Version classiqueVersion mobile

La parole des sans

 | 
Jacques Guilhaumou

Introduction

Texte intégral

  • 1 Aphorismes de l’époque d’Iéna, n° 31.
  • 2 Il s’agit essentiellement du Monde et de Libération.

1L’aphorisme de Hegel, « La lecture du journal du matin est une sorte de prière matinale réaliste1 », accompagne en permanence notre propos sur la Révolution française. Il ouvre à la compréhension du présent dans la mesure où il nous renvoie à ce qui, dans la lecture quotidienne de la presse2, entre en résonance avec l’événementialité de la Révolution française. Nous disposons ainsi des ressources du discours révolutionnaire sous la rubrique de l’actuel.

  • 3 Ce journal de bord a d’abord circulé sous diverses versions auprès de plusieurs lecteurs, avant que (...)

2Si la tenue d’un journal de bord, au fil de la lecture quotidienne de la presse, prend ici la forme d’une écriture ordinaire, elle n’en demeure pas moins l’expression d’une subjectivité personnelle très marquée par les problèmes d’émancipation humaine, et constamment médiatisée par la recherche dans un champ politique autre, en l’occurrence la Révolution française, d’une invention du possible pouvant s’investir dans le présent le plus immédiat3.

  • 4 Voir notre étude largement autobiographique sur « Révolution française et tradition marxiste : une (...)
  • 5 Une telle prise de conscience s’est effectuée au moment du bicentenaire de la Révolution française. (...)
  • 6 À ce titre, M. Foucault et J. Habermas sont les deux philosophes les plus proches de nos préoccupat (...)
  • 7 Le philosophe V. Descombes précise que « Pour l’individu moderne tel que le philosophe l’exalte, la (...)

3Inscrivant notre pensée dans la tradition révolutionnaire, et plus particulièrement au sein de sa traduction par la tradition marxiste4, notre regard est constamment dirigé vers notre actualité, donc rivé au temps présent. Notre conscience historique, une fois délivrée des référents historiographiques5, autodéploie les ressources propres du discours révolutionnaire au sein même de l’actualité de l’histoire contemporaine. Ainsi, à l’égal de Michel Foucault, nous pensons que la présence de la Révolution française dans notre modernité se manifeste d’abord sous les traits que ses acteurs se sont eux-mêmes donnés. Les événements de la Révolution française inaugurent bien une modernité qui ne peut puiser qu’en elle-même sa norme et sa conscience de soi. Tel est l’enjeu de l’actualité de la Révolution française6. C’est dans la voie ainsi tracée que nous essayons de donner un tour réaliste à la question de l’efficace de la Révolution française, et avant tout de sa réflexivité, dans notre propre conscience actuelle de soi et du monde7.

  • 8 Notre réflexion a présentement bénéficié des analyses pertinentes de Vincent Descombes lorsqu’il éc (...)

4À ce titre, notre réflexion présente, constituée à partir de la lecture quotidienne de la presse, se veut un exercice réaliste de ce qu’il advient de l’événement, tant passé que récent, sous la rubrique de l’actualité. Elle prend au sérieux les acteurs de l’événement, leurs ressources interprétatives, posant ainsi de manière réaliste « la réalisation de soi dans le monde ». Elle s’ouvre ainsi au discours de la modernité philosophique inauguré par Kant, tout particulièrement à propos de la Révolution française8. C’est pourquoi notre réflexion se termine par une présentation de la philosophie kantienne du jugement sur les événements révolutionnaires inaugurant une approche esthétique de l’événement apte à comprendre la révolution du cours des choses aujourd’hui comme hier.

  • 9 L. Schwartzenberg, « Alain Finkielkraut, le mépris et le mensonge », Le Monde du 19 décembre 1997.
  • 10 Vues législatives pour les femmes, adressées à l’Assemblée nationale, par Mademoiselle Jodin, fille (...)

