Version classiqueVersion mobile

Langage et pouvoir en interaction

Langue privée et censure politique : l’exemple de la princesse Palatine. (1676-1714)

Michel Lefevre

Résumé

Une réflexion sur Langage et Pouvoir conduit à s’interroger sur le caractère public ou privé d’un langage. On en trouve l’illustration dans l’étude de la langue dans la correspondance de Madame Palatine. Celle-ci s’avère être une alchimie subtile de langue publique, ce qui est imposé à la duchesse (et qu’elle s’impose à elle-même) par la qualité de sa naissance, de son rang social et politique, et langue privée, où la duchesse veut trouver refuge, divertissement, liberté et sentiments intimes et sincères. La résultante se trouve être la langue allemande (et non française) du plus haut standard de l’époque

Texte intégral

1Aux confins de la sphère privée et de la sphère publique, à la frontière entre liberté d’expression et raison d’Etat, c’est dans ce domaine sensible et délicat qu’il faut situer l’expression privée d’un personnage public, jouant un rôle important dans l’Etat ou dans le pouvoir par sa naissance ou sa fonction. Le problème a été théorisé par de nombreux penseurs et philosophes qui se sont préoccupés de la nature privée ou publique de l’acte de langage, éclairant certaines structures sociales et les bouleversements qui ont affecté ces structures sous l’angle de la signification et de la portée de l’acte de langage des principaux acteurs de ces sociétés : l’analyse du langage et du pouvoir peut légitimement s’inscrire dans celle retraçant la dialectique des classes dominantes et de celles dominées d’une société. Rappelons ici simplement un extrait de l’analyse du genre épistolaire de Golo Mann qui met en perspective le genre épistolaire et le rôle social des épistoliers :

  • 1 MANN (Golo) : Der Brief in der Weltliteratur. in : Wir alle sind was wir gelesen, Aufsatze und Rede (...)

2« La sociologie du genre épistolaire est relativement simple à analyser. Ecrire une lettre exige de la culture, la capacité et le plaisir nécessaire pour tirer de la langue ce qu’elle recèle. Ecrire une lettre exige quelque connaissance littéraire ou philosophique, scientifique, politique ou tout au moins demande à connaître la société. Cela exige aussi de disposer de loisir, que l’on soit prêt à dépenser du temps et à fournir un effort intellectuel. Ecrire une lettre exige qu’on appartienne à quelque milieu particulier. C’est pourquoi l’origine du genre épistolaire se situe dans ce qu’on appelait au XVIIIème et XIXème siècle les classes élevées : tout d’abord dans une noblesse infestée de culture bourgeoise et humaniste, et ensuite dans une bourgeoisie infestée de noblesse »1

3Notre propos est d’apporter ici une illustration concrète à la fois de cette problématique particulière de langage et pouvoir dans les rapports entre la sphère privée et la sphère publique, et à la fois de cet acte spécifique de langage qu’est le genre épistolaire : il s’agit de l’exemple bien particulier de la duchesse d’Orléans, Elisabeth Charlotte de Bavière, Princesse Palatine, appelée aussi Liselotte von der Pfalz (1652-1722), belle soeur de Louis XIV par le second mariage de son frère, Philippe, duc d’Orléans. Ce personnage haut en couleurs suscite un regain d’intérêt, où l’on s’intéresse à la fabuleuse correspondance que Liselotte entretenait avec quasiment toutes les Cours princières d’Europe, et notamment à celle entretenue de longues années durant avec sa tante, la duchesse puis Princesse Electrice de Hanovre.

  • 2 voir LEFEVRE 1993.
  • 3 Pour une biographie détaillée et précise de Madame, se référer à l’excellent ouvrage de Dirk van de (...)

4Cette seule correspondance comporte plus de 2000 lettres conservées, et elle recèle des informations précieuses tant sur le plan historique et culturel que sur le plan linguistique. Ainsi une description systématique de la langue de Liselotte2 dans cette correspondance allemande a été réalisée, et elle a permis de dégager un certain nombre de caractéristiques sur le plan pragmatique et communicatif qui illustrent précisément notre propos ici : cette princesse a dû se débattre sa vie durant entre la sphère publique, où elle était Madame, seconde, et après la mort de la reine, première dame de France, où son mariage scellait un traîté politique entre deux Etats et représentait un coup sur l’échiquier international de l’époque dont la stratégie et les conséquences dépassaient infiniment le pion de cet échiquier qu’était la Princesse, et peut être aussi les joueurs eux-mêmes... Elisabeth-Charlotte eut donc à souffrir durant tout son séjour en France de l’ambiguîité de son rôle, important et négligeable à la fois, admirée, enviée puis haïe, vivant à la Cour, centre politique du monde d’alors, d’où se jouait la politique du monde et s’ourdissaient complots et caballes, et où elle était pourtant systématiquement écartée de toute prise de décision, y compris lorsqu’il s’agissait de sa famille et de sa propre personne. Liselotte passe donc des journées entières seule dans son cabinet, où elle rédige des milliers de lettres en s’addonnant à des « causeries » épistolaires avec ses amis et proches géographiquement éloignés3.

  • 4 Nous rendons compte d’un certain nombre de résultats de notre description systématique de la langue (...)
  • 5 Les extraits cités sont issus de notre corpus (LEFEVRE 1993 : vol II et III, 849 pages) d’environ 2 (...)

5Décelons les retombées de cette dichotomie et de ces douleurs dans son écriture4. Nous entreprendrons ici une investigation empirique en tenant compte des très nombreuses remarques de nature métalinguistique contenues dans les lettres5. Pour définir la situation de communication de la rédaction des lettres de Liselotte, il faut tenir compte du domaine social d’une part et de la situation de parole d’autre part. A travers notre analyse pragmatique nous dégagerons donc d’abord un certain nombre d’indices de nature sociologique, puis d’autres de nature plutôt communicative.

1. Contexte social

1.1. Noblesse oblige...

  • 6 lettre n°uex (date inconnue) p. 19 : « Mais parce que j’avais le choix entre posséder des diamants (...)

6Liselotte est née et a vécu dans les milieux les plus élevés du monde de l’époque. Plusieurs éléments de nature métalinguistique dans le contenu des lettres montrent que Liselotte avait horreur de tout ce qui était commun. Elle était d’avis que toute personne de condition devait « tenir son rang » par ses manières, ses relations amicales et amoureuses et aussi par son langage. Tenir son rang (« seinen standt halten ») est un devoir vis-à-vis de Dieu, de son métier de prince, et Liselotte tient à son rang plus qu’à tous les diamants du monde6. Il est évident que le rang s’exprime en grande partie dans la façon de parler, et « Woll reden » doit faire partie de l’apanage de tout sang noble :

  • 7 3 6 1711 p. 10 : « Votre Dilection ne parlez jamais bien par hasard, mais vous parlez bien parce qu (...)

« I. L. reden nie woll par hazard
sondern sie reden woll weillen woll reden
ihnen gantz natürlich ist »7

7Ce compliment destiné à Sophie montre que ce qui est naturel pour une princesse Electorale, c’est de s’exprimer de façon soignée, de même qu’il est naturel pour une personne qui n’est pas de sang noble de s’exprimer de façon plus commune :

  • 8 18 10 1711 p. 5, remarque au sujet de la seconde épouse du Tsar, veuve d’un officier de petit grade (...)

