Version classiqueVersion mobile

La locution entre langue et usages

 | 
Michel Martins-Baltar

La locution : analyse interne et analyse globale

David Gaatone

Texte intégral

1Il est bien connu que la véritable maîtrise d’une langue étrangère se mesure à la maîtrise de ses expressions figées (Hausmann, 1979, p. 195). Le point de vue que j’adopterai ici est fortement influencé par les difficultés, peut-être après tout insurmontables, que pose aux apprenants de français, langue étrangère, l’utilisation de ce type de séquences. L’objectif pratique essentiel d’un débat sur les locutions me paraît être la confection de dictionnaires, seuls lieux naturels de renseignements sur ce problème (Rey, 1977). Mais la confection d’un dictionnaire digne de ce nom, soit unilingue soit bilingue, ne se conçoit pas sans une exploration théorique préalable de la nature même du phénomène.

2Le mot clé ici est sans doute l’« arbitraire » (Gaatone, 1986). Arbitraire, bien sûr, au plan synchronique. Arbitraire soit syntaxique, soit sémantique, arbitraire souvent dans la métaphore sous-jacente à la locution, si métaphore il y a, d’où arbitraire dans la composition des locutions d’une langue à l’autre. Ainsi, la locution française baisser les bras, avec comme sens non compositionnel « renoncer, abandonner, s’avouer battu », se traduira en hébreu moderne par une expression, dont le sens analytique est « lever les mains, les bras ».

3Prenons, comme entrée en matière, la phrase 1, relevée dans un texte rédigé en français par un linguiste non francophone :

1. Le locuteur peut dire X à la place de dire Y.

4Cette phrase peut paraître bizarre, voire fautive. On lui préférerait sans doute 2 :

2. Le locuteur peut dire X au lieu de dire Y.

5La source de l’erreur est facilement décelable. À la place de et au lieu de se traduisent par un même terme dans la langue de l’auteur et sont donc supposés avoir la même syntaxe. La consultation de divers dictionnaires bilingues (français-anglais, français-allemand, français-espagnol, français-hébreu) confirme cette équivalence. Les dictionnaires unilingues ne sont malheureusement pas plus explicites. Nos deux termes y sont généralement paraphrasés l’un par l’autre. En poussant plus loin la comparaison, on peut découvrir d’autres différences que rien, en apparence, ne laissait prévoir, et que les dictionnaires, à ma connaissance, ne signalent pas :

3. La célèbre actrice est malade ; à sa place / *à la place d’elle jouera une débutante.
4. La célèbre actrice est malade ; au lieu d’elle / *à son lieu jouera une débutante.

6Les dictionnaires paraissent tous d’accord sur la nécessité de donner en bloc les deux séquences. En revanche, il semble y avoir de sérieuses divergences quant à leur statut. Tous voient une locution prépositive dans au lieu de, certains seulement dans à la place de. La problématique de la notion de locution ressort déjà clairement de ces quelques exemples. Les différences constatées sont-elles dues à une différence de statut grammatical ? Faut-il donner à la notion de locution un contenu syntaxique, sémantique ou autre ? La présentation de telles séquences comme sous-entrées dans les dictionnaires signifie-t-elle qu’elles doivent être tenues pour de véritables unités, malgré la séparation graphique entre les constituants ? Ces questions, et bien d’autres encore, sont d’une importance capitale pour la confection des dictionnaires, tant unilingues que bilingues.

7Si les expressions dites figées peuvent être, et d’ailleurs sont souvent, des phrases entières (M. Gross, 1982, 1988), c’est essentiellement à des séquences inférieures au niveau de la phrase que la tradition grammaticale française a attribué l’appellation de locution, que l’on retrouve pratiquement dans toutes les parties du discours classiques : locutions verbales, nominales, adjectivales, adverbiales, prépositives, conjonctives, interjectives et même, pour certains, pronominales (quelque chose). C’est uniquement à ces dernières que je m’intéresserai ici.

