Version classiqueVersion mobile

La locution entre langue et usages

 | 
Michel Martins-Baltar

Catégories, prototypes et figements

Constructions d’invariants et systèmes symboliques

Danièle Dubois

Texte intégral

1On se propose d’analyser ici le figement comme un ensemble de processus cognitifs (individuels et collectifs) affectant les représentations sémantiques. L’étude des locutions et figements en langue tels qu’ils se trouvent traités en linguistique va ainsi se trouver déplacée sur le terrain de la psychologie cognitive et de la psycholinguistique. Des données empiriques recueillies dans l’étude de la catégorisation et de la dénomination nous permettront de dessiner quelques éléments d’une théorie de la construction progressive d’invariants cognitifs plus ou moins stabilisés, susceptible de contribuer à une interprétation des processus de stabilisation et de fixation en langue des représentations, et donc à des figements. Nous nous situons ainsi dans l’analyse des processus hypothétiques de genèse des formes lexicales figées dans des mémoires individuelles.

2Nous systématiserons les données empiriques que nous présentons sur trois plans d’analyse, distingués pour l’exposé bien qu’étroitement interdépendants :

  • un plan de structuration de la mémoire individuelle par construction de catégories conduisant à une première stabilisation dans ce que l’on qualifiera de « prototypes » ;

  • un plan de fixation de ces structures catégorielles lors de l’acquisition par l’individu des représentations symboliques collectives. Cela concerne les activités de dénomination et d’attribution référentielle, en particulier à travers l’acquisition des lexiques des langues qui conduit à l’ajustement des prototypes individuels sur des normes de stéréotypie ;

  • un dernier plan de figement de ces structures mémorielles et symboliques individuelles par leur fixation collective. On insistera en particulier sur leur figement dans la codification graphique des formes linguistiques.

3On conclura que l’étude des processus de figement nous semble particulièrement productive dans la mesure même où les différentes formes de figement peuvent être considérées comme produits, révélateurs de processus réguliers de stabilisation et de fixation individuelle et collective des formes lexicales. Si ces processus s’avèrent « normaux » voire nécessaires au fonctionnement linguistique, en stabilisant objets du monde et objets de discours, ils peuvent cependant conduire, par l’effacement même de la prise en compte des processus de leur construction, à une double illusion : celle de la préexistence d’un monde discrétisé a priori (évidence ontologique) et celle de l’adéquation du sens des mots à ces objets du monde (illusion de transparence référentielle). On rejoindra alors les argumentations spécifiquement linguistiques qui considèrent les formes figées comme un des lieux d’évaluation des théories sémantiques. En particulier, comment dans le cadre d’une sémantique strictement référentielle et vériconditionnelle, qui ressemble à la conception « spontanée » ou naïve à laquelle conduisent les processus psychologiques de figement des représentations sémantiques, aborder les phénomènes de locutions et de figements en langue ? Ceux-ci ne se caractérisent-ils pas en effet par leur opacité référentielle et leur vide ontologique ? Comment en effet analyser tant en langue que dans la compréhension par des locuteurs, des expressions telles que doigt de pied, doigt de main (?), pied de l’homme sur la lune, et aussi pied-de-biche ou encore pied de nez, casser un verre, mais aussi casser les pieds, casser sa pipe... comme tant d’autres exemples cités dans le présent ouvrage ?

1. Figement et catégorisation : construction d’invariants mémorisés

1.1. Figement et discrétisation

4Une première forme de figement ou plus exactement de stabilisation que nous prenons en compte ne concerne qu’indirectement les recherches linguistiques. Elle renvoie en effet généralement aux « premières étapes du traitement de l’information », à la discrétisation du flux sensoriel en unités perceptives qui seront progressivement, par apprentissage, mémorisées pour constituer des traces mémorielles. Considérées comme de « bas niveau », pré-sémantiques, nous évoquons cependant ces premiers processus de stabilisation des informations sensorielles venues du monde extérieur, dans la mesure où le caractère fondamental de ces processus peut s’avérer pertinent pour le traitement de formes cognitives « supérieures ». Nous serons en effet conduits à prendre en compte, dans notre argumentation, les formes linguistiques dans leur matérialité perceptive même, comme élément de l’environnement et leur caractère physiquement discret comme un des éléments de discrétisation (et donc de prérequis au figement) des phénomènes sémantiques (cf. plus loin § 3.3).

  • 1 Notre propos n’est pas ici de discuter en détail ces résultats (voir sur ce point les revues de Tor (...)
  • 2 Ceux-ci conduisent en effet à insister davantage sur les processus de traitement d’informations sen (...)

5L’exemple emblématique en ce domaine est bien évidemment l’étude de la discrétisation du continuum du spectre coloré en couleurs « focales » dans les recherches de Berlin et Kay (1969), en linguistique, puis ultérieurement dans celles de Rosch (Rosch-Heider, 1971 et 1972 par exemple) en psychologie. Même s’il est possible de montrer que l’hypothèse d’universalité de la discrétisation des couleurs reste problématique1, il n’en reste pas moins que cet exemple donne des éléments de réponse sur le fait que tous les individus de toutes les cultures structurent un espace que la physique nous décrit comme continu, en catégories discrètes, tout comme (sinon dans le même mouvement) tous les individus stabilisent le monde en construisant des invariants d’objets. Même si cette première forme de stabilisation est encore mal connue, voire mal étudiée en raison des postulats philosophiques implicites de la recherche cognitive2, il nous semblait important d’ancrer la question du figement sur ce qui constitue sans doute un prérequis à l’activité cognitive, à savoir une première stabilisation-discrétisation en mémoire individuelle d’un monde, dont l’objectivité résulte de manière indissociable tant de sa présence sensorielle et phénoménale que des activités cognitives que le sujet y déploie.

6Les recherches contemporaines sur la catégorisation ont, en revanche, largement contribué à l’analyse d’une seconde forme de stabilisation et de figement que constituent les structures cognitives telles que les scripts ou catégories. Ces formes d’organisation s’établissent cependant à un niveau d’abstraction qui présuppose déjà un univers tant « réel » que mental déjà discrétisé et stabilisé et centre son étude sur les intégrations de ces ensembles d’objets ou d’éléments discrets dans des structures plus génériques. En effet, même si on présuppose réalisée la discrétisation du monde en objets identifiables et non ambigus, la question reste posée de savoir comment le système cognitif humain réduit l’immense variabilité des occurrences d’objets dans des structures en nombre plus limité, ce qui lui permet de les traiter comme identiques, ou suffisamment similaires, d’un certain point de vue. En d’autres termes, comment se constituent des classes ou catégories qui contribuent à la réduction et au figement de la variabilité des représentations sémantiques.

