Version classiqueVersion mobile

La locution entre langue et usages

 | 
Michel Martins-Baltar

La locution comme défi aux théories linguistiques : une solution d’ordre mémoriel ?

Blanche-Noëlle Grunig

Texte intégral

1J’indique d’entrée de jeu ma conclusion.

2Il m’est apparu, à la réflexion, que les locutions ne sont pas à définir comme un phénomène à fondement essentiellement linguistique mais comme un phénomène à fondement psycholinguistique, et plus exactement mémoriel.

3Une locution serait un syntagme complexe inscrit durablement en mémoire et, inversement, tout syntagme complexe ainsi mémoriellement inscrit serait une locution.

4Cela couvre évidemment un champ vaste : du mot composé au proverbe en passant par Je vous ai compris, Rodrigue as-tu du cœur, Les mémoires d’une jeune fille rangée, A l’ouest rien de nouveau, Soliman le magnifique et Un économiste distingué.

5 Mais cela ne couvre pas les syntagmes complexes qui sont improvisés dans le cours de la production de parole, même lorsqu’ils sont construits (j’y reviendrai) sur le même schéma syntactico-sémantique qu’un syntagme repéré déjà comme existant et inscrit en mémoire.

6Ce que je retiens d’essentiel pour la définition de la locution – autant dire de la formule figée – est l’immobilité, autant dire le figement, associée à l’inscription mémorielle (évidemment soutenue par des modes sociaux de circulation des dires).

7Les spécificités linguistiques, il y en a, je ne le nie pas, des locutions, variant d’ailleurs selon différents sous-types, seraient conséquences et indices de l’immobilisation en mémoire et non fondement de l’existence des locutions.

8Avant de produire ici quelques observations étayant mon hypothèse d’une définition centralement mémorielle des locutions, j’indique un peu longuement comment les locutions ont lancé aux théories linguistiques un défi des plus embarrassants qui justifie, pour une part, que l’on cherche une solution définitoire autre que linguistique.

9Si les langues à partir desquelles les hypothèses généralisantes de la linguistique ont été établies avaient comporté un taux encore plus important de locutions qu’on en pressent aujourd’hui, les théories linguistiques majoritairement répandues actuellement n’auraient peut-être pas vu le jour. Et d’ailleurs, si les locutions gagnent dans l’avenir du terrain, cette linguistique devra peut-être bientôt appartenir au passé et céder la place à ce que j’aurais envie d’appeler – bien différente – une « linguistique des schémas », ou une « grammaire de cadres » ou « un inventaire de grilles », qui ferait fi des axiomes majeurs (explicites ou implicites) ayant géré des décennies de réflexions théoriques.

10Or il faut bien admettre qu’il n’est pas exclu qu’effectivement les locutions gagnent du terrain, étant donné – en particulier dans les pays technologiquement avancés – les schémas langagiers préconstruits qui s’imposent de façon toujours plus répétitive et martelée sur les ondes, les étranges lucarnes, les affiches, et peut-être bientôt les réseaux électroniques. Ils marquent de façon souvent indélébile, et en tout cas difficilement concurrentiable, les mémoires. À ces facteurs de figement s’ajoute celui d’une prolifération terminologique, liée certes à l’inventivité scientifique et technique, mais, du point de vue langagier, fortement rigide et cadrée. Parallèlement à tout cela les rituels langagiers quotidiens, porteurs eux aussi de formules, ne semblent pas s’affaiblir. Ils sont refuge. Lieux du « cocooning » cultivé dans la sphère publicitaire. Et si certains devaient pourtant défaillir, d’autres, dit-on, ne manqueraient pas de se constituer dans les quartiers, les banlieues, les stades, etc. On sait par ailleurs que les discours à grande audience et grands enjeux de société se sont largement démarqués récemment de terminologies et phraséologies totalement bloquées, qui ont été reconnues comme le fait de langues de bois. Mais cette disparition des pics émergents facilement repérables parce qu’ils se signalaient aux uns comme appartenant au discours des autres, et inversement, n’est pas – bien au contraire – de nature à faire obstacle à une généralisation du processus de figement : le taux de répétition de « grandes vérités » partagées augmente en effet – c’est pure arithmétique – par le fait que maintenant tout le monde les émet : cette accumulation charge d’un poids bientôt insoulevable les idées et signifiants reçus.

