Version classiqueVersion mobile

Éditer Rousseau

 | 
Philip Stewart

Première partie. Rousseau, l’homme de ses livres Vitam impendere libro ?

Chapitre II. Vers une édition « générale » (1764-1778)

Texte intégral

  • 1 Voir J.-M. Moureaux, « Voltaire éditeur », p. 21-22.

1Sa volonté de ne s’assujettir à aucune forme de mécénat ou de charité met Rousseau constamment dans une position précaire que les déplacements de l’exil ne font qu’exacerber. Il est, cela va sans dire, tout le contraire d’un Voltaire, autre auteur en exil, mais qui est un vrai homme d’affaires déterminé à s’enrichir, alors que Rousseau sait à peine tirer le meilleur parti de ses publications. Voltaire est aussi un grand publiciste, s’arrangeant pour attirer le maximum d’attention sur ses œuvres les plus polémiques1, et dans cette perspective les piratages sont plutôt bienvenus que nocifs. Diderot, d’un autre côté, a évité l’exil par une stratégie de soumission formelle et tacite qui lui permet de publier certains ouvrages et d’écrire pour la Correspondance littéraire mais l’oblige en même temps à garder nombre de ses œuvres les plus tendancieuses dans un tiroir ; encore pâtit-il de son asservissement au contrat à long terme pour l’Encyclopédie jusqu’à ce que la protection de Catherine II lui offre une planche de salut.

2Du moins Rousseau espère-t-il qu’en tant qu’étranger il ne sera pas comme Voltaire et Diderot astreint aux rigueurs de la loi. Après la catastrophe d’Émile et la fuite en Suisse, Rousseau éprouve le besoin de donner une forme plus concrète à son projet d’une édition de ses œuvres afin de se libérer de toute forme de mécénat dont il dépend provisoirement. Au cours de l’exil survient un changement d’orientation dans sa façon de voir ses œuvres. Rien n’est perdu, c’est plutôt le contraire, du souci de leur intégrité, car sans qu’il soit sur place pour les protéger en personne, ses « ennemis » auront les mains libres pour falsifier à volonté son message et son art. Mais avec la préoccupation de sa survie immédiate s’impose celle aussi d’un avenir plus lointain qu’il faut pourvoir d’une manière ou d’une autre, surtout s’il veut réaliser son ambition de ne plus dépendre de personne. L’édition définitive de ses œuvres se transmue en provision d’avenir, le sien et encore plus peut-être, selon les événements, celui de Thérèse.

L’édition Duchesne

3Au mois de novembre 1762, Rousseau en est averti par une lettre de Lenieps : « L’abbé de La Porte et Duchesne travaillent à une collection de tous vos ouvrages, et le premier est venu chez moi me prier de lui communiquer ce que je puis avoir et qu’ils n’auraient pas » CC 2308, 16 novembre 1762).Voilà ce qui explique une notice qui paraîtra peu après dans la Gazette d’Amsterdam dénonçant, au nom de Rousseau, une édition pirate d’Émile :

  • 2 Il s’agit sans doute du Véritable Émile annoncé par (et portant le nom de) Samuel Formey ; peut-êt (...)
  • 3 Gazette d’Amsterdam du mardi 25 janvier 1763, p. 4 ; Leigh reproduit le texte dans CC 2435 (Rey à (...)

Le public est averti que sans l’aveu ni la participation de Mr Rousseau, citoyen de Genève, on fait actuellement mutiler son Émile, dans la vue apparemment de le publier, ainsi tronqué et défiguré, sous le titre de nouveau Traité d’éducation, annoncé il y a quelque temps2, et qu’il désavoue d’avance. Il est obligé de protester aussi contre l’entreprise, formée par un libraire de Paris, d’y donner ouvertement une édition générale de ses écrits en 12 vol. 8°, entreprise qu’il ne peut cependant remplir, puisqu’il n’a ni les additions ni les pièces manuscrites en grand nombre, qui devraient entrer dans une édition générale ; entreprise d’ailleurs qui violerait à divers égards les lois du pays. M. M. Rey, libraire à Amsterdam, est le seul qui puisse donner cette édition générale. De plus, on avertit que dans une édition contrefaite du Contrat social il a été inséré une lettre à laquelle M. Rousseau n’a aucune part et qu’il n’a même jamais vue. Enfin l’on fait courir sous son nom une infinité de lettres manuscrites supposées, ou falsifiées par ses ennemis au point d’être méconnaissables.3

4Ce qui entraîne un vif reproche à Rey de la part de Rousseau :

J’ai lu avec surprise, mon cher Rey, l’article que vous avez mis sous mon nom dans la gazette. Cet article est, surtout relativement à Duchesne, d’une violence et d’une indécence qui n’a rien d’égal ; vous m’y faites compromettre le magistrat même, d’une manière qui ne peut que m’attirer sa haine et m’ôter tous les amis qui m’étaient restés en France. […] Je vous avoue que dans les disgrâces qui m’accablent, je ne m’attendais pas à celles qui me viennent de vous. CC 2470, 5 février 1763)

  • 4 F. S. Eigeldinger, « La Porte », DJJR, p. 490 ; voir aussi, du même auteur, « Rousseau et l’abbé d (...)

5Quant au projet de Duchesne, Rousseau « ne voit pas l’affaire d’un bon œil », comme l’indique Frédéric S. Eigeldinger : « Mais craignant que l’édition projetée ne contienne des textes qui ne sont pas de lui et qu’on lui attribue, il accepte de collaborer de façon lointaine pour être au courant du contenu. »4 Il écrit aussitôt au libraire, en effet, pour regretter cette déclaration que Rey avait publiée, et notamment le fait qu’il semblait s’attribuer, au nom de Rousseau lui-même, un droit exclusif qu’il ne possède pas. C’est ce que Rousseau explique à Duchesne :

[Il implique] qu’il est le seul qui puisse faire l’édition générale de mes écrits, au lieu que j’ai stipulé très expressément avec lui à chaque ouvrage que je lui ai cédé (et j’en ai la preuve dans vingt de ses lettres) la même réserve qu’avec vous, et d’après cela je persiste à vous déclarer que si mon édition générale peut se faire à Paris et que vous vouliez vous en charger vous aurez la préférence, et je ne ferai rien en cela que de juste et dont je n’aie le droit, comme je puis même le prouver. CC 2471, 6 février 1763)

6Rassuré d’apprendre que l’édition projetée par Duchesne n’est pas commencée, Rousseau lui propose son Dictionnaire de musique, et paraît en effet l’encourager dans son projet afin de mieux en influencer le contenu :

Si l’article de la gazette ne fait pas l’effet que je crains et qu’on vous laisse faire votre édition, il y aura quelques retranchements et changements à faire dans vos trois tomes qui suivent le premier, et je vous fournirai de quoi suppléer aux retranchements, et même au-delà. De sorte que tout ira pour le mieux, et je me propose même d’écrire à M. l’abbé de la Porte une lettre de remerciements qu’il sera le maître d’insérer dans l’édition s’il le juge à propos, car je suis réellement très sensible à l’honneur qu’il me fait. À l’égard du tome 4e vous pouvez le laisser tel qu’il est, en ôtant seulement le nom de M. Grimm […]. Ibid.)

7Après avoir recommandé aussi un article publié dans le Mercure au titre de « Réponse aux observations sur le Discours de Dijon », il continue :

Vous ne parlez que de 4 vol. : le reste n’y sera-t-il donc pas ? On ne peut pas dire qu’on donne le recueil de mes écrits quand on n’y met pas les plus considérables. Ce serait faire croire au public que je désavoue ceux que je m’honore le plus d’avoir faits. Ne pourriez-vous m’éclaircir cela sans vous compromettre ? un mot suffi t. Ibid.)

8Et puis, deux mois plus tard, il adresse une lettre à La Porte. D’abord il prend du recul par rapport à toutes les entreprises qu’il renie :

Vous pouvez savoir, monsieur, que je n’ai jamais concouru ni consenti à aucun des recueils de mes écrits qu’on a publiés jusqu’ici, et par la manière dont ils sont faits on voit aisément que l’auteur ne s’en est pas mêlé. Ayant résolu d’en faire moi-même une édition générale en prenant congé du public, je le vois avec peine inondé d’éditions détestables et réitérées qui peut-être le rebuteront aussi de la mienne, avant qu’il soit en état d’en juger.

