Version classiqueVersion mobile

La locution entre langue et usages

 | 
Michel Martins-Baltar

Tout est idiomatique dans les langues

Franz Josef Hausmann

Texte intégral

1. La conscience de l’idiomaticité

1Le locuteur natif ne se rend pas compte de l’idiomaticité de sa langue maternelle. Il a un bandeau sur les yeux. La jeune Française qui fait son premier séjour en Allemagne et qui souffre de la cuisine allemande traduit mot à mot en allemand j’ai mal au cœur, ne se doutant pas une seconde que le cœur n’est peut-être pas le siège de la digestion dans l’optique des Allemands ou de la langue allemande. Elle ne sera d’ailleurs pas à un malentendu près, puisque le mot allemand que les dictionnaires donnent comme équivalent de digestion fait plutôt penser à l’intestin qu’à l’estomac et que le fameux foie français (j’ai le foie patraque / crise de foie / mon foie, connais pas) n’a rien à voir avec cet organe et doit par conséquent se traduire tout autrement. Dans une langue étrangère, tout est différent. Seulement, on n’en a pas conscience immédiatement. Cette différence, on la découvre au fur et à mesure qu’on plonge et qu’on pénètre plus avant dans cet univers, chaque jour davantage, jusqu’à la fin de ses jours. Et plus les langues se rapprochent, plus elles sont différentes. Quel plaisir que d’entendre la jeune Italienne dire que dans les boîtes de nuit les femmes « se dépouillent » (spogliarsi) ou que dans le train-couchettes elle s’est couverte d’un « linceul » (lenzuolo).

2À vrai dire il y a des degrés dans l’autoréflexivité du phénomène, dans la conscience de l’idiomaticité. Les locutions obscures comme reprendre du poil de la bête ou donner le change portent leur idiomaticité en bandoulière. Pour d’autres elle est bien moins évidente aux natifs. Cela nous est parfois révélé par le comportement des dictionnaires qui ignorent certaines locutions ou, s’ils les recensent, se dispensent de les expliquer. Voici quelques exemples.

2. L’idiomaticité et les dictionnaires

2.1. Absence ou traitement insuffisant

3La locution je n’en sais rien est étonnamment absente de nos dictionnaires. Le Grand Larousse de la langue française (GLLF) ne la connaît pas, pas plus que la totalité des dictionnaires de locutions. Le Trésor de la langue française (TLF) (15, 130b) la présente dans une citation : Et où allez-vous ? – Je n’en sais rien (Billy, 1939), mais il ne l’explique pas et il ne fournit aucun synonyme. Le Nouveau Petit Robert (NPR) fait de même. Pas d’explication. Et surtout on s’aperçoit que la locution vient d’être insérée dans le dictionnaire. Elle était absente du Petit Robert 1977 (PR2) comme du Grand Robert, Première éd. (GR1). C’est le GR2 qui l’a introduite dans la lexicographie générale en 1985. Pourtant ce n’est pas un néologisme. Visiblement il a fallu un certain temps pour que les Français s’aperçoivent de l’idiomaticité de la locution. Et ce n’est pas un hasard si le premier dictionnaire à la présenter est – après le Niveau-Seuil de Martins-Baltar – en 1978, le Dictionnaire du français langue étrangère Niveau 1 : D’où viennent les étoiles ? Je n ’en sais rien.

4En effet, c’est vu à travers les lunettes d’une langue étrangère que le français révèle son idiomaticité. Pour l’Allemand c’est la stricte impossibilité de traduire je n’en sais rien à l’aide des équivalents lexicaux de je, en, rien et savoir qui lui révèle le caractère locutionnel et non compositionnel de l’unité. La réponse : je n’en sais rien ne veut pas dire « je ne sais rien au sujet de ce qui vient d’être évoqué » mais veut dire : « J’ignore totalement la réponse » (ce qui est compositionnel) ou « je n’en ai aucune idée » (ce qui est à son tour locutionnel). Et ce n’est donc pas un hasard non plus si on trouve dans le Robert et Collins, dictionnaire bilingue et non monolingue :

Je n’en sais rien I don’t know
I have no idea

5Autre exemple : parlons-en ! Le NPR se contente pour tout renseignement du marqueur « IRON ». Comme si c’était suffisant pour que l’étranger comprenne le sens et le rôle pragmatique de cette locution. Or il faut se féliciter de ce que le NPR mentionne au moins la locution, puisque tant d’autres dictionnaires l’ignorent, parmi lesquels le GR2 ou le Duneton (Bouquet des expressions imagées).

