Version classiqueVersion mobile

La locution entre langue et usages

 | 
Michel Martins-Baltar

Présentation. Repères dans les recherches actuelles sur la locution

Michel Martins-Baltar

Texte intégral

  • 1 Martins-Baltar (1995b), Fiala et al. (1997). Ces textes sont issus du colloque La Locution (ENS de (...)

1Les douze textes qui composent ce volume traitent des problèmes actuels, théoriques et pratiques, auxquels se trouvent confrontés les linguistes dans le domaine de la locutionalité. On tentera dans cette présentation de dégager quelques points saillants travaillés par les textes ici réunis et partagés par d’autres textes parus simultanément1.

  • 2 Pour les manifestations récentes concernant le domaine de la locution on peut renvoyer aux Actes de (...)

2Un point déterminant que ce colloque met en lumière est l’extension du domaine de la locution (§ 1) qui, traditionnellement centré sur les lexies complexes et les proverbes, tend désormais à intégrer aussi bien les structures textuelles que la sélection des expressions par des conditions d’énonciation. Le foisonnement terminologique (§ 2) reflète la multiplicité des objets concernés. La lexie complexe a été, et reste encore, la laissée-pour-compte de certaines théories linguistiques (§ 3), mais c’est à un renversement de tendance que l’on assiste aujourd’hui, où l’accent est mis sur la dimension pragmatique des usages et leur inscription mémorielle (§ 4). Alors que l’étude des locutions en langue (§ 5) se poursuit sur des bases critiques, les différents modes sous lesquels le locutionnel a à faire avec le discours (§ 6) sont de nouveaux champs d’investigation et permettent d’en dégager les fonctions (§ 7). Le défigement (§ 8) est un terrain d’études privilégié pour les conditions de l’interprétation sémantique des discours. Ces résultats nourrissent la lexicographie et la méta-lexicographie en appelant à la confection de nouveaux dictionnaires qui donnent une image plus complète de tout ce qui, dans les usages, tend à figer le discours (§ 9)2.

1. Extension du domaine de la locution

3Traditionnellement, l’objet de la phraséologie est constitué par les lexies complexes qui, tout en étant constituées de plusieurs mots graphiques, se comportent dans la chaîne comme des lexies simple : la grammaire traditionnelle parle de noms composés, de locutions adjectivales, verbales, etc., et, pour ce qui ne peut se ramener à une partie du discours, d’idiomatismes (Misri 1987, p. 73). Alors que, comme le montre Bárdosi (1990b, p. 85), parémiologie et phraséologie ne se séparent qu’au xixe siècle, on assiste aujourd’hui à une nouvelle extension du domaine d’étude de la locution, qui, au sens étroit, ne constitue, dans l’optique d’Elisabeth Gülich / Ulrich Krafft, que l’un des aspect des « structures préfabriquées » qui affectent potentiellement tous les niveaux de l’analyse du discours, y compris dans sa dimension textuelle.

4Complémentairement à la notion de figement, qui concerne le rapport des unités entre elles sur la chaîne, Ivan Fónagy reprend ici la notion de « liage » qu’il présentait en 1982 et qui concerne la sélection des unités par leurs conditions d’énonciation : certains énoncés sont liés à des situations récurrentes de la vie sociale, dans lesquelles leur production est automatique (que l’on pense par exemple aux formules usuelles de la communication téléphonique). On pourrait ainsi poser un axe de dépendance entre situations, actes de langage et expressions. Fonagy étend le champ du liage aux clichés (lieux communs), où à des thèmes sont liés des prédicats. En tant qu’expressions, les clichés peuvent être considérés comme le reflet d’un liage notionnel pré-discursif (les lieux communs sont des « idées reçues », verbalisées ou non). Elisabeth Gülich / U. Krafft quant à eux parlent de « structures préformées de pensée », de « stéréotypes sociaux », de « préjugés ». Ces idées reçues peuvent se verbaliser dans des expressions liées, voire figées.

5On peut ajouter à la double dimension intralinguistique de l’idiomaticité que constituent figement et liage, la dimension interlinguistique à laquelle est confronté l’apprenant, et qui est à l’origine de la notion d’idiomaticité elle-même. Il s’agit essentiellement des emplois sémantiquement propres et structurellement réguliers des lexies simples qui ne sont pas, pour deux langues données, en correspondance terme à terme. On peut estimer alors que le reliquat non idiomatique est négligeable et affirmer, avec Franz Josef Hausmann, que « tout est idiomatique », ou avec François Rastier que « la langue française n’est sans doute qu’un vaste gallicisme ».

  • 3 Notre propre relevé en cours des seuls « énoncés de motif usuels » est nettement au-delà (cf. Marti (...)

6On voit donc – en bonne logique – que le projet de comptabiliser les locutions est entièrement dépendant de la façon dont on les définit. Guy Denhière / Jean-Claude Verstiggel (1997) citent, pour le français, un décompte de 2 300 « expressions ou locutions idiomatiques » répertoriées. Gaston Gross donne les chiffres de 200 000 noms composés, 15 000 adjectifs figés, 30 000 verbes figés. Fónagy cite Bolinger (1976) pour qui les énoncés liés mémorisés seraient de l’ordre du millier3. David Gaatone estime que la proportion des expressions figées dans les textes écrits appartenant à des genres divers « ne dépasse guère les 10 % ». Mais si l’on admet avec Elisabeth Gülich / U. Krafft que l’utilisation des « structures préformées » n’est pas l’exception mais la règle, ces chiffres peuvent être considérés comme sous-évalués tant au niveau de la langue qu’à celui du discours. Blanche-Noëlle Grunig souligne l’enjeu théorique du taux de figement : les théories linguistiques dominantes n’auraient peut-être pas vu le jour si elles avaient travaillé sur des langues où ce taux est supérieur.

7Au risque d’une catégorisation réductrice et approximative des objets respectifs des auteurs on peut essayer de répartir les contributions du présent volume et, plus généralement, de l’ensemble du colloque, par type de structure qu’elles prennent comme objet :

  • Collocations : Chanier / Fouqueré / Issac (1997), Hausmann (dictionnaires), Léon / Mazière (1997) (dictionnaires), Gentilhomme (1995) (mathématiques).
  • Noms composés : Branca-Rosoff (1997) (certains N + Adj.), Corbin, Gentilhomme (1995) (mathématiques), G. Gross, Lafon / Lefèvre (1997), Piguet (1997) (N + Adj, N de N), Meunier-Crespo (1997) (espagnol), Schön (1997) (approche psychanalytique).
  • Locutions prépositives, conjonctives : G. Gross.
  • Locutions verbales : Cortès (1997), Forner (1995) (causalité en français de spécialité), Fotopoulou (1997) (grec moderne), Franckel / Paillard / Saunier (1997) (passer), François / Grass (1997) (langue juridique, allemand / français), Grimaldi (1997) (Bescherelle), G. Gross, Simatos (1997) (GN des locutions verbales).
  • Lexies complexes : problèmes généraux : Bennett (1997) (français et anglais), Gaatone, Martin ; Achard / Fiala (1997), Blanco / Moreno (1997) (lexicographie bilingue espagnol / français), Chanier / Fouqueré / Issac (1997) (« expressions semi-figées »), Leroy-Turcan (1997) (Ménage), Morinet (1995) (référentialité du discours), Rastier (défigements).
  • Syntaxe et intonation de la phrase : Durin (1997).
  • Liage : problèmes généraux : Fónagy (énoncés et fragments liés) ; Authier-Revuz (1995) (expressions méta-énonciatives), Branca-Rosoff (1997) (apposition), Loffler-Laurian (1995) (pratique scientifique), Martins-Baltar (1995) (énoncés de motif usuels), Mochet / Cintrat (1995) (proverbes, aphorismes, stéréotypes).
  • Plusieurs niveaux : problèmes généraux : Dubois (traitement cognitif), Gréciano (phraséogenèse), Grunig (aspect mémoriel), Gülich / Krafft (structures préfabriquées), Hausmann (lexicographie), Rey (pragmatique), Candel (1995) (français de spécialité), Denhière / Verstiggel (1997) (décodage), Galisson (1995) (défigement), Heinz (1997) (à-peu-près), Lewin / Mochet / O’Neil (1995) (liage et figement), Sablayrolles (19967 (néologie).

2. La phraséologie phraséologique

8« L’ensemble des termes par lesquels nous appréhendons l’objet du débat trahit une situation pluraliste, assez confuse, qui interdit de parler de terminologie au singulier, mais plutôt de quasi- ou de pseudo-terminologies » écrit Alain Rey dans une partie de sa contribution qui examine les implications théoriques, assumées ou non par leurs utilisateurs, des choix terminologiques contemporains (voir aussi dans la contribution de Danielle Candel [1995] l’examen de la terminologie en français général et en français de spécialité).

