Version classiqueVersion mobile

Langage et pouvoir en interaction

Le discours sur les femmes dans la jeune RDA : un instrument du pouvoir masculin

Corinne Bouillot

Résumé

Cet article se propose d’étudier les rapports entre les sexes sous l’angle du discours idéologique sur les femmes construit par les tenants du pouvoir pendant la période de gestation du socialisme est-allemand. Conjuguant une argumentation naturaliste – dont nous analyserons les présupposés et les conséquences sur une répartition traditionnelle des rôles homme/femme – et une théorie marxiste de l’émancipation féminine (qui passe par l’intégration dans la sphère de production), le discours du pouvoir est au service d’une instrumentalisation économique et politique du « nouveau » rôle que le socialisme d’Etat entend attribuer aux femmes. Celles-ci doivent se satisfaire d’une « émancipation » généreusement octroyée par l’Etat paternaliste, sans pouvoir prétendre à une réelle participation au pouvoir.

Texte intégral

  • 1 v. Histoire des femmes.– Sous la direction de Georges Duby et Michelle Perrot.– Paris : Plon, 1991. (...)

1A l’heure actuelle, les chercheurs abordent l’histoire des femmes essentiellement sous l’angle des rapports de sexe, dans un contexte déterminé, en distinguant le sexe biologique et le gender, c’est-à-dire le genre historiquement construit, selon certaines données. L’accent est mis sur la nécessité de ne pas confondre lois mécaniques naturelles d’une part, lois sociales, historiques et politiques d’autre part1. Les rapports entre les sexes sont alors définis principalement par des rapports de pouvoir(s), qui s’exercent de manière directe ou de façon déguisée, et que traduit un certain discours idéologique.

  • 2 cité d’après Wolfgang Leonhard.– Die Revolution entläßt ihre Kinder.-Köln : Kiepenheuer & Witsch, 1 (...)

2Dans la période de gestation du socialisme est-allemand, on observe un phénomène paradoxal : D’une part, le marxisme professe l’idée selon laquelle l’émancipation féminine n’est pas intéressante en soi, mais constitue un baromètre de l’émancipation humaine : puisqu’il libère l’humanité, le socialisme libère en même temps les femmes. C’est le sens d’une phrase par ailleurs quelque peu ambiguë écrite par Marx dans une lettre de 1868 à Kugelmann : « Le progrès social se mesure exactement à la position sociale du beau sexe, les laides incluses. »2

3D’autre part, dans le discours politique du pouvoir (masculin), il est sans cesse question des femmes, en tant que groupe particulier, auquel on adresse un langage particulier. Parallèlement d’ailleurs, le pouvoir encourage sciemment la création de formes d’organisation spécifiques censées représenter les intérêts des individus de sexe féminin. Mais malgré toutes les mesures en faveur de l’égalité des sexes adoptées au début des années 50, la place des femmes dans le discours reste très disproportionnée par rapport à leur véritable pouvoir dans les réalités politiques et sociales.

4Il est donc important de recourir à l’analyse de discours pour expliquer les rapports de pouvoir entre hommes et femmes dans une société marquée entre autres par la constitution d’un langage figé, d’une langue stéréotypée, créée essentiellement par des hommes et reprise largement par les femmes elles-mêmes. Il faudra prêter particulièrement attention à la propagande adressée directement aux femmes, dans laquelle se mêlent pathos et langue de bois. On constatera alors à quel point le langage officiel généralise et nivelle, plaquant sans cesse un singulier sur des réalités plurielles, prétendant connaître la Femme alors qu’il ignore les femmes.

1. Le discours naturaliste sur les femmes comme instrument de pouvoir

  • 3 Colette Guillaumin.– Sexe, race et pratique du pouvoir – L’idée de Nature. – Paris : côté-femmes, 1 (...)
  • 4 Simone de Beauvoir.– Le deuxième sexe.– Paris : Gallimard, 1976.– p. 243 et s.