6Troisième et dernier exemple : la belle affaire !, mentionnée, elle aussi, avec le seul marqueur « IRON », c’est-à-dire quasi nue, par le PR2 (cf. aussi Heinz, 1993, p. 304). Un de mes élèves s’est penché sur un grand nombre d’exemples. Il en résulte une bonne trentaine de synonymes et le double d’équivalents allemands (Schneider, 1989).

7J’en conclus que, pour que l’étranger puisse se faire une idée du sémantisme des locutions, il faut une description approfondie, il faut beaucoup de contextes et il faut de nombreux synonymes contextuels. La situation est exactement la même que pour les mots à forte dépendance contextuelle, par exemple les adjectifs. Pour qu’un Allemand comprenne le sémantisme de mots comme sauvage, désinvolte, aléatoire, pathétique ou le verbe serrer, il faut beaucoup de contextes et beaucoup d’équivalents.

8Seulement voilà : entre les mots et les locutions il y a dans nos dictionnaires un abîme. Les mots bénéficient d’articles, les locutions n’en bénéficient pas. Notre lexicographie est ainsi faite que les mots ont dans la société lexicale un statut de grand, de noble, alors que les locutions ne sont que des roturières, souvent des laissées-pour-compte, en tout cas des parents pauvres. On pourrait parler de la grande misère des locutions françaises. Pensez seulement qu’il n’y a jamais eu d’indice de fréquence pour les locutions. Elles habitent les chaumières autour du palais. Est-ce justice ? Il me semble que le peuple des locutions n’a pas encore eu sa révolution linguistique et lexicographique. Dans ce domaine, au moins, le bonnet rouge que réclamait Victor Hugo reste à mettre au vieux dictionnaire.

2.2. L’impact des locutions

9Si je trouve le traitement des locutions dans nos dictionnaires totalement insuffisant et indigne de leur forte personnalité, de leur étonnante individualité, en un mot, de leur richesse intérieure et de comportement, cela ne veut pas dire qu’elles soient en règle générale absente des dictionnaires. Bien au contraire. D’ailleurs comment cela se pourrait-il, puisqu’on ne saurait faire passer à la trappe un peuple entier. Pour calculer l’impact des locutions sur la description lexicale, il suffit de compter dans un dictionnaire (comme le Petit Robert) l’ensemble des définitions et gloses non adressées au mot vedette mais aux adresses non lemmatiques.

10Je m’explique : dans le dictionnaire, il y a les définitions avant contexte et les définitions après contexte. Toutes les définitions après contexte signalent un emploi idiomatique. C’est cette idiomaticité qui oblige à expliquer malgré une définition lemmatique hiérarchiquement supérieure au contexte. Pour prendre un exemple simple : dans l’article buffet du NPR il y a quatre définitions lemmatiques et six définitions non lemmatiques adressées à : Danser devant le buffet, Buffet campagnard, Buffet de gare, Buffet roulant, Buffet d’eau, Il n’avait rien dans le buffet. Cet article est représentatif dans la mesure où pour les mots courants les définitions après contexte sont plus nombreuses que les définitions avant contexte. Même dans les dictionnaires traditionnels où beaucoup de locutions sont traitées de manière insuffisante, et où le regard de l’étranger n’intervient pas, les emplois idiomatiques prennent plus de place que les emplois non idiomatiques. Si tous les emplois idiomatiques étaient traités selon leur dignité lexicale et selon les besoins d’un étranger, leur supériorité serait écrasante. Car le lexique est beaucoup plus idiomatique qu’on ne pense. Sa caractéristique principale n’est pas sa compositionalité mais son idiomaticité.

3. Les collocations : idiomaticité d’encodage

11Or cette conclusion provisoire ne tient même pas compte d’un pan entier et énorme de l’idiomaticité, mais qui ne dépend pas des définitions : je veux parler du domaine des collocations, d’autres disent des syntagmes-types.

12Prenons l’exemple de l’article silence du NPR. Dans cet article il y a six définitions avant contexte et douze définitions après contexte. Parmi ce qui reste il faut faire le tri : d’abord les phrases exemples du type : Son silence m’inquiète qui ne sont pas des collocations. Ensuite les citations qui font surtout fonction d’exemplification mais qui peuvent contenir des collocations, et pour finir les collocations qui sont des contextes idiomatiques non définis. Voici les collocations relevées à l’article silence :

1. Imposer silence à qn
2. Un silence éloquent
3. S’enfermer dans son silence (cf. 10)
4. Rompre le silence
5. Un silence profond
6. Un silence absolu
7. Un silence de mort
8. « Un silence de cimetière »

13On pourrait y ajouter :

9. Le silence règne dans...
10. Se murer dans le / un /son silence... (cf. 3)
11. Un silence épais
12. Un silence de cathédrale
et d’autres encore.