11En bref, je n’aperçois pas que les préconstruits langagiers, vers où qu’on se tourne, soient actuellement, pour les lieux auxquels j’ai accès, en voie d’affaiblissement et je tremble donc pour les axiomes qui ont sous-tendu pendant des décennies des linguistiques dominantes ayant mal pris en compte le figement.

12Considérons tout d’abord, essentiel en toute théorie existante, l’axiome de substituabilité des unités. On doit constater – chacun le reconnaît – que les locutions, à divers degrés certes, sont rebelles à la substitution. On a Il casse du sucre sur le dos de son voisin, mais non sur le bras. On a Il ne la porte pas dans son cœur, mais non dans son panier.

13La substitution est malvenue aussi, bien entendu, entre simple et complexe. On a Il a dû garder la chambre après sa scarlatine et non II a dû garder la petite chambre du fond du couloir après sa scarlatine. On montre patte blanche mais non patte très blanche, trop blanche, vraiment blanche ou plus blanche que nature. Or il est clair que la substitution entre simple et complexe, et singulièrement l’endocentricité, va de pair avec les relations fondamentales de dépendance, les rapports entre tête et expansions, et sous-tend des propriétés aussi remarquables que la récursivité autorisant qu’à partir du fini on chemine simplement et régulièrement vers l’infini jamais atteint. L’endocentricité c’est aussi la clé du x/x catégoriel de Bar-Hillel ou Saumjan.

14La permutation, par exemple encore, pour prendre à nouveau une opération essentielle de la linguistique, est fort mal tolérée par les locutions. Ainsi, que faire de À son pied il a trouvé chaussure ? Or cette permutabilité est une propriété qui ne fait rien moins que confirmer l’indépendance des unités syntagmatiques.

15Substituabilité, endocentricité, permutabilité, tout ceci, pour les locutions devient vain mot. Elles ne se comportent donc comme aucun des autres objets syntagmatiques pour lesquels, et par lesquels, la linguistique s’est faite.

16Une précision encore est à apporter qui, loin de faire rentrer les locutions dans le rang, les constituent en êtres toujours plus étranges : j’ai dit rapidement qu’il n’y avait pas pour elles de substitution mais c’était en prenant « substituable » au sens fort de « commutable ». En effet très souvent, le plus souvent même, il y a bien substituabilité, mais pour un cadre strictement linéaire signifiant. Je peux partir par exemple de Il casse du sucre sur le dos de son voisin pour obtenir Il casse du bois vert sur le dos de son voisin. Que dire de cela ? Harris ne pourra évidemment pas en dire grand-chose. Un structuralisme plus respectueux de la double face pourra, lui, dire que par cette manipulation on n’a pas simplement remplacé sucre par bois vert mais aussi les valeurs sémantiques (ou les modes de calcul relationnel) des éléments restants. Dans le plan de l’expression le remplacement se fait « toutes choses égales par ailleurs » mais l’on n’a pas dans le plan du contenu un remplacement isomorphe.

17Plus généralement on peut dire que dans le cas de locution où R A1 B1

18est le réseau sémantique associé au réseau signifiant positionnel r al b1,

19on a :

20le remplacement de al par a2 différent de al entraîne (au mieux) non seulement le remplacement de A1 par A2 différent de Al mais en outre

ou l’altération de R
ou l’altération de Bl
ou les deux.

21On n’a donc évidemment pas là une commutation au sens fort. Mais qu’a-t-on ? Que le linguiste puisse nommer et qui existe ailleurs ?