8L’idée même de locution ne se conçoit qu’à partir de celle de mot. Ceux-ci sont perçus comme les éléments de base avec lesquels se construisent d’abord les syntagmes et ensuite les phrases. Un syntagme est donc tenu pour dérivable à partir de mots, au moyen de règles de combinatoire syntaxique et sémantique. La locution, elle, dérange la belle simplicité de ce système, parce qu’elle semble se comporter comme un mot, tout en se donnant des allures de syntagme (Mitterand, 1963 ; Mel’čuk, 1993, p. 83). Elle est donc généralement considérée comme un objet linguistique non basique, marqué, voire déviant (M. Gross, 1982). La fascination qu’elle exerce, depuis longtemps il est vrai, mais plus particulièrement, semble-t-il, ces deux dernières décennies, du moins dans la linguistique occidentale, peut s’expliquer, je crois, par deux facteurs. D’une part, précisément, par cette déviance, qui tranche sur la systématicité à outrance que la linguistique moderne, sous l’influence du structuralisme, puis du générativisme, cherche obstinément et, souvent, prétend trouver dans la langue. D’autre part, du fait de la reconnaissance de l’importance quantitative, dans le lexique, des expressions figées (Weinreich, 1969), reconnaissance que les progrès extrêmement rapides de la lexicographie moderne ont contribué à généraliser. Ce qui avait longtemps été considéré comme un phénomène marginal, comme une série d’exceptions, se révèle être en fait caractéristique des langues humaines naturelles. Ceci dit, il n’est peut-être pas superflu de mettre en garde contre la tendance inverse, qui consiste à exagérer l’importance des expressions figées et à poser que « tout est phraséo-logique ». Je n’ai pas connaissance d’études statistiques qui auraient été faites dans ce domaine, non pas sur leur proportion dans le lexique, mais dans les textes. Quelques dénombrements, sans prétention aucune, que j’ai moi-même effectués sur des textes écrits appartenant à des genres divers, montrent que les expressions figées, définies d’une façon aussi peu restrictive que possible, ne dépassent guère les 10 % d’un texte. Certains avancent le chiffre de 20 %. Il s’agit donc de proportions sans doute importantes, mais néanmoins limitées. L’intérêt théorique des recherches sur la locution, du point de vue de la linguistique générale, réside, précisément, entre autres, dans la possibilité qu’elles nous offrent de mieux mesurer la part du systématique dans la langue.

9Une locution donc, si elle se présente quantitativement comme une séquence de mots, apparaît intuitivement comme l’équivalent d’un mot unique. On a d’ailleurs souvent essayé de mettre en parallèle une locution et un mot, censés être synonymes :

5. En vain – vainement ; en dépit – malgré ; à l’exception de – sauf, excepté ; prendre part – participer ; avoir lieu – arriver.

10L’intuition d’équivalence découle sans doute du sentiment que les mots composant ces séquences entretiennent une cohésion plus étroite que dans un syntagme « ordinaire ». Comparons les séquences de 6 :

6. Prendre le livre, prendre le train, prendre l’apéritif, prendre la fuite, prendre le pli, prendre la mouche.

11Dans le premier, le complément appartient à une classe très vaste et définissable, disons, d’objets concrets. Le sens du verbe, dans un tel contexte, est sans doute celui que le locuteur, et, avec lui, le linguiste, sera tenté de lui attribuer hors de tout contexte, c’est-à-dire, au fond, ce qu’on aurait tendance à appeler le « sens fondamental ». Dans les deux suivants, le complément fait partie d’une classe relativement restreinte, mais toujours définissable, disons, pour l’un, les moyens de transport publics, pour l’autre, les consommations que l’on peut dire « habituelles ». Ce qui paraît surtout significatif, c’est que tout mot nouveau, désignant un nouveau moyen de transport public, ou une nouvelle consommation habituelle, sera compatible avec prendre, dans les acceptions mentionnées. Pour les trois autres exemples, il n’y a plus de classe définissable, ni d’élément nouveau susceptible de figurer comme complément du verbe. Les dictionnaires donneront donc le sens du verbe seul, dans les trois premiers cas, mais celui du syntagme tout entier dans les trois derniers, qui seront dénommés locutions. On a très souvent défini les locutions par une propriété sémantique. Leur sens serait non compositionnel, non répartissable sur leurs constituants. Cela est certainement vrai de très nombreuses locutions, peut-être même de la plupart. Mais une définition qui s’appuierait uniquement sur une telle propriété exclurait prendre la fuite, qui paraît transparent, ou encore, avoir faim, soif, sommeil, ainsi que à vrai dire et sans mot dire, dont le sens est bien compositionnel, mais qui n’en sont pas moins comptées parmi les locutions et que nous avons, je crois, intérêt à considérer comme telles. En revanche, une définition fondée sur la seule imprédictibilité de la séquence engloberait tant les locutions opaques (idiomatiques) que les transparentes (analytismes). Toute séquence arbitraire, non prévisible à partir soit des règles syntaxiques (sans mot dire), soit des règles sémantiques (en dépit de, avoir trait à), soit des deux à la fois, comme, par exemple sans coup férir, est une locution. Elle doit donc être mémorisée en bloc et constitue dès lors une unité lexicale (Pottier, 1974, p. 291).

