Version classiqueVersion mobile

La parole des sans

 | 
Jacques Guilhaumou

Chapitre 2

Le mouvement vers le politique

Texte intégral

La républicanisation de l’espace public

1Confrontant ainsi les figures présentes et passées, mais non moins actuelles, du mouvement vers le politique, nous pouvons aborder, à notre manière, la question épineuse de la réalité d’une repolitisation actuelle de la société. Certes les divers acteurs du mouvement social ont pris part à la politique dans la mesure où ils ont exprimé leur rejet du libéralisme officiel, mais pour autant, peut-on considérer qu’ils ont instauré les conditions nécessaires à l’arrivée au pouvoir, après les récentes élections, d’une « gauche plurielle » ?

2À vrai dire, il nous semble particulièrement discutable de parler d’une repolitisation actuelle de la société au sens où la multiplication récente des mouvements sociaux et leur impact dans l’opinion auraient suscité l’arrivée sur la scène politique de nouveaux leaders d’opinion aptes à investir politiquement les forces vives de la société civile au profit d’une classe politique désormais très attachée à ses privilèges notabilitaires, mais soucieuse aussi de renouvellement. Le mouvement actuel vers le politique n’induit pas automatiquement une repolitisation de la société, du moins dans les termes de la démocratie représentative. Il s’agit d’abord et avant tout d’un flux à l’intérieur d’une société civile exposant son autonomie par rapport au politique, donc marquant sa capacité à s ’autodéterminer.

  • 1 Droit et démocratie. Entre faits et normes, op. cit., p. 391. Et il précise un peu plus loin : « Le (...)

3Une telle dynamique retrouvée de l’opinion nécessite, pour mieux la comprendre, un effort de problématisation, en particulier du côté des acteurs. Dans un de ses récents ouvrages, Habermas propose de « distinguer les acteurs qui émergent pour ainsi dire du public, et participent eux-mêmes à la reproduction du public, des acteurs qui investissent un espace public déjà constitué afin de s’en servir1 ». Nous pouvons ainsi différencier les acteurs stratégiques aspirant à la notabilité, à gauche comme à droite, des acteurs émergents du mouvement même. Dans une telle perspective, le renouvellement de l’espace public s’opère d’abord de façon autonome, par ses propres moyens, donc à distance des appareils politiques constitués. Certes, durant le « temps mort » entre deux mouvements sociaux, l’opinion publique peut être manipulée, avec plus ou moins d’efficacité, par les professionnels de la politique et des médias. Mais, en aucun cas, elle ne peut être remobilisée sur des bases civiques. C’est ici que l’individu citoyen impliqué dans le mouvement vers la liberté, la raison et la sensibilité universelles apparaît comme le seul recours à la réactivation de l’espace public. Le rôle du porte-parole consiste alors à légitimer un tiers commun entre des individus qui manifestent sous la bannière du « Tous ensemble ».

4Nous retrouvons une telle quête du tiers commun sur le terrain de la civilité dans l’action des porte-parole pendant la Révolution française.

  • 2 Voir l’ouvrage de R. Monnier sur L’Espace public démocratique. Essai sur l’opinion à Paris de la Ré (...)
  • 3 Dans « La souveraineté populaire comme procédure. Un concept normatif d’espace public », op. cit.

5La formation progressive dès 1791, hors de l’Assemblée nationale, d’un espace public de réciprocité à l’horizon de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen ouvre un espace infini d’expérimentation à des formes discontinues, disséminées, de prise de parole, et favorise ainsi l’émergence de la parole des citoyennes et des citoyens. Plus précisément, un tel espace démocratique vivifie en permanence la discussion critique, instaure une communication et une action réciproques, d’abord à Paris, puis en province2. Nous pouvons alors parcourir un espace public autonome avec ses pouvoirs intermédiaires, véritables centres d’opinion et d’action (communes, sections, sociétés patriotiques, congrès, etc.). Il s’agit bien de prendre en compte le « pouvoir engendré communicativement », et auto-institué sur la base de procédures égalitaires de formation de l’opinion et de la volonté, par contraste avec le « pouvoir appliqué administrativement » dont nous parle Habermas3. Il importe tout autant de dissocier ce pouvoir, souvent méconnu par l’historiographie de la Révolution française, des divers centres hégémoniques « classiques », essentiellement le Club des jacobins et son réseau de notables provinciaux.

  • 4 Voir sur ce point l’ouvrage de F. Gauthier, Triomphe et mort du droit naturel en Révolution (1789-1 (...)

