Version classiqueVersion mobile

La locution entre langue et usages

 | 
Michel Martins-Baltar

Le rôle du « préfabriqué » dans les processus de production discursive

Elisabeth Gülich et Ulrich Krafft

Texte intégral

– Moi, déclara Zazie, je veux aller à l’école jusqu’à soixante-cinq ans.
– Jusqu’à soixante-cinq ans ? répéta Gabriel un chouïa surpris.
– Oui, dit Zazie, je veux être institutrice.
– Ce n’est pas un mauvais métier, dit doucement Marceline. Y a la retraite.
Elle ajouta ça automatiquement parce qu’elle connaissait bien la langue française.
Raymond Queneau, Zazie dans le métro.

1. De la « locution » à la « structure préformée »

1Les réflexions qu’on va lire répondent à un double intérêt : celui pour les locutions, notamment pour leur utilisation et leur fonctionnement dans la communication quotidienne, et l’intérêt pour la production du discours. L’étude de corpus très divers, écrits et oraux, littéraires et non littéraires, conversations quotidiennes et entretiens ou discours institutionnels, révèle que les locutions idiomatiques proprement dites (couper les cheveux en quatre, chercher midi à quatorze heures...) ou les proverbes (Une fois n’est pas coutume, À bon vin point d’enseigne...) apparaissent rarement dans certains contextes. Plus fréquentes sont certaines « routines discursives » (Coulmas, 1981) comme par exemple les formules de politesse (cf. Gülich / Henke, 1979-80) ou des lieux communs du type C’est la vie, qu’est-ce que vous voulez. Il y a apparemment des expressions toutes faites qui ne sont pas des locutions idiomatiques au sens étroit du terme et qui dans la communication quotidienne jouent un rôle plus important que celles-ci. Leur importance est particulièrement évidente dans les conversations entre locuteurs natifs et non natifs du français ; nombreuses sont les occurrences où des difficultés de compréhension ou de production sont dues précisément au caractère préfabriqué d’expressions comme mettre des vêtements, rendre visite, à part ça, etc. (cf. Gülich / Krafft, 1992).

2L’étude de la production discursive et tout particulièrement des processus de production commune (« rédaction conversationnelle » ; cf. Dausendschôn-Gay / Gülich / Krafft, 1992) ramène également au domaine du préfabriqué : les interlocuteurs recourent souvent à des « formules » pour satisfaire à ce qu’ils considèrent comme les « normes » du texte écrit (cf. infra 2.4.).

  • 1 Parmi les recherches allemandes sur la phraséologie, cette conception est largement partagée par St (...)

3Si le domaine du préfabriqué n’est pas limité aux locutions idiomatiques, on peut s’interroger sur ses différentes formes : formules de politesse, routines discursives, clichés, toutes sortes de rituels, etc., mais aussi certains types de discours (faire-part de naissance ou de décès, annonces matrimoniales, rituels de félicitation, guides touristiques, résumés d’articles linguistiques, etc.), et sur les structures discursives spécifiques à ces types. De telles analyses nous ont conduits à une conception assez large du préfabriqué que nous essayerons d’esquisser ici1. Il nous serait évidemment difficile de retracer le développement de nos idées à partir des études de corpus – « une telle présentation dépasserait largement le cadre de cet exposé », pour citer un exemple de structure préfabriquée. Nous présenterons simplement l’état actuel de nos réflexions en espérant que nos hypothèses pourront faire avancer les recherches en cours.

4Quand nous nous intéressons au rôle des séquences préformées dans la production discursive, nous essayons de relier deux domaines de recherche différents, celui de la phraséologie et celui des recherches sur la production du discours, qu’on a jusqu’à présent peu mis en rapport. Notre thèse principale concerne le rapport entre locution, séquence préformée et production discursive : utiliser des structures préformées est un procédé de production discursive. Les locutions sont une classe – parmi d’autres – de structures préformées.

  • 2 Nous reprenons le terme de « séquence préformée » à Moreau (1986), qui considère qu’il n’y a pas op (...)
  • 3 Cf. Fiala, 1987, p. 31 : « La notion la plus importante pour le repérage des unités phraséologiques (...)

5La qualité essentielle des locutions / idiotismes / expressions phraséologiques, c’est d’être préfabriquées ou préformées2. Des traits tels que celui de l’idiomaticité (ou du degré d’idiomaticité), de la stabilité (ou du degré de stabilité), qu’on utilise souvent comme critères de définition, peuvent être considérés comme dérivés : on comprend que telle séquence est préformée du fait qu’elle offre des déficiences syntaxiques, lexicales ou sémantiques ou que son emploi impose des restrictions (en refusant par exemple certaines variations ou transformations). En fait, certaines de ces « irrégularités » apparentes, par exemple dans l’ordre des mots (sans mot dire), dans l’absence de l’article (rendre visite) ou dans le vocabulaire (par exemple les archaïsmes dans des locutions comme de pied en cap, au fur et à mesure, etc.) correspondent à des règles grammaticales ou lexicales propres au français d’époques antérieures et qui ne sont plus en vigueur aujourd’hui3.

6Quand on regarde les séquences préformées du point de vue de la production discursive, le terme même de « séquence » se révèle être trop restreint. Nous utiliserons, sans enthousiasme et en attendant mieux, le terme plus général de « structures préformées ». De telles structures se trouvent dans des contextes très variés. Elles sont plus ou moins complexes, c’est-à-dire qu’elles peuvent comprendre quelques mots seulement, à la limite un seul mot, une phrase ou un texte complet.

7Le procédé de production consistant à se servir de structures préformées demande d’analyser ces structures sous plusieurs points de vue :

  • Typologie et description des structures préformées (cf. infra 2),

  • Sources des structures préformées et domaines de validité (cf. 3),

  • Emploi et fonctions (cf. 4).

8C’est là un programme de recherche complexe. Nous nous limiterons ici à esquisser quelques idées qui nous semblent essentielles pour une théorie du préfabriqué.

2. Typologie et description

92.1. On peut répertorier les structures préformées d’après les éléments qui les composent. En adaptant la vieille distinction rhétorique qui oppose les figures de mots et de construction aux figures de pensées, on pourrait distinguer les « structures préformées de mots et de construction », sur quoi portent nos réflexions, et les « structures préformées de pensée », c’est-à-dire les stéréotypes sociaux ou les préjugés, qu’on étudierait en psychologie sociale (ou en psychologie tout court).

10Quand on classe les « structures préformées de mots et de construction » du point de vue des éléments qui les composent, il faut distinguer au moins les trois types suivants :

  1. des séquences d’au moins deux mots : les locutions (tourner autour du pot, au fur et à mesure), les proverbes et dictons (Pauvreté n’est pas vice, À bon entendeur salut), etc. ;

  2. des couples énoncé – situation, en particulier les formules de politesse, les « idiotismes pragmatiques ». Les énoncés peuvent comporter un seul terme (Pardon !) ou plusieurs (Excusez-moi ! – Je vous en prie) ;

    • 4 Martins-Baltar, 1995, p. 9, distingue de même « figement », « liage » (terme de Fónagy, 1982) et «  (...)

    des modèles de textes ; exemples : faire-part de naissance ou de décès ; discours de bienvenue ; recette de cuisine ; résumé d’article linguistique ; remerciements de l’auteur d’un livre ou d’un article, etc.4

11Les recherches linguistiques ont nettement privilégié jusqu’ici le premier type, les séquences polylexicales (selon l’expression de Gréciano, 1983), qui font l’objet classique de la « phraséologie ». La proposition d’intégrer les formules de politesse (les salutations, les remerciements, etc.) dans la phraséologie est due à Burger dans son livre sur les idiotismes allemands (1973). Appelés alors « idiotismes pragmatiques », ils ont été repris sous le terme de « phraséologismes pragmatiques » dans L’Encyclopédie de la phraséologie de Burger / Buhofer / Sialm (1982) et sont considérés depuis comme un deuxième type d’expressions phraséologiques. Ce type a surtout été étudié par Coulmas (1981, 1985, etc.) qui l’a examiné d’un point de vue interculturel (comparaison entre l’allemand et le japonais) et qui a insisté sur l’importance de ces formules et plus généralement des « routines discursives » pour l’enseignement et l’apprentissage d’une langue étrangère.