14Ces unités n’ont pas besoin d’être définies parce qu’elles sont – plus ou moins – transparentes. L’étranger qui connaît les mots employés dans la collocation comprend la collocation, le sens de la collocation est compositionnel : rompre le silence, c’est « mettre fin au silence ». Le décodage de la collocation ne pose pas de problème. Les problèmes se situent au niveau de l’encodage : l’étranger ne peut pas prévoir à l’aide de quel verbe la langue française « met fin » au silence : *briser, *casser, rompre le silence. Les collocations sont par conséquent idiomatiques au niveau de l’encodage, une idiomaticité dont les Français ne se rendent pas souvent compte parce qu’ils la maîtrisent, parce qu’ils mettent automatiquement leurs pas dans les pas de la langue et n’ont aucune conscience des pièges qu’ils évitent et dans lesquels tombent abondamment les locuteurs étrangers.

15Dans l’analyse de l’article silence, nous en sommes donc à six définitions non contextuelles à apprendre et à vingt-quatre unités idiomatiques à mémoriser. L’idiomaticité l’emporte sur la compositionalité dans un rapport de 4 à 1.

16Voilà pourquoi il est important que les bons dictionnaires listent autant de collocations que possible et qu’il y ait des dictionnaires de collocations. Mais dire qu’il faut beaucoup de collocations ne suffit pas. Il faut encore savoir où les mettre. Et pour cela il faut avoir conscience que les collocations ont une base qui n’est pas idiomatique et un collocatif qui est idiomatique. Par exemple dans briser ses chaussures – certains disent craquer ses chaussures – il y a la base chaussure, mot central, banal, définissable sans contexte, et le collocatif briser dont la définition dépend hautement du contexte. L’étranger qui connaît le mot chaussure et qui cherche le verbe pour exprimer une action qu’il connaît dans la vie et dans sa propre langue, ouvre forcément le dictionnaire à l’article chaussure. Si, comme c’est le cas dans le TLF, la collocation ne se trouve qu’à l’article briser, donc uniquement à l’article du collocatif, elle n’est d’aucune utilité pour l’étranger qui la cherche, puisqu’il faudrait la connaître pour pouvoir la trouver. Or le fait que briser ses chaussures ne se trouve dans le TLF qu’au seul article briser, ne relève pas du hasard. Briser dans le sens qu’il a dans notre collocation est indéfinissable sans que l’on mentionne la collocation. En revanche chaussure n’a pas besoin de la collocation briser ses chaussures pour être défini. Nous pouvons donc dire que la raison d’être d’une collocation est sémasiologique à l’article du collocatif et onomasiologique à l’article de la base. Nos dictionnaires généraux étant essentiellement sémasiologiques, il ne faut pas s’étonner du peu de collocations qu’on trouve dans les articles-bases. Et on peut dire aussi que par compensation le dictionnaire spécialisé des collocations dont nous avons besoin peut se contenter de lemmatiser les bases. D’où l’idée que pour faire un magnifique dictionnaire de collocations, il suffirait de redistribuer dans les articles-bases la totalité des collocations que les dictionnaries français, TLF et Grand Robert en tête, listent déjà dans leurs articles-collocatifs. En somme, la plupart des collocations sont là, mais elles sont cachées. Elles se trouvent là où on n’a pas besoin de les chercher si on les connaît déjà, et où on ne peut pas les trouver si on ne les connaît pas.

4. Autres préférences phraséologiques

4.1. Constructions, tournures

17Je note en passant que les constructions relèvent comme les collocations de l’idiomaticité d’encodage. Tout comme faire un pas est compréhensible mais imprévisible pour un Espagnol qui est habitué à dire *donner un pas, fâché contre qn est compréhensible pour un Allemand et en même temps imprévisible parce qu’il est habitué à dire fâché *sur qn. Nous voyons par là que les choses les plus banales de la vie de tous les jours sont les plus idiomatisées. Demander qch à qn est imprévisible pour un Allemand qui aurait tendance à dire demander qn de qch. Va voir Maman, Papa travaille n’est pas compositionnel pour un Allemand qui est habitué à s’en sortir à l’aide d’une préposition. Tomber malade est idiomatique pour un Allemand qui est habitué à dire *devenir malade et dans certains allemands régionaux on dit *donner malade pour tomber malade.

