Version classiqueVersion mobile

Comprendre et aimer la chanson de geste

 | 
Michèle Gally

Le heurt des religions dans Aliscans

Jean Subrenat

Texte intégral

  • 1 L’on privilégiera le terme de « sarrasin », au détriment de « païen » dont le sens contemporain est (...)

1Si l’on prenait Guillaume au mot, l’on en retirerait l’impression que, dans le conflit religieux qui oppose chrétiens et Sarrasins1, toute solution passe nécessairement par la violence et la mort. En effet, à Esmeré qui lui reproche, à juste titre de son point de vue du moins, de lui avoir tué cruellement ses frères et pris sa mère (puisqu’Esmeré est le fils de Guibourc, donc le « fillâtre » de Guillaume, ce qui ne simplifie pas les relations humaines), le comte d’Orange ne réplique-t-il pas :

« Et qu’il het Deu et despit charité,
N’a droit en vie, jel di par verté ;
Et qui l’ocist, si destruit un maufé ;
Deu a vengié, si l’en set mout bon gré.
Tuit estes chien par droiture apelé,
Car vos n’avez ne foi ne lëauté » (v. 1256-1262).

2Aucune tolérance ne semble recevable et, du même coup d’ailleurs, l’idéologie de la guerre se précise.

3« La bataille orrible en Aleschans » (v. 2) n’est pas essentiellement une guerre territoriale. Guillaume doit, certes, défendre et protéger son domaine d’Orange contre une invasion ennemie, quoique, cette terre, il l’ait préalablement conquise, il semble un peu vite l’oublier, contre les Sarrasins qui ne font, en quelque sorte que tenter de récupérer ce qui leur appartenait naguère. Guillaume, rappelons-nous, avait voulu se tailler un fief sur les païens pour en faire ensuite hommage à l’empereur et il avait conquis Nîmes. De là, un peu par bravade et par ennui, il s’était emparé d’Orange sur laquelle son mariage avec Orable lui donnait une certaine légitimité. En définitive, il avait d’autant agrandi l’Empire, c’est-à-dire (et c’est sensiblement la même chose dans le monde épique), la Chrétienté. Il avait donc tenu son engagement vis-à-vis de l’empereur tel qu’il l’avait proclamé pour recruter, au début du Charroi de Nîmes, les « pauvres chevaliers », leur promettant récompenses :

  • 2 Le Charroi de Nîmes, chanson de geste du XIIe siècle, éditée par Duncan McMillan, Paris, Klincksiec (...)

« S’o moi s’en vienent Espaigne conquester
Et le païs m’aident a aquiter
Et la loi Dieu essaucier et monter »2.

4« Conquester », conquérir, c’était donc « aquiter », délivrer, rendre libre le pays et tout en même temps « essaucier et monter », exalter, promouvoir la Chrétienté. Toute violence serait donc justifiée et l’on frémit quelque peu de ce « Dieu avec nous ! » qui tiendrait lieu de morale politique. Mais le péril est là ; c’est encore Guillaume, seul survivant en Aliscans, qui le dit, dans un moment de découragement, devant Vivien agonisant :

« Hé, douce France, com chaiez en vilté !
Biax niés, or ierent paien desmesuré
...
Oncor ravront Orange ma cité,
Tote ma terre et de lonc et de lé ;
Jamés par home ne seront contresté,
Par tote France feront leur volonté ;
N’i avra messe ne matines chanté ;
Si destruiront sainte crestïenté » (v. 911-912 917-922).

5Certes Guillaume se lamente sur la perte de son domaine ; mais c’est toute la « douce France » qui sera honnie sous la domination sarrasine, la « sainte chrétienté » qui sera détruite par les païens « desmesuré », remplis d’orgueil ; l’orgueil est, nous le savons, la grande faute luciférienne, celle de la perdition.

6Cette position est sans doute en relative adéquation avec l’opinion publique contemporaine. Au milieu du règne de Philippe-Auguste, les craintes ancestrales, irraisonnées, remontant, pour simplifier, aux événements de 732 autour de Poitiers, jointes à un certain effroi devant le luxe et la supériorité technique de l’Orient (byzantin ou musulman, la distinction ne devait pas toujours être claire) rejoignaient une préoccupation bien contemporaine : des chevaliers chrétiens résistaient réellement alors à des armées sarrasines innombrables en Terre-Sainte ; là aussi, il s’agissait de délivrer, de libérer, en l’occurrence, le pays où Dieu avait vécu. Or, les récits affirmaient bien que Dieu protégeait ses armées. En réalité, vers 1200, la situation des croisés n’était pas aussi simple ni exaltante, mais, du point de vue épique, la chanson de la Conquête de Jérusalem, sensiblement contemporaine d’Aliscans, montrait comme les grandes souffrances et les grands efforts des chevaliers étaient récompensés : Dieu, qui envoyait les armées célestes en renfort, était avec eux, quand ils se battaient contre les Sarrasins.