12Un troisième type de structures préformées, les « modèles de textes » ou « textes stéréotypés » (« formelhafte Texte », cf. Gülich, 1988 / 1997), n’a guère été pris en considération jusqu’ici. On peut seulement trouver ici ou là des réflexions qui semblent proches des nôtres, par exemple parce qu’elles concernent le « stéréotypé » en général (cf. par exemple Stein, 1995) ou les « schémas » qui contiennent des cases vides pour créer de nouvelles expressions à partir d’un modèle existant : « Phraseoschablonen » (Fleischer, 1982, 3.4.), « Modellbildungen » (Burger / Buhofer / Sialm 1982, 2.3.3.). L’existence de « modèles locutionnels » ou de « schémas » qui permettent de construire ou de créer de nouvelles locutions a été mentionnée également, après Fiala (1987, 37 sqs) dans les études récentes de Martin (1997 : « modèle locutionnel ») et Grunig (1997, « schéma »). Exemples : les Français, c’est les Français ; L’ÉNS, c’est (quand-même) l’ÉNS ; une locution, c’est (tout de même) une locution...

13Un autre type de réflexion concerne effectivement des textes plus ou moins stéréotypés, mais qui sont analysés d’un autre point de vue, comme par exemple dans les études sur la communication rituelle (cf. par exemple Paul, 1989) ou dans les analyses de certains types de discours (petites annonces matrimoniales, cf. Privat, 1987 ; instructions de jeux, cf. Brixhe / Retornaz, 1988), notamment dans des études contrastives (cf. par exemple Spillner, 1983). Une approche qui rejoint nos préoccupations est celle de Gerd Antos sur les « Gruss worte », ces messages que les personnalités qui patronnent une manifestation adressent aux participants, souvent sous forme de lettre ouverte. Antos décrit précisément le rôle du « modèle » en formulant des règles pour la production de tels discours (par exemple Antos, 1986).

  • 5 Seul Bittencourt dos Santos (1996) définit à des fins d’enseignement l’abstract comme un type de te (...)

14Un type de discours qu’on a découvert récemment comme objet de l’analyse linguistique nous semble être un autre candidat pour un tel modèle : le résumé ou « l’abstract » d’un article qu’on publie dans une revue ou celui d’une communication qu’on propose pour un colloque. La plupart des études récentes sur l’abstract (Endres-Niggemeyer / Schott, 1992, Ventola, 1994, Kaplan et al., 1994) essaient de décrire les caractéristiques propres à ces textes, mais n’attirent guère l’attention sur leur caractère préfabriqué qui semble pourtant évident à celui qui en lit un certain nombre ou qui en fabrique5.

15Dans ce qui suit nous allons esquisser les propriétés des modèles de textes, et nous choisirons entre autres le résumé comme exemple (cf. infra 2.4. et 4.).

162.2. On peut repérer des structures préformées en analysant soit les produits – les textes – soit le procès de leur production, l’activité de production discursive. Pour repérer des structures préformées dans les produits, on dispose des procédés suivants :

  • On reconnaît la structure simplement parce qu’on la connaît, parce qu’elle fait partie d’un code auquel on a accès (comme membre d’un groupe ou propriétaire d’un dictionnaire des locutions) ; c’est le cas des locutions, des idiotismes pragmatiques, des routines discursives, etc. Exemples : – Bonne nuit ! – Je vous ai compris ! – Les femmes et les enfants d’abord – Tout est bien qui finit bien – J’en passe, et des meilleures...

  • La structure peut en outre offrir des déviances par rapport à d’autres structures ; on remarquera alors ses particularités ; exemples : les locutions idiomatiques comme au fur et à mesure, faire tache d’huile, de pied en cap, etc. ; certains proverbes : À bon chat bon rat ; Qui trop embrasse mal étreint, etc.

  • On peut observer statistiquement la fréquence de certaines structures ; en comparant des séquences on peut repérer des structures analogues ou semblables, qui se répètent ; il s’agit surtout des « collocations », par exemple combler une lacune, la veuve et l’orphelin (et non *l’orphelin et la veuve), et des « modèles de textes » : faire-part de naissance, résumés, etc.

  • La structure peut être définie ou présentée comme préformée par le locuteur. Deux cas sont assez fréquents :

    1. Le locuteur indique qu’il reprend une structure dans le texte d’un autre locuteur, qu’il « parle avec les mots de l’autre » (Authier-Revuz, 1985) ; c’est le cas du discours rapporté et des citations, même si on les présente sans indiquer un auteur précis (par exemple à l’aide de la formule comme dit l’autre) ;

      • 6 Une étude approfondie de ces commentaires métadiscursifs est présentée par Authier-Revuz (1995).

      Le locuteur caractérise explicitement une structure comme préfabriquée (cf. Quasthoff, 1981), par exemple comme « cliché » ou « formule », etc. au moyen d’un commentaire métadiscursif, de guillemets ou, à l’oral, de marques prosodiques ; exemples tirés de nos corpus : vous êtes un enfant de la province, comme on dit (Macha Bérenger) ; c ’est ce qu’on appelle les us et coutumes (Dame de Calibre)6.

172.3. Ces commentaires métadiscursifs jouent aussi un rôle important quand il s’agit d’observer le processus de la production discursive (cf. Authier-Revuz, 1993, Gülich, 1994).

18Jusqu’ici les recherches en linguistique du discours ont porté le plus souvent sur le résultat de ce processus, le texte. Le procès par contre a fait l’objet d’études psycholinguistiques ; mais là on n’a prêté que peu d’attention aux structures préfabriquées. Ainsi Krings (1992) dans son compte rendu pourtant très détaillé sur les recherches empiriques consacrées à l’écriture en parle-t-il à peine ; la plupart des chercheurs qui étudient la production de textes écrits – souvent avec une expérimentation sophistiquée – ne s’intéressent apparemment pas aux routines qui peuvent influencer l’activité de production. Une des rares exceptions (qui confirment la règle, évidemment) est la recherche de Keseling (1993 et travaux antérieurs), qui compare – entre autres – la production de descriptions d’itinéraires et celle de résumés d’un article scientifique effectuées par les mêmes personnes. Il constate des différences importantes concernant par exemple la longueur des pauses qui interrompent la production et l’aisance (« Flüssigkeit ») de la production. Quand il s’agit de types de discours familiers aux scripteurs, il y a des moments où la production coule de source, où il y a moins de pauses dues à la nécessité de réfléchir sur la mise en mots. Les scripteurs disposent de certaines structures préformées – Keseling les nomme des « expressions-cadres » (« Rahmenausdrücke ») auxquelles ils peuvent recourir en produisant un texte et qui peuvent leur faciliter la tâche. Ces expressions contiennent des cases vides où vont se placer des « descripteurs » (« Deskriptionen ») qui donnent les informations spécifiques. Or, c’est en général avant de produire ces éléments descriptifs que les sujets hésitent ou réfléchissent, tandis qu’ils notent rapidement et sans hésitation les expressions-cadres.

192.4. Quand il s’agit de la production discursive à l’oral, on peut également constater que le recours à des structures préformées se manifeste par la rapidité du débit et par l’absence de pauses et d’hésitations – mais des études systématiques dans ce domaine font encore défaut. Les premières observations que nous avons pu faire nous-mêmes montrent surtout que les locuteurs ont à leur disposition différents moyens pour attirer l’attention sur le caractère préfabriqué d’une séquence, pour marquer ou pour présenter une séquence comme préfabriquée. Ce sont d’un côté des moyens prosodiques (accentuation, intonation, rythme) et de l’autre les commentaires métadiscursifs que nous avons déjà mentionnés. De tels commentaires peuvent introduire une séquence préformée (exemple : c’est ce qu’on appelle les us et coutumes) ou définir rétroactivement une séquence comme préformée (exemple : un enfant de la province, comme on dit). Ces commentaires montrent que les locuteurs ont conscience d’utiliser des structures préformées et qu’ils jugent le caractère préformé d’une structure assez pertinent pour le signaler à l’interlocuteur.

20Nous allons donner quelques exemples tirés de notre corpus de « rédactions conversationnelles », c’est-à-dire de situations où les interlocuteurs rédigent ensemble un texte écrit.

  • 7 Les exemples 1-4 sont tirés du corpus de Bielefeld. Les conventions de transcription se trouvent en (...)

21Exemple 1 : « Carte de vœux7 »

22An : Ah ben d(e) toute faÇON ça a pas besoin d’être <SOUPIRANT> euh : @

23Ma : <VITE> NON : juste pour dire qu(e) je/ par poliTESSe voilà’ & c’est cl c’est poli/ la moindre des choses’ c’est la moind (re)des poliTESSes quand même, @ . faut réPONdre, tu crois pas’

24An : <BAS> ouais, @

25Ma : c’est surtout çA (? (en) fin moi j(e) veux pas...)

