Version classiqueVersion mobile

Information et démocratie

 | 
Jean Mouchon
, 
Françoise Massit-Folléa

Les mutations des systèmes de médiation : la guerre du Golfe sur CNN, Antenne 2 et la Cinq

Jocelyne Arquembourg

Texte intégral

1La couverture médiatique de la guerre du Golfe a suscité dans la presse un émoi qui a valeur de symptôme. Symptôme d’une crise où le fonctionnement habituel des chaînes de télévision généralistes, leurs outils, leurs dispositifs de collectes et de circulation des nouvelles se sont brutalement trouvés confrontés aux procédés et à la technologie de l’information en direct et en continu. Les critiques et les articles parus au lendemain de la guerre mobilisent un discours de la raison qui fustige l’information spectacle, l’image maîtresse d’erreur et de fausseté, la confusion des rôles et des genres. À cela s’ajoute le malaise ressenti vis-à-vis d’un mode de censure inédit puisqu’il a pris la forme contractuelle d’une charte conclue entre les journalistes et les acteurs militaires.

  • 1 Pour l’analyse des conséquences du direct sur les relations d’événements on se reportera à l’articl (...)

2Ces critiques traduisaient de manière légitime le malaise qui accompagne généralement les mutations profondes, mais à situer les problèmes sur le terrain de la déontologie elles omettaient souvent de décrire les mécanismes et les logiques producteurs de ce qu’il faut appeler des dysfonctionnements plutôt que des dérapages. Certes, il convient de repérer les procédés de désinformation des acteurs ainsi que la surinformation sélective effectuée par certaines chaînes télévisées, mais il est tout aussi nécessaire de montrer comment les logiques des uns et des autres s’articulent, se heurtent ou cumulent leurs effets. Le bouleversement des pratiques professionnelles qui caractérisent la télévision d’examen, régression du studio par rapport au terrain, précipitation du temps de l’événementialité, n’appelaient-il pas une réflexion de fond sur la nouveauté radicale du phénomène auquel étaient confrontées les chaînes françaises, partagées entre le rejet et la fascination ? Le constat réaliste de Christine Ockrent dans un numéro de Reporters sans frontière de 1991, exprime ce qui se joue au travers des mutations des dispositifs d’information : « Ce conflit est le premier conflit en direct ; cela ne veut pas dire qu’on le voit. C’est le premier événement, le premier traumatisme collectif au cours duquel on constate qu’il n’y a pas d’antériorité chronologique entre le fait et son image, ou sa non-image, et a fortiori son commentaire. » L’absence d’antériorité du fait sur son récit bouleverse les modalités narratives de l’information. Non seulement le temps et l’espace des récits événementiels s’y construisent de manière différente, mais les modalités énonciatives, le cadre communicatif, changent aussi. Autrement dit, on ne raconte pas un événement en cours comme un événement échu. Trois aspects de l’information sont donc concernés par ces mutations : la collecte des nouvelles, la construction des relations d’événements et leurs modalités énonciatives1.

Un système nerveux des tensions internationales

3L’information en direct et en continu repose avant tout sur des dispositifs d’information différents des chaînes généralistes. On désignera par dispositifs d’information un ensemble de procédures techniques, visuelles ou discursives destinées à la collecte ou au traitement des nouvelles.

4Ce dispositif sur CNN se déploie dans le temps et s’ancre dans l’espace de manière spécifique. Formulée par Gaye Tuchman, l’expression « routinisation de l’information » trouve ici sa plus parfaite concrétisation. Le dispositif de collecte, qui s’appuie sur le déploiement conjoncturel d’un réseau de reporters, est élaboré dans le souci permanent de pouvoir couvrir à tout instant l’émergence de n’importe quelle occurrence relative à l’événement principal. Il est donc constamment orienté par un souci de prévision et d’anticipation. Le choix des points d’ancrage du réseau qui devra faire face en temps réel aux réactions israéliennes, jordaniennes ou soviétiques est décisif pour la collecte des nouvelles et pour la construction finale des récits d’information.