4.2. L’individualisation de l’unité lexicale

18Je le répète, dans une langue étrangère presque tout est différent, presque tout est idiomatique. C’est le parallélisme qui est l’exception, non la spécificité. L’idiomaticité n’est pas à la périphérie des faits de langue, elle est au cœur. Elle est l’essence même de la langue. L’idiomaticité des locutions, des collocations, des constructions, cela signifie – au lieu d’une combinabilité libre et illimitée des mots – toutes sortes de figements, de semi-figements, de restrictions, de préférences contextuelles. Ces préférences existent aussi au niveau des formes, par exemple des formes verbales. Marie-Louise Moreau (1988) a souligné que des verbes comme pallier et élucider se construisent surtout à l’infinitif : pouvoir élucider, permettre d’élucider, réussir à élucider et non : j’élucide, tu élucides, il élucide, nous élucidons, etc. On n’est pas habitué à les classer comme verbes défectifs, et pourtant ils ont une forte individualité. Cette tendance des mots à s’individualiser, à ne ressembler à aucun autre – une tendance souvent soulignée par l’école de Maurice Gross à laquelle je rends hommage – cette tendance s’observe à tous les niveaux. Les locutions ont à leur tour leurs collocations. La locution pied à pied complète surtout des verbes de lutte argumentative :

  • lutter
  • se battre
  • combattre
  • discuter
  • argumenter
  • justifier
  • défendre
  • négocier

19Les collocations connaissent à leur tour des préférences locutionnelles. C’est ainsi que le TLF (7, 549a) note la collocation mot dur à côté de terme dur et parole dure. Mais il oublie de dire que le contexte préféré de la collocation mot dur est la locution : ne pas avoir de mots assez durs pour (dénoncer...)

5. Les formulations

20C’est ainsi que le lexique est surtout fait non pas de mots, mais de formulations. Ce terme de formulation, qui n’est pas forcément heureux, veut réunir les locutions, les collocations, les constructions et toutes sortes d’autres unités multilexicales figées et semi figées. Les formulations sont en nombre immense. On en découvre tous les jours. Aucun dictionnaire français ne recense par exemple la formulation sauver ce qui peut l’être. Les formulations connaissent souvent des variantes, ce qui n’arrange rien pour l’apprenant étranger :

  • se laisser porter par une (autre) vague
  • se laisser porter par la vague de (l’écologie)
  • glisser sur la vague de...
  • chevaucher la vague
  • surfer sur la vague
  • surfer sur une vague favorable

21dont aucune ne se rencontre à l’article vague du NPR, ni dans aucun dictionnaire de locutions. Heureusement qu’il y a quand même aussi un peu de structure dans tout cela, par exemple les séries synonymiques à partir d’une matrice synonymique (selon la terminologie de Calvet 1994). Il y a par exemple en ce moment la matrice sémantique :

échec = accident de la route
aller dans le mur
aller dans le décor
aller dans les platanes
verser dans le fossé
se planter
Autre matrice sémantique :
tromper = embarquer qn
mener en barque
mener en bateau
emmener en voiture (Lexis)
balader qn

22Ceci montre d’ailleurs qu’on ne peut pas séparer les locutions des emplois figurés des verbes (balader, se planter).

23Mais il est temps de mettre un peu d’ordre dans les unités lexicales. On ne saurait nier que l’étranger doit apprendre des mots, mais c’est surtout valable pour les mots sémiotaxiquement indépendants. Pour tout le reste, c’est-à-dire les mots sémiotaxiquement dépendants, les unités à apprendre ne sont plus les mots mais les formulations. C’est une autre façon de dire que l’étranger n’apprend pas le système d’une langue, mais la norme. Il n’apprend pas un trésor de mots mais un trésor de formulations. Parmi ces formulations, certaines sont compréhensibles à partir de la connaissance des mots, mais imprévisibles pour le producteur de parole. D’autres sont même incompréhensibles à partir de la connaissance des mots. D’autres sont connues dans la communauté linguistique et servent de bases à d’innombrables allusions.

24Pour désigner les formulations il est utile d’avoir un terme à résonance internationale, facile à traduire dans toutes les langues. En accord avec certains linguistes je propose le terme de phrasème (cf. la contribution de G. Gréciano, ce volume). Toute unité multilexicale idiomatique est un phrasème. Contrairement à certaines terminologies établies, la notion de phrasème recouvre donc à la fois la collocation et la locution (cf. graphique).