5Selon Colette Guillaumin3, sociologue au CNRS, le discours associant les femmes à l’idée de Nature sert sans conteste à les discriminer, il est le discours d’un groupe de dominants à propos d’un groupe de dominés. Dans ses présupposés de départ, elle reprend en grande partie les thèses déjà développées par Simone de Beauvoir dans Le deuxième sexe4. Par rapport aux autres animaux, l’homme (ici dans le sens d’humain) se définit par l’action volontaire qu’il opère sur la nature pour la transformer, donc comme « transcendance ». Toute son action est interprétée comme dépassement des données biologiques de l’espèce, comme victoire sur la matière. Cependant, tout apparaît dans le discours naturaliste comme si les hommes (ici le groupe des mâles) revendiquaient pour eux seuls ces capacités propres à l’espèce toute entière. En effet, voyant en la Femme l’Autre absolu, ils considèrent le sexe opposé comme immergé tout entier dans la nature, parce que soumis aux lois naturelles de la maternité, aux cycles invariables du cosmos. La Femme apparaît dans ce discours comme pure nature – à la fois hostile et généreuse –, comme sillon que l’on ensemence, comme « immanence ». En résumé, les hommes s’octroient le qualificatif d’humain, ils ne reconnaissent aux femmes que celui de femelle.

6Les femmes sont alors définies par tout un ensemble de caractères dits naturels tels leur intuition bien connue, leur intelligence pratique, leur sentiment maternel universel, etc. En proclamant que de ces caractères spécifiques découle pour les femmes certains rôles prescrits par la Nature, le pouvoir masculin tente d’asseoir sa légitimité. Car bien entendu, le groupe des dominants ne se reconnaît lui-même aucun lien (sinon de lutte et de dépassement) avec la Nature ; il considère par contre les dominés comme des êtres naturellement – et non socio-culturellement – spécifiques. Il est donc aisé pour le groupe des détenteurs de pouvoir – ceux que Colette Guillaumin appelle les dominants – de justifier la répartition traditionnelle des rôles, héritée d’une construction socioculturelle, en l’analysant à des fins idéologiques comme un déterminisme naturel.

7Ce discours est d’autant plus pernicieux qu’il ne se présente pas obligatoirement dans une perspective misogyne ou méprisante. C’est en effet souvent en glorifiant la femme, sa « nature » et ses spécificités que l’on tente de limiter ou de canaliser un éventuel pouvoir des femmes, le discours permettant alors de masquer les réalités. L’idée d’une nature spécifique des femmes peut donc souvent donner lieu à un discours élogieux que les représentantes du sexe féminin reprennent parfois à leur compte pour souligner leurs « différences » ; elle peut en outre être jumelée avec d’autres éléments idéologiques qui rendent l’analyse des rapports de pouvoir réels plus ambiguë.

2. La « construction du socialisme » est-allemand et le discours « double » sur les femmes

8Dans la période de genèse de la RDA, la duplicité du discours sur les femmes, utilisée à des fins idéologiques, est très vite décelable : l’égalité des sexes prônée et en partie mise en oeuvre au début des années 50 va en effet de pair avec un discours très traditionnel sur les femmes et la famille, hérité entre autres des conceptions staliniennes de l’Union soviétique.

  • 5 Zur Rolle der Frau in der Geschichte der DDR.– Leipzig : Verlag für die Frau, 1987.– p. 20

9Pour comprendre l’élaboration du discours du pouvoir – j’entends ici par « pouvoir » celui du parti dominant en zone d’occupation soviétique, c’est-à-dire le SED, et des institutions étatiques mises en place à partir de 1949 –, il est fondamental de se remémorer les conditions dans lesquelles ou grâce auxquelles il a pu se développer. En 1945, dans la zone d’occupation soviétique, le rapport entre les sexes constitue un important facteur d’évolution historique. La disproportion démographique entre population féminine et masculine – 9,6 millions de femmes contre 6,6 millions d’hommes, à savoir 146 femmes pour 100 hommes5 – laisse présager le rôle nouveau que ne peuvent manquer de jouer les femmes. En outre, les lourdes pertes humaines civiles et militaires ainsi que les pertes matérielles particulièrement lourdes dans l’Est de l’Allemagne imposent la reconstruction – donc un fort besoin de main-d’oeuvre –, mais aussi le « renouveau » démographique. Ces deux données, qui concernent directement les femmes, sont constamment présentes au coeur du discours politique.

