Version classiqueVersion mobile

Information et démocratie

 | 
Jean Mouchon
, 
Françoise Massit-Folléa

Télévision et argumentation politique : l’exemple du traité de Maastricht

Jean Mouchon

Texte intégral

1Plusieurs émissions de télévision à forte audience ont été proposées à l’occasion de la signature du traité de Maastricht par les chefs d’État et de gouvernement et avant le référendum décidé par le président de la République. Moment fort de la construction européenne, cette étape retient logiquement l’attention des journalistes et s’impose en priorité dans la sélection des nouvelles. Mais la couverture factuelle n’est sans doute pas l’aspect le plus important du traitement médiatique mis en avant. Si l’événement est appelé à faire date dans la procédure de construction européenne, son écho sur le moment reste embrouillé. Au discours favorable et parfois même dithyrambique de la plupart des intellectuels et des décideurs répond pour le moins le doute d’une partie importante de la population. Réduit en temps normal à une expression d’opinion pour sondages, ce scepticisme populaire à grande échelle résonne-comme une forte interpellation de la décision qui s’annonce. La place importante accordée au traité de Maastricht sur les chaînes de télévision nationales s’explique par la puissance de cette donnée certes connue mais restée jusque-là implicite.

2Envisagé dans cette perspective, le traitement journalistique de Maastricht ne peut en rester au compte rendu et au suivi des faits. Il présuppose une série d’hypothèses nécessaires à l’adaptation de l’information pour un public large et hétérogène. Les émissions présentées dans le cadre des magazines politiques existants ou les émissions conçues spécialement pour la circonstance apportent le complément indispensable à la présentation ponctuelle du déroulement de l’événement. L’information est modulée en fonction des niveaux de connaissance supposés tant au niveau du processus général de la construction européenne qu’à celui des décisions arrêtées. Le journaliste se place dans la position du pédagogue qui doit trouver une manière adéquate pour retenir l’attention et pour fournir les éléments de savoir nécessaires à la compréhension de la situation. Pour y réussir, il reprend les techniques pédagogiques éprouvées. Les résumés, les reprises synthétiques ou les mises en valeur appuyées sont autant de moyens retenus pour construire un discours qui vise à l’efficacité. Le magazine répond ainsi aux attentes de connaissance du public qui a choisi de le regarder. Ce n’est qu’à cette condition qu’il peut ensuite y avoir échange et débat à propos du problème évoqué. Relativement à cette fonction première du traitement journalistique, le traité de Maastricht constitue un cas de figure particulièrement intéressant. Le travail d’information est d’autant plus exigeant que le savoir préalable du public est considéré comme fragmentaire, approximatif ou même carrément inexistant. Chaque magazine est ainsi élaboré à partir d’une stratégie de mise à niveau des connaissances conforme aux caractéristiques socio-culturelles de son auditoire habituel.

3 Une fois ce socle informatif assuré, le journaliste peut ouvrir le volet argumentatif de son émission. Les données informatives sont fournies pour mémoire. Rappelées plutôt que présentées, elles sont livrées pour être discutées. Elles s’intégrent alors à un dispositif qui donne au magazine les caractéristiques d’un espace public de discussion. La tendance est d’autant plus marquée que le thème traité fait l’objet de prises de position différenciées. La période qui encadre la signature du traité de Maastricht représente dans cette perspective un moment particulier. La télévision est appelée à tenir un rôle central dans la mise en forme du débat public en l’absence d’autres lieux où la confrontation d’idées serait organisée. Les partis politiques et les syndicats ne constituent plus en effet les structures de masse reconnues pour s’informer et se faire une opinion. Lieu de remplacement, la télévision impose des conditions nouvelles. Sur les chaînes généralistes, l’extrême hétérogénéité du public avec des exigences et des convictions contrastées oblige les concepteurs d’émission à faire le plus souvent des choix médians afin de ne pas heurter leur auditoire. Parfois seulement, une option plus tranchée est prise. Motivée par une finalité culturelle, elle s’affiche en résistance aux manières de faire sur les chaînes commerciales. Traduction du refus de soumettre l’information aux règles dominantes de la grille des programmes, elle affirme une spécificité propice à la confrontation des opinions. Le temps de présentation des idées et le temps des échanges n’est pas compté : il est même garant de la crédibilité de l’émission. Cependant, dans la majorité des cas, le magazine obéit à une autre conception. Par crainte d’ennuyer en faisant sérieux, il s’appuie sur des effets de mise en scène et sur des procédés d’accroche. Ce n’est donc pas un des moindres paradoxes de la situation que de voir l’information abordée avec des présupposés restrictifs quant à la disponibilité du public.