« den die politesse kan schwerlich
beÿ eines corporals witwe sein »8

  • 9 Cf. par exemple 18 3 1711 p. 21 « l’on devient d’un extrême commun en Allemagne avec ces ducs et co (...)

8Il serait erroné de comprendre que Sophie s’exprime communément, mais il faut comprendre, ici comme dans bien d’autres occurrences où il est dit de quelqu’un qu’il est « natürlich », qu’il se comporte naturellement selon son rang. Par conséquent, ce qui est contre nature, contre Dieu, c’est sortir de son rang9. Sortir de son rang en parlant, donc parler de façon non naturelle pour une princesse serait donc de parler comme les bourgeois :

  • 10 15 7 1711 p. 8 : « où donc la reine de Prusse, qui est pourtant née duchesse de Mecklenburg, a-t-el (...)

« wo hatt die königin in preussen
die doch eine gebohrene hertzogin von mecklenburg ist
gelehmt bürgerlich zu reden ist vielleicht
viel mitt cammermägt undt gemeine leütte umb
gangen »10

9La conséquence pragmatique de ces constatations sociales doit être que la langue de Liselotte est celle de son état, de son rang, de son sang, hypothèse que d’autres éléments du cadrage social viennent préciser.

1.2. Première Dame de France, mais Dame seulement...

  • 11 MATTHEIER 1980 p. 35.

10Princesse de sang, Elisabeth Charlotte n’était pas moins une femme. Or si les sociolinguistes s’accordent aujourd’hui à dire que le sexe du locuteur a une influence pragmatique sur l’usage de la langue, nous pouvons envisager l’hypothèse que dans une société où l’inégalité entre les hommes et les femmes était bien plus prononcée qu’aujourd’hui, cet effet pragmatique était d’autant plus grand. Rappelons tout d’abord ce qu’en sociolinguistique on entend par « sexe social » (soziales Geschlecht) : il s’agit de l’ensemble des facteurs sociologiques qui qui touchent dans une mesure différente les hommes et les femmes, où l’on observe surtout des différences dans les types d’activité et dans la répartition des rôles dans la société. Si l’on réunit les effets de tous ces facteurs, on obtient des constellations permettant de différencier hommes et femmes dans l’usage de la langue11. Il s’agit donc pour nous de voir s’il existe une « constellation pragmatique » issue d’une répartition différente du rôle social entre les hommes et les femmes dans la société du Grand Siècle.

11Dans le contenu des lettres de Liselotte, on constatera tout d’abord l’absence d’un certain nombre de sujets qui sont autant d’indices sur le rôle que la première dame de France ne jouait pas : il est très rarement question des affaires de politique intérieure ou extérieure, de finances (Monsieur accaparait toutes les ressources de la famille, et dans son procès contre son trésorier qui l’a volée, Madame n’a jamais eu gain de cause), de religion, et même les sciences avaient mauvaise presse et étaient réservées aux hommes. Le portrait d’une femme pas comme les autres que nous brosse Liselotte illustre ces indications :

  • 12 1 2 1711 p. 6 : « Monsieur de Schulenburg m’a dit aussi qu’il avait vu Madame du Maine jouer à Scea (...)
  • 13 12 1711 p. 13 : « On se divertit que ce soit en conversant, en jouant ou d’une autre manière jusqu’ (...)

« monsr schoullenburg hatt mir auch gesagt
daß er made du maine zu sceaux hatt
spillen sehen, ihre troupe seindt nun
die besten commedianten von gantz
franckreich12 [...]
man divertirt
sich es seÿe mitt conversationen
spillen, oder sonsten biß 3 undt 4
morgendts made du maine so die astro
nomie gar woll weiß divertirt sich
die sternen zu sehen, undt mitt viel
gelehrten drüber zu raisoniren
alle tag raisonirt man über etwaß
neües gelehrtes, so bringt made du
maine ihr leben zu so baldt ihr die
zeit ein wenig lang fehlt bekompt
sie vapeurs »13.

  • 14 1 3 1711 p. 10 : « Madame du Maine connaît parfaitement le latin et a beaucoup étudié. Je n’en suis (...)

« made du maine kan perfect Latein undt
hatt woll studirt ich bins nicht recht
gewiß aber ich habe gehört daß sie
auch Grichisch kan, niemandts weiß
mehr alß sie undt hatt commerse mitt allen
savanten von paris alle neüe stücker
werden beÿ ihr geleßen in vers undt
in prosen ich zweÿffle nicht daB sie
eben so viel schônne sachen in dem mont
sicht alB Les fammes savantes »14.

  • 15 9 12 1696 p. 7-8, au sujet de la comtesse Platen qui maîtrisait parfaitement l’orthographe français (...)
  • 16 Cf par exemple 26 4 1711 p. 24 : « Vous propostionnez votre discours en fonction de mon entendement (...)

12Les petites pointes ironiques et l’allusion aux Femmes Savantes de Molière indiquent bien que la culture, le mécénat artistique (Mme du Maine possédait sa propre troupe de theätre) et scientifique (Mme du Maine etait l’amie de Fontenelle), le raisonnement et même les belles lettres ne sont pas du domaine des femmes. C’etait bien plus Liselotte que Mme du Maine ou Mme de Sévigné qui tenait le « bon » röle, c’est ä dire que conformement aux us et coutumes du monde de l’époque, elle ne jouait quasiment aucun röle dans la societe, et de Même que Liselotte detestait qu’on sortit de son rang, elle detestait aussi que l’on quitte son röle. II n’est donc pas exclu de voir cette conception du rôle social de la femme se repercuter dans l’usage linguistique, et d’ailleurs Liselotte nous met elle-meme sur la trace d’un effet visible : l’orthographe que les dames ne maitrisent que rarement bien15. Outre cet aspect purement formel de l’orthographe, il est cependant difficile de juger des effets pragmatiques de ce « sexe social » sur la langue. Les seules hypotheses que nous pouvons formuler concement essentiellement le contenu probablement moins politique et moins savant que ne seraient les énonces produits par la gent masculine16. On trouvera une repercussion probable aussi dans l’usage du lexique, mais la difficulté d’évaluer les effets sur la structure syntaxique de la langue reste entière. En d’autres termes, ce n’est pas tant la langue en elle-même qui se voit modifiee par l’influence du « sexe social », mais la nature résolument plus privée, intime des actes de langage dont les auteurs sont des femmes, la gent masculine se reservant l’exclusivite des actes de langage de portee publique, que ce soit dans le domaine politique ou que ce soit dans le domaine scientifique et culturel, beiles lettres y comprises.

2. Situation et intention de communication

2.1. « entre nous... »

13La littérature en effet, rappelons le, est affaire de « femme savante », pas très bien vue dans la société de l’époque. Notre épistolière, n’écrivait pas dans le but de la célébrité littéraire, loin d’elle l’idée de faire imprimer ses lettres !

  • 17 2 07 1711 p. 1-2 : « Nous parlons de toutes sortes de choses, comme cela nous vient en tête, nous n (...)