26An : <LIT, VITE> je vous remercie très sincèrement pour votre envoi’@ Et : euh : : vous souhAItE en retou : r’ ? ». . <ÉCRIT> une bonne et heureuse année’ . quatre-vingt-dix’@ . non’ . tu sais d(e) toute façON euh : , ... j/ & tu voulais mettre autre chose’

27Ma : oh non : ’.

  • 8 Cf. l’analyse des cartes postales par Alber (1985), qui présente une description du « modèle de bas (...)

28Les interlocutrices, une étudiante et sa grand-mère, sont d’accord pour souligner le caractère simplement rituel d’une lettre de remerciement que Maryse, la grand-mère, veut adresser à une personne qui lui a envoyé un cadeau de Nouvel An. Andrée, l’étudiante qui l’aide à accomplir cette tâche, trouve rapidement une formule conventionnelle (je vous remercie sincèrement : ). Maryse est tout de suite d’accord ; elle souligne que c’est simplement une lettre de politesse. Andrée ne juge important de réfléchir longuement ni sur le choix des mots (par exemple entre envoi et colis) ni sur la formule de (ça a pas besoin d’être très : très sophistiQUÉ hein’). Sa compétence discursive lui permet de s’acquitter de sa tâche sans difficulté8.

29Exemple 2 : « C’est vraiment du blabla »

30Na : euhm : : MOI’ c(e) quE je ferais’ euh : ÇA je mettrais plutôt’. (? tiens) en france il faut faire des paragraphes,

31La : oui oui. oui

32Na : et ÇA je mettrais dans/ dans le : . dEUxième paragraphE, La : oui . oui

33L’étudiante française Nathalie corrige le début d’une lettre que l’Allemande Laura a rédigée. Elle commence à formuler une proposition qui concerne l’ordre des idées (ÇA je mettrais plutôt), s’interrompt pour énoncer une règle générale qui concerne la structure de ce type de texte et qu’elle présente comme spécifique au français : en france il faut faire des paragraphes, et reprend et complète sa proposition : ÇA je mettrais dans/ dans le : . dEUxième paragraphE. L’argument qu’elle avance pour justifier la correction est donc qu’il existe un modèle de texte auquel il faut se conformer.

34Peu après elle formule une autre règle du même type : normalement il faut faire référence à quelque chose dans le premier paragraphe. Les commentaires qu’elle fait du texte proposé par Laura montrent qu’elle a conscience du modèle et que celui-ci lui sert d’orientation pour la production discursive.

35Exemple 3 : « C’est vraiment du blabla »

36Na : euh : : . . formule finale’. . en vous remerciant par avance

37La : oui . oui . <RIANT LÉGÈREMENT> c’est ÇA les : . belles formules que je connais pas @

38Na : <RIRE> @ <BRUIT DE STYLO> <4 SEC> en vous remerciant par avance’. virgule’. recevez . virgule’. monsieur’

39La : <RIRE>

40Na : <EN RIANT> virgule’@ <RIRE>@

41La : <RIRE>@ oui

42Na : c’est compliqué . l’expression’

43La : <3 SEC> de mes sentiments

44Na : salutations,

45La : ah salutaTIONs. sincères’ ou qu’est-ce qu’on

46Na : Distinguées,

47La : ah <LÉGER RIRE> @

48Na : c’est vraiment du blabla <RIRE> @ voilà . ET signature

49La : bon ET mon nom, oui à gauche

50Arrivée à la fin de la lettre, Nathalie annonce une « formule finale » et elle commence à en produire une tout de suite et sans hésitation (en vous remerciant par avance). Laura, la locutrice non native, interrompt la production de la formule par un commentaire métadiscursif qui montre qu’elle a parfaitement conscience de l’existence de telles conventions discursives, mais aussi qu’elle ressent un manque de compétence dans ce domaine : c’est ÇA les : . belles formules que je connais pas. Nathalie reprend la production de la formule, elle la dicte en tenant compte des signes de ponctuation. Laura ratifie les étapes du processus rédactionnel par des oui et elle finit par participer activement à la construction : pour compléter la formule amorcée par l’expression, elle propose de mes sentiments, mais Nathalie corrige en salutations. Pour qualifier salutations, Laura propose l’adjectif sincères, mais elle ajoute à voix basse un début de commentaire qui traduit son incertitude : ou qu’est-ce qu’on. Effectivement elle se fait encore corriger (Distinguées). On voit que Laura connaît, elle aussi, certaines formules ; mais elle accepte sans discussion les corrections de la locutrice native et montre ainsi qu’elle lui attribue la compétence discursive dans ce domaine. La remarque de la Française c’est vraiment du blabla et le rire commun des deux interlocutrices soulignent le caractère stéréotypé – et par là un peu ridicule – des « formules », mais servent sans doute aussi à minimiser la divergence des compétences.

51Un dernier exemple permettra d’illustrer la variété des aspects pertinents pour la production discursive d’après un « modèle » :

52Exemple 4 : « Contentieux »

53Ja : euh : : m . avec qui au printemps les entretiens sur les modalités du séjour’ FUrent menés,

54Be : c’est pas français ça’ <RIRE>

55Ja : ooh (?..) c’est tellement LOU : RD

56Be : oui oui. oui oui < RIRE >

57Ja : qu’on écraserait n’importe quoi . . avec qui <RIANT> au printemps les entretiens furent menés, . on voit que c’est une . ça c’est une traduction littérAle’ hein’ . parce que le verbe est à /ouuuh/

58Be : oui oui oui & oui bien sûr bien sûr

59Janick, locuteur natif du français, critique ici une lettre que son interlocutrice allemande Berthe, qui a de très bonnes connaissances de français, a rédigée d’après un texte allemand. Il lui reproche justement que son texte ne correspond pas aux conventions françaises. À la question de Berthe c’est pas français ça’ il répond : c’est tellement LOU : RD... Apparemment cette lourdeur s’explique par le fait qu’il s’agit d’une traduction littérAle de l’allemand. Ce type de correction, qui revient tout au long du travail rédactionnel de ces deux partenaires, renvoie à un « modèle » spécifiquement français pour la production de tels textes, modèle qui comprend certainement des structures préformées, mais aussi d’autres caractéristiques d’une lettre d’affaires en français, un modèle qui est en tout cas différent du modèle allemand.

60L’étude d’un corpus assez important d’où sont tirés les exemples ci-dessus montre que les interlocuteurs discutent souvent longuement les différentes variantes rédactionnelles : ils hésitent, reformulent leurs premiers énoncés, se corrigent eux-mêmes et se corrigent mutuellement (cf. Dausendschön-Gay / Gülich / Krafft, 1992). Les exemples cités sont trop courts pour pouvoir montrer combien le rythme de la production s’accélère quand on recourt à des structures préformées. Même des locuteurs avec une compétence très réduite dans la langue étrangère produisent quelquefois des séquences sans aucune hésitation et apparemment sans réfléchir et les notent sans aucune discussion (par exemple des séquences comme les termes d’adresse – chère Madame X – ou des phrases toutes faites comme c’était très bien).

61Les exemples que nous avons donnés montrent surtout que les interlocuteurs recourent très consciemment aux structures préformées pour rédiger un texte. Dans l’exemple (1) on voit que ces structures peuvent leur faciliter le travail rédactionnel. Dans les autres exemples les structures préformées sont traitées par les interlocuteurs comme des normes qu’il faut connaître et qu’il faut respecter. Les contraintes qu’elles imposent peuvent rendre la rédaction plus difficile pour celui qui ne les possède qu’insuffisamment (ce que souligne la locutrice allemande dans l’exemple 3). Le fait que les locuteurs aient conscience de l’existence et de la pertinence du préfabriqué – dans leur langue maternelle et dans la langue étrangère – est un argument important pour nous occuper de ces phénomènes.

3. Les sources des structures préformées

62Les locuteurs trouvent des structures préformées dans deux types de sources. Ils peuvent d’abord recourir à des énoncés ou à des textes (au sens le plus général du terme), à des produits spécifiques ou individuels. Font partie de ce groupe de sources les productions antérieures du locuteur lui-même et celles d’autres locuteurs. Appuyer sa production discursive sur une source individuelle, c’est calquer, citer, contrefaire, copier, évoquer, faire allusion, imiter, plagier, piller, parodier, rabâcher, radoter, rapporter, répéter, réitérer, ressasser, se répéter, etc. L’abondance de ce vocabulaire est peut-être un indice de la fréquence et de l’importance du procédé de production en question.