9Ensuite il spécifie le caractère limité de ses engagements avec le libraire Rey :

En apprenant qu’on en préparait encore une nouvelle où vous êtes, je ne pus m’empêcher d’en faire des plaintes ; ces plaintes, trop durement interprétées, donnèrent lieu à un avis de la gazette d’Hollande que je n’ai ni dicté ni approuvé, et dans lequel on suppose que le sieur Rey a seul le droit de faire cette édition générale ; ce qui n’est pas. Quand il en a fait lui-même un recueil avec privilège, il l’a fait sans mon aveu ; et au contraire en lui cédant mes manuscrits je me suis expressément réservé le droit de recueillir le tout et de le publier où et quand il me plairait. Voilà, monsieur, la vérité.

10Enfin il en vient à l’édition nouvellement annoncée :

  • 5 Le Petit Prophète de Bœmisch-Broda (1753), de Grimm.

Mais puisque ces éditions furtives sont inévitables et que vous voulez bien présider à celle-ci, je ne doute point, monsieur, que vos soins ne la mettent fort au-dessus des autres ; dans cette opinion, je prends le parti de différer la mienne, et je me félicite que vous ayez fait assez de cas de mes rêveries pour daigner vous en occuper. […]
Je vous remercie, monsieur, d’avoir bien voulu m’envoyer la note des pièces qui doivent entrer dans votre édition ; vous êtes le premier éditeur de mes écrits qui ait eu cette attention pour moi. Entre celles de ces pièces dont je ne suis pas l’auteur, j’y en trouve une qui ne doit être là d’aucune manière : c’est Le Petit Prophète5. Je vous prie de le retrancher, si vous êtes à temps, sinon de vouloir bien déclarer que cet ouvrage n’est point de moi et que je n’y ai pas la moindre part. CC 2593, 4 avril 1763)

  • 6 La réputation de l’abbé dans le monde des lettres est suggérée par une remarque dans les Mémoires (...)

11Non seulement il dément l’avis de Rey dans la Gazette d’Amsterdam, mais il désavoue le recueil que Rey a sorti avec privilège, pour reprendre son vieux refrain sur son indépendance à l’égard des droits d’édition : « […] il l’a fait sans mon aveu ; et au contraire en lui cédant mes manuscrits je me suis expressément réservé le droit de recueillir le tout et de le publier où et quand il me plairait. » On remarque d’ailleurs que Rousseau présente son projet d’édition comme un geste d’adieu (« en prenant congé du public » ), symptôme de sa détresse d’exilé (il écrit de Môtiers). Pour avoir été ainsi prévenu, il ne « diffère » pourtant pas sa propre édition. Dans sa réponse, La Porte lui promet ceci : « [R]ien ne sera inséré dans ce recueil que de votre aveu. » Il lui demande en même temps un exemplaire de la Lettre à Christophe de Beaumont, qu’il ne connaît pas encore, et à l’égard de laquelle il n’est même pas sûr que quelqu’un n’ait pas « imité [sa] manière » CC 2643, 25 avril 1763). Dans sa réponse, La Porte lui promet ceci : « [R]ien ne sera inséré dans ce recueil que de votre aveu. » Il lui demande en même temps un exemplaire de la Lettre à Christophe de Beaumont, qu’il ne connaît pas encore, et à l’égard de laquelle il n’est même pas sûr que quelqu’un n’ait pas « imité [sa] manière » CC 2643, 25 avril 1763)6.

2. Œuvres de M. Rousseau, de Genève. Paris, Duchesne, 1764, t.I.

  • 7 Il y aura un tome X en supplément en 1779.

12Le titre de l’édition de Duchesne (en collaboration avec Pierre Guy à Amsterdam), portant la fausse rubrique de Neufchâtel, se présente par son titre, autant qu’on l’ose, comme une édition quasi officielle : Œuvres de M. Rousseau, de Genève, nouvelle édition, revue, corrigée, et augmentée de plusieurs morceaux qui n’avaient point encore paru. Ses 9 volumes in-douze seront datés de 1764 à 17697.

13L’Avertissement du premier volume suit une ligne volontairement ambiguë :

Nous avions déjà différentes éditions des Œuvres de M. Rousseau ; mais elles sont si défectueuses qu’elles ont excité les justes plaintes de l’auteur, qui les désavoue, et du public, qui n’y retrouve pas toutes les pièces qu’il connaît.
Le recueil qu’on lui présente aujourd’hui, sans avoir été imprimé sous les yeux de M. Rousseau, n’en n’a pas été fait avec moins de soin. On a recueilli dans cette édition non seulement tous les ouvrages connus de cet auteur, mais encore plusieurs écrits qui n’avaient point encore paru. On a cru aussi devoir y faire entrer différentes critiques que M. Rousseau a jugé[es] digne[s] d’une réponse ; et à l’égard de cette multitude de brochures auxquelles ses ouvrages ont donné lieu, elles n’y sont insérées que par extrait.

  • 8 Lettre « enfin éditée correctement », remarque F. S. Eigeldinger (DJJR, p. 490).

14En effet, l’expression « plusieurs écrits qui n’avaient point encore paru » ne promet pas forcément des inédits de Rousseau, puisque la notion d’œuvres est ici étendue à certains écrits complémentaires (nous verrons comment) qui peuvent n’être pas de lui. Au vrai il n’y a guère que la Lettre de M. de Voltaire à M. Rousseau qui lui avait envoyé son Discours sur l’inégalité, au tome III8, qui soit nouveau.

Quant à la partie typographique, on verra aisément qu’on ne pouvait y apporter plus d’attention, ni de soin, ni de dépense. La beauté du papier, la netteté des caractères, la finesse du dessin, le mérite de la gravure et des estampes, tout concourt à donner à cette nouvelle édition toute la perfection dont elle est susceptible. Elle ne peut être ni plus belle, ni plus exacte, ni plus complète ; et dans celles qu’on pourra faire désormais, aucune ne contiendra un plus grand nombre de pièces, à moins que l’auteur ne donne de nouveaux ouvrages. Dans ce cas, sans rien changer à ce recueil, on les imprimera séparément, et on les placera à la suite de cette édition ; ce qui dispensera le public d’acheter deux fois le même livre.

  • 9 Une réédition suppose que le texte a été recomposé, même si le premier format a été soigneusement (...)
  • 10 L’article « Rousseau » dans La France littéraire (1769, t. I, p. 390) indique une édition de 14 vo (...)

15L’impression est en effet d’excellente qualité, sans parler des figures d’après Gravelot, Eisen, Cochin, Pigalle. Il manque notamment Julie et Émile, qui avaient déjà été publiés par le même libraire, mais la Lettre à Christophe de Beaumont (t.XI), Du contrat social (t.VIII), et les Lettres écrites de la montagne (t.IX) s’y trouvent tous. Ceci dit, les différentes réémissions9 successives de cette collection font qu’il n’y a peut-être pas deux « exemplaires » qui soient rigoureusement semblables10 dans toutes leurs parties. Le schéma général est le suivant :

t.I Discours sur les sciences et les arts
t.II Le Devin du village, Narcisse, Pygmalion, Lettre sur la musique française
t.III Discours sur l’origine de l’inégalité
t.IV Lettre à D’Alembert
t.V Lettre sur la musique moderne, projet de paix
t.VI Lettre à Christophe de Beaumont et mandement
t.VII Autres lettres
t. VIII Du contrat social
t. IX Lettres écrites de la montagne

16Une analyse plus détaillée des deux premiers volumes montre la complexité réelle de sa composition, qui inclut de nombreuses pièces venant d’autres sources afin de documenter les conflits majeurs :

t. I Frontispice de Gravelot /Longueil pour l’Émile
Avertissement
Discours sur les sciences et les arts
Réponse au discours précédent, par le R. D. P.
Observations de Jean-Jacques Rousseau de Genève, sur la réponse qui a été faite à son discours par le R. D. P.
Autre réfutation du discours de M. Rousseau, par M. Gauthier, de l’Académie de Nancy
Lettre de J. J. Rousseau de Genève, au sujet de la réfutation de M. Gauthier
Discours sur les avantages des sciences et des arts, où l’on réfute celui de M. Rousseau, par M. Bordes, de l’Académie de Lyon Réponse de M. Rousseau au discours précédent
Réplique de M. Bordes à la réponse de M. Rousseau, ou second discours sur les avantages des sciences et des arts
Lettre de Jean-Jacques Rousseau de Genève, sur la nouvelle réfutation de son discours par un académicien de Dijon
Désaveu de l’Académie de Dijon, au sujet de la réfutation attribuée faussement à l’un de ses membres

  • 11 Autre titre du Petit Prophète de Grimm.
  • 12 Une autre version du tome II (selon Barbier, et d’après Musset-Pathay) comporterait L’Allée de Syl (...)

t. II Frontispice de Gravelot / Le Mire : « Ah, berger volage ! Faut-il t’aimer malgré moi ! »
Avertissement [sur la querelle musicale]
Lettre sur la musique française
Apologie de la musique française, contre le sentiment de M. Rousseau
Autres écrits contre la lettre de Rousseau
Les vingt et un chapitres de la prophétie de Boehmischbroda11, etc.
Extrait d’une lettre de M. Rousseau, au sujet du Devin du village
Le Devin du village, opéra [avec mélodies]
Fragment d’une lettre de M. Rousseau, au sujet du Devin du village
Préface de la comédie de Narcisse
Narcisse, ou l’amant de lui-même, comédie12

17Le tome V contient une très grande variété de textes :

  • 13 La table est interrompue à la page 288 et une autre ajoutée à la fin pour les 4 dernières feuilles (...)