1.2. Structures cognitives : des scénarios aux catégories

7C’est en ce sens que nous réinterprétons ici les théories psychologiques qui étudient le passage, au cours du développement de l’enfant, des structures organisationnelles en scénarios, scripts, catégories situationnelles, aux classes paradigmatiques fondatrices de catégories ou concepts (Bideaud et Houdé, 1991, par exemple). Pour ces théories, les premières stabilisations, les premières formes de figement de l’organisation cognitive du monde par l’enfant s’établissent sous forme de « scripts » structurés autour des actions de l’enfant, tels que « prendre son repas », « s’habiller », puis plus tard, « aller à l’école », etc., qui intègrent des objets divers dans une « situation » et inscrivent ainsi les objets dans l’action et dans le temps, et se manifestent verbalement dans le discours. Ainsi en serait-il du « biberon », de la « chaise » de la « cuillère », du « bavoir », etc. Plus tard, ces invariants stabilisés persisteraient sous forme d’épisodes de vie tels que la « birthday party », ou encore « aller au restaurant », exemples rendus célèbres dans les recherches en intelligence artificielle.

8La plupart de ces travaux n’accordent cependant qu’un statut pré-logique à ces structures cognitives, et valorisent l’organisation (plus tardive dans le développement des catégories) de structures en classes ou catégories distribuées sur un axe paradigmatique. En ce qui nous concerne ici, il nous semble intéressant de repérer deux processus de figement qui vont intervenir dans le passage de ces formes discursives ou « syntagmatiques » aux classes paradigmatiques : la stabilisation par décontextualisation et, du même coup, le figement par élimination de la temporalité.

  • 3 Les processus que nous venons de développer au plan des objets s’appliqueraient sans doute aux acti (...)

9En effet, une première forme de stabilisation d’un ordre du monde est de rendre les objets invariants indépendamment des contingences de leur actualisation en contexte. Les enfants construiraient, à partir des éléments qui interviennent et sont substituables au même point dans la séquence d’un script, des « slot-fillers », « cases à remplir », classes paradigmatiques qui progressivement vont se trouver décontextualisées : ainsi par exemple des divers types de récipients dans lesquels on met du lait, divers types de chaussures ou de vêtements avec lesquels on s’habille, etc. Corrélativement, dans la mesure où l’objet dans le script est lié à sa place (« slot ») dans un ordre temporel d’occurrence des actions (on utilise tel objet après tel autre, par exemple, on met les chaussettes avant les chaussures...), la construction de la classe paradigmatique va effacer la temporalité dans la représentation cognitive de l’objet, et constituer une forme de figement dans son invariance, sa permanence cognitive indépendante du temps de l’action ou de la situation qui a permis de l’identifier et de l’isoler comme tel3.

1.3. Figement et prototypes

10Les recherches sur la catégorisation suggèrent en outre une autre description des processus de figement cognitif en mémoire individuelle : la formation de prototypes. La théorie des prototypes s’inscrit, au moins à l’origine dans les travaux de Rosch, dans une perspective réaliste qui insiste sur le rôle déterminant des corrélats des propriétés du monde « réel » et de la similitude de formes dans la structuration catégorielle. On citera ici deux extraits de Rosch particulièrement illustratifs : « Les prototypes permettent d’abord au sujet d’utiliser la structure contingente de l’environnement sans être forcé de mettre en œuvre des processus cognitifs laborieux de calcul et de sommation d’indices individuels », où Rosch (1978, p. 49) se démarque clairement de la conception « classique » qui considère que la catégorisation s’effectue sur la base d’une évaluation de conditions nécessaires et suffisantes d’appartenance. Dans le même ouvrage, Rosch (op. cit., p. 36), affirme qu’« une autre voie pour atteindre une discrimination bien claire des catégories qui se trouvent en fait continues est de concevoir chaque catégorie dans les termes de ses cas les plus clairs, ou prototypes, plutôt qu’en terme de frontières ».

11La fonction du prototype, comme produit d’une activité cognitive de catégorisation, est alors de participer à la fixation des catégories cognitives en mémoire individuelle. Cependant, dans la mesure où elle s’appuie sur l’hypothèse d’un monde naturel et objectif et sur un rôle prévalent des mécanismes de « bas niveaux » (perceptifs ou moteurs), la conception des prototypes, chez Rosch tout au moins, va s’avérer plus réaliste que constructiviste, et va conduire à la réification du concept et à son figement sur deux plans :

  • les prototypes deviennent des représentations figées en mémoire humaine qui « cristallisent » les propriétés de l’ensemble des éléments de la catégorie ainsi représentée,

    • 4 Pour une analyse plus précise du figement de la notion de prototype dans la théorie de Rosch : cf. (...)

    la notion de prototype ainsi réifiée va simplement substituer la notion d’adaptation à celle de vérité sans pour autant renoncer à la conception objectiviste des représentations mentales4.

12En d’autres termes, si le prototype comme hypothèse proprement psychologique de l’organisation des connaissances humaines contenait des potentialités explicatives des processus de construction et de stabilisation des significations (que nous reprenons à notre compte), la réduction de ce phénomène à la recherche de déterminismes s’exerçant à partir d’un ordre du monde donné a priori, conduit à un figement de la notion, et ce en raison d’une conception philosophique implicite qui présuppose un isomorphisme entre les représentations (mentales) et le monde représenté.