1. Les femmes et le monde de la production

  • 6 v. Friedrich Engels.– L’origine de la famille, de la propriété privée et de l’Etat.– Paris : Messid (...)

10Pour des raisons pragmatiques mais aussi idéologiques, le parti encourage les femmes à trouver un emploi, à rentrer « dans la production » : d’une part, les femmes constituent un « réservoir » de main-d’oeuvre important ; d’autre part, dans une perspective marxiste, elles ne peuvent en aucun cas s’émanciper si elles ne sont pas représentées dans la cellule économique de base, le lieu de production. Les théoriciens marxistes, en particulier Engels6, ont largement développé cette idée : en introduisant la propriété collective des moyens de production et la destitution de la famille comme unité économique de base, le socialisme libérera la femme car il intégrera « l’ensemble du sexe dans l’industrie publique ». Le progrès technique doit permettre aux femmes d’accéder à toutes les activités professionnelles, y compris à celles réservées traditionnellement aux hommes. Cette idée s’exprime à travers l’image des Traktoristinnen, ces femmes est-allemandes modernes conduisant avec allégresse les nouvelles machines agricoles importées d’URSS.

11L’égalité des sexes tant prônée par le parti est peu à peu encouragée dans le monde du travail par des mesures importantes, mais difficiles à mettre réellement en oeuvre : égalité salariale reconnue par un décret de l’Administration Militaire Soviétique dès 1946, mêmes droits à la qualification prévus par les lois de 1950, etc. Cependant, le discours sur les femmes dans l’entreprise reste très influencé par des conceptions passéistes. Dans le contexte d’après-guerre, deux images se succèdent, conformément à l’évolution historique du rôle des femmes.

12C’est d’abord le fameux mythe des Trümmerfrauen, ces femmes qui déblayèrent les décombres des villes bombardées contre un salaire misérable d’auxiliaire du bâtiment, voire sans rémunération, pour obtenir une meilleure ration alimentaire. A celles-ci, le pouvoir rend un hommage très ambigu et empreint de condescendance : ce qui semble en effet constituer le mérite de ces femmes, c’est qu’elles ont su assurer la transition, avant le retour des hommes. Grâce à leur « esprit de sacrifice » et leur « intelligence pratique »– deux caractères « typiquement » féminins – elles ont assuré la sécurité des individus qui les entouraient, activité ou plutôt service rendu qui, pour une femme, est censé « aller de soi ».

13La deuxième image est plus moderne, plus révolutionnaire en apparence. C’est celle d’une « nouvelle génération » de femmes, jeune, éduquée dans une ambiance de camaraderie entre les sexes, et qui peut jouir désormais en toute tranquillité de l’Egalité (Gleichberechtigung’) offerte par le régime qui vient de se mettre en place. Au début des années 50, ces femmes commencent à occuper des emplois auparavant strictement réservés aux hommes, dans les transports ou l’agriculture par exemple. Mais malgré tout, les choses se passent, sur le plan du discours, comme si l’univers du travail restait masculin par essence. En effet, les femmes sont jugées non pas sur leurs capacités réelles à travailler, mais toujours par rapport aux capacités masculines, le masculin continuant à faire fonction de référent absolu : chez les femmes exerçant des « métiers d’homme », on glorifie des qualités « presque masculines ». On peut lire en particulier dans toutes les prises de position sur ce sujet : « Diese Frauen stehen ihren Mann » (être à la hauteur). Peut-être « valent »– elles autant qu’un homme, mais l’homme reste tout de même l’élément central immuable. A partir du modèle du stakhanovisme masculin importé d’URSS, et qui se cristallise dès 1948 autour du symbole viril que représente le mineur Hennecke, se développe aussi un activisme féminin : Luise Ermisch, ouvrière dans une usine de bonneterie, est la première femme à obtenir le titre de « héros (et non héroïne !) du travail ».

