Version classiqueVersion mobile

La parole des sans

 | 
Jacques Guilhaumou

Conclusion

Vers une esthétique de l’événement

Texte intégral

  • 1 Voir sur ce point Lucien Calvié, Le Renard et les raisins. La Révolution française et les intellect (...)

1En définissant l’apport principal de la Révolution française à travers une « disposition morale du genre humain » déclarée par l’idée de droit et réalisée dans la constitution républicaine, Kant a posé les bases d’une approche esthétique de l’événement, et par là même assuré la perception par les hommes agissants et souffrants de leur devenir au-delà de l’état de choses. Le jeune Marx en retiendra la nécessité de formuler en premier le pari sur l’émancipation humaine avant même de déterminer les concepts du matérialisme historique1.

  • 2 Daniel Bensaïd dans Le Monde du 30 décembre 1995, à propos des mouvements sociaux de novembre-décem (...)

2Dans la mesure où cette « disposition morale » se manifeste prioritairement dans l’événement où se conjoignent l’acteur et le spectateur, nous pouvons maintenant affirmer que les chemins de l’émancipation passe bien, y compris au plan philosophique, par la prise au sérieux de l’événement. Le mouvement inhérent à l’événement, en valorisant tous les hommes impliqués dans l’action au sens large, permet à l’humanité souffrante de recouvrir sa dignité. En d’autres termes, « L’avenir s’invente aujourd’hui » dans la mesure où « l’événement crée une situation nouvelle où se nouent l’ancien (la tradition et la mémoire retrouvées) et le nouveau d’un mouvement qui déchire la ligne d’horizon et invente son propre avenir2 ».

3Cependant l’attente des hommes, qui traduit leur désir d’émancipation, n’est pas simplement une donnée linéaire, évolutive avec le progrès social, que seul le législateur, ce « juge d’équité naturelle » (Sieyès), peut interpréter avec justesse, donc traduire sous forme de loi. Elle procède d’abord d’une redéfinition permanente, d’un événement à l’autre, de la part du sensible dans le mouvement même, donc de l’apparition constante de nouveaux dispositifs de subjectivation au sein de champs d’expérience reconfigurés.

  • 3 Le Futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, Éditions de l’EHESS, 199 (...)
  • 4 Dans cette voie, la réflexion de Fichte sur l’imagination comme faculté de produire de l’intuitionn (...)

4Si l’on admet, avec Reinhart Koselleck, qu’« il n’ y a d’histoire qui n’ait été constituée par les expériences vécues et les attentes des hommes agissants et souffrants3 », la variation d’un horizon d’attente n’est pas synonyme de progressivité ou d’utopie : elle est reconfiguration permanente d’une référence inaugurale et illimitée, le droit naturel déclaré4. C’est à travers les mailles de nouveaux dispositifs inventés dans l’événement que se profilent les chemins de l’émancipation.

5Nous avons essayé d’appréhender ces chemins à la croisée du récit et de l’argument, de la fiction et de l’imagination. Ainsi, au-delà de la détermination par la communauté savante de ce qui est vrai ou faux, la nécessaire reconstruction de ce qui est juste ou injuste se fait certes à l’aide de matériaux appropriés aux récits de l’activité émancipatrice des hommes libres, mais aussi selon des catégories adéquates, des arguments circonstanciés. Et ces arguments ne déploient toute leur intensité, c’est-à-dire ne font place à l’avenir qu’au titre de l’activité fictionnelle, et surtout de la prise au sérieux de l’activité de l’imagination. Il s’agit donc, à la jonction du récit fictionnel construit à partir de matériaux empiriques et de la lecture esthétique de l’événement spécifique du jugement de réflexion au sens kantien, de circonscrire un mode de présentation de l’événement mettant l’accent sur les manières d’être, de penser et d’agir adéquates aux circonstances et susceptibles d’ouvrir à l’invention politique.

6Notre souci permanent de promouvoir une esthétique de la politique située au plus près du mouvement nous renvoie alors principalement à des manières d’être de spectateurs enthousiastes, ou tout du moins bienveillants, à l’égard des porte-parole et des mouvements sociaux qu’ils représentent. La dynamique des acteurs émergents est ainsi d’autant plus valorisée qu’elle s’opère sous le regard d’une masse de spectateurs dont certains deviennent même des protagonistes de l’événement. De fait, ces spectateurs sont là pour témoigner de l’apparition d’une nouvelle part du sensible susceptible de reconfigurer, d’élargir le champ d’expérience propre à toute événementialité innovante.

7Ainsi, par « l’union des esprits et des cœurs » pour parler comme les révolutionnaires de 1793, c’est-à-dire dans le rapport intime entre raison et sensibilité, la dignité et la rationalité du sentiment d’humanité, associées à une volonté d’instaurer des secours réciproques, atteignent leur point maximal. La faculté de juger des acteurs et des spectateurs de l’événement qui préside, par son mode de présentation, à l’universalisation de l’événement dans ses manifestations les plus singulières se conçoit désormais comme une faculté de jugement moral, particulièrement propice à un ultime élargissement de la raison. Présent au sein même du mouvement, le sentiment moral des acteurs et des spectateurs traduit une capacité sociale innovante, inédite par son aptitude à valoriser, transformer, élargir l’expérimentation inscrite à l’horizon du droit naturel déclaré au sein même de l’action quotidienne, et donc à en marquer la vérité pratique.