4 Les variantes télévisuelles proposées à l’occasion du traité de Maastricht n’en constituent pas moins une tribune publique représentative de la vie démocratique à l’échelon national. L’objet de cette étude est de rendre compte des manières différentes de sa mise en place, de son organisation et des modes de participation proposés aux acteurs sociaux. Par les controverses qu’elle suscite et par l’enjeu qu’elle représente pour l’avenir du pays, l’étape de Maastricht agit comme un opérateur puissant. Si le traité implique des changements majeurs et préfigure d’une certaine manière une redéfinition de nombreux secteurs de la vie courante, l’appréciation de ses effets à terme reste difficile à effectuer. C’est donc au niveau de ses conséquences qu’il est le plus discuté en sachant que le statut social de ses partisans ou de ses détracteurs est inégal. La représentativité des uns et des autres à l’antenne est donc centrale pour que le débat reflète une variété de points de vue significative. Ce premier aspect de la construction médiatique est à envisager à travers les dispositifs mis en place dans chacune des émissions. La sélection des participants, la place qui leur est attribuée et les possibilités plus ou moins grandes qu’ils ont de s’exprimer sont autant d’indicateurs. La nature du débat dépend en effet de ces choix premiers qui orientent l’échange et permettent de respecter la pluralité des positions. Ce point est central si l’on considère que les opposants au traité de Maastricht n’appartiennent pas à des couches sociales qui accèdent facilement aux médias. La mise en place d’un espace de discussion publique n’a d’intérêt que si la confrontation des idées s’effectue en présence de représentants des deux camps. Il importe également que les cadres d’interaction verbale définis par le journaliste ou par le présentateur soient équilibrés pour donner la possibilité à chacun de défendre son point de vue. Les conditions ainsi rappelées procèdent sans doute plus de l’idéal que de la réalité, tant l’inégalité des places au sein de la société se traduit aussi dans les possibilités de s’exprimer sur la scène publique.

5 Le débat autour du traité de Maastricht est marqué au départ par ces caractéristiques générales plutôt limitatives. Mais, le fait qu’un vote populaire soit prévu pour la ratification finale oblige à une plus grande prise en compte de la pluralité des points de vue. L’échange contradictoire devient la modalité quasi obligée de l’émission. Le repérage des arguments mis en avant, leur lien avec les clauses immédiates du traité ou avec ses conséquences pour l’avenir forme la matrice de l’étude sur ce moment privilégié d’argumentation politique.

6Le corpus analysé comprend une sélection d’émissions représentative des magazines politiques sur les chaînes nationales. Trois d’entre elles ont été retenues : Les Absents ont toujours tort (La 5, 9 décembre 1991), La Marche du siècle (FR3, 27 mai 1992), Le Rendez-vous de l’Europe, (TF1, 3 septembre 1992). Elles ont plusieurs caractéristiques communes. Toutes programmées en première partie de soirée, elles visent le grand public. D’une durée longue, elles constituent un moment fort d’information politique proposé par un journaliste-animateur très connu (Guillaume Durand et Jean-Marie Cavada). Conçues pour éclairer une problématique, elles présentent également des différences majeures. Elles se déroulent chacune à un moment charnière de la période. La première et la troisième suivent l’actualité, successivement à la veille de la signature du traité par les chefs d’État et de gouvernement et au début de la campagne référendaire, la seconde restant en dehors du déroulement événementiel. Elles portent également la marque d’un style bien typé, repérable dans le comportement de l’animateur. D’un côté, un bateleur prêt à assurer le spectacle, de l’autre un journaliste volontiers pédagogue. Ainsi, se présentent les variantes d’un espace de discussion collective construit par nécessité, au moment déterminant d’un choix politique national.

La construction du cadre argumentatif

Les titres

7Le titre d’une émission est toujours intéressant à considérer. Élément d’accroche à la lecture des programmes, il donne un aperçu évocateur du registre voulu par le concepteur. L’influence dominante du style commercial qui prévaut dans les jeux ou les divertissements de la télévision commerciale est d’emblée déterminante. Elle pousse à rechercher un mode d’adresse immédiat calqué sur des formules de la langue parlée au quotidien. En animateur chevronné, Guillaume Durand use de cette technique pour rendre son magazine alléchant.

8« Faut-il avoir peur de l’Europe ? », titre retenu pour le numéro spécial des Absents ont toujours tort interpelle doublement le public avec une question formulée de manière dramatisée. La manière de faire est habile car l’emprunt aux pratiques énonciatives propres au registre commercial renvoie d’une certaine manière au scepticisme connu d’une partie importante de la population. Il reste que l’application par trop voyante d’un savoir-faire issu de genres fondamentalement éloignés de la sphère informative peut laisser sceptique quant aux principes fondateurs de l’émission. On est en droit en effet de se questionner sur l’ordre des priorités voulues entre ce qui relève du spectacle et ce qui participe de l’élucidation des problèmes soulevés. En réaction sans doute à ce choix, Jean-Marie Cavada adopte le registre délibérément pédagogique.

9« La France et l’Europe » renvoie en effet obstensiblement à la forme d’énoncé courante dans l’univers scientifique. L’important dans cette perspective n’est plus d’attirer mais bien plutôt de garantir le sérieux du contenu présenté. La platitude apparente de la structure avec deux syntagmes nominaux reliés par une conjonction de coordination constitue une option forte. Elle permet d’ouvrir un espace de discussion sans céder aux préjugés ambiants et laisse augurer une construction solide de l’émission.