5À l’intérieur du dispositif, la typification des nouvelles disparaît car la flexibilité du réseau lui permet de capturer n’importe quel type de nouvelles à n’importe quel moment, sans avoir à les hiérarchiser. Il est configuré pour rendre compte de la simultanéité des actions parallèles, ce qui, autrement, ne pourrait se faire que par l’intermédiaire des conférences de rédaction. La couverture en présente divers exemples. Plusieurs faits peuvent avoir lieu en même temps dans différents points du dispositif comme la double alerte au Scud à Jérusalem et Dharan le 18 janvier. Une action peut entraîner des réactions qui éventuellement interagissent entre les points du réseau et retentissent à leur tour sur l’action principale elle-même. On observe aussi qu’un contact permet de vérifier l’état d’une situation dans un lieu donné en réaction à ce qui se passe ailleurs ou de prendre connaissance régulièrement de réactions. La classification et la hiérarchisation des nouvelles internes à l’événement disparaissent donc au profit d’une rotation systématisée du dispositif, que les points d’ancrage soient ou non producteurs de nouvelles d’intérêt majeur. Lorsqu’ils ne le sont pas, ils restent néanmoins « en état de veille ».

6À la répartition traditionnelle des nouvelles en fonction de territoires locaux, nationaux et internationaux, CNN substitue un dispositif en étoile qui relie par satellite le studio à un réseau de reporters. La collecte de l’information peut se faire indépendamment du travail des agences et les cloisonnements territoriaux ne servent plus de prisme à l’interprétation de l’événement.

7L’espace du studio est réduit aux dimensions d’un plan rapproché sur le présentateur. La profondeur de champ laisse entrevoir le décor flou d’une salle de rédaction où clignotent des téléviseurs et que traversent des silhouettes imprécises. Cette proximité avec la « newsroom » représente à elle seule les transformations profondes opérées par CNN dans le traitement de l’actualité. Le studio est placé au cœur du dispositif d’information, mais il perd en visibilité ce qu’il gagne en proximité avec le terrain. L’image du studio, elle, éclate et se fragmente en une multitude d’écrans successifs ou juxtaposés. Le studio devient une construction purement télévisuelle qui annule la distance et les cloisonnements spatiaux. Il favorise les contacts et les débats sans s’interposer entre le téléspectateur et l’événement. Le jeu des volets actionnés en régie permet, de façon très significative, d’y faire glisser les images du monde sur celle du présentateur sans mise en perspective visuelle préalable. Le regard du présentateur y gagne en fixité, il n’assume plus la connection logique entre le discours de présentation et les reportages. Sur le plan technique, celle-ci n’est plus nécessaire, sur le plan symbolique, le studio et le terrain ne constituent plus des espaces cloisonnés et articulés. Le premier n’en conserve pas moins une valeur hautement symbolique par son ancrage institutionnel (Washington et Atlanta) et sa position centrale dans le réseau, mais il n’apparaît plus comme le point d’aboutissement d’une chaîne de traitement des nouvelles.

8Le studio ne prend que très occasionnellement la dimension d’un plateau regroupant des invités. Ce n’est pas que l’information y soit délivrée sans commentaires ni débats, mais ces questions font l’objet d’un déplacement de leur cadre d’énonciation, puisque la plupart du temps, les commentaires des experts ou des politiques sont intégrés aux reportages des envoyés spéciaux. Les débats, quant à eux, ont lieu dans un cadre spécifique lorsqu’ils font l’objet d’une émission spéciale ou, plus souvent, se déroulent en duplex. Ils restent la plupart du temps contextualisés sur le plan spatial ou institutionnel. Ainsi le studio n’apparaît pas comme le support d’une mise à distance de l’information. Au contraire, il utilise les possibilités offertes par le satellite pour ouvrir un espace circulatoire où transitent les paroles et les images du monde. La chaîne américaine se définit elle-même comme un forum. La fonction qui consiste à réguler, organiser et arbitrer le flot des paroles et des images l’emporte sur celle de produire un meta discours sur les nouvelles.

9Le réseau d’envoyés mis en place au cours d’un événement sur les chaînes thématiques n’est pas implanté pour une période de longue durée. Il s’agit d’un déploiement conjoncturel destiné à capturer un événement spécifique et à le circonscrire dans un espace qui déborde le cadre étroit de son lieu d’émergence. Il relie au studio différents points du monde, aussi bien sur le territoire national qu’à l’étranger, mais cette distinction n’est pas structurante. La couverture de la guerre du Golfe n’oppose pas des territoires affectés d’une valeur symbolique comme par exemple, la patrie ou la nation ennemie. Les reportages n’effectuent pas le va-et-vient classique entre « ici » et « là-bas ». Le dispositif de liaisons par satellite relie des points du monde directement concernés par le conflit, ce qui fait apparaître l’événement comme un complexe d’interactions sur le plan international. Le réseau d’information en direct construit l’événement en fonction d’une nouvelle symbolique de l’espace qui réduit la connaissance des autres nations à celle de leurs centres de décision. L’image de reportage ne joue plus ici le rôle de découverte ni d’investigation, qu’elle assumait, par exemple, dans le cadre de la télévision d’enquête en France. Et dans le rapport du média à ses sources, on observe que CNN superpose implantation territoriale et implantation institutionnelle.

