Version classiqueVersion mobile

Éditer Rousseau

 | 
Philip Stewart

Introduction

Texte intégral

1Mon sujet est l’histoire de la publication des Œuvres de Rousseau, l’accent étant mis sur l’évolution de leur composition, depuis le noyau formé autour des toutes premières publications jusqu’aux variations pratiquées sur le corpus longtemps après la disparition de l’auteur. Je parlerai relativement peu des éditions d’œuvres séparées, dont plusieurs ont été fort bien étudiées, pour ne m’intéresser principalement qu’aux éditions collectives, allant des premières esquisses de projets dans les années 1750 à la double édition de 2012.

2Un tel sujet relève du paradoxe, car Rousseau a souvent refusé d’être considéré comme un auteur et n’affectionnait pas le terme œuvres. Le quart d’heure sur la route de Vincennes, écrit-il à Malesherbes en 1762, qui contenait déjà en germe les deux grands Discours aussi bien que l’Émile, a fait de lui un « auteur presque malgré [lui] » :

  • 1 Rousseau à Malesherbes, CC 1633, 12 janvier 1762 ; OC I, p. 1136.

Il est aisé de concevoir comment l’attrait d’un premier succès et les critiques des barbouilleurs me jetèrent tout de bon dans la carrière. Avais-je quelque vrai talent pour écrire ? Je ne sais. Une vive persuasion m’a toujours tenu lieu d’éloquence, et j’ai toujours écrit lâchement et mal quand je n’ai pas été fortement persuadé. Ainsi c’est peut-être un retour caché d’amour-propre qui m’a fait choisir et mériter ma devise, et m’a si passionnément attaché à la vérité, ou à tout ce que j’ai pris pour elle. Si je n’avais écrit que pour écrire, je suis convaincu qu’on ne m’aurait jamais lu.1

  • 2 Préface de Narcisse. OC II, p. 962.

3Ceci de la part d’un homme qui a écrit plusieurs autres ouvrages, et qui donc, plutôt qu’il ne commence seulement à écrire, change de vocation : tout en méprisant les « temps de préjugés et d’erreurs où [il] estimai[t] tant la qualité d’auteur », il a « quelquefois aspiré à l’obtenir [lui]-même »2 ; puis il renonce aux belles-lettres pour devenir missionnaire, même si les outils de la croisade idéologique qu’il entreprend sont les mêmes. Il n’est plus au service que de la vérité et la vertu ; désormais tout ce qui le contrarie sera faux et vicieux. Comme il l’écrit dans ses Confessions, en décrivant l’époque où il rompait avec la ville :

  • 3 Confessions, p. 540-541 ; OC I, p. 402-403.

J’aurais pu me jeter tout à fait du côté le plus lucratif, et, au lieu d’asservir ma plume à la copie, la dévouer entière à des écrits qui, du vol que j’avais pris et que je me sentais en état de soutenir, pouvaient me faire vivre dans l’abondance et même dans l’opulence, pour peu que j’eusse voulu joindre des manœuvres d’auteur au soin de publier de bons livres. Mais je sentais qu’écrire pour avoir du pain eût bientôt étouffé mon génie et tué mon talent, qui était moins dans ma plume que dans mon cœur, et né uniquement d’une façon de penser élevée et fière, qui seul pouvait le nourrir. Rien de vigoureux, rien de grand ne peut partir d’une plume toute vénale. La nécessité, l’avidité peut-être m’eût fait faire plus vite que bien. Si le besoin du succès ne m’eût pas plongé dans les cabales, il m’eût fait chercher à dire moins des choses utiles et vraies que des choses qui plussent à la multitude, et d’un auteur distingué que je pouvais être, je n’aurais été qu’un barbouilleur de papier. Non, non : j’ai toujours senti que l’état d’auteur n’était, ne pouvait être illustre et respectable qu’autant qu’il n’était pas un métier. Il est trop difficile de penser noblement quand on ne pense que pour vivre. Pour pouvoir, pour oser dire de grandes vérités, il ne faut pas dépendre de son succès.3

  • 4 Paradoxe souligné par B. Mély : « On voit que la remise en cause radicale de son statut d’auteur n (...)