12Comme il a déjà été remarqué, imprédictibilité implique non-productivité, d’où l’effet de surprise obtenu par des jeux de mots sur des locutions (Thun, 1978) lorsqu’elles sont traitées comme des syntagmes libres :

7. Quand dans ma vie, il faisait faim (Brassens)
II avait un pied dans la tombe, mais l’autre dans le plat
Accueillir (quelqu’un) à bras fermés.

13Notons en passant que les jeux de mots utilisent souvent l’ambiguïté de certaines séquences entre un sens global, locutionnel, et un sens analytique, littéral. Un classement des locutions devra tenir compte, d’une part, de la répartition déjà mentionnée entre transparentes et opaques (Ruwet, 1983) et, d’autre part, parmi ces dernières, entre celles qui ne sont que locutions (8) et celles qui fonctionnent parallèlement comme syntagmes libres (9) :

8. À bout portant, à l’instar de, prendre garde, en effet, à telle enseigne que...
9. Table ronde, baisser les bras, poule mouillée, cousu de fil blanc, laisser tomber, avaler des couleuvres...

14La locution est l’aboutissement, dans une synchronie donnée, d’un processus de figement, de pétrification, de fossilisation. Mais le terme « figement », dans le sens où nous l’utilisons ici, n’est pas synonyme de « soudure ». Le premier implique suite de mots syntaxiques, et non pas uniquement graphiques ; le second implique mot unique. Sans doute pourrait-on, dans une optique dynamique, voir dans la locution une étape intermédiaire entre le syntagme libre et le mot unique, lequel serait l’aboutissement du processus de figement. Bonhomme est un nom plutôt qu’un syntagme formé d’un adjectif et d’un nom, donc un mot unique, comme l’indique entre autres la dénasalisation de la voyelle, l’impossibilité d’une modification par très (*un très bonhomme) et l’existence d’un pluriel global bonhommes, parallèlement à une forme bonshommes, à pluriel interne, vestige d’un ancien état de langue. Mais cela est vrai aussi de bonne femme, malgré la graphie, puisque bonne n’est pas modifiable ici non plus et une méchante bonne femme n’est pas interdit. Bon marché est un adjectif plutôt qu’un syntagme nominal, ce que montre la possibilité de un produit très bon marché. Mais il est vrai qu’ici la soudure n’est pas achevée, puisque le comparatif donnera encore meilleur marché plutôt que plus bon marché. Il en est de même enfin pour bonne volonté, nom plutôt que adjectif + nom, comme le prouve, par exemple, le comportement de l’article :

10. Il faut de la volonté / une forte volonté / *de la forte volonté.
11. Il faut de la bonne volonté / *une bonne volonté.

15Les quatre phrases pronominales suivantes correspondent, de ce point de vue, à quatre constructions différentes :

12. Des livres, Félix s’en achète.
13. Cette affaire, Félix s’en moque.
14. Félix s’en va.
15. Félix s’enfuit.

16Dans 12, s’en achète est un syntagme libre comportant trois mots, qui représentent autant d’unités lexicales. Dans 13, s’en moque comporte également trois mots, mais seulement deux unités lexicales. Dans 14, s’en va a toujours trois mots ne formant qu’une unité lexicale, alors que dans 15, s’enfuit se compose de deux mots et d’une seule unité lexicale. Les trois derniers verbes sont tous dits « essentiellement pronominaux » ; ce sont des séquences lexicales arbitraires, autrement dit, des locutions. Le en de s’en aller ne représente rien, n’a aucun rôle sémantique, du moins en synchronie, mais n’en fonctionne pas moins comme un mot, avec les propriétés habituelles d’un clitique :

16. Va-t-en, Félix s ’en est allé / s’est en allé.

17Le en de s’enfuir est sans doute identique diachroniquement à celui de s’en aller, mais a perdu en synchronie toute existence indépendante. Il est soudé à fuir :

17. Enfuis-toi / *fuis-t’en ; Félix s’est enfui / *s’en est fui.

18Notons au passage qu’il existe aussi d’autres combinaisons arbitraires d’un verbe avec un pronom, mais non réfléchi, et qui mériteraient, tout autant que les précédents, l’appellation de verbes essentiellement pronominaux :