« wir reden von allerley wie es unß im kopff kompt
wir schreiben ein ander nicht damitt unßere brieffe
mögen gedruckt werden undt nach unß geleßen
werden, da gehöm schönne brieffe aber nur
mitt einander zu reden alß wen man beÿ
sammen were, da gehört ja nur zu alles wie
es einem in den kompt, ich kan woll glauben
daß unßere brieffe nicht so schön sein alß
die von voiture et balzac, oder jemandts
von der fruchtbaren geselschafft wir schreiben
sie aber nicht vor andere, nur vor unß, E. L. seindt
mitt gekritzel gnädigst zu frieden, dero
gnädige schreiben seindt all mein trost undt
freüde, ist daß nicht genung waß bedarff
mehr, gefallen unßere brieffe den curieussen
nicht, mögen sie woll wißen daß sie nicht
vor sie geschrieben sein ... »17

  • 18 « Vos lettres sont toute ma consolation et toute ma joie. »
  • 19 « nous parler comme si nous étions l’une près de l’autre. »
  • 20 Cf par exemple 10 11 1688 p. 8-9 : « Je voudrais de tout coeur m’entretenir davantage encore avec v (...)

14Cet extrait nous dit tout ce qu’il faut savoir sur les conditions de communication dans lesquelles se trouvait Liselotte en écrivant ses lettres, Le but de Liselotte, en écrivant, est le divertissement, et plus encore, de trouver un exutoire pour tous les ressentiments qu’elle accumule à la Cour de France, de chercher un réconfort : « dero gnadige schreiben seindt ail mein trost undt freüde18 est un leitmotiv qu’il faut prendre dans son sens le plus fort. L’écriture privée est un exutoire pour les souffrances de Liselotte dans sa sphère publique. Ce qui sans nul doute réconforte le plus notre épistolière, c’est de pouvoir s’exprimer dans ses lettres comme si elle conversait avec sa tante, « mitt einander zu reden alB wen man beÿ sammen were19 ». Liselotte ne perçoit pas son activité épistolaire comme écriture, mais comme conversation20, et en effet, les mots qui reviennent dans presque chaque lettre sont entreteniren ou plaudem (bavarder) :

  • 21 25 1711 p. 15 : « J’ai encore un quart d’heure avant d’aller à table, je peux donc bavarder un peu. (...)

« habe doch noch eine viertel stündtgen biß ich ahn taffel gehe kan also noch ein wenig plaudern »21

15Liselotte, de plus en plus exclue de la petite place qu’on a bien voulu lui accorder dans le domaine public, se réfugie au plus profond de sa sphère privée, celle de son cabinet et de son monde épistolaire, ôtant avec soin tout ce qui pourrait être du domaine public, et donc être contesté en public, à la Cour, ôtant donc toute ambition littéraire aussi à son écriture, car la littérature signifie nécessairement publication, apparition dans la sphère publique.

  • 22 BETTEN 1990 p. 327.
  • 23 BETTEN 1990 p. 333.

16Une conséquence de ce retranchement dans la sphère privée est que la langue de Liselotte dans ses lettres est plus proche du code oral que du code écrit. Langue écrite ou langue parlée ? La variante est difficile à définir, les recherches récentes montrent qu’il est impossible de distinguer complètement le code oral du code écrit22, et qu’il faut considérer qu’il y a interpénétration de l’un par l’autre par des reflets syntaxiques et lexicaux plus ou moins denses selon les intentions de communication de l’écrivant23 ; passer d’un code à l’autre à l’intérieur d’un même texte serait donc expression de style, et on obtiendrait ainsi une multitude de variantes qui se rapprochent ou s’éloignent de l’un ou l’autre code en fonction des intentions de communication.

17Nous nous situons donc à un carrefour entre la langue orale et la langue écrite, car nous ne pouvons néanmoins pas ignorer le support écrit des lettres, dont il faut définir les intentions de communication selon qu’il s’agit de contenus très officiels ou très littéraires – et donc publics – ou de contenus privés, et parfois triviaux, et la langue parlée se réfléchit plus ou moins fortement dans ces différents niveaux.

18Nous disposons de critères subjectifs où Liselotte nous donne son avis sur sa façon d’écrire et sur ses intentions de communication, et bien souvent elle nous dit que sa langue épistolaire correspond à sa langue parlée :

  • 24 29 4 1711 p. 16-17 : « Il est vrai que qui lit mes lettres m’entend parler car il m’est impossible (...)

« daß ist woll war daß wer meine
brieffe lest mich sprechen hört den ich kan
ohnmöglich anderst schreiben alß ich spreche
aber wie E. L. beßer reden konnen alß ich
so schreiben sie auch viel beßer »24.

19Retenons encore ces deux corollaires de ce souci de converser avec la tante Sophie : parler naturellement, « natürlich sprechen », et dire ce qui passe par la tête, « wie es unβ im kopff kompt ». Liselotte est attachée à vouloir dire ce qui lui passe par la tête, sans composition ni agencement :

  • 25 12 04 1711 p. 7 : « Si vous écriviez autre chose que ce qui vous vient à l’esprit vous m’attristeri (...)

« wen E. L. anderst schrieben alß waß ihnen in den Sin kompt
würden sie mich betrüben, den daß ist ein
zeichen daß E. L. mir ohne große mühe
schreiben wen es ohne zwang ist, undt
solten sie sich im schreiben zwingen, würde
ich glauben müßen daß E. L. nicht mehr
gedächten ahn Lisselotte zu schreiben
undt daß were betrübt vor mich, den ich pretendire
daß ich E. L. viel lieber alß dero leibeygene
Lisselotte bin, alß madame »25.

20Il s’agit bien d’opposer un style privé de la correspondance avec des êtres intimes et chers au style officiel, guindé et froid, où s’efface toute émotion, et qui de plus n’est pas naturel. Le terme de « natürlich » avec lequel Liselotte caractérise fréquemment sa langue épistolaire semble avoir une signification nuancée selon que l’on se situe dans le domaine du rang social ou du rôle social : nous avons déjà vu le sens de « s’exprimer par nature selon sa naissance et son rang social », et dans ce cas, la langue « naturelle » de Liselotte se situe dans la sphère publique. Par ailleurs, c’est « s’exprime naturellement selon son rôle social », or Liselotte se voit confiné dans une sphère éminemment privée. Qu’est alors précisément que de s’exprimer naturellement ? Est-ce un critère thématique, lexical, morphologique ou syntaxique ? En parlant de son propre style, elle dit :

  • 26 12 08 1711 p. 12 : « Je ne suis certes pas capable de parler bien, mais de parler naturellement, je (...)

« woll kan ich leÿder nicht [/] sprechen aber woll
sehr natürlich anderst kan ich nicht reden
alß wie ich dencke »26.

21Mais il lui arrive aussi de trouver déplacée la façon visiblement trop naturelle qu’ont certaines personnes de s’exprimer :

  • 27 14 10 1711 p. 3 : « le duc de Mantoue devait être un familier de la princesse de Celle pour lui con (...)

« der hertzog von mantou muß sehr
vertrawlich mitt der printzes von Zelle gewest
ihr einen so starcken detail zu vertrawen
weßwegen er keine kinder hatt, er muß
gar natürlich sprechen, welches er woll bey seinen
courtissanen mag ahngewont haben »27.

  • 28 « avec votre permission. »

22Ce qui semble choquer dans la conversation du duc, c’est en premier chef les sujets (trop privés !) abordés, la façon trop décontractée pour parler de choses sur lesquelles devraient être jetées un voile pudique – et n’oublions pas que c’est un homme ! Liselotte elle même, bien qu’elle prétend aborder dans ses lettres à Sophie les sujets comme ils lui viennent en tête, prend soin de ne pas parler trop librement de n’importe quoi ou de prendre un minimum de précautions oratoires, ne serait-ce qu’en s’excusant avec « met verlôff, met verlöff...28 ».

