Version classiqueVersion mobile

Langage et pouvoir en interaction

Censure et autocensure en RDA : la littérature socialiste des années quatre-vingt face au pouvoir

A propos du discours prononcé par Christoph Hein en 1987 lors du dixième Congrès des Écrivains

Hélène Guibert-Yeche

Résumé

De tout temps la censure a fait partie intégrante du paysage littéraire de l’ancienne RDA. Conçue dès le départ comme un instrument au service de la politique culturelle dictée par le gouvernement, elle se définit rapidement comme le garant du rôle didactique d’éducation au socialisme assigné aux écrivains. Mais les autorités cherchent surtout à exercer une pression dissuasive en amont de la production littéraire : l’auto-censure apparaît comme le véritable objectif de cette logique de répression. Lors du Xème et dernier Congrès des Ecrivains de RDA, en novembre 1987, Christoph Hein a prononcé un discours véhément à l’encontre de cette pratique qu’il juge « dépassée, inutile, paradoxale, hostile à l’homme et au peuple, illégitime et criminelle ». Mais l’ambivalence de son attaque trahit la position toujours délicate de l’intellectuel socialiste face au pouvoir. Principalement dirigé contre la critique littéraire et la censure de la presse dans son pays, son discours ne remet pas en cause le système politique à l’origine de ces pratiques. Provocateur en apparence seulement, il prouve que les autorités de RDA n’ont jamais cessé de craindre le pouvoir des livres et témoigne de l’espoir, pour ces écrivains, de contribuer à l’avènement d’un socialisme à visage humain, espoir réduit à néant par l’évolution des événements de l’automne 1989.

Texte intégral

« Die Zensur ist überlebt, nutzlos, paradox, menschen- und volksfeindlich, ungesetzlich und strafbar ».
« La censure est dépassée, inutile, paradoxale, hostile à l’homme et au peuple, illégitime et criminelle »
Christoph Hein, 25.11.1987.

  • 1 Hein parle de procédure d’autorisation (Genehmigungsverfahren) et de surveillance du gouvernement ( (...)

1Défendre la liberté de parole au sein d’un régime dictatorial relève par définition de l’exploit. Les écrivains de l’ancienne RDA en ont fait l’expérience plus ou moins douloureuse quarante ans durant : la pratique de la censure représente sans conteste l’une des données fondamentales de la littérature de ce pays. Quels que soient le nom qu’on lui donne1 et les diverses formes sous lesquelles elle se manifeste, elle demeure jusqu’à la veille de la révolution pacifique de l’automne 1989 le principal moteur de la politique culturelle en l’Allemagne de l’Est.

  • 2 « Wenn man von der festen Position des Sozialismus ausgeht, kann es meines Erachtens auf dem Gebiet (...)
  • 3 La situation n’a d’ailleurs guère évolué entre l’affaire Biermann de 1976, qui a alerté et mobilisé (...)

2Pourtant le discours prononcé par Erich Honecker lors du huitième Congrès du Parti en 19712 laissait présager des jours meilleurs pour l’activité artistique en général : le successeur de Walter Ulbricht promettait d’abolir la notion de « sujet tabou » qui motivait jusqu’alors l’intervention péremptoire de fonctionnaires zélés. Mais la libéralisation amorcée au début de l’ère Honecker s’est rapidement transformée en une nouvelle phase de répression, dont l’apogée fut marquée par l’expulsion très controversée de l’écrivain-chansonnier Wolf Biermann, déchu de la nationalité est-allemande en 19763.

3En 1987, Christoph Hein n’a plus à craindre ce genre de représailles, non que la position du gouvernement envers les opposants au régime se soit radicalement modifiée : au contraire, malgré le mouvement de la « glasnost » lancé par Gorbatchev en URSS et l’indépendance progressive rendue aux différents pays de l’Est par le grand frère soviétique, les dirigeants de l’Allemagne socialiste se cramponnent avec plus de vigueur que jamais à leur protectionnisme légendaire en matière de littérature. Si un écrivain est-allemand, fer de lance de la littérature contemporaine de la RDA dans les années quatre-vingt, couronné par de nombreux prix littéraires tant à l’Est qu’à l’Ouest de l’Elbe et considéré aujourd’hui comme l’un des talents majeurs de la littérature de langue allemande, a pu, lors du dixième et dernier Congrès des Écrivains de la RDA en novembre 1987, prononcer un discours enflammé contre la pratique de la censure dans son pays, c’est tout simplement qu’il a su présenter cette dernière comme une déformation inhérente à la critique littéraire telle qu’elle était pratiquée en RDA, ne remettant ainsi aucunement en cause le système politique qui l’avait engendrée.

1. La censure : élément moteur de la politique culturelle de la RDA

  • 4 Cf. Discours de Hein : Rede auf dem X. SchriftstellerkongreB der DDR, in : Die fünfte Grundrechenar (...)