9Au sens étendu du terme, le champ de la locution se stratifie en objets distincts, mais en nombre certainement moins grand que celui des termes que l’on peut relever pour les désigner, même si certains sont tombés depuis longtemps en désuétude (voir les rappels d’histoire de la terminologie dans Isabelle Leroy-Turcan [1997] et Grimaldi [1997], ainsi que dans Bárdosi [1990 b]).

10Voici une liste, nullement exhaustive, d’appellations diverses – nécessairement privées ici de définitions –, relevées dans les contributions du colloque, pointant, en italiques, parmi les auteurs qui les mentionnent, ceux qui les utilisent (voir les références dans la bibliographie) :

11à-peu-près (Heinz, Rastier), allusion (Rey), aphorisme (Mochet/Cintrat, Rey), circonlocution (Grimaldi), citation (Rey, Candel), cliché (Rey), collocation (Candel, Chanier / Fouqueré / Issac, Fónagy, Gentilhomme, Hausmann, Léon / Matière, Leroy-Turcan, Rey), combinaison idiomatique (Bennet), composé (Gross, Schön), construction (François / Grass, Hausmann, Rey), construction figée (Gross), dicton (Candel), énoncé lié (Fónagy, Martins-Baltar), expression (Grimaldi, Léon / Mazière, Rey), expression idiomatique (Candel), expression proverbiale (Mochet ! Cintrat), expression semi-figée (Chanier / Fouqueré / Issac), façon de parler (Grimaldi, Leroy-Turcan), fonction lexicale ([notion introduite par Mel’cuk, voir par ex. Mel’cuk et al., 1992, p. 127 ss. J Gentilhomme, Gross), forme de langage particulière (Grimaldi), formulation (Hausmann), formule (Léon / Mazière, Rey), fragment lié (Fónagy), gallicisme (Rastier), groupement discursif (Lewin / Mochet / O’Neil), idiome (Bennet, Léon / Mazière, Rey), idiotisme pragmatique (Burger, cit. par Gülich / Krafft), langue de bois (Branca-Rosoff, Fónagy), lexie complexe (Rey), locution (Grimaldi, Rey), locution nominale (Gross), locution plébée (Leroy-Turcan), locution terminologique (Candel, Rey), locution toute faite (Candel), manière de s’exprimer (Grimaldi), maxime (Rey), modèle locutionnel (Martin), mot (d’auteur) (Rey), mot composé (Corbin, Meunier-Crespo, Piguet), mot syntaxique (Corbin), palimpseste (Galisson), phrase faite (Grimaldi), phrase figée (Fotopoulou, Rey), phrase idiomatique (Kleiber, cit. par Martin), phrasème (Hausmann, Gréciano, Rey), phrasème de spécialité (Gréciano), phraséolexème (Gréciano), phraséologisme pragmatique (Burger et al., cit. par Gülich / Krafft), phraséoterme (Gréciano), phraséotextème (Gülich / Krafft), proverbe (Candel, Mochet / Cintrât, Rey), schéma (Grunig, cit. par Gülich / Krafft), séquence figée (Candel), séquence polylexicale (Gréciano), série phraséologique (Bally 1909, cit. par Gréciano), slogan (Rey), stéréotype (Mochet / Cintrat, Rey), structure préformée / préfabriquée (Gülich / Krafft), suite composée (Gross), syntagme figé (Corbin, Rey), syntagme idiomatique (Bennet, Corbin), syntagme terminologique (Candel, Rey), terme complexe (Candel, Rey), tour (Grimaldi, Léon / Mazière, Rey), tournure (Hausmann, Rey), unité phraséologique (Bally 1909, cit. par Gréciano), unité polylexématique (Corbin).

3. Théories du figement, figement des théories

12Dans son panorama historique, Bárdosi (1990b) montrait comment les locutions ne pouvaient qu’être reléguées par les tenants de la grammaire générale et les encyclopédistes épris d’universalisme, mais que cette exclusion n’était ni le fait des lexicographes (du Marsais, de Beauzée) – voir Isabelle Leroy-Turcan (1997) –, ni des écrivains (Voltaire, Rousseau, Marivaux, Diderot) : c’est bien à un certain type de théorie que les locutions posent problème, plus qu’aux lexicographes, qui les décrivent, et cela très tôt (formulaires de l’Antiquité babylonienne ou Formulae Marculfi de l’époque carolingienne signalés par Fónagy), à proportion qu’ils prennent conscience de ces figements ; les locutions prolifèrent chez les locuteurs, et sont appelées, comme le pressent Blanche-Noëlle Grunig, à se multiplier dans les sociétés avancées.

13David Gaatone explique la « fascination » que les locutions exercent depuis une vingtaine d’années sur les grammairiens par leur « déviance » par rapport à la « systématicité à outrance » que le distributionalisme et le générativisme prétendent trouver dans la langue, et par la reconnaissance de leur importance quantitative : « Ce qui avait été longtemps considéré comme un phénomène marginal, comme une série d’exceptions, se révèle être en fait caractéristique des langues humaines naturelle. » Même idée chez Gaston Gross : il s’agit « d’une réalité de première importance et qui pourrait être une caractéristique des langues naturelles au même titre que la double articulation dont parlait Martinet ».

  • 4 Quelle grammaire, demande Rastier, distinguerait Bayard/Rocard monte au créneau ou Les femmes qui c (...)

14Blanche-Noëlle Grunig expose l’échec de théories linguistiques majeures et singulièrement de la grammaire générative, en analysant comment les locutions résistent aux opérations essentielles « pour lesquelles et par lesquelles la linguistique s’est faite » : non-substituabilité, non-permutabilité, double lecture, locutionnelle et non locutionnelle (cf. § 8, défigement), et pour tout dire non-prédictibilité, même s’il existe des schémas sémantico-structurels productifs de locutions. La solution consistant à intégrer les locutions dans un lexique les livrant « en kit » au moteur syntaxique ne serait pas satisfaisante, si l’on admet que la linguistique actuelle peut avoir d’autres ambitions que de proposer des grilles – plurielles – de construction de locutions, descriptives mais nullement prédictives4.

15Gaston Gross montre comment la notion traditionnelle de locution, qui oppose sans nuance ce qui est libre et ce qui est figé « a l’inconvénient d’appauvrir les descriptions, en regroupant des éléments qui ont des degrés de figement très divers » et peut, à l’école, « être dangereuse dans la mesure où elle perpétue une analyse erronée ». La seule dénomination de « noms composés »« présente du terrain une vue trop compacte et ne rend pas compte de l’extrême diversité du paysage », – Gross cite le chiffre de 700 « types différents de groupes nominaux plus ou moins figés ». Les locutions adjectivales ne sont l’objet, dans la grammaire, que d’un traitement « anecdotique ». De plus, l’attribution d’une catégorie grammaticale à une locution ne peut se satisfaire du simple critère morphologique, mais doit être le résultat de l’analyse du comportement syntaxique. De même, la classe des « locutions verbales » regroupe-t-elle abusivement verbes figés et constructions à verbe support. L’analyse des « locutions conjonctives » comportant un substantif révèle une syntaxe spécifique de ce substantif qui ne permet pas de parler simplement de conjonctions composées.

16La question de la régularité / irrégularité du locutionnel se retrouve au niveau du lexique. En étudiant les unités polylexématiques du point de vue de leur lexicalisabilité, de leur lexicalisation et de leur mode de construction (morphologique ou syntaxique), Danielle Corbin combat, ici comme dans tous ses travaux, « l’antienne de la linguistique » selon laquelle le lexique serait « un lieu d’irrégularités où sont “emprisonnés” les “hors-la-loi” » : distinguer « ce qui relève des sens associés aux structures et ce qui relève de la façon dont ce sens est utilisé pour référer » lui permet de substituer à cette image négative du lexique celle d’un « réceptacle ouvert et accueillant des expressions linguistiques lexicalisables, quelle que soit leur origine, qui se lexicalisent parce qu’elles conviennent, à un moment donné et dans une culture donnée, à la dénomination de catégories référentielles ».