23Une nouvelle fois, nous constatons que la « qualité » de la langue se juge selon des critères thématiques et non syntaxiques. De plus, la limite de toute conversation privée (critère du rôle social) dans ses thèmes abordés, reste la bienséance exigée par la noblesse du rang (critère du rang social) ; soucieuse de se ménager une sphère privée, la duchesse d’Orléans, à aucun moment, ne perd de vue sa naissance et donc le rang qu’elle occupe dans la hiérarchie de la sphère publique. Retenons dans le passage suivant les termes sauber et hôfflich qui s’opposent visiblement à grob et aussi gemein.

  • 29 19 11 1711 p. 7 : « Mais il me semble que cela ne sonne pas bien, en particulier la première stroph (...)

« mich deücht aber
daß es nicht woll Lautt, insonderheit daß erste
gesetz, so ich gar nicht Sauber noch höfflich findt
[/] undt so wenig daß ich ahn gestanden [ob?]
ichs E. L. schicken dörffte, aber weillen es von
Lautter bekanten personnen, muß ichs E. L.
doch sagen wen es auch nur were E. L. zu weißen
wie grob man jetzt amour macht ».29

24Liselotte s’efforce de bien distinguer langue privée, même si celle-ci respecte le rang social (plutôt public), et langue publique : or cette dernière, outre ses particularités thématiques, est plus littéraire, plus artificielle, elle est proprement un art, comme elle le dit elle-même (« kunst »), et c’est surtout une contrainte (« gezwungen ») :

  • 30 15 03 1711 p. 9 : « Il m’est impossible de parler autrement que je ne pense. Je trouve que c’est un (...)

« ich kan
ohnmöglich anderst reden, alß ich alß ich gedencke
ich finde es eine rechte kunst anderst zu reden
können »30.

  • 31 14 05 1711 p. 1 : « Je ne saurais imiter l’art de la vieille impératrice de dire tant de choses en (...)

« der alten keÿßerin
ihre kunst könte ich woll nicht nach thun, so viel in
wenig
wortern zu sagen aber I.
H. mein herr vatter S. konte
diß meisterlich auch nichts fatigirt mehr alß
gezwungene
brieff zu schreiben, ich heiße gezwungene brieff
wen man nicht alles sagt waß einem in den
gedancken kompt, wie ich ordinarie thue, undt
auff alle worter acht geben muß, es wer mir woll
hertzlich leÿdt wen E. L. so ahn mich schreiben solte
den ich were gewiß daß alle die gnädige brieffe
so E. L. mir schreiben solten mit mühe undt Unwillen
würden geschrieben werden wen daß were
würde ich kaum daß hertz haben E. L. zu schreiben
dörffen, aber wen man sich nicht zwingt ist es eine
lust ahn denen zu schreiben die man lieb hatt
den abweßendt kan man ja nicht anderst sprechen »31.

25Voilà qui résume bien la caractéristique de la langue « orale » telle que la ressent subjectivement Liselotte ; il s’agit d’une langue sans artifice et sans contrainte, où elle peut se permettre, jusqu’à une certaine limite fixée par la bienséance dévolue à son rang (public), d’aborder des sujets tabous (privés). Il s’agit en somme d’un équilibre savamment dosé entre langue privée et langue publique, où l’on voit que certains éléments du domaine public sont préservés, d’autres cependant, comme nous allons voir à présent, sont refoulés.

2.2. Les murs ont des oreilles...

  • 32 MATTHEIER (K. J.) in : VALENTIN, MATTHEIER 1990 p. 220.

26Les lettres de Liselotte n’ont en effet pas échappé à la censure, organe par excellence de contrôle de la sphère publique. Le contrôle se fait essentiellement sur le plan thématique, où toutes les affaires du domaine public précisément, celles concernant l’Etat et la religion sont à éviter32. Dans les lettres donc, l’absence d’un certain nombre de sujets n’est pas uniquement à imputer à la conscience qu’avait Liselotte de son propre rôle social en tant que femme dans la société d’alors, mais aussi au contrôle exercé pour que cette dame précisément n’aille pas outre le rôle qu’on veut bien lui accorder.

  • 33 Cf les remarques allusives et prudentes au sujet de la campagne de Flandres par exemple dans 8 8 17 (...)

27Pour ce qui est de la politique extérieure, notre corpus contient surtout des lettres écrites en période de guerre, et les hauts faits militaires ne peuvent donc évidemment pas être relatés dans des correspondances privées, surtout si et l’auteur et le destinataire sont des princesses allemandes – ennemies potentielles33 !

  • 34 Cf par exemple 23 2 1711 p. 7 « Madame de Bethune m’a déjà souvent promis de m’envoyer une lettre d (...)

28Nous avons constaté dans les cartons des Archives à Hanovre une grande lacune au moment de la campagne contre le Palatinat qui, ordonnée par Louis XIV et exécutée par Louvois en 1689, provoqua une émotion compréhensible chez la duchesse d’Orléans née princesse Palatine, émotion fort mal vue à la Cour cependant, et ce fut le début de la disgrâce de Liselotte qui dura, au-delà de la mort des acteurs de l’époque, jusqu’à nos jours. L’absence de toute lettre durant ces semaines terribles pour Liselotte n’est certainement pas le fait du hasard. Remarquons cependant que les remarques de Liselotte nous indiquent qu’il était interdit à toutes les princesses, voire à toute la Cour d’aborder les sujets de guerres dans leurs correspondances ou conversations privées, et pas seulement à Liselotte en disgrâce34.

  • 35 entre le 29 mars 1696 et le 26 août 1696, Liselotte discute les idées philosophiques et théologique (...)

29Pour les sujets concernant la religion, rappelons quelle était la situation de l’Europe à ce sujet : l’Allemagne sortait de la guerre de Trente Ans, et vivait une phase d’accalmie où les provinces avaient la religion de leur prince ; certains princes plus libéraux, étaient prêts à accueillir des réfugiés d’une autre confession, c’était notamment le cas du Palatinat sous l’instigation du père de Liselotte. Celle-ci, née protestante, a dû sans conviction changer de religion pour pouvoir épouser le très catholique duc d’Orléans et devenir la seconde dame du très catholique royaume de France qui devint plus catholique encore avec l’avènement de la très dévote Madame de Maintenon. Nous ne ferons qu’évoquer ici la révocation de l’Edit de Nantes et ses conséquences (flots de réfugiés et persécutions) et la suprématie des Jésuites évinçant les Jansénistes. Evoquer dans un pareil contexte des thèmes théologiques et religieux pouvait être dangereux, et pourtant, Liselotte ne se tait pas sur ce sujet, reprochant au roi sa crédulité : elle voit dans son esprit Madame de Maintenon en Tartuffe, le roi en Orgon, et elle s’attribuerait bien le rôle d’Elmire. Encore en 1696, Liselotte n’hésitait pas à se lancer dans de périlleuses réflexions de ce type35 ! Elle s’avance même jusqu’à reprocher directement au roi sa politique en matière de religion :

  • 36 20 5 1696 p. 3 : « je crois que le mieux est que vous, qui n’avez pas à faire avec les gens d’ici, (...)