18. L’emporter sur, la bailler belle à, en vouloir à, s’y prendre mal...

19Tous sont des locutions. La frontière exacte entre le mot, conçu comme unité syntaxique, et la locution, n’est pas toujours facile à délimiter. La graphie complique encore les choses. Faut-il, par exemple, voir dans gens de lettres une locution nominale, et dans gendarmes un seul mot, sous le prétexte que le premier s’écrit en trois mots, bien qu’il n’y ait en réalité aucune différence de fonctionnement ? En vain et en effet sont-ils à analyser comme locutions « continues », ou plus simplement comme mots uniques, composés de deux mots graphiques ? Ce qui paraît vraiment important, c’est que les dictionnaires doivent d’une part les mentionner en bloc, comme unités lexicales, et spécifier d’autre part qu’ils n’ont pas de structure interne et fonctionnent syntaxiquement comme des mots. Plus généralement, appeler une séquence « locution », c’est précisément affirmer qu’elle n’est pas assimilable à un mot unique, bien qu’on puisse parfois lui trouver un équivalent plus ou moins approximatif sous forme de mot unique, et qu’on doive en outre la considérer comme une unité lexicale. C’est affirmer aussi que, sur le plan syntaxique en tout cas, elle peut avoir une structure interne. Cela signifie entre autres qu’elle permet des insertions entre ses éléments composants. On a déjà vu que c’est ce qui distingue, par exemple, s’en aller de s’enfuir. Les locutions dites conjonctives (Gaatone, 1981b ; G. Gross, 1988) sont en principe toujours une combinaison d’un élément porteur de sens (préposition, adverbe, nom) avec que. Mais la cohésion entre ces éléments diffère d’une locution conjonctive à l’autre. Avant que permet des insertions, ainsi que encore que et le non normatif malgré que, mais non parce que, bien que ni quoique. Ces trois derniers termes paraissent avoir atteint le point de soudure, marqué dans la graphie seulement pour quoique. Ce sont là, me semble-t-il, des informations que les dictionnaires doivent fournir, puisque rien dans le sens des locutions ne les laisse prévoir. En présence est mentionné par certains dictionnaires comme locution prépositive. En face aussi. Si l’on veut bien admettre que ces deux séquences fonctionnent en bloc comme des prépositions, on constate néanmoins qu’elles réagissent différemment à un complément pronominal :

19. En face de l’avocat – en face de lui – *en sa face.
En présence de l’avocat – en sa présence – ?*en présence de lui.

20Notons qu’aucune de ces deux LP ne comporte d’article. À l’égard de et à l’endroit de, toutes deux opaques et sémantiquement proches de envers, ont un article défini figé, et réagissent comme en présence de à un complément pronominal :

20. Envers Marianne – envers elle.
À l’égard/à l’endroit de Marianne – à son égard/à son endroit / *à l’égard / *à l’endroit d’elle.

21Ces exemples rappellent l’opposition entre au lieu de et à la place de mentionnée au début. Les locutions prépositives possessivables ont donc un noyau qui présente certaines propriétés nominales, autrement dit, elles ont une structure interne (Gaatone, 1976 ; G. Gross, 1981), contrairement à au lieu de et à en face de, non possessivables. Les locutions dites verbales fournissent également des exemples de structure interne (Gaatone, 1981a ; Curat, 1982). Mais notons au préalable que ces locutions ne sont jamais continues, c’est-à-dire, autorisent toujours des insertions, et on peut penser qu’elles n’aboutiront jamais à la soudure. Elles sont extrêmement nombreuses, en particulier celles de type verbe + nom. Prendre la fuite, LV typique, combinaison imprévisible d’un nom non opaque et d’un verbe que certains appelleraient sans doute verbe support, à article figé, est sémantiquement proche de fuir. Globalement, elle est intransitive, comme le verbe simple correspondant. Cependant, sa réaction à la construction causative (Kayne, 1975, p. 209) est celle d’un syntagme verbal à objet direct (Blinkenberg, 1960, p. 61), c’est-à-dire, d’une séquence à structure interne :

21. L’arrivée de la police a fait fuir les voleurs / *aux voleurs.
22. L’arrivée de la police a fait prendre la fuite aux voleurs / *les voleurs.

22Faire le départ (entre deux choses) est aussi une locution verbale, opaque celle-là. Mais elle a un passif, opération supposant une relation entre un verbe et un objet, donc une structure interne (Gaatone, 1993) :

23. Le départ doit être clairement fait entre syntaxe et sémantique.

23L’exemple déjà classique de avoir l’air (Grevisse, Goosse, 1993, p. 345) représente de son côté une excellente illustration de la nécessité d’attribuer à la LV une structure globale. Pour le sens, cette LV est comparable, et est souvent comparée, aux verbes dits attributifs sembler et paraître, dont elle est proche aussi par la syntaxe, puisque, comme eux, elle admet une expansion infinitivale ou adjectivale :

