Version classiqueVersion mobile

Représentations du toucher

 | 
Michèle Crampe-Casnabet
, 
Michel Perrin

Le toucher chez Aristote

Simon Byl

Texte intégral

  • 1 DEMOCRITE, 68 B 11.

1Avant le Stagirite, d’autres hommes de science, philosophes et médecins du Ve siècle avant J.-C., avaient établi la liste des cinq sens. C’est ainsi que Démocrite proclamait qu’"il y a deux formes de connaissance (γνᾧμης), l’authentique (= légitime) et l’obscure (= bâtarde) ; et à l’obscure appartient tout ceci : la vue (ὄψις), l’ouïe (ἀκοή), l’odorat (ὀδμή), le goût (γεῦσις), le toucher (ψαῦσις), la forme de connaissance authentique (= légitime) est séparée de l’autre... Quand la connaissance obscure (= bâtarde) n’est plus capable de voir un objet trop petit, ni d’entendre, ni de sentir, ni de goûter, ni de percevoir par le toucher, mais que l’objet à examiner est trop fin, la connaissance authentique prend la relève1". (Les deux dernières lignes du texte constituent une conjecture de H. Diels).

  • 2 Epidémies VI, 8ème section, 17 (L V, 350). Cf. Louis BOURGEY, Observation et expérience chez les mé (...)
  • 3 L III, 272.
  • 4 Du Régime 1, 23 (L VI, 494 = p. 140 éd. R. JOLY – S. BYL).

2 Malgré cela, les médecins hippocratiques allaient attacher énormément d’importance aux données des sens (ce qui sera une constante de la médecine antique). C’est ainsi que deux auteurs disent à peu près la même chose ; le premier écrivant : "Il importe de soumettre le corps à l’examen : vue (ὄψις), ouïe (ἀκοή), odorat (ῥὶς), toucher (ἁϕή), goût (γλῶσσα), intelligence (λογτσµός)2". L’auteur du traité De l’officine du médecin, I3 tient le même discours que celui des Epidémies VI : "Rechercher ce qui peut se voir, se toucher, s’entendre ; ce qu’on peut percevoir en regardant (ὄψει), en touchant (ἁγῇ), en écoutant (ἁκοῇ), en flairant (ῥινί), en goûtant (γλώσσῃ et en appliquant l’intelligence (γνώμῃ) ; enfin ce qui peut se connaître (γνψώναι) par tous nos moyens de connaissance". L’auteur du traité pseudo-hippocratique Du Régime, daté des environs de 400 avant J.-C., cite sept structures qui produisent la sensation (ἡ αἴσθησις), car il se révèle en ce passage un partisan de l’hebdomade. "La sensation de l’homme se produit... grâce à sept structures différentes : l’ouïe pour le bruit, la vue pour ce qui est visible, le nez pour l’odeur, la langue pour le goût et le dégoût, la bouche pour la conversation, le corps pour le toucher (σῶµα ψαύσιος). Les passages extérieurs et intérieurs pour le souffle chaud ou froid4".

  • 5 Cf. e. a. Maladies des femmes II, 156 (L VIII, 330), 157 (L VIII, 332).
  • 6 Cf. e. a. Maladies des femmes I, 40 (L VIII, 98).
  • 7 Cf. e. a. Maladies des femmes II, 163 (L VIII, 342).
  • 8 Cf. e. a. Nature de la femme, 13 (L VII, 330), Maladies des femmes II, 155 (L VIII, 330).

3Dans le Corpus hippocratique dans lequel les traités gynécologiques occupent à peu près un quart de l’ensemble, il n’est pas surprenant que les mots exprimant le toucher vaginal soient particulièrement nombreux, il y a ψαύειν5, ψηλαγᾶν6, ἐπαψᾶν7, ἅπτειν et κατάπτεσθαι τῷ δακτύλῳ8. Tous ces verbes sont formés sur les deux substantifs, ψαῦσις et qui désignent le sens du toucher en général et ils révèlent donc toute l’importance attachée par les médecins aux données des sens. Chez Aristote, ὰγή a une connotation médicale lorsqu’il s’applique à la masturbation féminine (G.A. I, 20, 728 a 31-33 τὴν ἡδονὴν τῇ ἁψῇ se toucher).