10La configuration du réseau délimite à elle seule, sans l’appui de commentaires partisans devenus inutiles, le point de vue à partir duquel la guerre sera observée. Elle soulève donc forcément quantité de questions. Ainsi Dharan et Riyad se partagent l’appellation commune de « terrain ». On peut s’étonner de cette définition du terrain qui ne coïncide pas avec le territoire ennemi comme dans la médiatisation de conflits plus anciens. Bagdad en revanche, n’est pas désignée comme telle et le Koweït ne figure dans le dispositif qu’avec l’entrée des troupes dans Koweït City. À travers les reportages et les duplex, la capitale irakienne apparaît principalement comme point d’impact des bombardements, ce qui lui confère un statut très passif. En Arabie Saoudite se trouvent les centres de commandement des forces armées, les bases de décollage des avions, des lieux d’entraînement dans le désert. Il s’agit là de pôles de décision, non de territoires situés au cœur de l’action militaire. Les journalistes, consignés à Dharan et Riyad, ne reçoivent du « terrain » que des nouvelles concernant les mouvements de troupes ou les combats qui se déroulent à la frontière arabo-irakienne. L’attention de la presse internationale est ainsi dirigée vers les manœuvres gesticulatoires destinées à déguiser la préparation de l’attaque terrestre. Dans le cas de la guerre du Golfe, l’articulation entre les stratégies des acteurs et l’implantation institutionnelle des points d’ancrage du réseau a été décisive pour la mise en visibilité de certaines facettes de l’événement comme pour l’occultation d’autres aspects. Il faut souligner aussi qu’elle a constitué l’un des points de convergence majeurs entre logique d’acteurs et logique médiatique.

  • 2 H. Brusini, F. James, Voir la vérité, Paris, PUF, 1982, p. 130.

11De leur côté, les chaînes françaises pouvaient-elles adopter ou imiter, ne serait-ce que partiellement les procédés de CNN sans contradiction ? Hervé Brusini et Francis James ont défini les particularités des chaînes françaises au travers d’une histoire qui oppose télévision d’enquête et télévision d’examen. Le développement au cours des années 1960 d’un journalisme d’analyse continue encore aujourd’hui de contrebalancer fortement la recherche de l’information factuelle. Les plateaux multiplient les invités, hommes politiques, experts, journalistes spécialisés. Le décor, les angles de prise de vue, manifestent clairement le projet de mettre l’information en perspective. La dialectique inventée à cette époque entre « montrer » et « expliquer » structure toujours l’information. La télévision d’examen a succédé à la télévision d’enquête en se donnant pour but d’analyser les nouvelles, non de livrer une actualité brute, elle accorde ainsi autant d’importance aux commentaires qu’aux faits et confère au journaliste un rôle de « pédagogue des masses2. » Pendant la guerre du Golfe, on observe que les faits nouveaux, de même que les allocutions présidentielles, sont automatiquement commentés. Les interventions des reporters sur le terrain et des journalistes spécialisés dans le studio alternent de façon systématique. Entre éditorialistes et analystes, des journalistes tels que Philippe Harrouard ou Jean-Marie Lefebvre assument une fonction spécifique totalement inconnue sur CNN. Certes, la dimension explicative n’est pas absente de la chaîne américaine qui multiplie les fiches signalétiques des armements ou l’affichage de textes, lois ou phrases clés : la résolution 660 des Nations Unies, les conventions de Genève ou les huit points du plan de paix soviétique, par exemple. Mais sur les médias français, la pédagogie est avant tout magistrale alors qu’elle est assumée par des dispositifs techniques sur la chaîne américaine. Le soin apporté au décor des studios revus pour l’occasion, le fait d’avoir composé des plateaux où se succèdent experts, politiques et journalistes spécialisés, la présence de vastes écrans derrière les présentateurs, relèvent de la logique qui fait du studio le lieu par excellence où l’information est mise en perspective.