7Pour ce public donc, la violence au service de la foi est dans l’ordre des choses : on la vit alors quotidiennement en Orient et tous les récits épiques de cet âge plus ou moins littérairement mythique qu’est l’époque carolingienne montrent que la lutte n’est jamais finie et que la victoire n’est jamais définitive. A peine les réjouissances terminées pour le mariage de Rainouart et d’Aélis que :

« Huimés commence chançon de grant bontez,
...
Com Renoart ocist le grant maufez,
Roi Loquifer, qui tant iert deffaez » (v. 8177, 8179-8180).

8Aliscans n’était qu’une bataille dans une guerre religieuse sans fin.

9Notre chanson donc, comme la plupart des épopées consacrées aux luttes extérieures, ne réprimera guère la violence de ses heurts religieux parallèles aux conflits militaires. Toutefois cette chanson, et ce sera un de ses caractères particuliers, va suggérer une réflexion sur ses causes et ses conséquences en relatant des événements tout à fait étonnants, comme la conversion spontanée de Rainouart. En définitive, les choses seront moins simples qu’il n’y paraît, moins simples que dans la plupart des autres épopées.

10Il n’en reste pas moins que l’on baigne dans l’atmosphère habituelle d’une incompréhension brutale entre les religions.

11Les Sarrasins ont toutes les caractéristiques dont les affuble la tradition épique. Il n’est pas nécessaire de s’y trop attarder ; quelques exemples suffiront.

12Les ennemis ont d’abord les signes extérieurs de leur appartenance au mal, au royaume des Ténèbres : les troupes de Gorant

« Tuit sont cornu et derriere et devant » (v. 80).

13Il est donc légitime de les traiter de « deable » (v. 128) ou d’« aversier » (v. 125).

14Valegrape porte comme armement le « cuir velu... d’une serpent » (v. 6404-6405), et Borrel a, en guise de heaume,

« ... Un chapel
Qui estoit fait de cuir de luitonel » (v. 6203-6203a).

  • 3 Haucebier a également « ... les elz roges ausi comme charbon » (v. 368).

15Flohart exhalait une « grant fumee » dont toute l’armée était « empullentee » (v. 6731-6732) et « plus puoit que charoigne porrie » (v. 6766). Tout cela est assez banal, aussi bien que les yeux de braise3 ou les ongles de griffon qui caractérisent Agrapart (v. 6262- 6263).

16Il faut en revanche être plus attentif à Margot dont le fief va

« Desc’a l’abisme ou desevrent li vant.
Iluec dist en que Lucifer desçant » (v. 5916-5917).

17Ce sont, en clair, au bout du monde, les portes de l’enfer.

  • 4 Ils emploient l’expression « par Mahomet », de la même manière que les chrétiens disent « par Dieu  (...)

18Ces Sarrasins adorent Mahomet4, Cahu, Apollin, Tervagant qu’ils proclament (e.g., v. 6320), prient (e.g., v. 1801, 5988) ou implorent (e. g., v. 6091, 7491). L’on entend quelques professions de foi comme :

« Par Mahomet, ou j’ai mon chief voé... » (Esmeré, v. 1265),
« Mes, se ja m’ame ait de Mahom salu... » (Danebron, v. 1344),
« Par Mahomet, a cui je doi servir, ... » (Aarofle, v 1379).

19Notre auteur d’ailleurs ne conteste pas la ferveur religieuse des Sarrasins qui font, par exemple, ... le signe de Mahomet (v. 5246), symétrique de notre signe de la croix. Ses héros chrétiens ne mettent pas en cause les croyances de leurs adversaires, ni même l’existence de leurs dieux ; mais de leur point de vue, il s’agit d’un culte diabolique dont les divinités ne sont que des puissances infernales ; aussi Guillaume peut-il crier à Danebron qu’il vient de tuer :

« El puis d’enfer iras o Belzebu
Avec tes dieux Mahomet et Cahu » (v. 1372-1373).

20Il est temps alors de préciser le contenu spirituel de cette religion qui entraîne la ferveur des Sarrasins. Une très belle tirade d’Aarofle contient sa profession de foi. Il commence par dénigrer les dogmes chrétiens : le baptême c’est « trespas de vent » (v. 1505), les sacrements et la religion sont « soudoiement » (v. 1509), la foi chrétienne « enchantement » (v. 1510). Dieu existe sans doute, mais il est

  • 5 C’est pourquoi sans doute, il importe de refuser l’Incarnation, comme le fait Aarofle (v. 1480), la (...)

... « lassus desor son firmament
Il n’a ça jus de terre plein un arpent » (v. 1513-1514)5.

21En revanche voici le credo sarrasin :

« Ainz est Mahom a son commandement.
Icel nos done et l’orage et le vent,
Le fruit des arbres, le vin et le forment ;
Lui doit on croire et fere son talant » (v. 1515-1518).

  • 6 Le Couronnement de Louis, chanson de geste du XIIe siècle, éditée par Ernest Langlois, C.F.M.A., Pa (...)