4Se sentant devenir – ou menacé de devenir – écrivain, Rousseau renonce à son monde et décide non seulement de vivre à part mais de vivre d’une autre manière de sa plume : en copiant la musique à tant la page. Il le fera jusqu’à ce que la plume tombe de sa main affaiblie peu avant sa mort, sa clientèle consistant pour l’essentiel en des protecteurs qu’il s’était déjà attirés ou qui allaient le devenir, tout en refusant leur protection4. Il n’en devient pas moins, et restera, l’homme de ses livres ; consciemment ou non, il dépend du même monde et des mêmes imprimeurs aussi, puisque malgré tout il n’arrêtera jamais d’écrire, et de s’occuper de ses écrits.

5Écrire est un métier qui implique des stratégies (qui sont pour lui « des manœuvres d’auteur ») pour réussir, effort qui lui répugne et qui aurait tué son inspiration. La « vénalité » de la plume, le « métier » qui vous oblige à « barbouiller le papier » donnaient encore mauvaise réputation à la profession d’auteur : il suffit de se rappeler comment Furetière s’était moqué de l’écrivain nommé Charroselles dans Le Roman bourgeois. Mais on voit que c’est aussi le monde des artistes qui lui déplaît :

  • 5 Rousseau à Vernet, CC 1176, 29 novembre 1760.

Voyant les gens de lettres s’entre-déchirer comme des loups, et sentant tout à fait éteints les restes de chaleur qui, à près de quarante ans, m’avaient mis la plume à la main, je l’ai posée avant cinquante, pour ne la plus reprendre. Il me reste à publier une espèce de traité d’éducation, plein de mes rêveries accoutumées, et dernier fruit de mes promenades champêtres, après quoi, loin du public et livré tout entier à mes amis et moi, j’attendrai paisiblement la fin d’une carrière déjà trop longue pour mes ennuis, et dont il est indifférent pour tout le monde et pour moi en quels lieux les restes s’achèvent.5

  • 6 Littré — qui ne donne que deux exemples, dont celui-ci, l’autre étant attribué à Mercier mais par (...)

6Dans Rousseau juge de Jean-Jacques, il charge son sosie, nommé aussi « Rousseau », d’évoquer pour lui dans les dialogues « son dédain pour le métier d’auteur, combien il déplorait le court temps de sa vie qu’il perdit à ce triste métier et parmi les brigands qui l’exercent » (RJJJ, p. 343). C’est pour cela qu’il conclut, en se citant cette fois directement : « J’ai fait des livres, il est vrai, mais jamais je ne fus un livrier » (p. 259). Définition : « Mauvais faiseur de livres, celui qui fait des livres par métier »6.

7On remarquera que, déjà en 1760, Rousseau parle comme s’il était un homme en fin de carrière, propos qu’il répète fréquemment à cette époque :

  • 7 Rousseau à Lenieps, CC 1181, 11 décembre 1760.

Vous devez savoir et je crois vous l’avoir dit que j’ai quitté pour ma vie le métier d’auteur. Il me reste encore un vieux péché à expier sous la presse, après quoi le public n’entendra plus parler de moi. Je ne connais point de sort plus heureux dans la vie que de n’être connu que de ses amis.7

8En somme, vers l’âge de cinquante ans, il n’aura été écrivain que dix ans, et c’est largement suffisant :

  • 8 Rousseau à Dom Deschamps, CC 1437, 25 juin 1761.

Jusqu’à quarante ans je fus sage, à quarante ans je pris la plume et je la pose avant cinquante, maudissant tous les jours de ma vie celui où mon sot orgueil me la fit prendre et où je vis mon bonheur mon repos ma santé s’en aller en fumée sans espoir de les recouvrer jamais.8

9Remarquons encore qu’il laisse de côté, dans ce schéma, ses premiers ouvrages, même ceux qui ont été imprimés. Pourtant il ne les a pas complètement oubliés.

  • 9 Lettre à Christophe de Beaumont, OC IV, p. 965.

10Rousseau sait très bien que tout auteur est jusqu’à un certain point un écrivain à gages, et c’est cela qui lui répugne ; même sous la forme de mécénat, cet état impose des obligations, et en tant qu’auteur il n’en veut point. Et puis, autre distinction importante, Rousseau est d’après lui « le seul auteur de [s]on siècle et de beaucoup d’autres qui écrit de bonne foi »9, cela suppose que tout « auteur » ordinaire écrit de mauvaise foi, pour briller et jouer un certain rôle public : cela ne peut pas être lui.

