Version classiqueVersion mobile

Langage et pouvoir en interaction

Le nom « des femmes » : identité symbolique de la maison d’édition « des femmes »

Dominique Jouve

Résumé

La naissance des éditions « des femmes » en 1973 est liée à un projet militant dans l’esprit du mouvement de libération des femmes. Cependant l’identité symbolique de l’entreprise éditoriale telle qu’elle apparaît dans les catalogues et les livrets de présentation annuels évolue assez nettement pendant les décennies 1970-1990. La revendication anti-hiérarchique symbolisée par le partitif qui donne leur nom aux éditions « des femmes » laisse progressivement place à la reconnaissance de l’action inspiratrice d’Antoinette Fouque, à travers l’apparition du nom propre. Le changement du logo témoigne également du changement d’accent : plus que la revendication d’égalité, c’est l’aspiration identitaire qui est priviligiée.

Texte intégral

  • 1 Les citations et renseignements donnés proviennent d’une part d’une cassette audio des éditions « d (...)

1La création de la maison d’édition « des femmes » est liée aux mouvements de femmes dans les années 68-70 et plus précisément au Mouvement de Libération des Femmes. Auparavant existent des groupes, mouvements, organismes se consacrant à la défense et à la revendication des droits des femmes, mais leur audience reste limitée. L’impulsion décisive est donnée par la mouvance des mouvements étudiants et ouvriers des années 68 et suivantes. Lorsque se crée le M.L.F., c’est à l’initiative d’intellectuelles : Antoinette Fouque cite, outre elle-même, Monique Wittig, écrivain déjà publié aux éditions de Minuit, et Josiane Chanel. Antoinette Fouque travaillait à cette époque avec François Wahl aux éditions du Seuil et avait entamé une thèse avec Roland Barthes sur la notion d’avant-garde littéraire. En 1968, elle fait partie du comité d’action culturelle à la Sorbonne, avec Monique Wittig, Bulle Ogier, André Téchiné, Danielle Delorme, Marguerite Duras... etc, et pense qu’il est nécessaire de créer un « terrain libre où poser nos propres questions afin d’éviter d’être asservies ou exclues »1.

2De fait, de nombreuses femmes du M.L.F. seront des militantes de partis politiques ou de syndicats, qui ont le sentiment que leur propre parti ou syndicat ne leur laisse pas assez la parole, avec un fort contingent de femmes trotskistes.

3La maison d’édition « des femmes » est issue du travail et des réflexions développées d’une part dans un groupe « psychanalyse et politique », dont on retrouve le nom dans les textes de présentation du catalogue de « des femmes », et qui apparaît publiquement le 30 mars 1970, d’autre part dans le séminaire tenu à partir d’octobre 1970 à Vincennes sous la direction d’Antoinette Fouque. Bien qu’on ne puisse assimiler groupe, séminaire et maison d’édition, les liens entre ces trois instances semblent forts, même si l’on tient compte du fait que ce ne sont pas toujours les mêmes personnes qui y participent. Déjà apparaît une petite activité éditoriale, à périodicité irrégulière : Le Torchon brûle naît en 1970 ; plus tard, il y aura Le Quotidien des femmes (1974 – 1976), Des femmes en mouvements (Décembre 1977 – Janvier 1979), des femmes hebdo à partir d’octobre 1979. Mais le projet d’une maison d’édition se fait jour en octobre 1972, dans Le Torchon brûle.

4Les lignes de force du projet tiennent en trois points : il s’agit d’éditer et de diffuser des livres de qualité à bas prix, dans le but de refléter toutes les démarches de lutte, individuelle et collective, dans tous les domaines, quelles qu’en soient les formes ; le fonctionnement collectif est assuré par des femmes. La maison d’édition voit le jour en 1973, et trois livres paraissent et sont présentés à la presse en 1974. Jusqu’en 1979, les livres sont proposés, en vente directe, sans frais de port, par correspondance ; ensuite, la maison d’édition passera des accords de diffusion. Ainsi cette entreprise éditoriale est liée à un groupe centré autour de la personne d’Antoinette Fouque et de son séminaire de Vincennes. L’édition n’est pas la seule activité, car le groupe a aussi créé des librairies, une à Paris, une à Lyon, une à Marseille ; depuis 1980, la librairie parisienne est aussi une galerie. La décennie 70 – 80 se marque donc par des réalisations nombreuses, témoignage de l’intensité d’actions militantes.

