Version classiqueVersion mobile

La parole des sans

 | 
Jacques Guilhaumou

Chapitre 1

Les porte-parole du mouvement

Texte intégral

Les mouvements récurrents de la société civile

1Des acteurs contemporains du mouvement associatif résument parfois leur ultime engagement en une phrase lourde de signification : « Maintenant on veut faire de la politique. » De quoi s’agit-il ? Certes, l’ambition ainsi formulée exprime bien une volonté d’organisation, mais en aucun cas dans le but de contribuer à la conquête légale du pouvoir local. L’objectif proclamé tend plutôt à l’établissement d’une organisation citoyenne apte à imposer un rapport de forces en direction des acteurs de la politique constituée.

  • 1 Sur ce sujet voir l’article de J.-L. Laville sur « Associations et pouvoirs publics : le problème f (...)
  • 2 Ce qui ne veut pas dire que la constitution par ces acteurs stratégiques d’un type particulier de « (...)
  • 3 Face au constat de faillite des organisations traditionnelles dans leur rôle de transmission de la (...)
  • 4 À ce titre, nous nous démarquons de l’idée, émise par F. Furet, que « la France offre par excellenc (...)

2Nous nous écartons donc d’emblée de la relation classique de dépendance institutionnelle du monde associatif vis-à-vis des pouvoirs publics1. Nous ne prenons pas plus en compte les stratégies locales de professionnels en direction d’habitants et de leurs représentants associatifs suscitant une scène nouvelle de concertation dans le but de renforcer la position de ces agents professionnels2. Nous nous faisons plutôt l’écho des appels à la vigilance civique3 qui se multiplient à l’intérieur du monde associatif et plus largement dans l’ensemble de la société civile, au point de constituer une scène à part révélée avec force par les nouveaux mouvements sociaux4.

  • 5 Les expressions utilisées présentement sont d’Habermas dans « La souveraineté populaire comme procé (...)

3Abordons donc maintenant, certes de manière succincte, cette histoire immédiate du mouvement que nous considérons, en tant que « laboratoire à arguments », comme un nouveau chaînon dans la « chaîne d’événements bardés d’arguments » initiée par une Révolution française5 et dont les premiers éléments argumentatifs sont toujours aussi instructifs pour notre présent.

  • 6 B. Ravenel, « Un mouvement social politiquement orphelin », M, n° 83, mai-juin 1996.

4C’est d’abord le mouvement de novembre-décembre 1995 qui a mis spectaculairement en valeur la capacité à l’activité pratique et au dialogue citoyen de jeunes syndicalistes. Ainsi s’est ouvert « un magnifique laboratoire pour vérifier à partir d’une pratique sociale “grandeur nature” de nouvelles hypothèses de projets, d’objectifs programmatiques, d’organisation6 », ajoutons pour apporter de nouveaux arguments dans le combat politique.

  • 7 À l’exception des signataires de l’« Appel des intellectuels en soutien aux grévistes », publié dan (...)

5Cependant les porte-parole de ce mouvement, essentiellement des cheminots et des agents des postes et de France-Télécom, évitent de trop s’impliquer dans les débats électoraux, même s’ils revendiquent une appartenance politique. Il est vrai que le maintien d’une opposition droite-gauche sans innovation programmatique perceptible les incite à la prudence. C’est pourquoi les commentateurs autorisés de l’actualité insistent sur la part énigmatique de ce mouvement par sa propension à démonétiser, à laisser sans voix une gauche politique, dite plurielle, saisie périodiquement par son propre vide face à la société civile7. Ainsi, il n’est guère convaincant d’invoquer le rôle de ce mouvement dans la victoire récente de la gauche, comme nous le verrons.

  • 8 Ph. Zarifian, dans son texte sur « Un mouvement remarquable » (M,n° 83), insiste ainsi à juste tit (...)

6Enfin l’engagement des acteurs du mouvement, au titre du droit à une existence digne pour eux et leurs enfants, est surtout positivé par une masse de citoyens-spectateurs qui marquent leur approbation sur la base de manifestations diverses, du maintien de la bonne humeur dans une situation quotidienne singulièrement compliquée par les grèves à la participation aux imposantes manifestations de soutien, sans parler de la « grève par procuration » si souvent citée8. De ce fait, l’exigence unitaire exprimée par le slogan « Tous ensemble » a pris une ampleur inégalée.