10On voit donc que la formulation des titres participe à la définition du contrat entre le journaliste et son public. Elle oriente la manière d’écouter, elle détermine les attentes possibles et elle indique les effets recherchés. Il reste alors à suivre le cheminement annoncé.

La sélection des participants

11Elle s’opère au sein des grandes classes d’acteurs sociaux selon un découpage qui reflète la stratification de la société.

Les hommes politiques

12Les invitations pour participer à des émissions de télévision se font sur la base de règles implicites reprises d’une chaîne à l’autre. Dans le cas des magazines politiques, quelques figures nationales de la vie politique se partagent les temps d’antenne, invités au statut assuré. Souvent retenus par référence à leur fonction officielle, ils gardent le privilège acquis au-delà du temps d’occupation de leur charge. Leur compétence dans un domaine semble naturellement les désigner pour les faire témoigner à partir de leur expérience et mettre en perspective les problèmes du moment à la lumière de contextes différents. Cette tendance se manifeste pleinement à l’occasion de la couverture du traité de Maastricht par les chaînes de télévision nationales. Chacun des trois magazines constituant le corpus étudié met en avant un responsable politique de premier plan. Valéry Giscard d’Estaing et François Mitterrand s’imposent à l’évidence par l’ardeur de leur conviction européenne et par sa traduction dans la politique suivie sous leur présidence. Sollicités comme grands témoins, ils sont présents pour convaincre et défendre une cause qu’ils considèrent comme d’intérêt national. Jean-François Deniau, au statut officiel moins prestigieux, est appelé à jouer le même rôle sur la base da sa compétence en politique étrangère et aussi de sa hauteur de vue qui l’empêche d’être suspect de défendre une position partisane. Chaque magazine s’articule autour des propos et des arguments d’un personnage central considéré comme un sage que l’on consulte. Cette manière de construire le débat n’est évidemment pas neutre. Elle traduit l’engagement pro-européen de la majorité des journalistes. La procédure retenue est habile car la stature politique des invités les rend quasiment incontournables.

13Avec les autres politiciens conviés, il en va autrement. Pour participer au débat public et faire émerger les points de vue contraires, de nombreux noms auraient pu être avancés. Ceux qui ont été sélectionnés l’ont été sur la base de leur capacité à exprimer des positions tranchées. On le constate particulièrement avec les opposants au traité. Ainsi en est-il avec Marie-France Garaud, défenseur acharné de la souveraineté nationale quand elle discute les arguments pro-fédéralistes de Jean-François Deniau. De même, Max Gallo rappelle avec insistance la dimension sociale de la construction européenne et demande à Valéry Giscard d’Estaing de modérer son plaidoyer en faveur de l’Europe telle qu’elle est en train de se construire.

14Après les sages, après les partisans au verbe haut, viennent ensuite les hommes politiques au profil plus indifférencié. Membres de la majorité ou membres de l’opposition, ils sont conviés pour faire masse dans les magazines à large participation. Seul « Faut-il avoir peur de l’Europe ? » retient cette option sensée ouvrir plus largement le débat. Les deux autres magazines s’en tiennent à la formule restreinte autour des deux figures principales décrites précédemment.

Les experts

15La place des experts au sein de la sphère politique prend une importance proportionnelle à la complexité et à la technicité des problèmes traités. Il n’est pas en effet de décision qui ne soit préparée par une étude de dossiers et par des projections relatives à ses effets prévisibles. Justifiée dans une perspective technique, cette procédure est souvent décriée. En cas de mauvais résultats ou de décision impopulaire, l’expert concentre les critiques au point d’apparaître comme le technocrate froid et peu compétent. Cette perception populaire à connotation négative se manifeste fortement à l’occasion de la signature du traité de Maastricht. Ses effets se retrouvent jusque dans la conception du dispositif des magazines politiques. La présence ou l’absence de l’expert sur le plateau traduit le positionnement du présentateur. En choisissant de l’écarter, Guillaume Durand choisit de réduire le processus politique à sa partie visible. Le temps relativement réduit accordé à chacun des politiciens invités va dans le même sens d’une parole plus assertive que démonstrative. L’énoncé d’une position se suffit à elle-même. Les professionnels de la politique sont engagés à reprendre les pratiques de discussion les plus courantes dans la vie ordinaire. Il en résulte une multiplicité de prises de parole, un surgissement désordonné et de fréquents enchevêtrements qui ne sont pas considérés comme gênes à l’échange mais plutôt comme signes de vitalité. L’option inverse est retenue par Jean-Marie Cavada. Désireux de faire comprendre, ce dernier ne considère pas la parole d’un seul type d’acteur comme se suffisant à elle-même. Si la définition d’une politique est d’ordre procédural, le magazine ne doit pas faire l’impasse sur les chaînons du raisonnement. Pour cette raison, on retrouve parmi ses invités deux experts représentatifs d’une dimension de la problématique de la construction européenne. Ainsi, les épineuses questions juridiques sont évoquées par Laurent Cohen-Tanugi, un avocat international et auteur d’un ouvrage récent sur l’Europe alors que l’aspect monétaire du traité justifie la présence du gouverneur de la Banque de France, Jacques Delarosière. La présence de ces deux experts de haut niveau a valeur de garantie car même s’ils ne prennent pas la parole, ils sont là en position de veille. Tout autre est le troisième cas de figure défini dans Le Rendez-vous de l’Europe. De nature intermédiaire, il met en scène une forme d’expertise courante à la télévision quand elle traite de politique. La séquence la plus représentative de cette tendance voit François Mitterrand soumis aux questions de trois journalistes parisiens. Le choix de Serge July, de Jean d’Ormesson et de Gérard Careyrou reflète l’importance prise par le commentaire dans le traitement de l’information. L’expertise se confond alors avec la parole de l’éditorialiste ou du directeur de l’information : à la connaissance technique se substitue la position hiérarchique.