2. Figements et formes lexicales

2.1. Des prototypes aux noms de choses

13En outre, pour Rosch, une fois les catégories structurées autour des représentations typiques, un simple processus de « mapping » leur associe un (leur) nom (« name ») et « par ce moyen, les prototypes naturels renforcent leur statut de “foyer” d’organisation des catégories » (Rosch, 1978 : 49). Langues comme langage(s) sont considérés dans ce cadre comme des systèmes d’étiquettes, des nomenclatures dont il s’agit d’apprendre l’ajustement aux représentations et prototypes des catégories des objets désignés. Rosch insistait, dès ses premiers travaux, sur les corrélations entre l’évolution diachronique des termes de couleurs dans « toutes les langues » que Berlin et Kay (1969) prétendent avoir repérée et les degrés de saillance accordée aux couleurs correspondantes dans ses expériences psychologiques. Même si le statut de « terme de base » qui désigne les couleurs saillantes reste à discuter (cf. Dubois, Resche-Rigon et Tenin, 1997), tant au plan linguistique qu’au plan psychologique, on peut faire l’hypothèse que ces termes particuliers contribuent au figement en mémoires individuelles. En effet, dans la mesure où on accepte l’hypothèse de prototypes perceptifs pour certaines couleurs, l’existence dans le lexique des langues de termes de base qui s’ajustent aux prototypes ne peut que contribuer à renforcer le figement des prototypes en y intégrant la stabilité des formes lexicales associées, formes fréquentes, disponibles, assurant ainsi leur fixation et leur permanence en mémoire.

  • 5 Sans s’interroger sur la diversité des objets considérés et en conséquence, sur la variété des rela (...)

14Par la suite, Rosch, considérant que « loin de constituer un domaine adéquat de l’étude des effets du langage sur la pensée, l’espace des couleurs représente un cas exemplaire de l’influence des facteurs perceptivo-cognitifs sur la formation et la référence des catégories linguistiques » (Rosch-Heider, 1972 : 20), a généralisé cette analyse des processus de fixation des catégories à un ensemble plus large de catégories (en particulier les objets biologiques et « artefacts »)5. Elle a ainsi étendu l’explication des processus de figement lexicaux élaborés sur les couleurs à l’ensemble des représentations catégorielles – y compris les catégories lexicales – en mettant l’accent sur les déterminismes perceptifs.

2.2. Catégories lexicales et catégories cognitives

15Cependant, si le courant universaliste, dominant en sciences cognitives, a ainsi valorisé, y compris dans les sémantiques linguistiques et cognitives contemporaines, les déterminismes s’exerçant du cognitif vers le linguistique, d’autres recherches continuent de repérer le rôle symétrique des structures lexicales des langues dans la fixation des catégories (y compris perceptives). Nous en citerons ici quelques-unes dans la mesure où elles contribuent à l’inventaire des processus de figement que nous tentons de dresser dans ce texte.

16Ainsi, Labov (1978), par exemple, étudie les processus de discrétisation, de stabilisation et de figement des catégorisations de dessins d’objets par les formes lexicales (en particulier « cup » ou « bowl »). Les « tendances centrales », comme les frontières d’attribution de chacun des termes à une série de dessins présentant une déformation continue de formes du « verre typique » au « bol typique », varient tant sous les contraintes d’ordre perceptif que sous des contraintes contextuelles des situations et des discours de « mise en scène ». Lorsqu’on demande aux sujets de choisir un terme ou un autre pour désigner le même dessin, celui-ci peut être affecté du terme « tasse » dans un contexte neutre, c’est-à-dire qui ne spécifie pas le type de liquide dont on pourrait le remplir, ou dans un contexte où il est question de café, alors qu’il est désigné comme « bol », si le contexte introduit l’idée de soupe ou comme « verre » voire comme « vase de porcelaine », si on parle de bouquet de fleurs (Labov, 1978, p. 229). De tels résultats permettent de « mieux appréhender les processus de catégorisation qui convertissent le continuum quantitatif du monde réel en catégories qualitatives du système linguistique » (Labov, 1978, p. 256), et inciteraient à plus de prudence dans des conclusions trop hâtives et trop tranchées de tout « intégrisme » tant naturaliste que relativiste. En ce qui nous concerne ici, on retiendra principalement le rôle des dénominations dans la stabilisation des catégories perceptives autour de tendances centrales d’une distribution de patterns visuels attachée aux formes lexicales. On peut donc considérer que l’activité de catégorisation construite à partir des processus de dénomination par une unité lexicale contribue également à la stabilisation des prototypes construits sur la base des activités cognitives génériques de catégorisation de plus « bas niveau ».

17De même, des travaux prenant en compte le rôle de la morphologie lexicale dans la structuration des catégories sémantiques confirment le rôle des propriétés des signifiants dans l’organisation cognitive. En effet, dans les recherches psychologiques sur les catégories sémantiques, un des modes d’évaluation classique de la typicalité s’effectue à partir de « normes catégorielles », c’est-à-dire des productions de listes de termes en réponses à un terme catégoriel inducteur obtenues sur un échantillon assez large de sujets. Par exemple, la liste des termes désignant les arbres, ordonnés selon leur fréquence décroissante de production, indique le gradient de typicalité des différents exemplaires d’arbres. Il y a, par hypothèse, adéquation entre la fréquence de production du terme dans la liste résultante et la représentativité ou typicalité du concept désigné. Or, l’analyse des protocoles individuels a permis, non seulement de confirmer l’hypothèse de typicalité (les sujets déclinent les noms d’objets selon un gradient sémantique de typicalité : le terme de l’objet le plus typique étant majoritairement cité en priorité), mais également de constater des groupes de trois, quatre ou cinq termes qui se suivent et qui présentent des régularités morphologiques. Par exemple, pour la catégorie des « arbres », si le « chêne » apparaît assez régulièrement en première citation, ce qui lui assure le statut de prototype, il peut être suivi, soit de noms d’arbres plus ou moins typiques ne présentant pas de régularité morphologique (exemples : « tilleul », « érable », « frêne »... soit de noms d’arbres terminés par le suffixe « -ier » (exemples : « pommier », « prunier », « poirier »...). Des observations du même ordre ont été faites en allemand (exemples : « Eiche, Tanne, Fichte... », mais aussi « Eiche, Apfelbaum, Tannenbaum, Birnbaum... ») (Dubois et Poitou en préparation). Ce type de données suggère donc que certaines tâches (telles ici la production de listes de mots) permettent sans doute d’objectiver la structure cognitive de classes sémantiques mais que celle-ci inclut, outre des phénomènes cognitifs de typicalité, des éléments spécifiques des systèmes linguistiques telles les propriétés morphologiques des langues. En ce qui nous concerne ici, on peut avancer que les propriétés morphologiques des signifiants contribuent à la fixation et à la stabilisation en mémoire des structures sémantiques.