4Or c’est pourtant dans cette direction qu’il faut chercher l’origine d’une censure dont les effets dévastateurs sur l’ensemble de la littérature de la RDA ne sont plus à démontrer. Hein ne l’ignore d’ailleurs pas, lui qui commence son réquisitoire par ces mots : « Die Zensur ist überlebt. (...) Sie hâtte zusammen mit den Lebensmittelmarken Mitte der fünfziger Jahre verschwinden müssen, spâtestens im Februar 1956. »4.

  • 5 Cf. Günther Rüther, pp. 13-14.
  • 6 Cet office (Amt für Literatur und Verlagswesen) deviendra en 1952 le Ministère de la culture de la (...)

5Dès les premières années d’existence de la RDA, la censure était historiquement destinée à empêcher l’extension du chaos de l’après-guerre dans un pays où tout était à reconstruire, aussi bien les moyens de production, les routes et les habitations que les mentalités. On sait aujourd’hui de quelle manière les officiers préposés à la culture sous Staline ont pris très tôt contact avec les intellectuels allemands pour les convaincre de soutenir le « renouveau antifasciste et démocratique de l’Allemagne »5, et le rôle-clé joué à cette occasion par le futur ministre de la Culture, l’écrivain Johannes R. Becher. Lors du premier congrès sur la culture en mai 1948, le SED souligne le rôle social assigné à la culture et à l’art en général. L’artiste devient « Erzieher der Massen » (éducateur des masses populaire), « Lehrer des Volkes » (maître du peuple). La littérature est investie d’une mission : elle doit permettre l’avènement du « nouvel homme ». Sous la direction de Walter Ulbricht, la littérature devient en RDA l’instrument privilégié d’une politique d’éducation au socialisme. Les écrivains sont invités à jouer un rôle de premier plan dans la mise en place de la société socialiste et les instructions précises de la part des autorités constituent déjà une première forme de censure : en tête la doctrine du réalisme socialiste, prônant l’embellissement de la réalité par l’écrivain, la présentation de héros positifs, exemplaires, à la gloire du socialisme en marche, et même, de manière beaucoup plus pragmatique, l’incitation à l’augmentation de la productivité. Si les écrivains ont d’abord appliqué ces principes en toute confiance, persuadés de contribuer à l’avènement de jours meilleurs, l’euphorie fut de courte durée. Dès 1951, beaucoup prennent leurs distances par rapport à la théorie du réalisme socialiste, et Ulbricht doit franchir un pas supplémentaire : la création d’un « Office pour la littérature et l’édition »6 chargé de contrôler l’ensemble de la production artistique (livres, art, musique, revues...), ce qui revient à retirer toute initiative aussi bien aux auteurs qu’aux éditeurs. La censure devient alors, et pour longtemps, le garant de la politique culturelle du gouvernement de la RDA.

  • 7 Cf. Joachim Lehmann, p. 120.

6Or contrairement à ce que laisse entendre Hein, les choses ne vont pas subir de modification radicale au fil du temps : la doctrine du réalisme socialiste, inspirée des théories énoncées par le soviétique A. Jdanow en 1934, constituera jusqu’au bout le point d’ancrage de la politique culturelle du SED7, comme en témoignent les propos d’Honecker lors du onzième Congrès du Parti en avril 1986 :

  • 8 « Notre vie exige une littérature et un art socialiste et réaliste, caractérisés par la partialité, (...)

« Unser Leben verlangt eine sozialistisch-realistische Literatur und Kunst, die von Parteilichkeit, Volksverbundenheit und hohem sozialistischen Ideengehalt gekennzeichnet ist und den Werktätigen neue Anregungen für ihr Denken, Fühlen und Handeln vermittelt. In diesem Zusammenhang sei bekräftigt, daß Kunstwerke gebraucht werden, die den Sozialismus stärken, die Größe und Schönheit des oft unter Schwierigkeiten Erreichten bewußt machen... »8.

  • 9 Cf. Discours de Hein, p. 107. : « A l’époque la censure avait pour mission de rendre possible le tr (...)

7Il est donc surprenant que Hein ne tienne aucun compte, dans son raisonnement, de cette continuité manifeste de la politique culturelle est-allemande : dans une logique de développement du socialisme, le contrôle exercé par les autorités sur l’écrit a toujours été destiné à favoriser la mise en place d’une nouvelle forme de société. « Damais hatte die Zensur die Aufgabe, die Aufbauarbeit zu ermäglichen »9, commente Hein : or ce fut bien là son seul et unique but, et ce jusqu’à la dernière minute, les conditions de vie dans le cadre du socialisme existant réellement étant loin d’être satisfaisantes. Le gouvernement de la RDA n’avait pas le choix : même en 1989, il devait absolument poursuivre dans cette voie. C’est ce que Hein semble vouloir ignorer. En 1987, la pratique de la censure a effectivement fait son temps, mais pour une autre raison que celle qu’il allègue dans son discours et qu’un partisan du socialisme à visage humain a eu certainement du mal à admettre : la censure n’avait plus de raison d’être parce que le combat pour la mise en place d’une société socialiste vraiment égalitaire était perdu d’avance. Hein détourne donc en partie le problème politique qui est au coeur de cette pratique de la répression.