12La tradition de la télévision d’examen offrait peu de compatibilité avec les procédés mis en œuvre par CNN. Les chaînes françaises ont cependant superposé les dispositifs d’information pendant la guerre du Golfe, ce qui a conduit à un résultat pour le moins bâtard. Le fonctionnement en réseau des chaînes françaises s’accompagne du maintien d’une certaine forme de thématisation, de même que des tentatives pour mettre en place une information en continu coexistent avec les journaux télévisés. Sous de nombreux aspects, ce compromis n’est pas exempt de contradictions. Les deux chaînes françaises ont commencé par couvrir le conflit en continu dans la nuit du 16 janvier 1991 et la journée du 17. Pour autant, les journaux télévisés ne disparaissent pas de la couverture événementielle mais lui sont intégrés. On retrouve, au moment de l’attaque terrestre, un phénomène analogue. L’information déborde le cadre qui lui est assigné originellement mais les grands rendez-vous que sont les journaux télévisés continuent de la structurer.

13On constate ainsi que ce que les chaînes françaises nomment « information en continu » ne correspond pas exactement à ce que fait CNN. Antenne 2 procède par ajouts d’émissions aux formes désormais canoniques : flashes ou éditions spéciales. La 5, quant à elle, étire la couverture événementielle sans cadre très défini. On ne retrouve, ni dans un cas ni dans l’autre, la répartition en séquences d’une demi-heure chacune, répétitives et ponctuées de publicités ou d’images intersticielles. De plus, ces tentatives qui correspondent davantage à une forme de déprogrammation qu’à la mise en place d’un authentique dispositif d’information en continu, cessent tandis que se développe le conflit même si, globalement, le volume des émissions d’information reste plus important qu’à l’ordinaire.

14Ce fonctionnement hybride n’effectue pas de rotation systématique des points d’ancrage comme sur CNN. Les nouvelles continuent d’affluer de manière successive et de construire un récit linéaire. Certes, les chaînes françaises déploient un réseau d’envoyés et des liaisons régulières avec des correspondants sur le modèle de CNN, mais celui-ci ne produit pas suffisamment de nouvelles.

15Parallèlement, on observe le maintien partiel du classement des nouvelles dont les rubriques révèlent à quel point l’information sur Antenne 2 reste territorialisée (le terrain, la France, l’étranger) et privilégie le point de vue national. Le réseau de reporters relié par satellite apparaît avant tout comme le moyen le plus rapide de rabattre les nouvelles en direction du studio.

Des dispositifs télévisuels transparents

16En transformant les relations entre le studio et le terrain, les mutations des dispositifs d’information ont aussi eu des conséquences sur les dispositifs de communication. À la différence des premiers, les seconds sont des procédés techniques, discursifs et visuels qui concernent la diffusion et la mise en scène de l’information. Jean Mouchon a montré que la conception de ces dispositifs ne relève pas que du spectacle : loin d’être anodine, elle est sous-tendue par des schémas relationnels spécifiques entre acteurs, médiateurs et récepteurs.

Les modalités discursives du rapport au public : l’attitude de locution .

  • 3 Les temps commentatifs comprennent le passé composé, le présent et le futur, les temps narratifs in (...)

17L’approche du rapport medium / public peut se faire à partir d’une étude de l’attitude de locution qui définit, selon Harald Weinrich, la relation des locuteurs au monde signifié par le message3.

18Elle oppose les discours où domine le temps raconté qui invite au détachement, et ceux où dominent les temps commentatifs qui invitent à l’action. Pour H. Weinrich, cette répartition ne détermine pas tant un rapport au temps vécu entre accompli et inaccompli, qu’un schéma communicationnel particulier.

19Le temps raconté est récurrent dans la couverture du conflit sur CNN. Le Preterit domine largement tous les autres temps à la fois dans les reportages et les duplex. En revanche, au lieu de porter sur des verbes d’action au sens large, il concerne essentiellement des verbes de communication, comme dans les exemples suivants :

« Cheney signaled his attention at the war dragging on : »
(+ citation de D. Cheney) (W. Blitzer, 07/02).
« The Commander of the British forces said a land war is inevitable » (idem).

20Les documents d’information dans leur ensemble insistent considérablement sur les propos rapportés dont ils traitent l’énonciation comme une action. L’obstination du temps raconté traduit un certain détachement dans la relation medium / public à l’égard des événements, particulièrement des événements de parole. Il alterne avec le présent ou le futur dans la partie conclusive des documents qui ouvre sur la suite ou l’attente d’un point final.

21En revanche, la couverture de La 5 marque une nette prédilection pour les temps commentatifs, en particulier le présent historique. Caractéristique des récits qui se veulent « passionnants », ce temps, selon Weinrich, est créateur d’une tension qui « captive » le lecteur. Elle l’oblige à adopter une attitude réceptive qui contrebalance en partie la détente engendrée par l’attitude narrative initiale.