24. Marianne semble /paraît / a l’air sérieuse / (d’)être sérieuse.

24Mais le constituant l’air, malgré son allure de syntagme nominal, ne forme pas écran entre le verbe et l’adjectif, lequel s’accorde avec le sujet :

25. Marianne a l’air sérieuse /?* sérieux.

25Avec l’article indéfini, on quitte le domaine de la LV et l’accord se fait normalement avec l’objet :

26. Marianne a un air sérieux / *sérieuse.

26Il faut donc admettre, si l’on veut pouvoir rendre compte de leur comportement, que les locutions peuvent relever tant d’une analyse interne que d’une analyse globale. L’absence de structure interne reflète un stade avancé de figement, proche de la soudure entre les éléments. Mais il peut être utile de noter qu’une cohésion étroite entre les éléments d’une séquence se retrouve aussi dans certains cas de syntaxe libre, par exemple, entre un clitique et son support, un auxiliaire et son participe, le semi-auxiliaire faire et l’infinitif dans la construction causative, etc. Ces combinaisons sont régies par des règles. Elles ne sont donc pas des locutions. Mais elles ne sont pas non plus équivalentes à des mots uniques.

27Dénommer une séquence donnée « locution » n’implique strictement rien quant à ses propriétés syntaxiques et sémantiques (Gaatone, 1982, p. 49). Le comportement idiosyncrasique de chaque locution doit donc être consigné systématiquement dans le lexique (par exemple, la possibilité de possessivation dans les LP, les insertions dans les LP et les LC, la passivabilité dans les LV, etc.). Jusqu’à ce jour, cela a été régulièrement négligé dans les dictionnaires unilingues et, cela va de soi, dans les dictionnaires bilingues qui s’appuient sur eux. C’est là une lacune qui demande à être comblée d’urgence.

Bibliographie

BLINKENBERG (A.), 1960, Le Problème de la transitivité en français moderne, Kobenhavn, Munksgaard.

CURAT (H.), 1982, La Locution verbale en français moderne, Québec, Presses de l’Université Laval.

GAATONE (D.), 1976, « Locutions prépositives et groupes prépositionnels », Linguistics, 167, p. 15-33.
– 198 la, « Observations sur l’opposition très-beaucoup », Revue de linguistique romane, 45, p. 74-95.
– 1981b, « Les locutions verbales : pour quoi faire ? », Revue romane, XVI-4, p. 49-73.
– 1982, « Locutions et catégories linguistiques », Grazen Linguistische Studien, 16, p. 44-51.
– 1986, « La locution ou le poids de la diachronie dans la synchronie », Le Moyen Français, 14-15, p. 70-81.
– 1993, « Les locutions verbales et les deux passifs du français », Langages, 109, p. 37-52.

GREVISSE (M.), GOOSSE (A.), 1993, Le Bon Usage. Grammaire française, 13e éd., Paris-Louvain-la-Neuve, Duculot.

GROSS (G.), 1981, « Les prépositions composées », in Ch. Schwarze éd., Analyse des prépositions, Tübingen, Max Niemeyer, p. 19-36.
– 1988, « Réflexions sur la notion de locution conjonctive », Langue française, 77, p. 19-36.

GROSS (M.), 1982, « Une classification des phrases figées du français », Revue québécoise de linguistique, II-2, p. 151-185.
– 1988, « Sur les phrases figées complexes du français », Langue française, 77, p. 47-70.

HAUSMANN (F.), 1979, « Un dictionnaire des collocations est-il possible ? », Travaux de linguistique et de littérature, 17-1, p. 187-195.

KAYNE (R.S.), 1975, French Syntax. The Transformational Cycle, Cambridge, Mass., MIT Press.

MEL’ČUK (I.), 1993, « La phraséologie et son rôle dans l’enseignement / apprentissage d’une langue étrangère », Études de linguistique appliquée, 92, p. 82-113.

MITTERAND (H.), 1965, Les Mots français, Paris, PUF.

POTTIER (B.), 1974, Linguistique générale. Théorie et description, Paris, Klincksieck.

REY (A.), 1977, Le Lexique : images et modèles. Du dictionnaire à la lexicologie, Paris, Armand Colin.

RUWET (N.), 1983, « Du bon usage des expressions idiomatiques dans l’argumentation en syntaxe générative ». Revue québécoise de linguistique, 13-1, p. 9-145.

THUN (H.), 1978, Probleme der Phraseologie, Tübingen, Max Niemeyer.

WEINREICH (U.), 1969, « Problems in the analysis of idioms », in J. Puhvel ed., Substance and Structure of Language, University of California Press, p. 23-81.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search