Version classiqueVersion mobile

Comprendre et aimer la chanson de geste

 | 
Michèle Gally

Avant-propos

Michèle Gally

Texte intégral

  • 1 Pour une définition des formes diverses qu’a prise l’épopée, voir D. Madelénat, L’épopée, PUF, 1986

1La chanson de geste, genre épique du Moyen Âge, possède des traits spécifiques qui la rendent irréductible à ceux de l’épopée antique ou de ses avatars modernes1.

2Chanter de geste, c’est, au sens propre, mettre en voix et en musique le souvenir des héros. L’organisation des laisses, le rythme des vers assonancés ou rimés, la reprise plus ou moins développée des mêmes éléments d’une laisse à l’autre, tous ces caractères impriment à la narration une cadence que nous pouvons encore percevoir malgré la perte presque totale de partitions musicales.

3Cette rencontre entre le lyrisme et le narratif produit l’effet propre à la chanson de geste, compose la communication particulière qu’elle instaure avec son public. Chargée d’énoncer la vérité historique de la communauté, elle met en forme sa mémoire à partir de la force émotive d’une fiction poétique. Plus que son récit, la chanson de geste, en effet, est la dramatisation de l’Histoire, sa mise en scène. Célébration d’un passé relativement récent – l’époque carolingienne des VIIIe et IXe siècles –, elle l’actualise à tout moment par la voix du jongleur. Sa véracité ou son authenticité, que proclament à l’envie les conteurs, se fonde sur le lien de nécessité que le poème épique tisse avec une société qui le reçoit comme sa mémoire originelle et l’expression de la conscience qu’elle prend d’elle-même.

  • 2 C’est l’analyse que propose R. Lafont dans son étude sur La geste de Roland : L’épopée de la fronti (...)
  • 3 J. Grisward, Archéologie de l’épopée médiévale, Payot, 1981.
  • 4 D. Boutet, La chanson de geste, PUF, collection Écriture, 1993.

4La question des rapports exacts entretenus par les Chansons avec les événements historiques reste mal éclaircie. Au point de départ, un événement – victoire ou défaite – a peut-être été, à des fins politiques et religieuses, traduit (oralement ou par écrit ?) dans une forme apte à le diffuser. Des strates d’élaboration différentes remodèlent les versions premières inconnues, tandis que le théâtre des faits rapportés se déplacent au gré de multiples intérêts2. Des structures mythiques affleurent sous l’habillage féodal et chrétien : J. Grisward a mis au jour un fonds indo-européen dans le Cycle des Narbonnais3, et pour D. Boutet, le passage du mythe à l’histoire passe précisément à travers l’élaboration en termes épico-carolingiens de ces cadres de pensée indo-européens4.

5Passé vivant, le texte épique construit en outre son propre effet mémoriel et historique. La chanson sera fragment d’une matière plus vaste, mais toujours connue, reconnue et magnifiée. « A icel jor que la dolor fu grant » (Aliscans, v.l) : ouverture qui renvoie à la Geste déjà composée, à un récit déjà donné, comme ce qui fonde la valeur, l’excellence de « ce fameux jour », et entraîne le poème dans l’hyperbole.

6Mémoire poétique et mémoire collective se nouent ainsi autour du héros populaire : « Li cuens Guillelmes i soffri grant ahans » (v. 3). Parce qu’on l’a déjà chanté, on peut le redire encore, ajoutant toujours de nouveaux exploits à son palmarès.

7Morceau d’histoire, la chanson de geste, par son exemplarité morale et spirituelle, par son mépris du réel, transcende l’histoire empirique pour se projeter dans une sorte d’atemporalité. Animée d’un prosélytisme sans fard, elle aspire de fait à un ordre transhistorique.

Notes

1 Pour une définition des formes diverses qu’a prise l’épopée, voir D. Madelénat, L’épopée, PUF, 1986.

2 C’est l’analyse que propose R. Lafont dans son étude sur La geste de Roland : L’épopée de la frontière, en particulier le tome 2, Espaces, textes, pouvoirs, L’Harmattan, 1992.

3 J. Grisward, Archéologie de l’épopée médiévale, Payot, 1981.

4 D. Boutet, La chanson de geste, PUF, collection Écriture, 1993.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search