17On remarquera par ailleurs l’exercice de sémasiologie auquel se livrent Jean-Jacques Franckel / Denis Paillard / Evelyne Saunier (1997) sur les locutions comportant le verbe passer : contre l’idée reçue que dans les locutions le verbe, au motif que son « vrai » sens ne s’y retrouverait pas, est vidé de son sémantisme, les auteurs cherchent une caractérisation unitaire du verbe qui rende compte de la variété de ses emplois. Il ne s’agit rien moins que de « déconstruire la notion même de locutionnel en tant que s’opposant au non-locutionnel dans la description des valeurs d’un terme » et de montrer que « le locutionnel est indissociable du fonctionnement régulier ».

18Le figement comme processus n’est pas la conséquence de l’irrégularité des expressions concernées, il en est au contraire la cause. C’est ce que montre Danielle Corbin pour le lexique : les facteurs sociologiques, pragmatiques, cognitifs et linguistiques de la lexicalisation aboutissent à une spécialisation, une réduction sémantique du sens que la structure et son mode de construction lui confèrent en langue. Même conclusion chez Robert Martin analysant certaines restrictions transformationnelles, ou chez Blanche-Noëlle Grunig, qui affirme que les spécificités linguistiques des locutions sont « conséquences et indices de l’immobilisation en mémoire et non fondement de l’existence des locutions ». Pour Fonagy le liage situationnel est cause de figement de l’expression liée et de changements sémantiques et grammaticaux en diachronie.

19À un niveau plus radical, Danièle Dubois montre comment un certain cognitivisme conduit au figement des théories de psychologie cognitive et de psycholinguistique. Cette contribution éclaire la problématique du figement des unités linguistiques par une analyse, en amont, des processus de figement cognitif (individuels et collectifs) affectant les représentations sémantiques : discrétisation des matérialités physiques (notamment linguistiques), figement de la variabilité des occurrences en catégories, figement de la catégorie dans le prototype individuel, figement des catégories et des prototypes par l’existence d’un lexique qui s’y ajuste et, symétriquement, figement des structures cognitives par les formes lexicales, figement des prototypes individuels en stéréotypes sociaux normés, figement des structures mémorielles dans la matérialisation des formes symboliques. Les théories de psychologie cognitive et de psycholinguistique appelées à rendre compte de ces processus de figement les « figent » elles-mêmes en ce qu’elles ignorent la dimension de temporalité inhérente à ces processus et en faisant des prototypes les reflets des structures a priori du monde : elles versent ainsi dans la double illusion de l’évidence ontologique et de la transparence référentielle que l’on retrouve dans les sémantiques référentielles et véri-conditionnelles, inaptes à rendre compte des expressions figées. Au-delà d’une critique méthodologique de la recherche cognitive, l’alternative proposée est celle d’une sémantique « davantage fondée sur les activités d’interprétation et de constructions individuelles et sociale de la signification que sur une ontologie ».

4. Usages et mémoire

20Pour Alain Rey, la pragmatique (au sens de Morris 1946) « intervient obligatoirement dès qu’on évoque la genèse et l’énonciation des locutions ». Pour Fónagy, c’est de la récurrence de certaines situations de la vie quotidienne que découle celle des énoncés qui sont régulièrement produits dans ces situations. Plus généralement, chaque pratique est susceptible de produire ses structures préformées spécifiques (Gréciano, Gülich / Krafft). Achard / Fiala (1997) étudient « les contraintes d’ordre sémantico-pragmatique liées aux actes particuliers d’un domaine discursif [le domaine politique] ».

21Pour les locuteurs natifs – et a fortiori pour les apprenants de langue étrangère – « cet aspect entièrement pragmatique de la phraséologie suppose, écrit Alain Rey, un apprentissage culturel très au-delà des connaissances linguistiques phonologie, syntaxe et lexique ».

  • 5 Fónagy (1982 : 108) notait que les énoncés liés, les lieux communs deviennent plus fréquents dans l (...)

22Si les locutions ne se laissent pas prédire par un modèle génératif, l’alternative est de leur reconnaître, c’est la thèse développée par Blanche-Noëlle Grunig, un statut mémoriel. B.-N. Grunig relève diverses propriétés communes à tous les figements, qui les qualifient de traces mémorielles, et propose des hypothèses sur les modes ou lois d’engrangement. Au niveau de la production, les figements « rôdent » et tentent de s’imposer : ils constituent un stock de « prêt-à-parler » immédiatement disponible5 ; ils subissent une accélération du débit à la production (voir les études expérimentales menées par Elisabeth Gülich / U. Krafft tant sur des locuteurs natifs que sur des apprenants de langue étrangère), ce qui, à terme, peut les déformer ; ils acceptent des productions inachevées, suspendues ; leur production, donc leur mémorisation, peut n’être qu’approximative – de même leur sens – (voir aussi Michaela Heinz [1997] sur les à-peu-près involontaires) ; ils ressortissent à une source locutoire dont on peut se démarquer (Jacqueline Authier-Revuz [1995] sur les méta-énonciations concernant les figements) ; ils se prêtent à des détournements ludiques (voir § 8 défigement). Au niveau de la réception, leur décodage est terminé dès avant la fin de la réception (Denhière / Verstiggel [1997] sur le mode de réception des expressions idiomatiques, § 6) ; ils donnent lieu à des jeux de reconnaissance ; la reconnaissance des défigements in absentia du palimpseste (Galisson 1995), de l’à-peu-près (Heinz 1997) témoignent, de manière encore plus nette que pour les défigements en contexte (Rastier), d’une activation mémorielle de la séquence figée. La réception se fait sur le mode de la re-connaissance : Elisabeth Gülich / U. Krafft : « On reconnaît la structure [préformée] simplement parce qu’on la connaît, parce que la structure fait partie d’un code auquel on a accès » [...] « la structure peut en outre offrir des déviances par rapport à d’autres structures ; on remarquera alors ses particularités ».

23C’est d’un tout autre lieu – celui de la psychanalyse – que Jackie Schön (1997) établit un parallèle entre les processus de figement dans les composés et le travail du rêve, donnant en quelque sorte à la notion de figement une assise dans la topique freudienne : comme dans l’interprétation des rêves, il s’agit d’établir des relations implicites entre des éléments, ici entre les composants du composé – pour Danielle Corbin, l’interprétation d’un mot composé est contenue par un cadre cognitif et pragmatique. On peut en effet retrouver dans les composés les phénomènes de condensation, déplacement et figuration caractéristiques du rêve. Le contenu latent, régressif, de ces figements n’est évidemment pas à rechercher dans la langue, mais dans la dimension lacanienne de « lalangue » (cf. Milner 1978), vis-à-vis de laquelle la langue, quant à elle, exerce une censure nécessaire.

5. Critères de locutionalité, degrés de figement

24La question des critères de locutionalité se pose de manière différente pour le niveau du figement (des unités entre elles sur la chaîne) et pour le niveau du liage (des expressions par rapport à leurs conditions d’énonciation).

25Les critères qui définissent de manière prototypique le figement sont structurels (Grunig : non-substituabilité, non-permutativité ; Rastier : pas d’intercalation) et sémantiques (possibilité d’une double lecture – figée, non figée, non-compositionnalité du sens ; Rastier : absence d’autonomie contextuelle des composants). Au niveau sémantique, Robert Martin ajoute celui de la valeur intensionnelle (vs. référentielle) des parties de la locution (« on évoque le taureau [et ses cornes], mais sans qu’il y ait aucun taureau »). Dans le cas particulier des locutions mathématiques, Gentilhomme (1995) note les locutions que concurrence un symbole mathématique déterminé.

26L’ensemble des locutions présente différents degrés de figement. Mieux, « la graduation est présentée comme la propriété du système phraséologique même » (Gertrud Gréciano). Cela s’explique, pour Martin, par le fait que les critères de figement sont chacun susceptibles de degrés, se combinent, et sont en fait les facteurs mêmes du figement lexical, ce qui permet une gamme infinie de possibles.

27Le degré le plus faible est celui de la collocation, qui « respecte la compositionalité du sens en contraignant la liberté de cooccurrence » (Jacqueline Léon / Francine Mazière 1997).

28Au niveau morpho-syntaxique, outre les contributions de Gaston Gross présentant une critique détaillée de la notion de locution dans la grammaire traditionnelle, et de Danielle Corbin sur les modes de construction des unités polylexématiques, on renvoie aux textes de :

  • Achard / Fiala (1997) sur la « locutionalité à géométrie variable », distinguant « ce qui tient à la dimension linguistique (la locutionalité) et ce qui tient à l’usage discursif »,
  • de Bennett (1997) sur les rapports entre degrés de figement syntaxique et degrés de compositionalité (français et anglais),
  • de Durin (1997) – qui entend « figement » au sens de « formatage des énoncés du point de vue le plus général » – sur la typologie ontogénétique de la syntaxe de la phrase simple, sur les types d’intonèmes, les types sémantiques d’énoncés liés, les modalités de phonation, et leurs possibilités de combinaison,
  • d’Aggeliki Fotopoulou (1997), sur les contraintes concernant l’ordre des mots dans les phrases figées du grec moderne (VSO / SVO),
  • de Lafon / Lefèvre (1997), sur les schémas ’N + ADJ’ et ’N de N’ productifs de locutions (analyse automatique, voir § 6.6),
  • d’Isabelle Simatos (1997), sur les critères de figement et de typologie des locutions verbales (statut conceptuel du verbe, argumentalité du GN).