63Deuxième type de sources : la structure préformée peut faire partie du savoir partagé d’un groupe. S’agissant des locutions, on a surtout étudié le savoir commun de groupes très importants, tels que celui des francophones ou celui des francophones jeunes. Nous insisterons plutôt sur la diversité quantitative et qualitative des groupes.

64Un groupe minimal comprend deux personnes. Pour trouver des exemples dans la vie courante, il faudrait connaître et pouvoir documenter en détail les habitudes langagières d’un couple. Nous nous contenterons d’un couple littéraire, Swann et Odette. Ils utilisent l’expression un peu étrange de faire catleya, par allusion à des catleyas qui au début de leur liaison avaient joué le rôle d’une sorte de catalyseur rituel (Proust, p. 233 sq). Cette expression appartient en propre au couple, à son histoire et à son savoir partagé. Aucun des autres personnages de la Recherche ne peut l’utiliser, faute de la connaître. Inversement, quand Swann utilise cette expression, il renvoie au savoir partagé du couple et à son histoire. L’expression contribue ainsi pour les deux personnages qui s’en servent à constituer le couple, à le confirmer, à l’attester et à l’individualiser dans la société.

65Quand Swann et Odette utilisent l’expression faire catleya, leur source est le savoir constitué lors de leur histoire commune, savoir partagé et, dans le roman, exclusif. Mais il y a évidemment un deuxième groupe d’utilisateurs potentiels de faire catleya, à savoir celui des lecteurs de la Recherche, dont le savoir partagé est précisément celui qui résulte de cette lecture. Et là encore, utiliser l’expression, c’est renvoyer au savoir partagé et revendiquer son appartenance au groupe quelque peu élitaire des lecteurs de Proust. On peut inversement utiliser l’expression pour tester son interlocuteur et soit l’exclure du groupe, soit établir avec lui cette connivence particulière qu’entretiennent les membres d’une même communauté.

66Les structures préformées peuvent donc remplir une fonction sociale : confirmer et renforcer l’existence et la cohésion d’un groupe en renvoyant à un savoir partagé. Elle pourront jouer ce rôle à condition d’être à la fois spécifiques et saillantes. Une structure préformée est spécifique quand les membres d’un groupe la reconnaissent comme faisant partie du savoir partagé constitutif pour ce groupe particulier. Ceci suppose d’abord que les interlocuteurs aient conscience de l’existence du groupe. C’est généralement le cas pour des groupes bien délimités : la famille, un groupe d’amis, les jeunes-gens-ayant-fait-leur-service-militaire-dans-la-cavalerie, les wagnériens, etc. Pour des groupes très vastes comme par exemple celui des usagers d’un dialecte, les membres du groupe prendront souvent conscience de la spécificité des formules au contact avec des personnes étrangères au groupe qui justement ne pratiquent pas certaines structures préformées. Un exemple intéressant pour l’emploi d’une structure préformée par une communauté linguistique très importante est analysé par Kokemohr (1994), qui décrit le recours à l’expression stéréotypée c’est la crise (qu’il qualifie de « lieu commun ») au Cameroun. Il interprète cette formule comme un élément de la « rhétorique quotidienne » (« Alltagsrhetorik ») qui accomplit une fonction « intégrante » pour la constitution du groupe social des noirs, notamment dans les contacts interculturels avec les blancs.

  • 9 « Pour tout signe linguistique, Jakobson distingue deux modes d’arrangement, la combinaison et la s (...)

67La « langue de bois » (dans le sens restreint de langue officielle du régime communiste) mérite à plusieurs titres une mention spéciale. D’abord, parce qu’il ne s’agit plus ici d’un simple inventaire de structures préformées, mais d’un système complexe qui donne à son utilisateur des modèles pour tout énoncé en situation officielle ; ensuite, en raison du caractère contraignant de ce système9 ; enfin, parce que les structures préformées qui composent la langue de bois française se retrouve également en allemand ou en russe, de sorte qu’elles ne semblent être que les versions nationales de structures qui existeraient indépendamment d’une langue particulière. Aussi la langue de bois renvoie-t-elle au savoir partagé d’un groupe qui se veut international.

  • 10 Ceci vaut pour le groupe des lecteurs. Quant à Swann et Odette, Proust note que « bien plus tard, q (...)

68Dire d’une séquence qu’elle est spécifique pour un certain parler, c’est lui attester un certain statut dans la langue. La saillance au contraire est un phénomène de discours : une séquence spécifique sera saillante lorsque le locuteur l’utilisera pour sa spécificité, en marquant et en faisant remarquer qu’il renvoie à un savoir partagé particulier. Pour une expression telle que faire catleya, il semble difficile de l’utiliser de façon non saillante10. Dans d’autres cas, le locuteur pourra souligner le caractère préformé d’une expression par des gestes, des mimiques, des clins d’œil ou leurs équivalents discursifs : guillemets prosodiques, commentaires métadiscursifs, etc.

69Il résulte de ce tour d’horizon qu’étudier le rôle des structures préformées pour la production discursive demande premièrement de retenir non seulement les expressions qui ont cours dans des groupes importants tels que ceux des usagers d’une langue, d’un dialecte ou d’une langue de spécialité, mais aussi celles dont l’aire de validité est beaucoup plus restreinte : famille, amis, équipe professionnelle, à la limite deux personnes ; deuxièmement, quand on étudie l’emploi de ces structures, de prendre en compte le fait que les interlocuteurs choisissent souvent de les utiliser précisément parce qu’ils ont conscience et de leur caractère préformé (cf. supra 2.4.) et de leur aire de validité.

4. Emploi et fonctions : l’exemple des « modèles de textes »

70Nous nommons « modèles de textes » des structures préformées dont on se sert pour la production de textes d’un certain type. Les modèles de textes font partie du savoir partagé de groupes. Un texte réalisé d’après un modèle renvoie à ce modèle.

71Un savoir collectif particulier est celui qui concerne la production de textes devant appartenir à un certain type (vœux de Nouvel An, CV, dissertation en trois parties, faire-part de naissance, lettre de recommandation, etc.). On peut définir un type de texte (« type ») comme un ensemble de contraintes à satisfaire lors de la production d’un texte de ce type (« token »). Ces contraintes posent des problèmes pour lesquels il existe parfois des solutions préfabriquées, qui définissent ce que nous appelons des « modèles » de textes. Un « modèle de texte » est un ensemble d’instructions qu’on peut choisir de suivre – scrupuleusement ou en prenant des libertés – quand on veut produire un texte. Du point de vue de la production, le modèle est une sorte de recette qui comporte des indications sur les conditions d’emploi du texte : où ? à quel moment ? sous quelles conditions ?, sur sa structure : quels types d’informations, éventuellement dans quel ordre ? y a-t-il des priorités à respecter ?, et souvent des répertoires d’expressions à utiliser de manière préférentielle.

  • 11 Ce concept du « texte stéréotypé » a été appliqué par Drescher (1994) à un corpus de réponses négat (...)

72Certains de ces modèles de textes sont codifiés et répertoriés, par exemple dans les guides de la correspondance, les manuels d’exercices pour enseigner la dissertation, les répertoires de faire-part, etc. D’autres ne le sont pas, ce qui ne signifie pas pour autant que le modèle n’existe pas : simplement, on y a accès par d’autres moyens. Quand on veut par exemple rédiger des remerciements comme on les trouve sur la première page d’une thèse (remerciements adressés à tous ceux qui ont apporté leur aide : directeur, collègues, secrétaire, épouse...), on pourra se mettre en train en lisant plusieurs de ces textes, ce qui permettra de saisir plus ou moins intuitivement un modèle dont Gülich (1988/1997), après l’analyse détaillée d’un corpus, donne une description généralisante : « Pour caractériser les textes stéréotypés (« formelhafte Texte ») on retiendra les traits suivants : éléments de contenu constants, disposition plus ou moins fixée de ces éléments, réalisation linguistique stéréotypée, texte lié à une situation précise qui lui donne sa fonction. Ce sont ces traits qui permettent la reproduction globale du texte stéréotypé11. »

73La définition proposée dans Gülich (1997) est peut-être trop rigide : du moins existe-t-il des textes stéréotypés qui ne répondent pas à tous les critères. Nous citerons ici l’exemple des résumés qui accompagnent les articles dans des revues scientifiques. On peut faire un résumé en condensant le texte de l’article, en énonçant par exemple les thèses principales et leurs relations. On obtiendra alors un résumé non stéréotypé comme le suivant :

74Résumé 1 : type non stéréotypé

75« L’atelier d’Hermioné a émis des trioboles et des oboles d’étalon éginétique ainsi que des pièces de bronze de différents modules (trichalques, dichalques et chalques), dont la frappe, commencée en même temps que celle des monnaies d’argent, après 360, s’est poursuivie, semble-t-il, jusque vers 325. Une émission de petits bronzes fut frappée ensuite, au Ier s. av. J.-C. » (Revue numismatique 32, 1990).