Frontispice : statue de Louis XV à Reims (signatures non déchiffrées)
Avertissement
De l’imitation théâtrale
Discours sur l’économie politique
Lettre de Rousseau à M. de Voltaire sur l’optimisme
Projet de paix perpétuelle, précédé d’un avertissement
Lettre de M. Rousseau écrite en 1750, à l’auteur du Mercure
L’Allée de Silvie
Imitation libre d’une chanson italienne de Métastase
Giuseppe Farfetti, patrizio veneto, a Giô. Giacomo Rousseau, citadino di
Ginevro. Sermone.
Avis à un anonyme, par J. J. Rousseau
Lettre d’un bourgeois de Bordeaux à l’auteur du Mercure
Réponse de Rousseau à M. de Boissy, qui lui avait communiqué la lettre précédente
Lettre de Rousseau à M. Favre, premier syndic de la république de Genève, par
laquelle M. Rousseau abdique son droit de bourgeoisie et de cité
Lettre de Rousseau à M. de Gingins de Moiry, membre du conseil souverain de la république de Berne
Réponse de Rousseau, contenant une déclaration de ses sentiments en matière de foi
Extrait d’un ouvrage intitulé Représentations des citoyens et bourgeois de Genève, au premier syndic de cette république, avec les réponses du conseil à ces représentations
Extrait d’une lettre de M. de Monclar, procureur-général au parlement de Provence
Extrait d’un écrit de M. Marmontel, intitulé, l’Apologie du théâtre
Titres de quelques ouvrages auxquels le livre d’Émile et d’autres écrits de M. Rousseau ont donné lieu
Explication des figures qui sont à la tête de chaque volume de ce recueil13
La Reine fantasque, conte
Discours sur les vertus des héros
Lettres de M. le comte de Tressan à M. Rousseau, avec les réponses de celui-ci, concernant M. Palissot
Épitaphe de deux amants qui se sont tués dans le Lyonnais
Lettre du prince de L. en Hainault, à M. Rousseau
Lettre de Rousseau à M. le marquis de Mirabeau, du 26 juillet 1767
Réponse du 30 juillet 1767

  • 14 Voir R. A. Leigh, Unsolved Problems in the Bibliography of J.-J. Rousseau, p. 44.

18Le tome VI, sans indication de tomaison, est une compilation par l’abbé de La Porte avec sa propre page de titre : Esprit, maximes, et principes de M. Jean-Jacques Rousseau, de Genève (Neuchâtel, Libraires associés, 1764). Il renferme, outre une « Introduction préliminaire, contenant quelques particularités de la vie de M. J. J. Rousseau de Genève », des « Pensées » classées par sujets : religion, morale, politique, littérature sciences et arts, sans indication de provenance. Un avantage de cette démarche était de faire admettre des passages tirés d’au moins deux des ouvrages condamnés14. Il existe aussi des exemplaires comportant, aux tomes X et XII, le Dictionnaire de musique.

19L’« édition Duchesne » est paradigmatique de ce que Ralph A. Leigh appelle une tap edition (édition « robinet »), comprenant une série de permutations successives dont la résultante bibliographique « est extrêmement complexe et n’a jamais été entièrement tirée au clair ».Voici, d’après lui, les caractéristiques de ce type d’édition :

  1. L’édition peut être élargie ou étendue à volonté, dans ce sens que de nouveaux volumes peuvent y être ajoutés, et ce de trois manières : (a) une œuvre nouvelle peut s’ajouter à l’édition au moment de sa parution ; (b) des œuvres existantes ou des réimpressions d’œuvres déjà parues au même format peuvent y être incorporées. Dans les deux cas il suffit d’imprimer exprès un faux-titre, ce dont pourtant on se dispense quelquefois ; et (c) une œuvre qui a paru sous un autre format peut être réimprimée exprès sous le format requis.
  2. Chaque œuvre ou volume inclus dans l’édition est vendu séparément : en ce cas le faux-titre de l’édition collective est supprimé.
  3. Chaque volume ou œuvre faisant partie de l’édition est réimprimé, en général ligne par ligne, au fur et à mesure que les stocks s’épuisent, ce qui arrive de temps à autre à cause de la demande variable pour les différents volumes. Puisque les réimpressions sont souvent exécutées avec la même fonte et les mêmes ornements ou d’autres fort semblables, et portent quelquefois la même date, elles présentent un problème bibliographique épineux et souvent méconnu.15
  • 16 Pour des raisons de saturation du marché, Les Confessions n’y seront jamais ajoutées (p. 80-81).

20Ainsi, un exemplaire « complet » et « sincère » ou relativement uniforme (encore suivant la terminologie de Leigh) de l’édition Duchesne comporterait en fin de compte un minimum de 20 volumes dont les Œuvres diverses de 1764 (5 volumes) ; les œuvres prohibées : Du contrat social, Lettre à Christophe de Beaumont, Lettres écrites de la montagne (5 volumes, imprimés clandestinement quelques années plus tard) ; Julie et Émile (8 volumes) ; Esprit, maximes et principes, le Dictionnaire de musique (en I volume), et le supplément publié après la mort de Rousseau (I volume)16.L’acheteur peut aussi bien y avoir ajouté des ouvrages qui lui manquaient tirés de n’importe quelle édition trouvée au hasard.

Le projet de Môtiers-Neuchâtel

21Rousseau continue de songer à « son » édition, se peignant un an plus tard, dans une lettre à Charles Panckoucke, de cette manière : « malade et paresseux, occupé d’ailleurs à préparer l’édition générale par laquelle je me propose d’achever ma carrière littéraire ». Il ne cache pas toutefois sa collaboration partielle avec Duchesne :

  • 17 C’est-à-dire la Contre-prédiction au sujet de la Nouvelle Héloïse, roman de M. Rousseau de Genève (...)

[L]e recueil que vous avez vu ne s’est point fait sous mes yeux. C’est M. l’abbé de La Porte qui l’a fait ; je n’ai su les pièces qu’il contenait qu’à la réception des exemplaires qui m’ont été envoyés. J’en ai pourtant fourni quelques-unes, mais non pas votre prédiction17, que je n’ai même jamais communiquée à personne ; non que je ne m’en fasse honneur, mais parce que je n’en aurais pas disposé sans votre permission. CC 3290, 25 mai 1764)

  • 18 Samuel Fauche (1732-1803), l’un des fondateurs en 1769 de la Société typographique de Neuchâtel qu (...)

22Il a déjà reçu plusieurs autres propositions de collections de ses œuvres, qui se réalisaient bon gré mal gré et selon les moyens (et les stocks de livres invendus) de différents éditeurs concurrents. Mais la notion de collection changeait de sens selon le point de vue et la disponibilité des éditions et manuscrits. Celle que Rousseau appelle de ses vœux serait entièrement de son cru, et son exil à Môtiers en 1764 et 1765 va, semble-t-il, lui en fournir l’occasion, lorsque Samuel Fauche, libraire à Neufchâtel18, propose d’établir une imprimerie exprès à Môtiers même pour la réaliser. Rousseau prend la précaution de consulter à ce sujet son ami neufchâtelois Pierre Alexandre Du Peyrou (1724-1789), riche propriétaire de plantations au Surinam :

  • 19 Il en parle également à Duchesne à la même époque : « L’ardent désir que j’ai de prendre congé du (...)

Vous savez que je médite depuis longtemps de prendre le dernier congé du public par une édition générale de mes écrits19, pour passer dans la retraite et le repos le reste des jours qu’il plaira à la providence de me départir. Cette entreprise doit m’assurer du pain, sans lequel il n’y a ni repos, ni liberté parmi les hommes ; ce recueil sera d’ailleurs le monument sur lequel je compte obtenir de la postérité le redressement des jugements iniques de mes contemporains. Jugez par là si je dois regarder comme importante pour moi une entreprise sur laquelle mon indépendance et ma réputation sont fondées.

  • 20 Voir aussi B. Mély, Jean-Jacques Rousseau : un intellectuel en rupture, p. 220-221.