  • 9 ARISTOTE, De la sensation, 5, 445 a 4-8. Dans le traité De l’Ame, II, 11, 423 b7, Aristote écrit : (...)

4Héritier des Présocratiques et des médecins hippocratiques, Aristote va distinguer les cinq sens traditionnels dans le petit traité De la sensation : "Comme les sensations sont en nombre impair et que le nombre impair a un milieu, la sensation de l’odorat semble tenir elle-même une place moyenne entre les sens qui ont la propriété de toucher leur objet, par exemple le toucher et le goût d’une part, et, d’autre part, ceux qui agissent grâce à un intermédiaire, par exemple la vue et l’ouïe9". Il est frappant de constater qu’en H. A. IV, 8, 533 a 17, Aristote qualifie le toucher de "cinquième sens", ἡ πέμπτη αἲσθησις, dans un passage dans lequel il avait déclaré : "Le nombre maximum (des sens)... est de cinq" et dans lequel il avait soutenu que parmi les animaux "les uns... ont tous les sens, les autres n’en ont que quelques-uns" (H. A. IV, 8, 532b 30-32).

  • 10 Cf. Pierre CHANTRAINE, Dictionnaire étymologique de la langue grecque, Paris, 1968, s. v. äptw.
  • 11 De l’Ame III, 13, 435 a 17-18.

5La physiologie sensorielle d’Aristote suppose d’un côté quelque chose de sensible (τὸ αἰσθητόν) et de l’autre côté un être vivant qui, à travers un milieu (τὸ μεταξύ, τὸ µέσον), perçoit le sensible au moyen d’un organe sensoriel (τὸ αἰσθητήριον). Le Stagirite propose aussi du nom grec du toucher (ἁγή une étymologie que confirmerait un linguiste contemporain10 : "Le toucher (ἡ δʼ ἁγὴ)... consiste dans le contact (ἅπτεσθαί) direct des objets – aussi bien est-ce de là qu’il tire son nom11".

  • 12 De l’Ame III, 12, 434 b 11 sqq.
  • 13 De l’Ame II, 2, 414 a 2-4.
  • 14 Ibid. III, 13, 435 b 4-25 (passim).

6A d’innombrables reprises, dans son oeuvre immense, Aristote proclame que le toucher est chez l’animal le seul sens à être absolument indispensable et il en donne la raison : "L’animal est un corps doué d’une âme ; or tout corps est tangible, c’est-à-dire perceptible au toucher : il est donc nécessaire que le corps de l’animal lui aussi possède le tact pour que l’animal assure sa propre conversation. Les autres sens, en effet, s’exercent à travers des milieux extérieurs : tels l’odorat, la vue, l’ouïe. Mais s’il entre en contact avec autre chose, l’animal dépourvu de la sensibilité tactile ne pourra fuir certains objets ni appréhender les autres. Dans ces conditions la conversation de l’animal deviendra impossible12". Ce texte, extrait du traité de l’Ame, révèle la finalité qu’Aristote accorde au toucher – assurer la conversation de l’animai – et il explique, avec d’autres passages, pourquoi le tact est le plus indispensable des cinq sens : "Certains animaux possèdent tous les sens, d’autres quelques-uns seulement, d’autres enfin n’en ont qu’un seul, le plus nécessaire (ἀναγκαιοτάτην), le toucher13". "... le sens du toucher est nécessairement le seul dont la privation entraîne la mort des animaux. En effet il n’est ni possible qu’un être possède ce sens s’il n’est un animal, ni nécessaire pour être un animal d’en posséder un autre que celui-là... le tangible trop intense (i.e. chaleur, froid...) détruira... le toucher par lequel nous avons défini la vie : sans le toucher... l’animal ne peut exister... le toucher est le seul sens qui appartiennent nécessairement aux animaux. Quant aux autres sens, ils sont dévolus à l’animal... non pour lui permettre d’exister absolument (οὐ τοῦ εΐναι ἕνεκα), mais pour son bien-être (ἀλλὰ τοῦ εὖ)14".

  • 15 De la sensation, 1, 436 b 12-17.