29Le problème de la non-compositionalité du sens n’est pas spécifique des locutions : on le trouve également dans les métaphores spontanées (Grunig). Historiquement, le rappelle Robert Martin, la non-compositionalité n’existe pas, les locutions ne peuvent être opaques qu’en synchronie (tirer le diable par la queue). Le rapport sens analytique / sens synthétique d’une locution n’est pas arbitraire et c’est ce qui permet de parler de compositionalité partielle plutôt que de non-compositionalité du sens (Gertrud Gréciano, Danielle Corbin). Gaatone distingue, au niveau sémantique, locutions transparentes (compositionnelles) – à vrai dire, et locutions opaques. Parmi ces dernières, les unes ont un homonyme non figé – table ronde, les autres, non – à bout portant. Du point de vue structurel, trois degrés de soudure entre mots graphiques et lexies se rencontrent : s’en moquer (3/2), s’en aller (3/1), s’enfuir (2/1).

30La question est posée du rapport entre le sens non compositionnel et le sens compositionnel d’une locution. Achard / Fiala (1997) parlent d’un « effet locutionnel » résultant de « la tension (“miroitement” au sens de Gadet, Léon, Pêcheux, 1984) entre les effets de sens des deux analyses [synthétique et analytique] ». Jacqueline Authier-Revuz (1995) étudie les commentaires méta-énonciatifs spontanés des locuteurs sur le double sens des locutions qu’ils emploient.

31L’analyse en discours peut amener à tempérer l’idée, élaborée en langue, du degré de figement d’une locution. Dans leur emploi discursif effectif, « les phrasèmes, écrit Gertrud Gréciano, frappent par leur aptitude à la variabilité, qui, selon nous, est prévisible, prédictible et régulière ». Pour Elisabeth Gülich / U. Krafft, l’écriture des locutions « favorise les approches normatives et cache l’aspect variationnel des locutions qui apparaît dès qu’on analyse des corpus ».

32La situation est différente pour le liage (Fónagy), qui ne signifie a priori que la récurrence de l’expression dans des conditions d’énonciation données, plus ou moins précises selon les cas – ce qui permettrait peut-être de parler de « degrés de liage ». Mais le liage d’un énoncé peut être cause de son figement (C’est toi qui le dis, rétif à la dislocation, à l’intercalation ; Martins-Baltar [1995] traite d’un ensemble d’énoncés liés présentant des « figures de phrase » en lesquelles ils se figent) et d’un changement de signification lexicale (C’est génial). Des particularités phonétiques, morphologiques, syntaxiques, propres au figement, deviennent indices du liage. Comme les locutions, les expressions liées peuvent faire l’objet de commentaires méta-énonciatifs et de « déliages » ; elles posent également des problèmes de traduction. L’existence d’homonymies entre énoncé libre et énoncé lié (Où tu vas ?) peut être mise en rapport avec celle de syntagmes qui ne sont locutionnels que dans un domaine particulier, par exemple trou noir (Achard / Fiala 1997) ou changent de sens d’un domaine de spécialité à l’autre (Candel 1995).

33On souligne que Sonia Branca-Rosoff (1997) pose, d’une part, le problème de la limite entre mot ou phrase et locution, au vu de l’étroite spécialisation pragmatique de certaines formes régulières, et, d’autre part, celui de l’« effet de locution » qui peut être induit par certaines séquences non figées sur des récepteurs qui sont dans une position d’extériorité par rapport au discours tenu.

6. Locutions et discours

34Les communications principalement axées sur les études en langue (Bennett 1997, Corbin, Durin 1997, Fotopoulou 1997, Franckel / Paillard / Saunier 1997, Gaatone, Gross, Grunig, Martin, Schön 1997, Simatos 1997) travaillent la notion même de figement ou se consacrent à l’analyse de telle(s) locutions(s) particulière(s).

35Les études portant sur le rapport entre locutions et discours peuvent quant à elles se répartir en première analyse par type de discours analysé :

  • Discours ordinaire : Authier-Revuz 1995 (méta-énonciations spontanées sur les locutions), Fónagy (liage), Gülich / Krafft (rédactions conversationnelles), Lewin / Mochet / O’Neil 1995 (entretien non directif), Martins-Baltar 1995 (oral familier), Mochet / Cintrat 1995 (entretien non directif), Rastier (divers).
  • Faire-part : Gülich / Krafft.
  • Discours des médias : Cortès 1997 (Le Monde), Galisson (défigements, voir § 8), Sablayrolles 1996 (locutions néologiques dans la presse).
  • Discours littéraire : Cortès 1997 (citations), Gréciano, Morinet 1995.
  • Discours politique (pour simplifier) : Achard / Fiala 1997, Branca-Rosoff 1997, Piguet 1997.
  • Discours de spécialité : Candel 1995 (sciences dures), Chanier / Fouqueré / Issac 1997 (thèmes de l’embauche et de la tromperie), Forner 1995, Gentilhomme 1995 (mathématiques), Gréciano (médecine), Gülich / Krafft (résumés d’articles scientifiques), Loffler-Laurian 1995 (revue La Recherche), Meunier-Crespo 1997 (espagnol des affaires et du commerce).

36Les types de rapports étudiés entre locutions et discours sont principalement : les spécificités locutionnaires d’un corpus, la construction locutionnaire du discours, le mode de production et de réception des locutions.

6.1. Étude des spécificités locutionnaires d’un corpus

37Gertrud Gréciano soutient qu’il y a « réciprocité entre le type de discours et les types de phrasèmes utilisés ». Les contributions seront classées ici selon qu’elles s’intéressent davantage aux figements, aux liages, aux phraséotextèmes.

- Figements

38Danielle Candel (1995) recherche, en vue de l’élaboration du Dictionnaire de français scientifique et technique de l’INaLF, les préférences structurelles et sémantiques des locutions dans les sciences dures, ainsi que les différences, en termes de fréquence, avec le français général. Forner (1995) examine certaines expressions locutionnaires de la causalité caractéristique d’un « style scientifique ».

  • 6 Conférence non publiée.

39Gentilhomme (1995) problématise l’application de la classification des phrasèmes proposée par Mel’čuk6 à la variété des locutions mathématiques (surtout noms composés).

40Dans la langue juridique, François / Grass (1997) étudient les constructions à verbe support (français / allemand), examinent les critères de délimitation avec les constructions voisines, et comparent les structures dans les deux langues.

41Colette Cortès (1997) différencie les emplois juridiques et non juridiques de la locution prendre une décision avec ceux de décider dans Le Monde et les citations littéraires du Robert.

42Mariette Meunier-Crespo (1997) étudie la « microsyntaxe » de la composition nominale dans l’espagnol des affaires et du commerce, travaillé par les métaphores guerrières et médicales.

- Liage

43Gertrud Gréciano étudie la locutionalité du discours médical et ses enjeux par rapport à son objectif d’action.

44Sonia Branca-Rosoff (1997) s’interroge sur les limites entre unités libres, régulières, et unités figées dans un emploi particulier.

45Anne-Marie Loffler-Laurian (1995) relève dans la revue La Recherche, sous l’appellation de « locutionalité scientifique », des « usages répandus, coutumiers, socialisés » qui construisent une image valorisante de l’activité scientifique elle-même.

46La dimension du liage est affichée dans les contributions de Thérèse Lewin / Marie-Anne Mochet / Charmian O’Neil (1995) et de Marie-Anne Mochet / Iva Cintrat (1995), portant sur un corpus clos d’entretiens non directifs.

- Phraséotextèmes

47Elisabeth Gülich / U. Krafft analysent les « modèles de textes » (incluant « souvent des répertoires d’expressions à utiliser de manière préférentielle ») plus ou moins contraignants, et que les textes effectifs respectent de plus ou moins près. Certains sont répertoriés comme tels, d’autres non. Il peut exister différentes variantes d’un modèle, comme pour les résumés d’articles scientifiques ; d’une culture à l’autre, des textes ayant la même fonction peuvent avoir une organisation différente (faire-part de naissance et de décès français et allemands). Gertrud Gréciano relève les phraséotextèmes des textes didactiques médicaux.

