plus petits et plus nombreux. Pour les éditions in-octavo et in-douze, Julie, dont les six parties se divisent commodément en deux pour le quarto, est taillé en morceaux incongrus afin de pouvoir être répartie en 4 volumes.

  • 76 Une addition « non avouée par les amis de l’auteur », comportant entre autres choses les œuvres de (...)

71Le Supplément annoncé avec la dernière livraison76 est expliqué par les éditeurs dans un avis daté du 1 er mars 1782 ; ayant déterminé dès le départ que la Collection proprement dite ne consisterait strictement qu’en écrits authentiques de Rousseau, dont en plus ils pouvaient être sûrs qu’il les aurait publiés lui-même, un supplément devenait pour ainsi dire obligatoire :

  • 77 Avis de la Société typographique de Genève (12 pages in-4 o) sur un Supplément à la Collection des (...)

Il est résulté de leur scrupuleuse attention : 1 o que l’on ne trouve pas dans cette Collection plusieurs pièces relatives aux ouvrages de l’auteur, qui ayant occasionné des réponses de sa part, peuvent être regardées comme nécessaires à l’intelligence des écrits auxquels elles se rapportent, et qui en effet ont été insérées dans tous les recueils de ses œuvres qui ont paru jusqu’à présent. 2° Que plusieurs personnes qui avaient dans leurs portefeuilles des lettres ou autres écrits de M. Rousseau dont lui-même n’avait pas gardé de copie, ayant eu l’honnêteté de nous les communiquer depuis que notre entreprise fut connue, ces pièces, quoique très authentiques, n’ont pu entrer dans la Collection avouée par les éditeurs ; par les mêmes motifs ils n’y ont point inséré plusieurs ouvrages imprimés depuis sa mort, qui étaient le fruit de sa jeunesse, et que peut-être il avait lui-même oubliés.
Ainsi, à bien des égards, cette Collection ne peut pas encore être regardée comme complète.77

72Ils vont donc offrir hors abonnement un recueil de « tout ce qui est relatif à la personne ou aux ouvrages de cet homme extraordinaire et de cet écrivain célèbre » :

Ce supplément contiendra plusieurs écrits qui n’ont point encore paru. Toutes les pièces dont il sera composé peuvent en général se ranger sous trois classes. La première renfermera les écrits auxquels ont donné lieu divers ouvrages de M. Rousseau ; la seconde le recueil des productions de la jeunesse de M. Rousseau, et d’autres auxquelles il n’avait pas mis la dernière main ; la troisième enfin les pièces relatives à diverses époques de sa vie, telles que son séjour à Môtiers-Travers, et son voyage en Angleterre, lesquelles seront suivies de quelques autres qui ont paru depuis sa mort, ou qui rendent compte de ses derniers moments.

73Ils ajoutent la liste des ouvrages qui y figureront, en avertissant le lecteur que si certains ouvrages auxquels il s’attend peut-être y manquent, c’est qu’ils sont de provenance incertaine.

74Les trois volumes du Supplément sont donc en grande partie composés de documents annexes écrits par d’autres que Rousseau : réfutations, observations et réponses, mais aussi de quelques découvertes tardives et des pièces jugées sans grande conséquence, plus un mélange de lettres. Les deux volumes du Second Supplément, rajoutés sept ans plus tard, constituent l’édition de Du Peyrou (c’est-à-dire intégrale) des Confessions II tout en lui permettant de rajouter encore un certain nombre de lettres.

  • 78 Du Peyrou déclarera que Moultou avait apporté avec lui à Neufchâtel « en particulier les Dialogues(...)
  • 79 Omis dans les OC en Pléiade : voir note t.I, p. 1615.
  • 80 Jean-François Perrin prend note de toutes ces différences, mais du point de vue d’un lecteur situé (...)

75Bien que Moultou possède un manuscrit complet de Rousseau juge de Jean-Jacques, et qu’ils aient cherché à dissuader Boothby de publier le sien du premier dialogue78, la Collection complète imprime l’« Avertissement de l’éditeur du premier dialogue », qui est de Boothby, avec sa table des matières qui ne se trouve nulle part dans leur manuscrit (qui en fait est ultérieur). Elle garde le billet : « Qui que vous soyez […] »79et le titre « Du sujet et de la forme de cet écrit », qui ne figurent pas non plus dans le manuscrit de Genève, sans toutefois retenir les titres des deux autres dialogues tels qu’ils sont annoncés par Boothby80. Le premier dialogue tout entier est d’ailleurs donné d’après l’édition de Boothby, y compris ses notes, on se demande bien pourquoi. Quelle autorité devait posséder pour eux une édition partielle à Londres, alors qu’ils disposaient d’un manuscrit complet provenant directement de Rousseau ? Quoique Boothby eût reçu son manuscrit en 1776 et Moultou le sien en 1778, Du Peyrou a dû penser que celui-là était le plus récent, même s’il était incomplet, dans la mesure où des détails que Rousseau avait supprimés pouvaient paraître au contraire comme des ajouts – notamment le sous-titre, l’épigraphe, et une table comportant un titre pour chaque dialogue. Mais il n’agit pas de manière conséquente, puisque tout en imprimant la table, il n’utilise pas les titres de chapitres. Moultou retranche en outre treize passages dans les deuxième et troisième dialogues et dans l’Histoire du précédent écrit.

  • 81 Jérôme Vercruysse, « Boubers », DJJR, p. 108.
  • 82 Comme le montre par exemple cette note des Amours d’Édouard Bomston, copiée textuellement : « Cett (...)