6Dans cette espace démocratique créatif, la conquête et le maintien de la permanence du civisme sont attestés par la présence de diverses figures du porte-parole. Précisons d’abord que la légitimité de leurs prises de parole repose sur un acte de langage constituant, l’acte de faire parler la loi. Cet acte foncièrement langagier est issu du droit subjectif, de la capacité juridique de tout citoyen à faire la loi au nom de la raison constituante, c’est-à-dire sous l’égide de la souveraineté du peuple. Il s’appuie sur trois principes : 1) la proposition de droit, définissant la liberté de chacun par la possibilité de la liberté de l’autre, 2) la prononciation de droit, ouvrant la possibilité de voter, déléguer, nommer et sanctionner, 3) la réciprocité du droit, mettant l’accent sur ce que les droits attachés à la personne, en particulier le droit à l’existence, impliquent de réciprocité4. Il articule donc, selon des proportions variables, droits-libertés, droits-participations et droits-créances.

7Dans le cas exemplaire de la Provence, nous pouvons ainsi particulariser l’initiative de « missionnaires patriotes » instaurant un véritable civisme « ambulant ». De fait, ces « apôtres de la paix », souvent des commissaires des sociétés patriotiques de Marseille et Aix, sillonnent pendant plusieurs semaines les routes, interviennent dans les villages, bourgs et villes tout au long de ce qu’ils appellent des « courses civiques ». Leur mandat est de faire respecter les lois, en particulier sur le recouvrement des impôts et le désarmement des suspects, de garantir la sûreté des personnes et des propriétés, de régénérer ou créer des sociétés patriotiques, d’endiguer le « fanatisme » des prêtres réfractaires en faisant appliquer la Constitution civile du clergé. Bref, répétant sans cesse « l’union fait la force », il donne force à la loi. L’acte de faire parler la loi, de dire le droit, complément civique indispensable à l’exécution de la loi que les législateurs ne font qu’énoncer, est au centre de leur activité ambulatoire. Leur action instaure ainsi les conditions favorables à l’énonciation de la loi par des législateurs à l’écoute du mouvement populaire.

8Toutes proportions gardées, nous pensons donc pouvoir établir un lien constructif entre les figures présentes du mouvement social et les figures passées du mouvement révolutionnaire.

9Il nous semble que c’est actuellement la figure du porte-parole, aussi éphémère soit-elle, qui rend possible la répuhlicanisation de l’espace public sur la base d’une extrême diversification des mouvements et de l’implication en leur sein des organisations associatives, culturelles et alternatives. Les porte-parole, souvent mal perçus par l’opinion publique à cause du dénigrement des médias télévisuels à leur égard, contribuent de manière décisive au « mode de reproduction autoréférentiel de l’espace public » selon l’expression du philosophe Habermas. Nous pouvons donc pronostiquer, avec la multiplication des acteurs émergents, un rapport de forces plus favorable dans l’avenir à l’espace public face au politique. Cependant il est beaucoup plus hasardeux d’affirmer que les mouvements qu’ils représentent dans leur diversité même ont contribué à la repolitisation de la société, et trouvent donc dans la victoire de la gauche un écho direct.

  • 5 « Les nouvelles formes de mobilisation sociale », dans Le Grand Refus. Réflexion sur la grève de dé (...)

10En effet, le sociologue Farhad Khosrokhavar précise que les acteurs émergents des nouveaux mouvements sociaux n’entendent pas bouleverser d’emblée les rapports politiques en exprimant une tendance politique marquée dans le champ des partis5. Plus soucieux de dynamiser la société civile que de réduire sa distension avec les acteurs politiques, leur part d’innovation relève d’un mode communicationnel d’intervention dans le champ social. Il s’agit alors essentiellement de promouvoir un dialogue civique là où le politique est en état de crise et le social en mal d’apathie. C’est ainsi que dans le mouvement de 1995 une part importante de la société civile s’est mobilisée, en particulier dans des manifestations, pour signifier la sympathie agissante d’une masse de citoyens-spectateurs à l’égard des revendications des « acteurs centraux », les cheminots essentiellement. Acteurs et spectateurs se retrouvent ensemble dans une force agissante située à l’horizon d’« un humanisme de sentiment autant que de raison ». La redynamisation politique du lien entre la société civile et la classe politique, au-delà de la cohérence retrouvée de la société civile, n’est donc pas, comme le pense la gauche au pouvoir, une conséquence inéluctable du mouvement. Elle suppose une attention privilégiée à la voix des acteurs émergents. Certes le rôle du législateur et de son émanation, le gouvernement, est de répondre aux « besoins émergents » exprimés en commun par les citoyens. Mais pour autant, l’établissement d’un lien entre le citoyen et le législateur, sous la tutelle de l’agent politique, ne suffit pas à maintenir, une fois le mouvement passé, le lien social créateur de sympathie et d’intersubjectivité manifesté en permanence dans l’action des porte-parole.