Les représentants de la société civile

16La tradition remonte aux années 1980. Les magazines politiques ou économiques sont alors conçus comme des shows qui justifient la présence de personnages connus et charismatiques. Dans cet esprit, l’émission Ça nous intéresse monsieur le Président, hormis le duo François Mitterrand-Yves Mourousi, présente une panoplie impressionnante de vedettes. Tous les secteurs d’activité semblent avoir délégué leurs meilleurs représentants. Le sport est associé à l’univers culturel ou au monde des affaires pour donner une image incitative de la réussite sociale. Au moment où la capacité gestionnaire des hommes politiques commence à être fortement mise en doute, le recours aux personnalités les plus reconnues dans l’activité sociale, économique ou culturelle a valeur substitutive. La tendance s’harmonise bien avec les règles de la télévision à grande audience. La célébrité reste en effet une des conditions majoritairement privilégiée pour avoir accès au plateau de télévision. Guillaume Durand adopte ce principe pour lancer les invitations à son magazine Les Absents ont toujours tort. Au premier cercle des représentants de la sphère politique, s’ajoute un deuxième cercle composé de personnages connus pour leur réussite professionnelle. Hétéroclite, ce regroupement de circonstance trouve sa justification dans l’attrait qu’il est sensé produire pour un public populaire. L’animateur choisit ses invités au sein de professions prestigieuses et à la mode. Daniel Herrero pour le rugby, Karl Lagerfeld pour la haute couture ou, moins connus, les deux représentants du monde de la gastronomie sont plus présents comme figures emblématiques de la réussite que pour leur compétence en politique internationale. Caractéristique du modèle impositif de l’échange social, cette conception traduit le peu d’importance accordée dans le magazine à la construction de l’argumentation et à la rigueur des échanges entre les participants. Il n’est pas étonnant de constater que l’option inverse est retenue par Jean-Marie Cavada dans « La France et l’Europe ». La sélection des invités s’inscrivant dans une logique qui privilégie la compétence, le choix ne peut s’opérer que parmi les spécialistes reconnus du domaine traité. Deux principes s’opposent donc avec dans le premier cas, la mise en avant de la célébrité et, dans l’autre, la maîtrise d’un savoir spécialisé.

La parole ordinaire

17La télévision privée et son régime commercial a pour effet de rendre le public ordinaire plus présent à l’écran. Plusieurs genres ont ainsi été développés sur la base d’une participation populaire accrue. La multiplication des jeux, des reality shows et des talk shows depuis le milieu des années 1980 correspond à une nouvelle forme de l’expression télévisuelle. Miroir des aspirations ou des préoccupations les plus quotidiennes, elle met en scène une partie de la réalité telle qu’elle est vécue par la majorité des gens. Vouloir gagner, souhaiter se dépasser dans des circonstances exceptionnelles ou désirer partager ses expériences de vie constituent quelques-unes des aspirations les plus courantes. À la recherche de l’audience maximum, les concepteurs de la télévision commerciale se les approprient pour en faire le ressort d’émissions à succès. Plus forte qu’avant, la présence du public ne se manifeste que dans un espace contraint défini par le rôle à tenir pour garantir le succès.

18Cette caractéristique se retrouve également dans les émissions politiques. La participation des acteurs sociaux et leur niveau de représentativité dépendent des objectifs fixés. Les magazines sur le traité de Maastricht constituent à cet égard trois cas bien différents. Dans « Faut-il avoir peur de l’Europe ? », le nombre de participants est important mais la sélection effectuée reste limitative quant à la représentativité des catégories sociales et à la pluralité des points de vue. Le principe spectatoriel qui préside à la conception de l’émission pousse à privilégier les effets de mise en scène. Le rôle du décor devient ainsi déterminant. La copie du Parlement anglais joue en trompe-l’œil au point que le débat d’idées perd de son importance face à la figuration symbolique qui est proposée. La sélection des invités n’a pas de raison de se faire sur une base ouverte à la diversité, elle se contente de faire figurer les acteurs déjà les plus présents sur la scène publique. Les représentants de la classe politique ou les personnalités à grande visibilité sociale sont rassemblés, acteurs attendus d’un spectacle pour grand public. Dans ce cadre, la présence de personnages ordinaires ne résulte pas d’une nécessité. Peu connus, ils sont relégués au rang d’acteurs secondaires et peu habitués à prendre la parole en public, ils sont hors situation, dans un lieu où l’éloquence est reine. Si certains d’entre eux sont néanmoins présents, ils sont là comme éléments de décor pour faire masse et non pour exprimer une position.

