Version classiqueVersion mobile

Langage et pouvoir en interaction

Le chant des signes

Joël Dragutin

Texte intégral

Un cauchemar tragi-comique et euphorique

1« Un cauchemar, une réunion fantasmatique, une représentation surréaliste du pouvoir, comique et pathétique où la pathologie des dirigeants de notre société remplace progressivement la stratégie.

2La parole joue un rôle dominant, parole codée par le rôle social qui fonctionne dans une mise en abîme infinie et sporadiquement fracturée par des pulsions inconscientes, archaïques...

3Durant le déroulement de la pièce, l’idée de disparition progressive de l’humanité, de disparition de l’espèce fera son chemin. »

Les personnages

4« Ce sont des personnages du pouvoir, ils ont conscience de chercher, de gérer, d’inventer, de bâtir la société de demain.

5Ils fonctionnent au prestige, au sentiment de puissance, de reconnaissance...

6Ils fuient, ne maîtrisent plus ou à l’inverse codifient beaucoup leur relation au privé ; ils sont contraints à la représentation permanente, leur espace privé devient de plus en plus rétréci et leur fait peur.

7Ils sont angoissés lorqu’il s’agit de raisonner en termes de travail : leur travail est rarement visible.

8Ils refusent d’être de simples gestionnaires de la cité, ils seront stars, bâtisseurs, artistes, prophètes, guides... »

Une métaphore du pouvoir

9« La réunion est une métaphore du pouvoir dans nos sociétés occidentales. Le rituel de la réunion joue un rôle sécurisant. La mécanique de la réunion fonctionne d’autant mieux qu’elle se rattache de moins en moins à la réalité : qu’elle se perd dans le délire de son propre fonctionnement.

10Toute incursion du réel dans le processus mis en scène sera perçue et vécue comme élément inadapté, inopérant, manipulateur, démagogique, régressif, archaïque, fantasmatique, illusoire voire détracteur, destructeur, dangereux, porteur de mort. »

La fatalité de Midas et la langue de bois, mais...

11... le cadre de la convention théâtrale, l’un des derniers lieux où parler du réel à partir d’un ailleurs, l’un des derniers espaces de résistance au miroir du miroir, dernière station avant l’Enfer du Même...

Le Langage

12Si la langue de bois des pays de l’Est, fabriquée pour dissimuler des dictatures tyranniques falsificatrices d’histoire à partir d’un projet de société énoncé comme authentique, généreux, révolutionnaire, a été repérée, identifiée et circonscrite relativement rapidement, puisque schématique, outrancière, manichéenne, figée dans la répétition de slogans féériques, et devenue finalement agonisante, la langue du pouvoir dans les pays de l’Ouest qui se fonde sur un projet de société énoncé comme libéral sans précisions, est, elle, plus pernicieuse parce que plurielle, fluide, disposant de grandes capacités d’adaptation, tel un virus qui s’accoutume à tous les antibiotiques qu’on lui oppose successivement, ce qui la rend difficilement localisable, évaluable, et donc identifiable, d’autant qu’elle peut se travestir elle-même en remède à des langues de bois (le parler vrai, le parler chiffres, le parler cru...), et contaminer, voire se nourrir de ses propres détracteurs autant que de ses concepteurs.

13Sa force réside surtout dans sa capacité de récupération, de dissimulation ou de confusion des valeurs, des langages, des cultures.

14Elle n’a jamais peur des mots.

Le Dispositif du délire

15La pièce, met en scène un dispositif de pouvoir, dans lequel chacun joue un personnage convaincu de détenir la réalité d’un monde maîtrisé, dans une sorte de concurrence sauvage plus ou moins avouée avec les autres protagonistes producteurs d’autres discours globalisants.

16Ils sont conditionnés par la logique de la publicité, par des procédés spectaculaires, et la valeur de leur image se mesure presqu’exclusivement à l’aune des sondages permanents et obligatoires qui révèlent bien l’illusion démocratique de nos sociétés occidentales.

17Les personnages modifient essentiellement le spectacle de la modification, ce qui engendre cependant des mutations profondes, fondamentales, les plus souvent immaîtrisées, et qui vont à l’encontre des objectifs d’une démocratie.

Le Vardos

18Un processus de confusion contagieux du signe et du sens, le VARDOS : Vitesse, Amplification, Réduction, Détournement, Occultation, Superposition.

Le Syndrome de la Vache Qui-Rit : La virtualité aux commandes

19L’ensemble de notre société vit un délire angoissant qui ne trouve que des remèdes illusoires l’amenant le plus souvent à la consommation féérique d’illusions, de solutions, elles-mêmes génératrices d’un délire schizophrénique plus accentué...

S’agit-il :
d’une réalité ?
d’une illusion ?
d’un projet ?
d’une réalité en projet ?
d’une réalité illusoire ?
d’un projet devenu réalité ?
d’un projet illusoire ?
d’un projet d’illusion devenu réalité ?
d’une réalité devenue illusion ?
d’une illusion devenue réalité ?
d’une illusion de projet ?
d’un projet de projet ?
.........
.........

20Il y a urgence : Mortagne ne peut plus être seulement une vague espérance !

21Faire voir que le spectacle de la société n’est pas la société, que notre société devient peu à peu la Société Anonyme de Production d’une immense série de spots publicitaires, qui revêtent divers aspects renouvelables et adaptables à l’infini, pour un produit de consommation massive qui serait la Société elle-même dans toutes ses composantes et dans sa globalité...

22Tragi-comédie pour langue de bois et moral d’acier

23Question : Faire d’une langue de bois l’objet d’un spectacle ne va pas de soi. Quels ont été les problèmes et choix de mise en scène ?

24Ces langues de bois, car elles sont plurielles, ne sont pas destinées à priori au théâtre, elles vont même à l’encontre du théâtre. Il m’a donc fallu, après un travail de documentation et d’analyse considérable, procéder à une réécriture qui prenne en compte leur spécificité musicale, rythmique, réthorique, et dégager les éléments linguistiques signifiants dans une perspective théâtrale. La principale difficulté dans l’écriture puis la mise en scène a été la réintroduction du conflit essentiel à toute mise en théâtre (la vie et la mort, dieu et les hommes, la haine et l’amour, la civilisation et la barbarie...) Or ces langues et ces personnages sont avant tout consensuels, les protagonistes sont enfermés dans la répétition, la récurrence éternelle, le refus de la différence pourtant inlassablement revendiquée, « l’enfer du même » dirait Baudrillard, ce qui va à l’encontre de toute théâtralité élémentaire.

25Ce que nous avons découvert avec les acteurs au cours des répétitions, c’est que le conflit était en eux, il s’installe au coeur de leur propre schizophrénie (lutte pathético-comique entre le signe et le sens) que l’on retrouve entre ce que dit la parole et ce que dit le corps, et dans la mise en abîme permanente et vertigineuse de leur propre discours ; ces naufragés du discours sont en lutte contre leur propre mort, leur disparition cosmique, le spectateur étant censé comprendre/ressentir ce que les personnages ne comprennent pas/ plus, d’où il ressort une certaine tendresse plus qu’une dénonciation didactique et manichéenne.

26Ce guide de conversation est à votre disposition pour singer les personnes légèrement atteintes d’ivresse verbale et leur renvoyer une caricature grinçante. A vous de doser la pertinence de l’impertinence. Bien entendu, il s’agit d’en faire un usage homéopathique, le but étant de prévenir le mal en stimulant les défenses immunitaires du groupe.

Table des illustrations

Titre TABLEAU
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/19318/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 51k

Auteur

Auteur, metteur en scène (Théâtre 95, Cergy pontoise)

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search