  • 10 Confessions, p. 669 ; OCI, p. 514.
  • 11 Il est vrai que dans le cas de Julie il signe sans tout à fait avouer en être l’auteur ; c’est un (...)
  • 12 La Lettre sur la musique française (OC V, p. 289-328) fut publiée en novembre 1753.

11Il dit plus tard avoir formé (vers 1759) « le projet de quitter tout à fait la littérature, et surtout le métier d’auteur »10. Dans Rousseau juge de Jean-Jacques, où il n’évoque ce « métier d’auteur » qu’avec dédain, il y a pourtant un sens du mot qu’il assume volontiers, c’est de reconnaître ses propres ouvrages ; pour lui c’est un principe : j’en suis l’auteur et je signe toujours de mon nom11. Ainsi, il se sert volontiers du mot pour ses œuvres publiées : il est « l’auteur d’Émile et d’Héloïse », « l’auteur du Devin du village », « l’auteur de la lettre sur la musique française12 qui en a fait ensuite un article du Dictionnaire, et suivi seulement par l’auteur du Devin » (RJJJ, p. 66 et 76). S’il est question de s’avouer auteur ou de « s’assurer parfaitement que ce que vous appelez ses œuvres sont bien ses œuvres » (p. 153), alors auteur et œuvre sont admissibles.

  • 13 Rousseau à Rey, CC 675, 23 juillet 1758.

12Mais si Rousseau évoque ses « écrits » en précisant que ce « ne sont pas [s]es œuvres »13, ce n’est pas seulement parce que le mot œuvres est pour lui trop « artiste » : il préfère lui donner une autre acception. Dans Les Confessions, il ne confond jamais ses écrits avec ses œuvres parce que ces dernières sont des actes et non des artefacts langagiers. De même, dans Rousseau juge de Jean-Jacques on a une abondance d’occurrences des mots écrits et livres, avec lesquels le terme œuvres fait justement contraste : « Détesté des bons pour ses œuvres, il l’est encore plus des méchants pour ses livres » (p. 102-103).

  • 14 Rousseau à Jacob Vernes, CC 250, 20 septembre 1754.
  • 15 Rousseau à Rey, CC 6535, 31 janvier 1769 ; « un misérable torche-cul » (Rousseau à Du Peyrou, CC 6 (...)
  • 16 Rousseau à Mme Dupin, CC 768, 25 janvier 1759.
  • 17 Rousseau à Rey, CC 50 9, 3 mars 1766.
  • 18 Article « Écrivain (métier d’) », DJJR, p. 271.

13Bien sûr, il n’en avait pas toujours été ainsi. S’il a souvent déprécié ceux de ses écrits qui relèvent du bel esprit (peut-être devrait-on alors les appeler œuvres ?), il n’en garde pas moins certains d’entre eux sur sa liste de 1764-1765 (voir chapitre 2) pour une édition collective. Il a beau appeler le Discours sur la vertu du héros un « barbouillage d’écolier »14, « un torche-cul » qui « n’en vaut pas la peine »15, et La Reine fantasque une « folie de cinq ou six pages » et un « barbouillage », « une folie de cinq ou six pages »16, « cette folie », « ce barbouillage »17, il les retient, avec d’autres compositions de sa première époque. Comme le remarque Philip Robinson, « il ne l’a pas toujours dit et on peut douter qu’il ait jamais trouvé une conduite proportionnée à son noble sentiment »18. Jean Starobinski a formulé la même pensée de manière plus incisive encore, mais sans malice, en le comparant au serein Montesquieu :

  • 19 Revue Montesquieu, n° 5 (2001), p. 180.

Rousseau, lui, doit acquérir son statut personnel par son œuvre d’écrivain. Il doit se mettre en scène, inventer son personnage. Il y réussit. C’est ainsi qu’il obtient, peut-être à son corps défendant, que l’imagerie populaire s’empare de lui. [...] Mais cet effort d’autofiction fragilise sa revendication de sincérité.19

14Pour nous, en tout cas, l’œuvre est là ; c’est lui qui a tout écrit. Mais l’« œuvre » prend des formes diverses avec le temps, et c’est cela qu’il s’agit de regarder ici.