  • 10 Cf. Discours de Hein, p. 108. : « La censure est inutile car elle ne peut empêcher la littérature d (...)
  • 11 Cf. Dokumentation zu Nachdenken über Christa T. von Christa Wolf, Angela Drescher, 1991.
  • 12 Hein en réponse à Elmar Faber qui prétend que la critique en Allemagne de l’Est a cessé de passer s (...)
  • 13 Kurt Hager, membre du bureau politique du SED, a été chargé à partir de juillet 1971 de se démarque (...)
  • 14 A une époque où les moyens de communication audiovisuels l’emportent nettement sur l’écrit, l’achar (...)

8En revanche, il n’est pas sûr que la censure soit aussi inutile qu’il le déclare : « Die Zensur ist nutzlos, denn sie kann Literatur nicht verhindern, allenfalls ihre Verbreitung verzôgern ».10 Il est exact que tôt ou tard certains ouvrages d’abord censurés en raison de leur attitude critique par rapport à la société socialiste ont finalement obtenu une autorisation de publication : ce fut le cas pour la pièce de Volker Braun Die Kipper frappée d’interdiction pendant dix ans, ou encore pour le roman de Christa Wolf Nachdenken über Christa T 11ou celui d’Ulrich Plenzdorf Die neuen Leiden des jungen W, pour ne citer que les plus connus. Hein lui-même a fait l’expérience de cette censure : son roman Horns Ende a dû attendre un an et demi le feu vert des autorités et la critique, dans un premier temps, est restée muette, marquant ainsi sa désapprobation12. Il ne fait par ailleurs aucun doute que Honecker et son bras droit Hager13 ont tenté, dès leur arrivée au pouvoir, d’améliorer le climat intellectuel en RDA en repoussant les frontières du dicible. Mais il ne fallait pas se méprendre sur la signification de ces mesures à caractère ponctuel : jamais l’État n’a renoncé à la censure, il s’agissait plutôt de concessions bien calculées. Par ce contrôle permanent exercé sur l’écrit, les autorités tentent d’asseoir leur pouvoir14. En 1985, le roman de Volker Braun Hinze-Kunze-Roman finit par paraître après quatre années d’âpre discussion, accompagné d’un texte du critique Dieter Schlenstedt destiné d’une part à amadouer la censure, d’autre part à guider le lecteur dans sa lecture, la polysémie ayant remplacé, à la fin de l’ère Honecker, la clarté partisane des premières oeuvres littéraires du réalisme socialiste et les blancs du texte étant désormais considérés comme des contributions constructives à l’éducation des citoyens. Le gouvernement de RDA ne perdra jamais de vue le rôle didactique qu’il entend imposer, par la force s’il le faut, à sa littérature. Ce que Hein interprète comme un relâchement de la censure se révèle être le fruit d’un calcul politique de la part des autorités, ce qui explique comment des textes à teneur critique patente comme ceux de Jurek Becker, Günter de Bruyn, Heiner Müller, Christa Wolf et Hein lui-même ont pu, à un moment donné, passer la barrière de la censure, une censure qui produit et entretient ainsi l’illusion de ses apparentes faiblesses en laissant fonctionner de temps à autres quelques soupapes de sécurité.

  • 15 Cf. Discours de Hein, p. 108. « La censure est paradoxale car elle produit toujours le contraire de (...)
  • 16 Jurek Becker, l. Vorlesung, p. 16. « La littérature de RDA doit son influence en grande partie à l’ (...)
  • 17 Il est même arrivé dans la dernière décennie de la RDA que les autorités laissent paraître un ouvra (...)
  • 18 Cf. Hein : « Là où il est question du livre de RDA une seule question se pose : Est-ce que l’auteur (...)
  • 19 Cf. Entretien avec Catherine Sauvat, in : Libération, 20/21.06. 1987, p. 35.