23Il veut s’assurer surtout qu’il peut se fier à ce Fauche et à ses associés pour mener à bien un projet d’une telle envergure, ne cachant pas que ce qu’il a en tête est une édition monumentale, de la première qualité : « Car l’édition que je me propose de faire étant destinée aux grandes bibliothèques doit être un chef-d’œuvre de typographie, et je n’épargnerai point ma peine pour que c’en soit un de correction » CC 3682, 29 novembre 1764)20. Par « grandes bibliothèques » il faut comprendre des collections privées de marque : autrement dit, il est question d’une édition de luxe. Rousseau précisera un peu plus tard qu’il envisage deux éditions simultanées, une in-octavo « pour les bibliothèques » en 6 volumes avec planches, et une in-douze « pour la poche » en 12 volumes CC 3735, 13 décembre 1764).

24Du Peyrou voit un avantage à avoir son imprimeur sous ses yeux, mais lui conseille de garantir la qualité matérielle (papier, caractères, ornements) par contrat. Se doutant que Fauche n’a pas les moyens de pourvoir aux avances nécessaires, il propose de s’en informer, car il est convaincu de ceci :

Une annonce de cette entreprise faite sous les yeux de l’auteur, et sans doute avec quelques petites notes d’augmentation, va faire courir comme au feu tous les lecteurs de l’Europe. Les conditions de cette annonce mettraient vos libraires en état de remplir tous leurs engagements vis-à-vis de vous et du public, et préviendront aussi toute contrefaction, en prenant quelques précautions, surtout si vous annoncez quelques augmentations, qui se trouveraient aussi légères que vous le voudriez, et qui ne laisseraient pourtant pas d’empêcher d’avides libraires étrangers de vouloir contrefaire l’édition avant son écoulement. CC 3693, 2 décembre 1764)

  • 21 Voir l’article de F. S. Eigeldinger dans DJJR, p. 398-399.
  • 22 Rousseau à Duchesne, CC 3746, 16 décembre 1764.

25Plus encore, Du Peyrou, selon qui Fauche n’est pas « assez solide pour lui confier votre repos et votre indépendance », est prêt à se porter garant des intérêts financiers de Rousseau ; en somme, il se met à son service, l’invitant à disposer de lui « comme un père dispose de son fils ». Pour dédommager Pierre Guy, associé de Duchesne à Amsterdam21, Rousseau lui promet la primeur du Dictionnaire de musique, « le fruit de seize ans de travail d’un crocheteur », pour un prix de 200 louis (4 800 francs) ou 100 louis d’acompte et une rente viagère de 300 francs22.

  • 23 Le 18 mars il confie la même liste à Rey (CC 4157).
  • 24 Voir J.-F. Perrin, « Ceci est mon corps », p. 89.

26Sur ce, Rousseau expédie à Du Peyrou (CC 3921, 24 janvier 1765)23 une mise au point de son programme pour l’édition in-quarto. Rousseau suit toujours à peu près la même répartition, qui est plus thématique que chronologique, mais le plan cette fois est beaucoup plus précis24. En y ajoutant les dates de composition (supposées, cela va sans dire), on peut voir d’un coup d’œil à quel point il se permet de jouer chronologie contre rapprochement thématique :

Tableau 1. Répartition du projet de Môtiers-Neuchâtel.

Tableau 1. Répartition du projet de Môtiers-Neuchâtel.

27« N.B. Les articles précédés d’une étoile sont encore en manuscrit », précise-t-il : preuve, si besoin était, qu’il a toujours plusieurs ouvrages en chantier (plus un « fragment ») qu’il compte encore achever dans un proche avenir et tient quelquefois en réserve ; toutes les œuvres ainsi désignées paraissent être à cette date déjà achevées. Pour un écrivain qui « prend congé du public », combien d’écrits encore en manuscrit, et par conséquent quelle aubaine pour un libraire !

  • 25 Est-ce qu’il veut dire précisément les articles « Musique » et « Opéra » ? Ce serait un peu surpre (...)

28Voilà donc le tableau que Rousseau a brossé de son œuvre. On ne peut savoir s’il établit une hiérarchie, mettant en tête ce qui est le plus réussi, le plus important, ou le plus universel. Toujours est-il que la place d’honneur revient au Discours sur l’inégalité dans ce volume phare, campant symboliquement Rousseau en premier lieu comme philosophe politique, avec les ouvrages traitant de l’inégalité, de l’économie politique, de la paix perpétuelle, de la polysynodie. Tout cela tient – ou à peu près – dans la période qui précède les deux grands ouvrages qui occupent les trois volumes suivants, Julie et Émile, avec, rattachés à ce dernier, deux autres qui en découlent, à savoir la Lettre à Christophe de Beaumont et les Lettres écrites de la montagne. Les arts ne viennent qu’après : la Lettre à D’Alembert, le Discours sur les sciences et les arts et la polémique qui s’ensuit, le théâtre et les contes. Enfin, au dernier tome, la musique : non pas le Dictionnaire, qui n’est pas terminé, mais deux articles du dictionnaire25, le projet de notation musicale, et l’Essai sur l’origine des langues. Retenons aussi le fait que Rousseau préconise une table générale, souvent pourtant omise dans les éditions collectives, même dans la Collection complète de Genève.

  • 26 Voir les actes du colloque La Notion d’œuvres complètes, J. Sgard et C. Volpilhac-Auger éd., Oxfor (...)

29Et puis l’on voit que Rousseau n’a pas du tout la même conception que La Porte d’une « édition générale »26 de ses œuvres. Cette table paraît bien fruste à côté de celle de l’édition Duchesne : Rousseau ne veut décidément que ses propres écrits, ce qui en simplifie énormément la composition. Son intention est surtout d’établir un canon de ses œuvres authentiques ; ses adversaires n’ayant eu que trop leur mot à dire, il n’est pas question d’y mêler des pièces périphériques ou qui seraient de son point de vue apocryphes :

Cette édition me paraissait nécessaire pour constater ceux des livres portant mon nom qui étaient véritablement de moi, et mettre le public en état de les distinguer de ces écrits pseudonymes que mes ennemis me prêtaient pour me décréditer et m’avilir. Confessions, p. 803 ; OC I, p. 622)

30On comprend donc qu’il n’entend ajouter aucun texte étranger à son corpus. Mais en même temps il n’y met pas tous ses écrits, et le critère actif n’est pas vraiment de savoir si elles sont « majeures » ou « mineures ».Y figure par exemple L’Engagement téméraire, mais non Les Prisonniers de guerre ; Rousseau omet à la fois Iphis et L’Allée de Sylvie mais admet en revanche Les Muses galantes et Narcisse. On n’y trouve aucune œuvre poétique ; en revanche la composition du tome VI lui permet de s’attribuer une identité distincte de musicologue-compositeur, pour la raison précise que c’est un talent qu’on ne lui reconnaissait pas toujours, traduisant déjà une obsession qui deviendra un des thèmes majeurs de Rousseau juge de Jean-Jacques. Il ajoute de surcroît :

L’auteur se réserve le droit de supprimer celles de ces pièces qu’après un mur examen il ne trouvera pas dignes d’entrer dans ce recueil, mais il renonce sur toutes au droit d’impression, et cède à perpétuité ce droit à la présente Société. Il compte à la fin de l’impression mettre une préface au commencement du premier volume, mais comme il n’est pas encore absolument décidé sur ce point il ne s’y engage pas. CC 3921, 24 janvier 1765)

31Concession significative, qui témoigne non seulement de quelque hésitation peut-être à l’égard de certaines œuvres qu’il n’a pas relues depuis longtemps, mais aussi de sa bonne volonté puisqu’il renonce pour la première fois à tout droit réservé à lui-même.

32Plusieurs passages des Confessions reflètent ce long travail ininterrompu de composition et de conceptualisation, par exemple ce résumé de l’état des choses dès 1754 :

Je digérais le plan déjà formé de mes Institutions politiques […] ; je méditais une Histoire du Valais, un plan de tragédie en prose dont le sujet, qui n’était pas moins que Lucrèce, ne m’ôtait pas l’espoir d’atterrer les rieurs […]. Je m’essayais en même temps sur Tacite, et je traduisis le premier livre de son histoire, qu’on trouvera parmi mes papiers. (p. 531 ; OC I, p. 394)

33Certains de ces projets, comme on sait, au lieu d’être simplement abandonnés, se sont à la longue transmués ; si Rousseau fi nit par abandonner La Morale sensitive ou le matérialisme du sage, pourtant longtemps projetée (p. 548 ; OC I, p. 409), il a fondu les Institutions politiques pour en redistribuer les matières :

  • 27 Rousseau se réfère à l’année 1759.