7Dans un autre texte, Aristote répète son explication, en ajoutant à celle-ci celle de la finalité du goût : "Tous les animaux, chacun en particulier possèdent nécessairement le toucher et le goût, le toucher d’après la raison exposée dans le Traité de l’âme, le goût, pour la nourriture. C’est ce sens en effet qui discerne, par lui-même, au sujet de la nourriture, ce qui est agréable et ce qui est désagréable, afin que l’animal fuie l’un et recherche l’autre15".

  • 16 Histoire des animaux I, 3, 469 a 17 sqq. L’affirmation est reprise telle quelle en H. A. IV, 8, 535 (...)
  • 17 H.A. I, 3, 489 a 23 sqq. Les homéomères sont les tissus organiques tels que la chair, les os : on n (...)
  • 18 P. A. II, 1, 167 a 19-21. Même affirmation en P. A. II, 5, 651 b 4-5.

8Le caractère indispensable du toucher est affirmé aussi dans les traités proprement biologiques. Ainsi une des premières pages de l’Histoire des animaux déclare : "Il y a... un sens qui est le seul à être commun à tous les animaux, c’est le toucher...16". Plusieurs textes nous révèlent les opinions d’Aristote en ce qui concerne le siège du toucher et nous permettent de constater que le Stagirite semble ne pas avoir toujours professé à ce sujet les mêmes opinions, sans doute parce qu’il distingue l’organe immédiat et l’organe d’élaboration de la sensation. En effet, il semble d’abord avoir considéré que cet organe était la chair. Dans l’Histoire des animaux, nous lisons : "Pour revenir au toucher, il a son siège dans une partie homéomère, comme la chair ou une partie de ce genre17". Dans les Parties des animaux : "L’organe qui reçoit ces sensations (chaud et froid, sec et humide), la chair ou son équivalent, est le plus corporel (σωµατωδέστατον) des organes sensoriels18".

  • 19 Cf. De l’Ame II, 11, 423 b 26.
  • 20 De la Jeunesse et de la vieillesse, 3, 469 a 10 sqq.
  • 21 P. A. III, 3, 665 a 10-13. Cf. aussi P. A. II, 10, 655 b 36-37.
  • 22 P. A. II, 10, 656 a 28-29.
  • 23 P. A. II, 10, 656 b 32-657 a 1 (passim).
  • 24 Pierre LOUIS, Aristote Les parties des animaux, Paris, Les Belles Lettres, 1956, p. XXVII.

9Par contre, dans le traité De l’Ame écrit à la fin de sa vie, Aristote est d’avis que la chair n’est que l’intermédiaire du toucher19 et dans l’opuscule De la Jeunesse et de la Vieillesse, il fera du coeur le siège de toutes les sensations : "En vérité, c’est dans le coeur qu’est le principe souverain des sensations, chez tous les animaux qui ont du sang, car c’est dans le principe que réside l’organe commun à tous les organes sensoriels. Or, nous voyons que deux d’entre eux aboutissent manifestement là, à savoir le goût et le toucher ; par suite, il est nécessaire que les autres y aboutissent aussi20". Cette valorisation du coeur s’explique par la valorisation du juste milieu, de la μεσότης. En effet, dans les Parties des animaux, Aristote déclare que "... c’est sur le devant et dans la partie médiane (ἐν τῷ μέσῳ) du corps qu’est placé le coeur, où nous disons que se trouve le principe de la vie ainsi que de toute sensation21". Dans un passage du même traité, le Stagirite écrit que : "Parmi les sens, deux sont manifestement en rapport avec le coeur, le toucher et le goût22". Toujours dans ce même traité, le Stagirite rappelle que "l’organe premier du toucher n’est pas la chair ou une partie analogue, mais que cet organe est interne23". Puisque nous trouvons dans le traité Des parties des animaux deux théories différentes sur l’organe du toucher, Pierre Louis a cru pouvoir conclure que "le Traité des Parties apparaît... comme un ouvrage qui n’a pas été composé d’un seul jet, mais qui renferme des parties chronologiquement distinctes24".

  • 25 De l’Ame II, 9, 421 a 19-26. Sur la supériorité du toucher humain d’après Aristote, voyez J. I. BEA (...)