22Toujours du point de vue de la substituabilité mal partagée entre deux niveaux, on peut remarquer un comportement tout à fait intéressant de ce que je dois encore appeler locution et qui, en tant que titre, proverbe ou phrase historique, n’existe évidemment que sous une forme absolutisée, intégrale. Ainsi, Je vous ai presque compris ou Les mémoires d’une très jeune fille à peu près rangée ou Les mains propres sont certes, obtenus par substitution, des phrases ou syntagmes du français mais ils ont perdu les statuts, on pourrait dire rapidement énonciatifs, au nom desquels ils avaient été inscrits en mémoire.

23 Le comble de la bizarrerie pour les structuralistes « à deux faces » est sans doute que bon nombre des formules ici en question – et par exemple, à nouveau, Il a cassé du sucre sur le dos de son voisin – peut recevoir deux lectures sémantiques, l’une dite figée, l’autre non, sans qu’aucun de ses termes constitutifs ne puisse à priori et régulièrement être considéré comme ambigu, ni qu’un double mode de parenthétisation s’offre.

24Tout ceci est troublant mais, de toutes, la linguistique la plus mise à l’épreuve dans cette affaire est sans doute la grammaire générative. Sa force immense et son mérite historique sont, me semble-t-il, d’avoir mis au pied du mur l’option combinatoire qui était celle des structuralismes non génératifs et qu’elle a fermement reprise. Elle a dit en substance : « Nous avançons que les énoncés se construisent par combinaison d’éléments appartenant à des classes d’équivalence. Eh bien, donnons-nous les noms de ces classes, leur hiérarchie et la liste de leurs éléments, et faisons tourner, librement, à l’aveugle, le moteur que constituent nos règles. On jugera sur pièces du résultat. »

25Le résultat est clairement catastrophique pour la génération des locutions, compte tenu de tous les problèmes que j’ai évoqués en relation avec la substituabilité. On aura soit hypoproduction, soit hyperproduction. Le point le plus délicat est sans doute que le moteur, hyperproductif, livre « trop », mais qu’il n’est pas pour autant à même de livrer l’indice d’une double source pour les deux lectures (figée et non figée) de Il prend le taureau par les cornes, qui seront en outre soumises indistinctement à toutes les manipulations d’ordre « transformationnel ».

26Une échappatoire pourtant est possible, qui consiste à laisser dans la structure syntaxique « à moteur » des nœuds vides, pouvant ultérieurement être saturés par les locutions en provenance d’un lexique, où elles auront été recensées avec une indication relative à leur insérabilité syntaxique.

27 Cette technique est plus qu’un artifice : elle déclare, formellement, une différence de statut entre ce que le moteur syntaxique construit et ce que le lexique livre, tout fait, en « kit ». Cette distinction formelle peut être efficace du point de vue génératif : en effet l’interprétation sémantique peut jouer différemment dans les deux cas et, surtout, les limites gauche et droite de l’insertion sous le nœud syntaxique peuvent constituer immédiatement un champ de « non-intervention » pour toutes les opérations que des contraintes usuelles ne suffisent pas à bloquer. Ainsi par exemple, une fois globalement insérée sous la catégorie V et du même coup encadrée par projection, l’expression casser du sucre sur le dos de peut automatiquement être marquée comme inaccessible à toute opération qui tenterait de construire C’est du sucre qu’il a cassé sur le dos de... ; Le sucre il l’a cassé sur le dos de... Est-ce du sucre qu’il a cassé sur le dos de..., etc.

28Et pourtant, et pourtant, cette solution que je dirai « solution du kit » n’a rien de miraculeux. La vie du linguiste et des linguistiques est dure dès qu’il s’agit de locution...

29Cette solution rencontre en effet des difficultés d’ordre syntaxique que même la grammaire générative reconnaîtrait. Ainsi il est parfois délicat de déterminer l’exacte mesure du syntagme tout fait à insérer (cf. Danlos, 1988), de même que la qualité catégorielle du nœud récepteur. Mais surtout le cadre que j’ai prétendu être de « non-intervention » se dérobe, à y regarder de près, aux généralisations fermes. Il subira à l’occasion l’assaut d’opérations externes (Ah ça du sucre on peut dire qu’on lui en a cassé sur le dos ! C’était sa fête) (cf. Ruwet, 1983) et, aussi, celui d’opérations internes d’expansion (Il a pris vigoureusement, résolument, immédiatement le taureau par les cornes ; Il a gardé obstinément, frileusement, douillettement la chambre). L’idiosyncrasie est ici particulièrement redoutable car elle est idiosyncrasie de développement.