  • 9 Voir sur ce point la réflexion de D. Fassin dans « La société française à l’épreuve des sans-papier (...)

7Dans leur contribution au mouvement actuel, Madjiguène Cissé, Doro Traoré et Ababacar Diop, les porte-parole des sans-papiers désignés comme tels par le groupe et la voix autorisée, sont, pour leur part, moins précautionneux. Ils n’hésitent pas à dénoncer la frilosité des politiques vis-à-vis de leur mouvement, leur incapacité à comprendre l’authenticité de leur lutte, au moment où l’hospitalité républicaine est en péril9. La gauche arrivée au pouvoir, ils continuent à maintenir la pression sur le gouvernement.

8Avec le temps, leur vigilance se porte aussi sur l’image que leur renvoient les médias. Alors que la presse s’intéresse peu à Doro Traoré, « porte-parole discret mais tenace » (Libération du 24 août 1997), Madjiguène Cissé et Ababacar Diop ne cherchent pas à polémiquer avec le journaliste qui les présente l’une comme une « pasionaria », « pétroleuse tiers-mondiste qui cite Sartre et surfe sur Internet », l’autre comme un « caméléon », « négociateur madré » qui, muni de son téléphone mobile, atteint « la célébrité télévisuelle » en attendant un poste de ministre ! (Le Monde du 24 janvier 1997). Mais ils veulent prendre leur distance vis-à-vis de la pérennisation de leur attitude à travers des formulations journalistiques du type : « Depuis six mois déjà, ces deux Sénégalais sont devenus les porte-parole et les meneurs incontestés du mouvement des sans-papiers. » C’est ainsi qu’Ababacar Diop traduit de la manière la plus concrète possible son désir permanent d’action créative par une longue marche de 800 kilomètres à travers la France, tout au long de l’été 1997. Il peut alors affirmer, dans la voie déjà tracée, mais toujours ouverte, par les « missionnaires patriotes » de 1792 au cours de leurs « courses civiques », que cette marche lui permet à la fois de « réfléchir à d’autres formes de lutte », et de prendre ses distances vis-à-vis d’une image du mouvement des sans-papiers qui l’a sclérosé tant les journalistes ont voulu en faire l’incarnation principale. Il affirme ainsi :

« J’ai plutôt tendance à me battre pour ceux de Saint-Bernard que pour tous les sans-papiers. Je ne veux plus venir en tant que leader, mais seulement apporter mes idées. Je ne suis plus toujours d’accord avec la coordination nationale, mais je ne peux pas leur demander de me suivre » (Libération du 11 août 1997).

  • 10 Voir la pétition de février 1997, intitulée « Projet Debré et répression contre les étrangers. Nous (...)
  • 11 Expression de P. Kané, dans sa « Note sur le mouvement des cinéastes de février 1997 », Quinzaine l (...)

9Viennent ensuite les voix des cinéastes initiateurs du mouvement de « désobéissance civile » contre la loi Debré10 : ils insistent, pour certains, sur le caractère obsolète du schéma traditionnel des partis et des syndicats. Leur radicalisme anti-notabilitaire est tel qu’ils ignorent volontairement toute demande de nouveaux leaders d’opinion, allant jusqu’à refuser une organisation stable de leur mouvement par le simple fait de la rotation de leur porte-parole. Nous pouvons ainsi les caractériser comme des « sujets éphémères de la désobéissance11 » en perpétuel devenir, le temps de l’événement, au sein même du champ de la gestion médiatique.

  • 12 Voir le texte de l’appel et le nom des 205 premiers signataires dans Libération du 3 octobre 1997.

10Leur retour plus récent, mais tout aussi éphémère, sur la scène publique leur permet de s’associer à d’autres artistes et intellectuels indignés par l’arbitraire administratif en matière de régularisation et l’insuffisance des mesures prises par la gauche gestionnaire au pouvoir. Nombre d’entre eux signent la pétition « Sans-papiers : Régularisez12 ! » par déception face à l’absence de prise en compte de la demande « Des papiers pour tous ! ».