22Il existe sur les chaînes françaises, un modèle de récit généralement de type monologal, qui fait usage de figures de style empruntées à l’écrit, et semble hérité d’un journalisme littéraire aux origines anciennes. On en trouve quelques exemples dans les documents signés par Olivier Warin. Le premier est un texte rédigé et lu lors d’une liaison téléphonique le 17 janvier. Il représente l’un des premiers contacts de la chaîne avec Bagdad. L’alternance très classique de l’imparfait et du passé composé étage les plans narratifs du récit. L’imparfait évoque des actions qui composent l’arrière-plan du récit, sur lequel viennent se détacher des actions au passé composé.

« Cependant nous ne pouvions voir aucun impact au sol. Principalement, ce que nous entendions, ce que nous voyions, venait des Irakiens. Nous avons pu assister à cette bataille pendant environ une heure, puis nous sommes descendus dans les abris où nous avons été consignés pendant environ quatre heures. Ce matin nous avons pu traverser le centre de Bagdad, aucun impact, nulle part. »

23Ce récit fait l’objet d’une deuxième version au cours d’un duplex cinq heures plus tard. Celle-ci déplace par moments les plans du récit. Par exemple, « Ce que nous voyions venait des Irakiens » devient : « On a regardé par la fenêtre et ce qu’on a aperçu c’est surtout ce qu’on appelle des départs, c’est-à-dire la DCA, les canons, tous irakiens. »

24Toutes les transformations de cette deuxième version, traduisent le passage de l’écrit à l’oral. Le message n’est plus lu, ni récité, mais raconté. Le pronom personnel de la première personne du pluriel « nous » se transforme en « on ». L’imparfait laisse place au passé composé. D’autre part on observe surtout que ce changement introduit dans le récit des bribes de commentaires :

« Ce qu’on appelle des départs. »
« Je vous cite des exemples : le ministère des armées, le Q.G. de l’aviation, la tour des télécommunications, ce dernier objectif expliquant que nous ne pouvons plus vous appeler sur des téléphones normaux. »

25Ces transformations sont emblématiques d’une évolution liée aux mutations technologiques. Le passage du témoignage en différé, généralement monologué et préalablement rédigé, aux échanges dialogués avec un présentateur en direct, s’accompagne du glissement simultané de l’écrit à l’oral et d’une attitude narrative à une attitude commentative.

26On observe ainsi que le présent historique domine dans la plupart des duplex comme dans ce « récit commenté » par le présentateur, le 10 février :

« Confirmation ce matin à Amman [...], S. Amadi rencontre le roi Hussein et tient une conférence de presse, la première d’un dirigeant irakien depuis le début du conflit.
Il appelle les États arabes à boycotter les pays de la Coalition anti-irakienne. »

27Dans les duplex, on observe aussi que le renversement des rôles entre présentateur et envoyé a une incidence sur les formes de l’énonciation journalistique. Les questions des présentateurs portent sur des données non factuelles : sentiments, impressions, avis, interprétations, parce que le présentateur dispose souvent de plus d’information que l’envoyé sur le terrain. Elles suscitent en retour des réponses largement dominées par les temps commentatifs ou directement orientées vers le commentaire plutôt que le récit. Plusieurs facteurs doivent donc être rapprochés les uns des autres : le passage du reportage en différé au duplex en direct, celui d’une forme de récit monologal aux échanges dialogués, le glissement d’une attitude de locution narrative à une attitude commentative, puis au commentaire pur et simple.

28C’est-à-dire qu’à l’encontre de CNN, la tentative d’impliquer le public est plus forte, le direct est perçu comme le moyen de rendre plus tangible le travail de médiation.

29Sur Antenne 2, le direct a surtout donné lieu à des documents du type reportage en différé + commentaire en direct. Sur le plan énonciatif, l’usage des temps racontés correspond à la première partie du document tandis que les temps commentés figurent dans la seconde. Ce passage d’une attitude de locution à une autre, très courant dans les reportages, perdure aussi dans les duplex qui conservent le schéma récit + commentaire. L’alternance entre attitude narrative et attitude commentative se calque sur le schéma des documents en différé. La prolifération des duplex n’a pas affecté l’attitude de locution des reporters aussi nettement sur Antenne 2 que sur La 5. Des modèles, des cadres, sont maintenus et structurent aussi les duplex. Sur La 5, les dialogues entre présentateur et envoyés sont souvent source d’un mélange des genres précisément parce qu’ils portent sur des données non factuelles. Le manque d’image a aussi conduit certains reporters à raconter au présent de narration des événements qu’ils ne pouvaient matériellement pas montrer.

