Version classiqueVersion mobile

Comprendre et aimer la chanson de geste

 | 
Michèle Gally

De la Chanson de Guillaume à Aliscans : quelques aspects de l’art épique au XIIe s

François Suard

Texte intégral

  • 1 Voir les conclusions de J. Wathelet-Willem au t. I de ses Recherches sur la Chanson de Guillaume, L (...)
  • 2 Paris, Champion, 1990 ; voir t. I, p. 40.

1Le texte en dialecte anglo-normand que nous propose le ms. Additional 38663 du British Museum date du milieu du XIIe siècle1 ; il précède ainsi de trente à quarante années la version de la bataille de Larchamp – Aliscans que proposent les manuscrits cycliques de la Geste de Guillaume, et notamment le ms A2, édité par Cl. Régnier2. Toutefois, l’espace de quatre décennies est insuffisant à rendre compte des différences qui séparent La Chanson de Guillaume (CG) d’Aliscans (Al) : le texte de Londres est le résultat de la lente sédimentation de traditions différentes, alors que la version rajeunie est le résultat d’un travail unique ; de là l’impression d’une distance considérable entre les deux oeuvres, dont le passage de l’assonance à la rime est la marque la plus évidente.

  • 3 Voir d’autres aspects de ce problème dans notre article, « Vax poetae » dans la Chanson de Guillaum (...)
  • 4 Voir J. Frappier, Les Chansons de geste du cycle de Guillaume d’Orange, Paris, Sedes, t. I, 1955, p (...)

2Pour cerner les aspects majeurs de cette distance3, et envisager quelques caractéristiques de l’évolution de l’art épique au XIIe siècle, il convient de prendre en compte la totalité des deux chansons, même si les ressemblances textuelles précises ne concernent qu’une petite partie des oeuvres. On sait en effet que la première partie du Guillaume suit un autre modèle que celui qu’utilise Aliscans4, modèle plus ancien hors des prises du remanieur. La conséquence paradoxale de ce trait est que seule la partie la plus récente de CG peut-être rapprochée avec précision d’Al, et que cette partie est sans doute, à partir de l’apparition de Renouart, fortement abrégée. C’est donc l’ensemble des deux oeuvres qui doit être examiné, si l’on veut dégager les grandes orientations du travail poétique qui les caractérise.

3On distinguera trois aspects du problème : la conception et la construction du récit, le travail sur la laisse, le travail sur le vers.

Conception et construction du récit

4La conduite du récit, lorsqu’une comparaison terme à terme apparaît possible, est plus rapide dans CG que dans Al. La scène de la mort de Vivien, traitée de façon assez proche dans les deux chansons, en fournit un exemple intéressant.

5On notera d’abord la brièveté du passage dans CG : trois laisses (CXXXI – CXXXIII), dont la dernière aborde du reste un thème différent, et soixante-quinze vers. Al consacre à la scène six laisses (XXIII – XXVIII) et 251 vers, soit un peu plus du triple.

6La première laisse, en â, paraît avoir été divisée par Al en deux laisses à la rime très proche, -ant et ans. Ce premier moment de la scène voit la découverte du corps de Vivien par son oncle et le début du planctus de Guillaume. Les ressemblances textuelles sont nombreuses :

CG, CXXXI
« Li quons Willame chevalche par le champ,
Tut est irez e plein de maltalant ;
Rumpit les laz de sun healme luisant,
Envers la terre li vait mult enbrochant...
Viviën trove sur un estanc,
A la funteine dunt li dui sunt bruiant,
Desuz la foille d’un oliver mult grant,
Ses blanches mains croisies sur le flanc ;
Plus suef fleereit que nule espece ne piment.
Parmi le cors out quinze plaies granz,
De la menour fust morz uns amirailz.. »
v. 1981-1984 ; 1988-1994

Al, XXIII
« Li quens Guillelmes ot mout le cuer dolant
Moût fu iriez et plains de maltallant.
Roz ot les laz de son elme luisant,
Encontre terre li fu aval pendant...
Vivien vit jesir sor un estanc,
Desoz un arbre foillu et verdoiant,
A la fonteine dont li doit sont bruiant... »
Al, XXIV
« Plus soef fleire que basme ne piment ;
Sus sa poitrine tenoit ses mains croisant...
Parmi le cors ot. xv. plaies grant,
De la menor fust mort un amirant. »
v. 781-84 ; 786-88 ; 826-27 ; 829-30

7Mais Al étend sur deux laisses la description de Viviën. Il en est de même pour les plaintes de Guillaume.