22Telle était aussi la foi de Corsolt qui prétendait, dans le Couronnement de Louis, que Dieu avait trop peur de lui pour oser redescendre sur terre6. Une telle conviction rappelle les termes de la troisième tentation du Christ, telle que la rapporte Luc :

L’emmenant alors plus haut, le diable lui fit voir en un instant tous les royaumes de l’Univers et lui dit : « Je te donnerai toute cette puissance et la gloire de ces royaumes, car elle m’a été remise et je la donne à qui je veux » (Lc 4, 5-6).

23Les Sarrasins sont, très exactement donc, les sectateurs de celui que le Christ lui-même, d’après l’évangéliste Jean, appelle « le prince de ce monde » (Jn, 12, 32). Leur haine pour les chrétiens ne peut alors être qu’à l’image de celle de leur maître. Ainsi s’explique en particulier la violence de leurs agressions verbales, par exemple :

  • 7 Avec l’à-propos dont il a le secret, Guillaume, vainqueur, reprend avec délectation le schéma rhéto (...)

« ... N’en irez losengier !
Ja vostre Deu ne vos avra mestier,
Ne vos porra secorre ne aidier » (v. 1062-1064),
« ... Danz gloz, or i parra
De vostre Deu com il vos aidera ! » (v. 1089-1090 ; cf. 1564- 1565)7
« Gloz, dit Margot, ta mort est en presant ;
Ja de ton Deu n’avras deffendement » (v. 5952-5953).

24Tout cela est fort logique puisque, pensent les Sarrasins, le Dieu des chrétiens est dans le firmament et n’en peut descendre pour protéger les siens.

25Aarofle résume parfaitement la position sarrasine vis-à-vis des chrétiens lorsqu’il dit à Guillaume :

« Par Mahomet ne me vient pas a gré
Que nus hom croie la sainte Trinité
Ne le bautesme ne la crestïenté
Ne que Jhesu ait point de poesté » (v. 1475-1478).

26Il n’y a aucun compromis possible. L’intolérance est réciproque.

27Car, pour les chrétiens, la lutte contre le mal, c’est-à-dire contre Satan et ses suppôts, est primordiale. L’auteur ne ménage pas sa peine pour montrer leur violence aussi bien en paroles qu’en actes. Il prend lui-même évidemment fait et cause pour ses héros traitant par exemple Desramé l’émir sarrasin de « cuvert mescreü » (v. 8058) et n’employant guère, pour qualifier l’ennemi, que des termes méprisants parmi lesquels se remarquent les allusions dénigrant sa religion dévoyée : « mescreanz » (v. 212), « cele gent aversiere » (v. 675), « de la loi mescreanz » (v. 5640).

  • 8 Des les maudie (v. 437).

28Son parti pris va jusqu’à des formules de malédictions8 contre l’ennemi :

« Li rois de gloire, qui tôt a en justise,
Doint au paien que sa char soit malmise ! » (v. 1851-1852).

29En revanche, il ne ménage pas les formules d’action de grâces pour l’action de la Providence au secours des siens :

« Dex le gari (v. 6929),
Saint Esperit la force li doubla » (v. 1101).

30Il soutient également – et d’une manière purement rhétorique – ses héros par ses prières incessantes :

  • 9 Cf. v. 2470 : Dex le conduie, qui fist ciel et rosee !
    v. 2486 : Veit s’en Guillelmes, qui Diex soit (...)

« Or le garisse cil qui le mont forma. » (v. 1553),
« Dex le garisse, qui en croiz fu penez ! » (v. 1736),
« Or le conduie Jhesu a sauveté ! » (v. 1908)9.

31allant jusqu’à des embryons de prières du plus grand péril comme :

« Or le garisse cil qui le mont cria
Et qui Adam de la terre gita
Et sa moillier de sa coste forma
Et en la Virge pucele s’aombra
Et el desert. XL. jorz jeuna » (v. 1108-1112),

32quand il ne tente pas de faire frémir ses auditeurs par quelques exclamations de crainte et d’espérance comme :

  • 10 Cf. v. 6210 : Se Dex n’en pense, qui forma Danïel
    v. 6714 : Se Dex n’en pense, qui fist ciel et rous (...)

« Se Dex n’en pense par la soe merci » (v. 260)10.

  • 11 Voir sur ce point la table des noms propres de l’édition Claude Régnier.
  • 12 Par exemple, v. 2719, 3768, 3771.
  • 13 Par exemple, v. 164 sqq., 236, 3223-3225.
  • 14 Par exemple, v. 2499, 3789.

33Pour l’auteur donc, Dieu ne cesse de protéger les siens, c’est une évidence et tout son texte est imprégné de cette atmosphère de confiance chrétienne ; allusions aux saints11, signes de croix12, prières13, vénération mariale14, dans une parfaite orthodoxie. Les personnages réagissent conformément à cette foi. Même Blanchefleur, ayant pris conscience de la faute que fut sa réaction d’égoïsme devant les demandes de Guillaume, propose d’accomplir une pénitence qui rachèterait son péché :

« J’en souferrei, s’il vos plest, tel hachie
Que del paleis m’en irai despoillie,
Trestoute nue sanz chemise vestie,
Jusqu’au mostier Saint Vincent l’abaïe » (v. 3351-3354).