9Cependant Hein ne se trompe pas lorsqu’il affirme le caractère paradoxal de cette pratique : « Die Zensur ist paradox, denn sie bewirkt stets das Gegenteil ihrer erklârten Absicht. »15 En effet, il suffit qu’un ouvrage tombe aux mains des censeurs et soit frappé d’interdit pour qu’il attire immédiatement l’attention du public. Jurek Becker voit même dans ce processus l’origine du succès de la littérature de RDA : « Die Literatur der DDR verdankt ihren EinfluB zum grôBten Teil der Existenz der Zensur. Was sich gegen die auflehnt, was sich gegen die durchsetzt, hat die Anziehungskraft des Unbeugsamen. »16 Le pouvoir de la censure sur le lecteur est donc beaucoup plus grand qu’on l’imagine et apparaît surtout à double tranchant. D’une part il ne faut pas oublier que, du fait de la censure sévère qui paralyse systématiquement les médias en RDA, la littérature est devenue au fil des années une source d’informations parallèles fiable : cette situation particulière du livre explique la ferveur peu commune des lecteurs dans ce pays. Mais cette tâche détourne souvent l’écrivain de son but initial et nuit au développement d’une littérature autonome. Hein réclame d’ailleurs qu’on décharge l’auteur de ce rôle de combattant politique privilégié. D’autre part, au lieu de disparaître ou de passer inaperçu, le livre qui fait l’objet de la censure devient au contraire, à tort ou à raison, un élément incontournable du paysage culturel est-allemand : les tirages, pourtant importants en RDA, sont souvent épuisés en un jour, et le fait qu’une deuxième édition ne soit pas autorisée ne contribue qu’à renforcer l’engouement créé autour de l’ouvrage visé17. En outre, une interdiction de publication en RDA a toujours eu valeur d’argument publicitaire de premier rang sur le marché de l’Ouest. Hein dénonce d’ailleurs avec vigueur et conviction le mode de réception dominant dans la critique ouest-allemande, qui tend à chercher systématiquement le « message idéologique » contenu dans le livre de RDA au détriment de sa qualité littéraire, celle-ci allant même souvent jusqu’à disparaître totalement18. J. Becker remarque que les autorités ont pris conscience du phénomène et qu’il était beaucoup plus difficile, ces derniers temps, de « jouir » de ce genre d’interdiction. Enfin, dans un entretien accordé à Libération en 1987, Hein explique que lorsqu’une interdiction arrive, cela signifie que le texte est important19. Autre aspect ambigu de cette épée de Damoclès moderne, la tension latente qui entoure la production d’un texte agit comme un stimulant, l’auteur se sentant en quelque sorte conforté dans ses positions lorsque tombe le couperet. Les conséquences de la censure sont donc sans conteste de nature paradoxale, mais sa fonction première de dissuasion ne s’est toutefois jamais démentie.

2. De la censure à l’autocensure : le véritable objectif de la logique de répression

  • 20 Cf. Discours de Hein, p. 108. « Notre pays a perdu dans les dix années passées beaucoup d’écrivains (...)
  • 21 Cf. Andrea Jäger, p. 144. « Déviation par rapport aux positions fondamentales socialistes communes. (...)
  • 22 Cf. Andrea Jäger, p. 148. « Les auteurs qui ont émigré et ceux qu’on a chassés ont vécu la séparati (...)
  • 23 Cf. Herbert Wiesner, p. 13. « Je remercie.... surtout les écrivains de l’ancienne RDA qui ont surmo (...)

10En effet, le résultat immédiat et le plus spectaculaire de la censure pratiquée en RDA à l’encontre des écrivains a été incontestablement la fuite de ces derniers à l’étranger, et ce souvent contre leur gré. Hein constate : « Unser Land hat in den letzten zehn Jahren viele Schriftsteller verloren, unersetzliche Leute. »20 Le seul délit commis par ces écrivains peut se résumer par cette formule en somme assez vague, avant tout destinée à tester l’engagement politique de l’auteur : « Abweichung von gemeinsamen sozialistischen Grundpositionen »21. Las de subir diverses pressions (interdiction de publier, interdiction d’écrire, surveillance rapprochée, incarcération, expulsion, exil forcé...), Jurek Becker, Sarah Kirsch, Günter Kunert et bien d’autres ont choisi de quitter un pays auquel ils étaient attachés mais qui ne leur reconnaissait pas le libre exercice du droit à la parole. Il n’est pas exagéré de parler à ce propos, comme le fait Andrea Jäger, d’actes de violence perpétrés par le pouvoir : « Die übergesiedelten und ausgewiesenen Autoren erlebten die Trennung von den Lesern als gewaltsamen Akt der Obrigkeit. »22 Dans un ouvrage récent consacré à la censure en RDA, Herbert Wiesner va même jusqu’à employer l’image du viol pour qualifier cette mise sous tutelle de l’écrivain par les autorités : « Mein Dank (...) gilt vor allem den Schriftstellem der gewesenen DDR, die ihre begreifliche Scheu überwunden haben, Zeugnis davon abzulegen, daB sie vergewaltigt worden sind » et il précise surtout : « Erzwungene KompromiBhaltungen stehen nicht im Widerspruch zum Begriff der Vergewaltigung »23.

  • 24 Cf. Jurek Becker, p. 17. « Tiens-toi tranquille ou il t’arrivera malheur. »
  • 25 Cf. Jurek Becker, p. 18. « Il (le censeur) censure moins dans l’optique d’obtenir certains effets q (...)
  • 26 Cf. Jurek Becker, p. 30. « Son action principale ne consiste pas à empêcher la parution de, disons, (...)