19Avec le Rendez-vous de l’Europe, la conception est très différente. Pensé pour permettre la confrontation du président de la République avec un échantillon varié d’acteurs sociaux, le magazine fait une ouverture incontestable à la parole ordinaire. Quatorze Français anonymes sont ainsi regroupés pour poser les premières questions d’une émission annoncée comme interactive. Présentée en début de soirée, à l’heure de la plus grande écoute, la parole de ces représentants de Français inconnus a un statut inhabituel qui peut paraître privilégié. Rares en effet sont les occasions à la télévision française, où des gens ordinaires apparaissent en position d’acteurs centraux au sein des débats politiques. Leur mode de sélection devient de ce fait intéressant à interroger. Inspiré par les méthodes de la psychosociologie, il est présenté comme un panel représentatif de la société française. La variété des professions, de l’artisan, au commerçant et du fonctionnaire à l’étudiant, donne les apparences d’un choix à spectre large. Il en va de même pour les opinions politiques, les représentants des grands partis politiques sont présents avec le RPR, l’UDF, le PS et les écologistes. Pour autant, il est difficile de considérer la méthode retenue comme une ouverture à une réelle représentativité sociale. Relevant par obligation du registre qualitatif, elle ne répond pas aux exigences statistiques à l’œuvre dans les sondages d’opinion. L’oubli de certains partis politiques comme le PC ou les Verts et les distorsions propres à la manière dont les personnes sélectionnées se présentent (aucune d’entre elles, par exemple, ne s’affiche ouvertement Front national) accentuent les limites d’une réelle représentativité. Enfin, les critères retenus au cours des différentes étapes d’une sélection, qui regroupe dans un premier temps trois cents personnes et aboutit finalement au choix de quatorze participants, sont déterminés pour partie par des contraintes spécifiques du médium. Avoir « gardé les personnes qui ont les meilleures capacités d’expression et de dialogue », comme l’affirmera plus tard le producteur de l’émission, traduit l’importance accordée au savoir paraître, principale caractéristique de la conception spectatorielle de la télévision. La soumission à cette logique restreint la portée de l’ouverture à la parole ordinaire : l’affichage de participants inconnus semble être l’objectif recherché. Leur présence, pour inhabituelle qu’elle soit, est trop fortement encadrée pour marquer une étape significative dans la redéfinition de l’espace public télévisuel, élargi à l’ensemble des acteurs sociaux. L’échange argumentatif à la télévision est régi par les règles coutumières de la vie politique : l’interactivité proposée reste un simulacre de dialogue démocratique, la mise en scène assurant d’emblée une distribution des rôles fortement hiérarchisée.

20Le choix opéré par Jean-Marie Cavada est encore différent. En ne réunissant sur le plateau que des représentants de la classe politique et du domaine de l’expertise, le journaliste privilégie une conception apparemment plus limitative. Désireux d’approfondir les problèmes, il sélectionne ses participants sur la base de leurs connaissances reconnues ou supposées. L’objectif pédagogique s’inscrit donc en faux contre une participation égalitaire illusoire. Il en résulte que l’espace du débat est compartimenté en plusieurs niveaux. La présence en studio ne définit plus la seule modalité de figuration des acteurs. Les propos échangés en direct prennent appui régulièrement sur ce qui est dit dans les reportages. La parole ordinaire, tenue dans un premier temps hors du plateau, est ensuite introduite. Les témoignages et les opinions exprimés dans les sujets sont présentés comme échantillons de données sociales qui restent à interpréter. Inspirée par une conception stratifiée de la société, cette pratique a le mérite de ne pas céder aux faux-semblants d’interactivité mis à la mode dans la télévision commerciale. Elle reflète néanmoins la manière toute française de débattre et de délibérer collectivement. Réservée à une élite restreinte, la décision résulte du regard porté sur une réalité réifiée. Ainsi, le dispositif du magazine politique n’innove pas. Marqué par les effets du champ, il en reproduit les principales caractéristiques. L’importance de la présence des gens ordinaires s’avère restreinte dans chacun des trois cas étudiés. Le rôle de figurants, d’acteurs sous contrôle ou de sujets de qui l’on parle ne donne pas une grande portée à la parole ordinaire dans le débat public.

Les formes de l’argumentation

Les règles d’interaction

21L’argumentation menée au sein des échanges sociaux est largement conditionnée par la position symbolique des acteurs.

22Loin d’y apporter correction, la télévision généraliste à audience nationale joue le registre de l’accentuation : les places attribuées reproduisent de manière simplifiée mais systématique la stratification de la société. La probabilité d’être invité sur un plateau est proportionnelle au prestige d’un poste, d’une activité ou d’une mode. Pour une période donnée, cette forme de catégorisation aboutit à produire quelques idéaux-types qui deviennent les référents de l’espace public télévisuel. Il n’est donc pas étonnant de retrouver les mêmes figures de représentation des acteurs sociaux lors du débat public concernant la ratification populaire du traité de Maastricht. Du côté noble, la parole autorisée du sage, du politique, de l’expert et du grand professionnel, de l’autre côté, la parole contrôlée de l’homme ordinaire.