30 Le recours au kit lexical réservant à la syntaxe, générative, la prise en charge de toute combinatoire présente une seconde lacune, que la grammaire générative refuserait, je pense, cette fois-ci, de reconnaître : il prive la formation des locutions de toute description. Or ce n’est pas parce que la combinatoire n’est pas – dans le cas de ces locutions – « à moteur libre », qu’il n’y a pour elles ni forme, ni raison.

31La dérivation, par exemple (en France, Danièle Corbin [cf. 1991] l’a vu avec particulièrement d’acuité), a ses propres schémas fondateurs, non confondus avec ceux de la syntaxe, et il y en a sûrement aussi beaucoup à découvrir encore pour les locutions.

32Ainsi de même que alunir, amerrir, atterrir, ont leur relation fondatrice (et leur paradigme spécifique), de même on sait reconnaître aisément la raison de rose-crevette, vert-olive, bleu-horizon, etc. et de ce qui se construirait analogiquement d’après ces existants.

33De même pour les composés anglais à relation instrumentale angleworm, whetstone, adding machine, wrapping paper ou allemands à relation de constitution Darmsaite, Filzhut, Goldring, Erbsensuppe, etc.

34Tout ceci est bien connu, mais on peut tenter d’aller toujours plus loin dans la recherche de schémas réguliers pour les locutions : on apercevra sans doute des régularités sous casser les pieds, casser la tête, casser les oreilles. Par ailleurs, il y a une grille à reconnaître sous Qui vivra verra ; Qui veut la fin veut les moyens ; Qui trop embrasse mal étreint. Mais aussi, schéma alors conceptuel de l’excès jusqu’à la limite : Tant va la cruche à l ’eau qu’à la fin elle se casse ; Qui trop embrasse mal étreint (à nouveau). Plus c’est haut et moins ça sert ; Trop c’est trop ; Tirer sur la corde. Ou, conceptuel encore, le schéma du contrepied d’un ordonnancement : Mettre la charrue avant les bœufs ; Brider son cheval par la queue ; Sans queue ni tête ; Sans rime ni raison ; Sans rive ni fond, etc.

35 On voit qu’à la différence des règles de réécriture ces grilles n’ont pas à s’inscrire dans un seul registre, homogène.

36Par ailleurs et surtout : elles ne sont pas prédictives. Elles sont descriptives d’un existant, mais ne constituent aucune prévision d’une existence à venir. Elles ne désignent pas un potentiel. S’il devait y avoir nouvelle création – et il s’en produit effectivement – ce serait par analogie avec une inscription mémorielle (selon le mode de « recopiage » b est à c ce que a est à b) et non par l’effet d’un moteur génératif. Nous sommes si habitués depuis quelques décennies à être pour le langage aussi ambitieux que les physiciens pour l’espace, que ce qui n’est pas prédiction ne nous apparaît guère digne d’intérêt.

37Il y a pourtant des domaines scientifiques où l’on se satisfait de description – et si possible d’explication – pour des phénomènes dont on n’attend pas qu’ils se reproduisent nécessairement selon une forme que l’on a exactement prévue. Telle crise, tel crack, telle inflation en économie. Telle épidémie ailleurs. Et ce n’est pas parce qu’un volcan est (peut-être) mort qu’il ne nous donne pas à apercevoir la structure de son fonctionnement.

38La troisième lacune, non indépendante de la précédente, d’une conception des locutions comme « kit » serait qu’elle leur refuse, au fond, l’analyse. Ce refus est, me semble-t-il, favorisé par l’affirmation répétée d’une « non-compositionalité » des locutions. Il n’est pas si aisé déjà d’arrêter exactement les termes du principe de compositionalité attribué à Frege. Admettons que ce soit quelque chose comme « le sens du tout est fonction du sens des parties ». Mais qu’en est-il de sa négation ?