11Pendant la Révolution française, le civisme ambulant des porte-parole de 1792 a été traduit dans un mouvement national impulsé par la Convention nationale. Ainsi s’est établie une politique républicaine aux potentialités multiples. Mais actuellement, si les porte-parole tendent à redevenir, en tant qu’acteurs du mouvement social, les médiateurs par excellence au sein de l’espace public, leur mise à distance, au nom de leur existence éphémère, par les professionnels de la politique peut provoquer le retour à la simple coexistence entre une identité associative revendiquée toujours plus fortement hors du politique et une unification de la classe politique autour de besoins certes réévalués, mais plus corporatistes qu’universels. Ainsi la journaliste du Monde, Ariane Chemin, constate, dans son article du 24 octobre 1997, que « la mouvance autoproclamée du mouvement social peine à trouver ses marques » face à l’initiative du gouvernement de gauche. S’agit-il alors de considérer que les hommes de gauche au pouvoir sont particulièrement aptes à faire de la politique, à en restituer l’authenticité ? À ce titre, le politiste David Abiker appelle à « une professionnalisation des élites politiques » au nom du dépassement d’une « vision romantique de l’élu » (Libération du 23 octobre 1997).

12Ainsi se brise le mouvement vers le politique, s’estompe le désir d’émancipation au profit d’une alternance politique qui fige le présent, tronque le possible, demeure prisonnière de la « pensée unique ».

13Jusqu’à une date récente, le cas le plus flagrant de mise à l’écart des porte-parole a été celui des chômeurs. Éric Lecerfe remarque avec justesse que le chômage est bien évidemment producteur d’exclusion par l’effet de marginalisation face au monde du travail, mais aussi par le refus d’un accès publique à la parole du chômeur. Faisant référence au propos du sans-culotte tonnelier Jovin en 1792 sur la nécessité pour chaque classe de citoyens de disposer de « porte-parole pour exprimer leurs plaintes », il propose de « céder la politique à un acteur qui aura pour premier souci de lui arracher des droits nouveaux, comme le fut en son temps la prise de parole du Tiers État ». Et il rappelle à ce propos que, dans l’histoire démocratique de la France, « les prises de parole effectuées par ceux dont on n’attendait rien, ces prises de parole qui devaient être sans lendemain, furent décisives dans notre histoire. Sans elles, il n’y aurait jamais eu de “modèle français” » (Libération, le 16 septembre 1997).

  • 6 Voir l’article d’A. Beuve-Méry sur « Les associations veulent participer à la préparation du texte (...)

14Certes les mouvements de chômeurs (l’Association pour l’emploi, l’information et la solidarité, Agir ensemble contre le chômage, le Mouvement national des chômeurs et précaires, le Comité national des privés d’emploi CGT, etc.) sont parvenus depuis quelques mois à briser le silence médiatique à l’encontre de leurs demandes, en occupant des locaux des Assedic. Réfutant les décisions d’une « gauche plurielle », qui pourrait devenir une « gauche cruelle », les collectifs de chômeurs, « ces porte-voix des exclus et des précaires », véritables « militants antichômage », intensifient leur mobilisation, maintiennent la pression sur le gouvernement qui annonce la discussion d’une loi sur l’exclusion au printemps 19986. Ils suscitent un sentiment de sympathie à l’égard de leur action, incitant alors des spectateurs eux-mêmes chômeurs à devenir des protagonistes du mouvement.

  • 7 Reportage de N. Lemaire dans Le Monde du 31 décembre 1997.

15Un militant d’Agir ensemble contre le chômage, occupant nuit et jour les locaux de l’Assedic, peut ainsi préciser à un journaliste : « Depuis quinze jours, il se passe des choses incroyables. Des tas de gens passent ici. Les gestes de solidarité et de témoignages de sympathie se multiplient à notre égard. Les gens nous disent : “On vous comprend, nous aussi, on est au chômage. On est avec vous”7. »

16Il est donc certain que des voies de passage « par le bas » entre la « périphérie » de la société civile et le « centre » de la politique restent à expérimenter. Mais il importe aussi de prêter attention à ce phénomène « par le haut ».

  • 8 Voir en particulier l’ouvrage de D. Memmi, Les Gardiens du corps. Dix ans de magistère bioéthique, (...)

17Un exemple particulièrement intéressant est celui des acteurs de l’éthique, « gardiens du corps » rassemblés dans le Comité national consultatif d’éthique8. Aussi savants et aussi bons praticiens soient-ils, leur aisance à circuler entre raison et sensibilité montre qu’ils ne se limitent pas à leur logique disciplinaire et n’hésitent pas à invoquer les droits de la personne. Par ailleurs, conseillers du législateur, ils ne marquent aucune allégeance à la classe politique. Ils ne sont pas pour autant des porte-parole de la société civile. Mais ils acquièrent une certaine notoriété éthique par l’acquisition d’un magistère moral. Nous pouvons dons les apparenter à des tiers-acteurs capables de rendre légitimes des valeurs communes. Leur existence nous rappelle que la mise en mouvement du politique s’appuie autant, dans sa phase descendante, – du législateur vers le citoyen –, sur la consultation ponctuelle de l’acteur de l’éthique par le législateur que, dans sa phase ascendante, – du citoyen vers le législateur –, sur la représentation éphémère du citoyen par le porte-parole.