  • 13 Voir sur ce point B. Conein, « La position de porte-parole sous la Révolution française », Peuple e (...)
  • 14 Ainsi le cinéaste R. Goupil peut-il retraduire la question posée par la pétition « régularisation » (...)
  • 15 Équivalence soulignée pendant la Révolution française par un député à l’Assemblée nationale le 10 m (...)
  • 16 Ce qui suppose une attention privilégiée à l’autodétermination du mouvement à l’intérieur de la soc (...)

11Ils reformulent alors cette demande, au plus près de la tradition révolutionnaire, dans les termes suivants : « Nous demandons la régularisation de tous les sans-papiers qui en ont fait la demande. » Nous sommes ici confrontés à une retraduction du schéma ordinaire des pétitions du mouvement patriotique pendant la Révolution française présentées par des porte-parole devant l’Assemblée nationale : X demande p, nous demandons p 13. Bien sûr dans le cas présent, le problème est la définition de la classe des X qui ne comprend plus tous les sans-papiers, mais seulement ceux souhaitant leur régularisation14. Notons également la proximité de l’argument avancé par l’un des cinéastes signataires de la première pétition, qui refuse de signer la nouvelle pétition, avec les problèmes posées par la reformulation de la demande. Dominique Cabrera justifie en effet son refus de la façon suivante : « Aujourd’hui, dire “régularisez tous les sans-papiers qui en ont fait la demande”, c’est au fond ne pas accepter que les droits des personnes passe par l’existence d’un droit des États » (Libération du 7 octobre 1997). Cette critique met ainsi en valeur, sur la base de l’équivalence pétition/demande15, le caractère foncièrement antiétatique des mouvements sociaux actuels16.

  • 17 Sur le mouvement de déterritorialisation/reterritorialisation, nous renvoyons le lecteur à l’ouvrag (...)
  • 18 D’après le philosophe allemand Fichte dans le Fondement du droit naturel selon les principes de la (...)

12Cette traduction du mouvement dans l’acte de demande explicite le fait que le mouvement aujourd’hui comme hier est à la fois déterritorialisation et reterritorialisation, donc se pose comme une réalité en devenir. C’est à ce titre que le devenir fait partie intégrante de l’événement. La reterritorialisation dans l’État de droit, point d’aboutissement de la démocratie moderne, ne saurait donc être perçue comme une réalité intangible, fixée à jamais17. Ainsi lorsque « l’être libre pose par lui-même des fins avec une absolue liberté », « l’État lui-même devient l’état de la nature de l’homme, et ses lois ne doivent être rien d’autre que le droit naturel réalisé18 ».

13Certes le mouvement inscrit à l’horizon de l’illimité des droits de l’homme peut toujours faire appel à un nouveau peuple : c’est sa part d’utopie où s’anéantit tant la communication que l’opinion, au risque d’une dictature de la transcendance. Mais telle n’est pas la voie que nous empruntons. De l’utopie, nous ne retenons que sa valeur actuelle, sa capacité à redéfinir en permanence la part du réel en devenir dans le mouvement.

  • 19 P. Bourdieu, F. Lebaron et G. Mauger, « Les actions des chômeurs flambent », Le Monde du 17 janvier (...)
  • 20 « Les “chômeurs rebelles” d’Arras », Le Monde du 14 janvier 1998.

14Le mouvement des chômeurs, qui se déroule sous nos yeux au moment où nous donnons une forme « achevée » à notre journal de bord, constitue une expérimentation probante de la présence maintenue du réel à l’horizon de l’utopie. « Presque toujours exclus de la parole et de l’action collective19 », les chômeurs défilent, occupent les Assedic, parlent : « Ca y est : les paroles, ça fuse de partout, ça sort, ça fusionne. » Et d’ajouter : « Alors, maintenant, on veut du concret20. »

  • 21 « La marche des chômeurs, un pas vers l’organisation », Libération du 30 mai 1994.
  • 22 Récit de vie de Patrick, recueilli par B. Mesini et J.-N. Pelen.
  • 23 « À Marseille ; “Ils vont lâcher” », Libération du 8 janvier 1998.