  • 6 Ces recherches, menées dans le cadre d’un programme pluridisciplinaire des « sciences de la cogniti (...)

18A contrario, dans un autre domaine de connaissances, celui des odeurs, on a pu observer l’absence de tels phénomènes de figement, que nous mettons en relation avec l’absence d’une disponibilité de dénotations simples dans le lexique du français. Ainsi, en contraste avec le domaine sensoriel des couleurs, la langue française ne dispose pas de lexicalisation spécifique pour désigner des catégories d’odeurs. Alors que le spectre coloré suscite des accords très forts de dénominations entre sujets, la désignation des odeurs, en l’absence de lexicalisation spécifique dans notre langue, suscite des périphrases ou métaphores rapportées à d’autres domaines sensoriels. Par exemple, alors que les sujets s’accordent rapidement et quasi unanimement pour désigner la couleur d’un objet par un « simple » adjectif (tel que « bleu » ou « rouge »), la désignation d’une odeur (d’eucalyptus par exemple) est au mieux rapportée à l’identification de la substance odorante (par 10 à 20 % des sujets), mais suscite plus généralement une grande diversité d’« approximations » manifestées en langue sous des formes telles que « rappelle quelque chose d’une parfumerie », « odeur chimique », « un peu écœurante que l’on peut aimer », par exemple. Ainsi, peut-on faire l’hypothèse qu’une des spécificités des odeurs repérables dans les tâches de mémorisation ou d’identification est imputable à l’impossibilité, pour les sujets, d’établir une correspondance simple entre une structure cognitive et une forme linguistique, en l’absence de termes lexicaux désignant les odeurs en français6.

19La stabilisation et le figement des significations, ainsi liés au mode d’inscription des concepts en langue, peuvent également être repérés dans l’analyse comparative des connaissances et de leur expression verbale. Celles-ci varient selon les types d’expertises ou de niveaux d’acquisition des connaissances des locuteurs, et selon le degré d’élaboration et de construction sociale du domaine de connaissances. Ainsi, dans la description des catégories de plantes atteintes de diverses maladies, on a remarqué que des agriculteurs décrivaient la maladie des plantes en termes de processus, de changement d’états, en utilisant des formes discursives complexes, incluant donc des formes verbales, alors que les « experts » résumaient et figeaient la description de la maladie par la désignation d’un symptôme ou par un (le) terme savant, lexicalisé par un substantif. Par exemple, on a observé, pour une même classe de photos de plantes, des énoncés tels que « les feuilles repoussent à l’intérieur de la fleur », « la fleur devient marron, a l’air sèche comme du cuir » dans les commentaires des agriculteurs, en contraste avec « accident génétique » ou « botritis » ou « alternaria » par exemple, dans les discours experts (Dubois et al., 1992).

20Ces observations rejoignent celles de Clark dont les recherches établissent que la stabilisation des connaissances dans certains domaines spécifiques, tels la science, est reliée à l’appropriation de noms (et dans ce cas à des noms « vrais »), Isaacs and Clark (1987), par exemple, contrastent des énoncés produits par un juge qui préférera « levez votre bras sur le côté » et les demandes d’un docteur « contractez votre deltoïde ». Ils concluent au rôle des termes scientifiques dans la stabilisation des discours et des savoirs (scientifiques eux aussi) (Isaacs and Clark, 1987, p. 26). Clark note également, dans le même article, que des familiers de la ville, et donc « experts », font un usage plus fréquent des noms propres que des « novices » dans les références aux bâtiments de New York, lors de conversations commentant des cartes postales de la ville. Ces derniers utilisent davantage de longues phrases renvoyant aux usages et déplacements dans l’espace. Un expert dirait « it is the City corp Building » (le pronom « it » renvoyant au bâtiment comme entité), là où le non-New-Yorkais dirait « it is the shot of the building with the slanted roof » (« it » renvoyant cette fois à la carte postale) (Isaacs and Clark, 1987, p. 27). Le nom propre, comme le terme scientifique, contribue ainsi au figement, en ce qu’il renvoie à une conception réaliste des experts qui présuppose une correspondance stricte entre l’objet et la représentation matérielle dans la carte postale alors que les novices commentent ce que pourrait être une pratique de l’espace représenté par l’image. Le nom propre fige donc la valeur référentielle de l’objet sous une acception unique, directe du terme à l’objet, « vraie », qui élimine du même coup les variations que les sujets peuvent introduire par la médiation de leurs interprétations et pratiques individuelles.

21Dès lors que les langues, et en particulier les désignations par des formes lexicales simples, sont prises en compte dans l’analyse des processus de figement, ceux-ci apparaissent d’une tout autre nature que ceux qui régissent la formation des prototypes. Alors que ces derniers seraient fondamentalement construits par chaque « système cognitif individuel », l’appropriation d’une forme lexicale, l’apprentissage du sens d’un mot, de son usage en contexte comme de la régulation de sa valeur référentielle est un processus d’intériorisation d’une norme sociale, celle d’une communauté linguistique où se négocie la signification verbale. Il nous reste ainsi à examiner plus précisément ces processus de stabilisation et de figement des représentations sémantiques, qui, en interaction avec les processus de construction individuelle des prototypes, correspondent au plan psychologique (individuel), à l’appropriation, l’apprentissage et la régulation d’une norme (ou de normes) d’usages, collective et partagée.

3. Figement : évidence ontologique et transparence référentielle

3. 1. Du prototype au stéréotype

  • 7 Sur l’analyse de la « naturalisation » des théories sémantiques, cf. Dubois et Resche-Rigon, 1995.

22Nous avons déjà exposé par ailleurs (Dubois et Resche-Rigon, 1993) le figement du concept de prototype en stéréotype, tant dans les théories psychologiques que linguistiques cognitives, sous l’effet d’un double mouvement : le premier, que nous avons déjà rappelé ci-dessus (§ 1.3) est lié à la « naturalisation » des prototypes et à leur détermination dans l’ordre des régularités des activités perceptives du sujet, inscrit dans son individualité et une hypothétique solitude cognitive. Le second intervient lors de l’extension des prototypes aux connaissances normées d’un sujet comme membre d’une communauté linguistique et sociale. En effet, l’extension de la théorie des prototypes « naturels » aux catégories « naturelles »7 (objets biologiques et artefacts) va conduire à analyser les structures cognitives individuelles d’inclusion d’objets très divers dans des classes, à partir cette fois des connaissances établies par les sciences de la nature et / ou par consensus social. On peut en effet difficilement soutenir que l’appartenance catégorielle de la baleine aux mammifères ou celle de l’autruche aux oiseaux (y compris leur caractère atypique) s’établisse (à tout le moins dans les populations enfantines) sur la base d’expériences perceptives « directes ».