Le spectacle de l’humanité souffrante : une force agissante

  • 9 Dans cette perspective, on peut lire avec profit, mais dans le respect de leurs différences, les ét (...)

18Le mouvement vers le politique renvoie donc plus largement à l’expérimentation historique des formes adéquates de médiation entre le citoyen et le législateur, en deçà des appareils politiques constitués. À ce titre, l’ensemble des études récentes sur le statut du législateur-philosophe sous la Révolution française présente un très grand intérêt pour une réflexion actuelle sur la réactualisation d’un lien authentique entre le citoyen et le législateur9. Nous y reviendrons dans la troisième partie.

  • 10 Une fois encore, l’opportunité de cette réflexion sur le « sentiment d’humanité » nous a été fourni (...)

19Soucieux d’introduire la suite de notre propos tout en restant dans un univers proche du porte-parole, nous continuons à déployer l’actualité de la figure passée du porte-parole à partir d’une référence commune, mais différenciée, au « missionnaire patriote » et au législateur, « le sentiment d’humanité »10. La description de la mise en acte discursive de cet argument attesté permet en effet de faire progresser notre réflexion sur le statut d’un citoyen-spectateur devenu protagoniste de l’événement du seul fait de son adhésion à un horizon universaliste.

  • 11 Nous pensons avant tout à H. Arendt dans son célèbre Essai sur la Révolution (Paris, Gallimard, 196 (...)

20La manière dont les législateurs ont appréhendé la question sociale de l’humanité souffrante au cours de la Révolution française est souvent définie dans les termes d’une politique de la pitié11. En effet, l’avènement, inédit sur la scène politique, de l’individu-citoyen au nom des droits de l’homme confère une dimension nouvelle à l’observation millénaire du malheur des hommes. Mais s’agit-il toujours d’un spectacle édifiant, et vu d’en haut ?

  • 12 « Pour l’amour de l’humanité... », op. cit.

21Au titre du droit proclamé à l’existence, le législateur prend en compte la souffrance d’autrui, mais il le fait de façon distanciée, rhétorique et généralisante : c’est la condition même, semble-t-il, d’une traduction législative des éventuels remèdes à la souffrance humaine. Dans une perspective rousseauiste, les législateurs-philosophes de la Révolution française considèrent le malheur comme la plus grande affaire des hommes, définissant ainsi le bonheur comme le but de toute législation. Certes le malheur est inscrit dans les faits, c’est un état, mais il est surtout le résultat d’une pensée humaine viciée, dissociée des vertus fondamentales. Aussi, à l’encontre de l’égoïsme destructeur des liens d’homme à homme, le législateur montagnard de l’an II, année de toutes les solidarités à la lecture du travail de Catherine Duprat12, favorise une politique de la « vraie bienfaisance » où les « secours publics » sont considérés comme une « dette sacrée » de la société à l’égard des citoyens. La multiplication des « secours réciproques », régénérateurs du lien social, doit ainsi favoriser le recul de la pauvreté, l’extinction de la mendicité, le soulagement des infirmités, de la vieillesse et autres calamités humaines.

  • 13 À Marseille, en l’an II, de nombreuses femmes suspectes emprisonnées rédigent des Conduites politiq (...)

22Dans un tel contexte, une Marseillaise, dont le mari suspect est en prison, peut s’adresser au représentant en mission Maignet dans les termes suivants : « Ses enfants languissants faute de subsistances te demandent du pain. Sachant que tu es débonnaire, que tu auras pitié de ses pauvres enfants misérables, leur rendant leur père, tu leur donnes du pain et la vie même13... »

  • 14 Voir, à ce sujet, notre ouvrage sur La Langue politique et la Révolution française, Paris, Méridien (...)

23Cependant la « langue du droit » du porte-parole, même si elle est sérieusement concurrencée, avec la formation de la Convention nationale en septembre 1792, par la « langue du peuple » du législateur14, dispose aussi de ses moyens propres d’intervention sur le terrain de l’humanité agissante et souffrante.

24Présents dans les conflits locaux dès 1791, les « missionnaires patriotes » apaisent les souffrances physiques et morales des uns, combattent l’égoïsme des autres par une politique de justice au quotidien dont l’aboutissement « heureux » est tout aussi remarquable que le bonheur institutionnellement finalisé par la législation sociale.

25Cette politique de la justice, localement contextualisée, tend d’abord à surseoir les exécutions punitives, héritées de la violence populaire d’Ancien Régime, en introduisant, au nom de l’humanité, la distinction fondatrice de la morale civique entre innocents et coupables. Ainsi lorsque le jacobin marseillais Isoard, modèle des « missionnaires patriotes », et d’autres patriotes démantèlent en Provence, à la fin du mois d’août 1792, un réseau contre-révolutionnaire par l’arrestation de ses membres, ils s’opposent avec succès à ceux qui veulent exécuter les citoyens arrêtés sur place (« S’ils étaient coupables, on voulait les punir ici »). De retour à Marseille, Isoard lui-même contrecarre aussi la proposition faite par un volontaire national, pendant une séance de la société populaire, d’égorger les suspects ramenés et emprisonnés. Il met alors en valeur, par son intervention, l’autolégitimation du porte-parole en matière de justice populaire :

  • 15 Cité dans notre ouvrage Marseille républicaine..., op. cit., p. 114.