  • 7 Ina MerkeL- Und Du, Frau an der Werkbank – Die DDR in den 50er Jahren.– Berlin : Elefanten Press, 1 (...)

14Cependant, en plus des qualités masculines que l’on exige d’elles, il va de soi que les femmes peuvent mais surtout doivent faire montre de qualités désignées comme typiquement féminines, à savoir les attraits physiques et la bonne humeur. Les magazines de la jeune RDA, et même le Frau von heute, journal officiel de l’organisation féminine, regorgent d’images éloquentes d’ouvrières jeunes, souriantes et dynamiques. Sous la photographie de l’une d’entre elles, la légende précise : « Malgré une détermination quasi masculine, elle conserve toujours son charme féminin. »7

  • 8 IfGA, Zentrales Parteiarchiv.– NL 106/3, p. 304

15On peut s’étonner que dans les années 50, les communistes aient encouragé et exploité ce discours en contradiction apparente avec le militantisme asexué des années 20. Elli Schmidt, la principale responsable des questions féminines du parti, explique ainsi le changement de stratégie nécessaire à l’encadrement des femmes8 : sous Weimar, le KPD a rebuté les femmes en les considérant comme des militantes asexuées, en leur imposant par exemple le port du foulard rouge qu’elles ressentaient comme un uniforme. Désormais, il faut être plus proche de leurs préoccupations matérielles, y compris vestimentaires, et prendre en considération leur coquetterie ! Avant d’essayer d’éduquer les femmes, il faut tout d’abord gagner leur confiance et ne pas heurter leurs conceptions traditionnelles.

16L’opportunisme de ce discours est flagrant : pour réaliser ses objectifs, le pouvoir développe tantôt une image « moderne » et « révolutionnaire » de la femme, tantôt il renoue avec le discours naturaliste traditionnel pour justifier sa politique nataliste. Mais dans les deux cas, les femmes apparaissent plus comme fonctions que comme individus.

2. La maternité perçue comme « fonction sociale »

17Dès la fin des années 40, le parti puis le régime renouent avec la tradition de glorification de la maternité, sans d’ailleurs avoir analysé la politique nataliste du IIIème Reich. L’héritage communiste est ambigu sur ce point. On se rappellera bien sûr les tentatives de Clara Zetkin et du KPD, dans les années 20, pour obtenir au Reichstag la légalisation de l’avortement et la suppression de l’article 218 du Code Civil. Cependant, dans l’optique du KPD, ce n’est pas la liberté individuelle – le droit des femmes à disposer de leur corps – qui motivait ce combat. L’article 218 était exclusivement analysé comme un « Klassenparagraph », qui touchait plus durement les prolétaires dans la mesure où celles-ci ne jouissaient pas des conditions matérielles requises pour élever un enfant, pour assumer leur « désir de maternité ».

18La logique développée dans les années 40-50 est donc la suivante : il faut permettre aux femmes de s’épanouir dans la maternité, en leur proposant des conditions sociales et sanitaires favorables. Les mesures qui commencent tout juste à être appliquées au début des années 50 – développement de la gynécologie, des maternités, des crèches, de la protection financière et sanitaire des mères et des nourrissons – justifient alors la reprise, sous une forme à peine moins sévère, de l’article interdisant l’avortement : désormais, les femmes ont le droit d’engendrer des enfants dans de bonnes conditions, donc – par un glissement insensible du discours – elles le doivent. Dans une perspective totalitaire, on ne reconnaît pas aux femmes le libre choix de la maternité, on la considère comme un besoin féminin que la société doit satisfaire au mieux. Les mères rendent un service à l’Etat socialiste, mais en retour, l’Etat doit leur assurer, ainsi qu’à leurs enfants, santé et bien-être. Le rapport de réciprocité est cependant biaisé dès le départ, puisque le discours permet d’affirmer que la maternité reste tout de même un devoir avant d’être un droit. Le recours à l’argument biologique, qui permet d’analyser le désir d’engendrer comme un instinct naturel, donne en fin de compte tous les droits au pouvoir.