6.2. Étude de la formation d’une locution

48Marie-France Piguet (1997) analyse l’histoire du syntagme lutte de(s) classes et montre dans quelles conditions il va se figer dans son sens marxiste. On peut également poser ici le cas des différents modes de construction des « locutions néologiques » étudiés par Jean-François Sablayrolles (1997) : « Assemblage comportant un mot néologique », « nouvel assemblage de mots non néologiques », « assemblage obtenu par détournement d’une lexie non simple déjà existante » (voir § 8, défigements).

6.3. Construction locutionnaire du discours (phraséogenèse)

49Cette dimension est l’objet essentiel des contributions de Gertrud Gréciano et d’Elisabeth Gülich / U. Krafft. Pour Gertrud Gréciano, « le phrasème est un élément constitutif du discours [et] le discours un révélateur du pouvoir phraséologique ». Dans les textes, les phrasèmes démotivés, par exemple, forment des « réseaux de concept clés, de protoconcepts fournissant la grille thématique du discours » – comme en témoignent de nombreuses études littéraires, ce qui, incidemment, fait ressortir l’insuffisance du développement de l’approche notionnelle dans la phraséographie. Gertrud Gréciano note également le « rôle joué par le phrasème dans la constitution de la pensée scientifique. Analogique et métaphorique, il domine dans le raisonnement verbal des éthologues, historiens et politiques ».

50L’objectif d’Elisabeth Gülich / U. Krafft est de « relier deux domaines de recherche différents, celui de la phraséologie et celui des recherches sur la production de discours, qu’on a jusqu’à présent peu mis en rapport ». La notion de « structure préformée » reçoit ici son extension maximale : « Utiliser des structures préformées est un procédé de production discursive. Les locutions [lexies complexes] sont une classe – parmi d’autres – de structures préformées. » Toutefois, bien que nombre de figements soient durablement stabilisés en langue, l’aire de validité d’une structure préformée et sa durée de vie sont des variables à prendre en compte (Gülich / Krafft, Gentilhomme 1995).

51L’article de Marie-Anne Mochet / Iva Cintrat (1995) analyse les proverbes, aphorismes et stéréotypes présents dans un corpus d’entretiens non directifs comme des éléments de construction d’un discours ayant pour tâche de « réaliser dans l’urgence la performance demandée, et [d’]établir avec l’enquêteur une relation rassurante ».

6.4. Production

52De la genèse du discours on est conduit à étudier son oralisation, le processus de production discursive lui-même (Elisabeth Gülich / U. Krafft). On observe une accélération du débit lorsque le locuteur utilise des structures préformées (aspect mémoriel) ce qui peut être cause de transformation des formes à long terme. Le théâtre, par ailleurs, fait apparaître une contextualisation réciproque des phrasèmes figurés et des gestes (Gréciano).

6.5. Réception, auto-réception

53Comment les locutions sont-elles identifiées et comprises ? Pour Denhière / Verstiggel (1997), il paraît nécessaire de construire un modèle complexe traitant différemment les locutions selon leur niveau de prédictibilité, de littéralité et de compositionalité : sens littéral et sens idiomatique sont traités en parallèle. La compréhension des locutions les plus prédictibles se fait dès avant la fin de leur réception (symétriquement à l’accélération de la production).

54Sonia Branca-Rosoff (1997) étudie les jugements sur la locutionalité d’un discours (identification et évaluation) obtenus en réponse à des questions et dégage la notion d’« effet locutionnel » induit par la position d’extériorité des juges.

55Autre aspect de la réception, l’étude du discours méta-énonciatif qui met en cause l’auto-réception de son discours par le locuteur : Jacqueline Authier-Revuz (1995) examine les différentes attitudes du locuteur par rapport au double sens des locutions qu’il utilise et les formulations – généralement elles-mêmes locutionnelles – qui explicitent ces attitudes, pour montrer qu’une théorie négligeant le sens compositionnel ne rend pas compte de la pratique effective du discours. Cette dimension méta-énonciative est également présente dans les contributions de Fonagy, Lewin / Mochet / O’Neil (1995), Martins-Baltar (1995), et dans les « rédactions conversationnelles » en commun (Elisabeth Gülich / U. Krafft) où la dimension du préfabriqué, à ses différents niveaux, se trouve naturellement thématisée.

6.6. L’outil informatique

56L’outil informatique est utilisé à des fins heuristiques par Jacqueline Léon / Francine Mazière (1997) pour la modélisation des articles de dictionnaires et par Isabelle Leroy-Turcan (1997) pour constituer une base de données des locutions dans le Dictionnaire étymologique de Ménage (§ 9), ainsi que par François / Grass (1997) (base de données en lexicographie bilingue français / allemand de la langue juridique). Cet outil est présent à l’horizon du travail dictionnairique « manuel » de Danielle Candel (1995) pour l’exploration des textes de spécialité.

57Lafon / Lefèvre (1997) considèrent l’incidence sur les statistiques textuelles de la prise en compte des locutions et posent le problème du repérage de ces locutions : dictionnaire pré-établi, examen des séquences répétées, complétés par la projection de schémas morpho-syntaxiques aptes à saisir les locutions en formation.

58Chanier / Fouqueré / Issac (1997) ont recours à l’informatique pour modéliser, dans l’acquisition des expressions lexicales en langue seconde, tant le contenu à enseigner, ici les collocations et les « expressions semi-figées » à signification référentielle portant sur les thèmes de l’embauche et de la tromperie, que les comportements d’apprentissage des étudiants, à des fins d’explication, de conseil et de contrôle de l’acquisition.

59On ne rappellera pas ici le rôle fondamental joué par l’informatique dans la description aussi détaillée et complète que nécessaire pour le traitement automatique de ce qui, dans les langues, n’est pas compositionnel (G. Gross).

7. Fonctions de la locutionalité

60Pour Elisabeth Gülich / U. Krafft, les structures préformées sont « des solutions élaborées dans et par un groupe social pour résoudre des tâches communicatives récurrentes. [...] Analyser les structures préformées en tant que solutions préférentielles à des problèmes récurrents demande avant tout de reconstruire ces problèmes. Si l’on tentait une telle reconstruction pour les locutions [...] on aboutirait peut-être à une nouvelle typologie des locutions ».

61La reproduction des structures préformées, et à l’inverse leur défigement, peuvent s’analyser comme des attitudes sociales (Rastier). Le respect des structures préformées marque l’appartenance à un groupe d’extension plus ou moins grande. Pour Fonagy les clichés sont « des “lieux communs” dans le sens littéral du terme : des lieux de rencontre pour des personnes appartenant à des milieux différents, mais parlant la même langue » (Marie-Anne Mochet / Iva Cintrat [1995] le montrent dans la stéréotypie du discours en situation d’entretien), alors que « les clichés spécifiques d’un milieu ou d’un groupe professionnel manifestent et renforcent l’appartenance à un groupe restreint » (voir l’analyse d’Elisabeth Gülich / U. Krafft sur l’utilisation de la locution proustienne faire catleya). Ces clichés spécifiques peuvent ouvrir des portes : Anne-Marie Loffler-Laurian (1995) estime que « les passe-partout de l’écriture [scientifique, en l’occurrence] sont peut-être l’un des sésames de la publication ».

62Les structures préformées sont utilisables à des fins pédagogiques : le cas est frappant dans les textes didactiques du domaine médical (Gréciano).

63Le locutionnel a des fonctions plus psychologiques en ce qu’il offre un stock de prêt-à-parler. Ainsi les énoncés liés permettent-ils aux locuteurs « de donner des réponses acceptables, conformes à l’attente de l’interlocuteur, même en l’absence d’expériences réelles (vécues) » (Fónagy). Anne-Marie Loffler-Laurian (1995) voit, entre autres fonctions de la locutionalité scientifique, une fonction de sécurisation face à ce que certains discours peuvent apporter d’inquiétant par la nouveauté qu’ils introduisent dans les questions fondamentales que se pose l’humanité.

64Dans une perspective psychanalytique, Jacqueline Authier-Revuz (1995) indique comment la double entente d’une locution peut permettre à la fois de penser ne pas dire et de dire – inconsciemment – l’un des deux sens.

8. Pratiques des défigements

65Alain Rey : « La notion intéressante, et par laquelle celle de “figement” est apparue, c’est le “défigement” » : « le défigement suppose des modifications dans un arrangement stable supposé connu, mais non pas dans l’effet global – sémantique et pragmatique – de l’unité phraséologique considérée ». Les contributions couvrent les deux modes de défigement – qu’ils soient issus d’un « figement » entre unités syntagmatiques, ou d’un « liage » : par la présence d’un interprétant contextuel ou situationnel, et in absentia, par activation mémorielle de l’unité figée.