« ich glaube daß daß beste ist
daß E. L. die hir mitt den leütten nichts zu
thun haben davon glauben waß ihnen beliebt,
ich aber die mein leben hir zu zu bringen habe
muß dran zweÿfflen, ich muß gestehen daß
wen ich in den predigen hör wie man den großen
man lobt die reformirten verfolgt zu haben so werde
ich immer ungedultig drüber, ich kan nicht leÿden
daß man lobt waß übel gethan ist, daß habe ich mir
allezeit nicht vorzuwerffen, den ich lobe nie alß
waß ich lobens wehrt halte »36.

30Probablement conseillée à la modération par sa tante, elle répond :

  • 37 26 8 1696 p. 1 : « Même si on a lu ma lettre, il ne s’en serait suivi aucune excommunication, car l (...)

« wen
man schon meinen brieff geleßen hette, were doch
keine excommunication drauff erfolgt, den man sieht
nur waß scheindt, aber nicht daß es so seÿe undt
dergleichen discours halten alle abte taglich
hir habe also gemeindt daß es sans consequence
were, weillen E. L. aber glauben, daß es gefahrlich
ist will ich nicht mehr philosophiren »37.

31Il est intéressant de constater à travers divers extraits comme ces derniers que pour ce qui est des convictions religieuses et philosophiques, il est souvent question d’une attitude officielle, publique, que l’on affiche parce que la sphère publique, le pouvoir donc, l’exige, alors que cette attitude ne correspond pas du tout à la conviction profonde que l’on garde pour soi, pour sa sphère privée. Cela illustre bien sûr la situation de Liselotte elle-même, s’affichant catholique par nécessité politique, mais protestante convaincue au fond d’elle même. Cette dichotomie est présente chez bon nombre de personnages. Bien des convictions intimes, sur le plan religieux notamment, sont des secrets de polichinel connus de tous, y compris de la police de l’Etat, mais parfaitement tolérées aussi longtemps que ces convictions ne vont pas outre la sphère intime, privée :

  • 38 29 7 1711 p. 16 : « Je crois que Monsieur Cambrai est comme Monsieur Fielding et qu’il a sa petite (...)

« ich glaube daß Monsr de Cambray wie monsr filding ist undt sein petit Religion a part hatt... »38.

  • 39 La preuve étant que le roi n’hésitait pas à demander à Liselotte d’écrire sur son ordre à la tante (...)

32Liselotte pouvait donc légitimement considérer que ses lettres appartenaient à sa sphère privée, et à ce seul titre elle se permettait de montrer des opinions opposées à celles du roi. Mais il semble que le roi lui-même n’était pas de cet avis, qu’il considérait cette correspondance comme un canal quasi officiel39.

33On donne donc l’ordre à Liselotte de se taire, par confesseur interposé :

  • 40 29 7 1711 p. 5 : « Mais j’agis contre la volonté de mon père confesseur qui m’a interdit de dire mo (...)

« aber ich thue gegen meines beichtsvatters
gebott der mir verbotten auff geistliche Sachen
meine meinung zu sagen »40.

  • 41 Cf par exemple 8 11 1711 p. 10 « On ne dit mot au sujet des réfugiés chassés d’Orange, on n’entend (...)

34et elle montre donc en général une prudence résignée, et même si le débat philosophique et théologique semble la passionner, elle ne se lance dans des débats que rarement et toujours très succinctement, veillant à ne point trop contredire la doctrine en vigueur et observant le silence de rigueur dans son entourage41.

35A côté de ces sujets tabous pour tous dans un contexte politique et religieux parfois tendu, il existe des thèmes que Liselotte n’ose aborder et qui concernent sa vie privée, mais dans des domaines à la limite de la sphère publique. Il est évident que les attaques ouvertes contre Madame de Maintenon, même si elles sont à l’origine dues à des griefs privés, concernent cependant l’épouse inavouée du roi, représentant suprême de l’Etat, de la sphère publique donc, et ces attaques ont valu de sévères remontrances à Liselotte, et même si elle ne les abandonne jamais totalement, elle se montre plus prudente :

  • 42 29 4 1711 p. 4 : « Vous me faites rire de bon coeur sur tout ce que vous me dites de Madame de Main (...)

« E. L. machen mich von hertzen
lachen über alles waß sie mir von made de
maintenon sagen, mündtlich wolte ich woll drauff
antwortten schriefftlich lest sichs aber nicht woll thun »42.

  • 43 Cf. par exemple 4 9 1711 p. 13-14 : « Dieu fasse en sorte que mon fils ait beaucoup à faire, mais j (...)
  • 44 5 1 1696 et suivantes

36Cela est valable aussi pour toutes les affaires délicates concernant sa petite famille, son fils, sa belle fille et petite fille, qui sont en réalité des affaires concernant la Famille de France, ce sont donc des sujets à n’aborder que prudemment43. De sévères remontrances ont été faites à Liselotte aussi pour avoir porté sur la place publique (en l’occurence en pleine comédie) un différent privé avec le chevalier de Bouillon44.

37Liselotte n’écrit pas totalement libre de toute contrainte lorsqu’elle confie son courrier à la poste régulière, elle sait bien que son courrier risque d’être lu par les services de police de Louis XIV :

  • 45 22 8 1711 p. 2 : « Mais nos lettres doivent toutes être lues, cela est certain, car comme on ne s’e (...)

« geleßen
aber müßen alle unßere brieffe werden daß
ist unfehlbar weillen man es in 40 jahren
daß ich hir im landt bin nicht müdt worden,
ist nicht zu hoffen daß man es müde werden
kan »45.

  • 46 8 11 1711 p. 8 et uke p. 5, où il est fait allusion à une lettre de l’abbé Reigne à Sophie
  • 47 par exemple 17 12 1696.

38La censure dont elle se savait victime et les contraintes dont elle souffrait à la Cour se répercutent-ils dans ses lettres autrement que dans le choix des thèmes ? Nous avons vu avec les débats théologiques que Liselotte n’hésite pas parfois à aller outre un certain nombre de tabous, un autre exemple peut être cité ici : lorsque Sophie accède en 1711 au rang d’Electrice, ce titre nouveau ne fut pas reconnu de suite par le royaume de France, et il était interdit aux ressortissants français de s’adresser à Sophie avec son titre nouveau. Liselotte passe outre et félicite sa tante pour sa nouvelle dignité. D’autres correspondants cependant n’osent enfreindre les ordres royaux et Liselotte s’excuse pour eux auprès de Sophie46. Par ailleurs, Liselotte n’hésite pas à profiter de la moindre opportunité pour écrire tout ce qu’elle pense à sa tante, notamment lorsqu’elle peut confier sa lettre à un ami faisant route vers Hanovre, évitant ainsi la poste régulière47. Ces lettres courtes et incisives sont révélatrices des contraintes observées malgré tout dans les autres lettres.

  • 48 27 5 1711 p. 3 : « Lorsque je reverrai le roi Jacques (d’Angleterre), je vais lui dire pour autant (...)

39Quant au style, il est difficile de juger s’il subit une quelconque incidence pragmatique due aux contraintes de censure ; d’après un indice que nous trouvons au détour d’une lettre, il semblerait que le style des lettres soit plus libre que ne l’exige l’étiquette de la Cour48.