5Dans un premier temps, les buts assignés à l’entreprise éditoriale semblent très conformes à l’esprit des années 68 : derrière l’idée d’éditer « des livres de qualité à bas prix », on discerne l’analyse selon laquelle « ils » allèrent les masses avec de mauvais livres, les seuls qui soient financièrement accessibles au plus grand nombre. Si l’on offre des livres de qualité à bas prix, « les masses » vont s’en saisir pour se libérer ... comme si le seul obstacle à la « vraie » culture était le prix du livre. On voit qu’avec les meilleures intentions, la démarche reste un brin condescendante. Cependant cette remarque ne tient pas compte du fait (non chiffré à notre connaissance) que les années 70 ont vu s’accroître considérablement le nombre des lecteurs et lectrices. Cette étude a pour but de confronter cette idéologie de départ avec l’évolution de l’identité symbolique de la maison d’édition, telle qu’elle apparaît dans les catalogues généraux et livrets de présentation annuels des nouveautés.

6Le catalogue de 1979 représente le premier bilan de l’activité de cinq années ; le catalogue de 1982 n’a jamais été diffusé mais pour cette raison il est d’autant plus intéressant de l’envisager dans sa différence avec les livrets annuels, qui représentent à ma connaissance le seul document de l’évolution de la maison d’édition dans sa représentation symbolique.

7Le catalogue de 1979 a pour illustration de couverture une gravure du XIXè siècle représentant une troupe de femmes en marche, brandissant des armes et des drapeaux. L’allusion à la Commune de Paris semble assez nette. C’est l’image de femmes du peuple, jeunes et vieilles, luttant pour leurs droits et pour la révolution sociale, descendant dans la rue. Elles dérogent à la réserve, à la soumission, à la passivité qui sont les vertus cardinales de leur sexe pour entrer en Sujets dans l’Histoire. Le choix de cette gravure est bien dans le goût du gauchisme des années 70, qui veut se rattacher aux révoltes et révolutions du passé pour se légitimer en proclamant une ou des origines. C’est sur l’aspect le plus actif du mouvement des femmes que cette image insiste : agir pour ses droits, en agissant se transformer. Ainsi se trouvent unies les deux grandes tendances du M.L.F. : la tendance revendicatrice (manifestes, manifestations, actions pour imposer des changements) et la tendance indentitaire : c’est dans la lutte que les femmes se trouvent autres que modelées par les désirs des hommes.

8On retrouve bien sûr cette double orientation dans les titres publiés : de nombreux essais sont consacrés aux « femmes en lutte dans tous les pays », repris en collection de poche. Cette conception systématiquement internationale des luttes (dimension non lisible immédiatement sur la page de couverture) est tout à fait conforme à l’idéologie de Marx, commune donc à tous les partis de la gauche marxisante française. L’attention aux histoires des femmes de toutes origines sociales est perceptible dans les fonds d’édition sous la forme des autobiographies et histoires individuelles de femmes en lutte ou en mouvement. On n’insistera pas sur la présence attendue de figures exemplaires de la lutte des femmes : Louise Michel, Flora Tristan, Suzanne Voilquin. Par extension, la présence de textes théoriques des féministes américaines paraît en conformité avec cette identité symbolique.

9La troupe des femmes représentée sur la gravure ne semble pas organisée sous la direction d’un ou d’une « chef ». L’orientation anti-hiérarchique est confirmée par l’absence d’opposition typographique entre majuscules et minuscules. Le nom de la maison d’édition est en italiques minuscules, et le reste en 1991. Ceci indique la volonté de partage sans hiérarchie culturelle, intellectuelle, sociale., etc, au coeur des mouvements de femmes dans les années 70. C’est aussi une trace de l’idéalisme du projet, reconnu par Antoinette Fouque dans l’entretien donnée au Débat : « Je voulais partager avec n’importe quelle femme qui venait au Mouvement, comme je le faisais avec les femmes de ma famille et en particulier avec ma mère, et trouver une langue commune, sans me plier aux stéréotypes des classes et des idéaux universitaires. Mais l’enfer est pavé de bonnes intentions... »

10L’étude des textes de présentation confirme cette orientation anti-hiérarchique. Dans le catalogue de 1979, à aucun moment la maison d’édition n’apparaît sous une autre désignation qu’un pluriel, sans nom propre (pages 2,5,10...). Même pluriel anonyme dans une conférence de presse d’avril 1974 à l’occasion de la sortie des premiers livres. En revanche, dans le catalogue de 1982 (non diffusé), le seul nom d’Antoinette Fouque est cité, une seule fois, mais dans la toute première phrase :

11Le Mouvement de Libération des Femmes, crée en octobre 1968 par Antoinette Fouque, est à l’initiative d’une lutte et d’une pratique spécifique et massive (...) alors que la formulation de 1979 s’établissait ainsi :

12Dans le Mouvement de Libération des Femmes, le collectif « politique et psychanalyse » est à l’initiative d’une lutte et d’une pratique spécifique et massive (...)