19Le discours naturaliste, mais néanmoins laudatif, qui trouve son expression la plus nette dans l’attribution de médailles et de titres honorifiques aux mères de familles nombreuses, a donc une implication déjà très politique, puisque l’encouragement des naissances fait partie d’un projet idéologique global, à savoir la constitution de « forces pour construire le socialisme ». Mais de manière plus perverse encore, il est également instrumentalisé pour justifier l’orientation « antifasciste » et « pacifiste » adoptée par un Etat à la recherche de légitimité.

3. L’instrumentalisation politique du discours naturaliste

  • 9 DFD-Archiv.– Protokoll der Tagung deutscher Frauen aller Zonen. Dez. 1947.– p. 74

20L’idée de Maternité dans son sens le plus large (au-delà de la simple procréation) justifie l’existence de l’unique organisation de femmes de la RDA, la Fédération Démocratique des Femmes Allemandes (DFD – Demokratischer Frauenbund Deutschlands) et son objectif principal, la défense de la paix et la lutte contre le militarisme. Dans le discours peu à peu élaboré par le pouvoir et cautionné par des femmes qui y participent de près ou de loin, « être mère » ne signifie pas seulement avoir donné naissance à un enfant ; c’est aussi ressentir en soi l’impérieux appel de la maternité, ainsi que l’universalité du rôle que doivent jouer les femmes dans le monde, en tant que mères effectives ou mères potentielles. Un lien de cause à effet immédiat est établi entre cette « nature maternelle » et l’engagement des femmes pour la paix. Au cours des réunions de la DFD, on entend fréquemment des réflexions comme celle-ci : « La paix est pour les femmes un besoin biologique. »9 En effet, par nature semble-t-il, les femmes ne peuvent adhérer à un système guerrier qui leur reprendrait la vie qu’elles ont engendrée ou qu’elles sont capables d’engendrer – comme si les hommes n’avaient pas eux aussi leur rôle à jouer dans la procréation !

  • 10 Walter Ulbricht.– Frauen – Miterbauerinnen des Sozialismus.– Leipzig : Verlag für die Frau, 1968.–  (...)

21Certes, pendant et après la guerre, les femmes ont été confrontées à une réalité douloureuse. Il n’en faut cependant pas moins relever le danger qui consiste à utiliser un argument biologique pour justifier un engagement politique – visant d’ailleurs non pas à défendre la paix en soi, mais bien plutôt la sécurité d’une « nation » ou d’un groupe de « pays frères ». Car on glisse insensiblement des considérations sur le caractère « pacifique » des femmes à l’obligation qui leur est faite à ce titre d’adopter une position politique dictée par le pouvoir. La prise de parole de Walter Ulbricht lors d’un congrès de la DFD en 1952 est significative : « Il est naturel que les femmes, porteuses de la vie, s’engagent dans les premiers rangs du grand mouvement populaire pour la signature d’un traité de paix. »10. Toute la propagande visant à faire entrer les femmes dans l’organisation féminine associe d’ailleurs l’emploi rigoureux du vocabulaire officiel – dans le choix et la répétition de termes comme « fascisme », « militarisme », etc. – et un pathos qui s’adresse directement aux sentiments, comme celui rappelant « la souffrance et les larmes des mères coréennes ».

22En conclusion de ce chapitre, on peut dire que les femmes constituent pour le parti et le régime une catégorie privilégiée, dans la mesure où leur situation héritée du passé les prédestine à accepter et même à reproduire un discours masculin qui les associe explicitement à la Nature.

3. Féminisme ou paternalisme ? – Les femmes comme médiatrices du pouvoir

  • 11 DFD-Archiv.– Statuts et programmes.