8La fin de la laisse CXXXI présente en quatre vers (v. 1997-2000) le premier lamento de Guillaume, qui correspond à deux séquences différentes d’Al, XXIII et XXIV, v. 807-816 et v. 831-859. Les deux premiers vers de CG paraissent correspondre à la deuxième séquence d’Al :

« Viviën sire, mar fu tun hardement,
Tun vasselage, ta prouesce, tun sen ! »
v. 1997-98

« Nies Viviëns, dist Guillelmes li frans,
Mar fu vo cors, qui tant par iert vaillant,
Vostre proesce et vostre hardement »
v. 831-33

9Les deux autres vers de CG (v. 1999-2000) résument divers passages de la laisse XXIV (v. 848-849 ; v. 855-856). Figurent naturellement dans Al des éléments absents de CG, qui modifient l’esprit du passage ; la pensée de Guibourc est présente dans le lamento de la laisse XXIII (v. 815-816), alors qu’elle n’aura aucune place dans CG. Le poète d’Al introduit aussi dès la laisse XXIV le motif de la communion de Viviën (v. 850-854), avec le regret de n’être pas arrivé à temps :

10« Las, que ne ving tant com il fu vivant !

11Del pain que j’ai fust acomeniant » (v. 850-851)

12alors que CG passera sans transition à ce motif à la laisse CXXXIII. Les deux laisses suivantes ont même voyelle tonique finale dans CG et Al :

13– è (CXXXII et XXV) suivie de  (CXXIII et XXVI), dont Al fait des rimes en -ele et en -é. On rencontre à nouveau des formules très proches :

CG, CXXXII
« Viviën sire, mar fu, jovente bele,
Tis gentil cor e ta teindre meissele ! »
(v. 2001-2)

Al, XXV
« Niés Viviëns, mar fu, jovente bele,
Ta grant proesce, qui toz tans iert novele. »
(v. 861-62)

ibid., CXXXIII
« Viviën sire, mar fustes unques ber,
Tun vasselage que Deus t’aveit doné ! »
(v. 2017-18)

ibid., XXVI
« Viviëns sire, mar fu vostre bonté !
Ta grant proesce, que Dex t’avoit doné... »
(v. 882-83)

14Mais la répartition entre les laisses n’est pas toujours identique : certains éléments de la laisse en -è (CG) figurent dans la laisse en -é (Al) :

C G, CXXXII
« Jo t’adubbai a mun paleis a Termes ;
Pur tue amur donai a cent healmes,
E cent espees e cent targes noveles »
(v. 2003-5)

Al, XXVI
« Quant je a Termes vos oi armes doné,
Por vostre amor i furent adoubé
. c . chevaliers et d’armes conreé »
(v. 890-92)

15CG reste plus bref que Al, avec l’absence d’éléments significatifs ; il n’est pas question de Guibourc (cf. au contraire Al, v. 863-868) et, paradoxalement, la recherche du pathétique s’accomode d’une certaine sobriété, puisque CG ne connaît pas l’évanouissement de Guillaume (cf. Al, v. 869-872).

  • 5 C’est une différence non négligeable avec Al, qui présente une véritable confession de Viviën, bâti (...)

16Enfin la comparaison de la laisse CXXXIII de CG avec les laisses XXVI-XXVIII d’Al permet de compléter les remarques que nous faisons sur la technique de l’amplification dans Al à propos des laisses XXIII-XXIV. Dans CG, la laisse CXXXIII est composite : on y voit la profession de foi de Viviën5, suivie de sa communion et de sa mort. Guillaume veut emporter le corps à Orange, mais il en est empêché par les Sarrasins, qui capturent Guiot. Après s’être lamenté sur ce nouveau malheur, Guillaume repart au combat. Dans la laisse XXVI d’Al, la scène de la communion du héros est seulement amorcée : Vivien dit son désir de recevoir le pain « que prestre eüst sacré » (v. 936) et bat sa coulpe ; la laisse suivante reprend ces éléments narratifs, en n’y ajoutant qu’une plainte de Guillaume :

« De mon lignage ai perdu tôt le grain » (v. 971)

17et la laisse XXVIII présente la communion et la mort du héros, suivi du départ de Guillaume, qui croit pouvoir emmener avec lui le corps de son neveu. Le contenu des trois laisses d’Al étant proche de celui de la laisse CXXXIII, on peut donc imaginer qu’à partir d’un modèle comportant une laisse en , le remanieur ait composé deux laisses bâties sur des rimes proches (-é et -er), séparées par une laisse en – ain, qui permet d’abord de réintroduire le planctus de Guillaume.

18A la démarche rapide et efficace de CG correspond donc chez le poète d’Al un souci de la progression cohérente, qui cherche à maintenir un lien entre les différentes sources du pathétique. On pourrait parler à son propos d’une composition inspirée par une rhétorique lyrique, la composition de CG, qui procède par juxtapositions et par oppositions, se fondant avant tout sur des échos immédiatement repérables et faisant intervenir un lyrisme plus direct, comme peut le montrer un rapide coup d’œil sur les procédés de composition auxquels recourent les deux oeuvres.