  • 12 Bittencourt dos Santos (1996) décrit ce canevas comme « a five-move pattern ».

76Les résumés de ce type sont assez rares. Plus fréquemment, on construit à l’aide « d’expressions-cadres », pour reprendre le terme de Keseling (cf. supra 2.3.), une sorte de canevas qui fournira au texte une armature permettant d’introduire des « descripteurs » porteurs d’informations sur le contenu12. L’exemple suivant montre comment les expressions-cadres (en italiques dans l’exemple) ouvrent ou créent dans le texte des espaces pour les descripteurs. En même temps, ils précisent pour chaque descripteur quelle est sa fonction dans l’ensemble du résumé (nous insérons en majuscules des commentaires sur la fonction structurante des expressions-cadres) :

77Résumé 2 : Expressions-cadres et structuration

78L’étude repose sur DONNÉES un corpus de deux cent dix énoncés qui ont été extraits d’enregistrements provenant de différentes situations d’oral. Ils ont été sélectionnés pour leurs propriétés intonatives et prodiques communes, qui s’organisent en un faisceau de traits conjoints, appelé « intonation d’incise », ce qui a permis MÉTHODE de les segmenter en trois parties [E1-E2-E3]. Cet article a pour objet de présenter BUT la structure de chacun des trois segments, les marques syntaxiques et lexicales spécifiques de ce type d’énoncé et les particularités du réseau anaphorique qui s’établit entre les trois segments. Les observations faites tendent à prouver que RÉSULTATS E2 est situé à un niveau énonciatif distinct de celui de E1 et E3 (DRLAV 34-35, 1986).

79Les expressions-cadres doivent leur valeur structurante aux verbes ou expressions verbales, qui désignent en général des activités de recherche (étudier, examiner...) ou qui donnent aux assertions un statut dans le procès de la recherche (faire l’hypothèse que, prouver que...) ou dans l’argumentation (affirmer, conclure...). Les expressions-cadres donnent au résumé une structure en notant le processus de la recherche ou de la démonstration.

80Un autre aspect de cette structure est qu’elle comporte ce que Möller (1995), qui a étudié le modèle du résumé, appelle une « perspective » : perspective de l’auteur ou perspective du texte. Quand on regroupe les expressions-cadres en partant non plus de la signification de l’expression verbale, mais du sujet grammatical, on obtient un champ d’expressions :

81L’auteur (ou nous ou on) étudie : il analyse, examine, présente une analyse, se penche sur, s’intéresse à, etc. : il pense : suppose, considérerait l’hypothèse que, établit une théorie selon laquelle, conclut, etc. : il montre : il présente le principe, souligne, fait apparaître que, met en évidence, etc.

82Résumé 3 : perspective auteur

83L’auteur fait apparaître l’existence de séquences de fiction dans les conversations. Il montre que la construction d’un contexte fictionnel est le mécanisme de mise en œuvre des « jeux symboliques » (Piaget). La fiction est donc liée à un mode de signification métaphorique. En dehors des formes ludiques transmises, les plaisanteries improvisées jouent un rôle au plan de la constitution des relations dans les interactions (DRLAV 34-35, 1986).

84L’article fait en gros la même chose que l’auteur : de plus, l’article (ou le texte, l’étude) présente des pistes, a pour objet de (présenter, discuter, traiter, etc.), porte sur, traite de manière critique, propose une réflexion sur, vise à montrer que, etc.

85Résumé 4 : perspective article

86Cet article cherche à expliquer comment sont interprétées les relations spatiales dans une succession d’images. À partir de l’exemple du champ-contrechamp, un certain nombre de structures formelles liées au concept d’anaphore sont proposées. Cette notion d’anaphore ne permettant pas de rendre compte de certaines configurations, des notions sémantiques comme celles de « cadre spatial » ou de « script » sont proposées pour le travail de recherche dans ce champ particulier (DRLAV 34-35, 1986).

87L’auteur peut s’effacer : c’est alors un on qui observe, propose, conclut, etc., ou même disparaître. L’opposition auteur-article est alors neutralisée dans des formes impersonnelles ou passives : un terme se définit, un problème est analysé, une solution est proposée. Un verbe extrêmement utile pour la production de passages à perspective neutralisée est permettre de (+ un infinitif ou un nom désignant une activité du chercheur), qui permet de relier deux étapes de l’analyse sans faire intervenir expressément l’auteur.

  • 13 À ces observations sur la structure et le vocabulaire, on peut ajouter deux règles de modestie (qui (...)

88Le choix initial d’une perspective semble contraignant pour la suite du résumé : on ne combine que très rarement dans un même résumé les deux perspectives « auteur » et « article ». La perspective peut être maintenue du début jusqu’à la fin. Plus fréquemment que le maintien de la perspective, on trouve une progression qui mène d’une perspective marquée : l’auteur / cet article – à une perspective neutralisée (comme dans l’exemple 4) et même à des séquences sans perspective (exemple 3). Le modèle ne favorise pas la progression inverse, qui mènerait d’une perspective neutralisée à une perspective marquée13.

89Le modèle de texte du résumé est donc une structure complexe, qui met en jeu des phénomènes aussi différents que le contenu du texte (le résumé fournira des indications sur l’objet, la méthode, le résultat de la recherche), sa forme (charpente perspectivée du résumé), des formes linguistiques préférentielles (les expressions-cadres stéréotypées). En revanche, le modèle ne contient pas d’indications sur l’ordre des éléments : l’auteur est libre de reproduire l’ordre de son article, de suivre la chronologie de sa recherche, d’inventer un ordre « logique », etc. Peut-être le résumé est-il en cela moins stéréotypé que les remerciements dont parle Gülich (1988/1997). Plus généralement, il faut prévoir que les modèles de textes n’ont pas tous les mêmes propriétés.

90Une des différences entre les modèles de textes est qu’ils peuvent être plus ou moins contraignants. Exemples : textes liturgiques – contrainte souvent totale ; faire-part de décès – contrainte très forte ; recette de cuisine – contrainte forte sur les expressions terminologiques, qu’il faut utiliser sous peine de mal se faire comprendre ; allocution d’ouverture d’un congrès – contrainte faible, le modèle pouvant être utilisé tel quel ou au contraire servir de point de départ pour une solution originale, etc. L’existence d’un modèle peut en effet se manifester dans une déviance, voulue ou non, et perçue comme telle. Voici à titre d’exemple des remerciements comme on les trouve souvent sur la première page d’un article. Tous sont tirés du livre d’Erving Goffman Façons de parler – Forms of talk, traduit par Alain Kihm.

91Le premier exemple – « La position » (p. 133) – contient un simple remerciement pour la permission de reprendre un texte déjà publié ailleurs : « Je remercie Semiotica (25, p. 1-29) où ce chapitre est d’abord paru sous forme d’article. »

92Dans le deuxième exemple – « Répliques et réponses » (p. 11) – le texte contient deux éléments supplémentaires : l’auteur remercie modestement les personnes qui l’ont aidé (ce qui lui permet d’ailleurs de se situer dans un contexte de recherche précis), et il accepte toujours modestement la responsabilité de toutes les insuffisances qui subsisteraient dans son texte :

« Je remercie Language in Society où ce chapitre est d’abord paru sous forme d’article (1976, 5, p. 257-313). [...] Je remercie Theresa Labov, William Labov, Susan Philips et Lee Ann Draud pour leurs suggestions critiques, dont beaucoup ont été reprises sans plus de mention. Je suis par conséquent seul responsable des insuffisances. »

93Le troisième exemple – « Exclamations » (p. 85) – est composé des mêmes ingrédients que le précédent : remerciement à la revue Language où se trouve la publication originale, mention des collègues qui ont commenté l’article. La dernière partie cependant sort du schéma habituel, puisqu’elle donne une variante ludique des remerciements aux collègues : « [...] Je remercie cette communauté d’assistance : grâce à elle, j’ai pu progresser du vol au pillage. »

94Qu’il s’agisse effectivement d’une variante, et d’une version plaisante, ne peut être perçu que par un lecteur qui connaît la version neutre et « normale », c’est-à-dire le modèle.