8L’événement devient ainsi le lieu par excellence d’expression d’un maximum d’intelligibilité sociale. Le mouvement occupe périodiquement le devant de la scène, au détriment du spectacle congratulatoire des joutes oratoires entre acteurs de l’élite politique. Assiste-t-on enfin à la naissance d’une révolution fondée sur le refus de toutes formes de schéma préétabli, de toute façon caduques par l’effondrement du communisme réel ?

  • 5 Cf. T. Tackett, Becoming a Revolutionary. The Deputies of the French National Assembly and the Emer (...)
  • 6 « Audimat et baïonnettes », Chronique du Monde-Télévision du 30 novembre 1997.

9La radicalité de 1789, instaurée par les députés constituants5, puis approfondie par les porte-parole et les spectateurs de l’événement révolutionnaire, enfin traduite en terme d’égalité par les législateurs-philosophes demeure-t-elle, deux cents ans après, emprisonnée, avec la toute-puissance de la politique-spectacle, sur la scène médiatique ? Nous pourrions le croire à lire le compte rendu de « la dispute » entre deux élus de la République, le gaulliste Nicolas Sarkozy et le socialiste Jean-Pierre Chevènement, orchestrée pour la télévision en direct dans la salle du Jeu de Paume à Versailles par les journalistes Alain Duhamel et Arlette Chabot, telle que nous la relate Daniel Schneidermann6.

10Après avoir laissé disputer gravement nos deux hommes politiques sur les questions de l’immigration, du regroupement familial et de la nationalité, un « jeune représentant du Tiers », le cinéaste Éric Rochant, fait irruption en fin d’émission, « hirsute, mal rasé, porteur de la colère des humbles, descendant sans-cravate des sans-culottes, interpellant les nantis de la parole et du pouvoir ». Il dénonce alors une émission de divertissement « sous le masque du politique ». Assistait-on à la naissance d’une révolution télévisuelle ? « C’était pourtant sans compter sur le professionnalisme de la bande : Rochant fut promptement récupéré [...] En quelques secondes on passa des états généraux à la Nuit du 4 août » précise le journaliste. De fait, le libéral Sarkozy, pris par « la souffrance la plus aiguë », se débarrassa au plus vite des oripeaux de la « pensée unique », s’obligeant à apurer sa pensée. C’était Mirabeau ! Quant à Chevènement, il fait repentance de n’avoir pas pris en compte les attentes des téléspectateurs par l’oubli de thèmes cruciaux, par exemple les rapports Nord-Sud et les flux migratoires. Alors il « poussa un rugissement douloureux, dantonien », exprimant lui aussi son sentiment d’impuissance. « C’est alors qu’il eût fallu prendre le pouvoir, c’est-à-dire l’antenne, pour ne s’en faire déloger que par la force des baïonnettes » ajoute le journaliste. « La nuit est à nous » comme au moment de la prise de la Bastille. Mais rien n’y fait, « le club des imprécateurs » s’intègre, prend figure acceptable. L’ordre télévisuel n’est donc pas vraiment bouleversé.

  • 7 Ainsi un élu socialiste confie à un journaliste : « On a certainement mal perçu le mouvement des ch (...)
  • 8 La Société du chômage, dossier dans Libération du 27 janvier 1998.

11Faut-il alors considérer que l’ordre des choses, un temps malmené par l’événement d’hier et d’aujourd’hui, redéfinit toujours le cours de nos réalités ? Rien n’est moins sûr. Au moment même où les acteurs politiques prennent acte, dans leurs stratégies, du mouvement des sans-emplois7, et s’interrogent sur l’existence des chômeurs de longue durée comme « classe8 », le journaliste Yvan Jossen n’hésitent pas à qualifier les 7 millions de personnes touchées par les effets de la précarité de « tiers-état d’un nouveau genre » (Le Monde du 28 janvier 1998). Une révolte, voire même une révolution, de ces « sans-culottes modernes », se prépare-t-elle ? Nous avons trouvé plusieurs acteurs émergents du mouvement qui le pensent et le proclament. Leur intelligence de l’événement est désormais partie intégrante de notre pensée politique ; elle répond à notre besoin d’imagination. En nier la réalité ne peut que creuser l’actuel fossé entre la classe politique et la société civile en mouvement, donc ouvrir la porte à une politique extrême et autoritaire.

Notes

1 Voir sur ce point Lucien Calvié, Le Renard et les raisins. La Révolution française et les intellectuels allemands (1789-1845), op. cit.

2 Daniel Bensaïd dans Le Monde du 30 décembre 1995, à propos des mouvements sociaux de novembre-décembre.

3 Le Futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, Éditions de l’EHESS, 1990, p. 308.

4 Dans cette voie, la réflexion de Fichte sur l’imagination comme faculté de produire de l’intuitionné sans limites fixées préalablement s’avère particulièrement importante. Voir à ce sujet son ouvrage, La Destination de l’homme (1799), et sa récente traduction par J.-Ch. Goddard en GF-Flammarion, 1995.

5 Cf. T. Tackett, Becoming a Revolutionary. The Deputies of the French National Assembly and the Emergence of a Revolutionary Culture (1789-1790), Princeton University Press, Princeton, 1996. Traduction française chez Albin Michel en 1997 sous le titre Par la volonté du peuple. Comment les députés sont devenus révolutionnaires.

6 « Audimat et baïonnettes », Chronique du Monde-Télévision du 30 novembre 1997.

7 Ainsi un élu socialiste confie à un journaliste : « On a certainement mal perçu le mouvement des chômeurs. On le pensait marginal, et en fait j’ai le sentiment qu’un nouvel acteur de la vie politique est en train de naître », Libération du 18 janvier 1998.

8 La Société du chômage, dossier dans Libération du 27 janvier 1998.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search