19Si l’on considère par exemple les 1980 premiers vers de CG, on constate qu’ils déclinent, en la modifiant sans cesse, une même expédition chrétienne à Larchamp, par trois fois infructueuse ou n’obtenant qu’un succès partiel. La première étape est déjà le résultat d’une double modification par rapport au schéma rolandien d’une lutte glorieuse et pathétique à mener contre un ennemi supérieur en nombre. Le chef légitime des Chrétiens, Tiébaut, est indigne de la tâche qu’il doit assumer ; il s’enfuit du champ de bataille en laissant derrière lui Vivien. Dès lors ce personnage, qui aurait pu être le « jeune » d’un couple héroïque Tiébaut-Viviën, devient au contraire l’aîné d’un couple Viviën-Girard, un écuyer de Tiébaut qui n’a pas voulu suivre son maître dans sa fuite. Ce couple, véritablement héroïque, est destiné à se dissocier : Girard part pour Barcelone afin de chercher du secours, tandis que Viviën, bientôt seul, succombe sous le nombre.

20La deuxième étape, résultat du message de Girard, voit la première expédition de Guillaume, qu’accompagnent Girard et Guichard : elle se termine par l’anéantissement des Chrétiens, à l’exception de Guillaume, qui rapporte le corps de Guichard. Chef incontesté et loyal des Français, Fierebrace s’oppose à Tiébaut le lâche, mais le couple épique est à la fois triade – Guillaume, Girard et Guichard combattent ensemble – et binôme antithétique : Girard meurt en héros, alors que Guichard, au moment de l’agonie, renie sa foi.

  • 6 Guiot lui-même sera bientôt fait prisonnier, voir v. 2072-2087.

21La troisième étape débute par le retour douloureux de Guillaume dans sa ville, moment comparable à celu de l’arrivée de Girard – un message de deuil est apporté, que rend plus tragique la vision du corps de Guichard, neveu de Guibourc – mais aussi très différent : c’est le héros qui remplit l’office du message. Guillaume, aidé par son épouse, réunit une nouvelle armée, qu’il conduit seul vers Larchamp. Mais Guiot, frère cadet de Vivien, reconstitue vite un couple épique avec son oncle : il force Guibourc à le laisser partir au combat, force l’accord de Guillaume et lui sauve la vie. A la fin de l’épisode, le comte a de nouveau perdu tous ses guerriers6, mais il abat Deramé, son principal adversaire, auquel Guiot coupe la tête :

« Or out vencu sa bataillez Willame » (v. 1980).

  • 7 Voir sur cet aspect très important de l’esthétique épique le livre récent d’E. Heinemann, L’Art mét (...)
  • 8 Cf. v. 1673-1676 et v. 465-469.

22Ici encore, les phénomènes d’écho7 sont importants, surtout par rapport à la première étape : Guillaume et Guiot se rerouvent en position de compagnons8, tandis que le personnage plaisant et déjà truculent de petit Gui annonce Renouait, tout en rappelant Girard.

23Dans ces trois épisodes successifs, le poète a donc pleinement joué des relations qu’il tisse entre des situations et des personnages ou groupes de personnages comparables. A chaque fois des éléments changent, sans modifier le sens d’une donnée essentielle, à dominante lyrique : le sacrifice des chrétiens. Ainsi Guillaume triomphe de Deramé, mais il reste seul, à l’exception provisoire de Guiot, ce qui revient au cas de la deuxième bataille. La mort des chrétiens réclame donc vengeance, d’où la nécessité d’une ultime bataille, à laquelle le secours de Louis et l’intervention de Renouart apporteront l’appui nécessaire.

24Ces échos directs, à caractère lyrique, sont moins fréquents dans Al. Certes, dans la première partie de la chanson, il est possible de noter un parallélisme entre la situation de Guillaume et celle de Vivien, car les deux héros sont bientôt privés de leurs compagnons ; mais une différence essentielle sépare les personnages. Vivien est entièrement guidé par la volonté d’accomplir son voeu ; dans ce but, il acceptera, ou plutôt affrontera la mort, tandis que Guillaume, dans la plus grande partie du passage, fuit vers Orange (v. 549-718 ; v. 1119-1929), tandis que le poète approuve son attitude :

« Puis que il voit qu’il ne puet efforcir
Et que sa force ne le puet resbaudir
Se plus demeure, por fol se puet tenir,
Quant por un cop en vet. c . recuillir » (v. 692-695).

25De même, l’opposition radicale entre la revanche de la dernière partie de la chanson (v. 5349 sqq) et la défaite du début relègue à l’arrière-plan les échos directs. Non seulement le succès s’oppose à la défaite, mais les circonstances de la lutte sont complétement différentes : de nombreux Français, et surtout le lignage de Narbonne, qu’épaule le terrible Renouait, participent à la revanche, tandis que Guillaume et Viviën se détachaient nettement de l’ensemble des Français dans la première partie.