95Le quatrième exemple – « Replies and responses » (Forms of Talk, p. 5) – n’est autre que la version originale du numéro 2 ci-dessus. Elle contient elle aussi une variante ludique du dernier élément : après avoir nommé tous les collègues qui l’ont aidé de leurs remarques, Goffman conclut : « [...] I alone, there-fore, am not responsible for ail of the paper’s shortcomings. »

96Or, le traducteur ne traduit pas la négation, mais donne la version traditionnelle de la formule de modestie. On peut supposer qu’il s’attendait si fort à trouver une version standard qu’il n’a pas même perçu la déviance, qui d’ailleurs ne se matérialise que par un petit mot de trois lettres seulement. Autrement dit, il n’a pas traduit le texte original, mais le modèle de texte.

  • 14 Les faire-part français comportent une phrase :
    – « M. / Mme XY a / ont la (très grande, immense) tr (...)

97L’exemple des remerciements montre que tout comme les autres structures préformées, les modèles de texte appartiennent au savoir partagé d’un groupe. Ce groupe est ici la communauté des producteurs et lecteurs d’articles scientifiques. C’est une communauté internationale, et le modèle des remerciements est, pour ce qui est des conditions d’emploi, des contenus et de l’agencement des parties du texte, un modèle international. D’autres modèles appartiennent à d’autres groupes, qui peuvent être des communautés linguistiques nationales. Ainsi une lettre officielle à la française suit-elle un modèle spécifique et très contraignant qui prescrit, outre certaines formes linguistiques souvent fortement stéréotypées, de commencer en rappelant des contacts antérieurs, d’agencer les parties d’une certaine façon, de « faire des paragraphes », etc. (cf. supra 2.4., exemples 2 et 3). Un autre exemple serait celui des faire-part de naissance ou de décès. Un coup d’œil dans un journal suffit pour montrer que pour le choix et l’ordre des informations, la mise en mots (formules stéréotypées) et la mise en page, les communautés française et allemande utilisent des modèles différents14.

  • 15 Dans une perspective psycholinguistique, les modèles de texte jouent pour la réception le rôle de « (...)

98Dernière remarque au sujet des modèles15 de textes : les textes effectivement réalisés peuvent renvoyer plus ou moins nettement à leurs modèles. Cet effet est particulièrement sensible au niveau de la mise en mots. L’expression ni fleurs ni couronnes par exemple est un élément qui contribue à faire d’un faire-part un « vrai » faire-part, c’est-à-dire un faire-part correspondant au modèle. Mais elle peut aussi figurer dans un mot adressé aux amis qu’on invite à dîner. La spécificité de l’expression ne fait aucun doute, la saillance résulte ici de son emploi hors du contexte prévu. On obtiendra donc un effet certain, bien que d’un goût peut-être discutable.

5. De la « structure préformée » à la « locution »

  • 16 Deborah Tannen (1990, p. 189) généralise cette idée quand elle fait l’hypothèse que « any utterance (...)

99Examiner le rôle du « préfabriqué » pour la production discursive nous a amenés à considérer de nombreux types de structures préformées. Notre tour d’horizon est loin d’être exhaustif : nous n’avons par exemple pas même mentionné le réservoir de façons de parler dont dispose chaque locuteur et dans lequel il puise en toute occasion. Ces ressources se constituent lors de l’acquisition de la langue maternelle, de sorte que l’adulte ne prend conscience de leur importance que quand elles viennent à manquer : quand il se sert d’une langue étrangère, ou quand il aborde un sujet inhabituel. Il se rendra alors compte qu’il faut apprendre à parler de ce sujet et pour ce acquérir non seulement une terminologie, mais surtout une façon de s’en servir, qu’il faut se constituer un stock de structures préformées. Les structures préformées semblent donc omniprésentes, et leur utilisation non pas l’exception, mais la règle16.

100Les « locutions », les séquences phraséologiques au sens restreint du terme, sont un sous-ensemble du vaste ensemble des structures préformées. Elles se définissent comme des séquences préformées composées uniquement d’éléments verbaux, très stables, n’obéissant souvent pas aux règles d’utilisation en vigueur dans la langue, connues et utilisées par des groupes de locuteurs très importants. Ces propriétés, en particulier le caractère verbal et les anomalies, rendent les locutions particulièrement intéressantes pour et accessibles à l’analyse linguistique. Le caractère purement verbal des locutions permet en effet de les traiter par écrit, donc de les répertorier et de les analyser sans autre instrument qu’un crayon et un bout de papier. Cette facilité de traitement a cependant donné lieu à certaines distorsions. D’abord, comme on ne note et on ne traite que ce qui s’écrit, on finit par ne même plus percevoir ce qui n’est pas verbal. Puis, comme l’écriture exige de se décider pour une forme précise, sans flou ni incertitude, on choisit et retient pour chaque locution une forme (éventuellement accompagnée de quelques alternatives) qui sera finalement considérée comme étant la locution. Ce procédé favorise les approches normatives et cache l’aspect variationnel des locutions qui apparaît dès qu’on analyse des corpus (qui abondent en formes non répertoriées). Surtout, si l’essence et la réalité de la locution sont la séquence telle qu’elle s’écrit, on perd de vue que dans le processus de production, la locution est un modèle qu’il appartient au locuteur d’exploiter, ce qui conduit aux variantes « fautives », mais aussi à toutes sortes d’adaptations, de jeux, de formes analogiques, etc.

101Les anomalies qu’on constate par rapport aux régularités du système linguistique ont amené les chercheurs à considérer les locutions comme des exceptions et à les traiter du point de vue de la différence (en cherchant par exemple à définir la limite précise qui sépare les locutions au sens fort du terme des « simples » collocations). Nos observations suggéreraient plutôt de voir les continuités et de définir les locutions non comme des singularités ou des exceptions, mais comme des cas extrêmes, et par là même d’une certaine manière prototypiques, de structures préformées. Étudier les locutions pourrait ainsi servir à mieux comprendre le procédé de production discursive qui consiste à utiliser des structures préformées, son fonctionnement, son rendement et ses problèmes. La phraséologie pourrait de son côté profiter d’études dans le domaine plus vaste des structures préformées. Voici pour terminer quelques exemples de questions qu’on pourrait poser dans cette perspective.

102– L’utilisation des locutions impose souvent d’importantes restrictions. Ceci signifie pour le processus de production que le locuteur, dans un contexte donné, devra soit renoncer à certaines locutions, soit construire ou aménager son texte de façon à pouvoir les utiliser. Les locutions exercent donc des contraintes sur la production discursive. L’étude de ces contraintes serait exemplaire pour le domaine des structures préfabriquées tout entier, et pourrait de son côté profiter de l’analyse des modèles de texte, par exemple.

103– Utiliser une structure préfabriquée, c’est exploiter un modèle. On peut le reproduire tel quel, ou bien l’adapter à une situation contextuelle ou encore s’en servir comme d’un patron pour créer des structures plus ou moins apparentées. Là aussi, l’étude de l’exploitation des locutions pourrait être exemplaire pour l’ensemble des structures préformées et en même temps profiter de l’étude plus généralisante de procédés comme ceux de « l’adaptation », de la « variation », de la « production analogique », etc.

104– On rencontre les différentes formes d’exploitation dans le procédé de production qui consiste à utiliser des métaphores. Même chez les poètes, les métaphores ne sont que très rarement des créations originales : on exploite presque toujours des métaphores connues. Les locutions offrent certainement le plus important réservoir de métaphores dont dispose le locuteur. Il peut les utiliser telles quelles, en se servant tout simplement de la locution, ou comme matériau ou modèle pour une production plus originale. Mieux comprendre comment fonctionne l’exploitation des métaphores préformées (en déterminant par exemple quels sont les problèmes de production qu’on résout de cette façon), ce serait mieux comprendre la métaphore, les structures préformées en général et les locutions en particulier.

105– Nous considérons les structures préformées comme des solutions élaborées dans et par un groupe social pour résoudre des tâches communicatives récurrentes. Recourir à ces solutions, qui font partie du savoir collectif, peut d’ailleurs devenir un procédé préférentiel et même acquérir le statut d’une contrainte normative. Analyser les structures préformées en tant que solutions préférentielles à des problèmes récurrents demande avant tout de reconstruire ces problèmes. Si l’on tentait une telle reconstruction pour les locutions, il faudrait obligatoirement passer par l’analyse de corpus écrits et oraux et l’on aboutirait peut-être à une nouvelle typologie des locutions.