39Nier la compositionalité :

  • Est-ce dire que le sens du tout ne prend pas en compte des parties ? Autrement dit qu’il est inanalysable. Cela vaut tout au plus pour des formules, en nombre il est vrai non négligeable, comme au fur et à mesure ou chercher noise.
  • Est-ce dire que ce qui est utilisé dans la construction du sens du tout n’est pas le sens de chacune de ses parties ? Ni le sens de taureau, ni celui de cornes, ne serait en jeu dans telle locution bien connue. Non plus que celui de fenêtres et d’argent et jeter dans telle autre. Il est difficile de déterminer le sens basique, isolé, de chaque terme mais – une fois ceci admis – il est encore plus difficile de dire que les locutions en question ne leur doivent rien.
  • Alors, troisième hypothèse sur cette négation de la compositionalité : Est-ce dire que le sens du tout ne se limite pas, ne se réduit pas, à une fonction du sens de ses parties ?

40Si c’est cela, on peut parfaitement en être d’accord, en tout cas pour un pan considérable des locutions : celles qui résultent d’une métaphorisation. Là, effectivement, on n’aurait pas une fonction F1 de x et y et z mais bien deux fonctions : F2 de F1 de x et y et z. La métaphorisation, F2, s’appliquerait sur le résultat d’une première fonction F1, qui de façon, elle, parfaitement transparente, aurait travaillé sur prendre et le taureau et par les cornes, ou jeter et de l’argent et par les fenêtres. Rien donc dans cette affaire qui résisterait à l’analyse, au premier niveau, F1. Ce n’est que le second niveau, F2, qui constituerait une translation remarquable. Mais est-elle plus remarquable, sauf cas de forte idiosyncrasie, que n’importe quelle métaphorisation surgissant « spontanément » dans le cours des productions de paroles. J’entendais très récemment à la radio La société civile agonise sous la pollution généralisée des affaires et Rien de solide ne se construira sur un franc en papier mâché. Ces métaphores-là sont-elles construites par une fonction si différente de celle qui aurait élevé Jeter l’argent par les fenêtres au rang de locution ?

41J’aurais tendance à penser que non. Formellement, linguistiquement, sémantiquement, il semble bien s’agir du même mouvement. La différence – je reviens à ce que j’avançais en introduction – se situerait ailleurs : dans un cas la métaphore « libre » vient de se faire, alors que dans l’autre, jeter l’argent par les fenêtres, la métaphore est inscrite déjà en mémoire. Elle a été faite. Elle est mémorisée comme telle. Elle a circulé comme telle.

42Plus qu’une différence linguistique il y aurait une différence d’ordre mémoriel, psycholinguistique donc.

43La formule doit être reproduite comme elle est inscrite, tant du point de vue de sa forme que de son sens. Elle est contraignante. Non par la vertu d’une loi linguistique interne et intrinsèque mais parce que ses termes sont arrêtés. Comme le sont, c’est un exemple très éclairant, les termes d’un titre (Certains l’aiment chaud. Les mémoires d’une jeune fille rangée. Les mains sales) ou d’une parole historique (Je vous ai compris). Ces formules, avec ce statut, n’existent qu’ainsi, exactement ainsi.

44N’importe quelle phrase ou syntagme peut acquérir le statut de titre, ou de phrase historique, ou de rituel, ou – à peu de choses près – même de proverbe, à condition d’avoir un statut social solidaire d’une inscription mémorielle (c’est le cas du titre) ou d’avoir connu un taux de répétition ou notoriété dans une circulation langagière qui les ait transformés en inscriptions mémorielles.

45La ligne de démarcation entre la formule figée, locutionnelle, et la formule « normale », libre, n’est pas d’abord et avant tout un mode linguistique de construction grammaticale ou sémantique (même si, je l’ai souligné, certains schémas sont récurrents par analogie) mais – à certains égards plus aléatoire – le fait qu’une inscription mémorielle s’est faite ou non. Toute forme linguistique est candidate. La mémoire prend ou ne prend pas, retient ou ne retient pas.

