Version classiqueVersion mobile

Anthropologie

 | 
Edward Sapir

Glossaire et index

Glossaire

Éclaircissements sur quelques termes et références du texte de Sapir

Christian Baudelot

Note de l’éditeur

(1967) Ces notes se proposent seulement de faciliter la lecture du texte en fournissant des précisions sur les auteurs, les concepts ou les traits de civilisation mentionnés par Sapir.
(2020) Dans cette nouvelle édition, le glossaire est enrichi des noms d’auteurs complets avec leurs dates. Les références bibliographiques ont été vérifiées et normalisées selon les normes utilisées par ENS éditions et nous donnons les liens vers les versions en ligne des éditions citées, lorsqu’elles sont disponibles (certaines ressources payantes peuvent n’être accessibles qu’à partir des sites des universités qui s’y sont abonnées). Dans l’ouvrage, les entrées de glossaire sont signalées par un astérisque.

Texte intégral

ADLER, Alfred (1870-1937)

1Psychiatre autrichien, disciple dissident de Freud. Sapir est avec Paul Radin, Alexander Goldenweiser et Ernest W. Burgess l’un des seuls ethnologues à se référer à son œuvre. Cette dernière est pourtant plus proche de la sociologie que celles de Freud, ou de Jung. Sa définition de la névrose comme un échec du processus de socialisation, son analyse originale du complexe d’Œdipe (l’enfant tue moins le père dans Laios que le roi, c’est-à-dire le symbole de l’autorité) et l’accent qu’il mit sur le sentiment d’infériorité et les mécanismes de compensation constituent des contributions originales au rapprochement de la psychanalyse et de l’ethnologie.

Référence :

Adler Alfred, Connaissance de l’homme. Étude de caractérologie individuelle, Jacques Marty trad., Paris, Payot, 1949.

Aire culturelle (Culture area)

2Concept introduit par les diffusionnistes allemands (Kulturkreise). Les Kulturkreise désignaient chez Fritz Graebner les îlots de culture originels à partir desquels se seraient diffusés les différents complexes culturels. La culture area est une aire géographique où se laisse observer un contact culturel à peu près uniforme. Le foyer ou le centre culturel (cultural focus, cultural centre) est la région où la concentration des traits culturels est la plus forte et l’organisation des traits la plus systématique.

Ajustement, discordance, décalage (Adjustment, maladjustment)

3Concepts hérités des sciences de la vie. L’ajustement se réfère au degré d’harmonie selon lequel un organe, un organisme ou une entité individuelle sont adaptés au milieu dans lequel ils vivent, aux fins auxquelles ils sont destinés ou se conforment aux rôles qui en sont attendus. L’ambiguïté de ce concept (dénoncé par Sapir) tient à ce qu’il se réfère implicitement à des normes de santé ou d’équilibre qui ne sont pas toujours énoncées par ceux qui l’emploient.

Anthropologie, ethnologie, ethnographie

4Pour éviter les confusions et les inadéquations que n’aurait pas manqué d’entraîner la transposition des termes américains en français, nous nous sommes conformés, dans notre traduction, à l’usage anglophone qui tend d’ailleurs à se généraliser. C’est ainsi que nous avons traduit ethnography par « ethnographie », ethnology par « ethnologie » et anthropology par « anthropologie ». Si l’ethnographie correspond chez Sapir aux premières étapes de la recherche (observation et description d’un groupe restreint), et l’anthropologie culturelle à la synthèse finale des résultats réunis par les recherches ethnographiques, l’emploi, d’ailleurs assez rare, du terme ethnology n’est pas rigoureux : il désigne tantôt le travail de l’ethnographe, tantôt celui de l’anthropologue.

BARBEAU, Marius (1883-1969)

5Ethnologue canadien qui fut le collègue de Sapir à Ottawa. Ils publièrent ensemble un recueil de chansons folkloriques canadiennes françaises.

Référence :

Barbeau Marius, « Growth and Federation in the Tsimshian Phratries », Proceedings of the 19th International Congress of Americanists, Washington, 1915, Frederick W. Hodge éd., Washington, 1917, p. 402-408.