23De même, lorsqu’une théorie sémantique du prototype est proposée pour rendre compte de phénomènes sémantiques linguistiques, tel l’anaphore associative, il s’agit plus de stéréotypes au sens classique (en psychologie sociale ou en sociologie) que de « réels » prototypes à la Rosch. Ainsi de l’exemple canonique « Nous arrivâmes dans le village, l’église... », le caractère d’évidence de l’article défini associé au terme « église », serait bien sous la dépendance d’une représentation stéréotypique du village introduit précédemment et qui inclut de manière régulière, dans notre culture, la forte potentialité d’une église (et du mot « église »).

  • 8 C’est nous qui soulignons.

24Ce processus de déplacement et de figement du prototype originel en stéréotype social est alors étroitement dépendant de l’appropriation des désignations en langues et des significations lexicales qui fixent cet ordre typique ou canonique des connaissances du monde. La stabilisation et le figement des prototypes peuvent donc être alors vus comme un processus d’apprentissage social et de normalisation linguistique et conceptuelle des connaissances et de savoir partagés. Des hypothèses de cette nature se manifestent dans les recherches linguistiques contemporaines, tels Lakoff (1987) ou Langacker (1991) et dans les travaux de Kleiber (1990) pour qui prototype et stéréotype sont utilisés de manière substituable et équivalente. Pour Langacker (1991), « les images fixées par convention8, incarnées par les unités symboliques d’une langue à la fois lexicalement et grammaticalement sont cruciales pour la valeur sémantique de ces dernières ».

25La prototypie est d’ailleurs explicitement rapprochée de la notion de stéréotype telle que la discute Putnam (1975) en philosophie du langage ou encore, dans un autre champ des sciences cognitives, des notions de représentations stabilisées et fixées en mémoire artificielle telles les frames (Minsky, 1975), les scripts (Schank et Abelson, 1977), les schemata (Rumelhart, 1975), empruntés à l’intelligence artificielle (c/ Lakoff, 1987, p. 116). Ce glissement du domaine psychologique individuel à la norme sociale imposée par la langue conduit à inclure dans les processus de figement des catégories, non seulement les processus « ascendants » des activités perceptivo-cognitives, mais également des processus « descendants » d’appropriation individuelle des représentations et connaissances collectives médiatisées par l’expérience partagée et les pratiques langagières (Lakoff et Johnson, 1985).

3.2. Stéréotype, figement et évidence ontologique

  • 9 La non-prise en compte de ces diversités de processus et de plans de figements cognitifs peut expli (...)

26C’est ici que le glissement du prototype au stéréotype va conduire à une forme en quelque sorte ultime de figement, à travers l’attribution à ce concept d’une valeur ontologique. En effet, lorsque, dans une expérience de psychologie cognitive, on demande aux sujets d’évaluer la validité des assertions telles que « le marteau est un outil » ou « le piano est un instrument de musique », tout comme « la bière ou le coca sont des boissons », il ne s’agit pas seulement de tester la pertinence de la notion de typicalité ou de prototype dans la structuration des catégories, il s’agit, dans le même moment, de « fonder » la catégorie même, sans que celle-ci puisse être reconsidérée. Ainsi, la validation de la structure « naturelle » des catégories, telle que la typicalité, renforce la validité des a priori sur les catégories elles-mêmes, non problématisées et au contraire investies d’un statut et d’une nécessité que nombre d’auteurs n’hésitent pas à qualifier d’ontologique, que ce soit en intelligence artificielle ou en linguistique, en particulier à travers le recours idéologique au concept de naturalité et de naturalisation (Dubois et Resche-Rigon, 1995). On identifie, là encore, un processus de figement, dans la théorie cette fois, par assimilation du stéréotype et du prototype, qui conduit à ne plus différencier ce qui relèverait de l’appropriation de connaissances socialisées et de la découverte des catégories « ontologiques »« naturelles ». Il ne s’agirait donc plus de stéréotypes comme figement de représentations contingentes et relatives à une histoire ou un discours (y compris celle ou celui des sciences), mais de connaissances naturalisées relevant de la vérité de l’être des choses, en un prototype validé par son fondement dans les sciences de la nature9 (incluant dans le même mouvement les sciences physiques, les sciences biologiques et bien évidemment la psychologie).

  • 10 Ce qui conduit pour nous à une perte du pouvoir explicatif de la notion, à travers l’effacement de (...)
  • 11 Notre interprétation suggérerait plutôt les qualificatifs de « naïve » ou « de sens commun », qui c (...)

27Ainsi, au plan des théories cognitives (et non plus de celui de l’analyse empirique de la cognition) on assiste, en linguistique comme en psychologie, au figement10 de la notion de prototype : du statut de principe organisateur, productif des classes lexicales et des variations du sens lexical (anaphore, polysémie), les phénomènes de prototypie sont renvoyés à un ordre métaphysique, une ontologie « naturelle » et (donc) « évidente11 » qui élimine du même coup l’hypothèse de déterminations liées à la construction et la régulation sociale du sens par les médiations symboliques et leur jeu dans les interactions langagières.

3.3. Matérialités symboliques et transparence référentielle

28C’est sur une dernière forme de figement des catégories et des prototypes précisément liée à la nature des médiations symboliques que nous terminerons : le figement par inscription matérielle des signifiants.

29Nous nous appuyons ici sur les travaux de Goody (1977, 1993) et d’Auroux (1994) par exemple, qui ont insisté sur le rôle de la matérialisation des formes symboliques dans le développement des théories de la cognition et du langage. Ces recherches analysent les effets historiques des technologies et des « outillages » qui ont matérialisé les langues – écritures, grammatisation – et qui ont ainsi permis la « domestication de la pensée sauvage », l’émergence des mathématiques, des sciences de la nature et des sciences du langage. Ainsi par exemple, peut-on faire l’hypothèse que la notion métalinguistique de mot est en grande partie dépendante de la construction et du figement de la notion de mot dans les technologies linguistiques utilisant des listes de noms d’objets ou dans les dictionnaires.