26Al, adoptant une procédure plus narrative, exploite les échos indirects qu’il provoque entre des épisodes apparemment très différents les uns des autres. Ainsi le passage de la rixe d’Orléans avec le châtelain, puis avec les bourgeois, fait figure d’intepolation. En réalité, il s’agit d’une relecture des combats de Larchamp ; c’est à l’aune de ce souvenir que peut se lire l’orgueil du châtelain :

« Dex, dist Guillelmes, qui tôt as en baillie
De . c . m . Turs m’avez salvé la vie
Et uns seus hom me ledenge et chastie... » (v. 2516-2518),

27tout comme les assauts des bourgeois :

« Mainte saiete ont sor lui decochie
En son haubert et en l’escu fichie
Et el cheval, mais il ot garantie » (v. 2529-2531).

28Le massacre auquel se livre Guillaume est donc explicable à plusieurs niveaux : d’une part, il permet de réprimer au plus vite l’orgueil de la commune (v. 2538-2539), mais ces nouveaux adversaires imposent aussi l’image des Sarrasins :

« Ja i morré plus tost qu’en paienie » (v. 2536).

29Un peu plus loin, l’arrivée de Guillaume à Laon présente avec la scène des portes d’Orange un rapport assez précis, qu’on ne trouve pas au même degré dans CG. Dans ce dernier texte, après que les « légers bachelers » (v. 2475) ont montré leur ingratitude au héros, Louis accueille Guillaume au palais :

« Willame munte lé marbrins degrez
Li rais le beise, si l’aset al digner » (v. 2504-2505).

30Dans Al, au contraire, la porte du palais est fermée sur ordre de Louis,

« Que n’i pue hom ni issir ne entrer,
Tot por Guillelme, qui tant fet a douter » (v. 2903-2904),

31et la scène suggère de nombreux échos avec celle de l’arrivée à Orange : urgence pour le héros, démarches successives d’un serviteur (le portier Samson) et du maître (Guibourc, Louis). Ces échos mettent en évidence des modifications significatives : Guillaume, méconnu à Orange, est ici parfaitement identifié ; les païens, qui menacent Orange, sont absents de Laon ; accueilli à Orange, Guillaume est rejeté à Laon. Ainsi se révèlent de façon éclatante l’ingratitude et la lâcheté de Louis.

32La technique de l’écho dans Al, très subtile, témoigne de l’évolution de la chanson de geste vers le narratif. On pourra tirer le même enseignement d’une réflexion sur la technique de la description dans les deux chansons.

33Décrire le combat revient, dans CG, à exploiter quelques éléments qui dégagent le sens général d’un moment de la lutte. Ainsi, dans la première partie du poème (combats de Viviën), il s’agira de montrer l’amenuisement progressif des forces chrétiennes. Plutôt qu’une succession de combats singuliers, le poète invite à se représenter la souffrance des chrétiens.

« Qui donc veïst les danceals enseignez,
Lier lur plaies e estreindre lur lez ! » (v. 520-521).

34Al préfère insister, dans une formule comparable, sur la violence d’un échange dont les combattants sont absents :

« Dont veïssiez fier estor esbaudi,
Tant fort escu estroé et croissi,
Tant hiaume fret tant hauberc desarci » (v. 2533-2555).

35Remarquable est par ailleurs dans CG, à ce moment de l’action, l’absence de paroles ; seule se fait entendre la voix de Vivien, qui encourage les siens, ou les plaintes des chrétiens qui se lamentent sur le sort de leurs proches :

« Seignurs baruns, que purrad de vus estre ?
N’avrez mes mirie pur nul home de terre » (v. 537-538) ;

36les païens forment une masse silencieuse, qui dévore progressivement la troupe chrétienne. Le mutisme de l’ennemi est donc exploité comme élément descriptif, qui donne à voir l’inhumanité.

37Dans Al au contraire, les païens prennent la parole, et même s’ils profèrent menaces ou insultes, ils restent ainsi au niveau des autres combattants :

« Trop lor avons lor orgueil consenti ;
Mes, ainz le vespre que il soit aseri,
Se tendra bien Guillelmes pro honi
Et por mauvés et récréant failli » (v. 248-250)

38On notera également le registre beaucoup plus vigoureux dans CG que dans Al lorsqu’il s’agit de décrire la douleur qui règne dans Orange à l’annonce de la défaite. Al se contente d’indications sommaires :

« Adont i ot mainte lerme ploree » (v . 2237, fin laisse L)
« Mout fu li dels en Orenge pesant ;
Plore Guiborc, des autres ne sai quant » (v. 2238-2239, début laisse LI)

39alors que CG donne toute sa place à la description de la salle du palais désertée par les guerriers et embrassée par le regard désespéré de Guillaume :

« Il veit les bancs, les formes e les tables,
La u soleit seer sun grant bamage ;
Il ne vit nul juer par cele sale
Ne déporter od eschés ne od tables » (v. 2394-2397).

40Suscitée comme personnage à part entière par l’absence qui la mutile, la salle devient figure muette – du silence même de la mort – que Guillaume interpelle :

« Ohi, bone sale, cum estes lung e leel... » (v. 2399).