46Pour revenir en fin d’exposé à ce qui a attiré mon attention sur l’importance des facteurs mémoriels, je cite rapidement quelques propriétés que toutes les locutions – formules figées – ont en commun et qui les placent clairement dans la mouvance de la problématique mémorielle. Je me permets de redire ici que je pense simultanément à tous les syntagmes ou phrases mémorisés, dans leur très grande diversité, jusques et y compris les titres (de livres, pièces, films, émissions, ...), les fragments de chansons ou poèmes, les paroles rituelles, les sigles, les proverbes, les slogans, les comptines, les phrases et dénominations historiques, etc.

47– Tous ont en commun qu’ils donnent lieu à des détournements ludiques. Ainsi :

– Vivre de Woolite et d’eau fraîche.
 – Certains l’aiment Kool.
 – Jolie carafe cherche Bordeaux d’âge mûr.
 – Tiré à 4 x 4 épingles. Nissan.
 – Belle de match Dunlop.
 – En attendant Godiva.
 – Le savoir fer Calor.

48Si le décalage ludique se fait – et il est prouvé qu’il se fait – c’est bien que les syntagmes détournés sont disponibles en mémoire (cf. Grunig, 1990).

49– Tous donnent lieu à des jeux de reconnaissance.

50On livre quelques lettres, ou quelques mots, et les joueurs retrouvent, plus ou moins rapidement et progressivement, le tout, car ce tout est mémoriellement inscrit. Je renvoie à l’inestimable Roue de la Fortune télévisée et à son homologue allemand Das Glücksrad.

51– Tous, ou presque tous, donnent lieu à des inachèvements dans la production. Ainsi :

– Tout vient à point...
 – Oh combien de marins...
 – Ventre creux...

52 Une partie suffit pour l’identification du tout. On n’offense pas l’auditeur et on ne s’abaisse pas soi-même par une trivialité complète.

53– Tous donnent lieu (ceci est étroitement corrélé avec la remarque immédiatement précédente) à un mode de décodage qui ne s’aligne pas nécessairement sur celui de syntagmes « normaux ».

54L’opération mentale peut en effet s’arrêter dans l’analyse et le calcul dès qu’un fragment a fourni suffisamment d’indices pour une identification de l’item global stocké. Avec seulement Tant va la cruche, et même peut-être Tant va la, le décodeur est en général suffisamment éclairé pour que la clé du tout soit livrée sans les étapes laborieuses d’un calcul pas à pas. C’est peut-être pour ce processus de compréhension, dans le cadre de l’activité de parole, que l’on peut admettre l’idée d’un court-circuitage de l’analyse. Cela ne signifie pas pour autant, comme je le signalais plus haut, que la formule n’est pas analysable linguistiquement, transparente.

55– Tous, ou presque tous, devraient bien présenter des accélérations à la production.

56Songeons, c’est bien proche, à l’enfant qui déchiffre péniblement une page de lecture mais dont le débit s’emballe quand il parvient à un pan qu’il connaît déjà, « par cœur ». Ces accélérations ne devraient pas manquer de se signaler phonétiquement et morphologiquement, et d’avoir à long terme un effet de transformation des formes.

57– Tous rôdent dans nos têtes, à fleur de crâne, et, dès qu’on les approche, tentent de s’imposer.

58Ils sont souvent redoutablement – et étonnamment – forts : on aura du mal à dire (ou entendre) « librement » Les Japonais l’aiment chaud en parlant de saké, Tu siffleras trois fois ou A l’est rien de nouveau.

59 – A tous, il arrive qu’ils soient produits avec une certaine approximation, cette fois-ci non ludique et absolument involontaire.