34Une fois que l’on a admis cette humilité de la reine – mais c’est une Aymeride –, on constate que le seul chrétien qui ne soit pas à la hauteur de sa foi est l’empereur Louis. Lorsqu’il apprend l’arrivée de Guillaume à Laon, non seulement il refuse de l’accueillir avec les honneurs dus à son rang, avec même la simple décence qu’il devrait avoir vis-à-vis d’un malheureux, image du Christ en pauvreté, mais il le maudit :

« As vis deables soit il hui commandez,
Tant nos avra traveilliez et penez.
Ce n’est pas hom, ainz est uns vis mafez » (v. 2802-2804).

35Guillaume, quant à lui, fera appel à la pitié et à la charité du roi (v. 2840-2841). Toute la cour se détourne avec la même veulerie que le roi. C’est « à l’arrière » que l’on trouve les « tièdes ».

36Mais au milieu de la vigoureuse atmosphère chrétienne qui soutient les combattants, Guillaume, parmi les chrétiens, est mu par une foi particulièrement combative.

  • 15 « Chier lor cuit vandre la mort de Viviant,
    Que je lessai desoz l’arbre en l’Archant » (v. 4355-4356 (...)

37On pourrait objecter que Vivien se bat lui aussi pour sa foi et va même jusqu’au martyre, en odeur de sainteté (v. 826, 876). Il a, certes, une attitude exemplaire dans son souci de pénitence puisqu’il a peur d’avoir violé son serment. Mais, dans la rapidité de l’action, le temps manque pour approfondir les éventuelles motivations de guerre religieuse : Vivien avait fait un vœu, il meurt, chrétiennement, en respectant son vœu, telle semble bien être l’idée dominante de l’auteur pour son jeune héros. En outre, sa mort va être une raison supplémentaire de la poursuite des hostilités et de la détermination des survivants, en particulier de Guillaume : il s’agit de venger Vivien15. Toutefois, cette réaction passionnelle de l’oncle endeuillé ne fait que renforcer sa profonde conviction religieuse. Il se bat pour « l’honneur de Dieu », il le proclame hautement devant Aarofle qui exigeait qu’il abjurât :

« Voir, dist Guillelmes, trop m’avez demandé.
Je nel feroie por plein val d’or comblé.
Voir, mielz voudroie avoir le chief copé
Et piece a piece tot mon cors desmembré
Que je guerpisse le roi de maiesté.
Trop par iés fous, n’as point d’umilité.
Fel renoiez, tis cors ait maldahez !
Je ne te pris vaillant un chien tüé,
Ne toz tes dex un denier moneé.
Quanque tu as et dit et devisé,
Desdi ge tot en l’anor Damedé ;
Sel defendré a mon brant acéré » (v. 1487-1498).

  • 16 Le texte rappelle souvent la foi de Guillaume manifestée dans ses œuvres et justifiée par la Provid (...)

38Cette proclamation – qu’il convenait sans doute de citer en entier – contient toute la justification de Guillaume du point de vue religieux : refus absolu de l’abjuration, profession de foi d’une fermeté sans faille, suivie des habituelles insultes à un ennemi sectateur de divinités méprisables (on se rappelle que les chrétiens admettent l’existence des divinités païennes, mais les considèrent comme êtres infernaux), défi de l’adversaire : Guillaume défendra sa foi à la pointe de l’épée pour l’honneur de Dieu, comme nous le disions à l’instant. La chanson contient d’autres professions analogues, mais celle-ci fournit sans doute la meilleure formulation de l’enjeu religieux et de la manière violente dont il doit être envisagé pour « la loi Deu essaucier et monter » (v. 2083)16.

  • 17 Jean-Charles Payen, Le motif du repentir dans la littérature française médiévale (des origines à 12 (...)

39Il faut pourtant se garder de considérer Guillaume comme un être monolithique qui frapperait aveuglément tout ce qui n’est pas chrétien. Il est au contraire un être sensible qui voudrait éviter la violence et est épris de paix. Les jugements portés sur lui par Jean-Charles Payen restent vrais : « La tradition fait de lui », écrivait ce critique, « un pacifique acculé par les circonstances à des violences qu’il voudrait éviter, mais qu’il ne saurait point réprouver après coup »17. Que l’on songe au début de sa discussion, sur le champ de bataille, avec Aarofle :

« Sarrazins, frere, di par ta loiauté,
Que t’ai meffet dont m’as cuilli en hé ?
Se je t’ai rien ne tolu ne emblé,
Droit t’en feré tot a ta volenté,
Si hautement vos sera amendé » (v. 1469-1473).

40Proposition conciliante donc devant laquelle le Sarrasin reste froid ; aucun accord n’est possible sans abjuration. Pour Guillaume c’en est trop (« Trop m’avez demandé », v. 1487). La violente profession de foi déjà citée est en même temps une fin de non recevoir définitive. Mais le mouvement était à l’origine si peu belliqueux que le Sarrasin lui-même avait eu, comme Guillaume, des paroles conciliantes :

« Mes, se ton Deu voloies relenquir,
Et Mahomet aorer et servir,
Encor porroies seüremant garir » (v. 1393-1395).