15Déjà, au cours de la marche du printemps 1994, et tout particulièrement pour « le cortège parti du Sud-Est » qui a parcouru 1 200 kilomètres, l’affirmation du « droit à un emploi, à un revenu récent, à un logement, à la formation, à la culture » structure un mouvement alors minoritaire, mais déjà national21. Un des leaders des « révoltés du Sud-Est » précise bien qu’il s’agissait alors « de prendre des droits où qu’on aille » tout en ayant « l’idée de révolution », présentement « l’idée utopiste » que, partis 30 de Toulon, « on allait arriver à 3 000 à Paris, et qu’on marchait tous ensemble22 ». Trois ans plus tard, une chômeuse marseillaise peut ainsi affirmer, après avoir parlé de sa situation : « C’est une honte pour la France. Je suis pour un révolution, comme en 178923. »

  • 24 La comparaison entre le passé révolutionnaire et le présent du mouvement touche ici à l’une de ses (...)

16Il importe alors de rappeler l’ampleur grandissante de l’action des femmes pour la conquête de leurs droits, concrétisée certes dans des mouvements moins spectaculaires. La présence parmi les trois principaux porte-parole désignés par le groupe des sans-papiers de Saint-Bernard d’une femme, Madjiguène Cissé, témoigne aussi avec force de la perpétuelle renaissance d’un tel mouvement pour l’égalité politique des sexes en dépit du dénigrement médiatique à l’égard de cette « pasionaria ». Sillonnant la France pour faire connaître les sans-papiers, elle participe tout autant que les hommes à la tradition révolutionnaire des « courses civiques24 ».

17Si l’expression d’un manque en politique, d’une tension en direction du politique, est indéniable dans toutes ces manifestations récentes du mouvement social, le registre choisi n’obéit pas au froid calcul de la stratégie politique, il montre seulement une relative aisance dans la circulation entre sensibilité et raison. Le rôle médiateur de la culture s’avère ici d’une grande importance, comme l’a souligné le mouvement des intermittents du spectacle.

18Par ailleurs, déplorant le déficit, surtout à gauche, en matière de militantisme de proximité, les acteurs des mouvements sociaux actuels ne sont pas pour autant dupes du « travail de replâtrage », accompagné d’un fort endoctrinement, effectué auprès d’anciens militants et leaders de la droite traditionnelle intégrés dans les structures locales du Front national. Conscients des menaces qui pèsent sur la République française face à un renouveau de l’extrême-droite, ils ne se trompent pas d’ennemis et participent, dans leurs différentes composantes, au mouvement « anti-Le Pen ».

Le porte-parole, une figure attestée

19Les politologues s’interrogent alors sur la signification de ces nouveaux mouvements sociaux qui font irruption périodiquement et de manière inattendue dans l’espace public, échappant ainsi au contrôle des organisations reconnues par les autorités, et à l’entendement des observateurs. Ces derniers sont d’autant plus déroutés qu’ils ne voient dans les mots d’ordre de ces mouvements que « prétextes » et « futilités » par rapport aux objectifs jugés incontournables du « libéralisme triomphant » de la « pensée unique » : ils les trouvent même dangereux au regard de leur récupération, en positif et en négatif, par la propagande nationaliste et xénophobe. De fait, ces commentateurs autorisés des médias occultent les effets d’une conjoncture de mouvement propice à la diversification des associations en lutte, à la multiplication des coordinations de travailleurs et d’intellectuels, donc à la dynamique de groupes assiégeant les institutions traditionnelles. Désormais, le maintien de la cohésion du groupe dans le mouvement importe plus que sa traduction par les représentants institutionnels, empêtrés dans leurs stratégies d’appareil.

  • 25 Nous travaillons, depuis de longues années, sur la question des porte-parole. Nous en proposons une (...)
  • 26 Nous avons précisé la portée et les limites du discours d’assemblée des députés constituants dans n (...)