41Ce pouvoir lyrique de la description, cette association de l’image et de la plainte qui est un des moments très forts du poème se distinguent nettement de la technique plus narrative d’Al, qui ne recherche le lyrisme que dans le dialogue ou dans le planctus.

Le travail sur la laisse

  • 9 Voir notre contribution aux Mélanges Poirion, citée n. 3.

42Nous avons montré ailleurs9 que CG aime à débuter la laisse par un discours annoncé à la fin de la ligne précédente, qu’il s’agisse d’un monologue ou d’un dialogue, alors qu’Al situe les discours à l’intérieur de la laisse. La position forte qui est celle de l’intonation accentue le caractère lyrique du procédé dans CG.

  • 10 Voir sur cette question la contribution de D. Boutet à Mourir aux Aliscans. Etudes réunies par J. D (...)

43La tendance narrative d’Al se traduit aussi par des enchaînements plus complexes10, une action annoncée comme imminente ne se trouvant réalisée ou développée que plus tard. Ainsi, dans la scène de Laon, le narrateur annonce à la fin de la laisse LXI que Louis se prépare à observer Guillaume :

« Sus as fenestres vet li rois apoier
Por esgarder le marchis au vis fier » (v. 2721-2722) ;

44mais cette démarche n’est effectuée que trois laisses plus loin (LXIV) :

« Looïs prist un baston de pomier,
A la fenestre s’est alez apoier
Et voit Guillelme plorer et lermoier » (v. 2873-2874) :

45nous aurons assisté auparavant à l’ambassade de Samson et au défilé des chevaliers ingrats. Le poète indique un objectif auquel les événements qui le précèdent donnent sens, tandis que ces derniers ne peuvent être eux-mêmes compris qu’une fois l’objectif atteint. Il en est de même lorsqu’à la fin de la laisse LXXI le poète mentionne, sans la décrire, la générosité de Guillaume à l’égard de son hôte Guimar :

« Dejoste lui les assist au mengier ;
Moût les ennore Guillelmes le guerrier » (v. 3414-3415) ;

46il y revient cinq laisses plus loin (LXXVI) et procède cette fois à une description assez précise des marques d’estime de Guillaume à l’égard de Guimar et de sa famille (3827-3836). Il ne s’agit plus, cependant, de la même scène qu’à la laisse LXXI : entre temps se sont déroulés les préparatifs de la marche vers Orange, la manifestation de Renouart et la détermination de la date du départ. La célébration de la générosité scande ainsi deux temps forts de l’épisode de Laon : la réconciliation de Guillaume et de Louis et le départ en force vers la revanche sur les Sarrasins ; elle distingue Guillaume de Louis et augure favorablement de la nouvelle expédition.

47L’examen de la clôture des laisses dans CG et Al permet également de faire apparaître d’importants traits distinctifs. On sait que le refrain semainier, généralement situé à l’avant-demiers vers de la laisse, constitue une caractéristique majeure de CG ; mais il convient aussi de considérer les groupements de vers dans lesquels entre le refrain. Si l’on considère seulement l’assonance, on a affaire à un distique ; mais dans la mesure où ce distique est souvent lié, pour le sens, au vers antépénultième, on se trouve parfois devant une sorte de tercet.

48Ainsi la première laisse se termine par un distique :

« Lunesdi al vespre.
Oimas comence la chançun d’Willame » (v. 10-11) ;

49il en est de même pour la laisse XXXIX :

« Lunsdi al vespre.
Mar fud le champ comencé sanz Willame » (v. 487-488).

50On peut en revanche lire un tercet à la fin de la laisse VII :

« Il est mis uncles, vers li ne m’en atis,
Lunsdi al vespre ;
Jo nem met mie al pris Willame » (v. 86-88),

51ou de la laisse XVI :

« Si enverrai pur Willame, qui conbatera s’il ose,
Lunsdi al vespre ;
Ja ne combaterai sanz Willame » (v. 199-201).

52Le tercet peut être constitué par trois vers bâtis sur une même assonance -èe :

« Lunsdi al vespre.
Ovrerent la porte, si recoillent Willame,
Grant piece est qu’il i volsist estre » (v. 2326-2328) ;

53il peut même céder la place à un quatrain unifié par le sens et par des phénomènes d’écho :

« En Larchanp requistrent le paien Deramed.
Malveis seignur les out a guier,
Lunsdi al vespre.
En Larchamp vindrent desur mer a destre » (v. 145-148).

54Le goût pour un ensemble rythmique situé en fin de laisse conduit le poète à rechercher la constitution de distiques. L’assonance reste celle de l’ensemble de la laisse, mais une forte articulation sémantique unit les deux vers. La scène du retour de Guillaume à Orange en offre plusieurs exemples.