10Selon Aristote, c’est l’homme qui, de tous les animaux, possède le toucher le plus fin. Plusieurs textes le proclament. Ainsi, nous pouvons lire cette page dans le traité De l’Ame : "... le toucher atteint chez l’homme un très haut degré d’acuité. Quant aux autres sens, en effet, l’homme est inférieur à beaucoup d’animaux, mais pour le toucher il les surpasse tous de loin en acuité. Aussi est-il le plus intelligent (γρονιμώτατον) des animaux. La preuve en est qu’à s’en tenir à l’espèce humaine, c’est l’organe de ce sens, et aucun autre, qui partage les individus en bien et mal doués : ceux qui ont la chair dure (σκληρόσαρκοι) sont mal doués intellectuellement, mais ceux qui ont la chair tendre (μαλακόσαρκοι) sont bien doués25".

  • 26 Cf. mon livre Recherches sur les grands traités biologiques d’Aristote : sources écrites et préjugé (...)

11En vérité, ces affirmations s’inscrivent dans un faisceau de textes dans lesquels le Stagirite valorise l’homme : cette valorisation est devenue chez lui un leitmotiv, un préjugé d’où découle une série d’affirmations biologiques, la plupart erronées26.

  • 27 Cf. H.A. I, 16, 494 b 16-17.
  • 28 Cf. H. A. III, 11, 517 b 27-28. Voir aussi P. A. III, 10, 673 a 7-8, G.A. V, 5, 785 b 8-9.
  • 29 Cf. H. A. VII, 2, 583 a 6.

12Dans l’opuscule De la sensation, 4, 441 a 2-3, Aristote répète que le toucher humain est très délicat (ἀκριβεστάτην) par rapport aux autres animaux ; il répétera encore cette affirmation au livre de l’Histoire des animaux 27, en employant le même adjectif, toujours au superlatif, ἀκριβεστάτην. Aristote, nous l’avons déjà vu, estime que le toucher de l’homme est le plus délicat, car il possède la chair la plus molle (µαλακωτάτη) ; il dira aussi que l’homme est de tous les animaux celui dont la peau est la plus mince (λεπτότατον)28 et la plus lisse (λειότατον)29.

  • 30 Cf. P. A. II, 16, 660 a 12-13.
  • 31 Rémi BRAGUE, Aristote et la question du monde, Paris, P.U.F., 1988, pp. 260-261.

13 Pour résumer en une phrase la pensée du biologiste, "l’homme est de tous les êtres le plus sensible (αἰσθητικώτατον aux impressions du toucher30". Remarquons encore une fois l’accumulation des superlatifs pour caractériser le toucher de l’homme. Comme le note Rémi Brague, "L’homme est l’animal qui possède au plus haut point le sens qui est au plus haut point commun à tous les animaux. Sa place au sommet de l’échelle des vivants tient à une réalisation plus parfaite de ce que possède chaque vivant en tant que vivant31".

  • 32 Cf. De l’Ame II, 9, 421 a 18, III, 12, 434 b 18. De la sensation, 438 b 30-439 a 1,441 a 3, P. A. I (...)
  • 33 De l’Ame III, 12, 434 b 18-22.
  • 34 Nous avons vu que la chair de l’homme était aussi la plus molle.
  • 35 P. A. II, 660 a 17-23.

14A six reprises32 au moins, le biologiste proclame que le goût est une sorte de toucher. L’explication de cette affirmation est fournie dans un texte du traité de l’Ame : "... le goût est lui aussi une sorte de toucher. Par contre, le son, la couleur, l’odeur ne nourrissent ni ne font croître ou dépérir l’animal. Par conséquence nécessaire, le goût lui-même est une sorte de toucher, puisqu’il est le sens du tangible nutritif33". Selon Aristote, c’est l’homme qui a le goût le plus apte à percevoir les saveurs grâce aux qualités de sa langue : "C’est l’homme qui a la langue la plus mobile, la plus molle (μαλακωτάτην)34 et la plus large, afin qu’elle puisse remplir ses deux fonctions, percevoir les saveurs (l’homme est, en effet, de tous les êtres, celui qui a la sensibilité la plus délicate (εύαισθητότατος), et la langue molle a plus d’aptitude à goûter, car elle est la plus apte à toucher (ἁπτικωτάτη), or le goût est une variété de toucher) ; d’autre part il lui sert d’être molle et large pour l’articulation des lettres et pour le langage35".

  • 36 P. A. II, 8, 653 b 30-35.