60Ceci du fait de difficultés, toujours possibles, d’accès à la mémoire. Ou parce qu’ils ont été inscrits en mémoire sous une forme peu orthodoxe. Ainsi :

– L’effet d’un scooter sur une jambe de bois.
 – Frais et moulu du bac (écrit d’étudiant).
 – Malheureux comme l’abbé Pierre.
 – Il est braque / branque ?
 – Aller son petit tran-tran / train-train ?

61Cette approximation ne vaut pas que pour les formes mais bien aussi pour les contenus, incertains. Ainsi :

62Pierre qui roule n’amasse pas mousse.

63S’agit-il d’une absence d’économies ou d’une absence d’ankylose, de vieillissement ? On aperçoit là, bien entendu, l’obscurcissement mémoriel de la seconde fonction, F2, qui, en un temps plus ou moins reculé, s’était sans doute branchée sur la fonction F1, transparente, comme je l’évoquais ci-dessus.

64– Notons par ailleurs que la mémoire inscrit la formule mais aussi associe souvent à ce qui est inscrit une trace de source locutoire (cf. Grunig et Grunig, 1985) qui est soit effectivement originelle, soit imaginaire. En tout cas, on indique souvent que l’on n’a pas inventé soi-même la formule, que l’on a puisé dans le grand sac de la mémoire collective dont on ne se risque pas à assumer seul toute la responsabilité. Parler est un risque qu’il vaut mieux partager ! Les formules figées servent merveilleusement cette prudence !

65J’ajoute encore rapidement, et j’en termine, trois hypothèses qui seraient associables à une conception centralement mémorielle de la locution :

  • La mémoire accepte d’engranger, mais pas sous n’importe quelles conditions. Je fais l’hypothèse que les conditions pour l’engrangement de formules sont soumises aux règles psychologiques générales. J’entends par là des règles qui ne concernent pas seulement des objets linguistiques (relatives par exemple à la taille, la géométrie interne, la saillance, l’importance, l’intensité, et aussi la répétition, l’attention reçue, la durée, la familiarité, etc.). Il reste évidemment que ce seront les caractéristiques de l’objet linguistique (contenu comme expression) et celles de son emploi qui répondront plus ou moins bien aux exigences des règles psychologiques générales pour une mémorisation.
  • La mémoire conserve mais aussi transforme. Je fais là encore l’hypothèse que les transformations de formules devraient être régies par des règles psychologiques générales.
  • La mémoire inscrit mais aussi – j’en ferais le pari – associe à cette inscription un « taux d’emploi ». De là viendrait ce qui se manifeste dans le vécu explicitable comme une familiarité réconfortante mais aussi à l’occasion comme un dégoût ou une saturation (cf. Grunig, 1993).

66Je n’aurai pas d’autre conclusion que mon introduction :

67Nul sans doute ne contesterait que la mémoire est la béquille des locutions. Mais il y avait un pas de plus à franchir – bien imprudemment je l’avoue – qui était d’envisager de fonder toute leur définition et leur statut dans les processus mémoriels, sans les dissocier, pour l’essentiel, de tous les autres syntagmes ou phrases mémorisés, d’où qu’ils viennent.

68Toutes leurs formes et manifestations d’existence (en particulier leur résistance extraordinaire aux batteries usuelles de tests linguistiques) seraient conséquence de ce statut mémoriel, psychologique... pour ne pas prononcer le mot de cognitif.

Bibliographie

Références bibliographiques

CORBIN (D.) éd., La Formation des mots. Structures et interprétation. Lexique n° 10, 1991.

DANLOS (L.) éd., Les Expressions figées. Langages n° 90, 1988.

GRUNIG (B.-N.) et GRUNIG (R.), La Fuite du sens, Paris, Hatier, 1985.

GRUNIG (B.-N.), Les Mots de la publicité, Paris, Éditions du CNRS, 1990.
 – « Signifiants reçus, processus de saturation et paramètres » in Plantin éd., Lieux communs, Paris, Kimé, 1993, p. 103-110.

RUWET (N.), « Du bon usage des expressions idiomatiques dans l’argumentation en grammaire générative », Recherches linguistiques de Vincennes n° 11, 1983, p. 6-84.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search