Les modalités discursives du rapport aux acteurs : le discours rapporté

30Les récits des journalistes ne sont pas homogènes, ils intègrent un très grand nombre de propos rapportés qui traduisent le positionnement des médiateurs par rapport aux acteurs. Cette polyphonie s’organise selon des procédures suffisamment systématiques pour être constituées en modèles, en fonction, notamment, du rôle joué par les images.

31Il existe sur CNN trois modèles d’organisation des discours rapportés particulièrement récurrents : le commentaire des sources, le discours rapporté au style indirect, et les récits d’envoyés appuyés sur des citations filmées.

32Dans le cas où les propos des énonciateurs sont rapportés au style indirect, ils ne sont pas représentés visuellement par des séquences filmées.

  • 4 Pour la définition du locuteur et de l’énonciateur nous nous référons aux travaux de O. Ducrot, par (...)

33Ce modèle n’est pas fréquent. De plus, le dispositif de couverture en direct permettant une relative autonomie à l’égard des agences de presse, les citations de dépêches, par exemple, sont très rares. L’information n’apparaît donc pas comme le produit d’une chaîne de transmission des nouvelles. Elle repose avant tout sur les discours rapportés des acteurs. Le modèle qui caractérise CNN consiste à effectuer un montage de séquences filmées qui permet d’enchaîner l’équivalent de citations visuelles au style direct. Les propos ne sont pas rapportés mais directement mis en scène, non comme une mimésis d’action (par la voix du locuteur principal), mais bien tels qu’ils ont été prononcés. Les citations sont introduites par des verbes aux temps narratifs, c’est pourquoi on parlera de récits d’actes de parole et non de récits de paroles. Ce procédé parachève le dispositif de couverture de la chaîne. Les nouvelles ne transitent pas par des énonciateurs intermédiaires, elles sont à la fois rapportées par un journaliste-médiateur et directement recueillies à la source. Les discours rapportés sous forme de citations filmées acquièrent une plus grande autonomie par rapport au discours citant que les énoncés rapportés au style indirect ou même au style direct. De plus, les locuteurs secondaires apparaissent dans le discours du locuteur principal en tant que sujets parlant4.

34À l’inverse, sur les chaînes françaises, les propos des acteurs sont généralement rapportés au style indirect. Le recouvrement des propos rapportés supprime l’autonomie du discours cité. D’une certaine manière, le discours englobant du locuteur principal (la voix off du journaliste) s’interpose entre les acteurs et les récepteurs. Il ne focalise pas non plus l’intérêt sur les actes énonciatifs, qu’il efface, pour faire du discours cité un pur contenu de pensée. Lorsqu’il s’agit de citer des sources, les chaînes ont souvent recours à la formule consacrée « Selon + la désignation de la source d’information » du type : « Selon l’Agence de presse du Qatar, deux appareils irakiens ont été abattus. » Certains fragments récapitulatifs sur A 2 reposent sur un retour systématique de cette construction syntaxique.

  • 5 B. Munch, Les Constructions référentielles dans les acutalités télévisées, Berne, Peter Lang, 1992, (...)

35L’ensemble des analyses qui précèdent révèle un clivage très précis entre les procédures énonciatives employées sur CNN et sur les chaînes françaises. Les premières relevaient de ce que l’on pourrait appeler une polyphonie des locuteurs et les secondes d’une polyphonie des énonciateurs. Cette distinction n’est pas tant le fruit d’un choix délibéré de la part des journalistes que d’une différence structurelle au niveau des dispositifs de couverture événementielle. Les travaux de B. Munch montrent de façon claire que sur les chaînes généralistes : « Le communicateur est toujours séparé de l’événement par une couche plus ou moins dense de textes5. » Les actes énonciatifs se superposent les uns aux autres selon plusieurs degrés de recouvrement. Le discours du journaliste-médiateur englobe tous les discours qui le constituent en information. Il s’interpose entre les acteurs et le public comme un filtre. Dans certains cas, il efface les actes énonciatifs des acteurs pour ne présenter que les contenus de pensée de leurs discours, dans d’autres, il estompe la précision des sources qui se dissout dans « la nébuleuse des dires ».

L’effacement de la médiation

36Les mutations des dispositifs d’information qui s’accomplissent dans le cadre de l’information en direct et en continu sont constitutives d’un nouveau système de médiation. L’information en direct sur CNN a souvent été confondue avec une information brute alors qu’elle faisait l’objet d’un traitement sophistiqué et s’intégrait dans des dispositifs de communication très élaborés. Le mythe du présent pur, l’illusion d’une information plus impliquante pour le téléspectateur ont parasité la compréhension globale du système. Il est clair pourtant qu’une cohérence relie les dispositifs d’information et de communication et que les mutations qui affectent les premiers ont des conséquences sur les relations d’événements.