76Je n’insisterai pas sur le détail des piratages plus ou moins sporadiques de la part de la Société typographique de Neuchâtel et d’autres imprimeurs. Les gros tomes X à XII portant le nom de Boubers constituent une suite imprimée on ne sait où, mais ailleurs qu’à Bruxelles, en 178381 ; mais si les textes sont bien pillés dans la Collection complète82, c’est loin d’être une simple imitation du Supplément de la Société typographique de Genève. Le piratage n’est d’ailleurs aucunement déguisé ; au contraire, le tome X commence par un « Avis aux lecteurs » qui reproche aux éditeurs de Genève d’avoir accueilli de nombreux articles qui non seulement n’auraient pas été avoués par l’auteur mais « ne sont d’aucun intérêt public », et se targue de sa propre économie en comparaison de leur édition. On trouvera autant de matières, affirment-ils, dans leurs douze volumes savamment composés que dans les quinze volumes artificiellement gonflés de Genève, les pièces omises ayant permis la suppression de deux volumes inutiles. Ils donnent même une table du supplément de Genève en désignant par un astérisque les pièces retenues ; presque rien du tome XV en effet ne s’y retrouve. Leur édition offre en plus, d’après Le Barbier, « une superbe suite de vignettes et de trente-huit estampes supérieurement gravées ». Leur recueil de lettres au tome XII en comporte autant que la Collection complète, dont beaucoup sans indication de destinataire.

77Pour illustrer à quel point les divers libraires se précipitent pour piller les dernières nouveautés, voici une table des tomes X à XII de cette prétendue continuation de l’édition de Boubers intitulée Œuvres posthumes de J. J. Rousseau.

Tableau 3. Les Œuvres posthumes de Boubers.

Tableau 3. Les Œuvres posthumes de Boubers.

La réapparition des Confessions

78D’après le récit du fils cadet de Moultou, Rousseau avait remis à son frère Pierre des manuscrits qu’il confiait à leur père, le liant par la même promesse pour le cas où le père viendrait à mourir :

  • 83 Dans Georges Streckeisen-Moultou, Œuvres et correspondance inédites, Paris, Michel Lévy Frères, 18 (...)

Rousseau, sentant alors approcher sa fin, donna tous ses manuscrits à mon père, à l’exception d’une copie des Confessions, qu’il garda ; il n’y avait que mon frère de présent à la remise de papiers si précieux ; l’un et l’autre m’ont souvent parlé de la solennité de cet instant et de l’émotion qu’ils éprouvèrent en recevant un pareil trésor. Rousseau en éprouva lui-même, et, tout en priant mon père et mon frère de ne faire paraître la seconde partie des Confessions que dans le dix-neuvième siècle et après la mort de ceux qui y sont étaient nommés, il laissait à leur prudence de juger du moment propre à la faire connaître du public, et il ajouta plusieurs fois que, si quelques circonstances imprévues exigeaient que cette publication se fît avant l’époque qu’il avait fixée, le dépositaire de ces manuscrits pouvait la devancer sans être arrêté par la phrase qui était contenue à la fin du dernier livre des Confessions.83

  • 84 Édition aussitôt contrefaite à Paris par Poinçot et Lejay, 1789, 2 volumes. Une édition conservée (...)
  • 85 S. Kuwase, « Les Confessions »…, p. 201-204. Ils retranchent aussi un certain nombre d’allusions à (...)

79Étant donné la précision de cette injonction et la solennité de l’engagement, il est hors de question que Paul Moultou eût jamais cédé prématurément ce manuscrit des Confessions. Pierre cependant, après sa mort survenue en juin 1787, ne sent pas le même scrupule : sans consulter Du Peyrou ni Girardin, il vend Les Confessions II à deux libraires genevois, Jean-Paul Barde et Garpard Joël Manget, qui les publient en 1789 avec de nombreux remaniements, en guise de « second supplément » de la Collection complète (tomes XXXI-XXXII in-octavo) mais en fait sans relation avec elle84. En supprimant certains mots jugés impudiques et d’autres passages susceptibles d’offenser des personnes encore vivantes, Barde et Manget, d’après Kuwase, « ont interprété et mutilé l’œuvre de Rousseau selon les même normes que Moultou et Du Peyrou dans leur édition de 1782 »85.

  • 86 Voir R. Trousson, « Isabelle de Charrière et Jean-Jacques Rousseau », surtout p. 28-34.

80Du Peyrou, stupéfait, et ignorant où Barde et Manget ont pu obtenir un manuscrit de cette suite, craint qu’on ne lui impute la responsabilité de ce qu’il ne peut voir que comme une trahison de Rousseau et des accords préalables établis avec ses partenaires. Sa propre copie tenue sous clef aurait-elle été subtilisée86, ou Girardin aurait-il cédé celle qu’il s’était appropriée ? Il décide d’insérer dans Le Mercure de France une « Déclaration relative aux Confessions » où il blâme les libraires et « la violation de la volonté très expresse de son auteur, suivant laquelle cet ouvrage ne devait voir le jour qu’au commencement du siècle prochain » – critère qu’il a lui-même respecté au point que la partie des œuvres dont il avait lui-même fourni les manuscrits était restée « telle et dans le même ordre que l’auteur lui-même l’avait décidé ». Il n’a « point été le dépositaire d’aucun de ses ouvrages posthumes qui ont paru », mais on peut être sûr que « si la chose eût dépendu de [lui], les volontés de Rousseau eussent toutes été religieusement remplies ». Il constate l’existence de deux manuscrits holographes des Confessions, dont l’un « a été par lui-même confié, ainsi que celui de ses dialogues, à son ami M***, de Genève » ; quant à l’autre :

[…] trouvé, à la mort de l’auteur, dans son bureau, enveloppé et cacheté, [il] est devenu, par la connivence de la veuve de Rousseau, la proie de M. le marquis de G***, qui s’est permis de se l’approprier, d’en rompre le sceau, et d’en taire la découverte à ces mêmes amis de Rousseau, avec lesquels il s’était mis en tiers de confiance et de soins, pour honorer la mémoire de Rousseau par une édition fidèle de ses œuvres, et remplir ses intentions en assurant un sort aisé à sa veuve.