« Tous les coupables ne sont pas pris, ceux qui veulent égorger les détenus sont leurs complices qui craignent des révélations ; il y en a beaucoup d’autres, attendez qu’ils soient tous arrêtés et alors les coupables seront punis ; d’ailleurs si quelqu’un doit connaître ceux qui sont coupables, c’est moi qui ai tous les papiers, et vous ne voudrez pas faire périr l’innocent15. »

26Mais plus largement, ces porte-parole, confrontés à la mésentente entre citoyens, interviennent par une médiation « heureuse » sur le terrain des inégalités sociales : ils mettent en évidence les torts de la société à l’égard des uns, et la nécessité pour les autres de participer à leur redressement. Ainsi lorsqu’une commission « souveraine » de l’Assemblée électorale des Bouches-du-Rhône intervient à Tarascon en septembre 1792, nous pouvons lire dans le procès-verbal des opérations de cette commission :

  • 16 Cité dans Marseille républicaine..., id., p. 97.

« Grand nombre de citoyens se présentent ensuite à nous porteurs de différentes réclamations, ils nous exposent que, livrés jusqu’à ce jour à l’arbitraire des gens en place, et à l’aristocratie des riches, il leur a été impossible d’obtenir justice sur les demandes les mieux fondées ; nous appelons auprès de nous les personnes contre lesquelles les plaintes sont portées, et, d’après notre médiation, nous éprouvons la douce satisfaction de voir finir amicalement des contestations jusqu’alors interminables16. »

  • 17 Nous proposons une étude discursive concrète de la manière dont des spectateurs d’une « marche civi (...)

27Il importe ici de souligner que l’expérimentation au quotidien de la justice sociale par les porte-parole suscite sympathie et compassion à l’égard des souffrances d’autrui d’une masse de citoyens-spectateurs. Ainsi se dégage une position de spectateur inscrite dans le cours même du processus révolutionnaire qui déplace notre regard de l’acteur vers le spectateur, ou plus exactement vers ses modes d’implication dans l’événement au titre du rôle de protagoniste qu’il peut jouer à tout instant, tant en appui de l’action du porte-parole que face aux représentants en mission, eux-mêmes législateurs rappelons-le17.

28De fait, l’implication grandissante, à partir de 1789, du citoyen confronté au spectacle de la Révolution française s’explique par son positionnement progressif en tant que protagoniste de l’événement dans le champ d’expérimentation du porte-parole. C’est au titre de la médiation d’une sensibilité citoyenne manifestée à l’encontre des atteintes à ce qui constitue son horizon d’universalité, – la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen –, que le citoyen-spectateur témoigne de la dynamique de l’espace public authentifiée par le porte-parole. Ainsi le fait même du mouvement remet en cause de manière permanente la dissociation, toujours menaçante mais jamais réellement stabilisée avant l’an III, entre une sphère politique autonome, donc gérée par la seule classe politique, et une société civile simplement spectatrice.

  • 18 Nous reprenons ici la réflexion menée par S. Wahnich, historienne de la Révolution française, sur l (...)

29De nos jours, le décalage entre citoyens et gestionnaires de la politique est à juste titre sans cesse souligné. La vertu des mouvements sociaux récents, appréhendés dans l’actualité même du mouvement révolutionnaire, consiste dans leur capacité à contourner les effets négatifs d’un tel décalage en restituant l’authenticité de la position citoyenne, sa dimension d’acte créatif. Aussi les acteurs émergents ne sont pas seulement les médiateurs autolégitimés par l’activité d’un groupe saisi dans l’événement. « Vecteurs politiques premiers, ils ne peuvent se passer de l’appui de spectateurs engagés », qui, par la puissance de leur témoignage, construisent l’espace de délibération politique initialement mis en place par le porte-parole hors des institutions autorisées18.

  • 19 S. Wahnich peut ainsi en conclure que « la puissance politique n’est plus circonscrite aux moments (...)

30Dans la mesure où l’action du porte-parole est authentifiée en permanence par des citoyens-spectateurs sensibles à sa façon de dénoncer l’exclusion, de lutter contre les inégalités sociales, elle tend d’abord à impliquer précisément ces citoyens dans le mouvement sans qu’ils y participent directement. Mais, en manifestant leur sentiment d’injustice de divers manières, en écho au sentiment d’humanité déployé dans les actes du porte-parole, cette masse de citoyens devient, en terme d’opinion publique agissante, le principal protagoniste de l’événementialité apparue dans la dynamique même du mouvement. Acteurs et spectateurs agissent désormais de concert à l’encontre des gestionnaires de la politique19.