J’avais encore deux ouvrages sur le chantier. Le premier était mes Institutions politiques. J’examinai l’état de ce livre, et je trouvai qu’il demandait encore plusieurs années de travail. Je n’eus pas le courage de le poursuivre et d’attendre qu’il fût achevé pour exécuter ma résolution. Ainsi, renonçant à cet ouvrage, je résolus d’en tirer tout ce qui pouvait se détacher, puis de brûler tout le reste, et poussant ce travail avec zèle, sans interrompre celui de l’Émile, je mis, en moins de deux ans, la dernière main au Contrat social. (p. 671-672 ; OC I, p. 516)27

  • 28 Mais non, selon Daniel Mornet, aux yeux de l’auteur : « On accorde aujourd’hui à l’ouvrage beaucou (...)

34Ainsi, des matériaux d’un ouvrage manqué il façonne un de ses écrits les plus célèbres et marquants28.

  • 29 Rousseau à Ray, CC 4157, 18 mars 1765 ; voir aussi R. Birn, « Les œuvres complètes de Rousseau sou (...)
  • 30 Lettre datée du 14 octobre, L’Année littéraire, 1768, t.VII, p. 4-27.

35Il faut reconnaître aussi, sans toujours pouvoir l’évaluer, l’ambivalence de l’auteur par rapport à la valeur ou l’importance de certains de ces ouvrages. Dans l’avertissement des Muses galantes il écrit que « cet ouvrage est si médiocre en son genre, et le genre en est si mauvais, que pour comprendre comment il m’a pu plaire, il faut sentir toute la force de l’habitude et des préjugés » OC II, p. 1051). Il songe à insérer dans cette même édition, à côté du Discours sur les sciences et les arts, un Discours sur cette question : Quelle est la vertu la plus nécessaire au héros ? qu’il avait écrit (sans l’envoyer) en 1751 pour un concours d’académie en Corse29. En fait, la première parution de cet essai sera dans L’Année littéraire en 176830.

36Mais l’édition tant souhaitée n’aboutit pas, en raison des objections soulevées par la ville de Neuchâtel ; Rousseau quittera Môtiers le 8 septembre 1765, et en octobre sera chassé de l’île de Saint-Pierre par la commune de Berne. Mais les fondements sont jetés pour une collaboration avec Du Peyrou qui, entre autres choses, mènera un jour à la Collection complète Genève.

Après Neuchâtel

37Rousseau passera, comme on sait, en Angleterre ; entre-temps il aura commencé à se consacrer à la rédaction de ses Confessions. Entre 1766 et 1775 aucun libraire ne collabore avec lui pour une édition collective FR, p. 48). Il reste mécontent du travail de Rey comme de Duchesne ; mais en attendant que le projet de Du Peyrou puisse se réaliser il ne cherche pas à détourner Rey d’user de ses droits en publiant lui-même une édition collective, et à cette fin il lui offre même quelques conseils :

Il est vrai que l’accord pour l’édition de mes écrits est une affaire faite ; mais je connais trop bien M. Du Peyrou pour n’être pas sûr que si d’autres arrangements me convenaient mieux, il renoncerait avec plaisir à ceux qu’il n’a pris que par amitié pour moi. Malheureusement l’ordre dans lequel vous avez commencé votre édition n’est point celui qui convient pour la mienne, et d’ailleurs mes écrits m’ont causé tant de malheurs que je ne puis les revoir sans la plus grande répugnance. C’est désormais une matière dont il ne m’est plus possible de m’occuper. Quand je vous ai parlé de prendre l’édition de Duchesne c’est parce qu’elle contient des pièces de moi qui ne sont pas ailleurs ; mais je n’ignorais pas qu’elle était fautive, et je n’ai jamais pensé que vous y prendriez ni la prophétie ni aucune pièce qui ne soit pas de moi. Ne cherchez pas à grossir votre recueil, n’imprimez que ce que j’ai fait, et c’est par là précisément que votre édition sera recherchée. Je n’oublierai pas La Reine fantasque, et si je vous vais voir nous pourrons reparler de tout cela. (CC 4736, 18 octobre 1765)

38L’édition se poursuit sans que la communication s’interrompe entre eux, et Rousseau lui écrit encore ceci en 1768 :

Je n’ai nul changement à faire ni à l’Émile ni à aucun de mes écrits. Ne reconnaissant pour mienne que la première édition de chacun d’eux je ne prends aucun intérêt aux éditions postérieures et n’ai pas même le temps d’examiner celles que je suis à portée de voir. J’ai pourtant toujours recommandé les vôtres par préférence, persuadé que vous êtes incapable de vous prêter à aucune infidélité. CC 6946, 14 juin 1768)

  • 31 Il devait y avoir des réémissions au moins partielles de cette collection en 1772, 1773 et 1776.

39Sa meilleure défense, estime Rousseau, contre la mutilation malveillante de ses écrits est encore de s’en tenir toujours à la première édition de chaque œuvre sans en agréer d’autres. En 1769 Rey sort à Amsterdam ses Œuvres diverses de Mr. J. J. Rousseau citoyen de Genève, nouvelle édition revue, corrigée et augmentée de plusieurs morceaux qui n’avaient point encore paru, 11 volumes in-octavo accompagnés d’illustrations anonymes31.

  • 32 Voir A. Schinz, « Jean-Jacques Rousseau et le libraire-imprimeur Marc-Michel Rey », p. 126-129 ; e (...)

40Mais au début de 1774, une édition qu’il considérait comme fautive de Julie lui étant tombée entre les mains32, ce sera de Rey lui-même que Rousseau se méfiera, au point de distribuer une « Déclaration relative à différentes réimpressions de ses ouvrages » qui commence ainsi :

Lorsque J. J. Rousseau découvrit qu’on se cachait de lui pour imprimer furtivement ses écrits à Paris, et qu’on affirmait au public que c’était lui qui dirigeait ces impressions, il comprit aisément que le principal but de cette manœuvre était la falsification de ces mêmes écrits, et il ne tarda pas, malgré les soins qu’on prenait pour lui en dérober la connaissance, à se convaincre par ses yeux de cette falsification.

41S’étant enquis sur la participation de son libraire, en qui il avait confiance, il conclut contre lui :

  • 33 Déclaration datée du 23 janvier 1774, parue dans la Gazette de littérature, des sciences et des ar (...)

Depuis lors il s’est convaincu aussi, par ses propres yeux, que les réimpressions de Rey contiennent exactement les mêmes altérations, suppressions, falsifications que celles de France, et que les unes et les autres ont été faites sur le même modèle et sous les mêmes directions. Ainsi ses écrits, tels qu’il les a composés et publiés, n’existant plus que dans la première édition de chaque ouvrage qu’il a faite lui-même, et qui depuis longtemps a disparu aux yeux du public, il déclare tous les livres anciens ou nouveaux qu’on imprime et imprimera désormais sous son nom, en quelque lieu que ce soit, ou faux ou altérés, mutilés et falsifiés avec la plus cruelle malignité, et les désavoue, les uns comme n’étant plus son ouvrage, et les autres comme lui étant faussement attribués.33

  • 34 Voir RJJJ, p. 393 : une « nouvelle traduction » anonyme de la Jérusalem délivrée parue en 1774 est (...)

42La pensée obsédante des œuvres fausses ou trafiquées, réelles ou imaginées, ne le quittera plus. Ne lui attribuait-on pas une traduction du Tasse qui n’était pas de lui34 ? N’y avait-il pas des « recueils frauduleux » publiés « journellement sous son nom » RJJJ, p. 362) ? Ses ennemis n’ont ils pas « insolemment farci les recueils de ses propres écrits de […] noirs libelles » (p. 373) ? « Le Français » de Rousseau juge de Jean-Jacques, pour se familiariser avec ses idées, est allé passer quelques mois à la campagne en y portant « les écrits de J. J. autant qu’[il] en [put] faire le discernement parmi les recueils frauduleux publiés sous son nom » (p. 362).

43Un des thèmes de ces dialogues est en effet que, dans l’impossibilité de démêler les vrais ouvrages de Jean-Jacques d’avec les faux, on ne peut savoir non plus lequel des divers Jean-Jacques qui se proposent ou sont proposés est le vrai. On en a un nouvel écho dans le résumé compatissant qu’en donne le Français :

  • 35 C’est-à-dire les chefs du complot contre Rousseau.