  • 87 Rousseau et Thérèse s’étaient « mariés », sans prêtre mais avec témoins, le 30 août 1768 : voir so (...)
  • 88 Du Peyrou au Mercure, CC 7963bis, 27 octobre 1789, lettre parue dans le Mercure du 21 novembre 178 (...)

81Du Peyrou, on le voit, n’a plus besoin ou envie de ménager Girardin ni Thérèse Le Vasseur, qui s’est d’ailleurs remariée87 entre-temps avec un valet d’écurie de Girardin. Du Peyrou n’a pas de paroles assez dures pour « les principes de ceux qui se sont permis de trafiquer à leur profit pécuniaire les dernières volontés de l’homme le plus infortuné pendant sa vie, et le plus digne des hommages et de la reconnaissance de son siècle et de la postérité »88.

  • 89 Barde et Manget à Du Peyrou, CC 7971, 28 novembre 1789.
  • 90 Voir R. Trousson, « Isabelle de Charrière […] », p. 29-30.

82Les libraires de Genève, outrés, lui répondent que pour eux la volonté de Rousseau, « expresse ou supposée sur ce point, a été inconnue ou absolument indifférente, ne lui ayant jamais rien promis, ni à personne pour lui à cet égard ». Ils se défendent d’avoir acquis le manuscrit comme l’avait suggéré Du Peyrou « par des moyens peu délicats », mais sans dire comment, et font complètement abstraction d’éventuelles intentions de Rousseau, en soutenant que ce qui regarde « la délicatesse de ses dépositaires » ne peut en aucun cas atteindre « la réputation des libraires éditeurs »89. Façon peut-être de menacer Du Peyrou d’une accusation de libelle s’il insiste… Par leur action ils ont en tout cas mis fin pour toujours au critère des intentions de l’auteur. Entre-temps, Pierre Moultou, dans une lettre datée du 12 novembre et publiée dans le Journal de Genève du 5 décembre, s’efforce de donner l’impression qu’il n’est point lié à toute cette histoire90.

  • 91 Du Peyrou au Mercure, CC 7969, 19 novembre 1789, lettre parue dans le Mercure du 5 décembre 1789 p (...)
  • 92 Du Peyrou à Barde et Manget, CC 7975, 2 décembre 1789.

83Dans une autre lettre au Mercure Du Peyrou déclare que, comme il est le vrai propriétaire de la plupart de lettres qui accompagnaient la suite des Confessions, il présume, sans remettre directement en cause son légataire, que les copies qu’il en avait fournies à Paul Moultou sont passées entre des « mains qui en ont trafiqué avec les libraires Barde et Manget ». Il atteste que leur édition des Confessions II paraît « généralement conforme » à sa propre copie91, cependant il n’en décrit pas moins leur édition, dans une lettre personnelle, comme « tronquée et même falsifiée dans quelques passages »92. Il objecte en outre dans un post scriptum que ne donne pas le Mercure (mais qui sera reproduit dans sa propre édition) :

  • 93 CC 7969, en note ; texte paru dans l’édition de Louis Fauche-Borel.

[…] qu’il y a plus que des inexactitudes dans cette édition ; qu’on s’y est permis, non seulement de corriger le style de Rousseau, ce qui n’est que ridicule ; mais encore de supprimer certains passages, et même d’en falsifier d’autres, ce qui est plus que ridicule.93

84Alors que Paul Moultou aurait sans doute, pour justifier de telles interventions, attesté les intentions de l’auteur, Barde et Manget font fi de cette notion, ne se défendant qu’au nom du bon goût qui est le leur :

  • 94 Barde et Manget à Du Peyrou, CC 7979, 5 décembre 1789.

Oui, Monsieur, nous avons retranché les noms et environ deux pages de grossières, plates et basses injures envers des personnes vivantes et respectables, injures qui n’ont aucune importance dans les faits, aucun mérite de style, aussi peu glorieuses à leur bilieux auteur qu’inutiles au public. Voilà, Monsieur, tous les retranchements que l’honnêteté nous a dictés […].94

85Du Peyrou, déjà familier de ce genre d’autocensure, souhaite maintenant un texte intégral comme nécessaire au maintien de la décence. Un ami lui écrit personnellement avec le même argument :

  • 95 Gabriel Cramer (?) à Du Peyrou, CC 7976, 4 décembre 1789.

[…] pourriez-vous sans regrets, je dirai même sans remords rendre cette délicatesse [des nouveaux libraires] inutile en contribuant de sens froid à une nouvelle édition de ces maudites Confessions qui n’auraient jamais dû voir le jour, dans laquelle nouvelle édition vous rétabliriez le texte original dans toute sa pureté c’est-à-dire les lâches et grossières insultes dans toute leur intégrité, car je sais de bonne part qu’il n’y a pas d’autre différence ?95

86Pierre Moultou pour sa part défend sans concessions à la fois le principe de ses droits en tant que propriétaire du manuscrit, et les mesures que Barde et Manget ont prises de concert avec lui, comme relevant de son devoir envers Rousseau :

  • 96 Pierre Moultou à Du Peyrou, CC 7982, vers le 6 décembre 1789 ; voir aussi sa lettre à Coindet, CC (...)