8.1. Défigement par contexte / situation

66Rastier propose un traitement unifié de phénomènes qui « traditionnellement relèvent de la lexicologie, de la syntaxe et de la pragmatique » en distinguant les moyens du défigement et les parcours interprétatifs. On notera que le défigement n’implique pas toujours un figement préalable, puisque même des lexies simples y sont exposées (§ 8.4). « Les défigements témoignent de l’incidence du contexte sur la lexie, et plus généralement du global sur le local. » Les mécanismes impliquent des modifications syntagmatiques de la lexie, la réinterprétation induite par le contexte par « présomption d’isotopie ». Les « interprétants explicites » incluent les commentaires métalinguistiques (méta-énonciatifs) étudiés par Jacqueline Authier-Revuz (1995) (§ 6.5) ; les interprétants implicites font appel à des « connaissances d’univers » ; les interprétants situationnels ne sont pas donnés mais sont eux-mêmes construits par l’interprète en fonction du texte ; le défigement s’évalue aussi par rapport aux attentes, qui sont « liées aux objectifs de la pratique en cours, et parfois aux désirs de l’interprète ». Rastier esquisse « quelques recommandations déontologiques » concernant l’interprétation d’une séquence comme produit d’un défigement, où les parcours interprétatifs de la sémantique sont validés dans le cadre d’une herméneutique philologique critique. La pratique du défigement est un exercice de la liberté (la langue contre la norme, pourrait-on dire) : « Le figement est endoxal, et le défigement, paradoxal. »

67Dans une perspective proche de la sémantique illustrée par Rastier dans l’analyse des défigements, Christiane Morinet (1995), à partir de la problématique de la métaphore, pose en termes d’interaction la question du rapport entre les unités lexicales et le discours qui les accueille, pour conclure que l’activité référentielle n’est pas simplement lexicale mais discursive, le contexte induisant des effets de rétroaction et de superposition.

8.2. Défigement in absentia

68Une séquence apparaît comme la copie déformée d’une autre séquence inscrite en mémoire, « lexicalisée ». Galisson (1995) parle ici de « palimpsestes verbaux » issus d’une « délexicalisation » dont il détaille les différents modes (phoniques et syntaxiques), en inventoriant parallèlement les différents types de contenus culturels mobilisés par les séquences originales. Un corpus médiatique écrit, constitué de titres, de slogans publicitaires, etc., permet de dessiner des tendances statistiques. Le phénomène du palimpseste est, dans la pratique de Galisson, une des voies d’accès à la didactique des cultures en langue étrangère : on y trouve de la culture savante aussi bien que de la culture ordinaire et, en particulier, des « formules d’usage courant » du niveau de la lexie complexe ou de la phrase figées. La didactique des langues s’enrichit ainsi d’une « carte des savoirs culturels nécessaires pour repérer et décoder les palimpsestes ».

69Le palimpseste est l’un des trois types de « locutions néologiques » relevées par Sablayrolles (1997) dans la presse (§ 6.2).

8.3. Refigement

70Michaela Heinz (1997) étudie également les défigements sur le mode phonique d’une expression figée ou liée, les à-peu-près, produits par étymologie populaire, plaisanterie ou jeu de mots, et s’intéresse particulièrement à ceux qui se sont figés, pour en proposer un traitement lexicographique.

8.4. Défigement sans figement préalable

71La lexie simple polysyllabique (dans les langues où cela existe), monomorphématique de préférence, serait en quelque sorte l’idéal du figement. Rastier cite des cas de défigement d’une lexie simple en ses morphèmes (manslaughter est-il un mot antiféministe ?), ou en d’autres mots (Yougoslamort) : « La différence entre lexies simples et complexes n’a rien de fondamentale. » On pourrait également invoquer les anagrammes, palindromes, rébus, charades ou certaines étymologies populaires. Plus largement qu’un jeu de la langue avec la norme, le défigement implique ici un jeu « poétique » de la langue avec elle-même.

8.5. Le défigement dans l’interlocution

72On trouvera dans l’étude de Sablayrolles (1997) des précisions sur les catégories d’émetteurs par rapport aux types de locutions néologiques – ce seraient des intellectuels professionnels de la langue, hors journaux féminins et familiaux, sur les circonstances d’énonciation, sur les interprétations construites, et sur les fonctions attribuées à ces créations.

9. Lexicographie

73Les contributions s’organisent ici entre méta-lexicographie, historique et contemporaine, et en projets et propositions.

9.1. Méta-lexicographie

– Française historique

74Élisabeth Grimaldi (1997) montre comment Bescherelle s’efforce de rendre compte de la pertinence du sens de base de prendre (avec la main) dans le plus grand nombre possible d’emplois attestés de ce verbe, pour ne considérer comme « figés » que les emplois où ce sens de base n’est plus décelable. (Comparer avec l’approche de Franckel / Paillard / Saunier [1997] des locutions verbales avec passer, § 3 supra.)

75L’étude d’Isabelle Leroy-Turcan (1997) sur le traitement des différents types de locutions présentes dans les publications de Ménage montre qu’en l’absence de théorisation, une cohérence se dégage de la typographie et de la ponctuation.

– Française historique et contemporaine

76Jacqueline Léon / Francine Mazière (1997) critiquent l’usage de la collocation dans les dictionnaires, où elle semble être « une forme d’écriture économique pour le lexicographe, [...] source de confusions interprétatives en ce qui concerne les domaines d’usages sociaux, [qui] n’éclaire pas la question des unités autonomes d’une langue », et proposent des critères pour distinguer collocations, locutions, exemples, renvois.

– Française et bilingue contemporaine

77Franz Josef Hausmann formule une critique cinglante de l’état actuel de la phraséographie, dont la carence est d’autant plus patente pour le locuteur étranger. Les dictionnaires non spécialisés privilégient le mot : les locutions, lorsqu’elles sont présentes, y sont mal traitées, telles les collocations qui, sémasiologie oblige, ne donnent pas les collocatifs à l’article de la base, là où on serait justement amené à les chercher.

78Même constat de carence chez Gaatone qui note que le comportement idiosyncrasique de chaque locution n’est pas décrit, ou, plus localement, chez Michaela Heinz (1997) sur les à-peu-près figés (« l’anarchie règne dans les dictionnaires ») ; les locutions ne sont a fortiori pas mieux loties dans la lexicographie bilingue (Blanco / Moreno [1997] à propos de la lemmatisation, de l’agencement et de la catégorisation des lexies complexes dans la lexicographie bilingue français / espagnol : « Les lexies complexes sont traitées comme des unités de 2e classe »). Dans un corpus d’entretiens, Thérèse Lewin / Marie-Anne Mochet / Charmian O’Neil (1995) relèvent de nombreux « groupements discursifs » oraux usuels, absents des dictionnaires courants, mais néanmoins utiles aux apprenants. Même constat encore chez Elisabeth Gülich / U. Krafft : les corpus « abondent en formes [de locutions] non répertoriées », sans compter qu’il y a des « expressions toutes faites qui ne sont pas des expressions idiomatiques au sens étroit du terme et qui dans la communication quotidienne jouent un rôle plus important que celles-ci ». Il n’existe pas encore de dictionnaire d’énoncés liés (Fónagy).

79La situation n’est guère meilleure dans les dictionnaires de spécialité dans lesquels, note Danielle Candel (1995), les locutions, lorsqu’elles sont présentes, sont insuffisamment traitées pour être accessibles au non-spécialiste. Gertrud Gréciano remarque que « des lexèmes empruntés à la langue commune sont candidats au figement et deviennent formatifs productifs des phrasèmes médicaux, sans pour autant figurer dans les dictionnaires spécialisés ».

9.2. Projets et propositions

80Ces constats de carence appellent à un renouveau lexicographique alimenté par les avancées théoriques : « L’objectif pratique essentiel d’un débat sur les locutions, écrit Gaatone, me paraît être la confection de dictionnaires, seuls lieux naturels de renseignements sur ce problème. » Outre la nécessité de répertorier les locutions absentes, les dictionnaires sémasiologiques devraient fournir une meilleure description de chaque locution : « Le comportement idiosyncrasique de chaque locution doit donc être consigné systématiquement dans le lexique. [...] C’est là une lacune qui demande à être comblée d’urgence » (Gaatone).