  • 49 26 5 1711 p. 3 : « je ne peux comprendre pour quelles raisons l’une de mes lettres à été retenue si (...)
  • 50 7 10 1711 p. 12-13 : « J’ai écrit 4 lettres à Louise à Francfort, trois de Fontainebleau et une de (...)
  • 51 CRUYSSE 1989 p. 192 sqq, dont voici un extrait révélateur : « Il y a près d’une heure que j’ai eu l (...)

40Les incidences pragmatiques sont semble-t-il moins sensibles au niveau de la langue qu’au niveau du schéma de communication lui-même. Il est évident que tout retard dans les postes bouleverse ce système de dialogue à distance et éloigne davantage encore les deux correspondantes. Et c’est précisément des retards importants que provoque la censure, le temps que les services de police prennent connaissance des lettres49 ou alors elles n’arrivent pas du tout50. Ce sont ces perturbations qui inquiètent et agacent Liselotte bien davantage que les contraintes thématiques et stylistiques dont elle fait fi quand il lui plaît de le faire. Nos deux correspondantes tenaient tellement à avoir les nouvelles les plus fraîches possibles, qu’elles étaient même prêtes à une importante concession : celle de renoncer à la langue allemande. C’est l’idée qu’eut Sophie en l’été 1702 pour essayer d’accélérer le courrier entre Fontainebleau (d’où les lettres mettaient un ou deux jours de plus que depuis Versailles) et Hanovre : si les censeurs ne perdaient pas de temps à traduire les lettres, elles iraient donc plus vite... Et nous sommes ainsi en possession de neuf lettres françaises à Sophie51 :

41Et il arrive que de curieuses et amusantes interférences se produisent dans le schéma narratif des lettres, lorsque la duchesse d’Orléans, perdant son sang froid, s’adresse directement à ses espions indésirables :

  • 52 22 11 1692 p. 1-3 : « Il faut que l’on soit abominablement curieux pour chercher à savoir ce que vo (...)

« man muß greülich curieus sein umb
zu wißen waß E. L. mir sagen, den dero gnädiges
schreiben sicht man gar woll daß es auffgebrochen
worden, undt sie habens übel undt grob wider zu
gemacht, [...]
sie mögen mir den kopff
woll nicht warm mitt ihrem auffbrechen machens, den
sie mögten mich in einem solchen humor finden
daß ich ihnen die warheit dichte in E. L. Schreiben
setzen mögte, welches ihnen die lust vertreiben
mögte, die brieffe auffzumachen, den respect
den ich dem könig schuldig bin werde ich allzeit
halten, kan undt will nichts gegen I. M. sagen
aber die fuxSchwentzer undt fuxSchwentzerinnen
so umb den könig sein, undt welche ihr divertissement
von unßern brieffen nehmen wollen, werde
ich ihre eygene schände greulich leßen
machen, undt vor augen stellen, so sie in dießen
exercitien fortfahren, nach dießer wahmung
die ich unßern mittleßern gebe ist es auch
woll einmahl zeit daß ich auff E. L.
gnädiges schreiben komme »52.

42Nous avons, à l’aide notamment de passages de nature méta-linguistique tirés des lettres de Liselotte elle-même, essayé de situer la langue de notre épistolière en fonction du contexte sociologique et communicatif. Il nous semble que cette langue, à l’instar de la vie toute entière de l’épistolière, est une subtile alchimie d’aspects privés et publics. Liselotte, par sa langue défend ses positions menacées à la fois dans la sphère publique, où son rôle social en tant que femme, et puis en tant qu’épouse peu aimée et courtisane en disgrâce était de plus en plus négligeable, et à la fois dans sa sphère privée, où elle se réfugie, mais où il lui était difficile d’éviter l’ingérence et le contrôle de la censure. Par sa langue, la duchesse d’Orléans mène un véritable combat pour rester maîtresse du dernier espace qu’elle pouvait encore contrôler dans sa vie, celui de son vaste monde épistolaire.

43Malgré les menaces qui ont pesé sur Liselotte à la Cour, elle a toujours refusé de s’exiler volontairement, défendant âprement le terrain dans la sphère publique qui lui paraissait revenir de droit. Elle s’ancre donc solidement dans cette sphère par le respect qu’elle apporte dans sa langue à son rang et à sa position à l’intérieur de ce que le monde d’alors comptait de plus raffiné et de plus distingué, la Cour de France. Son expression est soignée et les sujets choisis, elle se refuse à toute vulgarité et trivialité pouvant blesser l’étiquette de la Cour de France ou de Hanovre. Elle se positionne encore dans le domaine public en allant parfois au-delà des tabous prescrits, n’hésitant pas à se mêler aux débats notamment philosophiques et théologiques.

44Elle se positionne dans la sphère privée par la nature familiale et familière de la correspondance, où Sophie est considéré comme une interlocutrice privilégiée, avec qui l’on bavarde et s’entretient à bâtons rompus des choses de la vie. Sophie est considérée comme tante bien-aimée et amie intime plus que comme Princesse Electrice, comme une personne donc à qui confier joies et peines, émotions et souvenirs, divertissements et même espiègleries dont on serait fâché qu’elles s’ébruitent dans le grand monde, autre raison pour être agacé par ces lecteurs indiscrets de la censure. La figure publique que représentait néanmoins la duchesse d’Orléans, mère du futur Régent pouvait aussi menacer ce caractère privé de la correspondance entre Liselotte et sa tante, de même que l’avènement prévu de cette dernière au trône d’Angleterre faisait peur à Liselotte pour les mêmes raisons.

45Liselotte avait donc à se défendre des deux côtés, ne voulant pas abandonner de ci, ne voulant pas se laisser envahir de là, Lutte longue et difficile, pour laquelle elle ne disposait guère que d’une seule arme efficace, la langue allemande. Il n’était en effet pas évident de choisir cette langue même pour une correspondance entre deux princesses allemandes (la noblesse allemande de l’époque maîtrisant bien mieux le français que l’allemand !), mais elle a été efficace pendant plusieurs décennies pour former une alchimie entre sphère publique et sphère privée impossible à réaliser avec la langue française.

Bibliographie

Indications bibliographiques

Betten, Anne, Zur Problematik der Abgrenzung von Mündlichkeit und Schriftlichkeit bei mittelalterlichen Texten. In : Neuere Forschungen zur historischen Syntax des Deutschen (= RGL 103) Tübingen, Niemeyer, 1990

Cruysse, Dirk van der, Madame Palatine. Princesse Européenne. Paris, Fayard, 1988.

Cruysse, Dirk van der, Du constat de carence au revirement prometteur : état présent de la Liselotte-Forschung. In : MATTHEIER (K.J.), VALENTIN (P.) (éd.) Pathos, Klatsch und Ehrlichkeit. Tübingen, Stauffenburg, 1990.

Cruysse, Dirk van der (éd), Lettres Françaises. Paris, Fayard, 1989.

Lefèvre Michel, L’Allemand de Madame Palatine. Etude de la correspondance allemande (1676-1714) d’Elisabeth Charlotte, Princesse Palatine, à sa tante, Sophie de Hanovre. 1 volume de description linguistique (410 pages), 2 volumes de corpus (849 pages). Thèse de doctorat nouveau régime, Paris, Sorbonne, 1993.

Mattheier, Klaus Jürgen, Pragmatik und Soziologie der Dialekte. Heidelberg, Quelle und Meyer, 1980.