Sachez, monsieur, que celui qui, seul légitime propriétaire de ces Mémoires, en efface les noms des personnes qui y sont spécifiées d’une manière dure et pénible ne fait aucun tort à l’auteur, ne falsifie pas les choses, ne commet point d’infidélités ; que celui qui retranche quelques expressions que l’auteur en proie au chagrin et consumé de mélancolie a laissé échapper dans des moments d’amertume, contre des personnes qu’il croyait être la cause de ses malheurs, ne corrige pas pour cela son style, mais fait ce que l’auteur lui-même eût voulu faire s’il eût été de sang-froid. Mais que celui qui, au contraire, empruntant le masque de la vérité, et trahissant la confiance d’un ami, veut immoler sur la tombe de Rousseau une foule de victimes, ne sait point honorer la mémoire de ce grand homme, se rend coupable d’une méchanceté froide, et doit être justement accusé d’un vil trafic.96

  • 97 Société littéraire-typographique, 1783-1789, 34 volumes in-12.
  • 98 Londres [Reims], 1780-1791, 38 volumes in-18 o.Voir R. A. Leigh, Unsolved Problems…, p. 145.

87Pour lui, les éditeurs évitent la calomnie en protégeant la réputation de gens estimables et encore en vie comme Coindet, Mme d’Épinay et Grimm ; tout autre procédé serait la véritable trahison. Cherchant à saturer le marché aussi rapidement que possible, Barde et Manget ont imprimé 3 formats de suppléments assortis à ceux de la Collection complète de Genève, plus 2 autres volumes correspondant à l’édition autonome de Genève de la première partie – qu’ils ont de surcroît reproduite – sans compter 3 volumes in-douze pour compléter l’édition de Kehl97 et 5 volumes in-dix-huit pour compléter celle de Cazin98.

  • 99 Voir S. Kuwase, « Les Confessions »…, p. 196.
  • 100 Le nombre de volumes dépend du format : comme Barde et Manget, il imprime à la fois in-8 o et in-1 (...)
  • 101 Lettre 716 à Benjamin Constant, 29 mai-17 juin 1790, dans Isabelle de Charrière, Œuvres, Amsterdam (...)
  • 102 Isabelle de Charrière, Éclaircissements relatifs à la publication des « Confessions » de Rousseau, (...)
  • 103 I. de Charrière, Plainte et défense de Thérèse Levasseur, dans Œuvres, édition citée, t.X, p. 176.

88Il s’ensuit que Du Peyrou s’estime obligé de produire en hâte le texte authentique et intact de Rousseau. En fin de compte, c’est après tout lui l’héritier véritable de Rousseau et l’ultime dépositaire de sa volonté99.Il a un défenseur en la personne d’Isabelle de Charrière, sa collaboratrice en novembre et décembre 1789 dans la préparation de l’édition des Confessions II qui sortira en juin 1790 chez le libraire Louis Fauche-Borel de Neuchâtel100. Elle confie à Benjamin Constant qu’elle est l’auteur de l’« avertissement du libraire » et de l’« épître de l’éditeur »101. À son avis, il ne s’agit plus de prendre son parti sur la volonté présumée de Rousseau ; la Révolution a de toute façon changé la donne, il n’est plus besoin de ménager personne. Citant Rousseau (« je ne saurais me peindre sans peindre beaucoup de gens, et je n’ai pas le droit d’être aussi sincère pour eux que pour moi », elle rétorque qu’« en 1789 on est en possession d’être sincère pour les plus grands princes, pour les ministres les plus estimés, et de leur vivant, et avec le public »102. Par conséquent, il ne faut plus hésiter à présenter au public le texte de Rousseau dans toute sa brutale vérité ; Charrière se moque des ménagements de Barde et Manget. « Qu’importait dans le fond à M. Rousseau que ses Confessions fussent imprimées plus tôt ou plus tard ? Cela ne lui fait vraisemblablement rien. »103

89La stratégie de Fauche-Borel est de concurrencer Barde et Manget en imprimant la « seconde partie » des Confessions assortie à diverses réalisations antérieures des Confessions I, et pour cette raison intitulée Seconde partie des Confessions, enrichie d’un nouveau recueil de ses lettres avec le faux-titre : Mémoires. L’une de ces suites se présente sous format in-dix-huit en 7 volumes numérotés de IV à X de manière à compléter les tomes I à III d’un autre libraire :

t. IV Livres VII-VIII (307 pages)
t. V Livres IX-X (356 pages)
t. VI Livres XI-XII (400 pages), complétés par une « Déclaration de l’auteur », une Déclaration de Jean-Jacques Rousseau », et la Vision de Pierre de la Montagne.
t. VII-X Lettres diverses (376 lettres : 336, 336, 328, 324 pages) dans l’ordre chronologique

  • 104 Du Peyrou à Charrière, Lettre 677, Œuvres, édition citée, t.III, p. 170 ; il précise que cette exp (...)

90Le libraire remercie d’abord Du Peyrou d’avoir aidé « un établissement naissant » au moment des « prémisses de [s]on imprimerie » (t.IV, p. v).Vient ensuite un Discours préliminaire (p. vii-xxxvi) où Du Peyrou cherche à « confondre complètement ces misérables »104que sont Barde et Manget :

  • 105 Voir la fin du livre VIII des Confessions.