Bibliographie

/

rupture perceptible de l’énoncé sans qu’il y ait pause

.

interruption très courte

. .

pause courte

. . .

pause moyenne

(x sec)

pause de x secondes

haut’

intonation montante

malade,

intonation descendante

MALIN ROsé Bar oui : et : : : n : on

accentuation d’un mot / d’une syllabe / d’un son allongement d’une syllabe / d’un son

(en) fin a(l) ors

articulation relâchée

(? toi aussi)

transcription incertaine

(? .............)

(partie d’un) énoncé incompréhensible

<BREF> @

commentaire du transcripteur ; précède l’énoncé

<SOURIANT> @

et reste valable jusqu’au signe « @ »

Références bibliographiques

Textes cités

GOFFMAN (E.), 1981, Forms of talk, Philadelphia, University of Pemnsylvania Press.
– 1987, Façons de parler, traduit par Alain Khim, Paris, Minuit.

PROUST (M.), Du côté de chez Swann in À la recherche du temps perdu, édité par Pierre Clarac et André Ferré, tome 1, Paris, Éditions de la Pléiade, Gallimard, 1954.

Études

ALBER (J.-L.), 1985, « “Bonjour de Neuchâtel où il fait beau et chaud”. Essai d’interprétation d’un corpus de cartes postales de vacances », in TRANEL Travaux Neuchâtelois de Linguistique 8, p. 69-94.

ANTOS (G.), 1986, « Zur Stilistik von Grussworten », in Zeitschrift für Germanistische Linguistik 14, p. 50-81.

AUTHIER-REVUZ (J.), 1985, « La représentation de la parole dans un débat radiophonique : figures de dialogue et de dialogisme », Langue française 65, p. 92-102.
– 1993, « Du je de l’intention au jeu de hasard : figures méta-énonciatives du “bien dire” », Cahiers de praxématique 20, p. 87-113.
– 1995, « Méta-énonciation et (dé) figement », in Cahiers du français contemporain 2, p. 17-39.

BITTENCOURT DOS SANTOS (M.), 1996, « The textual organization of research paper abstracts in applied linguistics », in TEXT 16 (4), p. 481-499.

BRIXHE (D.), RETORNAZ (A.), 1988, « Les avatars d’un discours d’instruction de jeu », Pratiques 58, p. 74-97.

BURGER (H.), avec la collaboration de H. Jaksche, 1973, Idiomatik des Deutschen, Tübingen.

BURGER (H.), BUHOFER (A.), SIALM (A.), 1982, Handbuch der Phraseologie, Berlin, New York.

COULMAS (F.), 1981, Routine im Gespräch. Zur pragmatischen Fundierung der Idiomatik. Wiesbaden.
– 1985, « Diskursive Routine im Fremdsprachenerwerb »,
Sprache und Literatur in Wissenschaft und Unterricht 16, p. 47-66.

DANLOS (L.), 1988, « Les expressions figées », Langages 90, p. 5-6.

DAUSENDSCHÖN-GAY (U.), GÜLICH (E.), KRAFFT (U.), 1992, « Gemeinsam schreiben. Konversationelle Schreibinteraktionen zwischen deutschen und französischen Gesprächspartnern », in P. Krings, G. Antos éds, Textproduktion. Neue Wege der Forschung, Trier, p. 219-256.

DRESCHER (M.), 1994, « Für zukünftige Bewerbungen wünschen wir Ihnen mehr Erfolg. Zur Formelhaftigkeit von Absagebriefen », Deutsche Sprache 2/1994, p. 117-137.

ENDRES-NIGGEMEYER (B.), SCHOTT (H.), 1992, « Ein individuelles prozedurales Modell des Abstracting », in P. Krings, G. Antos, p. 281-309.

FIALA (P.), 1987, « Pour une approche discursive de la phraséologie. Remarques en vrac sur la locutionalité et quelques points de vue qui s’y rapportent, sans doute », Langage et société 42, p. 27-44.

FLEISCHER (W.), 1982, Phraseologie der deutschen Gegenwartssprache, Leipzig.

FÓNAGY (I.), 1982, Situation et signification, Amsterdam, Benjamins.

GRÉCIANO (G.), 1983, Signification et dénotation en allemand. La sémantique des expressions idiomatiques, Paris, Klincksieck.

GROSS (M.), 1988, « Les limites de la phrase figée », Langages 90, p. 7-22.

GRUNIG (B.-N.), 1997, « La locution comme défi aux théories linguistiques », in Martins-Baltar (M.) (textes réunis par), La Locution, entre langue et usages, Paris, ENS Éditions Fontenay/Saint-Cloud (collection Signes), diffusion Ophrys.

GÜLICH (E.), 1994, « Commentaires métadiscursifs et “mise en scène” de l’élaboration du discours », CALaP Cahiers d’Acquisition et de Pathologie du Langage 12, p. 29-51.
– 1988/1997, « Routineformeln und Formulierungsroutinen. Ein Beitrag zur Beschreibung “formelhafter Texte” » (Conférence au Congrès annuel de l’institut Für Deutsche Sprache, Mannheim 1988), in F.-J. Berens, R. Wimmer éds, Phraseologie und Wortbildung. Tübingen, Narr (= Studien zur Deutschen Sprache 9).

GÜLICH (E.), HENKE (K.), 1979, 1980, « Sprachliche Routine in der Alltagskommunikation. Überlegungen zu “pragmatischen Idiomen” am Beispiel des Englischen und des Französischen », Die Neueren Sprachen 78 : 6 (1979), p. 513-530 et 79 : 1 (1980), p. 2-33.

GÜLICH (E.), KRAFFT (U.), 1992, « “Ich mag es besser” -Konversationelle Bearbeitung vorgeformter Ausdrücke in Gesprächen zwischen deutschen und französischen Sprechem », in Fremdsprachen Lehren und Lernen 21, p. 65-87.

KAPLAN (R.B.) et al., 1994, « On abstract writing », Text 14, p. 401-426.

KESELING (G.), 1993, Schreibprozeβ und Textstruktur. Empirische Untersuchungen zur Produktion von Zusammenfassungen, Tübingen.

KOKEMOHR (R.), 1994, « “C’est la crise”. Zur Funktionsweise alltagsrhetorischer Weltdeutungen », in A. Sabban, Chr. Schmitt éds, Sprachlicher Alltag. Linguistik – Rhetorik – Literaturwissenschaft. Festschrift für Wolf-Dieter Stempel, 7. Juli 1994, Tübingen, 1994, p. 227-244.

KRINGS (H.P.), 1992, « Schwarze Spuren auf weissem Grund -Fragen, Methoden und Ergebnisse der Schreibprozessforschung im Überblick », in P. Krings, G. Antos éds, p. 45-110.

KRINGS (H.P.), ANTOS (G.) éds, 1992, Textproduktion. Neue Wege der Forschung, Trier.

MARTIN (R.), 1997, « Sur les facteurs du figement lexical », in Martins-Baltar (M.) (textes réunis par), La Locution, entre langue et usages, Paris, ENS Éditions Fontenay/Saint-Cloud (collection Signes), diffusion Ophrys.

MARTINS-BALTAR (M.) éd., 1995a, La Locution en discours (Cahiers du français contemporain 2).
– 1995b, « La Locution en discours », in Martins-Baltar (M.) (éd.), 1995a, p. 7-15.

MÖLLER (C.), 1995, Formelhaftigkeit in Abstracts, mémoire de maîtrise, Ms. Bielefeld.

MOREAU (M.-L.), 1986, « Les séquences préformées : entre les combinaisons libres et les idiomatismes. Le cas de la négation avec ou sans “ne” », Le Français moderne 54, p. 137-160.

PAUL (I.), 1989, Rituelle Kommunikation. Sprachliche Verfahren zur Konstitution ritueller Bedeutung und zur Organisation des Rituals, Tübingen.

PIOT (M.), 1988, « Conjonctions de subordination et figement », Langages 90, p. 39-56.

PRIVAT (J.-M.), 1987, « Les petites annonces matrimoniales, ou la rhétorique des descriptions argumentatives », Pratiques 56, p. 101-119.

QUASTHOFF (U.), 1981, « Formelhafte Wendungen im Deutschen : zu ihrer Funktion in dialogischer Kommunikation », in B. Sandig (Hg), Stilistik II : Gesprächsstile. Germanistische Linguistik 5-6, p. 5-24.
– 1986, « Nichtsprachliches und “semisprachliches” Wissen in interkultureller Kommunikation und Fremdsprachendidaktik »,
Die Neueren Sprachen 85, p. 230-253.