BOAS, Franz (1858-1942)

6D’origine allemande, Boas avait reçu à Heidelberg et à Bonn une formation de géographe et de physicien. Une expédition à Baffin Island (1883-1884) décida de sa carrière ethnologique. Assistant au Musée royal d’ethnographie de Berlin (1885-1886), puis professeur à l’université de Chicago, il occupa en 1895 la chaire d’anthropologie à l’université Columbia (New York). Exerça une influence immense sur la plupart des ethnologues de sa génération : Alfred L. Krœber, Oscar Lewis, Frank G. Speck, Robert H. Lowie, Alexander Goldenweiser, Edward Sapir, Cole, Leslie Spier, Melville J. Herskovitz, Roland B. Dixon, Clark Wissler, Ralph Linton… Essentiellement composée d’articles et de monographies, son œuvre est monumentale et polymorphe. Loin de se borner à l’analyse descriptive de la diffusion culturelle, Boas la subordonna à une entreprise de reconstruction historique au sein d’aires géographiques limitées. Il fut aussi l’un des premiers à envisager les cultures primitives dans la totalité de leurs dimensions (ethnographique, historique, géographique, linguistique, mythologique…). Toutes les disciplines anthropologiques ont longtemps été dominées par son œuvre. Nombre de ses contributions sont encore indiscutées.

Références :

Andrews H. A., Bibliography of Franz Boas, New York, s. n., 1943.

Boas Franz, Race, Language and Culture, New York, Free Press, 1966. [Recueil d’articles]

Boue qui formera la terre (mythe de la)

7Épisode d’un mythe diluvien de la région des Grands Lacs. Un déluge ayant noyé les continents, seule une poignée d’animaux parvinrent à s’échapper sur un radeau ou une pirogue. Plusieurs d’entre eux plongèrent pour remonter la terre à la surface. Après des essais infructueux, le rat musqué réussit à remonter du fond un petit tas de boue ; une fois la surface atteinte, ce tas de boue s’enfla tant et tant qu’il constitua la terre. Ce mythe compte de nombreuses variantes.

Cabane cérémonielle (Medicine lodge)

8Il existait chez les Indiens des prairies septentrionales et de la région située à leur nord une confrérie secrète appelée midewiwin ou « Société de la grande sorcellerie » (Grand Medicine Society). D’origine algonkin, cette confrérie organisait ses réunions (au moins une fois l’an chez les Ojibwa) dans une cabane oblongue réservée à cet effet. L’activité essentielle consistait à initier les nouveaux et à leur enseigner la signification religieuse des rites qu’ils devaient pratiquer. Cette société se proposait d’assurer une longue vie à ceux qui en faisaient partie et de rendre grâce aux puissances surnaturelles pour les bienfaits déjà reçus. N’y étaient admis que ceux qui avaient été préalablement visités par les esprits (vision, rêve, contact).

Calumet (rite du)

9Mot d’origine française (latin, calamus) désignant la pipe dont se servaient les Indiens nord-américains pour fumer le tabac. Formée d’un tube creux en roseau ou en bois et d’un fourneau en terre, la pipe était un instrument rituel dont la fonction purificatrice permettait d’établir des rapports avec les puissances surnaturelles. La plupart des cérémonies comptaient un moment où l’on fumait rituellement le calumet. L’immense majorité des paquets sacrés contenaient du tabac et une pipe. Cette dernière servait de passeport aux ambassadeurs, scellait les armistices, apportait la pluie ou le beau temps désirés, apaisait les mauvais esprits… Le tabac était cultivé et fumé sur la plus grande partie du territoire nord-américain.

Cannibale (Société de la danse)

10La plus prestigieuse des sociétés secrètes des Kwakiutl. Les réunions (où se jouait un véritable drame religieux) se tenaient au crépuscule, à la lueur d’un feu ou de la lune, et donnaient lieu à une mise en scène compliquée (machinerie, tunnels creusés dans le sol, apparitions et disparitions, costumes truqués ménageant des poches remplies de sang d’animaux). Cédant à l’empire de l’esprit cannibale qui l’habitait, le danseur dévorait malgré lui un cadavre humain (il s’agissait en fait du cadavre travesti d’un ours). Les cérémonies permettaient aux membres de la société de réaffirmer leur rang social et d’entrer en contact avec les divinités surnaturelles.

Caste

11« Subdivision endogame et héréditaire d’une unité ethnique jouissant d’un rang ou d’une estime sociale inférieure ou supérieure à d’autres subdivisions » (Alfred L. Krœber, « Caste », Encyclopædia of the Social Sciences, vol. 3, 1930, p. 254b-257a).