J’ai cru devoir au public l’édition que je donne aujourd’hui ; et puisque les dix derniers livres des Confessions paraissent avant le terme que Rousseau avait indiqué105, et me mettent dans la nécessité de publier ce qui devait les accompagner, je veux du moins qu’ils paraissent tels que leur auteur les a écrits, tels qu’il entendait qu’on les imprimât. Ai-je tort de le vouloir ? On l’a dit, on a même calomnié ma conduite et mes motifs. Il faut donc me justifier. (p. vii-viii)

91Il évoque la « triste méfiance » de Rousseau à son égard, la réunion des trois éditeurs à Neufchâtel, sa sympathie pour Moultou et son regret de se trouver en confrontation publique avec son fils…

  • 106 R. A. Leigh, Unsolved Problems…, p. 141.

92Du Peyrou n’y dissimule pas non plus son désappointement pour la qualité matérielle de toute la Collection complète, qu’il attribue aux circonstances politiques : « [L]’édition fut confiée à des Genevois qui lui auraient donné plus de soins, sans les dissensions qui déchirèrent dans ce temps-là leur patrie et les agitèrent eux-mêmes » (p. xi). Il explique les provisions financières qui avaient été fixées en faveur de Thérèse, y compris la somme mise en réserve pour des enfants ou autres parents de Rousseau si d’aucuns se retrouvaient, l’accord qui avait été signé le 29 septembre 1779, la copie du manuscrit des Confessions qu’il avait fait prendre chez lui. Ayant appris longtemps après que Barde et Manget l’avaient acquis et l’imprimaient (p. xxiii), il a inséré la déclaration que l’on sait dans le Mercure du 21 novembre 1789. Puis, au moment de la publication, il a vu paraître des lettres qui n’appartenaient pas à Moultou, pour qui il en avait fait faire des copies (p. xxv-xxvi). Forcé d’agir pour l’honneur de Rousseau comme pour le sien propre, Du Peyrou juge maintenant que « toute espèce de retranchement était une sorte d’infidélité » (p. xxxiii), d’où cette publication intégrale de son manuscrit. Le résultat paradoxal est que la version publiée d’après le manuscrit holographe de Rousseau à Genève est moins fidèle que celle qui suit la copie de Du Peyrou106.

  • 107 I. de Charrière, Œuvres, édition citée, t.III, p. 177. Voir pour de plus amples informations H. de (...)

93Ainsi s’achèvent en même temps la Collection complète des œuvres de Jean-Jacques Rousseau et l’entière révélation des Confessions. La mise en vente est annoncée le 26 avril 1790 dans le Supplément du Journal de Paris107.

Tableau 4. La Collection complète de Genève in-quarto, 1781-1783.

Tableau 4. La Collection complète de Genève in-quarto, 1781-1783.

Tableau 5. La Collection complète de Genève in-octavo.

Tableau 5. La Collection complète de Genève in-octavo.
  • * Je n’ai pu voir le tome XXIX, correspondant apparemment à la cote Z-36277 à la BNF.

Note **

94Au tome XI de la Collection complète in-octavo (BNF Z-36259) le faux-titre porte : « Mélanges, tome premier », sans indication aucune de tomaison dans la collection. À l’intérieur du volume, la Lettre à Christophe de Beaumont et la Lettre à M. D’Alembert ont chacune leur page de titre indépendante quoique la pagination soit continue, et rien n’indiquerait, sans la table à la fin, que le volume inclut aussi bien la « Réponse à une lettre anonyme » et De l’imitation théâtrale. La présentation est la même au tome XII mais dans ce cas il n’y a pas d’autre texte que les Lettres écrites de la montagne. Au tome XIII la page de titre n’indique que le premier des ouvrages ; de même, le tome XIV ne porte de page de titre que pour la traduction de Tacite. La table des « Mémoires » (fin du tome XXII) incorpore à la fois la rubrique générale de « Mémoires » et les titres donnés à chacun des trois dialogues par la Table des manuscrits de Boothby et de Condillac.

Tableau 6. La Collection complète de Genève in-douze.

Tableau 6. La Collection complète de Genève in-douze.

Notes

1 Jean Charles Lenoir (1732-1807) est lieutenant de police depuis 1734 ; sur cet entretien, voir CC, t.XL, appendice A664, p. 282 et 284.

2 Le 2 juillet.

3 Il faut noter que les Mémoires secrets sont une sorte de registre des événements et non une source originale ; ils empruntent quelquefois leurs informations aux autres journaux, comme on le verra en consultant l’édition critique indiquée dans la liste des abréviations en début d’ouvrage.

4 Voir sur cet épisode F. Moureau, « Les inédits de Rousseau et la campagne de presse de 1778 », p. 411-425.

5 Voir aussi la notice des MS du 9 mars 1779b.

6 MS, 29 mai 1779d. Cette liste est à peu de chose près la même, dans le même ordre et avec les même gloses, que celle donnée dans le Prospectus annoté par Du Peyrou (CC 7462, 8 février), ne retenant que ceux des titres qui sont encore en manuscrit.

7 Pour une chronologie des premières parutions, voir FR, p. 254-256.

8 Voir R. A. Leigh, Unsolved Problems…, p. 118, et FR, p. 74.

9 Traité entre Du Peyrou, Moultou, et la Société typographique de Genève, CC 7444, 23 et 26 janvier 1779.

10 Du Peyrou à la Société typographique de Genève, CC 7450 [2], 30 janvier 1779.

11 Rousseau à Rey, CC 6946, 14 juin 1772.

12 Du Peyrou connaît-il déjà le passage au livre XII des Confessions (p. 777 ; OC I, p. 602-603) qui le traite peu généreusement ?