6. Déghettoïser le fait idiomatique

25C’est du iie siècle av. J.-C. que date le débat sur l’importance qu’il convient d’attribuer à l’irrégularité dans la langue. Les analogistes soutenaient que la langue est fondamentalement régulière et exceptionnellement irrégulière. Les anomalistes, par contre, soutenaient que dans la langue l’importance des exceptions était plus forte que celle des régularités. C’est ce débat qui dure encore et toujours. Il me semble que nous sortons en ce moment d’une époque, celle du structuralisme et du générativisme, qui avait l’illusion de la règle et de l’ordre, même dans le lexique. « Tous les mots qui expriment des idées voisines se limitent réciproquement » (Saussure, Cours de linguistique générale, p. 160). C’est le mirage d’un lexique aux contours nets, aux frontières précises, alors qu’en réalité tout est flou et mouvance. Le lexique n’est pas compositionnel, il est idiomatique, c’est-à-dire labyrinthique au possible. Le locuteur natif au bout d’une quinzaine d’années passées dans ce labyrinthe a fini par se fabriquer le fil d’Ariane qui l’aide à s’y reconnaître, à s’y mouvoir sans difficultés, à s’y sentir à l’aise, au point de ne plus avoir conscience d’être dans un labyrinthe. Il suffit d’être étranger à ce labyrinthe, d’avoir grandi dans un autre labyrinthe, tout aussi compliqué et tout aussi immense, et de vouloir avec son propre fil d’Ariane remonter le labyrinthe étranger, pour s’apercevoir que tout est différent et qu’il faut recommencer l’apprentissage à zéro.

26Comment en serait-il autrement ? Le lexique est la partie la plus humaine de la langue, celle qui est le plus près de la vie. Alors il ne faut pas s’étonner que les unités en soient individualistes et l’ensemble chaotique.

27Évidemment, pour les analogistes, les grammairiens rigoristes, les linguistes bâtisseurs de systèmes, le chaos du lexique est proprement un scandale. Alors ils ont inventé un dispositif pour en venir à bout, c’est le dispositif ghetto. Il fallait rejeter le fait idiomatique dans le ghetto des locutions idiomatiques. Idiomatique, c’était tout ce qui souffrait du péché de la non-structure. Ces faits lépreux, on les déclarait indignes, on les disait périphériques. De la sorte on s’en débarrassait pour mieux s’occuper de la vraie langue. Mais le lexique chassé par la porte, rentre par la fenêtre. Pourquoi une certaine description linguistique est-elle à mille lieues de l’apprentissage d’une langue étrangère, de la réalité de ce qui se passe dans la traduction ? Parce qu’elle a évacué la réalité de la langue, c’est-à-dire sa foncière idiomaticité.

28Voilà pourquoi il faut déghettoïser le fait idiomatique. Il est au centre de la langue, non à sa périphérie.

29Cette réalité, il faut la regarder en face. J’ignore si elle est constructive. La vérité est rarement constructive. Mais c’est la vérité. Cette vérité ne facilite pas la tâche des linguistes ni des lexicographes. On vient de boucler la grande entreprise du TLF. 25 000 pages pour décrire le vocabulaire français. Dans ce Trésor de nombreuses locutions, au lieu de bénéficier d’un traitement digne de leur identité, sont expédiées à l’aide de renvois aux dictionnaires du xxe siècle. Il n’y a aucun dictionnaire au monde qui égale le TLF. Et pourtant pour le traitement adéquat des locutions, tout serait à refaire. Ce n’est pas 25 000 pages qu’il faudrait, mais 100 000 ou 200 000. C’est cela le vocabulaire, c’est cela la langue. Cela ressemble au ciel étoilé. Vous découvrez des galaxies, mais derrière les galaxies il y en a d’autres. Le silence éternel des espaces infinis m’effraie ? Oui et non. Pour le vocabulaire, ce serait : le chaos éternel du vocabulaire infini m’enchante. La linguistique a pour tâche d’apprivoiser le vocabulaire. Mais aussi de montrer combien le vocabulaire nous dépasse, est inapprivoisable, est un adversaire avec lequel on lutte mais qu’on ne vainc pas. C’est à cette lutte que les linguistes consacrent leur travail. Il y a de quoi s’armer de courage.

Bibliographie

Références bibliographiques

CALVET (L.-J.), 1994, L’Argot, Paris, PUF.

HEINZ (M.), 1993, Les Locutions figurées dans le Petit Robert, Tübingen, Niemeyer.

MARTINS-BALTAR (M.), 1976, « Actes de parole » in Coste (D.) et al., Un Niveau-Seuil, Strasbourg, Conseil de l’Europe, p. 83-224.

MOREAU (M.-L.), 1988, « Un mot, des fonctions, des contextes » in Linguisticae Investigationes 12, p. 129-150.

SCHNEIDER (F.), 1989, Comment décrire les actes du langage ?, Tübingen, Niemeyer.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/18793/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 27k

Auteur

Professeur à l’université d’Erlangen-Nümberg.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search