20Mais la figure du porte-parole ne serait-elle pas, au titre de son existence éphémère, une construction médiatique de journalistes soucieux d’inventer un répondant à la classe politique, de remplir sa demande de nouveaux leaders d’opinion susceptibles de respecter ses règles, tout en garantissant son avenir ? Faut-il donc en conclure à la fin du porte-parole, après la dite « fin des idéologies » ? Notre étude de l’émergence des porte-parole au cours des premières années de la Révolution française25 nous renverrait donc à un passé révolu, où se sont manifestés un temps les authentiques porte-parole du mouvement populaire. A contrario d’une telle conclusion, nous nous efforçons de montrer en quoi les diverses figures émergentes du porte-parole, attestées d’un événement à l’autre de la Révolution française, ouvrent des possibles dans le présent avec d’autant plus de force que leur originalité se manifeste au moment même où le phénomène de la classe politique constituée demeure proche de sa réalité constituante, c’est-à-dire trouve sa force cohésive dans une dynamique nationale26.

  • 27 Dans « La souveraineté populaire comme procédure. Un concept normatif d’espace public », op. cit. H (...)
  • 28 L’action des ces « apôtres de la paix » est décrite avec minutie dans notre ouvrage sur Marseille r (...)

21Au temps de la Révolution française, la différence, désormais perceptible dans les travaux d’historiens, entre le porte-parole et le nouveau notable, y compris le notable jacobin, permet de valoriser la position du porte-parole au sein d’un « pouvoir communicationnel » distinct du « pouvoir appliqué administrativement », pour reprendre les termes du philosophe Habermas27. Plus précisément, et pour s’en tenir à un exemple-type à nos yeux, celui des « missionnaires patriotes » provençaux de 179228, ces porte-parole de la République naissante initient, par leurs actions « heureuses » au sein d’un espace civique en voie de formation, des attitudes nouvelles qui conservent leur potentiel créateur dans notre présent : affirmation du rôle fondateur de la citoyenneté, résistance civique aux lois anticonstitutionnelles, marche civique, écriture colingue franco-provençale, etc.

22Dans la même perspective, il est intéressant de constater que le moment actuel conjoint la sortie d’une période plutôt passive de commémoration, surtout centrée autour de la Révolution française, et un retour au mouvement avec des spécificités en devenir. Or, l’un, la Révolution française, ne va pas sans l’autre, le mouvement et ses porte-parole.

23La manière même dont Libération fait le bilan de « Ce que les sans-papiers ont changé », dans son édition du 30 août 1996, est significative à cet égard. Serge July commence l’éditorial par une référence forte au langage de la Révolution française :

  • 29 La référence majeure en matière d’histoire des sans-culottes pendant la Révolution française est l’ (...)

« C’est une petite révolution sémantique, mais comme d’habitude, elle est le signe d’un grand bouleversement. Nous avons à nouveau basculé dans l’ère des “sans”. Cela arrive de temps à autre. Au cours de la Révolution française, les sans-culottes ont pris le pas sur le tiers état29. »

24Analyse corroborée par les propos ultérieurs d’un chômeur en lutte :

  • 30 « Les “chômeurs rebelles” d’Arras », Le Monde du 14 janvier 1998.

« Nous sommes tous des “sans”. Des “sans-travail”, “sans-toit”, “sans-droit”, “sans-voix”, “sans-identité”... C’est pour ça qu’on s’est retrouvés immédiatement solidaires des sans-papiers de Lille30. »

25Cette extension sémantique de la désignation des « sans-parts » peut expliquer que le journaliste Yvan Jossen considère, à la lumière du mouvement des chômeurs, qu’il s’agit de l’avènement d’« Un tiers état d’un nouveau genre » (Le Monde du 28 janvier) :

« Le récent mouvement des sans-emploi révèle malheureusement la cristallisation d’une immense couche d’ilotes privés de tout, d’un tiers état d’un nouveau genre, ces sans-culottes modernes, sans-logement, sans-papiers, ces personnes qui depuis longtemps ne votent plus et dont l’horizon est obstrué par d’insolubles problèmes de survie quotidienne. »

26Mais revenons au bilan de Libération. Il est ensuite question, sous la plume de l’historien Benjamin Stora, à propos de « la fin de l’homogénéité républicaine », du fait, souvent ignoré des historiens eux-mêmes, que « l’aspiration universaliste venue de la grande révolution de 1789 peut se conjuguer à l’expression inévitable des identités ». Qui plus est, « L’image de la France écornée en Afrique » doit beaucoup à la manière dont les journalistes africains « agitent le mythe de la Révolution française pour mieux vilipender la France », précise la journaliste Marie-Laure Colson.