11L’écrivain de RDA a donc le choix entre deux extrêmes : être victime ou au contraire complice de la politique culturelle dictée par le gouvernement. J. Becker résume de manière assez familière la logique de la censure : « Gib Ruhe, oder dir passiert etwas. »24 La force de dissuasion qui est à la base de cette pratique a fait ses preuves. La véritable motivation du censeur peut se résumer comme suit : « Er zensiert weniger im Hinblick darauf, bestimmte Wirkungen zu erzielen – er will bestimmte Wirkungen verhindem. »25 Le but non déclaré de la censure en RDA est donc l’intimidation ; le pouvoir parvient ainsi à agir en amont de la production littéraire, au coeur même du cerveau de l’écrivain : « Ihre wichtigste Wirkung besteht nicht darin, daB im Jahr – sagen wir – vier Bûcher nicht erscheinen dürfen, sondern daB fünfzig Bûcher gar nicht erst geschrieben werden. »26 L’autocensure à laquelle tout auteur se livre plus ou moins consciemment résulte directement de ce calcul des autorités. Une « voix intérieure », une « paire de ciseaux dans la tête » (A. Jäger), retient l’écrivain d’aborder des thèmes trop hardis, l’incite à renoncer de lui-même à un paragraphe ambigu, prévenant ainsi des difficultés avec la censure. Telle attitude n’a rien de gratifiant pour l’écrivain et traduit surtout une grave atteinte à la liberté de création.

  • 27 Cf. Discours de Hein, pp. 108-109. « L’auteur qui ne réussit pas à faire abstraction dans son trava (...)
  • 28 Cf. Jurek Becker, p. 32 : « Es ist ja unmöglich, die Zensur zu ignorieren. »
  • 29 Cf. Documents du Bundesarchiv : Druckgenehmigungsakte zu Der fremde Freund, Blatt 10.
  • 30 Cf. Jurek Becker, p. 21 : « Der Platz zwischen den Zeilen hat für die DDR-Literatur größte Bedeutun (...)

12Hein pour sa part préconise d’éviter de penser à la censure pour ne pas la subir, pour ne pas tomber dans le piège de l’autocensure : « Der Autor, dem es nicht gelingt, aus seiner Arbeit die ihr folgende Zensur herauszuhalten, wird gegen seinen Willen und schon wahrend des Schreibens ihr Opfer : er wird Selbstzensur üben. »27 Mais l’entreprise ne semble pas aisée : tandis que nombre d’auteurs passés à l’Ouest estiment impossible d’ignorer la censure28, ceux qui sont restés tentent de s’arranger avec le diable. Hein a recours dans ses romans à une technique d’écriture particulière qui lui a permis de ne pas entrer trop violemment en conflit avec les autorités, moins directement en tout cas que dans son théâtre, presque constamment censuré. Il se définit en effet comme simple chroniqueur, soucieux de rendre compte d’événements ordinaires et prétend surtout ne pas en savoir plus que son lecteur, auquel il laisse toute latitude dans l’interprétation. La censure pouvait difficilement agir contre la réduction apparente du discours de l’auteur chez Hein. On lui a souvent reproché un manque de contrepoint, de dialectique dans la présentation de ses figures romanesques. On a également exigé de lui quelques modifications ponctuelles de lexique (le mot Spitzel/espion par exemple a dû disparaître de la nouvelle L’ami étranger, pour être remplacer par la périphrase beaucoup plus neutre : die Leute nachspionieren/espionner les gens)29 Mais ses romans n’ont pas subi en général de réelle transformation du fait de la volonté des censeurs. Il est évident que l’écriture entre les lignes, si importante pour la littérature de RDA30, n’est pas ignorée des censeurs : simplement, il leur est très difficile d’intervenir à ce niveau. La vive polémique provoquée par la nouvelle Der fremde Freund (C. Hein, Aufbau-Verlag, 1982) s’explique par la construction spécifique du texte, bâti sur un jeu de contrastes entre l’attitude du personnage principal et ses propos : Claudia, médecin de quarante ans dans un Berlin anonyme, affirme avec de plus en plus de vigueur au fil des chapitres que tout va bien pour elle, alors que son mal de vivre patent perce entre chaque ligne, dans un intertexte sous-jacent mais dont l’importance est capitale. L’intérêt de la nouvelle repose justement sur ce non-dit, sur les vides du texte. Nul doute que les censeurs ne se sont pas laissé abuser. Mais que pouvaient-ils reprocher à une héroïne en apparence si positive, dans la pure tradition du réalisme socialiste ?