13Il est juste de dire que dans l’entretien donné au Débat Antoinette Fouque a modifié cette présentation. D’ailleurs une lecture attentive des textes présentant « des femmes » dans le catalogue de 1979 voit se dessiner un espace complexe, où sont reliés le M.L.F., le groupe « Psychanalyse et politique », et la maison d’édition, mais dans une certaine mouvance : il y a là un cercle assez large dans lequel sont débattues les idées avancées lors du séminaire de Vincennes, ou dans le groupe « Psychanalyse et politique ». En revanche le M.L.F. dans ses tendances plus féministes (c’est-à-dire revendicatrices) est mois présent.

14L’apparition du nom d’Antoinette Fouque comme éditrice, responsable, animatrice, me semble capital comme signe de l’évolution de l’identité de la maison d’édition. Après 1982, les catalogues annuels que j’ai pu consulter abandonnent le logo du M.L.F. : le poing fermé dans le symbole féminin. Le logo de la maison d’édition devient les lettres minuscules df dans le symbole féminin.

15En 1986 apparaît la notation discrète « création, direction : Antoinette Fouque ». En 1988, la page de titre se modifie : une photographie d’A. Fouque est encadrée au premier quart de la page par :

          Antoinette Fouque          propose
suivi de CATALOGUE 1988
puis le nouveau logo
et enfin :
          des femmes
          Antoinette Fouque
          éditrice

16Cette maquette va être à peu près conservée, après suppression des redondances. Il est tout à fait passionnant de voir ainsi le nom propre faire retour dans une maison d’édition au départ farouchement collective. Ce mouvement n’est pas unique ; Kunstmann à Munich a vu à peu près à la même date son nom modifié pour qu’apparaisse le nom de la directrice. Il ne semble pas totalement arbitraire de considérer que cette modification de l’identité symbolique d’entreprises éditoriales des femmes est étroitement liée au mouvement historique de recul des idéologies collectivistes depuis les années 80. De plus le rôle dirigeant des individus, manifesté par la présence de leur nom, est à mettre en rapport avec l’histoire interne des maisons d’édition.

17En effet, Antoinette Fouque a mis beaucoup de son énergie, à partir de 1980, dans un projet qui lui tenait à coeur : le lancement d’une collection de livres cassettes qui a connu un grand succès. C’est sur la couverture des catalogues de cette collection que nous voyons apparaître le nom propre pour la première fois (celui que j’ai en mains est de 1985). Il faut reconnaître que si l’édition des livres semble marquer le pas, ce sont les cassettes qui prennent un peu le relais. Ainsi, le nom propre est-il le témoignage d’un investissement personnel intense, et j’imagine sans peine que le groupe de travail qui a accompagné la réflexion d’Antoinette Fouque lui a fait ainsi le « cadeau » de sa reconnaissance pour son rôle moteur.

18Mais on lit assez nettement l’emprise de l’histoire sur l’entreprise éditoriale à l’intérieur même des textes de présentation : dans le catalogue de 1979, le mot de « lutte », au singulier et au pluriel, est partout : trois fois page 2, puis pages 4, 9, 10, six fois page 12, omniprésent jusqu’en 1975 ; ensuite, sa fréquence baisse. Je l’ai compté 18 fois de 1972 à 1975, seulement 10 fois ensuite. Le relais semble pris à partir de 1976 par le terme de « mouvement », d’où la dimension marxisante est exclue, et en 1990, A. Fouque propose le terme d’alliance. On peut suggérer à titre d’hypothèse, qu’après 1974 et le vote de la loi VEIL sur la dépénalisation de l’avortement, il y a eu une baisse de mobilisation, et que peu à peu le mot de « lutte » n’a plus renvoyé à des expériences positives. C’est alors le versant identitaire des mouvements de femmes qui s’est imposé. En revanche est demeuré le terme « des femmes ». Que penser de ce des polyvalent ? Il semble annoncer ce dont s’occupe la maison d’édition : « au sujet des femmes ». Ce n’est en effet pas évident, car des éditeurs femmes éditent des textes d’hommes, et des livres portant sur toutes sortes de sujets. Plus profondément, ce sont bien sûr des femmes qui parlent des femmes, par opposition aux livres d’autres éditeurs, écrits par des femmes, « des femmes » donne la parole à des femmes, sans souci de promotion d’auteur, sans volonté de patronner la lutte des femmes (cf. le texte de la conférence de presse d’avril 1974). Quelles sont les « femmes » ici visées par cet article partitif ? Tout au long des catalogues, c’est ce seul mot de femmes qui revient, sans aucune exclusive d’âge, d’appartenance sociale, ethnique etc. La seule définition est donc celle du sexe. Cependant le pluriel est à prendre en considération, car des discussions très vives ont déchiré le M.L.F. quant au nom même du mouvement : le singulier « la femme » paraissait évidemment mystificateur dans sa référence à une nature donnée une fois pour toutes, à une essence de la féminité. A. Fouque raconte qu’elle a lutté contre l’appellation « mouvement féministe » : Il me semblait, peut-être à tort, qu’avec le mot femme nous avions des chances de nous adresser, sinon à toutes, du moins au plus grand nombre.