37Les rapports du studio et du terrain dans la collecte de l’information, les supports technologiques de ces liens, sont déterminants pour la place du présentateur et les modalités des échanges avec les envoyés ou de la relation avec le public. Les évolutions technologiques ont des incidences sur les modèles d’énonciation journalistiques, les genres traditionnels s’y défont, entraînant des modifications ou des réajustements dans l’attitude de locution des envoyés. Les facilités nouvelles offertes par les bancs de montage permettent de traiter différement les discours rapportés. Toutes ces évolutions transforment en profondeur les schémas relationnels qui structurent la mise en narration des récits d’information, tant au niveau du rapport que le medium construit avec le public qu’au niveau du traitement appliqué à l’univers des acteurs. L’enchaînement de ces phénomènes et la manière dont ils interagissent révèlent indirectement la cohérence de chaque système de médiation. Les dysfonctionnements occasionnés par la superposition des dispositifs d’information indique en retour leur profonde incompatibilité.

38Ainsi les chaînes françaises ont déployé des tentatives pour couvrir partiellement l’événement en direct et en continu, mais avec infiniment moins de moyens et en perpétuant des pratiques professionnelles liées à une autre conception de l’information. Elles maintiennent la programmation des journaux télévisés, les cloisonnements territoriaux, et se donnent pour objet « d’expliquer » ou de « mettre en perspective » l’actualité. En même temps, elles adoptent la mise en place d’un réseau d’envoyés qui correspond aux mêmes implantations que sur CNN et multiplient les duplex en direct avec ces points d’ancrage.

39De cet amalgame résulte une série de compromis intermédiaires peu satisfaisants : des essais pour développer l’information en dehors du cadre des journaux télévisés sans rapport véritable avec une authentique programmation en continu, la mise en œuvre d’un réseau peu productif faute d’avoir eu accès aux acteurs eux-mêmes ou d’avoir pu envoyer des images en direct de ces derniers. Cette situation a engendré des contradictions relatives au rôle du studio qui traduisent bien une oscillation permanente entre la recherche de l’information factuelle, la fascination pour la capture de l’événement en direct et sa mise en examen. Tout comme on observe aussi des dysfonctionnements dans la répartition des rôles entre présentateurs et envoyés, qui tiennent à la multiplicité des sources d’information alors même que les envoyés sur le terrain sont confrontés au verrouillage des sources et à une conception différente de leur rôle.

40Faut-il concevoir la cohérence du système construit par CNN comme la résultante d’un travail aveugle que guiderait uniquement l’impératif de routinisation, ou faut-il envisager que les logiques qui gouvernent chaque système de médiation font sens ?

41On ne peut s’empêcher d’observer que sur CNN tout ce qui peut rendre la médiation tangible tend à s’effacer : l’espace du studio, le rôle du présentateur, l’attitude de locution détachée des envoyés, l’absence de recouvrement des propos d’acteurs, les citations visuelles. Les procédures d’institution du réel et de construction de l’objectivité semblent beaucoup plus transparentes car elles ne reposent plus sur les personnes, mais sur des procédés techniques. Toutes les opérations intermédiaires de collecte, de sélection, de classement ou de mise en scène de l’information sont effacées au profit d’un réel qui semble aller de soi. Le travail d’élaboration des news en information y disparaît comme par enchantement. En jouant le rôle d’agence auprès des autres chaînes, CNN semble ne produire que des nouvelles. La confusion opérée par les chaînes françaises entre CNN et une sorte de « réel à l’état brut » est, à cet égard, révélatrice.

42Sur les chaînes françaises, en revanche, c’est le médiateur qui garantit l’objectivité de l’information par sa capacité à témoigner et à mettre en examen l’actualité. Lorsque la censure et la construction d’un consensus social autour de l’engagement national l’empêchent d’assumer ces fonctions, la médiation sur les chaînes françaises se mue en une forme d’autolégitimation dérisoire. Ainsi en va-t-il des exhortations des présentateurs à expliquer l’information, de leurs adresses appuyées aux téléspectateurs, de l’attitude de locution très implicante des envoyés de La 5. À l’opposé de CNN, le discours des médiateurs s’interpose entre les événements et les téléspectateurs comme une taie.

  • 6 M. de Certeau, Arts de Faire, L’invention du quotidien, T. 1, Paris, 10/18, 1980, p. 174.