31Nous comprenons donc pourquoi il convient de prendre au sérieux le sentiment d’humanité invoqué par les porte-parole de 1792 au moment où ils font le compte rendu de leurs missions. Certes « le sentiment d’humanité, c’est-à-dire celui d’une compassion tendre, active pour tous les maux qui affligent l’espèce humaine » (Condorcet) préoccupe au premier chef le législateur. Mais nous voulons d’abord souligner la manière dont le déploiement de ce sentiment par les porte-parole favorise le règlement des litiges, concrétise une union politique où les spectateurs n’hésitent plus à jouer le rôle de protagonistes des événements révolutionnaires, contribuant ainsi à l’élargissement de l’espace républicain légitime.

32Revenons de nouveau vers le jacobin marseillais Isoard. Son parcours de commissaire de la société populaire est décrit de manière à la fois laconique et authentique dans le long interrogatoire qu’il subit à la fin de l’an III, avant d’être exécuté comme « terroriste » en l’an IV. À l’encontre de ses détracteurs, la référence au « sentiment d’humanité » y est constamment attestée. Isoard légitime d’abord ses actes par le déploiement d’une sorte de pouvoir communicatif : « faire acte de commissaire », c’est-à-dire « propager les principes de liberté et d’égalité », valeurs centrales du jacobinisme. Au terme de sa justification, il explicite la valeur de ses actes. Un commissaire, précise-t-il, n’agit bien et ne dit vrai que dans la mesure où il met dans sa commission « toute l’humanité qu’exigeait la chose », manifestant en particulier le « sentiment d’humanité de ne pas vouloir confondre l’innocent du coupable ».

33Concluons que le porte-parole, distinct du législateur, ne déploie pas principalement une politique de la pitié : il contribue tout autrement à l’émergence d’un univers de compassion où le regard sur la souffrance d’autrui est partie prenante d’épreuves propices à la promotion de spectateurs au rôle de protagonistes de l’événement, par le partage inédit du sensible qu’il contribue à singulariser.

  • 20 L. Boltanski, La Souffrance à distance, Paris, Métailié, 1993, p. 19.

34À la différence de la pitié, vertu inégalitaire, généralisante, distante, la compassion est un sentiment laconique, se déployant localement au sein d’une communauté de citoyens où le regard sur les êtres souffrants singuliers est agissant. « Elle possède par là un caractère pratique au sens où elle ne peut s’actualiser que dans des situations particulières qui font se rencontrer et se mettre en présence ceux qui ne souffrent pas et ceux qui souffrent20. » Certes, du point de vue d’un opérateur de généralité comme peut l’être la solidarité, elle apparaît comme purement locale, peu apte à appréhender le groupe au-delà de l’unicité de l’autre. Mais elle n’en demeure pas moins capable de réaliser, dans l’événement, « l’union des cœurs », le lien entre sensibilité et raison, au nom du genre humain.

  • 21 Voir le chapitre IV.

35De fait, le sentiment de compassion, spécifique de l’humanité souffrante et agissante, nous confronte à un humanisme révolutionnaire où la jouissance réciproque des droits est réglée par une éthique21. Il s’agit bien de valoriser les devoirs traduits dans des actes que nous impose la nécessaire prise en compte de la souffrance des autres.

  • 22 Voir l’exemple de la mort de Marat que nous avons présentée dans 1793. La mort de Marat, Bruxelles, (...)

36La Révolution française a connu l’expérimentation politique de la « langue de la compassion », en particulier au sein d’un discours des cadavres qui a fait office, plus d’une fois, de discours sur la République menacée, puis renaissante, régénérée22. Là encore, le lien avec des situations contemporaines est immédiatement perceptible, mais dans un cadre extra-national.

Vers une politique de la compassion : un point de vue européen

  • 23 En associant les mouvements sociaux en France à d’autres mouvements européens de type émergent, nou (...)
  • 24 Titre de l’article de L. Rosenzweig dans Le Monde du 11 septembre 1997.

37En effet, au-delà du cas français23, des « mouvements populaires non identifiés24 », donc opaques aux responsables et commentateurs politiques, se multiplient ces temps derniers en Europe :

  • octobre 1996, 300 000 personnes défilent dans les rues de Bruxelles sous des insignes de « couleur blanche », symbole des enfants innocents martyrisés et violés. Les autorités les plus éminentes sont suspectées d’indifférence, voire même de complicité passive ;

    • 25 Pour un temps seulement. Ce type de violence est en effet de retour sur la scène politique espagnol (...)

    juillet 1997, en Espagne, deux millions de personnes défilent dans les rues des grandes villes en criant « Basta ! » par réaction à l’assassinat d’un conseiller municipal, victime de l’ETA. Les partisans de cette organisation restent cloîtrés chez eux, comme tétanisés25 ;

  • septembre 1997, une émotion sans précédent s’empare du peuple britannique à l’annonce de la mort accidentelle de la princesse Diana, unanimement désignée comme « la princesse du peuple » tant son attitude, ses préoccupations humanitaires touchaient la sensibilité des citoyens anglais. Sa dépouille mortelle est suivie par des millions d’Anglais. La tristesse peinte sur les visages, les pleurs atteignent, via les médias, des pays entiers. Des mouvements de foule, certes de moindre ampleur, sont attestés dans divers pays.