23Ce discours dicté par le pouvoir a bien sûr, on l’a déjà évoqué, des implications dans la manière dont les femmes s’organisent pour revendiquer leurs droits. La DFD se définit essentiellement, on l’a vu, par son combat pour la paix ; mais elle s’est donné également comme objectif, au moment de sa création en 1947, de « défendre les intérêts de toutes les femmes »11. Or, cette priorité affirmée dans les premiers statuts de l’organisation disparaît purement et simplement de ceux qui sont rédigés après la fondation de la RDA. En effet, la propagande officielle annonce que la création de l’Etat socialiste a permis la réalisation de l’égalité des sexes dans tous les domaines. Ceci a été rendu possible par le combat mené conjointement par les hommes et les femmes pour la Cause générale. Dès le début, les conceptions dites « féministes » n’ont été évoquées que péjorativement, rejetées en particulier par les hauts responsables du parti comme Walter Ulbricht, mais également par les dirigeantes du mouvement féminin. Mais a fortiori après 1949, les femmes n’ont plus besoin de revendiquer leurs droits, puisque ceux-ci leur ont été gracieusement octroyés par le régime.

24Tout se passe donc comme si les femmes n’étaient pas réellement sujets, mais objet d’une politique les concernant plus ou moins directement. La politique d’émancipation féminine n’est pas faite par les femmes, mais pour les femmes ; elles n’y participent que dans la mesure où le pouvoir masculin le leur permet. Le refus du féminisme va de soi, puisqu’il s’agit en fait d’imposer aux femmes l’« émancipation » qu’on a choisie pour elles.

25On se trouve donc bien ici dans une logique patriarcale et même franchement paternaliste. Le pouvoir se présente comme Père généreux, sous la forme d’individus ou d’institutions symbolisées : le Parti est l’autorité absolue, comme le père dans un schéma familial patriarcal ; les théoriciens du communisme tels Marx, Lénine ou Staline apparaissent comme de grandes figures paternelles auxquelles les militantes de la DFD rendent régulièrement hommage – les figures féminines comme Clara Zetkin ou Rosa Luxemburg servent certes aussi de références, mais n’apparaissent pas dans le discours comme des figures protectrices ; quant aux dirigeants du pays, la lumière sous laquelle les place la propagande officielle est révélatrice de l’importance qu’on accorde au schéma paternaliste classique : Wilhelm Pieck, avec sa bonhommie et sa sympathie de vieux militant communiste, est censé jouer pour tous les citoyens de RDA le rôle du bon père de famille devenu Président de la République, alors qu’en réalité, il ne jouit par rapport à Walter Ulbricht que d’une influence politique très secondaire. Le paternalisme apparaît d’ailleurs dans son expression la plus claire au début des années 50 à travers les parrainages honorifiques, par Wilhelm Pieck, des enfants de familles nombreuses.

26La logique paternaliste concerne donc tous les citoyens, qu’il est important, dans cette période troublée d’après-guerre, de rassurer et d’attacher à l’Etat. Mais c’est sans doute dans les commentaires de la DFD, organisation féminine d’Etat, qu’elle s’exprime avec le plus de déférence. Les femmes de la DFD remercient sans cesse le gouvernement, le parti, de leur accorder tant de droits. Mais les contreparties vont de soi ! En témoignent quelques phrases relevées dans les comptes rendus officiels de l’organisation :

  • 12 DFD-Archiv.– Auf dem Weg zur Million.– 1950.– p. 67

« La participation active des femmes, sur la base de l’égalité des droits (...), est assurée. (...) Ceci impose aux femmes le devoir de devenir des citoyennes conscientes de la RDA et d’utiliser l’égalité des droits dans la vie pratique pour le bien du peuple tout entier. »12

  • 13 DFD-Archiv. – Mit der vereinten Kraft der Frauen für den Frieden.– 1952.– p. 86

« Les femmes de la DFD savent qu’elles doivent travailler encore plus et encore mieux pour se montrer dignes de la confiance de notre gouvernement. (...) Nous promettons de tout faire pour mettre en oeuvre les grandes possibilités qui ont été données aux femmes par le gouvernement, grâce aux lois adoptées. »13

  • 14 v. titre de l’ouvrage de W. Ulbricht, Op. cit.