15On suit mieux certains aspects de cette histoire si on comprend les complexités de l’enjeu commercial pour les libraires de langue française en France et ailleurs. Grâce surtout à la diaspora protestante avant et après la révocation de l’édit de Nantes en 1685, un public considérable de lecteurs francophones en Angleterre, aux Pays-Bas, en Scandinavie, en Allemagne et en Suisse, était consommateur des productions de nombreux libraires de langue française. Naturellement, un marché beaucoup plus important en France les tentait néanmoins, marché protégé par la Librairie, institution qui elle-même dépendait du gardien des Sceaux, au bénéfice principalement de la corporation très restreinte des libraires parisiens. Un libraire hollandais envoyant des exemplaires à écouler en France risquait de les voir saisir, ce qui entraînait pour lui d’immenses pertes à ajouter aux risques déjà courus par le transport par mer ou par terre. Il avait souvent intérêt à passer un accord avec un libraire parisien qui en assure le débit en France, peut-être au moyen d’un privilège royal (qui donnait un droit exclusif de publication) et/ou une permission (avec approbation du censeur), voire une permission « tacite » qui, sans accorder d’autorisation explicite, n’en était pas moins enregistrée et devait normalement garantir le libraire contre la saisie. Rousseau aura plus d’une fois affaire à ce genre de relation permettant à deux libraires, dont l’un à l’étranger, de partager un marché au bénéfice des deux, en vendant soit la même édition, soit deux éditions parallèles. Et dans tous les cas, lorsqu’un ouvrage acquérait vite une grande célébrité, il fallait compter avec les éditions pirates qui, dispersées et se dispensant de toute autorisation, pouvaient enlever une bonne part du profit et souvent même se tailler la part du lion.

16Il sera plusieurs fois question, dans l’examen de diverses éditions, de l’ordre des œuvres et de leur répartition dans un nombre fort variable de volumes. C’est une affaire largement indifférente si le seul objectif est de fournir tous les textes de l’auteur, de les offrir à lire ou à parcourir librement. Sur un plan purement pratique, sans considération symbolique, le libraire cherche à équilibrer à peu près les volumes. Il peut s’agir d’une tension entre le désir de répartir les œuvres les plus longues dans différents volumes afin que tout le « poids » de la collection ne soit pas concentré en une seule partie, et le souci, en partie esthétique, de donner à tous les volumes à peu près la même épaisseur ; c’est pour permettre de tenir compte de ce facteur que je donne la pagination (d’après la dernière page numérotée) de chaque tomaison dans les cas où je décline la table d’une édition.

17Mais l’ordre de succession des œuvres ne prend vraiment de l’importance que si elle représente un plan idéel ou idéal de lecture. Le plan idéal recommanderait au lecteur, au moins implicitement, de commencer au début du premier volume et d’aller droit devant lui jusqu’à la fin du dernier. Le plan idéel, sans avoir cette ambition-là, proposerait, au moins implicitement, que l’ordre de l’édition représente une structure logique à l’intérieur de laquelle le sens de chaque œuvre peut le mieux se retrouver. Dans l’un et l’autre cas, une des possibilités serait purement chronologique, approche qui en fait est rarement adoptée. Comme le responsable de l’édition reste souvent muet sur ces matières, c’est à nous qu’il incombe de déduire les conséquences de la répartition qu’on trouve à chaque fois.

  • 20 Elle fut imitée et brièvement concurrencée par la Société typographique de Genève, formée en 1779.
  • 21 Diderot, article éditeur, Encyclopédie, t. V (1755), p. 396. L’auteur en profite pour avouer qu’il (...)
  • 22 Voir aussi, par rapport à cette terminologie chez Voltaire, le résumé de José-Michel Moureaux, « V (...)