30Au plan psychosémantique, la matérialisation des formes symboliques dans les enregistrements acoustiques et surtout graphiques et visuels contribuent également au figement en mémoire individuelle des catégories et des prototypes jusqu’à accorder aux représentations matérielles des concepts et des constructions intellectuelles un statut d’équivalence représentationnelle complète et donc de substitut intégral de l’objet représenté. Les propriétés physiques des formes symboliques (linguistiques en particulier) matérialisées, en particulier dans un support visuel, contribuent à la construction d’unités discrètes. Ainsi en est-il du mot matérialisé dans l’écriture comme « chaîne de caractères » ou image graphique entre deux blancs – a fortiori depuis les technologies informatiques – qui, ainsi bien isolé comme forme, au même titre que l’ensemble des objets du monde perceptible (des tables et des chaises), contribue à la segmentation, à la stabilisation et au figement des signifiés associés. L’apprentissage de cette étroite liaison entre la forme du mot, le signifié correspondant, et la représentation de la classe d’objets ainsi référés peut conduire à l’illusion d’une transparence référentielle.

  • 12 Il est symptomatique, par exemple que dans les recherches sur la dénomination des odeurs, pour lesq (...)
  • 13 Ce phénomène est encore plus patent pour les représentations iconiques, plus naturelles et encore p (...)

31Les travaux de Isaacs and Clark que nous avons cités au § 2.2 contribuent à l’analyse de la construction de cette illusion d’une référence directe des mots ou photos aux « choses » dans les différences observées entre experts et novices lors de la description des bâtiments de New York. Plus généralement cependant, le mot est considéré comme « identique » à la chose représentée, et le figement de la relation du mot à la chose représentée, l’illusion de transparence référentielle qu’il suscite sont tellement prégnants que les expériences de psychologie expérimentale fonctionnent régulièrement sur ce présupposé implicite : que ce soit dans les épreuves de vérification d’adéquation de phrases et / ou de dessins (est-ce que ceci [image ou photo] est un X [mot] ?), ou dans la codification des réponses verbale « correctes » (c’est-à-dire correspondant à la norme de dénomination attendue par l’expérimentateur)12. Alors que le « matériel » expérimental est constitué non d’objets mais de noms d’objets, les résultats suscitent des inférences sur les représentations mentales des objets du monde « réel ». Dans la mesure où le statut de « médiation symbolique » ou encore de « forme sémiotique matérialisée » des mots est dénié, tout se passe comme si la relation du mot à l’objet était transparente, directe et non orientée, assurant ainsi une stricte équivalence, sinon (une) la vérité13. Si nous ne pouvons à l’évidence analyser ici plus précisément les conséquences de ces figements dans l’élaboration d’une théorie sémantique, ils nous conduisent principalement à susciter une réflexion méthodologique plus approfondie sur les conditions de « réalisme » ou de « validité écologique » des matériels expérimentaux utilisés en psychologie, et à questionner la théorie sémantique implicite dans les recherches psychologiques. En effet, ce dernier figement qu’opèrent les représentations lexicales ou iconiques matérialisées, associé à l’illusion de leur transparence référentielle, conforte une conception du fonctionnement cognitif qui, en un seul mouvement, élimine leur statut de construction collective des connaissances et le dynamisme et les temporalités qui parcourent la multiplicité des processus de construction des catégories.

Conclusion

  • 14 On retrouvera là les principes essentiels de ce que Rastier (1994, p. 28) désigne comme le modèle a (...)
  • 15 Une autre manière d’aborder la « même » question consisterait à reprendre la problématique en sens (...)

32Nous avons tenté de décrire un ensemble de processus de fixation et de stabilisation, qui, de la discrétisation de matérialités physiques – incluant les formes linguistiques – figent les unités sémantiques en prototypes individuels, puis en représentations collectives ou stéréotypes, jusqu’à l’élaboration de théories sémantiques (spontanées ou savantes) dans lesquelles les derniers figements conduisent à accorder aux signes une évidence ontologique et une transparence référentielle14. Cela nous amène à réinscrire dans le champ de la psychologie cognitive contemporaine, non seulement l’analyse des processus de constructions d’invariants individuels tels les prototypes, mais également les figements construits historiquement et collectivement dans les langues. S’il est indispensable, sans doute, au fonctionnement cognitif humain, de stabiliser, de figer en mémoire la perception des choses pour qu’elles existent et de fixer les sens des mots pour communiquer, de les « physicaliser » dans la matérialité des formes symboliques pour dépasser les limites de la mémoire individuelle, et permettre ainsi la construction de connaissances collectives, les processus qui conduisent à ces blocages du sens conduisent dans le même temps à l’effacement des opérations, tant du sujet que de la langue. L’évidence ontologique et la transparence référentielle des effets de sens auxquels les processus que nous avons regroupés sous le terme de figement peuvent conduire à des réductions des divers plans d’analyse, en particulier à travers la construction d’une théorie sémantique qui suppose des relations « directes » des mots aux choses, effaçant les opérations de construction du sens et les temporalités associées. Il nous a donc semblé intéressant de souligner ici la convergence entre les théories sémantiques implicites qui parcourent la recherche psychologique et bloquent le développement d’une étude des processus de construction des significations, et des théories sémantiques linguistiques qui précisément rencontrent des difficultés à traiter des phénomènes de figement en langue et à rendre compte de l’interprétation des locutions. Une conception strictement référentielle du langage conduit en effet à considérer ces formes comme des exceptions, des bizarreries ou extravagances. Il nous semble plus productif d’unifier ces diverses formes de figements dans une théorie sémantique, davantage fondée sur les activités d’interprétation et de construction individuelle et sociale de la signification, que sur une ontologie. Alors que la plupart des recherches cognitives, inscrites dans la tradition métaphysique occidentale, tendent à prouver que « les mots ont une signification parce que les choses ont un Être (c/ Aristote, Métaphysique, 4, 1006 a 32), nous inclinons à conclure que les choses nous paraissent douées de qualités substantielles comme l’identité à soi dès lors qu’elles sont réifiées par les processus de référenciation. [...] En d’autres termes, les “objets” nous sont acquis au sein de pratiques, et non par une saillance physique qui nous les imposerait. Bref, la référence va des mots aux choses, isolées et spécifiées par leur sémiotisation, qui est un processus hautement culturel » (Rastier, 1994, p. 23-41). Reste à identifier précisément, tant dans le champ de la linguistique que dans celui de la psychologie les traces de ces processus et opérations de figement qui effacent les marques d’interaction du sujet au monde15 (et aux autres), et de tenter de fournir ainsi des éléments de réponses empiriques aux questions philosophiques plus précisément ainsi (re)posées :