23La partition observable au niveau des places trouve son prolongement dans l’inégalité des protocoles donnant droit à la parole. Sans entrer dans les détails d’une étude quantitative, il est néanmoins possible de mettre en évidence quelques facteurs discriminants.

Les modalités d’attribution de la parole

24Le droit de parler reconnu à un participant dépend largement de la définition de son statut par le journaliste. Si l’appartenance à la classe politique semble légitimer la prise de parole, la situation est bien différente pour les autres catégories d’acteurs. Les conditions d’expression réservées aux gens ordinaires sont plus souvent inspirées par une volonté de limitation. D’un magazine à l’autre, les formes les plus courantes de cette tendance sont déclinées. Limitée à une peau de chagrin en fin de parcours, introduite de manière indirecte dans un reportage ou allouée au moment choisi par le journaliste, la parole de l’homme ordinaire n’est pas l’objet de beaucoup de considération et semble plutôt être redoutée. Surprenante au premier abord pour définir un espace public de discussion collective, cette manière de procéder renvoie aux limites réelles des pratiques démocratiques.

Les temps de parole

25Les trois magazines ayant recours à un invité spécial, il n’est pas étonnant que la parole de chacun d’entre eux soit privilégiée. Appelés à parler les premiers pour exprimer une position de référence, Jean-François Deniau, Valéry Giscard d’Estaing et François Mitterrand se doivent à la fois de répondre aux questions qui leur sont posées et de se positionner par rapport aux autres intervenants. Personnages-pivots du dispositif, ils bénéficient d’un régime d’exception qui justifie l’abondance de leur parole par la légitimité reconnue de leur propos. Si les autres intervenants se partagent le volume de temps restant, ils ne le font pas de manière égale. Le politique dispose de manière flagrante d’un temps supérieur à celui accordé aux autres acteurs sociaux. Le dispositif mis en place dans le Rendez-vous de l’Europe en apporte la preuve mathématique. Face à François Mitterrand, ce sont successivement quatorze citoyens ordinaires puis trois journalistes et enfin le seul Philippe Séguin qui ont la possibilité de faire entendre leur voix. Plus poussé dans « Faut-il avoir peur de l’Europe ? » le déséquilibre est dénoncé par Karl Lagerfeld. Dès qu’il en a l’occasion, il s’indigne : « Le monde politique a parlé plus que les autres parce que les autres n’ont pas la possibilité de parler. » La dénonciation n’est pas qu’un mouvement d’humeur, elle exprime une réalité structurelle fondée sur une discrimination évidente de plus en plus mal perçue par la population.

Le droit de suite

26Reconnaissance du droit pour un locuteur à reprendre la parole, il participe à la définition de la qualité de l’interaction verbale. Son usage plus ou moins marqué dans les pratiques d’interviews et d’entretiens permet de distinguer entre différentes formes de journalisme. On se souvient ainsi des rencontres déférentes de Michel Droit avec le général de Gaulle. Le peu de consistance des questions posées et leur énoncé unique masquaient à peine une parole conçue comme faire-valoir de la pensée gaullienne. Cette manière de faire n’est plus envisageable actuellement. Influencés par le modèle américain, les journalistes se doivent au contraire de donner des signes d’indépendance par rapport aux hommes politiques qu’ils interrogent. La pratique systématique du droit de suite apparaît aujourd’hui comme un des fondements de l’investigation journalistique. Dans les échanges sociaux, la découverte et le partage du sens procèdent d’une élaboration progressive. Les non-dits, les implicites ou les présupposés sont si constitutifs de la parole humaine que l’échange ne peut se présenter sous forme linéaire. Les interruptions, les formulations répétées, les demandes de précision ne constituent pas des moments perdus : elles constituent au contraire une forme de régulation face à l’opacité des discours et à la complexité des interactions.

27Importante comme pratique d’investigation journalistique, la prise de parole avec droit de suite relève d’une nécessité dans les débats d’idées. Il semblerait inconcevable qu’un représentant de parti politique ou qu’un expert n’en fasse pas usage pour présenter une position ou pour marquer un désaccord. La présence de Marie-France Garaud ou de Max Gallo dans deux des magazines consacrés au traité de Maastricht se justifie en partie par leur ténacité dans les discussions. Mais, cette forme de reconnaissance n’est pas accordée à tous les participants. La parole des gens ordinaires, déjà limitée dans le temps, est aussi dépendante de la sollicitation du journaliste. Dans le Rendez-vous de l’Europe, chaque membre du panel constitué pour interroger le président de la République ne peut parler qu’au moment où on l’autorise à le faire. Sa participation se réduit donc à la formulation d’une question d’ailleurs préalablement répétée avec le journaliste. Allouée, la parole ordinaire n’est pas réellement intégrée à l’échange. Dans l’impossibilité de formuler une réaction et encore moins d’exprimer une différence, le représentant des gens anonymes en est réduit à une figuration sur commande. Dans une période où l’interactivité est à la mode, on peut se questionner sur les raisons d’une telle limitation. Devenue nécessaire, la présence de l’homme ordinaire est d’autant plus contrôlée qu’elle est vécue comme une ouverture à l’imprévisible.