13Si la pratique de la censure opère une sorte de mise sous tutelle de l’écrivain, elle produit un effet analogue sur le lecteur qui se voit privé de l’exercice de tout jugement personnel, dirigé dans ses lectures par une volonté politique. Par le biais du principe dialogique, Hein tente de rétablir ce dialogue vital pour l’écrivain avec le lecteur et de réhabiliter ce dernier en tant que co-créateur du texte. En cela, Hein agit en quelque sorte sur deux plans parallèles contre cette censure qu’il déclare à juste titre « menschenfeindlich, feindlich dem Autor, dem Leser, dem Verleger und selbst dem Zensor (...), volksfeindlich, ungesetzlich und strafbar ». Il dénonce par ces termes une pratique insultante pour l’être humain en général : pour l’écrivain, pour le lecteur, pour l’éditeur qui ne peut refuser un ouvrage de son plein gré, et pour le censeur lui-même, contraint d’obéir à des règles qui vont à l’encontre des principes artistiques et esthétiques fondamentaux, la valeur littéraire d’une oeuvre se mesurant au degré d’engagement de son auteur en faveur du régime. Marque par excellence de l’orgueil des fonctionnaires, la censure constitue selon Hein une insulte pour le peuple de la RDA. Par de tels propos contre une pratique de répression condamnée à l’unanimité, Christophe Hein fait certes preuve d’audace et de courage. Mais en soulignant pour terminer que la RDA nuit à sa réputation en interdisant des livres et en expulsant des écrivains peu dociles, il trahit une prise de position délicate : toute l’ambiguïté de son discours repose sur cette volonté de dénoncer une censure devenue anachronique et dangereuse pour la littérature de RDA tout en épargnant le régime socialiste auquel elle est pourtant intimement liée, participant de fait à la légitimation de ce régime.

  • 31 Cf. Joachim Lehmann, pp.125-126 : « Diejenigen, die nach dem Zusammenbruch des SED-Regimes das Utop (...)

14Comme tous ceux qui ont un jour choisi de rester « malgré tout » dans leur pays, Hein fait incontestablement figure de résistant de l’intérieur. L’ambivalence de son attaque trahit cependant la position de tout temps difficile de l’intellectuel socialiste face au pouvoir. Principalement dirigés contre la critique littéraire de la RDA, ses propos laissent entendre que le maintien au pouvoir du SED serait compatible avec un développement plus harmonieux de l’activité littéraire en RDA. Or il est évident que la pratique de la censure, et plus encore celle, quasi inconsciente, de l’autocensure, est demeurée jusqu’au bout le moyen pour l’État de préserver le système socialiste, un instrument de propagande contrôlé par la sécurité nationale, une manière efficace pour le pouvoir d’imposer son langage. La littérature socialiste des années quatre-vingt, à l’image de l’un de ses représentants les plus talentueux et les plus critiques à la fois, a cru sincèrement obtenir des autorités une certaine libéralisation, dans l’espoir de réaliser un jour l’utopie socialiste moderne. Rétrospectivement, on mesure la double erreur commise par ces écrivains est-allemands, véritables militants d’un socialisme égalitaire dans la dernière décennie de la RDA. Hein réclame l’abolition de la censure sans exiger la suppression du système qui l’a engendrée et dont elle garantit la survie. Provocateur mais en apparence seulement, son discours prouve que les autorités de RDA n’ont pas cessé de craindre le pouvoir des mots et des livres. Mais il reflète surtout l’expression d’une utopie réduite à néant par la tournure définitive prise par les événements de l’automne 1989. Le changement souhaité par les intellectuels de RDA ne se concevait pas en dehors des structures du socialisme et se retrouvait finalement en accord avec le discours officiel de la politique culturelle à la fin de l’ère Honecker, reconnaissant l’urgence de modifications à apporter à un système considéré malgré tout comme digne d’amélioration. Cet idéalisme31, caractéristique d’une littérature placée devant l’alternative du silence ou du compromis, reposait sur un malentendu douloureux à admettre pour des écrivains contestataires, persuadés de jouer un rôle social de premier plan à travers leur activité littéraire et certains d’être reconnus comme tels à la fois par le pouvoir et le peuple. Manipulés d’un côté à leur insu, trahis de l’autre, leur déception fut grande lorsque leurs concitoyens, entonnant le slogan ’Deutschland einig Vaterland’, se sont définitivement tournés vers la RFA, prouvant ainsi qu’ils ne partageaient aucunement ces utopies littéraires.

Bibliographie

Bibliographie (sélective)

Archives : Druckgenehmigungsakte zu Der fremde Freund, Horns Ende, Der Tangospieler. Bundesarchiv, Abteilungen Potsdam, DR1 : 2124, 2132, 2143.

Becker Jurek, Warnung vor dem Schriftsteller, Drei Vorlesungen in Frankfurt, SV 1601, 1990, pp. 9-33.

Hein Christoph, Diskussionsbeitrag auf dem X. Schriftstellerkongreß, in : C. Hein, Die fünfte Grundrechenart, Luchterhand, Frankfurt am Main, 1990, pp. 104-127.

Jäger Manfred, Kultur und Politik in der DDR – Ein historischer Abriß, Deutschland Archiv, Köln, 1982.

Jäger Andrea, Schriftsteller-Identität und Zensur (Über die Bedingungen des Schreibens im « realen Sozialismus »), text + Kritik, Munich, 1991, pp.137- 148.

Lehmann Joachim, Vom « gesunden Volksempfinden » zur Utopie (Literaturkritik der DDR im Spannungsfeld von Zensur und Literatur), text + kritik, Munich, 1991, pp. 117-126.