18Un problème de terminologie se présente inévitablement dans le monde de l’édition. Ce qu’aujourd’hui nous nommons éditeur ou maison d’édition n’avait pas son équivalent au xviiie siècle, du moins pas avant la formation des sociétés de libraires, dont la plus importante dans la seconde moitié du siècle fut la Société typographique de Neuchâtel20. Au cœur de l’industrie est l’imprimerie gérée par un maître imprimeur-libraire, qui achète aux auteurs les manuscrits qu’il imprime (en devenant ainsi désormais le propriétaire), et qui traite aussi avec d’autres libraires dont il vend aussi bien les productions. Dans le Dictionnaire de l’Académie de 1762, ni le verbe publier ni le substantif publication ne se rapportent intrinsèquement au travail de l’imprimeur, sauf dans la mesure où, « en parlant d’un livre, on dit qu’on en a défendu la publication » (je souligne), ce qui voulait dire que la vente en était défendue. Le verbe éditer n’y figure pas, et éditeur désigne une double fonction : il est « celui qui prend soin de revoir et de faire imprimer l’ouvrage d’autrui », ce qui lui assigne en partie le travail de celui que nous appellerions l’éditeur critique ou scientifique, et en partie la fonction de ce qu’on appelle en anglais le publisher (celui qui fait imprimer, ce qui se distingue de l’acte d’imprimer). Diderot, dans l’Encyclopédie, donne à peu près la même définition de l’éditeur : « un homme de lettres qui veut bien prendre le soin de publier les ouvrages d’un autre ». Il y joint, dans un deuxième temps, des fonctions critiques : un éditeur doit savoir la langue des textes qu’il édite (notamment des Anciens, des philosophes) et « être suffisamment instruit de la matière qu’on y traite »21 ; les renvois – à critique, érudition, texte, manuscrit, et commentateurs – complètent ici la constellation sémantique. Les imprimeurs-libraires dont on parlera, surtout au xviiie siècle, semblent souvent, en effet, assumer eux-mêmes cette fonction supplémentaire22. Plus tard – et déjà avec l’édition de Mercier chez Poinçot en 1788-1793 – les deux fonctions commencent à se distinguer, quelqu’un d’autre que l’imprimeur-libraire assurant la direction scientifique et critique.

19Yannick Séité a succinctement identifié les cinq « pôles » qui organisent les relations d’un écrivain avec son libraire, qui sont (je les présente sous forme de liste sans en modifier le texte) :

  • 23 Yannick Séité, « Pour une histoire littéraire du livre », Dix-huitième siècle, n° 30 (1998), p. 67 (...)

financier (la publication comme source de revenus pour l’auteur) ;
juridique (la question de la propriété intellectuelle) ;
typographique (« je veux du petit romain pour mes notes ») ;
esthétique (illustrations, « beau papier », etc.) ;
et philologique (les épreuves, les cartons, le suivi exact du manuscrit).23

20Sans essayer d’appliquer ces catégories toujours systématiquement, il est bon de les garder présentes à l’esprit au cours de la synthèse que j’envisage.

21Pour les premiers chapitres de cette étude je reconnais ma dette au travail exhaustif de Raymond Birn dans Forging Rousseau : Print, Commerce and Cultural Manipulation in the Late Enlightenment (FR). Son objectif est d’établir un historique à la fois méticuleux et fin du long processus qui aboutit à la Collection complète de Genève en 1780-1782 ; le récit qui en résulte manifeste une complexité à laquelle on peut se fier sans qu’il soit besoin de le résumer ici. Birn retrace les multiples négociations de Rousseau avec ses éditeurs, autorisés ou non, et fait ressortir avec une grande clarté et maints détails les deux grands soucis de l’auteur : la protection de ses textes authentiques et son besoin, continuel, de soutien financier. Sur ces deux plans, l’incertitude des contrats et les ravages du marché pirate sont désolants.

22Mon objectif est de présenter un panorama plus étendu qui aboutit au tricentenaire de Rousseau et esquisse même les éditions apprêtées pour le commémorer. Dans cette perspective l’époque révolutionnaire et la première moitié du xixe siècle s’avèrent riches en activités qui prennent toujours de nouvelles dimensions et surtout de nouvelles configurations ; le xxe apportera la monumentale édition de la Pléiade et une non moins monumentale de la correspondance. Cette histoire aussi me semblait mériter d’être racontée, tout en restant liée, pour mieux faire saisir toute son ampleur, à celle que nous a procurée Birn. Ceux qui ont contribué à nos connaissances pour telle ou telle tranche de temps, et dont les travaux ne m’étaient pas moins nécessaires si le mien devait se réaliser, seront signalés le moment venu.

  • 24 Voir à ce propos l’exemplaire étudié par Gauthier Ambrus et Alain Grosrichard dans « À propos d’un (...)

23Si ce volume ne comporte pas de répertoire scientifiquement complet des éditions des œuvres de Rousseau dont il traite, c’est qu’une telle tâche aurait absorbé le volume entier sans même permettre de se vanter d’être complet. La prolifération d’éditions piratées ou plus ou moins légitimes, sans parler des combinaisons d’émissions nouvelles et anciennes pour composer prétendument de nouvelles « éditions » (souvent avec une nouvelle page de titre pour conforter l’impression du lecteur), donne au travail bibliographique une complexité étourdissante24. La preuve en est offerte, si besoin était, par les deux gros volumes que Jo-Ann McEachern a dû consacrer aux seules éditions de Julie et d’Émile.