55Ainsi, à la fin de la laisse CXL, le narrateur conclut sur la victoire du héros qui a libéré les captifs et abandonné la « preie » :

« Veit le Willame, sin ad Deu aoré ;
Il la rent tute as chaitifs del régné » (v. 2297-2298) ;

56à la fin de la ligne suivante, Guibourc affirme qu’elle reconnaît son époux :

« A icest colp resemblez vus Willame :
Venez vus ent, ja ert la porte overte » (v. 2305-2306) ;

57quant à la laisse CXLII, elle comporte, on l’a vu, le refrain semainier (v. 2326-28).

58Dans Al, au passage correspondant, seule la laisse XLVI, qui présente la rencontre avec le portier, montre une clôture en distique :

« Li portier l’ot, prist soi a merveillier ;
De Deu de gloire se commence a seignier » (v. 1981-1982).

  • 11 La ponctuation adoptée dans l’édition, qui sépare des autres le v. 2115a (de toute façon non indisp (...)
  • 12 Ce passage recourt au procédé de l’annonce des événements contenus dans la suite de la chanson.

59La laisse XVII se termine par une longue réplique de Guibourc (v. 2031-2038), la laisse XLVIII recourt à un passage narratif développé (v. 2112-2116a11), ainsi que la laisse XLIX (v. 2183- 218812).

60On peut noter la même distance entre les deux textes pour le passage qui fait suite, et qui présente les douloureux entretiens de Guillaume et de Guibourc à Orange. Dans CG, six laisses sur huit se terminent par un distique, lequel est le plus souvent une brève réplique. En CXLIII et CXLIV, Guibourc exprime sa douleur en apprenant la disparition de ses proches parents :

« Deus, dist la dame, quel duel de Bertramt !
Pur ço me peise que je l’amoue tant » (v. 2356-2357),
« Deus, dist la dame, quel duel et quel tristur !
Pur ço me peise que jo l’amoue mult » (v. 2371-2372).

61A la fin de la laisse CXVII, le narrateur annonce par un distique l’échange pathétique qui tente de dépasser le dueil :

« PlureWillame, Guiburc s’est pasmee ;
Il la redresce, si l’ad confortée » (v. 2408-2409),

62et les trois laisses suivantes font alterner les répliques des personnages :

« Sire, dist ele, ço ferum nus assez
Quant nus avrom nostre siecle mené »
(v. 2420-2421, fin laisse CXVIII),

63et les propos du narrateur :

« A icel mot s’est Willame colchié ;
Par mein a l’albe muntad le bon destrer »
(v. 2435-2436, fin laisse CXLIX),

64en recourant toujours au distique.

65Pour tout ce passage, la procédure d’Al est différente ; aucun distique ne figure à la fin des laisses L-LV, mais différentes formules sont adoptées : vers unique, faisant suite à un discours direct :

« Adont i ot mainte lerme ploree » (v. 2237, fin laisse L),

66ou constituant une réplique :

« Non faz je, sire, Jhesu vos soit aidant ! »
(v. 2279, fin laisse LI) ;

67réplique de trois vers :

« Dex, dist Guillelmes, qui en la croiz fus mis,
Fu onques dame tant fust de sages dis ?
Or me consaut Dex et sainz Esperis ! »
(v. 2317-2319, fin laisse LII ; voir aussi 2342-2344, fin laisse LIII) ;

68intervention du narrateur sur trois vers :

« Tant vet Guiborc Guillelme deproiant
Qu’en France ira, ce li a convenant
Por le secors dont il sont desirrant »
(v. 2366-2368, fin laisse LIV),

69ou sur un seul :

  • 13 Ce vers constitue en fait une transition avec le contenu de la laisse suivante ; il annonce autant (...)

« Dame Guiborc a sovent regretee » (v. 2471, fin laisse LV13).

70Dans les deux textes se remarque donc, dans un passage pathétique, la volonté de conclure la laisse sur une formule vigoureuse, mais les procédés sont différents. Dans CG le distique, inspiré sans doute par le groupe des deux vers constitué à partir du refrain, est la formule habituelle, tandis que Al fait alterner vers unique et groupement de trois vers.

Le travail sur le vers

71De la Chanson de Guillaume à Aliscans, le rapport entre vers et unité sémantique s’est considérablement modifié ; CG, comme les poèmes les plus anciens, respecte la coïncidence entre le mètre et le sens ; Al, quoique de manière non systématique, cherche à briser le cadre du décasyllabe en recourant aux enjambements et aux rejets.

72Soit, lors de la scène des portes d’Orange, la description faite par le portier du cheval de Guillaume. CG, sur trois vers, propose trois unités sémantiques procédant par adjonction :

« Si chevalche un alferant tel
Il n’ad si bon en la crestiënté,
N’en paenissme nel poet hom recovrer » (v. 2229-2231).

73Dans Al un distique détache, par un rejet, le terme cheval, dont le poète signifie dès lors le caractère étonnant :

« La defors est un chevalier armez
Sor un cheval, aine ne fu veü tel » (v. 1992-1993).