Rüther Günther, Zwischen Anpassung und Kritik (Literatur im real existierenden Sozialismus der DDR), Deutschland Report 7, Sept. 1989.

Wiesner Herbert, Zensur in der DDR (Ausstellungsbuch) : Zensiert Gefördert-Verhindert, Literaturhaus, Berlin, 1991.

Notes

1 Hein parle de procédure d’autorisation (Genehmigungsverfahren) et de surveillance du gouvernement (staatliche Aufsicht). Gunter de Bruyn, dans une intervention également très remarquée lors de ce dixième et dernier Congrès des Ecrivains de RDA, emploie le terme de pratique d’autorisation de publication (Druckgenehmigungspraxis) (cf. Herbert Wiesner, p. 32).

2 « Wenn man von der festen Position des Sozialismus ausgeht, kann es meines Erachtens auf dem Gebiet von Kunst und Literatur keine Tabus geben. » Erich Honecker, VIII. Parteitag 1971. Cf. Manfred Jäger, p. 136. Comme le fait remarquer Jäger dans son ouvrage sur la culture et la politique en RDA, l’expression « meines Erachtens » est plutôt ambiguë dans un tel contexte : Honecker parle-t-il en son nom propre, exprimant ainsi son opinion sur un sujet délicat, fait plutôt inhabituel pour un secrétaire général du Parti, ou bien veut-il signifier par là qu’il prend la responsabilité d’une décision que les autres membres du Comité Central n’ont pas voulu entériner ?

3 La situation n’a d’ailleurs guère évolué entre l’affaire Biermann de 1976, qui a alerté et mobilisé une grande partie des écrivains est-allemands, et les dernières années du régime Honecker : en 1988, dans le cadre d’une manifestation officielle en l’honneur de Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht, les perquisitions et les arrestations effectuées à Berlin-Est l’ont clairement rappelé à l’opinion publique. Les autorités ont profité de l’occasion pour expulser vers la RFA le chansonnier Stefan Krawczyk, figure marquante du mouvement pour le droit des citoyens et déjà frappé d’interdiction de se produire, même dans les églises, depuis 1986. Cf. Günther Rüther, pp. 57-58.

4 Cf. Discours de Hein : Rede auf dem X. SchriftstellerkongreB der DDR, in : Die fünfte Grundrechenart, Frankfurt a. M. (Luchterhand) 1990, p. 108. : « La censure est dépassée. (...) Elle aurait dû disparaître avec les tickets de rationnement au milieu des années cinquante, au plus tard en février 1956. »

5 Cf. Günther Rüther, pp. 13-14.

6 Cet office (Amt für Literatur und Verlagswesen) deviendra en 1952 le Ministère de la culture de la RDA dont Johannes R. Becher prendra la direction. A la même époque, on note la création de l’Institut pour la littérature ’Johannes R. Becher’ dont l’objectif est de favoriser la formation idéologique et artistique de l’écrivain. Cf. DDR-Handbuch, Köln, 1985, p. 655.

7 Cf. Joachim Lehmann, p. 120.

8 « Notre vie exige une littérature et un art socialiste et réaliste, caractérisés par la partialité, l’attachement au peuple et un fort contenu d’idées socialistes, et qui procurent aux travailleurs de nouvelles incitations à la réflexion, à la perception des choses et à l’action. Dans ce contexte réaffirmons que nous avons besoin d’oeuvres d’art qui fortifient le socialisme et font prendre conscience de la grandeur et de la beauté de ce qui a été atteint souvent avec difficulté. », in : Protokoll der Verhandlungen des XI. Parteitags der SED », Berlin RDA, 1986.

9 Cf. Discours de Hein, p. 107. : « A l’époque la censure avait pour mission de rendre possible le travail de reconstruction. »

10 Cf. Discours de Hein, p. 108. : « La censure est inutile car elle ne peut empêcher la littérature d’exister, elle peut tout au plus retarder sa diffusion. »

11 Cf. Dokumentation zu Nachdenken über Christa T. von Christa Wolf, Angela Drescher, 1991.

12 Hein en réponse à Elmar Faber qui prétend que la critique en Allemagne de l’Est a cessé de passer sous silence certains livres : « Das ist völlig richtig, denn wenn sie (die Kritik) früher etwas verschwiegen hat, heute übersieht sie gewisse Bûcher. Übersehen statt verschweigen, unsere Kritik entwickelt sich. », in : « Literatur und Publikum. Elmar Faber-Christoph Hein. Ein Briefwechsel », Sinn u. Form, 1988, H.3, pp.677- 678. L’humour grinçant de l’auteur rappelle le cas de son roman La fin de Horn dont la publication en RDA a longtemps été différée, et qui, lors de sa parution, a reçu un accueil extrêmement réservé à l’Est.

13 Kurt Hager, membre du bureau politique du SED, a été chargé à partir de juillet 1971 de se démarquer des principes du « Bitterfelder Weg » et de la théorie du réalisme socialiste pour favoriser le traitement de sujets du quotidien et de conflits sociaux.