« Qu’est-ce qui incite ou détermine le langage à unifier précisément ces représentations et à les désigner par un terme déterminé ; qu’est-ce qui l’incite à détacher certaines figures de la série fuyante et toujours semblable des impressions qui frappent nos sens ou qui découlent de l’auto-activité interne de l’esprit, de séjourner auprès d’elles et de les marquer d’une “signification” déterminée ? Dès que la question est posée en ce sens, la logique traditionnelle cesse de soutenir le linguiste et le philosophe du langage. Car l’explication qu’elle donne de la constitution des représentations générales et de la constitution des concepts génériques présuppose, comme si elle avait déjà eu lieu, la formation des concepts nominaux dont on cherche ici à déterminer les conditions de possibilité » (Cassirer, 1973, p. 39).

Bibliographie

Références bibliographiques

AUROUX (S.), 1994, La Révolution technologique de la grammatisation. Liège, Mardaga.

BERLIN (B.) et KAY (P.), 1969, Basic Color Terms : their Universality and Evolution. Berkeley. University of California Press.

BIDEAUD et HOUDÉ, 1991, « Catégorisation, logique et prototypicalité », in D. Dubois (éd.) Sémantique et cognition, Paris, Éditions du CNRS.

CASSIRER (E.), 1924, Sprache und Mythos, Trad. franç. Langage et mythe, Paris, Éditions de Minuit, 1973.

DUBOIS (D.), 1991, Sémantique et cognition : catégories, prototype et typicalité. Paris, Editions du CNRS, Collection « Sciences du langage ».
– 1995, « Catégories sémantiques naturelles et recherches cognitives : enjeux pluridisciplinaires », in G. Ludi et C.A. Zuber (éds) Linguistique et modèles cognitifs, Bale, ARBA.

DUBOIS (D.) et RESCHE-RIGON (P.), 1993, « Prototype et stéréotype : productivité et figement d’un concept », in Plantin (éd.) Lieux communs, topoi et stéréotypes, Kimé.
– 1995, « De la naturalité des catégories sémantiques », Intellectica, 20, 1, p. 217-245.

DUBOIS (D.), BOURGINE (R.) et RESCHE-RIGON (P.), 1992, « Connaissances et expertises de divers acteurs économiques dans la catégorisation d’un objet perceptif », Intellectica, 15, p. 241-271.

DUBOIS (D.), RESCHE-RIGON (P.) et TENIN (A.), 1997, « Des couleurs et des formes », in Dubois (éd.) Catégories, representations et systèmes symboliques, Kimé.

DULONG (R.), 1994, « Quand l’histoire disqualifie les catégories », Raisons pratiques, 5, p. 273-296.

FIALA (P.) et HABERT (B.), 1989, « La langue de bois en éclat : les défigements dans les titres de la presse quotidienne française », Mots, langues de bois ? 21, p. 83-98.

GOODY (J.), 1977, The Domestication of the Savage Mind, Cambridge University Press. Trad. franç. La Raison graphique : la domestication de la pensée sauvage, Paris, Éditions de Minuit, 1979.
– 1993,
The Interface Between the Written and the Oral, Cambridge University Press. Trad. franç. Entre l’oralité et l’écriture, Paris, PUF, 1994.

GRUNIG (B.-N.), 1991, Les Mots de la publicité, Paris, CNRS.

ISAACS (E.) et CLARK (H.), 1987, « Reference in conversation between experts and novices », Journal of Experimental Psychology : General, 116, p. 26-37.

KLEIBER (G.), 1990, La Sémantique du prototype, Paris, PUF.

LABOV (W.), 1978, « On Denotational Structure », Chicago Linguistic Society, 14, 1, p. 220-260.

LAKOFF (G.), 1987, Women, Fire and Dangerous Things, Chicago : University of Chicago Press.

LAKOFF (G.) & JOHNSON (M.), 1980, Trad. franç. (1985) Les Métaphores dans la vie quotidienne, Paris, Éditions de Minuit.

LANGACKER (R.), 1987, Foundations of Cognitive Grammar, Stanford, CA : University of Stanford press. – 1991, « Noms et verbes », Communications, 53, Paris, Éd. du Seuil.

MONDADA (L.), 1994, Verbalisation du savoir et fabrication du savoir : Approche linguistique de la construction d’objets de discours thèse, université de Lausanne.

MONDADA (L.) et DUBOIS (D.), 1995, Construction des objets de discours et catégorisation : une approche des processus de référenciation, université de Neuchâtel, TRANEL, p. 273-302.

MINSKY (M.), 1975, « A framework for representing knowledge », in P.H. Winston (ed.), The Psychology of Computer Vision, New York : Mc Graw Hill.

PELT (J.-M.), 1994, Des fruits, Paris, Fayard.

PUTNAM (H.), 1975, Mind, Language and Reality. Philosophical Papers, vol. 2, Cambridge : Cambridge University Press.

RASTIER (F.), 1994, « Les sémantiques », in F. Rastier, M. Cavazza et A. Abeillé (éds) Sémantique pour l’analyse, Paris, Masson, p. 23-41.

ROSCH (E.), 1976, « Classifications d’objets du monde réel : origines et représentations dans la cognition », Bulletin de psychologie, p. 242-250.
– 1978, « Principles of Categorization », in E. Rosch, B.B. Llyod, (éds), Cognition and Categorization, 1978, Hillsdale, L. Erlbaum.

ROSCH-HEIDER (E.), 1971, « “Focal” Color Areas and the Development of Color Names », Developmental Psychology, vol. 4, 3, p. 447-455.
– 1972, « Universals in Color Naming and Memory »,
Journal of Experimental Psychology, 1972, vol. 93, 1, p. 1-10.