38Nous pouvons identifier dans ces mouvements singuliers un profond sentiment de compassion d’une masse de simples citoyens vis-à-vis de la souffrance des autres : souffrance des familles atteintes dans leur intégrité physique par la disparition de leurs enfants, souffrance d’une communauté dessaisie brutalement d’un de ses représentants par une mort injuste, enfin douleur d’un peuple qui se donne à voir au monde entier.

39Face à la violence terroriste, aux complicités des élites dirigeantes, à la froideur des monarques, des gens ordinaires souffrent pour les autres, les victimes. Loin d’être passifs, ils manifestent dans des mouvements de foule la dignité blessée d’un peuple, et s’émeuvent pour les proches des victimes qui tendent à devenir, par leur propos, leur porte-parole. Nous pouvons considérer ainsi que les citoyens-spectateurs de l’événement deviennent agissants, sont partie prenante, certes de manière anonyme, de la dénonciation de l’inhumanité. De fait, un sociologue, Daniel Dayan, précise, à propos de l’immortalisation de Diana par les médias télévisuels, que « les publics ne sont pas dupes d’une force irrésistible du spectacle qui inspire leurs comportements [...] Une cérémonie comme celle des funérailles de Diana est un moyen pour une société de prendre conscience d’elle-même » (Libération du 19 septembre 1997). Nous pouvons donc qualifier ces citoyens de protagonistes de l’événement à travers leur perception et leur réaction face à des situations exemplaires d’humanité souffrante.

40Nous avons antérieurement montré l’importance sur le plan local du déploiement autour des porte-parole de la Révolution française d’un sentiment de compassion, distinct de la politique de la pitié mise en œuvre par les législateurs philanthropes. N’assiste-t-on pas à une généralisation inédite d’un tel sentiment de compassion, ce qui expliquerait la difficulté des commentateurs autorisés à classifier les mouvements actuels ?

  • 26 Dans son texte sur « L’énigme française » précédemment cité.

41Depuis bien des années, journalistes et politologues mettent l’accent sur la prééminence d’une politique-spectacle, décuplée par le relais des médias, qui tendrait à rendre le citoyen de plus en plus passif sur la scène politique. L’analyse des mouvements récents au niveau européen, relais en quelque sorte des mouvements sociaux en France, contredit un tel pessimisme politique. Elle permet aussi de ne pas isoler une scène politique française dans sa spécificité irréductible qui se réduirait à donner en spectacle un langage démagogique hérité d’un fonds archaïque disséqué récemment par François Furet26.

42A contrario des adeptes d’une citoyenneté passive, le cheminement actuel vers une politique de la compassion nous introduit à l’optimisme du pari sur l’humanité souffrante et agissante qui se trouve à la base des mouvements d’émancipation. Ainsi, à la misère de la politique, sans cesse entretenue par la lâcheté, l’indifférence et l’incapacité des élites politiques sous couvert de réalisme et de professionnalisme, se substitue insensiblement un nouveau mode de sensibilité politique, ou plutôt se reconstitue à un haut niveau de généralité un sentiment d’humanité déjà présent dans les événements les plus significatifs de la tradition révolutionnaire française. L’irruption régulière de mouvements imprévus au sein de la société civile le prouve abondamment, et se situe aussi à un niveau européen concurrent de la vision technocratique de la construction communautaire.

43L’événementialité, à travers sa capacité créative et sa valeur commune, reprend pleinement ses droits.

Notes

1 Droit et démocratie. Entre faits et normes, op. cit., p. 391. Et il précise un peu plus loin : « Les acteurs qui savent que, par leur différend d’opinion et leur lutte d’influence, ils sont engagés dans l’entreprise commune de reconstituer et de maintenir les structures de l’espace public, se distinguent de ceux qui se contentent de se servir des tribunes existantes, par une double orientation caractéristique de leur politique : par leur programme, ils exercent directement une influence sur le système politique, mais réflexivement, ils cherchent en même temps à stabiliser et élargir la société civile et l’espace public et à s’assurer à la fois de leur propre identité et de leur capacité d’agir » (p. 397).

2 Voir l’ouvrage de R. Monnier sur L’Espace public démocratique. Essai sur l’opinion à Paris de la Révolution au Directoire, Paris, Kimé, 1994. Nous renvoyons également à notre étude, inscrite plus largement dans l’axe Paris-Province, sur « Prises de parole démocratiques et pouvoirs intermédiaires pendant la Révolution française », Politix, n° 26, juin 1994.