14 A une époque où les moyens de communication audiovisuels l’emportent nettement sur l’écrit, l’acharnement avec lequel le gouvernement de RDA poursuit les écrivains est d’autant plus surprenant, et témoigne surtout d’un anachronisme indéniable.

15 Cf. Discours de Hein, p. 108. « La censure est paradoxale car elle produit toujours le contraire de son intention déclarée. »

16 Jurek Becker, l. Vorlesung, p. 16. « La littérature de RDA doit son influence en grande partie à l’existence de la censure. Ce qui se révolte contre elle, ce qui s’impose contre elle possède la force d’attraction de l’inflexible. »

17 Il est même arrivé dans la dernière décennie de la RDA que les autorités laissent paraître un ouvrage contesté, en l’occurrence le livre de Gorbatschow sur la pérestroïka, pour ensuite faire acheter la plupart des exemplaires de la première édition par la Stasi et ceux de la deuxième édition par des organismes gouvernementaux au niveau régional : de ce fait, seuls quelques rares exemplaires se sont retrouvés en vente libre, et ont naturellement disparu à leur tour très rapidement du fait de la disproportion entre l’offre et la demande. Voilà un procédé de censure plus discret mais redoutablement efficace.

18 Cf. Hein : « Là où il est question du livre de RDA une seule question se pose : Est-ce que l’auteur a du courage ? Jusqu’où va-t-il ? Le jugement d’ordre littéraire passe au second plan et va même souvent jusqu’à disparaître totalement. La réduction de la littérature à un "message » idéologique va très loin, et il me semble que, dans les trente dernières années, la réception de la littérature de RDA en RFA s’est faite quasi exclusivement d’après ce modèle. », in : « Entretien avec C. Hein », Jacqueline Grenz, Connaissance de la R.D.A., 1984, p. 116. Voir également l’entretien de février 1991 avec Klaus Hammer, « Dialog ist das Gegenteil von Belehren », pp. 17-18, in : Chronist ohne Botschaft, Aufbau-Verlag, 1992.

19 Cf. Entretien avec Catherine Sauvat, in : Libération, 20/21.06. 1987, p. 35.

20 Cf. Discours de Hein, p. 108. « Notre pays a perdu dans les dix années passées beaucoup d’écrivains, des gens irremplaçables. »

21 Cf. Andrea Jäger, p. 144. « Déviation par rapport aux positions fondamentales socialistes communes. »

22 Cf. Andrea Jäger, p. 148. « Les auteurs qui ont émigré et ceux qu’on a chassés ont vécu la séparation d’avec leurs lecteurs comme un acte de violence de la part des autorités. »

23 Cf. Herbert Wiesner, p. 13. « Je remercie.... surtout les écrivains de l’ancienne RDA qui ont surmonté leur crainte compréhensible de témoigner du fait qu’ils avaient été violés. »/ « Des attitudes de compromis arrachées sous la contrainte ne sont pas en contradiction avec le concept de viol. »

24 Cf. Jurek Becker, p. 17. « Tiens-toi tranquille ou il t’arrivera malheur. »

25 Cf. Jurek Becker, p. 18. « Il (le censeur) censure moins dans l’optique d’obtenir certains effets que par volonté d’empêcher ces effets. »

26 Cf. Jurek Becker, p. 30. « Son action principale ne consiste pas à empêcher la parution de, disons, quatre livres par an, mais à faire en sorte que cinquante livres ne soient même pas écrits. »

27 Cf. Discours de Hein, pp. 108-109. « L’auteur qui ne réussit pas à faire abstraction dans son travail de la censure qui le frappera en devient victime contre son gré dès la phase d’écriture : il pratiquera l’autocensure. »

28 Cf. Jurek Becker, p. 32 : « Es ist ja unmöglich, die Zensur zu ignorieren. »

29 Cf. Documents du Bundesarchiv : Druckgenehmigungsakte zu Der fremde Freund, Blatt 10.

30 Cf. Jurek Becker, p. 21 : « Der Platz zwischen den Zeilen hat für die DDR-Literatur größte Bedeutung. »

31 Cf. Joachim Lehmann, pp.125-126 : « Diejenigen, die nach dem Zusammenbruch des SED-Regimes das Utopische in der DDR-Literatur als Ursprung des politischen Widerstands gegen die SED-Diktatur deklarieren wollen, übersehen oder verdrängen, daß auch die kritischen Intellektuellen in der DDR bis zum Oktober 1989 auf die Einsicht der SED-Führung gehofft, aber nie deren Rücktritt und freie Wahlen gefordert hatten. » Lehmann précise même que c’est seulement le 24 octobre 1989 que Hein envisage, pour le cas où les représentants actuels du gouvernement ne parviendraient pas à faire l’unanimité, un changement radical à la tête du pays (documents in : Neue Deutsche Literatur, 1990, H.2).

Auteur

A.M.N, Université de Nançy.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search