CATLIN, George (1796-1872)

12Explorateur [et peintre] anglais du xixe siècle. A ramené de ses voyages en Amérique des objets dont la réunion a permis d’ouvrir le Museum of North American Indians à Picadilly en 1840. La publication de ses récits de voyages eut un grand succès. Il fit preuve d’un grand talent dans la description des chasses, des fêtes ou des cérémonies auxquelles il eut l’occasion d’assister.

Références :

Catlin George, Letters and Notes on the Manners, Customs and Conditions of the North American Indians, Londres, Chez l’auteur, 1841, 2 vol.

Catlin George, The North American Indian Portfolio, Londres, C. and J. Adlard, 1844.

Chant de la Nuit

13Cérémonial pueblo adopté par les Navaho qui avait pour fonction d’invoquer les esprits pour sauver la vie d’un homme en danger. La suée, les vomissements, les ablutions devaient purifier ceux qui s’y adonnaient tandis que les chants, les peintures au sable et les paquets de médecine avaient à charge d’identifier les chanteurs aux forces surnaturelles. La cérémonie durait de une à neuf nuits.

Clan

14Chez Sapir : groupe de parenté matrilinéaire. Le mot a aujourd’hui un sens plus général : groupe de parenté à filiation unilatérale (matrilinéaire ou patrilinéaire).

Classe d’âge (Age class)

15Groupe social fondé sur l’âge.

Classe matrimoniale

16Groupement exogame dont la fonction est de régler les modalités de l’échange matrimonial dans les sociétés où cet échange n’est pas réglé par les autres groupements sociaux (moitiés, clans, lignées exogames).

Complexe culturel (Cultural complex)

  • 1 [Dans cette édition, voir l’avant-propos de Christian Baudelot].

17Concept introduit par l’école diffusionniste allemande (Fritz Graebner). Le Kulturkomplex se définissait par la présence simultanée d’un certain nombre de traits culturels mutuellement indépendants dont la réunion constatée dans diverses cultures incitait à penser qu’ils s’étaient diffusés collectivement. Fritz Graebner avait identifié en Océanie six complexes successifs : les complexes tasmanien, vieil-australien et totémique, le complexe de la société à deux classes, celui de l’arc mélanésien et le complexe polynésien (sur la composition du complexe totémique, voir introduction, t. I, p. 181). La différence entre le Kulturkomplex graebnerien et le cultural complex américain tient à ce que les éléments qui composent le second entretiennent entre eux des rapports de solidarité réciproques. Le complexe culturel est au sein d’une culture donnée un sous-ensemble intégré de traits culturels organisés autour d’un centre d’intérêt régissant une sorte d’activité. Exemple : culture religieuse, juridique, etc.

Convergence (convergence)

18Développement indépendant de traits et de complexes culturels similaires au sein de cultures différentes. La notion de convergence s’oppose au postulat graebnerien selon lequel l’esprit humain n’étant pas inventif, chaque trait culturel n’aurait pu naître qu’une fois pour se diffuser ensuite sur l’ensemble du globe.

Couverture chilcat

19Les Chilcat (subdivision des Tlingit) étaient l’une des tribus les plus habiles en matière de tissage ; ils vendaient les produits de leur travail aux tribus voisines. Conçue par des hommes et exécutée par des femmes, la couverture chilcat était composée de poils de chèvre sauvage (ou de mouton) tissés.

DALL, William Healey (1845-1927)

20Archéologue américain auteur d’un article sur la succession des tas de coquillages chez les Eskimo Aléoutes.

Référence :

Dall William H., « On Succession in the Shell-heaps of the Aleutian Island », North American. Ethnology, vol. 1, 1877, p. 43.

Diffusionnisme

21Trois « écoles » ont fait du phénomène de la diffusion le fondement de leur étude de l’histoire ou de la dynamique culturelles :

  • l’école allemande représentée par Fritz Graebner, E. Foy et le père Schmidt [père Wilhelm Schmidt] ;
  • l’école anglaise (encore appelée panégyptienne ou héliolithique) d’Elliot Smith et de William J. Perry ;
  • Boas et ses disciples : ces derniers se distinguent des premiers en ce que l’étude descriptive de la diffusion ne constitue chez eux qu’un stade préliminaire à la reconstruction historique ou à l’analyse des changements provoqués par les emprunts culturels. Allant du particulier au général et des faits aux principes, Boas se limita à l’étude de la diffusion au sein d’aires restreintes ; il tint aussi le plus grand compte des rapports que les différents traits culturels diffusés entretenaient entre eux (voir définition du complexe culturel) et de la signification nouvelle que prenait le trait emprunté pour ceux qui l’empruntaient (réinterprétation).