41La haine n’est donc pas primitive. Tout pouvait se discuter sauf la foi religieuse. C’est en fait l’honneur de chacun de rester ferme dans ses convictions ; l’incompréhension vient de l’impuissance à tolérer la croyance de l’autre.

42C’est donc bien dans les tentatives de conversions qu’apparaît le mieux cette volonté de rencontre pacifique avec l’ennemi et c’est le refus de cette conversion qui justifiera alors la reprise des hostilités. Du point de vue chrétien, aucun compromis n’est possible : l’idéologie épique, nous le savons depuis la Chanson de Roland (v. 1015), est que

« Paien unt tort e chrestïens unt dreit ».

43Il n’est pas possible de transiger avec le mal, avec le mensonge (« Dieu est Vérité »). Persévérer dans l’erreur étant diabolique, la guerre sainte est inévitable ; c’était la conviction de Guillaume déjà signalée :

« Puis que li hom n’aime crestïenté
Et qu’il het Deu et despit charité,
N’a droit en vie, jel di par verté ;
Et qui l’ocist, si destruit un maufé ;
Dieu a vengié, si l’en set mout bon gré » (v. 1256-1260).

44Or, ce qui est intéressant et dans une certaine mesure surprenant, c’est que l’idée de conversion dans Aliscans est associée tout particulièrement au personnage de Rainouart, dont il faut enfin parler. La conversion de Rainouart est elle-même évidemment décisive, mais c’est lui, avant même son baptême, dans le camp chrétien, qui sera confronté de près au problème de la conversion des autres en deux circonstances : en face de Valegrape et en face de Baudus. Cela nous oblige à nous interroger sur le statut de ce personnage qui est en fait à la charnière des deux mondes apparemment irréconciliables et qui montre pourtant (ainsi d’ailleurs que sa sœur Guibourc) quelle est la solution espérée et souhaitée par toute la Chrétienté en vue d’une réconciliation.

45Il ne faut jamais oublier que, tout au long de la chanson, Rainouart est un catéchumène pour l’odieuse raison que l’empereur Louis, par mépris (par racisme ?) lui a toujours refusé le baptême malgré ses demandes réitérées (v. 3582, 3646-3648, v. 4285, 7870- 7872). Il faudra attendre la victoire pour qu’il soit enfin introduit officiellement dans l’Eglise, grâce à Guillaume et Guibourc (v. 7867 sqq.). Les choses iront ensuite très vite puisqu’il sera immédiatement adoubé (v. 7919 sqq.) et qu’il épousera Aélis, la fille de l’empereur, se retrouvant de la sorte neveu par alliance de Guillaume, dont il était déjà le beau-frère.

  • 18 Sur cette question, il convient de consulter André Moisan, répertoire des noms propres de personnes (...)
  • 19 Le Couronnement de Louis, éd. citée, v. 695-789.
  • 20 Voir par exemple v. 3708, 3730-3732, 4662, 5517, 6370-6371, 6593, 6936- 6937, 7046, 7088-7090, 7386
  • 21 Voir par exemple, v. 3625, 3674, 5486, 6386, 6631, 6770, 7253-7254. Cette piété ne va d’ailleurs pa (...)

46L’attitude de Louis était incompréhensible quand on constate comme la foi de Rainouart était non seulement très intense, mais aussi très informée. Il sait battre sa coulpe, faire le signe de la croix (v. 7233). La prière du plus grand péril, qu’il prononce lors de son combat avec Bauduc est très circonstanciée, la plus importante de toute la chanson. Elle témoigne de la bonne connaissance qu’a Rainouart des grands événements bibliques traditionnellement rapportés dans ces circonstances (v. 7192-7231)18. et soutient la comparaison avec celle de Guillaume dans le Couronnement de Louis au moment où il affrontait Corsolt19. Son action militaire est ponctuée de formules et de prières20 chrétiennes, comme les emploient les autres chevaliers – chrétiens de vieille souche. On remarque en particulier sa piété mariale, plus développée que celle de Guillaume21.

  • 22 Par exemple saint Orner (v. 3542), saint Thomas (v. 4856), saint Vincent (v. 5967), saint Marcel (v (...)
  • 23 V. 3611, 3735, 3909, 4560, 4697, 4854, 4916, 5063, 5538, 6086, 6278, 6818, 7976.
  • 24 Le Couronnement de Louis, éd. cit. v. 2674.

47Le dernier trait qui frappe dans sa conviction religieuse est la conscience qu’il a prise de l’importance de la défense de l’Empire pour la protection de la foi chrétienne. Comme les autres chrétiens, il invoque les saints22, mais il semble avoir une prédilection pour saint Denis qu’il invoque treize fois23 sur les dix-sept occurrences du nom dans le texte ; or saint Denis est le protecteur de la couronne impériale que Guillaume devait sa « jovente user »24 à protéger.

  • 25 Aussi ne faut-il pas trop le prendre au sérieux lorsque, dépité d’être oublié par Guillaume dans le (...)