13 Citation de Rousseau par Girardin dans une lettre à Du Peyrou, CC 7209, 22 juillet 1778.

14 Discours sur l’origine de l’inégalité, « Avertissement sur les notes », OC III, p. 128.

15 Sur les interminables problèmes posés par les Confessions en particulier, voir H. de Saussure, Étude sur le sort des manuscrits de J.-J. Rousseau, p. 14-20.

16 Du Peyrou à Girardin, CC 7334bis, octobre 1778.

17 R. A. Leigh, Unsolved Problems…, p. 120.

18 Ibid., p. 121. Sur la plus mystérieuse petite in-12, sans doute fabriquée par la Société pour un autre libraire, voir ibid., p. 121-133.

19 Traité des trois amis avec la Société typographique de Genève, CC 7614, 18 septembre 1779.

20 « Quant aux Confessions il me semble comme à M. de Malesherbes qu’il convient dans l’édition qu’on se propose d’en faire, de supprimer les noms propres, ou de se borner à la première lettre de ces noms, et cela sans exception de personne » (Du Peyrou à Moultou, CC 7556, § 7, 5 juin 1779).

21 Girardin à d’Angiviller (?), CC 7237, début août 1778.

22 Girardin à d’Angiviller, CC 7293, 10 septembre 1778 ; je souligne.

23 Traité entre Du Peyrou, Moultou, et la Société typographique de Genève, CC 7444, 23et 26 janvier 1779. Toute la musique, que Girardin se réservait, est également exclue du contrat. Il publiera un recueil d’une centaine de pièces sous le titre inventé de Consolations des misères de ma vie, ou recueil de romances et de duos (Paris, De Roulle de la Chevardière, et Esprit, 1781) : voir OC II, p. 1166-1173 et l’article de Daniel Paquette dans DJJR, p. 171-172.

24 Brouillon (peut-être jamais envoyé) d’une lettre de Girardin à Moultou, CC 7231, [2 août 1778].

25 Du Peyrou à Moultou, CC 7243, 5 août 1778.

26 Voir S. Kuwase, « Les Confessions » de Jean-Jacques Rousseau en France, p. 95.

27 Girardin à Boothby, CC 7239, début août 1778.

28 Il évoque bien « trois dialogues », mais c’est un malentendu : Boothby peut les décrire grâce à la table qui figure en tête de son manuscrit (et que Rousseau fait disparaître par la suite), bien qu’il ne dispose que du premier dialogue seulement.

29 Charles Claude Flahaut de La Billarderie (1730-1810), comte d’Angiviller, est directeur général des bâtiments du roi depuis 1774. Ses relations avec Rousseau restent un mystère, car on n’a aucune lettre qui en témoigne.

30 Cette remarque a amené certains éditeurs à conclure que ce manuscrit n’était pas complet. Au contraire, la question évoquée est de savoir si sa publication serait « convenable ».

31 Girardin à Du Peyrou, CC 7403, 16 décembre 1778.

32 Celle de la Chambre des députés à Paris, passée par d’Angiviller, et celle de la bibliothèque universitaire et publique de Genève.

33 Deleyre à Girardin, CC 7351, 12 novembre 1778.

34 Deleyre à Girardin, CC 7405, 18 décembre 1778.

35 Thérèse Levasseur à Du Peyrou, CC 7681, 6 mars 1780. Ce manuscrit est aujourd’hui conservé à la bibliothèque de l’Assemblée nationale, ayant été « donné par l’auteur à une dame de la famille de Cramayal, qui le donna elle-même à M. de Clérigny ancien administrateur général des domaines de la Couronne ». Cette dame était Élisabeth Josèphe de La Borde, sœur de Françoise Monique de Cramayel, que d’Angiviller épousa en 1781.

36 Dans l’édition de Genève les mots « mes confessions et » sont supprimés.

37 Juste avant son départ pour Ermenonville en mai 1778 Rousseau avait confié à Paul Moultou, avec une copie des Confessions et d’autres manuscrits, un manuscrit de Rousseau juge de Jean Jacques (voir FR, p. 88).

38 Voir le commentaire de R. Osmont, OC I, p. 1710, note 3.

39 Collection complète, in-4 o, t.XI, p. 179.

40 Girardin à Du Peyrou, CC 7453, § 6, 3 février 1779 ; voir aussi FR, p. 116, note.

41 R. A. Leigh, Unsolved Problems…, p. 140-141.

42 Du Peyrou à Moultou, CC 7287, 2 septembre 1778.

43 Girardin à Du Peyrou, CC 7471, 13 février 1779. On ne sait pas si le terme de « certitude physique » est justifié.

44 Voir F. de Crue, L’Ami de Rousseau et des Necker, p. 36-45.

45 C’est-à-dire Thérèse Le Vasseur.

46 Entendre : en me rendant récemment chez vous.

47 Il est permis de douter que rien ne soit inventé dans la version de Girardin.

48 Elle a ajouté en plus, dans un rapport écrit, qu’il avait donné ordre exprès de faire ouvrir son corps et faire dresser un procès-verbal.

49 S. Kuwase, « Les Confessions » de Jean-Jacques Rousseau en France, p. 88-90 et 94.

50 Ibid., p. 97.

51 Voir ibid., p. 95. Par exemple, dans le passage sur Corvesi, on supprime l’allusion aux « goûts ultramontains » qui lui rendaient sa femme « inutile » (Confessions, p. 206 ; OC I, p. 119).

52 « Société Typographique de Neuchâtel », 1782. Son édition comportera une nouveauté, la lettre à M. de Franquières au tome VI : voir Aubrey Rosenberg, « Lettre à M. de Franquières », DJJR, p. 512.