3 Dans « La souveraineté populaire comme procédure. Un concept normatif d’espace public », op. cit.

4 Voir sur ce point l’ouvrage de F. Gauthier, Triomphe et mort du droit naturel en Révolution (1789-1795), Paris, PUF, 1992.

5 « Les nouvelles formes de mobilisation sociale », dans Le Grand Refus. Réflexion sur la grève de décembre 1995, A. Touraine éd., Fayard, 1996.

6 Voir l’article d’A. Beuve-Méry sur « Les associations veulent participer à la préparation du texte promis pour le printemps » dans Le Monde du 26 décembre 1997.

7 Reportage de N. Lemaire dans Le Monde du 31 décembre 1997.

8 Voir en particulier l’ouvrage de D. Memmi, Les Gardiens du corps. Dix ans de magistère bioéthique, Éditions de l’EHESS, Paris, 1996.

9 Dans cette perspective, on peut lire avec profit, mais dans le respect de leurs différences, les études de C. Duprat (« Pour l’amour de l’humanité ». Le temps des philanthropes. La philanthropie parisienne des Lumières à la philosophie de juillet, Paris, CTHS, tome 1) et F. Brunel (en particulier dans son introduction et ses notes relatives aux Principes régénérateurs du système social de Billaud-Varenne, Paris, Publications de la Sorbonne, 1992) sur les législateurs-philosophes, et les analyses de M. Gauchet sur la recherche par le législateur d’un tiers-pouvoir (La Révolution des pouvoirs. La souveraineté, le peuple et la représentation (1789-1799), Paris, Gallimard, 1995).

10 Une fois encore, l’opportunité de cette réflexion sur le « sentiment d’humanité » nous a été fournie par notre collaboration au numéro spécial d’août 1996 de La Quinzaine littéraire relatif à « La souffrance de l’autre ».

11 Nous pensons avant tout à H. Arendt dans son célèbre Essai sur la Révolution (Paris, Gallimard, 1967 pour la traduction française).

12 « Pour l’amour de l’humanité... », op. cit.

13 À Marseille, en l’an II, de nombreuses femmes suspectes emprisonnées rédigent des Conduites politiques adressées au représentant en mission Maignet, alors que dans les autres villes, et même à Paris, les Conduites politiques sont quasi-exclusivement le fait des hommes suspects. Voir le chapitre III.

14 Voir, à ce sujet, notre ouvrage sur La Langue politique et la Révolution française, Paris, Méridiens-Klincksieck, 1989, plus particulièrement le chapitre III.

15 Cité dans notre ouvrage Marseille républicaine..., op. cit., p. 114.

16 Cité dans Marseille républicaine..., id., p. 97.

17 Nous proposons une étude discursive concrète de la manière dont des spectateurs d’une « marche civique » en deviennent les protagonistes à l’encontre de représentants en mission soucieux d’amalgamer les jacobins au sein d’une émeute fabriquée dans « L’affaire de Marseille : l’émeute du 5 vendémiaire an III, analyse de discours », Le Tournant de l’an III, M. Vovelle éd., Paris, CTHS, 1997.

18 Nous reprenons ici la réflexion menée par S. Wahnich, historienne de la Révolution française, sur les mouvements actuels dans son texte de La Quinzaine littéraire d’août 1997 significativement intitulé « 1995-1997, une nouvelle distribution du travail politique ».

19 S. Wahnich peut ainsi en conclure que « la puissance politique n’est plus circonscrite aux moments électoraux et à l’adhésion partidaire, voire associative, elle est tributaire d’un nouveau couple, celui d’acteurs qui engagent pleinement leur corps et de spectateurs qui répondent de cet engagement au nom de valeurs universelles. C’est dans leurs paris fragiles que les normes de la vie politique se déplacent », id.

20 L. Boltanski, La Souffrance à distance, Paris, Métailié, 1993, p. 19.

21 Voir le chapitre IV.

22 Voir l’exemple de la mort de Marat que nous avons présentée dans 1793. La mort de Marat, Bruxelles, Complexe, 1989. A. de Baecque a exploré plus avant le cas de sept cadavres célèbres de la période révolutionnaire dans La Gloire et l’effroi, Paris, Grasset, 1997.

23 En associant les mouvements sociaux en France à d’autres mouvements européens de type émergent, nous nous interdisons de les enfermer dans une spécificité française dont il s’agirait de résoudre l’énigme. Voir à ce propos le texte de F. Furet sur « L’énigme française » déjà mentionné.

24 Titre de l’article de L. Rosenzweig dans Le Monde du 11 septembre 1997.

25 Pour un temps seulement. Ce type de violence est en effet de retour sur la scène politique espagnole depuis plusieurs mois, et suscite avec retard une réaction massive dans la mesure où la population est quelque peu démobilisée par les querelles au sein de la classe politique.

26 Dans son texte sur « L’énigme française » précédemment cité.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search