Mattheier, Klaus-Jürgen, VALENTIN (Paul) (éd.) : Pathos, Klatsch und Ehrlichkeit. Liselotte von der Pfalz am Hofe des Sonnenkönigs. (= Romanica et comparatistica 14). Tübingen, Stauffenburg, 1990.

Notes

1 MANN (Golo) : Der Brief in der Weltliteratur. in : Wir alle sind was wir gelesen, Aufsatze und Reden zur Literatur, Fischer 1989 p. 340 (traduit par nos soins)

2 voir LEFEVRE 1993.

3 Pour une biographie détaillée et précise de Madame, se référer à l’excellent ouvrage de Dirk van der Cruysse (1988), qui met bien en relief l’ambiguïté de cette vie éclairée à la fois par le soleil royal et les chandelles du cabinet d’écriture.

4 Nous rendons compte d’un certain nombre de résultats de notre description systématique de la langue de Liselotte (LEFEVRE 1993 : p. 60-92).

5 Les extraits cités sont issus de notre corpus (LEFEVRE 1993 : vol II et III, 849 pages) d’environ 200 lettres de Liselotte à Sophie, transcrites par nos soins de l’original manuscrit, en un fac-similé qui respecte notamment la disposition des pages et des lignes, l’orthographe, ainsi que l’écriture (caractères droits pour l’écriture gothique-allemande, caractères italiques pour l’écriture latine-française) de l’original. Les citations traduites par nos soins, indiquent la page de la lettre manuscrite.

6 lettre n°uex (date inconnue) p. 19 : « Mais parce que j’avais le choix entre posséder des diamants ou avoir plus de revenus me permettant de bien vivre selon mon rang, j’ai choisi cette dernière solution et laissé tomber tous les bijoux. »

7 3 6 1711 p. 10 : « Votre Dilection ne parlez jamais bien par hasard, mais vous parlez bien parce que bien parler vous est naturel. »

8 18 10 1711 p. 5, remarque au sujet de la seconde épouse du Tsar, veuve d’un officier de petit grade : « car la politesse peut difficilement être chez une veuve de caporal. »

9 Cf. par exemple 18 3 1711 p. 21 « l’on devient d’un extrême commun en Allemagne avec ces ducs et comtes fraîchement nommés, cela me choque », 14 9 1711p. 15, 7 10 1711 p. 8, etc...

10 15 7 1711 p. 8 : « où donc la reine de Prusse, qui est pourtant née duchesse de Mecklenburg, a-t-elle appris à parler de façon bourgeoise ? Elle a peut être trop fréquenté les femmes de chambre et les viles gens. » Cf aussi 26 7 1711 p. 4 (au sujet de la comtesse de Fürstenberg, nièce du cardinal du même nom).

11 MATTHEIER 1980 p. 35.

12 1 2 1711 p. 6 : « Monsieur de Schulenburg m’a dit aussi qu’il avait vu Madame du Maine jouer à Sceaux, sa troupe réunit à présent les meilleurs comédiens de toute la France. »

13 12 1711 p. 13 : « On se divertit que ce soit en conversant, en jouant ou d’une autre manière jusqu’à 3 et 4 heures du matin. Madame du Maine qui connaît bien l’astronomie se divertit en regardant les étoiles et en raisonnant sur elles avec de nombreux savants. Tous les jours on raisonne au sujet d’une nouvelle chose savante, voilà comment Madame du Maine passe sa vie. Dès qu’elle s’ennuie un peu elle a des vapeurs. »

14 1 3 1711 p. 10 : « Madame du Maine connaît parfaitement le latin et a beaucoup étudié. Je n’en suis pas sûre, mais j’ai entendu dire qu’elle connaît aussi le grec. Personne n’est plus savante qu’elle et elle commerce avec tous les savants de Paris. On lit chez elle toutes les nouvelles pièces en vers et en prose. Je ne doute point qu’elle voit autant de belles choses dans la lune que les femmes savantes. »

15 9 12 1696 p. 7-8, au sujet de la comtesse Platen qui maîtrisait parfaitement l’orthographe française, contrairement à la plupart des dames de France.

16 Cf par exemple 26 4 1711 p. 24 : « Vous propostionnez votre discours en fonction de mon entendement. Si vous me parliez de politique ou d’affaires de l’Etat, de philosophie ou de théologie, je ne le comprendrais pas, ce serait jeter des perles aux pourceaux. Vous me parlez de choses que je connais et que je comprends et auxquelles je peux répondre. »

17 2 07 1711 p. 1-2 : « Nous parlons de toutes sortes de choses, comme cela nous vient en tête, nous nous écrivons non pas pour que nos lettres soient éditées et lues après nous, il faut pour cela de belles lettres, mais nous ne nous écrivons que pour nous parler, comme si nous étions l’une près de l’autre. Il ne faut pour cela que tout ce qui nous vient en tête. Je crois volontiers que nos lettres ne sont pas aussi belles que celles de Voiture et Balzac, ou de quelqu’un de la Fruchtbringende Gesellschaft (Académie de lettres). Nous ne les écrivons pas pour autrui, seulement pour nous. Vous vous montrez aimablement satisfaite de mon gribouillis, vos aimables lettres sont toute ma consolation et toute ma joie, est ce que ce n’est pas suffisant ? Que faut il de plus ? Si nos lettres ne plaisent pas aux curieux, qu’ils sachent qu’elles ne sont pas écrites pour eux. »

18 « Vos lettres sont toute ma consolation et toute ma joie. »

19 « nous parler comme si nous étions l’une près de l’autre. »

20 Cf par exemple 10 11 1688 p. 8-9 : « Je voudrais de tout coeur m’entretenir davantage encore avec vous, car c’est certainement la seule consolation que je possède dans ma vie, celle de pouvoir épancher mon coeur auprès de ma tante bien-aimée », et aussi 2 8 1696 p 1, 8 3 1711 p. 14-15.

21 25 1711 p. 15 : « J’ai encore un quart d’heure avant d’aller à table, je peux donc bavarder un peu. »

22 BETTEN 1990 p. 327.

23 BETTEN 1990 p. 333.

24 29 4 1711 p. 16-17 : « Il est vrai que qui lit mes lettres m’entend parler car il m’est impossible d’écrire autrement que je ne parle, mais comme vous savez mieux parler que moi, vous écrivez donc bien mieux ! » Cf aussi 6 9 1696 p. 8, 7 10 1711 p. 11, etc...