27Enfin l’épilogue de ce dossier compare implicitement les « héros » de cette « formidable épopée », en particulier les porte-parole du mouvement, Madjiguène Cissé et Ababacar Diop, aux héros de la Révolution française. Désignés d’abord comme « délégués du groupe », puis rétrospectivement comme « porte-parole du mouvement », ces deux « sans-papiers », sortis de l’anonymat par le seul fait de l’approbation du groupe sur leur personne, n’ont-il pas quelque parenté avec les « missionnaires patriotes » de 1792 proclamant « la force vient de l’union » sur la base de la seule légitimité d’un « peuple armé de la constitution » qu’il contribue à mobiliser par l’usage intensif des « médias » de l’époque ? La comparaison pouvait paraître hasardeuse le temps du mouvement des sans-papiers, tant son originalité lui conférait une valeur créative unique, mais l’actualité le plus récente lui donne en quelque sorte raison.

28En effet, de même qu’en effectuant leurs « courses civiques » de village en village, les « missionnaires patriotes » s’autolégitiment dans le mouvement populaire qu’ils contribuent à faire exister et estompent ainsi quelque peu leur étiquette initiale de délégués des sociétés populaires, Ababacar Diop peut affirmer qu’« en marchant, je me débarrasse de ma peau de sans-papiers » (entendons de porte-parole des sans-papiers). C’est là qu’il puise la force de parler du rapport Weil perçu en deçà de son attente, en dépit du retour au droit du sol, de même que le « missionnaire patriote » trouve toujours des ressources pour proclamer « force à la loi » lorsqu’il s’agit des lois révolutionnaires les plus récentes, en particulier la loi sur la patrie en danger.

  • 31 « Les chômeurs desserrent l’étau », Le Monde diplomatique de février 1998.

29Cependant l’importance des « marches civiques » est tout particulièrement soulignée par le mouvement des chômeurs. Catherine Lévy, chercheur au CNRS, et Christophe Aguiton, porte-parole d’Agir contre le chômage, peuvent ainsi affirmer que « C’est en marchant, en devenant les piétons de la grand-route, que les chômeurs ont commencé à exister et à apparaître en tant que tels31 », qu’ils ont pu alors rejoindre les « décembristes » de 1995, avec leur « manifeste des Sans », et se joindre ultérieurement aux luttes des sans-papiers.

30La mise en valeur du phénomène des « missionnaires patriotes » provençaux, et surtout marseillais, nous a ainsi permis de réfléchir sur la portée actuelle de la figure d’un médiateur situé d’autant plus près des citoyens qu’il contribue lui-même à instituer l’espace républicain dans lequel se légitime le mouvement populaire. Au moment où l’espace républicain perd de sa cohérence, voire même régresse au sein du tissu social du fait de la montée en puissance des représentants de la xénophobie et du « tout sécuritaire », il n’est pas inutile de montrer la valeur au présent de l’action des porte-parole pendant la Révolution française, trop souvent relégués au second plan par l’insistance des historiens sur le rôle des notables jacobins.

  • 32 Comme nous l’avons déjà précisé en introduction, nous opposons volontiers ce réalisme du mouvement (...)
  • 33 En caractérisant dans l’ordre de l’attesté l’ensemble des médiations réalistes du langage, du récit (...)

31En fin de compte, les porte-parole, dans le passé comme dans le présent, définissent, par leurs actes, un espace discursif où la réflexion s’articule sur l’analyse même du mouvement. C’est à ce titre qu’ils imposent un tour réaliste32 à la description du processus actualisant leur existence éphémère, et attestent, au-delà de toute tentative de les situer sur une échelle de savoir, de la vérité de l’événement33.

Notes

1 Sur ce sujet voir l’article de J.-L. Laville sur « Associations et pouvoirs publics : le problème français » dans M, n° 77, mai-juin 1995, Associations, communes : peut-on reconstruire la politique par le bas ?, présenté par D. Nicolaïdis.