74Dans le même texte, une cascade d’enjambements et de rejets caractérise la première réponse de Guibourc aux demandes de Guillaume :

Et dist Guiborc : « Vassal, ni enterrez.
Tote sui sole, n’a o moi home nez
Fors cest portier et un clerc ordenez
Et un enfant, n’a pas . XV. anz passez,
Et fors nos dames, qui les cuers ont irez
Por lor mariz, que mis sire a menez
En Aleschans sor paiens deffaez » (v. 2012-2018).

75Si l’on peut retrouver une construction classique, procédant par adjonction, aux v. 2015-2016, le contenu du premier hémistiche des v. 2014, 2017 et 2018 est essentiel à l’intelligence du second hémistiche des v. 2013, 2016 et 2017, et l’on peut parler de rejet. Cette procédure s’étend sur un espace important (cinq vers), et la phrase estompe les limites du vers, adoptant un rythme qui se rapproche de la prose. On comparera avec le passage correspondant de CG, plus bref et de contenu un peu différent :

Ço dist Guiburc : « Vus nus mentez !
Culvert paien, mult savez cuntrover ;
Par tels enseignes ça enz nen enterez,
Car jo sui sole, od mei n’ad home nez » (v. 2240-2243).

76Ici, chaque vers, parfois chaque hémistiche font sens ; l’espace rythmique du décasyllabe et la structure de la phrase coïncident.

77Ailleurs, Al ajoute aux procédés précédemment repérés un système de parallélismes et d’échos sonores qui miment la complexité d’un récit :

« Sire font il, malement nos esta.
Un chevalier, qui par ici s’en va,
Le chastelain, biau sire, ocis nos a,
Et des borgois tant que conte n’i a,
Por sol itant que l’en li demanda
Por quoi armez par ici trespassa » (v. 2563-2568) ;

78en un passage de ce genre, on se trouve déjà en face de la richesse expressive de la phrase romanesque d’un Chrétien, qui fait dire à l’Orgueilleux de la Lande, venu se constituer prisonnier devant la reine :

  • 14 Le Conte del Graal, éd. f. Lecoy, CFMA, 1973, v. 4028-4033.

« Dame, saluz vos mande
uns chevaliers que je mout pris,
qui par ses armes m’a conquis.
De lui ne sai que plus vos die,
mes qu’il vos anvoie m’amie,
ceste pucele qui est ici »14.

79Al peut jouer uniquement sur la longueur d’une période, sans qu’il y ait entorse à la coïncidence métrico-sémantique, comme dans le vœu de Guillaume avant de quitter Orange :

« Tenez ma foi, ja vos ert afïee,
Que je n’avré chemise remüee,
Braie ne chauce, ne ma teste lavee,
Ne mengeré de char ne de pevree (...)
Ne ja ma bouche ne sera adesee,
S’iert de la vostre besiee et savoree
En cest paleis, dont li erre est pavee »
(v. 2390-2394, 2403-2405).

80La phrase, où n’apparaît qu’un seul rejet à valeur conclusive (v. 2405), s’étire sur seize vers qui énumèrent les interdits que se donne le héros.

81Il n’y a pas, on le sait, de passage correspondant dans CG ; à titre de comparaison, on peut toutefois souligner la brièveté avec laquelle est énoncé le vœu de Viviën :

« N’en tumerai, car a Deu l’ai pramis
Que ja ne fuierai pur poür de morir » (v. 292-293).

82Al ne donne pas toujours dans la profusion et la transgression des limites du vers. La scène du refus d’hommage de Guillaume à Louis est sobre : elle retrouve la coïncidence métrico-sémantique :

Et dist au roi : « Vostre fié vos randon ;
N’en tendrai mes vaillissant un bouton
Ne vostre ami ne serai ne vostre hom,
Et si vendrez, ou vos voilliez ou non » (v. 3437-3440).

83La ressemblance est grande avec le passage correspondant de CG :

« Lowis, sire, ci vus rend vostre feez,
N’en tendrai mais un demi pé ;
Qui que te plaist le refai ottrier ! » (v. 2535-2537).

84Les deux premiers vers de la réplique sont proches dans les deux cas (on pourrait corriger le v. 2536 de CG en « N’en tendrai mais valant un demi pé »), mais cette similitude n’occulte pas le travail rhétorique opéré par Al dans les deux vers suivants : recours au doublet anaphorique et synonymique (vostre ami... vostre hom), à des échos allitératifs occupant la même place à l’intérieur de l’hémistiche :

« Et si vendrez / ou vos voilliez ou non ».

85C’est en effet l’association de plusieurs procédés qui témoigne de l’évolution du style épique. CG, dans la description, use avec efficacité de la répétition et de l’opposition, comme pour le portrait de Guiot sous les armes :

Dune li vestent une petite broine,
E une petite healme li lacent desure,
Petite espee li ceinstrent, mais mult fu bone,
Al col li pendent une petite targe duble (v. 1541-1545).

86L’axe de la description est constitué par l’adjectif petit, présent dans les quatre vers ; la répétition est modulée selon la place de l’adjectif, ou la présence d’une antithèse (bone).