48Un catéchumène dont les convictions sont à ce point assimilées et affermies ne peut être qu’un redoutable combattant de la foi, entraîné par l’enthousiasme du néophyte. Il le montre sans cesse, car, sans lui, la bataille d’Aliscans fût restée un désastre ; il défend l’empire, il défend la Chrétienté, il n’a aucun état d’âme vis-à-vis de ses anciens corréligionnaires, mais manifeste son impatience à les combattre (v. 3735-3741), proclame hautement devant eux sa foi, avec un tel enthousiasme qu’il se considère déjà comme baptisé25 :

« Si m’aïst Dex, dirai vos veritez ;
En droit baptesme sui Renoart clamez. » (v. 7054-7055),
« Ge croi en Deu et ses saintes bontez
Et la pucele quel porta en ses lez.
Tant com je vive n’en ert mes cuers tomez » (v. 7078-7080).

49Enfin – et peut-être surtout – il tente de les convertir.

50En face de Valegrape, il échoue ; la rencontre avait été d’autant plus dramatique que Valegrape et Rainouart sont frères. Le combat a à peine commencé que Rainouart propose à Valegrape la conversion (v. 6494) ; ce sera la conversion ou la mort (v. 6502-6504). Valegrape, le reconnaissant, tente la conversion inverse (v. 6604- 6606). Rainouart reste intraitable, refuse même de donner l’accolade à son frère qu’il n’aura de cesse de tuer puisque, décidément, il rejette l’ultime prière, pourtant ardente du héros.

« Tu es mis freres, c’est vérité provee ;
Quar croi en Dieu, qui fist ciel et rousee,
Et en Marie, qui roïne est clamee !
Se tu le fez, t’ame sera salvee » (v. 6624-6627).

51« Ton âme sera sauvée » et tu éviteras la mort physique.

52Vis-à-vis de Bauduc, Rainouart aura plus de chance. Ils sont cousins et se sont reconnus dès le début du combat (v. 7058-7059). L’affrontement est cruel, mais constamment ponctué de réflexions ou d’exhortations religieuses. Bauduc veut ramener à Mahomet son cousin (v. 7072-7075c). En face, Rainouart prononce les plus belles exhortations à la conversion, invocations ou professions de foi (v. 7078-7080, 7165-7166, 7189, 7253-7254, 7284-7287) et en particulier sa longue « prière du plus grand péril » (v. 7192-7231) dont la clausule est :

« Si com c’est voirs, et nos ice creon,
Garis mon cors de mort et de prison,
Et que conquière Bauduc cest Esclavon
Et que gel puisse avoir a compaignon » (v. 7228-7231).

53Or le miracle se produit, la prière de Rainouart est exaucée :

« Mes Dex de gloire a le paien sauvé ;
Ne velt que muire, si ait crestïenté » (v. 7312-7313).

54Bauduc demande le baptême :

  • 26 Bauduc sera baptisé avec tous ses hommes au v. 8004-8009. La conversion du seigneur accroît la Chré (...)

« Sire cosins, aiez de moi pité ;
...
Aide moi por Deu de maiesté,
Tant que je fusse en sainz fonz généré » (v. 7315, 7317- 7318)26.

55Rainouart en verse des larmes de joie :

« Quant Renoart a le roi escouté,
Que par amors li a merci crïé
Et qu’il veut croire Jhesu de maiesté,
Ne fust si liez por plain val d’or comblé ;
Il ne se puet tenir qu’il n’ait ploré » (v. 7328-7332).

56Telle est l’évolution idéale, celle qui est toujours souhaitée. Seul pourtant Rainouart a pu obtenir (mériter ?) la grâce de conversion, qu’il avait explicitement demandée, pour un ennemi.

57L’auteur semble bien avoir, parallèlement à Vivien le saint martyr, voulu faire de Rainouart le vrai chevalier conquérant de la foi qui va jusqu’au bout de ses convictions dans les circonstances les plus tragiques qui soient, puisqu’il doit combattre contre son ancien camp, contre sa famille. Il n’avait sur ce point aucun état d’âme en apparence ; n’avait-il pas proclamé :

« N’espargneré ne frere ne parent » (v. 5982).

58ou encore, après avoir tué Aenré son cousin et fait le décompte des survivants de sa famille :

« Se jes ateing de cel tinel quarré,
Ja n’i avra gardé fraternité » (v. 6054a-6055).

59Il est prêt à recommencer s’il le fallait :

« Se en Orenge vient paiens de Cartage,
Tel fust ferai ou il avront domage.
Tant ai ocis de cels de mon lignage
Sanglante en est et la tere et l’erbage » (v. 7826-7829).

60Même devant son père, il ne faiblit pas :

« Je vos defi par le cors saint Denis.
Ne sui vo filz, certes, ne vos amis » (v. 6818-6819).

61Toutefois l’auteur lui fait éviter le parricide (v. 8056-8063).

  • 27 Pour ne rien dire évidemment de son attitude devant Guibourc ou Aélis.