53 Il en reste pourtant une trace dans l’in-12 : à la fin de chaque volume on lit : « Fin du premier [second, troisième] volume des Mémoires ».

54 « […] ses confessions [que vos Messieurs] appellent ses mémoires » (RJJJ, p. 331).

55 R. A. Leigh, Unsolved Problems…, p. 136-140.

56 Poinçot à la Société typographique de Neuchâtel, CC 7814, 8 mai 1782.

57 Compte rendu de [J. L.] Geoff roy du livre de Jean Michel Servan, Réflexions sur les « Confessions » de J.-J. Rousseau (1783), L’Année littéraire, t.V, 1783, p. 95-112 ; p. 95 et 99-100.

58 Voir S. Kuwase, « Les Confessions »…, p. 153-154.

59 Sébastien Mercier, « Des Confessions de J.-J. Rousseau », dans Mon Bonnet de nuit, t.III, Lausanne, Jean-Pierre Heubach, 1785, p. 153-156.

60 Il cite ici les dernières phrases du livre IV des Confessions.

61 S. Mercier éd., Œuvres complètes de J. J. Rousseau (première édition à s’intituler ainsi), Paris, Poinçot, 1788-1793, t.I, p. 23-26. Il revient sur ce thème dans De J. J. Rousseau considéré comme l’un des premiers auteurs de la Révolution, Paris, Buisson, 1791, 2 volumes, t.II, p. 342-343.

62 R. A. Leigh, Unsolved Problems…, p. 119-120. Je ne parlerai ici que du quarto ; voir les tableaux en fin de chapitre pour la répartition des œuvres en volumes sous les trois formats.

63 Ibid., p. 119.

64 C’est Moultou qui devait d’abord écrire une « préface » qui selon Hermine de Saussure n’a pas abouti (voir Rousseau et les manuscrits des « Confessions », p. 337) ; Birn en revanche lui attribue cet avant-propos (FR, p. 158).

65 La ponctuation a été modernisée, hormis les points d’exclamation et de suspension.

66 C’est Diderot qui est visé ici. Craignant des propos vengeurs sur son compte quand paraîtraient les mémoires de Rousseau, il avait évoqué dans sa Vie de Sénèque (décembre 1778) la « turpitude secrète d’une vie cachée pendant plus de cinquante ans sous le masque le plus épais de l’hypocrisie », en concluant par cette apostrophe : « Détestez l’ingrat qui dit du mal de ses bienfaiteurs ; détestez l’homme atroce qui ne balance pas à noircir ses anciens amis » (Essai sur les règnes de Claude et de Néron, J. Assézat éd., Œuvres complètes, Paris, Garnier Frères, 1875, t.III, p. 91). La première version du texte contenait bien l’expression « artificieux scélérat » aussi.

67 Cette rhétorique de rectitude morale, quoique éloignée ici de connotations religieuses, rappelle celle de Lefranc de Pompignan qui s’était attiré l’ire de Voltaire dans les années 1760.

68 Voir le tableau complet en fin de chapitre.

69 Édition incomplète ; la première publication intégrale de ce texte sera chez Didot en 1801.

70 Cette histoire intercalée dans Julie figure en même temps dans les Œuvres posthumes. Selon la note : « Cette pièce qui paraît pour la première fois a été copiée sur le manuscrit original et unique de la main de l’auteur qui appartient et existe entre les mains de Madame la maréchale de Luxembourg, qui a bien voulu le confier » (Collection complète, in-8 o, t.VI, p. 350). Dans cette même édition, Les Amours paraissent être, grâce à l’utilisation du même titre courant, une extension de la VI e partie de Julie, quoiqu’on lise en bas de la page qui les précède : « Fin de la sixième et dernière partie » (t.VI, p. 349).

71 Intitulé aussi La Seconde Partie des « Mémoires ». Comme pour Les Confessions, la Société typographique de Genève fit trois éditions de formats différents (voir plus haut, p. 83).

72 Du Peyrou à Moultou, CC 7756, 13 septembre 1780.

73 R. A. Leigh, Unsolved Problems…, p. 120.

74 Même Daniel Mornet, dans le chapitre sur Émile de son Rousseau, passe sous silence Émile et Sophie, jugeant qu’au livre V de l’ Émile Rousseau « est déjà en retard sur tout son siècle et [qu’]il n’y avait aucune chance pour qu’il fût écouté » (Rousseau, p. 141).

75 Collection complète, in-4o, t.V, p. 450-452.

76 Une addition « non avouée par les amis de l’auteur », comportant entre autres choses les œuvres de jeunesse, était envisagée dès le début de 1779 (voir Du Peyrou à la Société typographique de Genève, CC 7450, § 5, 30 janvier 1779).

77 Avis de la Société typographique de Genève (12 pages in-4 o) sur un Supplément à la Collection des Œuvres de Jean-Jacques Rousseau, en 2 volumes in-4 o et 4 volumes in-8 o et in-12.

78 Du Peyrou déclarera que Moultou avait apporté avec lui à Neufchâtel « en particulier les Dialogues, qu’on n’eût point imprimés alors, si M. Brooke Boothby, dépositaire du premier de ces dialogues, ne se fût obstiné à le publier, malgré nos sollicitations » (Seconde partie des Confessions, Neuchâtel, Fauche-Borel, t.IV, p. x).

79 Omis dans les OC en Pléiade : voir note t.I, p. 1615.

80 Jean-François Perrin prend note de toutes ces différences, mais du point de vue d’un lecteur situé sur un plan synchronique ; il n’en tire donc aucune conclusion par rapport à l’établissement d’un texte, qui exige une hiérarchie diachronique (« S’écrire en tierce personne : Rousseau juge de Jean-Jacques », p. 16-18).