DIXON, Roland Burrage (1875-1934)

22Anthropologue américain. L’un des critiques les plus sévères de l’hypothèse des « aires chronologiques » et des principes que Clark Wissler avait retenus pour les identifier. Les reproches qu’il adressa aux théories diffusionnistes sont très proches de ceux de Sapir. Il s’est aussi livré avec Alfred L. Krœber à une étude détaillée des langues indiennes de Californie, dont il a établi une carte et publié de nombreux textes.

Références :

Dixon Roland B., « The Chimariko Indians and Language », American Archeology and Ethnology, vol. 5, no 5, 1910, p. 293-380.

Dixon Roland B. et Krœber Alfred L., « New Linguistic Families in California », American Anthropologist, vol. 15, no 4, 1913, p. 647-655.

Dixon Roland B. et Krœber Alfred L., « Linguistic Families in California », American Archeology and Ethnology, vol. 16, no 3, 1919, p. 47-118.

DORSEY, James Owen (1848-1895)

23Ethnologue américain auquel on doit l’établissement d’une documentation nombreuse sur les Pueblo, une mythologie des Pawnee, une sociologie des Omaha et des études linguistiques sur plusieurs langues indiennes.

Références :

Dorsey James O., « On the Comparative Phonology of Four Siouan Languages », Smithsonian Institution Annual Report for 1883, 1885.

Dorsey James O., The Cegiha Language, vol. 6, no 1 de Contribution to North American Ethnology, 1890.

Dorsey James O., Omaha and Ponca Letters, Washington, Smithsonian Institution Bureau of American Ethnology, 1891.

Élément culturel (Element of culture)

24Plus petit élément assignable susceptible d’être décrit dans une culture.

Endogamie

25Un groupe endogame est un groupe dont les membres ont l’obligation de choisir leur conjoint à l’intérieur du groupe auquel ils appartiennent. Inversement, un groupe exogame est un groupe dont les membres doivent se marier à l’extérieur du groupe dont ils font partie. Il va de soi que la nature du groupe est éminemment variable (famille restreinte, groupe de parenté, clan, phratrie, moitié, habitants d’un même village, caste, tribu, nation, race), si bien que toute société est à la fois exogame et endogame. Cette distinction a été introduite par John F. McLennan dans Primitive Marriage. An Inquiry into the Origin of the Form of Capture in Marriage Ceremonies (Édimbourg, A. and C. Black, 1865).

Évolutionnisme

26Loin de n’être qu’un écho de la théorie biologique de l’évolution, l’évolutionnisme culturel se développa parallèlement aux théories darwiniennes. Les Allemands Theodor Waitz, Adolf Bastian et Johann J. Bachofen et les Anglais Henry J. Sumner Maine, John F. McLennan et Edward B. Tylor écrivirent en effet leurs ouvrages entre 1859 et 1865, c’est-à-dire à l’époque où Darwin poursuivait ses recherches et rédigeait ses conclusions. Tylor a d’ailleurs souligné dans la préface à la deuxième édition de Researches into Early History of Mankind la spécificité de l’évolutionnisme culturel, en se référant plus à Auguste Comte qu’à Darwin (construction de séries idéales). Bien qu’on ne puisse parler d’école évolutionniste, tant diffèrent les interprétations que les ethnologues réputés évolutionnistes ont données des mêmes faits, l’ensemble des travaux inspirés par ces théories présentent assez de traits communs pour qu’on puisse tenter de formuler les postulats qui les sous-tendent :

  • les survivances attestent que les sociétés les plus avancées ont connu des stades antérieurs de civilisation ;
  • les similitudes observables dans les croyances et les institutions des diverses sociétés prouvent l’unité psychique de l’homme ; elles induisent aussi à penser que l’histoire de l’humanité se présente sous la forme d’une série unilinéaire d’institutions et de croyances ;
  • les différents peuples représentant des stades différents de culture, seule la méthode comparative permet d’établir l’évolution des institutions et des croyances humaines. À l’évolutionnisme sont associés les noms d’Edward B. Tylor, Lewis H. Morgan, James G. Frazer, Augustus Pitt-Rivers, John Lubbock, John F. McLennan, Edward Westermarck, Gunnar Landtman, Hjalmar Stolpe, bien que le concept d’évolutionniste ne rende jamais totalement compte de l’ensemble de l’œuvre d’aucun de ces ethnologues.