Ses livres, dites-vous, transmis à la postérité, déposeront en faveur de leur auteur. Ce sera, je l’avoue, un argument bien fort pour ceux qui penseront comme vous et moi sur ces livres. Mais savez-vous à quel point on peut les défigurer, et tout ce qui a déjà été fait pour cela avec le plus grand succès ne prouve-t-il pas qu’on peut tout faire sans que le public le croie ou le trouve mauvais ? Cet argument tiré de ses livres a toujours inquiété nos Messieurs35.Ne pouvant les anéantir, et leurs plus malignes interprétations ne suffisant pas encore pour les décrier à leur gré, ils en ont entrepris la falsification, et cette entreprise qui semblait d’abord presque impossible est devenue par la connivence du public de la plus facile exécution.

44Ensuite le même interlocuteur explique comment a pu se réaliser une conspiration dont le but était de déformer systématiquement l’œuvre de sa victime. Si c’est encore à Rey que Rousseau pense, il se livre à une accusation cinglante contre lui :

  • 36 Rousseau sait que l’édition en question est, comme le remarque Jean Sgard, une « imposture typogra (...)

L’auteur n’a fait qu’une seule édition de chaque pièce. Ces impressions éparses ont disparu depuis longtemps, et le peu d’exemplaires qui peuvent rester cachés dans quelques cabinets n’ont excité la curiosité de personne pour les comparer avec les recueils dont on affecte d’inonder le public. Tous ces recueils, grossis de critiques outrageantes de libelles venimeux, et faits avec l’unique projet de défigurer les productions de l’auteur, d’en altérer les maximes, et d’en changer peu à peu l’esprit, ont été dans cette vue arrangés et falsifiés avec beaucoup d’art, d’abord seulement par des retranchements qui supprimant les éclaircissements nécessaires altéraient le sens de ce qu’on laissait, puis par d’apparentes négligences qu’on pouvait faire passer pour des fautes d’impression, mais qui produisaient des contre-sens terribles, et qui, fidèlement transcrites à chaque impression nouvelle, ont enfin substitué par tradition ces fausses leçons aux véritables. (p. 391)36

45Auquel point, cependant, il passe à une autre allusion qui est beaucoup plus claire encore : il s’agit en fait d’une édition intitulée Collection complète des œuvres de J.-J. Rousseau (première collection portant ce titre) qui va bientôt sortir sans son aval « à Londres » (en réalité Bruxelles) en 9 volumes in-quarto datés de 1774 à 1776. Il semble que le libraire, Jean-Louis de Boubers, soit bien venu à Paris, comme l’indique le Français, solliciter la collaboration de l’auteur :

Pour mieux réussir dans ce projet on a imaginé de faire de belles éditions qui par leur perfection typographique fissent tomber les précédentes et restassent dans les bibliothèques ; et pour leur donner un plus grand crédit, on a tâché d’y intéresser l’auteur même par l’appât du gain, et on lui a fait pour cela par le libraire chargé de ces manœuvres des propositions assez magnifiques pour devoir naturellement le tenter.

46Ce qui paraît une honnête proposition de la part d’un entrepreneur ambitieux ne serait qu’un piège de plus, une manœuvre de substitution pour induire l’auteur trop crédule à prêter lui-même la main à ses tourmenteurs en donnant sa caution à un texte trafiqué :

  • 37 Jean-Louis de Boubers (1731-1804) est un libraire-imprimeur établi à Bruxelles à partir de 1768. I (...)

Le projet était d’établir ainsi la confiance du public, de ne faire passer sous les yeux de l’auteur que des épreuves correctes et de tirer à son insu les feuilles destinées pour le public, et où le texte eût été accommodé selon les vues de nos Messieurs. Rien n’eût été si facile par la manière dont il est enlacé que de lui cacher ce petit manège et de le faire ainsi servir lui-même à autoriser la fraude dont il devait être la victime et qu’il eût ignorée, croyant transmettre à la postérité une édition fidèle de ses écrits. Mais soit dégoût soit paresse soit qu’il ait eu quelque vent du projet, non content de s’être refusé à la proposition, il a désavoué dans une protestation signée tout ce qui s’imprimerait désormais sous son nom. L’on a donc pris le parti de se passer de lui et d’aller en avant comme s’il participait à l’entreprise. L’édition se fait par souscription et s’imprime, dit-on, à Bruxelles en beau papier beau caractère belles estampes. On n’épargnera rien pour la prôner dans toute l’Europe et pour en vanter surtout l’exactitude et la fidélité, dont on ne doutera pas plus que de la ressemblance du portrait publié par l’ami Hume. Comme elle contiendra beaucoup de nouvelles pièces refondues ou fabriquées par nos Messieurs, on aura grand soin de les munir de titres plus que suffisants auprès d’un public qui ne demande pas mieux que de tout croire, et qui ne s’avisera pas si tard de faire le difficile sur leur authenticité. (p. 391-392)37

  • 38 Girardin à Du Peyrou, CC 7471, 17 février 1779, § 4.

47C’est sûrement par assimilation générale et non sur preuves pertinentes que Rousseau accuse Boubers de faire sciemment partie du complot, mais il n’a peut-être pas tort d’entretenir des doutes sur son caractère ; après la mort de Rousseau, le marquis de Girardin parlera du « peu scrupuleux Boubers, qui sous la direction de la moderne philosophie multipliera plutôt les vilenies qu’il ne refusera d’en faire »38.

  • 39 Voir plus haut, p. 59, note 17.
  • 40 D’Alembert avait contesté l’abus qui consiste à augmenter arbitrairement l’œuvre d’un écrivain : « (...)

48En guise d’introduction, l’édition de Boubers débute par une « Prédiction faite sur l’auteur de la Nouvelle Héloïse par un anonyme », grand dithyrambe de Panckoucke39 déployant le genre de rhétorique messianique que l’on trouvera plus tard chez Moultou et Du Peyrou. Quant aux nouveautés, il faut avouer que Boubers remporte un certain succès en dépit de Jean-Jacques : c’est lui qui offre la première parution d’Iphis, de La Découverte du Nouveau Monde, de l’Épître à M. Parisot, et de la Vision de Pierre de la Montagne, tous au tome VIII. Ayant obtenu des œuvres de jeunesse40 et des lettres déposées chez Mme de Warens, il tenait à donner à sa clientèle l’impression qu’il détenait de même les manuscrits inédits de la fin.

  • 41 Parmi les graveurs, l’élite de l’époque, on trouve Saint-Aubin, Choffard, Dambrun, Leveau, Delauna (...)
  • 42 Le reliquat des volumes de Boubers feront en 1790 le noyau de l’édition de Denis Volland en 16 vol (...)

49Les 37 planches d’après Moreau le Jeune et Le Barbier et les 12 fleurons de Choffard, excellemment gravés, sont en effet une des gloires de la collection de Boubers41 – qui pour autant n’est que moyennement élégante, au moins pour les quatre premiers volumes, les suivants étant plus soignés. Sans titre de collection, elle est déparée notamment par une apparente désinvolture dans la présentation formelle de certaines œuvres. On trouve par exemple, au premier volume, 113 lettres d’une Julie en « nouvelle édition originale, revue et corrigée par l’éditeur », sans autre division interne, et encore 50 lettres en vrac au tome II. Qu’est devenue l’architecture du livre ? On ne sait. Émile est partagé entre les tomes III et IV, divisé en plein milieu du livre IV. Les tomes V à VIII sont tous intitulés « Œuvres mêlées » et s’y entasse pêle-mêle tout le reste de l’œuvre connue de Rousseau sauf le Dictionnaire de musique, qui constitue le tome IX42.

50Samuel Fauche, entre-temps, essayant de se rattraper sur l’édition avortée de Môtiers, sort en 1775 une Collection complète des œuvres de J.-J. Rousseau, avec figures en taille-douce, en 11 volumes in-octavo. D’après Raymond Birn, cette prétendue édition « reprenait la quasi-totalité des éditions de Rey de 1769 et 1772 » FR, p. 50) et n’offrait rien de nouveau en dehors de quelques lettres. Quant aux figures, ce sont celles de Gravelot, grossièrement regravées. Fauche inclut maintenant sans vergogne des œuvres franchement piratées comme Émile et les Lettres écrites de la montagne aussi bien que le Dictionnaire de musique.

51Aux nouvelles pièces parues chez Boubers se joignent, dans le Supplément aux œuvres de J.-J. Rousseau, citoyen de Genève, pour servir de suite de toutes les éditions, in-octavo publié anonymement à Genève en 1778, quelques autres œuvres de jeunesse, accompagnées de cet « Avis de l’éditeur » qui ne leur accorde que de piètres louanges :

Toutes les pièces suivantes n’ont jamais été imprimées, un heureux hasard nous les a procuré[es] et nous les donnons au public, d’après les originaux, la plupart écrites de la main même de l’auteur. Ces productions de sa jeunesse sont sans doute inférieures à celles qui lui ont acquis depuis une si grande célébrité ; mais telles qu’elles sont on les lira avec plaisir, puisqu’on y verra quelle était dans la jeunesse la manière de voir et de sentir de leur auteur ; et que peut-être il en sortira quelques traits de lumières, qui feront connaître au lecteur le vrai caractère de cet homme devenu depuis si intéressant pour le public.