81 Jérôme Vercruysse, « Boubers », DJJR, p. 108.

82 Comme le montre par exemple cette note des Amours d’Édouard Bomston, copiée textuellement : « Cette pièce qui paraît pour la première fois, a été copiée sur le manuscrit original et unique de la main de l’auteur, qui appartient et existe entre les mains de Madame la Maréchale de Luxembourg, qui a bien voulu le confier. » On y trouve aussi la même introduction aux Solitaires que je viens de citer de l’édition de Genève.

83 Dans Georges Streckeisen-Moultou, Œuvres et correspondance inédites, Paris, Michel Lévy Frères, 1861, p. xiv-xv.

84 Édition aussitôt contrefaite à Paris par Poinçot et Lejay, 1789, 2 volumes. Une édition conservée à l’Arsenal (8 - B.L.34385) ne porte que la page de titre : Second partie des confessions de J. J. Rousseau, à Genève, 1789, mais avec les tomaisons III et IV ; elle comporte aussi une clef des noms déguisés à la fin du tome IV.

85 S. Kuwase, « Les Confessions »…, p. 201-204. Ils retranchent aussi un certain nombre d’allusions à des lettres qu’ils n’ont pas incluses, quoiqu’un « Recueil de lettres » y accompagne le texte des Confessions II.

86 Voir R. Trousson, « Isabelle de Charrière et Jean-Jacques Rousseau », surtout p. 28-34.

87 Rousseau et Thérèse s’étaient « mariés », sans prêtre mais avec témoins, le 30 août 1768 : voir son annonce à Mme Boy de la Tour, CC 6411, [31] août 1768.

88 Du Peyrou au Mercure, CC 7963bis, 27 octobre 1789, lettre parue dans le Mercure du 21 novembre 1789, p. 63-68.

89 Barde et Manget à Du Peyrou, CC 7971, 28 novembre 1789.

90 Voir R. Trousson, « Isabelle de Charrière […] », p. 29-30.

91 Du Peyrou au Mercure, CC 7969, 19 novembre 1789, lettre parue dans le Mercure du 5 décembre 1789 p. 16-17.

92 Du Peyrou à Barde et Manget, CC 7975, 2 décembre 1789.

93 CC 7969, en note ; texte paru dans l’édition de Louis Fauche-Borel.

94 Barde et Manget à Du Peyrou, CC 7979, 5 décembre 1789.

95 Gabriel Cramer (?) à Du Peyrou, CC 7976, 4 décembre 1789.

96 Pierre Moultou à Du Peyrou, CC 7982, vers le 6 décembre 1789 ; voir aussi sa lettre à Coindet, CC 7983, 7 décembre 1789.

97 Société littéraire-typographique, 1783-1789, 34 volumes in-12.

98 Londres [Reims], 1780-1791, 38 volumes in-18 o.Voir R. A. Leigh, Unsolved Problems…, p. 145.

99 Voir S. Kuwase, « Les Confessions »…, p. 196.

100 Le nombre de volumes dépend du format : comme Barde et Manget, il imprime à la fois in-8 o et in-12, pareillement accompagnés d’« un nouveau recueil de ses lettres », un supplément de 197 lettres allant de 1750 à 1772.

101 Lettre 716 à Benjamin Constant, 29 mai-17 juin 1790, dans Isabelle de Charrière, Œuvres, Amsterdam, Van Oorschot, 1979-1984, t.III, p. 218. L’avis qui occupe les premières pages n’est qu’une table partielle des mutilations arbitraires pratiquées par Barde et Manget.

102 Isabelle de Charrière, Éclaircissements relatifs à la publication des « Confessions » de Rousseau, 31 p., s. l. n. d. (imprimé à Neufchâtel dans les premiers jours de janvier 1790), dans Œuvres, édition citée, t.X, p. 185-194 ; p. 189. Voir aussi Philippe Gobet, « Madame de Charrière et Jean-Jacques Rousseau », AJJR 1 (1905), p. 67-93 ; le même texte constitue le chapitre 4 de Madame de Charrière et ses amis, d’après de nombreux documents inédits (17401805), Genève, A. Jullien, 1906.

103 I. de Charrière, Plainte et défense de Thérèse Levasseur, dans Œuvres, édition citée, t.X, p. 176.

104 Du Peyrou à Charrière, Lettre 677, Œuvres, édition citée, t.III, p. 170 ; il précise que cette expression est d’elle.

105 Voir la fin du livre VIII des Confessions.

106 R. A. Leigh, Unsolved Problems…, p. 141.

107 I. de Charrière, Œuvres, édition citée, t.III, p. 177. Voir pour de plus amples informations H. de Saussure, Rousseau et les manuscrits des Confessions, Paris, Boccard, 1958, et R. A. Leigh, « The Geneva edition and the Confessions », Unsolved Problems…, p. 114-146.

Notes de fin

* Je n’ai pu voir le tome XXIX, correspondant apparemment à la cote Z-36277 à la BNF.

Table des illustrations

Titre Tableau 2. Plan des Œuvres posthumes de Genève.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1978/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 770k
Titre Tableau 3. Les Œuvres posthumes de Boubers.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1978/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 331k
Titre Tableau 4. La Collection complète de Genève in-quarto, 1781-1783.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1978/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Tableau 5. La Collection complète de Genève in-octavo.
Légende Note **
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1978/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Tableau 6. La Collection complète de Genève in-douze.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1978/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M

© ENS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search