2 Ce qui ne veut pas dire que la constitution par ces acteurs stratégiques d’un type particulier de « micro-corporatismes locaux » ne soit pas sans intérêt. Voir sur ce point précis l’intervention de Ph. Warin, « Ignorer les micro-corporatismes locaux, ou “la crise du politique” comme crise de confiance à l’égard de la société », M, id.

3 Face au constat de faillite des organisations traditionnelles dans leur rôle de transmission de la culture politique issue de la tradition républicaine française, et à son corollaire, l’absence d’éducation politique de la jeune génération, chaque individu impliqué répond à sa manière aux problèmes politiques immédiats. Il participe aux mouvements récurrents de la société civile, ou tout simplement les approuve, mais y trouve aussi des raisons de se défier d’une classe politique fortement distanciée, alors qu’il tend lui-même vers le politique. Situation étrange, parfois difficile à comprendre pour ma génération formée dans le climat très politisé des années 60.

4 À ce titre, nous nous démarquons de l’idée, émise par F. Furet, que « la France offre par excellence le spectacle d’une scène politique envahie par la démagogie » (« L’énigme française », Le Débat, n° 96, septembre-octobre 1997, p. 45), donc que les Français et la classe politique, intoxiqués de démagogie, refusent de faire l’inventaire de leur passé.

5 Les expressions utilisées présentement sont d’Habermas dans « La souveraineté populaire comme procédure. Un concept normatif d’espace public », traduction française dans Lignes n° 7, septembre 1989, p. 31.

6 B. Ravenel, « Un mouvement social politiquement orphelin », M, n° 83, mai-juin 1996.

7 À l’exception des signataires de l’« Appel des intellectuels en soutien aux grévistes », publié dans Le Monde du 4 décembre 1997. Nous avons signé cet appel.

8 Ph. Zarifian, dans son texte sur « Un mouvement remarquable » (M,n° 83), insiste ainsi à juste titre sur l’importance de la jonction opérée entre les grévistes et les manifestants de rue. Il va jusqu’à parler d’un « continuum » qui confère à un tel mouvement social la valeur d’un « mouvement éthico-politique », manifestant donc, par ses ressources événementielles, une épreuve de « mise en commun » d’une liberté en devenir. Voir, sur cette question du mouvement de sympathie pour l’émancipation humaine, le chapitre II de notre étude.

9 Voir sur ce point la réflexion de D. Fassin dans « La société française à l’épreuve des sans-papiers », M, n° 87, janvier-février 1997, La France au risque de la xénophobie, présenté par S. Wahnich et D. Nicolaïdis.

10 Voir la pétition de février 1997, intitulée « Projet Debré et répression contre les étrangers. Nous ne pouvons plus laisser faire », que nous avons signée. Notons que le cortège des cinéastes, qui ont signé l’appel initial du 12 février, a été qualifié par la presse de « marche civique ».

11 Expression de P. Kané, dans sa « Note sur le mouvement des cinéastes de février 1997 », Quinzaine littéraire, août 1997, qui conclut de son analyse : « Aujourd’hui la politique comme mouvement des citoyens passe par l’info, par la gestion médiatique de sa place dans l’info. »

12 Voir le texte de l’appel et le nom des 205 premiers signataires dans Libération du 3 octobre 1997.

13 Voir sur ce point B. Conein, « La position de porte-parole sous la Révolution française », Peuple et pouvoir. Essais de lexicologie, M. Glatigny, J. Guilhaumou éds, Presses Universitaires de Lille, 1981. Les travaux de ce sociologue ont joué un rôle décisif dans la mise en place de nos recherches sur les porte-parole.

14 Ainsi le cinéaste R. Goupil peut-il retraduire la question posée par la pétition « régularisation » dans les termes suivants : « Pourquoi ne pas envisager une régularisation massive de tous ceux qui, en faisant la demande, manifestent leur volonté d’en finir avec un statut d’exclusion, de sans-papiers, de sans-droits, de sans-rien, de doublement exclus, parce qu’étrangers et pauvres ? » (Libération du 30 novembre 1997).