81Le manque de dictionnaires onomasiologiques suffisamment précis se fait également sentir. Ils permettraient notamment de regrouper par sèmes abstraits les phrasèmes démotivés et constitueraient une aide à la rédaction (Gréciano). L’entrée onomasiologique sera indispensable pour un dictionnaire d’énoncés liés (Fónagy) puisque le « lien » ne concerne pas au premier chef les unités entre elles mais les expressions d’une part et des contenus de situation, d’actes de langage, ou thématiques, d’autre part.

82Des projets ou idées de projets lexicographiques sont présentés :

  • Hausmann conçoit l’élaboration du « dictionnaire spécialisé des collocations dont nous avons besoin » en « redistribuant dans les articles bases la totalité des collocations que les dictionnaires français, TLF et Grand Robert en tête, listent déjà dans leurs articles-collocatifs7 »,
  • Danielle Candel (1995) pour un Dictionnaire [sémasiologique] de français scientifique et technique présentant des locutions en entrée, et dans leurs contextes (notions spécialisées et notions générales de la langue scientifique),
  • Lewin / Mochet / O’Neil (1995) pour un inventaire sémasiologique contextuel de « groupements discursifs » spécifiques de l’oral, à l’usage des apprenants de niveau avancé,
  • Fonagy pour un dictionnaire onomasiologique d’énoncés liés, dont la réalisation est « probablement impossible mais indispensable »,
  • Martins-Baltar (1995) pour un dictionnaire à entrées multiples des « énoncés de motif usuels »,
  • Heinz (1996) pour le traitement des à-peu-près.

83Terminons ce panorama, pour ne pas conclure – c’est la locution qui s’impose à cet endroit – en extrayant du présent recueil d’articles deux assertions qui situent l’importance des enjeux théoriques et pratiques du débat.

84Sur l’ampleur du domaine de la locution on retiendra que : « Les structures préformées semblent omniprésentes, et leur utilisation non pas l’exception, mais la règle », et sur l’utilisation des locutions : « La compétence phraséologique est un outil indispensable pour l’efficacité des discours à thème et d’action, qu’ils soient conversationnels, littéraires ou techniques » (Elisabeth Gülich / U. Krafft).

85Au niveau théorique, et sur la difficulté à saisir l’ensemble de la locutionalité dans une caractérisation homogène, on pourra partager avec Robert Martin l’idée que « les opérations linguistiques qui construisent [les catégories] floues, insaisissables, si ce n’est dans leur prototypie, à mesure que la linguistique progresse, se dégagent avec une relative clarté » et que « ces opérations ont tout l’air d’être des universaux du langage, sans doute les seuls universaux que l’on puisse jamais appréhender ».

Bibliographie

Références bibliographiques

ACHARD (P.), FIALA (P.), 1997, « La locutionalité à géométrie variable » in Fiala et al., La Locution : entre lexique syntaxe et pragmatique, Paris, Klincksieck, Collection Saint-Cloud.

AUTHIER-REVUZ (J.), 1995, « Méta-énonciation et (dé) figement », Cahiers du français contemporain 2, p. 17-40, Paris, Didier Érudition.

BALLY (Ch.), 1909, Traité de stylistique française, 2 vol., Paris, Klincksieck.

BÁRDOSI (V.), 1990a, « Guide bibliographique de la phraséologie française avec index thématique, 1900-1990 », Linguisticae Investigationes XIV-2, p. 349-402.
 – 1990b, « Contribution à l’histoire de la phraséologie française des origines jusqu’à Michel Bréal », Studia lexicographica neolatina II, Szeged, Hongrie, p. 61-132.

BENNETT (P.), 1997, « Compositionalité et figement des locutions : étude comparative du français et de l’anglais » in Fiala et al., La Locution : entre lexique syntaxe et pragmatique, Paris, Klincksieck, Collection Saint-Cloud.

BLANCO (X.), MORENO (D.), 1997, « Lemmatisation, agencement et catégorisation des lexies complexes dans la lexicographie bilingue français-espagnol, espagnol-français » in Fiala et al., La Locution : entre lexique syntaxe et pragmatique, Paris, Klincksieck, Collection Saint-Cloud.

BOLINGER (D.), 1976, « Meaning and Memory », Forum Linguisticum 1, p. 1-14.

BRANCA-ROSOFF (S.), 1997, « Modèles de locutionarité et effets de figement dans le discours politique de l’An II » in Fiala et al., La Locution : entre lexique syntaxe et pragmatique, Paris, Klincksieck, Collection Saint-Cloud.

CANDEL (D.), 1995, « Locutions en langues de spécialité », Cahiers du français contemporain 2, p. 151-174, Paris, Didier Érudition.

CHANIER (T.), FOUQUERÉ (Ch.), ISS AC (F.), 1997, « Alexia : un environnement d’aide à l’apprentissage lexical du français langue seconde » in Fiala et al., La Locution : entre lexique syntaxe et pragmatique, Paris, Klincksieck, Collection Saint-Cloud.

CORBIN (D.), 1997, « Locutions, composés, unités polylexématiques : lexicalisation et mode de construction » in Martins-Baltar (M.) (textes réunis par), La Locution, entre langue et usages, Paris, ENS Éditions Fontenay/Saint-Cloud, Collection Signes, Diffusion Ophrys.

CORTÈS (C.), 1997, « Décider, prendre une décision : du verbe à la locution verbale » in Fiala et al., La Locution : entre lexique syntaxe et pragmatique, Paris, Klincksieck, Collection Saint-Cloud.

DENHIERE (G.), VERSTIGGEL (J.-C.), 1997, « Le traitement cognitif des expressions idiomatiques. Activités automatiques et délibérées » in Fiala et al., La Locution : entre lexique syntaxe et pragmatique, Paris, Klincksieck, Collection Saint-Cloud.

DISTÉFANO (G.), Mc GILLIVRAY (P.-G.), éds, 1984, La Locution, actes du Colloque international, université McGill, Montréal, octobre 1984, Ceres, Montréal.

DUBOIS (D.), 1997, « Catégories, prototypes et figements. Constructions d’invariants et systèmes symboliques » in Martins-Baltar (M.) (textes réunis par), La Locution, entre langue et usages, Paris, ENS Éditions Fontenay/Saint-Cloud, Collection Signes, Diffusion Ophrys.

DURIN (J.), 1997, « Intonation et figement » in Fiala et al., La Locution : entre lexique syntaxe et pragmatique, Paris, Klincksieck, Collection Saint-Cloud.

EVAER (M.) et SCHENK (A.) (eds), 1995, Idioms, Lawrence Erlbaum Ass.

FIALA (P.), LAFON (P.), PIGUET (M.-F.) (textes réunis par), 1997, La Locution, entre lexique, syntaxe et pragmatique, Paris, Klincksieck, Collection Saint-Cloud.

FÓNAGY (I.), 1982, Situation et signification. Amsterdam, Benjamins.
 – 1997, « Figement et changement sémantiques » in Martins-Baltar (M.) (textes réunis par), La Locution, entre langue et usages, Paris, ENS Éditions Fontenay/Saint-Cloud, Collection Signes, Diffusion Ophrys.

FORNER (W.), 1995, « La causalité corrélative en français de spécialité », Cahiers du français contemporain 2, p. 175-196, Paris, Didier Érudition.

FOTOPOULOU (A.), 1997, « Pour un traitement des formes verbales figées en grec moderne : à propos de l’ordre des mots dans les phrases figées à un complément libre » in Fiala et al., La Locution : entre lexique syntaxe et pragmatique, Paris, Klincksieck, Collection Saint-Cloud.

FRANCKEL (J.-L), PAILLARD (D.), SAUNIER (E.), 1997, « Modes de régulation de la variation sémantique d’une unité lexicale. Le cas du verbe passer » in Fiala et al., La Locution : entre lexique syntaxe et pragmatique, Paris, Klincksieck, Collection Saint-Cloud.

FRANÇOIS (J.), GRASS (T.), 1997, « Le traitement des constructions à verbe support en lexicographie juridique bilingue (allemand / français) » in Fiala et al., La Locution : entre lexique syntaxe et pragmatique, Paris, Klincksieck, Collection Saint-Cloud.

GAATONE (D.), 1997, « La locution : analyse interne et analyse globale » in Martins-Baltar (M.) (textes réunis par), La locution, entre langue et usages, Paris, ENS Éditions Fontenay/Saint-Cloud, Collection Signes, Diffusion Ophrys.

GADE, (F.), LÉON (J.), PÊCHEUX (M.), 1984, « Remarques sur la stabilité d’une construction linguistique : la complétive », Linx 10, p. 23-49.