52Les œuvres inédites sont les suivantes :

  • 43 L’année suivante paraît un autre Supplément au même titre : Amsterdam et Lausanne, F. Grasset, in- (...)

La Découverte du nouveau monde
Fragments d’Iphis, tragédie
In nuptias Caroli Emanuelis, invictissimi Sardiniæ Regis […], ode. Traduction
Le Verger des Charmettes
Êpitres à M. de Bordes, à Parisot
Énigme
À Madame la baronne de Warens, virelai
Vers pour Mme de Fleurieu ; pour Mlle Th.
Mémoire à son excellence, monseigneur le gouverneur
Mémoire remis le 19 avril 1742 à M. Boudet
[seize] lettres à Mme de Warens
[six] autres lettres43

  • 44 Les années 1780 voient une prolifération d’éditions en petit format et plus de 30 volumes, à Neuch (...)

53Les choses en sont là lorsque Rousseau disparaît en 1778. Sa mort devait naturellement entraîner à nouveau une profusion d’éditions44, et grâce justement à cette mort, c’était à qui dénicherait le plus de nouveaux documents, des lettres inédites, voir des ébauches d’ouvrages restés fragmentaires. Et ce sera la course aux « œuvres posthumes ».

L’enjeu des Confessions

  • 45 Rey à Rousseau, CC 1619, 31 décembre 1761 ; il y revient dans d’autres lettres, CC 1642 (18 janvie (...)

54Or parmi les œuvres posthumes il en est une qui accaparera pendant longtemps l’attention du public et des libraires, c’est le projet de ces « mémoires » que Rousseau n’avait pourtant pas encore inclus dans le projet de Neuchâtel. Il en avait longtemps été question entre lui et Rey, qui lui avait écrit en 1761 : « [J]’ose vous demander une chose que j’ambitionne depuis longtemps qui me serait très agréable et au public, ce serait votre vie que je placerais à la tête de vos œuvres. »45 (Dans la même lettre il offre une rente viagère sur la tête de Thérèse pour assurer son avenir.) Quoique Rey doive imaginer qu’il s’agit de quelque chose de relativement bref, il a stimulé la production de cet ouvrage en laissant envisager la place qu’il pourrait tenir dans une édition collective…Rousseau y revient en 1765, quand le projet de Neuchâtel s’est évanoui :

  • 46 Rousseau à Rey, CC 4157, 18 mars 1765.

Il reste la grande entreprise de ma vie et des pièces qui s’y rapportent. Entreprise qui doit être séparée de la précédente ; parce que quand même ma vie serait écrite, on ne peut la mettre sous la presse qu’au bout d’un nombre d’années dont on conviendra, à cause des choses importantes qu’elle contiendra, surtout depuis quelques années en çà, et des personnes en place qui seraient compromises, ce que je ne veux pas faire et que celui qui se chargera de cette entreprise doit éviter pour lui-même.
L’ouvrage est déjà commencé et je vois à vue de pays que ce sera un ouvrage aussi considérable que singulier.46

55Le manuscrit des Confessions, et surtout la manière de le préserver de ses ennemis ou même des curieux, sera une des principales préoccupations de Rousseau pour le reste de sa vie. Il ne semble pas que, à partir de ce moment, il ait jamais plus parlé de ses « mémoires », et même il a si bien rejeté ce titre qu’il définit son projet par opposition à ce terme : « ses confessions » que ses ennemis « appellent ses mémoires », dit « Rousseau » dans Rousseau juge de Jean-Jacques (p. 331).

56Et se forgeront petit à petit le mystère et le mythe des Confessions. Rousseau va écrire sa vie, il va régler ses comptes avec ses ennemis, c’est-à-dire à peu près avec tout le monde : qu’on se méfie, peut-être faut-il même songer à apprêter d’avance une contre-attaque ? C’était, au dire de David Hume, l’éventualité d’une publication des mémoires de Rousseau qui, telle une épée de Damoclès, lui imposait la nécessité de publier sa propre défense contre Rousseau, de peur de s’y prendre trop tard :

  • 47 David Hume, Exposé succinct de la contestation qui s’est élevée entre M. Hume et M. Rousseau, Lond (...)

M. Rousseau m’a souvent dit qu’il composait les mémoires de sa vie, et qu’il y rendrait justice à lui-même, à ses amis et à ses ennemis. Comme M. Davenport m’a marqué que depuis sa retraite à Wootton il avait été fort occupé à écrire, j’ai lieu de croire qu’il achève cet ouvrage. Rien au monde n’était plus attendu pour moi que de passer si soudainement de la classe de ses amis à celle de ses ennemis ; mais cette révolution s’étant faite, je dois m’attendre à être traité en conséquence. Si ses mémoires paraissent après ma mort, personne ne pourra justifier ma mémoire en faisant connaître la vérité ; s’ils sont publiés après la mort de l’auteur, ma justification perdra, par cela même, une grande partie de son authenticité. Cette réflexion m’a engagé à recueillir toutes les circonstances de cette aventure, à en faire un précis que je destine à mes amis et dont je pourrai faire dans la suite l’usage qu’eux et moi nous jugerons convenable ; mais j’aime tellement la paix qu’il n’y a que la nécessité ou les plus fortes raisons qui puissent me déterminer à exposer cette querelle aux yeux du public.47

57Telle était l’inquiétude que pouvait provoquer cette menace virtuelle dans l’esprit de bien des gens que Rousseau avait connus – y compris, semble-t-il, Mme d’Épinay, Diderot et Grimm – qu’elle allait durer bien au-delà de sa mort, jusqu’à ce que, à l’époque de la Révolution, Les Confessions dans leur intégralité aient enfin vu le jour. Le résultat est d’accroître, pour Rousseau aussi, l’apparente nécessité de les publier. En fait la majeure partie en était déjà écrite ; cependant il n’y traitait pas du séjour anglais, époque qu’il réservait, en fin de compte, pour Rousseau juge de Jean-Jacques. Le sort des Confessions (dont, il ne faut pas l’oublier, la police avait interdit les lectures en 1772) est le plus grand problème qui se pose aussi aux fidèles amis de Rousseau qui envisagent, comme monument à sa gloire, une grande édition complète de ses œuvres.

Notes

1 Voir J.-M. Moureaux, « Voltaire éditeur », p. 21-22.

2 Il s’agit sans doute du Véritable Émile annoncé par (et portant le nom de) Samuel Formey ; peut-être est-ce la même chose que L’Émile chrétien (Berlin, Jean Néaulme, 1763). Formey est également l’auteur d’un Anti-Émile (Berlin, J. Pauli, 1763).

3 Gazette d’Amsterdam du mardi 25 janvier 1763, p. 4 ; Leigh reproduit le texte dans CC 2435 (Rey à Rousseau), 15 janvier 1763, alinéa 10, note ; voir aussi CC 2475.

4 F. S. Eigeldinger, « La Porte », DJJR, p. 490 ; voir aussi, du même auteur, « Rousseau et l’abbé de La Porte », Bulletin de l’Association Jean-Jacques Rousseau, no 44 (1993).

5 Le Petit Prophète de Bœmisch-Broda (1753), de Grimm.

6 La réputation de l’abbé dans le monde des lettres est suggérée par une remarque dans les Mémoires secrets selon laquelle il « ne traite des lettres que comme un genre de commerce plus honnête » (MS, 29 juillet 1764).

7 Il y aura un tome X en supplément en 1779.

8 Lettre « enfin éditée correctement », remarque F. S. Eigeldinger (DJJR, p. 490).

9 Une réédition suppose que le texte a été recomposé, même si le premier format a été soigneusement imité ; s’il s’agit de la même impression que précédemment, avec seulement une nouvelle page de titre, on l’appelle une réémission. En général je ne cherche pas à les distinguer, comme il faudrait scrupuleusement le faire dans un travail de bibliographie matérielle.

10 L’article « Rousseau » dans La France littéraire (1769, t. I, p. 390) indique une édition de 14 volumes in-8°, y compris Julie, Émile, et « Maximes diverses, et plusieurs ouvrages relatifs à ceux de cet Auteur ». On verra que divers éditeurs ont proposé des florilèges de maximes tirées des œuvres de Rousseau, surtout de Julie et d’Émile, apparemment sans la participation de l’auteur. Quant aux « Pensées d’un esprit droit et sentiments d’un cœur vertueux » publiés en Pléiade (OC II, p. 1299-1317), leur attribution est douteuse de l’avis même des éditeurs (voir p. 1952-1953).