62Et pourtant Rainouart n’est pas le géant brutal que son physique et son origine laisseraient supposer. Il a dans le combat27 de grands accès de douceur, vis-à-vis de Baudus par exemple (v. 7333). Il ne se complaît pas, malgré les apparences, dans la brutalité quand il réfléchit ; comme Guillaume, il voudrait qu’il en fût autrement. Après avoir blessé son père, contemplant son tinel ensanglanté,

De son lignage s’est un poi porpensez.
« A ! las, dist il, tant sui maleürez !
Or ai ocis les miens amis chamez,
Et a mon pere ai brisié les costez.
Icist pechié ne m’iert ja pardonnez » (v. 6860-6864).

  • 28 Mathieu, 10, 37-38.

63Son conflit intérieur est douloureux ; comment l’expliquer autrement que par une incohérence que le personnage n’a manifestement pas ? Il me semble qu’il est une illustration extrême des drames que peut entraîner dans la foi chrétienne le respect dû à la parole du Christ : « Qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi. [...] Qui ne prend pas sa croix et ne vient pas à ma suite n’est pas digne de moi »28. Rainouart a montré sa préférence, mais ce lui est une croix.

  • 29 Mathieu, 5, 3.

64Rainouart, Guillaume, Vivien, chacun à sa façon, et sans doute d’une manière complémentaire, illustrent l’opposition des religions dans Aliscans. Vivien, combattant d’un courage reconnu par tous, avait, à cause de son « covenant », vocation au martyre. Il est un héros glorifié, mais victime des Sarrasins. Son rôle sur terre aura été limité. Il n’a pas fait avancer matériellement la cause de la Chrétienté. Guillaume, le chef de guerre, avec l’assistance de Guibourc la convertie, assume ses responsabilités d’une manière irréprochable et il n’est pas sans mérite lorsqu’il affronte seul les hordes ennemies dans la première bataille, mais aussi lorsqu’il doit, malgré sa colère, patienter à la cour d’un empereur indigne. Il aimerait la paix, il n’a pas le loisir de s’en rendre compte longtemps. Il affirme avec autorité morale, les prérogatives de la foi chrétienne en face des forces du mal que représentent les Sarrasins. Mais Rainouart paraît bien du point de vue religieux, le héros le plus actif, le plus complet ou efficace. N’hésitant jamais à frapper et à tuer, intransigeant, sa foi est capable de déplacer la montagne qu’est la fausse croyance de Bauduc. On peut se demander si l’auteur ne veut pas, à travers lui, donner une lueur d’espérance. La violence est partout et la chanson de geste est aux antipodes de l’irénisme, de la douceur, voire de la prédication patiente. Mais restant dans le ton du genre qu’il faut prendre comme il est, on constate que, si Guibourc, convertie, est une grande dame féodale admirable, Guillaume et l’amour humain avaient été, dans la Prise d’Orange, des adjuvants efficaces à sa conversion. Rainouart, lui, s’est, si l’on ose dire, converti tout seul. Sous ses dehors rudes, bien qu’il soit fils de roi, dans le monde chrétien, c’est un pauvre, au sens de la béatitude29. Il se jette à corps perdu dans la défense de sa nouvelle foi et de la terre où elle s’épanouit ; il ne cherche pas d’accommodements confortables avec le ciel, il sauve la Chrétienté. Mais il prouve en même temps que les conversions sont possibles, qu’elles sont efficaces et qu’elles sont une voie d’avenir. La violence qu’il emploie n’est pas suffisante, elle est le plus souvent vaine, même si elle est indispensable.

65A travers ce personnage, et dans les limites étroites que permettait le genre épique, on serait tenté de voir un début de remise en cause de la bonne conscience qui présidait à nombre d’autres chansons. C’est un Sarrasin qui donne cette leçon avant même d’être baptisé. Il n’est pas le seul converti de l’épopée médiévale, mais il est le seul dont la conversion est aussi rayonnante et active.

Notes

1 L’on privilégiera le terme de « sarrasin », au détriment de « païen » dont le sens contemporain est différent et de « musulman » à cause de sa charge affective actuelle qui risquerait de créer des a priori dommageables à une lecture d’un texte du XIIIe siècle, qui doit rester littéraire.

2 Le Charroi de Nîmes, chanson de geste du XIIe siècle, éditée par Duncan McMillan, Paris, Klincksieck, 1972, v. 651-653.

3 Haucebier a également « ... les elz roges ausi comme charbon » (v. 368).

4 Ils emploient l’expression « par Mahomet », de la même manière que les chrétiens disent « par Dieu ». La table des noms propres de l’édition Régnier permet aisément de s’en rendre compte.

5 C’est pourquoi sans doute, il importe de refuser l’Incarnation, comme le fait Aarofle (v. 1480), la confesser serait admettre que Dieu est aussi maître de la terre.

6 Le Couronnement de Louis, chanson de geste du XIIe siècle, éditée par Ernest Langlois, C.F.M.A., Paris, Champion, 1965, v. 522-543.

