Version classiqueVersion mobile

Comprendre et aimer la chanson de geste

 | 
Michèle Gally

Présentation

Michèle Gally

Texte intégral

La chanson d’Aliscans ou écrire l’épopée

1Aliscans, peut-être la plus célèbre au Moyen Âge des chansons de la Geste de Guillaume, occupe une position médiane au sein du cycle qui se constitue à partir de la fin du XIIe siècle autour de la « vie » de Guillaume, fils d’Aymeri de Narbonne et comte d’Orange. Elle est une pièce maîtresse de cet ensemble qui recompose les éléments de la première Chanson de Guillaume en l’excluant de ce même cycle, (voir la contribution de N. Andrieux-Reix).

2Aliscans apparaît donc comme une recréation réfléchie, qui irait – même imparfaitement à nos yeux attentifs de lecteur moderne –, dans le sens d’une unification des épisodes léguées par la tradition, et ce au cœur d’un assemblage qui lui-même tend à une globalité et une clôture : des Enfances Guillaume au Moniage Guillaume. En elle se lit le travail de remaniement, de réécriture présent à différents niveaux dans toutes les chansons que nous avons conservées, mais qui ici transparaît en un projet réfléchi et abouti, (voir la contribution de F. Suard).

3Par bien des aspects Aliscans demeure pleinement une chanson de geste, dans sa forme de diction, la structuration de son discours, la construction de ses personnages, dans tout ce qui organise le message qu’elle énonce, politique et chrétien, et la communication poétique dans laquelle elle s’inscrit, (voir la contribution de J. Subrenat).

  • 1 Voir à ce sujet l’article de D. Boutet dans « Mourir aux Aliscans », Champion, collection. Unichamp (...)

4Des éléments divers, cependant, s’immiscent dans le discours épique, dispersent l’attention, recomposent le paysage héroïque : importance prise par les personnages féminins, émergence de personnages non nobles, épisodes qualifiés parfois de « romanesques », registre burlesque (...). Comment prendre la mesure exacte de la tension qui se joue au sein du texte entre permanence et renouvellement, conformité et rupture, au-delà de la simple dualité entre la sombre tuerie d’Aliscans ou la tragédie du héros solitaire et le gros rire provoqué par le géant « assoté » ? Le poète a-t-il voulu faire de sa chanson le terrain de rencontre de deux esthétiques, tragique et comique, qui se référeraient à deux visions du monde irréconciliables ?1 A-t-il su surmonter les « incohérences » de la Chanson de Guillaume ?

5Mise en œuvre d’une matière problématique, Aliscans semble faire retour sur le genre tout entier, auquel elle appartient dans un mouvement critique, de questionnement, plus que de mise en cause véritable.

6Cette position se cristallise autour de l’image du héros. Sa définition se déploie, en effet, à travers trois figures opposées qui sont aussi trois moments du récit : Vivien, Guillaume, Rainouart appartiennent chacun à une tradition différente que la chanson ici s’efforce de conjoindre. (voir les contributions de D. Boutet et de J.P. Martin). Est-ce à dire que l’héroïsme ne peut plus se loger dans une seule figure parce qu’il est traversé par une crise de représentation ? On pourrait lire dans le trajet diégétique que propose Aliscans, de la mort de Vivien à la découverte de Rainouart sur le seuil de sa cuisine, la mise en récit de la recherche d’une définition nouvelle. La chanson serait alors une chanson de l’identité héroïque, et en ce sens une chanson-relais à tous ses niveaux de structuration.

7Chanson carrefour, œuvre où se déploient les tendances multiples d’un genre trop souvent cantonné à la seule lecture du Roland, Aliscans répondrait aux attentes d’un public toujours friand de hauts faits guerriers, mais sachant désormais goûter aussi des effets de dissonances et de surprises.

8Toute l’habileté du poète d’Aliscans fut alors de dépasser les éléments de rupture tout en les exposant, d’enclore dans sa chanson le procès de l’épopée et sa résolution. Toujours fier et inébranlable, Guillaume, « li marchis au vis fier », est le garant du sens épique, il assure en même temps la permanence de la fonction épique et la continuité de la Geste. Lieu du déchirement, personnage qui soutient le poids de l’interrogation sur l’identité épique, il porte aussi en lui à la fois Vivien le martyr, et Rainouart le géant. Tous deux à des degrés divers appartiennent à sa famille.

9Ainsi la chanson n’a paru s’égarer qu’un temps, celui de l’errance d’un Guillaume en route non pour trouver « le sens du monde », mais de nouvelles troupes. Car la chanson ramène tout à son système de valeurs et à la hiérarchie qu’elle opère entre les êtres, à l’image de la société qu’elle représente. Guillaume, facteur et maître de cette intégration, conquiert sur l’ennemi sarrasin de nouvelles terres et de nouveaux héros. A son exemple, la Geste qui le chante risque son identité, met en jeu son unité en s’agrégeant de nouveaux discours.

10Reprenant les données de La Chanson de Guillaume, Aliscans décline à la perfection la structure conflictuelle qui est au fondement de l’épopée, mesure sans cesse l’ordre au désordre, la conformité à la surprise, jusque dans le détail de sa lettre .

11Si la comparaison n’était pas galvaudée, on pourrait parler d’une chanson baroque, qui contiendrait ses excroissances malignes dans un bouillonnement interne finalement maîtrisé, face à la tragique sobriété de la Chanson de Roland.

12De nombreux traits originaux et parfois déroutants attirent ainsi l’attention du chercheur vers cette œuvre charnière de la fin du XIIe siècle. Moins étudiée que la Chanson de Roland ou même celle de Guillaume, elle pose pourtant des questions essentielles sur la composition des chanson de geste, la part d’oralité et d’écriture qui préside à leur élaboration. Les interventions multiples d’un conteur/narrateur omniscient qui tient le récit sous son regard, et multiplie commentaires et annonces, proclament sa qualité orale au moment même où elles en exhibent le caractère factice. L’ouverture, par ailleurs, du discours épique à des registres qui lui semblaient étrangers pose la question de la définition des genres et des échanges qui se produisent, à une époque où la production poétique se diversifie, entre « le romanesque » et « l’épique ». Ces questions se relient à des tendances de la recherche actuelle sur la littérature médiévale.

13Refaite sur la Chanson de Guillaume, Aliscans hausse la parole épique au rang d’une création littéraire consciente de ses effets, quand bien même elle garde la trace ou la nostalgie de la voix vive, source de sa vitalité et de son dynamisme.

14Le choix d’Aliscans à l’agrégation nous a paru l’occasion de discuter ces aspects essentiels, d’avancer quelques propositions, sinon de suggérer des pistes. C’est dans cet esprit que nous avons convié des spécialistes du genre épique à une rencontre le 10 décembre 1993 à l’ENS de Fontenay-St Cloud. Les textes qui suivent sont le fruit, partiel, de cet échange qui nous a permis de confronter nos points de vue et nos méthodes. Ils ne veulent être que le prétexte à de nouveaux dialogues qui permettront d’affiner toujours plus notre lecture des œuvres médiévales.

Notes

1 Voir à ce sujet l’article de D. Boutet dans « Mourir aux Aliscans », Champion, collection. Unichamp, 1993 : « Aliscans, une expérience esthétique », pp.31-53.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search