5Dans cette perspective, être de gauche, c’est se situer du côté des acteurs, et de la masse des spectateurs-citoyens qu’ils mobilisent en rendant visible leur mouvement aux yeux de tous. Ainsi, aux « réalistes de gauche » qui fustigent l’angélisme des intellectuels, nous opposons volontiers, au nom du mouvement social et de ses porte-parole, l’affirmation, « Nous ne sommes pas des anges, nous sommes des réalistes9 », au même titre que les femmes, écartées en 1789 du pouvoir politique, pouvaient affirmer, devant les députés à l’Assemblée nationale : « Et nous aussi, nous sommes citoyennes10. »

  • 11 Les travaux de l’historienne de la Révolution française D. Godineau nous ont été, à ce titre, d’un (...)

6Certes des femmes dans le mouvement social actuel, il n’en sera pas vraiment question. Mais nos formulations des caractéristiques du mouvement vers le politique prendront constamment en compte l’apport récent de l’histoire des femmes, donc réfuteront l’existence d’une sujet politique déféminisé, tout particulièrement en matière d’expériences novatrices dans le champ social11.

  • 12 Reste que le détour peut s’avérer tout aussi fructueux comme le montre D. Nicolaïdis dans « Faire d (...)
  • 13 La distinction entre l’événement et l’état de choses gouverne l’ensemble de nos travaux sur la Révo (...)

7Donc fortement motivé par les mouvements actuels de la société française, nous envisageons d’établir un lien aussi direct que possible entre le passé et le présent du mouvement social. En effet, nous ne considérons plus l’accès à la Révolution française dans l’actualité comme un détour12, mais plutôt comme le retour légitime d’un donné, d’une créativité, d’une événementialité toujours disponible à l’encontre de l’établissement de l’état des choses13.

  • 14 Voir en particulier le Dictionnaire critique de la Révolution française, publié sous leur double re (...)
  • 15 F. Furet, « L’idée française de Révolution » et « L’énigme française », Le Débat, 96, septembre-oct (...)
  • 16 C’est à l’occasion du numéro spécial de La Quinzaine littéraire d’août 1997 sur ce thème que nous a (...)

8Qui plus est, il ne s’agit pas vraiment de donner sens au présent par un redescription de la tradition révolutionnaire française, travail largement entamé par l’historiographie critique autour de Mona Ozouf et François Furet14. D’autant plus que le point de vue critique sur « l’idée française de la Révolution » ne voit dans la renaissance de « l’esprit révolutionnaire » proclamé par la « gauche intellectuelle » qu’une dangereuse illusion sur une « addition de mouvements sociaux corporatifs, indifférents dans les faits aux ravages du chômage et tournés vers le maintien ou la conquête d’avantages sectoriels15 ». A contrario, il nous importe avant tout de manifester, à l’aide des seules ressources discursives attestées dans l’événement, ce qu’il advient du mouvement révolutionnaire dans le présent même. À ce titre, une question revient en permanence dans notre propos : qu’en est-il actuellement du retour d’une politique en mouvement, de son potentiel d’émancipation pour la société dans son ensemble16 ?

Notes

1 Aphorismes de l’époque d’Iéna, n° 31.

2 Il s’agit essentiellement du Monde et de Libération.

3 Ce journal de bord a d’abord circulé sous diverses versions auprès de plusieurs lecteurs, avant que nous envisagions de le publier. Il conserve en partie son caractère à la fois inachevé et ouvert.

4 Voir notre étude largement autobiographique sur « Révolution française et tradition marxiste : une volonté de refondation », Actuel Marx, n° 20, octobre 1996. Nous nous intéressons plus spécialement à la manière dont la tradition critique allemande, de Kant au jeune Marx, traduit « la langue de la politique et de la pensée intuitive » des révolutionnaires français.

5 Une telle prise de conscience s’est effectuée au moment du bicentenaire de la Révolution française. Nous l’avons exprimée dans notre intervention, « L’historiographie de la Révolution française existe : je ne l’ai pas rencontrée », Raison présente, n° 91.

6 À ce titre, M. Foucault et J. Habermas sont les deux philosophes les plus proches de nos préoccupations présentes. Voir sur ce point le texte d’Habermas en hommage à Foucault : « Une flèche dans le cœur du temps présent », Critique, 471-472, août-septembre 1986.