SPILLNER (B.), 1983, « Zur kontrastiven Analyse von Fachtexten -am Beispiel der Syntax von Wetterberichten », LiLi. Zeitschrift für Literaturwissenschaft und Linguistik 13, p. 110-123.

STEIN (S.), 1995, Formelhafte Sprache. Untersuchungen zu ihren pragmatischen und kognitiven Funktionen im gegenwärtigen Deutsch, Frankfurt am Main, Berlin, Bern, New York, Paris, Wien, Peter Lang. (= Sprache in der Gesellschaft. Beitrage zur Sprachwissenschaft 22).

TANNEN (D.), 1990, « The Interactional Development of All Texts : Repetition in Talk as Spontaneous Idiomaticity », in Bahner (W.), Schildt (J.), Viehweger (D.) éds, Proceedings of the Fourteenth International Congress of Linguists, Berlin/GDR, August 10 – August 15 1987, Berlin, 1990, p. 189-198.

THOM (F.), 1987, La Langue de bois, Paris, Julliard.

VENTOLA (E.), 1994, « Abstracts as an object of linguistic study », in Mejrková (S.), Danes (F.), Havlová (E.) (Hgg) : Writing vs Speaking. Language, Text, Discourse, Communication. Proceedings of the Conference held at the Czech Language Institute of the Academy of Sciences of the Czech Republic, Prague, October 14-16, 1992, Tübingen, 1994, p. 333-352.

WODAK (R.), KIRSCH (F.P.) éds, 1995, Totalitdre Sprache – Langue de bois – Language of Dictatorship, Wien, Passagen Verlag.

Annexes

Annexe : Conventions de transcription

La transcription respecte les règles de l’orthographe du français avec les exceptions suivantes :

  • Dans le corps de la transcription, on utilise en principe les minuscules : les majuscules indiquent une intensité accrue, elles servent également dans les commentaires :

  • Aucun signe de ponctuation ne garde sa valeur habituelle ; tous sont utilisés comme signes diacritiques ;

  • Des écarts par rapport à la norme orthographique peuvent servir à transcrire des particularités de l’articulation.

Notes

1 Parmi les recherches allemandes sur la phraséologie, cette conception est largement partagée par Stein (1995) qui décrit différentes formes du langage stéréotypé (« formelhafte Sprache ») en tenant compte de leur importance pour le processus de la production.

2 Nous reprenons le terme de « séquence préformée » à Moreau (1986), qui considère qu’il n’y a pas opposition stricte entre expression libre et expression figée, mais que « liberté et figement constituent les deux pôles extrêmes d’un axe où il est possible de rencontrer les divers cas intermédiaires » (137). Piot (1990, p. 39) utilise le terme « semi figé » pour évoquer un continuum entre les expressions « figées » et les expressions « libres ». Une autre conception oppose les « expressions libres » et les « expressions figées » qui « échappent aux hypothèses de compositionalité » (Danlos, 1990, p. 5). La notion de figement reste cependant difficile à délimiter (cf. par exemple Gross, 1990).

3 Cf. Fiala, 1987, p. 31 : « La notion la plus importante pour le repérage des unités phraséologiques est celle d’archaïsme. »

4 Martins-Baltar, 1995, p. 9, distingue de même « figement », « liage » (terme de Fónagy, 1982) et « phraséotextèmes » (terme de Gréciano).

5 Seul Bittencourt dos Santos (1996) définit à des fins d’enseignement l’abstract comme un type de texte répondant à une structure déterminée et donc enseignable.

6 Une étude approfondie de ces commentaires métadiscursifs est présentée par Authier-Revuz (1995).

7 Les exemples 1-4 sont tirés du corpus de Bielefeld. Les conventions de transcription se trouvent en annexe.

8 Cf. l’analyse des cartes postales par Alber (1985), qui présente une description du « modèle de base » de ces textes extrêmement stéréotypés.

9 « Pour tout signe linguistique, Jakobson distingue deux modes d’arrangement, la combinaison et la sélection, c’est-à-dire la possibilité de substituer l’un des termes à l’autre. Toujours selon Jakobson, “le pouvoir contraignant du modèle grammatical [...] contraste avec la liberté relative qui règne dans le choix des mots”. On s’aperçoit immédiatement que cette constatation ne s’applique pas à la langue de bois où les syntagmes sont souvent énormes, un mot amenant fatalement le suivant, une phrase entraînant souvent une autre phrase. La liberté de combinaison n’est donc pas seulement limitée par les contraintes de la phonologie et de la syntaxe, elle l’est aussi au niveau du mot et même de la phrase. Quant à la liberté de sélection, elle est pratiquement nulle en langue de bois » (Thom, 1987, p. 94-95). C’est le caractère contraignant du système qui permet de l’utiliser comme un instrument de pouvoir. Cf. à ce sujet les analyses du discours politique dans les pays communistes in Wodak / Kirsch, 1995.

10 Ceci vaut pour le groupe des lecteurs. Quant à Swann et Odette, Proust note que « bien plus tard, quand l’arrangement (ou le simulacre rituel d’arrangement) des catleyas fut depuis longtemps tombé en désuétude, la métaphore “faire catleya”, devenue un simple vocable qu’ils employaient sans y penser quand ils voulaient signifier l’acte de la possession physique [...], survécut dans leur langage, où elle le commémorait, à cet usage oublié », p. 234. Autrement dit, Swann et Odette devraient maintenant faire un effort supplémentaire pour rendre saillante l’expression et lui permettre ainsi de redevenir un insigne du couple.

11 Ce concept du « texte stéréotypé » a été appliqué par Drescher (1994) à un corpus de réponses négatives à des candidatures, dont elle décrit les composantes et la réalisation à l’aide de formules stéréotypées.

12 Bittencourt dos Santos (1996) décrit ce canevas comme « a five-move pattern ».

13 À ces observations sur la structure et le vocabulaire, on peut ajouter deux règles de modestie (qui ne sont d’ailleurs pas spécifiques aux résumés, mais s’appliquent à l’ensemble de la production scientifique) :
a) Plutôt que d’analyser, de traiter, de montrer, etc., on cherchera à analyser, s’efforcera de montrer, tentera de discuter, etc.
b) Si l’on veut néanmoins faire valoir ses mérites, on soulignera par exemple l’importance du corpus (vaste corpus, plusieurs centaines d’occurrences, etc.), et on minimisera la pertinence du raisonnement et la portée des résultats. (Inversement, l’auteur préférera souvent qu’on mette en doute l’exhaustivité du corpus plutôt que de se voir reprocher un raisonnement fallacieux ou un manque d’imagination.)

14 Les faire-part français comportent une phrase :
– « M. / Mme XY a / ont la (très grande, immense) tristesse d’annoncer le décès de Z survenu le... à .. » ; une deuxième phrase peut renseigner sur l’enterrement.
– « M. / Mme XY ont la (très grande) joie de faire part de la naissance de (leur fille / petite fille / petite sœur de A...) N ».
Les faire-part allemands sont conçus comme un assemblage d’éléments stéréotypés (décès) ou se voulent souvent originaux (naissance), disposés dans le cadre selon des principes graphiques (modèle de la pierre tombale pour les faire-part de décès) et qui devront, dans leur ensemble, donner au lecteur les informations nécessaires.

15 Dans une perspective psycholinguistique, les modèles de texte jouent pour la réception le rôle de « cadres » (« frames ») qui servent à identifier et à guider l’interprétation des informations du texte (au sens large du terme). Fonction évidente dans le cas des textes déviants : c’est dans et au moyen du cadre qu’on comprendra les variantes ludiques de Goffman comme des « remerciements », et comme des annonces de naissance les petits dessins mutins des faire-part allemands. Du côté de la production, les modèles de texte semblent avoir partiellement le statut de ce que Quasthoff (1986) appelle des « savoirs semi linguistiques » (« semisprachliches Wissen »), Ce sont en effet des schémas dont le rôle, dans un modèle du procès de planification, serait de structurer l’information de façon à obtenir une représentation sémantique qui servirait de point de départ aux opérations de mise en mots. Les modèles de textes comprennent cependant également des éléments strictement linguistiques, puisqu’ils proposent des formules, des solutions préférentielles aux problèmes de mise en mots.

16 Deborah Tannen (1990, p. 189) généralise cette idée quand elle fait l’hypothèse que « any utterance echœs prior utterances. That is, individuals say particular things in particular ways because they have heard others say similar things in the same or similar way ».

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search