GALISSON (R.), 1995, « Les palimpsestes verbaux : des révélateurs culturels remarquables mais peu remarqués », Cahiers du français contemporain 2, p. 41-64, Paris, Didier Érudition.

GENTILHOMME (Y.), 1995, « Contribution à une réflexion sur les locutions mathématiques », Cahiers du français contemporain 2, p. 197-242, Paris, Didier Érudition.

GRÉCIANO (G.) dir., 1989, Europhras 88, Phraséologie contrastive, actes du Colloque international, Klingenthal-Strasbourg, 12-16 mai 1988, Collection recherches germaniques n° 2, Strasbourg, université des Sciences humaines, Département d’études allemandes.
 – 1997, « La phraséogénèse du discours » in Martins-Baltar (M.) (textes réunis par), La Locution, entre langue et usages, Paris, ENS Éditions Fontenay/Saint-Cloud, Collection Signes, Diffusion Ophrys.

GRIMALDI (É.), 1997, « La locution catégorie lexicologique : un tournant au xixe siècle : le Dictionnaire national » in Fiala et al., La Locution : entre lexique syntaxe et pragmatique, Paris, Klincksieck, Collection Saint-Cloud.

GROSS (G.), 1997, « Du bon usage de la notion de locution » in Martins-Baltar (M.) (textes réunis par), La Locution, entre langue et usages, Paris, ENS Éditions Fontenay/Saint-Cloud, Collection Signes, Diffusion Ophrys.

GRUNIG (B.-N.), 1997, « La locution comme défi aux théories linguistiques : une solution d’ordre mémoriel ? » in Martins-Baltar (M.) (textes réunis par), La Locution, entre langue et usages, Paris, ENS Éditions Fontenay/Saint-Cloud, Collection Signes, Diffusion Ophrys.

GÜLICH (E.), KRAFFT (U.), 1997, « Le rôle du “préfabriqué” dans les processus de production discursive » in Martins-Baltar (M.) (textes réunis par), La Locution, entre langue et usages, Paris, ENS Éditions Fontenay/Saint-Cloud, Collection Signes, Diffusion Ophrys.

HAUSMANN (F.J.), 1997, « Tout est idiomatique dans les langues » in Martins-Baltar (M.) (textes réunis par), La Locution, entre langue et usages, Paris, ENS Éditions Fontenay/Saint-Cloud, Collection Signes, Diffusion Ophrys.

HEINZ (M.), 1997, « L’à-peu-près dans les locutions et son traitement lexicographique » in Fiala et al., La Locution : entre lexique syntaxe et pragmatique, Paris, Klincksieck, Collection Saint-Cloud.

LAFON (P.), LEFEVRE (J.), 1997, « Le figement : prise en compte discursive, incidence sur les statistiques textuelles » in Fiala et al., La Locution : entre lexique syntaxe et pragmatique, Paris, Klincksieck, Collection Saint-Cloud.

LÉON (J.), MAZIERE, (F.), 1997, « Collocations et dictionnaire » in Fiala et al., La Locution : entre lexique syntaxe et pragmatique, Paris, Klincksieck, Collection Saint-Cloud.

LEROY-TURCAN (L), 1997, « Façons de parler, locutions et collocations au xviiie siècle : le témoignage de l’œuvre linguistique du grammairien et lexicographe, Gilles Ménage (1613-1692) » in Fiala et al., La Locution : entre lexique syntaxe et pragmatique, Paris, Klincksieck, Collection Saint-Cloud.

LEWIN (Th.), MOCHET (M.-A.), O’NEIL (Ch.), 1995, « Vers un inventaire contextualisé de groupements discursifs pour apprenants avancés », Cahiers du français contemporain, p. 65-86, Paris, Didier Érudition.

LOFFLER-LAURIAN (A.-M.), 1995, « Locutions et discours scientifiques », Cahiers du français contemporain 2, p. 243-269, Paris, Didier Érudition.

MARTIN (R.), 1997, « Sur les facteurs du figement lexical » in Martins-Baltar (M.) (textes réunis par), La Locution, entre langue et usages, Paris, ENS Éditions Fontenay/Saint-Cloud, Collection Signes, Diffusion Ophrys.

MARTINS-BALTAR (M.), 1995a, « Énoncés de motif usuels : figures de phrase et procès en déraison », Cahiers du français contemporain 2, p. 87-118, Paris, Didier Érudition.
 – (textes réunis par), 1995b, « La locution en discours », Cahiers du français contemporain 2, Paris, Didier Érudition.

MEL’ČUK (I.) et al., 1992, Dictionnaire explicatif et combinatoire du français contemporain, Recherches lexico-sémantiques III. Montréal, Les Presses de l’université de Montréal.

MEUNIER CRESPO (M.), 1997, « La composition nominale, une microsyntaxe. Les locutions nominales en espagnol » in Fiala et al., La Locution : entre lexique syntaxe et pragmatique, Paris, Klincksieck, Collection Saint-Cloud.

MILNER (J.-CL), 1978, L’Amour de la langue, Paris, Seuil.

MISRI (G.), 1987, « Approches du figement linguistique : critères et tendances », La Linguistique, 23-2, p. 71-85.

MOCHET (M.-A.), CINTRAT (I.), 1995, « De quelques formes de stéréotypie dans le discours », Cahiers du français contemporain 2, p. 119-136, Paris, Didier Érudition.

MORINET (Ch.), 1995, « Métaphore et locution : l’activité référentielle est-elle discursive ? », Cahiers du français contemporain 2, p. 137-150, Paris, Didier Érudition.

MORRIS (Ch. W.), 1946, Signs, Language and Behavior. New York, Prentice Hall.

PIGUET (M.-F.), 1997, « La formation de la lexie lutte de(s) classes » in Fiala et al., La Locution : entre lexique syntaxe et pragmatique, Paris, Klincksieck, Collection Saint-Cloud.

RASTIER (F.), 1997, « Défigements sémantiques en contexte » in Martins-Baltar (M.) (textes réunis par), La Locution, entre langue et usages, Paris, ENS Éditions Fontenay/Saint-Cloud, Collection Signes, Diffusion Ophrys.

REY (A.), 1997, « Phraséologie et pragmatique » in Martins-Baltar (M.) (textes réunis par), La Locution, entre langue et usages, Paris, ENS Éditions Fontenay/Saint-Cloud, Collection Signes, Diffusion Ophrys.

SABLAYROLLES (J.-F.), 1997, « Locutions néologiques » in Fiala et al., La Locution : entre lexique syntaxe et pragmatique, Paris, Klincksieck, Collection Saint-Cloud.

SCHÖN (J.), 1997, « Figement et régression » in Fiala et al., La Locution : entre lexique syntaxe et pragmatique, Paris, Klincksieck, Collection Saint-Cloud.

SIMATOS (I.), 1997, « Référence et argumentalité du GN dans les locutions verbales » in Fiala et al., La Locution : entre lexique syntaxe et pragmatique, Paris, Klincksieck, Collection Saint-Cloud.

Notes

1 Martins-Baltar (1995b), Fiala et al. (1997). Ces textes sont issus du colloque La Locution (ENS de Fontenay/Saint-Cloud, novembre 1994), ayant donné lieu à trois jours de débats, et dont ces quelques pages se sont efforcées de capter la teneur. Les auteurs cités ici sans référence sont les contributeurs du présent volume.

2 Pour les manifestations récentes concernant le domaine de la locution on peut renvoyer aux Actes des colloques de Montréal en 1984 (Di Stéfano et McGillivray 1984), de Klingenthal-Strasbourg en 1988 (Gréciano dir., 1989), de Tilburg en 1991 et 1993 (Everaert et Schenk 1995) ; voir par ailleurs la bibliographie de 548 titres sur la « phraséologie française » de 1900 à 1990 publiée par Vilmos Bárdosi (Bárdosi 1990a).

3 Notre propre relevé en cours des seuls « énoncés de motif usuels » est nettement au-delà (cf. Martins-Baltar 1995).

4 Quelle grammaire, demande Rastier, distinguerait Bayard/Rocard monte au créneau ou Les femmes qui comptent s’habillent chez Givenchy/Tati ?

5 Fónagy (1982 : 108) notait que les énoncés liés, les lieux communs deviennent plus fréquents dans la sénilité, dans tout état intellectuel réduit dû à l’alcool, à la fatigue, à de fortes émotions.

6 Conférence non publiée.

7 Cf. le Dictionnaire français-chinois des collocations françaises de Liang Shou Qiang (à paraître).

Auteur

Ingénieur d’études, UMR 9952, INaLF-CNRS / ENS Fontenay/Saint-Cloud.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search