7 Le philosophe V. Descombes précise que « Pour l’individu moderne tel que le philosophe l’exalte, la lecture du journal est un préparatif à la tâche du jour et de tous les jours. Le réaliste est un réaliste parce qu’il est soucieux de se montrer à la hauteur de sa vocation, la réalisation de soi dans le monde, c’est-à-dire là où se joue tout ce qui peut jamais être pris au sérieux », Philosophie par gros temps, Paris, Éditions de Minuit, 1989, p. 11.

8 Notre réflexion a présentement bénéficié des analyses pertinentes de Vincent Descombes lorsqu’il écrit : « La philosophie de l’actualité historique n’est pas d’écrire un journal philosophique du cours des choses, elle est de nous préparer à mieux juger de ce que rapporte l’unique journal, le même pour tous, en nous aidant à corriger l’appareil des concepts dont nous usons pour comprendre, en chaque circonstance, ce qui est en train d’arriver » (id., p. 50).

9 L. Schwartzenberg, « Alain Finkielkraut, le mépris et le mensonge », Le Monde du 19 décembre 1997.

10 Vues législatives pour les femmes, adressées à l’Assemblée nationale, par Mademoiselle Jodin, fille d’un citoyen de Genève, Angers, 1790, reproduit dans Les Femmes dans la Révolution française, Paris, Edhis, volume 1, 1982.

11 Les travaux de l’historienne de la Révolution française D. Godineau nous ont été, à ce titre, d’un grand apport. Voir en particulier son ouvrage majeur sur Citoyennes tricoteuses. Les femmes du peuple à Paris pendant la Révolution française, Aix-en-Provence, Alinéa, 1988. Mentionnons également notre participation à l’équipe « Femmes-Méditerranée », et à son ouvrage collectif Le Forum et le harem, Publications de l’université de Provence, 1997.

12 Reste que le détour peut s’avérer tout aussi fructueux comme le montre D. Nicolaïdis dans « Faire de la politique aujourd’hui : détour par la Révolution française », M, n° 64, septembre 1993.

13 La distinction entre l’événement et l’état de choses gouverne l’ensemble de nos travaux sur la Révolution française, que nous investissons périodiquement dans une réflexion sur l’actualité politique. C’est ainsi que nous nous sentons très proche de la réflexion d’ordre phénoménologique, donc beaucoup plus abstraite, proposée par J. Benoist dans « Qu’est-ce qui est donné ? La pensée et l’événement », Archives de philosophie, 59, 1996. Mais notre référence principale demeure l’œuvre de G. Deleuze dont l’ouvrage de F. Zourabichvili, Une philosophie de l’événement (Paris, PUF, 1994), marque l’importance pour toute réflexion sur l’événementialité.

14 Voir en particulier le Dictionnaire critique de la Révolution française, publié sous leur double responsabilité aux Éditions Flammarion, 1988.

15 F. Furet, « L’idée française de Révolution » et « L’énigme française », Le Débat, 96, septembre-octobre 1997. Notre présente critique de la lecture, propre à F. Furet, de la situation politique française n’enlève rien à l’importance de ses travaux sur la Révolution française. C’est ainsi que nous avons amplifié sa conception novatrice de la radicalité de 1789 dans notre ouvrage L’Avènement des porte-parole de la République (1789- 1792), Presses universitaires du Septentrion, 1998, tout en soulignant par ailleurs l’apport irremplaçable de son dialogue scientifique avec les historiens anglophones dans « Fragments d’historiographie critique. Un débat franco-américain autour de la Révolution française », Dix-huitième siècle, 1998.

16 C’est à l’occasion du numéro spécial de La Quinzaine littéraire d’août 1997 sur ce thème que nous avons pu entamer notre présente réflexion. Nous remercions donc tout particulièrement M. Nadeau, D. Leschi, L. Seguin et S. Wahnich de nous avoir fourni une telle occasion de réfléchir à l’actualité de notre recherche.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search