27En réalité, les femmes sont là pour servir le pouvoir plus que pour y participer. La présence de personnalités féminines dans les hautes instances dirigeantes du pays reste très rare : Elli Schmidt, une apparatchik qui a pourtant fait ses preuves dans la direction du KPD en exil à Moscou, ne fait même pas officiellement partie du Politbüro, exclusivement masculin. Dans les institutions étatiques, Hilde Benjamin est la première femme à être appelée à diriger un ministère – elle devient ministre de la justice après les événements du 17 juin 1953. Contrairement à ce qu’affirme la propagande, les femmes commencent à peine, au début des années 50, à occuper dans les entreprises des postes à responsabilité intermédiaire – et en aucun cas supérieure. La participation éventuelle des femmes au pouvoir ne se fait que par rapport à la référence masculine : elles ne sont que des « co-édificatrices du socialisme »14. L’appropriation des femmes par le pouvoir est décelable entre autres par l’emploi quasi permanent, dans les discours officiels, de l’adjectif possessif « nos » : « nos femmes et nos mères... »

  • 15 DFD-Archiv.– Käte Kern.– Erläuterungen zum Gesetz über den Mutter-und Kinderschutz und die Rechte d (...)

28En fait, la participation des femmes au pouvoir continue à être associée au rôle de « sauvegarde » qu’elles assurent à la base, dans la sphère privée, à savoir la famille, définie explicitement comme la cellule de base de la société. La présence des femmes dans le monde du travail semble finalement relever plus de préoccupations pragmatiques que de la volonté de mettre en oeuvre les principes d’égalité marxistes. Une des dirigeantes de la DFD, Käte Kern, affirme en 1950 : « Nos femmes et nos mères portent la vie de notre peuple. A côté de cette grande tâche, elles ont en outre accompli de grandes performances dans la construction et l’affermissement de notre Etat des ouvriers et des paysans. »15

  • 16 Elli Schmidt. – Gute Mütter unserer Kinder – 5 Jahre DFD.– Berlin : Deutscher Frauenverlag, 1952.
  • 17 Op. cit., p. 87

29Entre sphère privée et sphère publique, les femmes apparaissent principalement comme des intermédiaires indispensables : elles sont en effet définies comme les éducatrices de la future génération. Ce sont elles qui transmettent les idéaux à une postérité collective ; elles doivent donc être, selon la formule employée dans le titre d’un ouvrage d’Elli Schmidt sur la DFD, « de bonnes mères de nos enfants »16. « La mère », telle que la définit le régime, par un éloquent singulier, se contente d’insuffler à l’enfant ce que lui concrétisera : « L’idée de la paix, semée dans l’enfant par la mère, portera ses beaux fruits dans une nouvelle jeunesse qui grandit pour le Bien de notre patrie allemande. »17 C’est pour cela qu’il est si important, pour le régime et la DFD, d’éduquer d’abord les mères, garantes de la bonne moralité politique des générations futures. Les pères n’apparaissent pas véritablement comme des éducateurs potentiels de leurs enfants. Le rôle de la DFD elle-même est de donner un minimum de formation politique aux mères, surtout à celles qui n’ont pas d’activité professionnelle. Ce n’est donc pas vraiment pour elles-mêmes que les femmes doivent être présentes dans la sphère publique – par le travail ou l’engagement dans une organisation de masse – mais bien plutôt pour que leurs enfants ne reçoivent pas une éducation « réactionnaire ».