11 Autre titre du Petit Prophète de Grimm.

12 Une autre version du tome II (selon Barbier, et d’après Musset-Pathay) comporterait L’Allée de Sylvie, Pygmalion « et quelques autres petites pièces » (Musset-Pathay, Histoire de la vie et des ouvrages de J.-J. Rousseau, nouvelle édition, Paris, Briere, 1822, t. XXII, p. 421).

13 La table est interrompue à la page 288 et une autre ajoutée à la fin pour les 4 dernières feuilles, qui ont dû être imprimées séparément.

14 Voir R. A. Leigh, Unsolved Problems in the Bibliography of J.-J. Rousseau, p. 44.

15 Ibid., p. 78 et 80.

16 Pour des raisons de saturation du marché, Les Confessions n’y seront jamais ajoutées (p. 80-81).

17 C’est-à-dire la Contre-prédiction au sujet de la Nouvelle Héloïse, roman de M. Rousseau de Genève de Panckoucke, d’ailleurs déjà parue dans le Journal encyclopédique, juin 1761, p. 102-114 ; il s’agit d’une riposte à la Prédiction tirée d’un vieux manuscrit sur la Nouvelle Héloïse, roman de J. J. Rousseau, satire de Charles Borde publiée dans le même journal (mai 1761, p. 88-99). Elle est reproduite dans Jean-Jacques Rousseau : mémoire de la critique, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2000, p. 229-234.

18 Samuel Fauche (1732-1803), l’un des fondateurs en 1769 de la Société typographique de Neuchâtel qu’il est obligé de quitter en 1773, spécialiste de livres savants et libertins (voir Jean-Dominique Mellot et Élisabeth Queval, Répertoire d’imprimeurs/libraires (vers 1500 - vers 1810), Bibliothèque nationale de France, 2004, no 1946).

19 Il en parle également à Duchesne à la même époque : « L’ardent désir que j’ai de prendre congé du public par une édition générale de mes ouvrages, après laquelle, quoi que vous en puissiez croire, je tâcherai du moins de mourir en paix » (CC 3746, § 5, 16 décembre 1764).

20 Voir aussi B. Mély, Jean-Jacques Rousseau : un intellectuel en rupture, p. 220-221.

21 Voir l’article de F. S. Eigeldinger dans DJJR, p. 398-399.

22 Rousseau à Duchesne, CC 3746, 16 décembre 1764.

23 Le 18 mars il confie la même liste à Rey (CC 4157).

24 Voir J.-F. Perrin, « Ceci est mon corps », p. 89.

25 Est-ce qu’il veut dire précisément les articles « Musique » et « Opéra » ? Ce serait un peu surprenant, aucun des deux n’étant très long (11 et 15 pages respectivement dans OC V).

26 Voir les actes du colloque La Notion d’œuvres complètes, J. Sgard et C. Volpilhac-Auger éd., Oxford, Voltaire Foundation (SVEC, nº 370), 1999.

27 Rousseau se réfère à l’année 1759.

28 Mais non, selon Daniel Mornet, aux yeux de l’auteur : « On accorde aujourd’hui à l’ouvrage beaucoup plus d’importance que Rousseau lui-même. Pour Rousseau ce n’était qu’un fragment d’un grand traité des Institutions politiques et non pas du tout l’évangile de sa doctrine. C’était une pure spéculation théorique destinée à fixer un idéal abstrait qu’il savait parfaitement irréalisable » (Les Origines intellectuelles de la Révolution française, p. 96).

29 Rousseau à Ray, CC 4157, 18 mars 1765 ; voir aussi R. Birn, « Les œuvres complètes de Rousseau sous l’Ancien Régime », p. 231-264.

30 Lettre datée du 14 octobre, L’Année littéraire, 1768, t.VII, p. 4-27.

31 Il devait y avoir des réémissions au moins partielles de cette collection en 1772, 1773 et 1776.

32 Voir A. Schinz, « Jean-Jacques Rousseau et le libraire-imprimeur Marc-Michel Rey », p. 126-129 ; et Y. Séité, Du livre au lire : « La Nouvelle Héloïse », roman des Lumières, p. 34-36.Rey avait fait plusieurs éditions d’après celle de 1763, partiellement corrigée par Rousseau, où manquaient 55 des 165 notes infrapaginales.

33 Déclaration datée du 23 janvier 1774, parue dans la Gazette de littérature, des sciences et des arts du 19 février 1774 : le texte en est donné dans OC I, p. 1186-1187 et CC Annexe 633, t. XXXIX. Voir aussi R. Trousson, « Déclaration relative à différentes réimpressions de ses ouvrages », DJJR, p. 193-194.

34 Voir RJJJ, p. 393 : une « nouvelle traduction » anonyme de la Jérusalem délivrée parue en 1774 est en fait de Charles François Le Brun, duc de Plaisance.

35 C’est-à-dire les chefs du complot contre Rousseau.

36 Rousseau sait que l’édition en question est, comme le remarque Jean Sgard, une « imposture typographique » : « Le seul tort de Rousseau est de croire qu’il soit seul à souffrir de cette pratique : elle est courante ; dans ce domaine, le libraire fait ce qu’il veut, dans une impunité à peu près totale » (« Des collections aux œuvres complètes », p. 3).

37 Jean-Louis de Boubers (1731-1804) est un libraire-imprimeur établi à Bruxelles à partir de 1768. Il a fait sous couvert d’une maison londonienne une édition de l’ Émile en plus de sa Collection complète (1776-1783), qu’il rééditera en plus petit format en 1791 et 1804 : voir l’article de Jérôme Vercruysse dans DJJR, p. 107-108.

38 Girardin à Du Peyrou, CC 7471, 17 février 1779, § 4.

39 Voir plus haut, p. 59, note 17.

40 D’Alembert avait contesté l’abus qui consiste à augmenter arbitrairement l’œuvre d’un écrivain : « Souvent on a la fureur d’insérer dans les éditions qu’on publie des ouvrages d’un auteur après sa mort, quantité de productions qu’il avait jugées indignes de lui, et qui lui ôtent une partie de sa réputation. Ceux qui sont à la tête de la Librairie ne peuvent apporter trop de soin pour prévenir cet abus ; ils montreront par leur vigilance dans cette occasion qu’ils ont à cœur l’honneur de la nation et la mémoire de ses grands hommes » (article Édition, Encyclopédie, t. V, 1755, p. 396).

41 Parmi les graveurs, l’élite de l’époque, on trouve Saint-Aubin, Choffard, Dambrun, Leveau, Delaunay, Lemire, et Martini : voir Maurice Boissais et Jacques Deleplanque, Le Livre à gravures au xvıııe siècle, Paris, Gründ, 1948, p. 153.

42 Le reliquat des volumes de Boubers feront en 1790 le noyau de l’édition de Denis Volland en 16 volumes in-4° (R. Birn, « Les œuvres complètes de Rousseau sous l’Ancien Régime », p. 248).

43 L’année suivante paraît un autre Supplément au même titre : Amsterdam et Lausanne, F. Grasset, in-8°, que je n’ai pas vu.

44 Les années 1780 voient une prolifération d’éditions en petit format et plus de 30 volumes, à Neuchâtel, à Kehl, à Berne, à Reims, à Heidelberg-Leipzig, à Zweibrücken.

45 Rey à Rousseau, CC 1619, 31 décembre 1761 ; il y revient dans d’autres lettres, CC 1642 (18 janvier 1762), CC 1661, etc. ; voir aussi S. Kuwase, « Les Confessions » de Jean-Jacques Rousseau en France (1770-1794), p. 28-29.

46 Rousseau à Rey, CC 4157, 18 mars 1765.

47 David Hume, Exposé succinct de la contestation qui s’est élevée entre M. Hume et M. Rousseau, Londres, 1766, p. 123-124. Dès réception de la lettre de Rousseau du 10 juillet 1766 (CC 5274), Hume a tout de suite supposé que Rousseau allait la publier : « I fancy he intends to publish it » (Hume à Richard Davenport, CC 5283, 15 juillet 1766). L’épisode a été considéré comme un chaînon important dans la formation de l’opinion publique comme phénomène social : voir Dena Goodman, « The Hume-Rousseau affair : from private querelle to public procès », Eighteenth-Century Studies, vol. 25 (1991-1992), p. 171-201.

Table des illustrations

Légende 2. Œuvres de M. Rousseau, de Genève. Paris, Duchesne, 1764, t.I.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1977/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Titre Tableau 1. Répartition du projet de Môtiers-Neuchâtel.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1977/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 895k

© ENS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search