15 Équivalence soulignée pendant la Révolution française par un député à l’Assemblée nationale le 10 mai 1791 dans les termes suivants : « Quelques distinctions que l’on ait voulu faire, je dis que le mot pétition signifie demande » (Moniteur).

16 Ce qui suppose une attention privilégiée à l’autodétermination du mouvement à l’intérieur de la société civile. Voir ci-après la partie sur « la républicanisation de l’espace public » au début du chapitre II.

17 Sur le mouvement de déterritorialisation/reterritorialisation, nous renvoyons le lecteur à l’ouvrage de G. Deleuze et F. Guattari, Qu’est-ce que la philosophie ?, Paris, Les Éditions de Minuit, 1991.

18 D’après le philosophe allemand Fichte dans le Fondement du droit naturel selon les principes de la doctrine de la science (1796-1797), traduction d’A. Renaut, Paris, PUF, 1984, p. 162.

19 P. Bourdieu, F. Lebaron et G. Mauger, « Les actions des chômeurs flambent », Le Monde du 17 janvier 1998.

20 « Les “chômeurs rebelles” d’Arras », Le Monde du 14 janvier 1998.

21 « La marche des chômeurs, un pas vers l’organisation », Libération du 30 mai 1994.

22 Récit de vie de Patrick, recueilli par B. Mesini et J.-N. Pelen.

23 « À Marseille ; “Ils vont lâcher” », Libération du 8 janvier 1998.

24 La comparaison entre le passé révolutionnaire et le présent du mouvement touche ici à l’une de ses principales limites. Nous n’avons trouvé aucune femme investie du rôle de « missionnaire patriote » en 1792, au nom de la division politique des sexes singulièrement renforcée par la Révolution française. Mais les « citoyennes patriotes » sont présentes tout au long des « courses civiques » et y jouent même un rôle actif au titre de leur présence attestée au sein du « peuple en armes ». Voir plus largement notre intervention, en collaboration avec M. Lapied, sur « L’action politique des femmes pendant la Révolution française » dans l’Encyclopédie historique et politique des femmes, C. Fauré éd., PUF, 1997.

25 Nous travaillons, depuis de longues années, sur la question des porte-parole. Nous en proposons une synthèse dans notre ouvrage, L’Avènement des porte-parole de la République (1789-1792), op. cit.

26 Nous avons précisé la portée et les limites du discours d’assemblée des députés constituants dans notre ouvrage précité.

27 Dans « La souveraineté populaire comme procédure. Un concept normatif d’espace public », op. cit. Habermas précise plus avant la portée du concept de « pouvoir communicationnel », au-delà de sa réalisation révolutionnaire au nom de la souveraineté populaire, dans son ouvrage récent Droit et démocratie. Entre faits et normes, traduction française, Paris, Gallimard, 1997 (1992 pour le texte allemand original).

28 L’action des ces « apôtres de la paix » est décrite avec minutie dans notre ouvrage sur Marseille républicaine (1791-1793), Paris, Presses de Sciences Po, 1992.

29 La référence majeure en matière d’histoire des sans-culottes pendant la Révolution française est l’ouvrage d’A. Soboul, Les Sans-culottes parisiens en l’an II, Paris, Clavreuil, 1958. Sur les usages du mot sans-culottes, de la Révolution française à nos jours, voir l’étude d’A. Geffroy, « Désignation, dénégation : la légende des sans-culottes (1780-1980) », La Légende de la Révolution, Faculté de lettres de Clermont II, Adosa, 1988.

30 « Les “chômeurs rebelles” d’Arras », Le Monde du 14 janvier 1998.

31 « Les chômeurs desserrent l’étau », Le Monde diplomatique de février 1998.

32 Comme nous l’avons déjà précisé en introduction, nous opposons volontiers ce réalisme du mouvement social au réalisme des gouvernants de gauche.

33 En caractérisant dans l’ordre de l’attesté l’ensemble des médiations réalistes du langage, du récit, de l’action, y compris dans sa dimension morale, sensible, mises en place par les porte-parole, notre démarche descriptive s’avère fondamentalement herméneutique, dans la lignée des travaux de Gadamer et Ricœur.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search