25 12 04 1711 p. 7 : « Si vous écriviez autre chose que ce qui vous vient à l’esprit vous m’attristeriez, car c’est un signe que vous m’écrivez sans grande peine que de le faire sans contrainte, et si vous deviez vous contraindre en écrivant, je serais obligée de croire que vous ne pensez plus à écrire à Liselotte et cela serait une chose triste pour moi, car je prétends que vous me préférez en tant que votre dévouée Liselotte qu’en tant que Madame. »

26 12 08 1711 p. 12 : « Je ne suis certes pas capable de parler bien, mais de parler naturellement, je ne sais pas parler autrement que je ne pense. »

27 14 10 1711 p. 3 : « le duc de Mantoue devait être un familier de la princesse de Celle pour lui confier un détail aussi fort que celui pourquoi il n’a pas d’enfants, il doit parler de manière bien naturelle, habitude qu’il a dû prendre auprès de ses courtisanes. »

28 « avec votre permission. »

29 19 11 1711 p. 7 : « Mais il me semble que cela ne sonne pas bien, en particulier la première strophe que je ne trouve pas du tout propre ni polie, à tel point que j’ai hésité, me demandant si je pouvais vous l’envoyer, mais comme il ne s’agit que de personnes connues, il faut tout de même que je le dise, ne serait-ce que pour montrer comment on chante à présent l’amour. »

30 15 03 1711 p. 9 : « Il m’est impossible de parler autrement que je ne pense. Je trouve que c’est un véritable art de pouvoir parler autrement. »

31 14 05 1711 p. 1 : « Je ne saurais imiter l’art de la vieille impératrice de dire tant de choses en si peu de mots, mais feu S.A. mon père était passé maître en cela. Rien ne fatigue plus que d’écrire des lettres contraintes, j’appelle lettres contraintes quand on ne dit pas tout ce qui vient à l’esprit, comme je le fais d’ordinaire, et quand on doit veiller à chaque mot. Cela me désolerait de tout coeur si vous m’écriviez ainsi, car je serais certaine que toutes vos aimables lettres seraient écrites avec peine et mécontentement. Si cela était le cas, je n’aurais guère le coeur de me permettre de vous écrire, mais quand on ne se contraint pas c’est une véritable joie d’écrire à ceux que l’on aime, car en leur absence, il est impossible de leur parler autrement. »

32 MATTHEIER (K. J.) in : VALENTIN, MATTHEIER 1990 p. 220.

33 Cf les remarques allusives et prudentes au sujet de la campagne de Flandres par exemple dans 8 8 1711 p. 9, Cf aussi 22 8 1711 p. 9 et 26 8 1711 p. 8.

34 Cf par exemple 23 2 1711 p. 7 « Madame de Bethune m’a déjà souvent promis de m’envoyer une lettre de vous, [...] mais elle ne l’a pas fait, elle doit donc avoir peur », 5 11 1711 p. 9-10.

35 entre le 29 mars 1696 et le 26 août 1696, Liselotte discute les idées philosophiques et théologiques de M. Helmont en visite chez la tante Sophie.

36 20 5 1696 p. 3 : « je crois que le mieux est que vous, qui n’avez pas à faire avec les gens d’ici, en croyez ce que bon vous semble, quant à moi qui ai à passer ma vie ici, je suis obligée d’en douter. Je dois admettre que lorsque j’entends dans les sermons comment on loue le grand homme d’avoir poursuivi les réformés, j’en deviens toujours impatiente, je ne puis supporter qu’on loue ce qui est mal. Je ne puis à aucun moment me le reprocher, car je ne loue toujours que ce que je trouve louable. »

37 26 8 1696 p. 1 : « Même si on a lu ma lettre, il ne s’en serait suivi aucune excommunication, car l’on ne voit que ce qui paraît, mais non que c’est ainsi. Tous les prieurs tiennent quotidiennement de tels discours ici, je pensais donc qu’il était sans conséquence. Mais comme vous croyez que cela est dangereux, je ne philosopherai plus. »

38 29 7 1711 p. 16 : « Je crois que Monsieur Cambrai est comme Monsieur Fielding et qu’il a sa petite religion à part. »

39 La preuve étant que le roi n’hésitait pas à demander à Liselotte d’écrire sur son ordre à la tante Sophie pour un échange diplomatique officiel, Cf par exemple 19 5 1680.

40 29 7 1711 p. 5 : « Mais j’agis contre la volonté de mon père confesseur qui m’a interdit de dire mon avis en matière de religion. »

41 Cf par exemple 8 11 1711 p. 10 « On ne dit mot au sujet des réfugiés chassés d’Orange, on n’entend pas parler de pareilles choses ici. », et Cf. aussi 9 9 1711 p. 11.

42 29 4 1711 p. 4 : « Vous me faites rire de bon coeur sur tout ce que vous me dites de Madame de Maintenon, en paroles je vous répondrais volontiers, mais par écrit cela est impossible. »

43 Cf. par exemple 4 9 1711 p. 13-14 : « Dieu fasse en sorte que mon fils ait beaucoup à faire, mais je ne vois pas malheureusement que cela soit le cas. Il y aurait beaucoup à dire à ce sujet, mais comme ma lettre passe par la poste et ne sera donc pas seulement lue par vous, mais encore par beaucoup d’autres, il faut que je me taise à ce sujet », et aussi 13 12 1711 p. 11 : « l’éducation donnée à ma petite fille est inimaginable, je n’ai pas le droit de le confier à la poste... ».

44 5 1 1696 et suivantes

45 22 8 1711 p. 2 : « Mais nos lettres doivent toutes être lues, cela est certain, car comme on ne s’en est pas lassé en 40 années que je suis dans ce pays, il ne faut pas espérer qu’on puisse un jour s’en lasser » ; Cf aussi par exemple 4 9 1711 p. 13-14.

46 8 11 1711 p. 8 et uke p. 5, où il est fait allusion à une lettre de l’abbé Reigne à Sophie

47 par exemple 17 12 1696.

48 27 5 1711 p. 3 : « Lorsque je reverrai le roi Jacques (d’Angleterre), je vais lui dire pour autant qu’il m’est possible ce que vous me dites là, car je ne puis le lui dire de la manière où vous me l’écrivez. »

49 26 5 1711 p. 3 : « je ne peux comprendre pour quelles raisons l’une de mes lettres à été retenue si longtemps... »

50 7 10 1711 p. 12-13 : « J’ai écrit 4 lettres à Louise à Francfort, trois de Fontainebleau et une de Versailles, elle n’en a pas reçu une seule, et moi je reçois toutes ses lettres avec exactitude ».

51 CRUYSSE 1989 p. 192 sqq, dont voici un extrait révélateur : « Il y a près d’une heure que j’ai eu l’honneur et le plaisir de recevoir votre aimable lettre du 18 de ce mois. J’ai été d’abord surprise de la voir en français, mais me ressouvenant de ce que vous m’aviez mandé le dernier ordinaire, j’ai vu que vous aviez tout à fait résolu de n’écrire plus en notre langue naturelle. Dieu veuille que cela serve de passeport à nos lettres, et qu’elles ne traînent plus comme elles ont fait par le passé ! Au moins ce ne sera plus la traduction qui les retiendra ! »

52 22 11 1692 p. 1-3 : « Il faut que l’on soit abominablement curieux pour chercher à savoir ce que vous me dites, car on voit bien que votre aimable lettre a été descellée, et ils l’ont fort mal rescellée [...] Il ne faudrait pas qu’ils me chauffent la tête en brisant les sceaux, car ils pourraient me trouver en une humeur telle que je leur dise leur quatre vérités dans les lettres que je vous adresse, ce qui pourrait leur ôter l’envie d’ouvrir les lettres. Je ne manquerai jamais au respect que je dois au Roi, je ne puis ni ne veux rien dire contre S.M., mais aux flagorneurs et flagorneuses qui entourent le Roi et qui prennent leur plaisir en lisant nos lettres, je vais le donner à lire et leur représenter leur abominable honte s’ils persévèrent en pareils exercices. Après cet avertissement à nos lecteurs indésirables, il est temps que j’en vienne à votre aimable lettre. »

Auteur

Maître de conférences, Université du Littoral (Dunkerque).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search