15Après avoir proclamé l’importance tout à fait fondamentale du toucher, Aristote déclare que "toutes les autres parties existent pour le toucher, je parle, par exemple, des os, de la peau, des tendons, des vaisseaux, et aussi des cheveux, des ongles et de toute autre partie du même genre. En effet, les os, qui sont durs par nature, ont été fabriqués pour préserver les parties molles chez les animaux qui possèdent des os...36".

  • 37 Du Sommeil et de la Veille, 2. 455 a 25-27.
  • 38 Rémi BRAGUE, Aristote et la question du monde, Paris, P.U.F., 1988 P. 259.

16 Le Stagirite est aussi d’avis que le sens, responsable du sommeil et de la veille, est le toucher. En effet, il écrit ces lignes dans l’opuscule Du Sommeil et de la Veille : "Il est... évident que la veille du sommeil sont des affections du toucher. C’est pourquoi aussi il appartient à tous les animaux, car le toucher existe seul pour tous37". Rémi Brague, dans un ouvrage récent, a commenté ce texte de la façon que voici : "Il (= le toucher) est le sens fondamental en ce qu’il est celui dont l’entravement produit le sommeil (Sommeil, 2, 455 a 22- 27. La veille, en revanche, est le libre fonctionnement du toucher, et, par son intermédiaire, de la sensation en général38".

  • 39 Cf. P. A. III, 7, 669 b 21-22.
  • 40 Cf. P. A. II, 10, 656 b 34-657 a 2.
  • 41 P. A. II, 10, 656 b 32-34.

17Comme Aristote considère la dualité du corps comme un article de foi, il affirme que chacun des organes des sens est double39, mais il devra recourir à une véritable jonglerie verbale, qui tient beaucoup plus à l’art du rhéteur ou du logographe qu’à la science pour "établir" que même le toucher et le goût sont doubles40. Aristote tient à rappeler la raison de cette affirmation. "Chaque organe des sens est double parce que le corps est double, puisqu’il a une droite et une gauche41".

  • 42 Cf. Du Régime I, 23 (L VI, 494 = p. 140 éd. R. JOLY – S. BYL).
  • 43 G. A. II, 6, 743 b 36-744 a I. Cf. aussi P. A. II, 1, 647 a 20-21, II, 8, 653 b 29-30.

18Peut-être sous l’influence du traité pseudo-hippocratique Du Régime pour qui le corps est la structure du toucher (σῶμα ψαύσιος)42. Aristote répète que "L’organe du toucher, comme celui du goût, est directement le corps (σῶμα), ou une portion du corps des animaux43".

  • 44 Dans cette étude, j’ai utilisé – parfois en les modifiant légèrement – les éditions et les traducti (...)

19En conclusion, si Aristote n’a pas cessé de valoriser l’Homme, il n’a pas cessé en même temps de valoriser son toucher ; d’où cette accumulation de superlatifs ἀναγκαιοτάτην, σωματωδέστατον, γρονιμώτατον, ἀκριβεστάτην, μαλακωτάτη, λεπτότατον, λειότατον. αἰσθητικώτατον, εὐαισθητότατος, ἁπτικωτάτη.. Ce simple fait grammatical – si important pour l’histoire des idées-n’avait, à ma connaissance, jamais été signalé44.

  • 45 Heinrich VON STADEN. Herophilus. The Art of Medicine in Early Alexandria. Cambridge, 1989.

20Mais les progrès en physiologie sensorielle ne pourront commencer qu’avec la distinction des nerfs sensitifs et des nerfs moteurs, avec Hérophile au IIIe siècle avant J.C.45.

21Au IIe siècle de notre ère, Galien dira dans son De usu partium 378 K III : "La nature... a eu un triple but dans la distribution des nerfs : elle a voulu donner la sensibilité aux organes de perception, le mouvement aux organes de locomotion, à tous les autres la faculté de reconnaître les lésions qu’ils éprouvent".

Notes

1 DEMOCRITE, 68 B 11.

2 Epidémies VI, 8ème section, 17 (L V, 350). Cf. Louis BOURGEY, Observation et expérience chez les médecins de la Collection hippocratique, Paris, Vrin, 1953, p. 194.