  • 18 DFD-Archiv.– Protokoll der Tagung... Op. Cit., p. 21

30Ce rôle d’intermédiaire, on le retrouve également dans la propagande encourageant les femmes à soutenir les efforts de planification économique du régime. Sans le moins du monde remettre en cause l’idée selon laquelle le travail ménager est l’apanage exclusif des femmes, le discours employé vise à montrer le parallèle entre économie domestique (Hauswirtschaft) et économie planifiée (Volkswirtschaff). En décembre 1947, une économiste du parti tente de répondre aux critiques faites, en ces débuts de guerre froide, à l’encontre de la planification en zone soviétique : « Une économie planifiée n’est pas, dans son fondement, très différente de notre domaine de travail familier, l’économie domestique. Mais il ne viendrait à l’idée de personne de qualifier la ménagère de dictatoriale ou, comme on dit aujourd’hui, de totalitaire. »18 Au titre de ménagères, les femmes doivent là encore servir de médiatrices entre vie privée et vie publique.

31Le discours proclamant au début des années 50 que dans l’Etat socialiste, l’égalité des droits entre hommes et femmes est parfaitement réalisée, est en contradiction complète avec la reprise d’une image très traditionnelle de la famille. En effet, on ne peut affirmer que les femmes jouissent désormais pleinement de l’égalité et de l’émancipation dans la sphère publique si par ailleurs, dans la sphère privée, la répartition des rôles masculin et féminin reste inchangée. Au sein de la famille, il ne saurait être question de lutte des sexes ou même seulement d’un meilleur partage des tâches. Si bien qu’en fin de compte, le régime joue sciemment sur deux tableaux : d’une part sur la volonté des femmes de se voir confier de nouvelles responsabilités ; d’autre part sur la valorisation de la famille, destinée à assurer la continuité avec les schémas de pensée traditionnels, mais aussi à devenir un puissant instrument de pouvoir. Les femmes se voient alors contraintes d’assumer un « double rôle », sans pour autant être interrogées sur leur propre conception de l’« émancipation ».

Notes

1 v. Histoire des femmes.– Sous la direction de Georges Duby et Michelle Perrot.– Paris : Plon, 1991.– Tome I, introduction.

2 cité d’après Wolfgang Leonhard.– Die Revolution entläßt ihre Kinder.-Köln : Kiepenheuer & Witsch, 1992.– p. 516

3 Colette Guillaumin.– Sexe, race et pratique du pouvoir – L’idée de Nature. – Paris : côté-femmes, 1992.

4 Simone de Beauvoir.– Le deuxième sexe.– Paris : Gallimard, 1976.– p. 243 et s.

5 Zur Rolle der Frau in der Geschichte der DDR.– Leipzig : Verlag für die Frau, 1987.– p. 20

6 v. Friedrich Engels.– L’origine de la famille, de la propriété privée et de l’Etat.– Paris : Messidor/Ed. Sociales, 1983.

7 Ina MerkeL- Und Du, Frau an der Werkbank – Die DDR in den 50er Jahren.– Berlin : Elefanten Press, 1990.– Page de couverture.

8 IfGA, Zentrales Parteiarchiv.– NL 106/3, p. 304

9 DFD-Archiv.– Protokoll der Tagung deutscher Frauen aller Zonen. Dez. 1947.– p. 74

10 Walter Ulbricht.– Frauen – Miterbauerinnen des Sozialismus.– Leipzig : Verlag für die Frau, 1968.– pp. 21-22

11 DFD-Archiv.– Statuts et programmes.

12 DFD-Archiv.– Auf dem Weg zur Million.– 1950.– p. 67

13 DFD-Archiv. – Mit der vereinten Kraft der Frauen für den Frieden.– 1952.– p. 86

14 v. titre de l’ouvrage de W. Ulbricht, Op. cit.

15 DFD-Archiv.– Käte Kern.– Erläuterungen zum Gesetz über den Mutter-und Kinderschutz und die Rechte der Frau.– 1950.– p. 43

16 Elli Schmidt. – Gute Mütter unserer Kinder – 5 Jahre DFD.– Berlin : Deutscher Frauenverlag, 1952.

17 Op. cit., p. 87

18 DFD-Archiv.– Protokoll der Tagung... Op. Cit., p. 21

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search