19Suivant la même analyse, elle a refusé de figurer dans une histoire du féminisme en France. Ainsi le pluriel « des femmes » reflète le souhait de s’adresser à toutes et le désir de ne pas se cantonner dans une revendication d’égalité qui pour elle reste sommaire. Le pari, lorsque la maison d’édition a été créée, c’est que les femmes en écrivant diraient quelque chose de la différence sexuelle, donc sur l’identité de l’homme et de la femme. Plus précisément, il y avait le désir que s’inscrive quelque chose de la relation entre la mère et la fille, et que se passe ce qui n’a jamais lieu lors d’une psychanalyse : un engendrement. Ces orientations nous ont été confirmées lors d’un entretien avec Jacqueline Sag, en des termes voisins de ceux d’A. Fouque dans son entrevue donnée au Débat. On voit donc tout ce que soustend ce terme à dessein ouvert de « des femmes » : l’affirmation de la force créatrice des femmes, dans la liberté. Mais ceci ne doit pas conduire à une identification de la maison d’édition avec le mouvement appelé « écriture féminine ». A. Fouque est très réservée à l’égard de cette traduction de l’anglais female writing car, dit-elle « en français, il y a plusieurs siècles que la femelle n’ est plus humaine ».

20Le caractère très ouvert du nom de la maison d’édition permet ainsi de couvrir à la fois des collections « utiles », qui donnent des outils de réflexion, dans le sens de la construction de l’identité (ainsi les ouvrages de psychanalyse) mais aussi des oeuvres littéraires, dont « des femmes » tentent d’éditer les textes complets : aussi bien pour les écrivains des siècles passés que pour les écrivains contemporains français et étrangers. Cette double orientation se confirme si l’on regarde les catalogues des principales maisons d’édition féministes allemandes.

21En conclusion, on soulignera que les catalogues de 1979 et de 1982 s’opposent encore sur le plan de la classification des textes édités. En 1979, ceux-ci sont regroupés sous trois rubriques : d’abord « essais, fictions, témoignages », ensuite « du côté des petites filles » enfin « poche ». En 1982, une classification plus ambitieuse, plus détaillée révèle l’ampleur et la diversité du travail éditorial, mais aussi un certain émiettement : les domaines d’activité ont été si riches, si divers, qu’il est impossible se saisir une unité, un ou plusieurs principes nets. Ce deuxième classement ne réussit pas vraiment à classer. Il semble que c’est à l’image d’un groupe qui a certainement beaucoup fait, beaucoup imaginé, beaucoup donné, mais qui ne sait plus très bien où il va. Le fait que ce catalogue n’ait pas été diffusé, donc que le groupe n’ait pas jugé qu’il donnait une image véridique de son identité, me paraît le symptôme d’un malaise. Cette analyse se conforte du fait que ce catalogue de 1982 ne comporte que très peu de textes théoriques sur la maison d’édition entre 1979 et 1982, qu’il n’y a pas de bilan ni de projet, qu’enfin il ne dit rien sur le groupe qui assure les activités d’édition. Mais tel qu’il est, il donne précisément un document intéressant sur une absence ou plutôt sur la perception d’un changement dans l’identité symbolique de cette maison d’édition. En effet, Antoinette Fouque exprime dans l’entretien avec le Débat ses doutes sur l’avenir de cette entreprise :

« Le bilan, je crois qu’il serait sage de le déposer... Depuis une dizaines d’années, les éditeurs ne sont plus à la fête... »

22Reste la question : qui pourra trouver son identité symbolique dans ce nom « des femmes » ? Y a-t-il encore une place dans notre monde pour « des femmes » ?

Notes

1 Les citations et renseignements donnés proviennent d’une part d’une cassette audio des éditions « des femmes » retranscrivant une émission de télévision consacrée au trajet d’Antoinette Fouque, d’autre part d’une entrevue avec A. Fouque donnée au Débat n° 59, 1990.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search