3 L III, 272.

4 Du Régime 1, 23 (L VI, 494 = p. 140 éd. R. JOLY – S. BYL).

5 Cf. e. a. Maladies des femmes II, 156 (L VIII, 330), 157 (L VIII, 332).

6 Cf. e. a. Maladies des femmes I, 40 (L VIII, 98).

7 Cf. e. a. Maladies des femmes II, 163 (L VIII, 342).

8 Cf. e. a. Nature de la femme, 13 (L VII, 330), Maladies des femmes II, 155 (L VIII, 330).

9 ARISTOTE, De la sensation, 5, 445 a 4-8. Dans le traité De l’Ame, II, 11, 423 b7, Aristote écrit : "Nous percevons toutes choses à travers un milieu".

10 Cf. Pierre CHANTRAINE, Dictionnaire étymologique de la langue grecque, Paris, 1968, s. v. äptw.

11 De l’Ame III, 13, 435 a 17-18.

12 De l’Ame III, 12, 434 b 11 sqq.

13 De l’Ame II, 2, 414 a 2-4.

14 Ibid. III, 13, 435 b 4-25 (passim).

15 De la sensation, 1, 436 b 12-17.

16 Histoire des animaux I, 3, 469 a 17 sqq. L’affirmation est reprise telle quelle en H. A. IV, 8, 535 a 4-5.

17 H.A. I, 3, 489 a 23 sqq. Les homéomères sont les tissus organiques tels que la chair, les os : on n’y trouve pas de composants de nature diverse.

18 P. A. II, 1, 167 a 19-21. Même affirmation en P. A. II, 5, 651 b 4-5.

19 Cf. De l’Ame II, 11, 423 b 26.

20 De la Jeunesse et de la vieillesse, 3, 469 a 10 sqq.

21 P. A. III, 3, 665 a 10-13. Cf. aussi P. A. II, 10, 655 b 36-37.

22 P. A. II, 10, 656 a 28-29.

23 P. A. II, 10, 656 b 32-657 a 1 (passim).

24 Pierre LOUIS, Aristote Les parties des animaux, Paris, Les Belles Lettres, 1956, p. XXVII.

25 De l’Ame II, 9, 421 a 19-26. Sur la supériorité du toucher humain d’après Aristote, voyez J. I. BEARE, Greek Theories of Elementary Cognition, Oxford, 1906, pp. 178-9.

26 Cf. mon livre Recherches sur les grands traités biologiques d’Aristote : sources écrites et préjugés, Bruxelles, Palais des Académies, pp. 304-315.

27 Cf. H.A. I, 16, 494 b 16-17.

28 Cf. H. A. III, 11, 517 b 27-28. Voir aussi P. A. III, 10, 673 a 7-8, G.A. V, 5, 785 b 8-9.

29 Cf. H. A. VII, 2, 583 a 6.

30 Cf. P. A. II, 16, 660 a 12-13.

31 Rémi BRAGUE, Aristote et la question du monde, Paris, P.U.F., 1988, pp. 260-261.

32 Cf. De l’Ame II, 9, 421 a 18, III, 12, 434 b 18. De la sensation, 438 b 30-439 a 1,441 a 3, P. A. II, 10, 657 a 1, 17, 660 a 21.

33 De l’Ame III, 12, 434 b 18-22.

34 Nous avons vu que la chair de l’homme était aussi la plus molle.

35 P. A. II, 660 a 17-23.

36 P. A. II, 8, 653 b 30-35.

37 Du Sommeil et de la Veille, 2. 455 a 25-27.

38 Rémi BRAGUE, Aristote et la question du monde, Paris, P.U.F., 1988 P. 259.

39 Cf. P. A. III, 7, 669 b 21-22.

40 Cf. P. A. II, 10, 656 b 34-657 a 2.

41 P. A. II, 10, 656 b 32-34.

42 Cf. Du Régime I, 23 (L VI, 494 = p. 140 éd. R. JOLY – S. BYL).

43 G. A. II, 6, 743 b 36-744 a I. Cf. aussi P. A. II, 1, 647 a 20-21, II, 8, 653 b 29-30.

44 Dans cette étude, j’ai utilisé – parfois en les modifiant légèrement – les éditions et les traductions d’Aristote de la Collection des Universités de France.

45 Heinrich VON STADEN. Herophilus. The Art of Medicine in Early Alexandria. Cambridge, 1989.

Auteur

Professeur à l’Université libre de Bruxelles.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search