RUMELHART (D.), 1975, « Notes on a Schema for Stories », in D.G. Bobrow and A.M. Collins (eds), Representation and Uunderstanding : Studies in Cognitive Science, New York : Academic Press.

SCHANK (R.C.) et ABELSON (R.P.), 1977, Script, Plans, Goals and Understanding. Hillsdale, L. Erlbaum.

TORNAY (S.) (éd.), 1978, Voir et nommer les couleurs. Nanterre, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative.

Notes

1 Notre propos n’est pas ici de discuter en détail ces résultats (voir sur ce point les revues de Tornay, 1978 par exemple, ou notre travail récent dans Dubois, Resche-Rigon et Tenin, 1997 aux éditions Kimé.

2 Ceux-ci conduisent en effet à insister davantage sur les processus de traitement d’informations sensorielles « de bas en haut » présupposant une ontologie des « informations » ainsi traitées plutôt que sur des hypothèses « constructivistes » telles celles de Piaget qui insistent sur le rôle des activités du sujet dans la genèse des structures cognitives et (donc) dans la production de l’objectivité.

3 Les processus que nous venons de développer au plan des objets s’appliqueraient sans doute aux activités tant « spontanées » que métalinguistiques de construction des catégories pertinentes en langue telles que le « mot » (cf. plus loin § 3).

4 Pour une analyse plus précise du figement de la notion de prototype dans la théorie de Rosch : cf. Dubois et Resche-Rigon (1993). Une trace du figement du concept de prototype sur ce second plan se manifeste dans le déplacement, dans la recherche expérimentale en psychologie, de la notion de prototype du statut de phénomène à étudier à celui de variable indépendante, c’est-à-dire de donnée suffisamment attestée pour pouvoir servir de référence pour la mesure d’autres processus psychologiques (mémoire, apprentissage, handicap). Le prototype n’est plus envisagé comme produit de l’exercice de l’esprit humain mais figé comme un donné reflétant les structures a priori du monde.
Ce figement de la notion de prototype dans la théorie de la catégorisation s’inscrit en contraste avec une autre tradition intellectuelle que l’on peut relever dans le texte de Dulong (1994, p. 282) qui propose que « toute catégorisation arrache de l’histoire un de ses éléments, le déprend du contexte où il figure originellement pour le constituer en transversal des histoires. L’opération rate doublement son but, en ne parvenant pas à réduire des écarts que nous établissons in abstracto en dehors des contextes où se nouent nos relations aux êtres, et en perdant le flou du vécu, ce mélange de détermination et d’indétermination qui caractérise notre rapport au monde ».

5 Sans s’interroger sur la diversité des objets considérés et en conséquence, sur la variété des relations des mots (de différentes natures) et des choses (également diverses), à travers la diversité des modes de référenciation (c/ Mondada et Dubois, 1995).

6 Ces recherches, menées dans le cadre d’un programme pluridisciplinaire des « sciences de la cognition » avec J.-M. Hombert, C. Rouby, B. Schaal et G. Sicard, s’attachent également à identifier les facteurs autres que linguistiques en jeu dans la structuration cognitive des odeurs, tels ceux liés aux propriétés physiques et biochimique des molécules odoriférantes ainsi qu’aux spécificités neurosensorielles du système olfactif.

7 Sur l’analyse de la « naturalisation » des théories sémantiques, cf. Dubois et Resche-Rigon, 1995.

8 C’est nous qui soulignons.

9 La non-prise en compte de ces diversités de processus et de plans de figements cognitifs peut expliquer les réactions mi-figue mi-raisin suscitées par l’interprétation d’un texte de Pelt (1994, p. 45) qui énonce que « la carotte, qui est une racine, a été promue administrativement au rang des fruits par la Communauté européenne à compter du 1er janvier 1991, afin de permettre aux Portugais d’exporter leur confiture de carotte en se conformant à la définition qui veut que toute confiture soit à base de fruits ».

10 Ce qui conduit pour nous à une perte du pouvoir explicatif de la notion, à travers l’effacement de son caractère dynamique comme processus de construction des catégories.

11 Notre interprétation suggérerait plutôt les qualificatifs de « naïve » ou « de sens commun », qui caractérisent d’ailleurs l’utilisation de nombre de concepts philosophiques en sciences cognitives (y compris d’ailleurs le concept de... catégorie).

12 Il est symptomatique, par exemple que dans les recherches sur la dénomination des odeurs, pour lesquelles il n’y a pas, ni en anglais ni en français de terme spécifique, les réponses sont codifiées en référence au « veridical label » qui correspond en fait au nom attendu par l’expérimentateur de la classe des objets produisant une telle odeur. On notera par ailleurs, que, de manière contradictoire, Berlin et Kay ont éliminé de leur analyse de la dénomination des couleurs (non pris en compte comme termes de base) les termes qui, dans d’autres langues que l’anglais, désignent une couleur par un même terme qu’une substance typiquement porteuse de cette couleur, par exemple en éliminant des termes désignant le « rouge » par le terme « sang » ou un bleu vert par un terme désignant également la mer (tout en conservant « orange » comme terme de base...).

13 Ce phénomène est encore plus patent pour les représentations iconiques, plus naturelles et encore plus « directement » référentielles. On peut cependant noter que ce n’est que récemment qu’est imposée à l’iconographie associée aux textes une valeur référentielle véridique : Gombrich (1960), cité par Mondada (1995), cite en effet des exemples des Chroniques de Nuremberg (1493) dans lesquelles la même gravure est utilisée pour illustrer tout aussi bien Damas, Milan ou Nantua, manifestant ainsi que la représentation iconique assure une autre fonction que celle d’une représentation réaliste et véridique du référent.

14 On retrouvera là les principes essentiels de ce que Rastier (1994, p. 28) désigne comme le modèle artistotélicien de la signification fondé sur la triade sémiotique qui associe mot / concept / chose et que la psychologie cognitive a repris dans l’analyse des processus de « mapping » (cf. Dubois, 1995).

15 Une autre manière d’aborder la « même » question consisterait à reprendre la problématique en sens inverse à travers l’analyse psycholinguistique du défigement des formes figées (cf. par exemple, les analyses en linguistique de Fiala et Habert, 1989 ; Grunig, 1991).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search