Les éléments de proxémique

28L’inégalité dans la manière de traiter les participants se traduit également au niveau du décor et du mobilier. Elle atteint même son degré maximum. L’exemple du troisième magazine étudié, le Rendez-vous de l’Europe, en donne des indices qui frisent la caricature. Le cadre retenu pour présenter chacune des trois séquences de l’émission reflète en lui-même la stratification sociale et le statut différent reconnu à chaque catégorie de participants. Venu pour expliquer, le président de la République exerce son magistère dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne restauré pour la circonstance tandis que ses interlocuteurs sont regroupés en demi-cercle au bas de l’estrade où il a pris place. La résurgence de la symbolique scolaire la plus traditionnelle ne laisse pas de doute sur la différence de statut. Le décor participe ainsi de manière décisive au cadrage de l’interaction tout au long du magazine. Dans la deuxième séquence, la reprise en copie conforme du décor des émissions culturelles de Bernard Pivot annonce la tonalité feutrée des échanges entre personnes de bonne compagnie bien calées dans leur fauteuil, alors que le débat final avec Philippe Séguin se déroule en face à face, à position égale, de part et d’autre d’une table. Porteurs d’un sens qu’ils affichent en continu, les éléments de proxémique projettent de manière emblématique les règles de chaque interaction.

29L’échange argumentatif est largement déterminé par les conditions de sa réalisation. Argumenter ne peut avoir le même sens pour tous les acteurs sociaux dès lors qu’il existe de grandes disparités pour accéder à une place reconnue dans l’espace public télévisuel. La compréhension des règles d’accès et de ce qu’elles renvoient sur le fonctionnement de la société et de la réalité démocratique permet de porter un regard en perspective sur l’argumentation.

Les classes d’arguments

30Dans la mesure où leur formulation est personnalisée, les arguments ne bénéficient pas d’une attention équivalente. Objets d’un classement de valeur, ils sont plus ou moins valorisés dans le dispositif de présentation. La composition des magazines autour d’un personnage central confère à ses arguments un caractère de quasi-incontestabilité. Convoqué comme sage, il prend de la distance par rapport à l’événement traité pour mieux en justifier l’intérêt.

L’argument historique

31Pour répondre à Jean-Marie Cavada qui lui demande quelle est « la nature profonde de son engagement européen », Valéry Giscard d’Estaing fait appel à trois souvenirs personnels. Très pédagogue, il fait surgir les moments forts de la construction européenne pour en montrer le côté bénéfique. À l’évocation de l’Allemagne en 1945, pays défait, isolé et en état de ruines, répond en contrepoint l’espoir communautaire de 1957, avec la signature du traité de Rome. Le flash final sur les obsèques de Jean Monnet en présence de plusieurs dirigeants européens confère à cette fresque rapide une valeur démonstrative : à la haine et à l’affrontement succèdent la volonté commune et l’union. La référence au passé renvoie à la question centrale de la coexistence entre les peuples. Loin d’être naturelle, elle ne peut s’établir que par une veille continue. La situation de paix présente ne saurait faire oublier les enseignements de l’histoire. Si les pays européens se sont souvent fait la guerre, le risque est toujours latent. Pour ne pas l’oublier, le rappel en préambule de toute réflexion sur l’Europe, comme le fait également Jean-François Deniau dans « Faut-il avoir peur de l’Europe ? », relève de la plus élémentaire sagesse. Incontestable parce que fondé sur une réalité attestée, l’argument scelle le fondement d’une conviction qui demande ensuite à être justifiée sur des terrains plus proches du vécu quotidien.

Les arguments économiques

32Envisagé dans un raisonnement général hors de tout secteur d’activité, le principe de l’union est reconnu comme bénéfique pour l’économie. Résumé par la projection optimiste de Valéry Giscard d’Estaing : « Je suis convaincu que l’avenir de la France sera meilleur si nous construisons l’union européenne », ce sentiment est partagé par l’ensemble des acteurs sociaux. Il s’appuie sur une vision réaliste de l’état du monde. S’il est vrai, comme chacun peut s’en rendre compte, que l’économie mondiale se développe dans la concurrence entre de grands blocs régionaux, la création d’un ensemble européen est une nécessité vitale. Le sondage de la Marche du siècle atteste l’adhésion populaire à ce processus, au nom de la recherche de l’égalité avec les États-Unis et le Japon. François Mitterrand intègre le raisonnement dans un argumentaire hiérarchisé. Les réticences qui peuvent se manifester à d’autres niveaux sont de peu d’importance dès lors que la « force de l’union » est une garantie de sécurité. « Maastricht protège l’Europe contre son propre développement », dit-il lors du mini-débat du Rendez-vous de l’Europe.