43L’interprétation des systèmes de médiation pose donc des questions de sens qui dépassent l’analyse des pratiques professionnelles ou des systèmes organisationnels. Elle ouvre le champ d’une réflexion sur la valeur et les usages de l’information ainsi que sur les schémas conceptuels qui existent en amont des dispositifs, en l’occurrence le rapport au temps des événements. L’interrogation sur les conséquences des mutations technologiques présente donc un caractère trop déterministe auquel il faut préférer un questionnement sur le sens social et anthropologique de ces évolutions. Les logiques mêmes qui sont constitutives des sociétés au travers de leur histoire récente affleurent ici. Chacun des deux systèmes de médiation que nous avons mis à jour induit un certain type de rapport au reste de la collectivité. La substitution d’un forum international à l’espace de mise en examen est emblématique à plus d’un titre. Les métaphores spatiales par lesquelles les chaînes se définissent leur assignent un rôle différent dans l’espace public. L’espace de la mise en examen s’érigeait contre le temps du monde, contre les pressions et les pouvoirs et prenait en charge l’explication des événements. Le réseau de reporters, lui, épouse la géographie événementielle, et le forum international est ouvert aux vents du débat public dont la chaîne équilibre et assure l’arbitrage. Il y a là une conception d’un rôle social. La mission pédagogique implicitement dévolue aux chaînes généralistes se transforme dans le cas de CNN en un système de régulation du débat public où scène d’apparition et scène de débat se confondent. Cette restructuration spatiale de l’information fait pendant aux mutations du temps de l’événement. Dans la transformation permanente « des espaces en lieux et des lieux en espaces6 » qu’effectuent les récits, celui de la guerre du Golfe a délimité les contours d’un Nouvel Ordre mondial appuyé sur des équilibres militaires régionaux, dont le Golfe fait désormais partie. Il a aussi servi à tracer des voies nouvelles à l’information. Parmi les débats thématisés par l’événement, celui qui traite de la place de l’information n’est pas le moindre. De réseaux en autoroutes, son incessante circulation ne se stabilise nulle part, nul observatoire ne l’enferme plus en retrait du monde, l’information est, selon l’expression de Marc Augé, frappée de non-lieu.

Bibliographie

Bibliographie

Arquembourg (J.), 1996, « L’événement dans l’information en direct et en continu », Réseaux n° 76, Le temps de l’événement II, dir. Neveu (E.) et Quéré (L.), Paris, CNET.

Brusini (H.) et James (F.), 1982, Voir la vérité, le journalisme de télévision, Paris, PUF.

Certeau (M. de), 1980, L’invention du quotidien, T1, Arts de Faire, Paris, 10/18.

Ducrot (O.), 1984, Le Dire et le dit, Paris, Minuit.

Mouchon (J.), 1994, « Les incertitudes de l’écoute politique », Mots 40.
« La communication présidentielle en quête de modèle », Hermès 17, 1995.

Munch (B.), 1992, Les Constructions référentielles dans les actualités télévisées. Essai de typologie discursive, Berne, Peter Lang.

Tuchman (G.), 1978, Making News, a Study in the Construction of Reality, New York, The Free Press.

Weinrich (H.), 1973, Le Temps, Paris, Seuil.

Reporters sans frontières, 1991, La Presse en état de guerre.

Notes

1 Pour l’analyse des conséquences du direct sur les relations d’événements on se reportera à l’article du numéro 76 de la revue Réseaux consacré au temps de l’événement, « L’événement dans l’information en direct et en continu, l’exemple de la guerre du Golfe ».

2 H. Brusini, F. James, Voir la vérité, Paris, PUF, 1982, p. 130.

3 Les temps commentatifs comprennent le passé composé, le présent et le futur, les temps narratifs intègrent le plus-que-parfait, le passé antérieur, l’imparfait, le passé simple et les conditionnels. Il faut préciser cependant que le passé composé fait aussi partie des temps narratifs dans les récits oraux. En anglais subsiste une partie de cette distribution mais le clivage le plus essentiel est celui qui sépare le Perfect et le Preterit.

4 Pour la définition du locuteur et de l’énonciateur nous nous référons aux travaux de O. Ducrot, particulièrement, Le Dire et le dit, Paris, Minuit, 1984.

5 B. Munch, Les Constructions référentielles dans les acutalités télévisées, Berne, Peter Lang, 1992, p. 154.

6 M. de Certeau, Arts de Faire, L’invention du quotidien, T. 1, Paris, 10/18, 1980, p. 174.

Auteur

Professeur agrégée, docteur en sciences de l’information et de la communication.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search