87La palette d’Al est beaucoup plus riche, comme le montre la description de la cour réunie à Laon :

Mout i trova contes, princes et duz,
Et chevaliers et chauz et cheveluz
Et gentis dames vestües de bofuz,
De dras de soie, de poile a or batuz (v. 2965-2967).

88Le poète joue sur le rapport entre les éléments sémantiques et rythmiques : ainsi trois accents toniques, dans le second hémistiche du v. 2965 (conte, princes et dύz) correspondent à trois substantifs différents, alors qu’au vers suivant quatre accents correspondent à trois unités sémantiques, qui sont cette fois un substantif et deux adjectifs (chévaliérs et chauz et chévelύs), tandis que l’allitération anaphorique des trois termes et la paronomase chevaliers / chevelus souligne à la fois la parenté phonique et le décrochement plaisant du sens. On notera au v. 2966 l’homoïotéleute vestües / bofuz et au v. 2967 l’écho vocalique interne soíe / poíle, l’un sous le dernier accent du premier hémistiche, l’autre sous le premier du second.

89Les conclusions que nous pouvons tirer de cette rapide étude sont de deux sortes. On pourra d’abord y trouver confirmation du lent mouvement qui, dans la double perspective initiale de l’épopée – lyrisme et récit – tend à privilégier progressivement la seconde. Mais on peut constater aussi que la qualité littéraire ne se dégrade pas à mesure que l’on avance dans le temps.

90Sobriété et rigueur caractérisent la Chanson de Guillaume dans la conduite du récit comme dans la recherche du pathétique : les procédés utilisés, qu’il s’agisse des échos ou de la place donnée aux distiques et aux tercets, sont essentiellement lyriques. On peut regretter la profusion dont Al fait preuve à certains moments, mais un travail proprement littéraire est décelable dans ce texte et manifeste un artiste aux talents divers, capable de saisir sans difficulté les différents registres de l’épopée. Si la composition est moins lyrique que dans CG, la technique de l’écho est plus raffinée et plusieurs scènes, apparemment indépendantes les unes des autres, construisent un réseau d’analogies qui éclaire et enrichit le sens. La technique du vers a gagné en souplesse et en variété ; c’est à une véritable rhétorique lyrique qu’aboutissent le choix des mots, de leur place sous l’accent, et les relations phoniques ou sémantiques qu’ils entretiennent les uns avec les autres.

91Ainsi, sans même faire intervenir l’influence d’autres formes littéraires – encore que certains aspects de l’écriture romanesque ne soient pas nécessairement à exclure, la transposition qu’un poète de la fin du XIIe siècle fait d’une histoire bien connue de ses auditeurs, et déjà traitée dans notre Chanson de Guillaume – crée, avec Aliscans, un poème digne de ses prédécesseurs et supérieur à eux en ce qui concerne le raffinement de l’écriture.

Notes

1 Voir les conclusions de J. Wathelet-Willem au t. I de ses Recherches sur la Chanson de Guillaume, Liège, 1975, pp.651-654.

2 Paris, Champion, 1990 ; voir t. I, p. 40.

3 Voir d’autres aspects de ce problème dans notre article, « Vax poetae » dans la Chanson de Guillaume et dans Aliscans, contribution aux Mélanges Poirion, à paraître.

4 Voir J. Frappier, Les Chansons de geste du cycle de Guillaume d’Orange, Paris, Sedes, t. I, 1955, pp.142-146.

5 C’est une différence non négligeable avec Al, qui présente une véritable confession de Viviën, bâtie sur le thème de la transgression du vœu du héros (v. 981-994) ; CG, pour sa part, n’ignore pas la promesse de Viviën (voir v. 2019-2022), mais il n’en fait pas un élément soumis à la péripétie : il n’y a pas de place pour la transgression.

6 Guiot lui-même sera bientôt fait prisonnier, voir v. 2072-2087.

7 Voir sur cet aspect très important de l’esthétique épique le livre récent d’E. Heinemann, L’Art métrique de la Chanson de geste. Essai sur la musicalité du récit, Genève, Droz, 1993.

8 Cf. v. 1673-1676 et v. 465-469.

9 Voir notre contribution aux Mélanges Poirion, citée n. 3.

10 Voir sur cette question la contribution de D. Boutet à Mourir aux Aliscans. Etudes réunies par J. Dufournet, Paris, Champion, 1993, pp.31-53.

11 La ponctuation adoptée dans l’édition, qui sépare des autres le v. 2115a (de toute façon non indispensable au sens) peut en effet être discutée : on a affaire ici à un ensemble homogène.

12 Ce passage recourt au procédé de l’annonce des événements contenus dans la suite de la chanson.

13 Ce vers constitue en fait une transition avec le contenu de la laisse suivante ; il annonce autant qu’il conclut.

14 Le Conte del Graal, éd. f. Lecoy, CFMA, 1973, v. 4028-4033.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search