33Mais cet accord de principe ne résiste pas à l’examen d’éléments de réalité plus concrets. Porte-parole des partisans du non au référendum, Philippe Séguin sonne la charge en affirmant son opposition à la création de la monnaie unique, une des clauses essentielles du traité de Maastricht. Son refus est intéressant en terme d’argumentation car il renvoie à une interrogation qui soumet la perspective économique à une approche politique. Sa préférence pour une monnaie commune plutôt que pour la monnaie unique met en regard deux conceptions politiques. L’une qui défend le principe de l’État national, l’autre qui renvoie à l’idée de fédération. Centrale, cette opposition constitue un des points nodaux du débat national. L’insistance de Philippe Séguin ou de Marie-France Garaud à rappeler les deux termes de l’alternative tient au fait que les thuriféraires de Maastricht, largement majoritaires dans la classe politique et dans les médias, la passerait volontiers sous silence. Cette divergence d’ordre politique trouve son prolongement au plan idéologique. La formule de Max Gallo : « Oui à l’Europe citoyenne et non à l’Europe des marchands » résume un sentiment partagé au niveau populaire. La logique libérale qui préside à la construction de l’entité économique européenne est en effet ressentie comme potentiellement dangereuse dans ses effets. Les questions des membres du panel regroupé pour interroger François Mitterrand développent largement cette préoccupation. Le fonctionnaire perçoit bien, par exemple, le risque de remise en cause de la notion de service public au nom de la réduction du déficit de l’État, condition nécessaire au passage à la monnaie unique. L’agriculteur s’émeut de son côté des conséquences de la politique agricole commune qui limite la production, développe la jachère et distribue des aides compensatoires. Avec colère, il exprime le désespoir de celui qui croit venue la mort du monde rural. Comme l’étudiant au chômage qui dénonce le manque de perspective sociale dans une Europe entièrement dominée par le marché.

34Essentielles pour la définition de l’avenir et ressenties dès maintenant dans la vie quotidienne, ces questions ont une place limitée dans le débat. Le manque d’ouverture de l’espace public télévisuel et les inégalités dans les modalités de participation font que la vision optimiste prédomine de manière artificielle, au risque de paraître peu crédible tant elle s’écarte de la réalité.

Les arguments politiques

35Le premier d’entre eux a déjà été évoqué, il porte sur la place de l’État national dans le processus de construction communautaire. Si les deux termes de l’alternative sont faciles à repérer, l’énoncé de chacun d’entre eux ne se fait pas dans des conditions équivalentes. Il faut compter sur la ténacité de Philippe Séguin, de Max Gallo ou de Marie-France Garaud pour faire entendre la justification du point de vue nationaliste. Oublié ou repris dans une formulation qui lui fait perdre son sens, à la manière d’André Lamassoure lorsqu’il parle « d’une grande Europe des nations selon un fédéralisme décentralisé », l’argument se voit minoré et déconsidéré a priori.

36La dénonciation du « déficit démocratique » dans le processus en cours fait l’objet d’une attention plus partagée. Mis en avant comme argument fort pour appeler à voter non au référendum, il est repris par certains des pro-européens. Jean-François Deniau le fait avec conviction quand au cours de la discussion, il lâche cette exclamation : « Ce qui manque c’est pas les Institutions, c’est les citoyens. » Ce point de débat est essentiel car il rejoint le sentiment de nombreux acteurs sociaux convaincus de la soumission des politiques au raisonnement et aux recommandations de leurs experts. Pour trouver place dans l’argumentaire de la campagne référendaire, il sera associé à la stigmatisation des « technocrates de Bruxelles », désignation plus ciblée et plus parlante. Il est essentiel également car il vise aussi directement la manière de faire la construction européenne. Depuis les origines, la procédure adoptée est fondée sur le volontarisme politique. Les choix opérés le sont sur la base d’orientations décidées en petit comité en l’absence de toute sollicitation de la population. Pendant longtemps la procédure a été acceptée. L’efficacité de résultats immédiatement perceptibles en période de reconstruction de l’économie, les effets longtemps souterrains de la redéfinition globale de l’organisation politique, administrative et économique pour les États ont permis qu’il en soit ainsi. Aveuglés par ce long silence des populations, les dirigeants politiques ont cru pouvoir perpétuer la même démarche.

37Le dispositif du débat public devrait faire une place égale à l’énoncé des positions contraires. Il devrait aussi permettre de restituer le cheminement du raisonnement qui les justifie. Ces deux conditions, essentielles pour la délibération et le choix démocratique, ne semblent pas avoir toujours été permises à la télévision nationale dans la période qui encadre la signature du traité de Maastricht. Amplifiée sans doute par la position majoritairement pro-européenne des journalistes de télévision et des responsables politiques, une telle limitation renvoie à une réalité structurelle de la société française : l’exigence démocratique reste bridée par les effets de la stratification sociale.

Auteur

Professeur des universités, École Normale Supérieure de Fontenay/Saint-Cloud.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search