Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Préface

p. 5-8


Texte intégral

1Langage et pouvoir : un tel thème semble s’imposer, tant l’exercice du pouvoir met en jeu de discours, de textes, d’interventions médiatiques qui dans les sociétés démocratiques semblent se substituer à l’exercice direct de la violence. Mais dès que l’on s’applique à regarder de près les textes, on s’aperçoit que les évidences cèdent, se transforment en illusion, sans que pourtant les liens entre l’exercice de la parole et l’assujetissement cessent de paraître.

2Les études ici rassemblées par Marianne Franchéo, et dont la cohérence résulte de celle d’un travail continu sur ce thème, mené dans le cadre d’un séminaire de l’ENS de Fontenay, témoigneront de cette complexité d’une intrication entre l’exercice de la parole, et les conditions et effets de pouvoir qui permettent sa légitimité et son effectivité. Plutôt que de les commenter, je proposerai ici quelques considérations générales.

3 La connexion très imprécise qu’établit la conjonction « et » entre les deux notions de « langage » et de « pouvoir » ouvre le vaste champ des questions que l’on peut poser à propos des relations entre ces deux notions :

  • questions sur la place qu’il convient de donner aux structures sociales dans les théories linguistiques
  • rapports entre le pouvoir et les langues, questions de politique linguistique
  • questions liées à l’usage rhétorique et aux stratégies de persuasion dans les discours tenus par les instances politiques
  • questions liées aux constructions des identités et des solidarités à travers les processus discursifs de catégorisation sociale
  • questions liées aux légitimités et aux légitimations des acteurs, que ce soit à travers une différenciation hiérarchisée des façons de parler (normes et variations) ou par différenciation des activités (compétences particulières, formations discursives).

4Malgré leur diversité, toutes ces questions me semblent avoir un point commun : pour les traiter, on est conduit à se détourner du modèle de la communication. On ne peut plus considérer le langage comme un instrument neutre, dont tout un chacun disposerait également, et où le seul problème serait pédagogique : comment donner à tous un accès égal à cet instrument. On ne peut pas non plus considérer que le langage est essentiellement là pour représenter le monde en rejetant dans des activités cognitives non langagières la transformation des représentations en actes. On fait nécessairement intervenir l’énonciation, dans la double acception que cette notion a reçue ces dernières décennies dans les sciences du langage : toute parole est acte, toute parole est située, prise en charge par des locuteurs concrets. Comme acte, toute parole est interpellation, celui qui l’énonce exerce de ce fait un pouvoir sur celui qui la reçoit, et revendique concrètement sa légitimité à exercer ce pouvoir. Il ne pourra cependant être légitime que dans la mesure où sa parole fera sens dans une organisation discursive déjà là, aucune parole n’est isolée, l’intention du locuteur n’a d’autre matérialité que sa conformité qui seule lui permet de circuler.

5Le paradoxe intéressant est donc celui-ci : il n’est aucune relation sociale qui ne procède de la parole, l’efficacité de la violence ouverte elle-même ne s’exerçant qu’à travers le sens que lui donnent ceux qui y sont soumis ; cependant aucune parole n’a de pouvoir sans procéder d’une matérialité sociale et discursive déjà là, qui donne illusion que le pouvoir est une énergie ou une substance qui aurait une existence indépendante des paroles qui lui permettent de s’exercer. C’est que le pouvoir est bien constitué de paroles, mais que la parole individuelle reste « petite » par rapport à la masse des discours déjà là, et déjà organisés tant par leur articulation interne que par les lieux sociaux qu’elles ont constitué en s’accumulant. Et le sens que prendra dans la pratique tel énoncé attesté, ce n’est ni l’intention du locuteur ni la place déjà inscrite qu’il aurait dans les discours antérieurs qui l’ont précédé et annoncé (en paraphrasant très librement Michel Foucault), mais bien l’effet d’interprétation qu’il exerce en forçant sa place dans cette série, en modifiant – mais peu – toutes les valeurs reçues et en anticipant à son tour les actes discursifs et pratiques qui l’interpréteront.

6Cette conception, qui résulte de l’explicitation même d’un problème (aussi indéterminé soit-il) – la relation entre langage et pouvoir, – ouvre un second paradoxe qui est celui de l’analyste : toute analyse produit un sens particulier pour un discours particulier, qui conduit à un dilemme. Soit on fige le sens dans une stabilisation de l’interdiscours – et le sens dont on rend compte est un sens mort, soit on cherche à lui garder son ouverture et on intervient dans le débat qu’on voulait décrire et analyser. Dans le premier cas, on perd la dimension d’acte, dans le second on renonce à la neutralité axiologique. L’analyse de discours est un discours, un acte qui, à son point aveugle, ne peut sans paradoxe intégrer son faire aux conditions de son dire. Seule la pratique permet à l’analyste de donner une réponse – toujours provisoire – à ce dilemme que N. Elias1 a bien décrit.

7Ce qui nous sauve, ce sera la matérialité de la langue, cette résistance des formes qui fait que la structure des actes sociaux langagiers s’inscrit d’une manière qui n’est pas entièrement arbitraire dans un signifiant qui peut signifier beaucoup, mais jamais n’importe quoi n’importe comment. La grammaire n’est pas un prolongement de la pragmatique.

8Dans les études qui sont regroupées ici, on trouvera une pratique : comment rendre visible cet effet réciproque par un effort à la fois critique et auto-critique du fait que l’on est pris (comme auteur, mais aussi et peut-être surtout comme lecteur) dans des pouvoirs (ces mêmes pouvoirs) en exerçant sa propre parole. On appréciera aussi le fait que ce travail jouant sur deux langues – le français et l’allemand – peut mieux s’appuyer sur la dimension formelle du langage pour en dégager la dimension pratique.

9Septembre 1994

Notes de bas de page

1 N. Elias, Engagement et distanciation, Paris : Fayard, 1993.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.