24C’est pour la même raison que je ne vise aucune sorte d’exhaustivité, critère qui aurait empêché que cet ouvrage ne soit jamais terminé. Historiquement parlant, la majorité des éditions qui ont vu le jour n’ont qu’un intérêt limité ; j’ai cru nécessaire de concentrer mes efforts sur les éditions soit les mieux connues, soit qui paraissaient avoir introduit quelque innovation dans la présentation textuelle ou la méthode. Je n’ignore pas ce que ce critère comporte de subjectif, mais j’essaierai de justifier les points forts qui m’ont semblé devoir retenir mon attention.

25Il en va de même pour la description complète des éditions, infaisable en un seul volume même si l’auteur était, comme je ne le suis pas, spécialiste de bibliographie matérielle. Le fait est que pour cette raison tous les répertoires des œuvres collectives de Rousseau sont caducs. En bibliothèque, il faut souvent demander les volumes un par un, tâche infinie quand il s’agit de nombreuses et grandes collections, et il est souvent donc impossible – d’autant plus qu’elles ne sont jamais toutes présentes dans la même bibliothèque – de les confronter d’un bout à l’autre, seule épreuve définitive pourtant. Fatalement, l’information reste imparfaite.

Notes

1 Rousseau à Malesherbes, CC 1633, 12 janvier 1762 ; OC I, p. 1136.

2 Préface de Narcisse. OC II, p. 962.

3 Confessions, p. 540-541 ; OC I, p. 402-403.

4 Paradoxe souligné par B. Mély : « On voit que la remise en cause radicale de son statut d’auteur ne conduit nullement Rousseau à une remise en cause du public que lui offrent les institutions littéraires, et qu’il s’appuie au contraire sur celles-ci pour le gagner à lui » (Jean-Jacques Rousseau : un intellectuel en rupture, p. 55).

5 Rousseau à Vernet, CC 1176, 29 novembre 1760.

6 Littré — qui ne donne que deux exemples, dont celui-ci, l’autre étant attribué à Mercier mais par une source beaucoup plus tardive (1877). Le « Rousseau » des dialogues avait déjà dit : « Les habitants du monde enchanté font généralement peu de livres, et ne s’arrangent point pour en faire ; ce n’est jamais un métier pour eux » (premier dialogue p. 66).

7 Rousseau à Lenieps, CC 1181, 11 décembre 1760.

8 Rousseau à Dom Deschamps, CC 1437, 25 juin 1761.

9 Lettre à Christophe de Beaumont, OC IV, p. 965.

10 Confessions, p. 669 ; OCI, p. 514.

11 Il est vrai que dans le cas de Julie il signe sans tout à fait avouer en être l’auteur ; c’est un cas un peu particulier.

12 La Lettre sur la musique française (OC V, p. 289-328) fut publiée en novembre 1753.

13 Rousseau à Rey, CC 675, 23 juillet 1758.

14 Rousseau à Jacob Vernes, CC 250, 20 septembre 1754.

15 Rousseau à Rey, CC 6535, 31 janvier 1769 ; « un misérable torche-cul » (Rousseau à Du Peyrou, CC 6546, 28 février 1769).

16 Rousseau à Mme Dupin, CC 768, 25 janvier 1759.

17 Rousseau à Rey, CC 50 9, 3 mars 1766.

18 Article « Écrivain (métier d’) », DJJR, p. 271.

19 Revue Montesquieu, n° 5 (2001), p. 180.

20 Elle fut imitée et brièvement concurrencée par la Société typographique de Genève, formée en 1779.

21 Diderot, article éditeur, Encyclopédie, t. V (1755), p. 396. L’auteur en profite pour avouer qu’il arrive aux encyclopédistes d’« apercevoir dans les articles de nos collègues des choses que nous ne pouvons nous empêcher de désapprouver intérieurement ».

22 Voir aussi, par rapport à cette terminologie chez Voltaire, le résumé de José-Michel Moureaux, « Voltaire éditeur », p. 12-14.

23 Yannick Séité, « Pour une histoire littéraire du livre », Dix-huitième siècle, n° 30 (1998), p. 67-86 ; p. 76.

24 Voir à ce propos l’exemplaire étudié par Gauthier Ambrus et Alain Grosrichard dans « À propos d’une édition des Œuvres de Rousseau », AJJR, n° 49 (2010), p. 199-212.

© ENS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search