7 Avec l’à-propos dont il a le secret, Guillaume, vainqueur, reprend avec délectation le schéma rhétorique de son ennemi pour crier :
« Cuvert paien, or a il bien paru
Que mielz vaut Dex que Mahom ne Cahu » (v. 1630-1631).

8 Des les maudie (v. 437).

9 Cf. v. 2470 : Dex le conduie, qui fist ciel et rosee !
v. 2486 : Veit s’en Guillelmes, qui Diex soit en aïe !

10 Cf. v. 6210 : Se Dex n’en pense, qui forma Danïel
v. 6714 : Se Dex n’en pense, qui fist ciel et rousee.

11 Voir sur ce point la table des noms propres de l’édition Claude Régnier.

12 Par exemple, v. 2719, 3768, 3771.

13 Par exemple, v. 164 sqq., 236, 3223-3225.

14 Par exemple, v. 2499, 3789.

15 « Chier lor cuit vandre la mort de Viviant,
Que je lessai desoz l’arbre en l’Archant » (v. 4355-4356).
dit Guillaume à Guibourc.
Dist a ses homes : « Barons, or i parra
Qui en cest jor Vivien vangera
Et sor paiens hardïement ferra.
Liez porra estre qui le pris en avra,
Mais je cuit bien que Renoart l’avra ;
Sus toz les autres le pris emportera » (v. 5178-5183).

16 Le texte rappelle souvent la foi de Guillaume manifestée dans ses œuvres et justifiée par la Providence : par exemple :
« Por Deu, seignor le verai creator,
Tant com vivons, meintenons bien l’estor » (v. 465-466),
dit Guillaume et l’auteur ajoute :
« Et Damedeu li estoit en aïe » (v. 479).
Voir aussi 511-519, 548-548a, 1185-1191, 1357-1360, 6156-6161.

17 Jean-Charles Payen, Le motif du repentir dans la littérature française médiévale (des origines à 1230), Genève, Droz, 1968, p. 154. Le critique écrit encore : « Guillaume est un soldat qui n’aime pas le sang ; son infortune est de devoir tuer toujours, alors même qu’il ne rêve que de vivre en paix » (p. 154). « Guillaume, de tous les héros épiques du Moyen Age, est à la fois, bien malgré lui, le plus meurtrier et celui qui attache à la vie humaine le plus grand prix. » (p. 155)
Guillaume est aussi un chevalier qui prie beaucoup et souvent (voir en particulier v. 47, 497-498, 566, 610-626, 685-686, 730-733, 1059-1060, 1126- 1136, 1185-1191, 1404-1406, 1462-1468, 1598-1600, 1728, 1881, 1940-1941, 2317-2319, 2533-2534, 2856-2857, 3023, 5885, 6059-6061) et a une piété mariale assez souvent signalée (voir en particulier v. 867-868, 1186, 1599, 2216, 2330, 2533, 4165, 6725).

18 Sur cette question, il convient de consulter André Moisan, répertoire des noms propres de personnes et de lieux cités dans les chansons de geste françaises et les œuvres étrangères dérivées, t. II, vol. 5, troisième partie, suppléments, Genève, Droz, 1986, pp.944-956. Cette étude fait en outre le point de la bibliographie antérieure.

19 Le Couronnement de Louis, éd. citée, v. 695-789.

20 Voir par exemple v. 3708, 3730-3732, 4662, 5517, 6370-6371, 6593, 6936- 6937, 7046, 7088-7090, 7386.

21 Voir par exemple, v. 3625, 3674, 5486, 6386, 6631, 6770, 7253-7254. Cette piété ne va d’ailleurs pas sans une simplicité un peu naïve caractéristique du personnage (par ex. v. 6296, 6923).

22 Par exemple saint Orner (v. 3542), saint Thomas (v. 4856), saint Vincent (v. 5967), saint Marcel (v. 6523), saint Léonard, v. 6776), saint Julien (v. 6777 ; on se rappelle qu’il se fera moine à Saint Julien de Brioude dans le Moniage Rainouart), l’apôtre du pré Néron (v. 3804).

23 V. 3611, 3735, 3909, 4560, 4697, 4854, 4916, 5063, 5538, 6086, 6278, 6818, 7976.

24 Le Couronnement de Louis, éd. cit. v. 2674.

25 Aussi ne faut-il pas trop le prendre au sérieux lorsque, dépité d’être oublié par Guillaume dans les festivités de la victoire, il prétend retourner à la religion musulmane (v. 7542 sqq.). Il le proclame haut et fort, prend des engagement « par Mahomet » (v. 7618, 7681). Mais il se force, le naturel finit toujours par ressortir malgré lui car il invoque en même temps l’apôtre du Pré (v. 7620) et se réfère à « Damedeu qui tôt a a sauver (v. 7795).

26 Bauduc sera baptisé avec tous ses hommes au v. 8004-8009. La conversion du seigneur accroît la Chrétienté comme il l’avait promis (v. 7322-7325). Elle s’accompagne d’allégeance vassalique.

27 Pour ne rien dire évidemment de son attitude devant Guibourc ou Aélis.

28 Mathieu, 10, 37-38.

29 Mathieu, 5, 3.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search