Exogamie (Voir Endogamie)

Esprits (danse des) (Ghost dance)

27La religion de la danse des Esprits, dont les origines remontent aux environs de 1890, représente un mouvement nativiste qui s’est rapidement diffusé de la région du Grand Bassin à celle des Plaines. Dirigé contre les Blancs, il donnait lieu à des cérémonies où les chants de guerre alternaient avec les scènes d’hystérie et de panique.

Femme-plongeon (mythe de la) (Loon woman story)

28Variante du mythe diluvien (voir : Boue qui formera la terre). Ce n’est plus un animal qui plonge au fond de l’eau, mais une femme tombée du ciel.

Filiation

  • Matrilinéaire : un système de parenté à filiation matrilinéaire ne reconnaît de lien social de parenté qu’entre la mère et l’enfant, le père étant, dans le clan de la femme, un pur étranger ; les enfants font partie du clan de la femme.
  • Patrilinéaire : la situation inverse.

Fonctionnalisme

29S’il se réfère fréquemment aux principes de l’analyse fonctionnaliste (la plupart du temps pour les contester), Sapir ne cite jamais le nom de l’œuvre d’un ethnologue de cette école. Associée au nom de Bronislaw Malinowski, l’explication fonctionnaliste envisage chaque culture comme un tout intégré dont chacune des parties tient son sens des relations qu’elle entretient avec les autres parties (critique de la « survivance » des évolutionnistes et de l’atomisme des diffusionnistes). Elle suppose aussi que les parties dont la somme constitue la culture (les institutions) répondent chacune à un besoin humain. « La fonction, écrit Malinowski, est la satisfaction d’un besoin par une activité ».

Référence :

Malinowski Bronislaw, A Scientific Theory of Culture and Other Essays, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1944. [Traduit en français aux éditions Maspero, 1970].

Fraternités religieuses

30Association d’individus partageant le secret d’un rite qu’ils tiennent, la plupart du temps, d’un contact personnel avec la divinité dont ils sont devenus les prêtres.

FRAZER, James George (1854-1941)

31De formation humaniste et universitaire, Frazer doit sa vocation ethnologique à la lecture de Primitive Culture d’Edward Tylor. Sa bibliographie établie en 1934 par Theodore Besterman comptait déjà quatre-vingt-quatre pages in-octavo. On lui a souvent reproché d’être un compilateur plus qu’un penseur ou un homme de terrain. Bien que la faiblesse des postulats psychologiques qui les sous-tendaient ait quelque peu altéré la validité de ses interprétations, Frazer reste l’un des fondateurs de l’ethnologie religieuse.

Quelques références :

Frazer James G., Totemism, Édimbourg, A. and C. Black, 1887.

Frazer James G., The Golden Bough. A Study in Comparative Religion, Londres, Macmillan, 1890, 2 vol.

Frazer James G., Totemism and Exogamy. A Treatise on Certain Early Forms of Superstition an Society, Londres, Macmillan, 1910, 4 vol.

Frazer James G., Folklore in the Old Testament. Study in Comparative Religion, Legend and Law, Londres, Macmillan, 1918, 3 vol.

Fuite magique (mythe de la) (Magic flight)

32Thème d’une poursuite où l’homme traqué jette à l’ogre qui le poursuit des objets qui se transforment magiquement en obstacles géants. Une pierre devient une montagne, un peigne, une forêt touffue, un flacon d’huile, un océan.

GATSCHET, Albert Samuel (1832-1907)

33Ethnologue et linguiste américain.

Références :

Gatschet Albert S., A Migration Legend of the Creek Indians with a Linguistic Historic and Ethnographic Introduction, Philadelphia, D. G. Brinton, 1884, vol. 1, p. 1-251. En ligne : [https://archive.org/​details/​libraryofaborigi04brinuoft/​page/​n7/​mode/​2up].

Gatschet Albert S., La Grasserie Raoul de, « Textes en langue timucua, avec traduction analytique », Revue de linguistique et de philologie comparée, vol. 22, 1889, p. 320-346. En ligne [https://archive.org/​details/​revuedelinguist35unkngoog/​page/​n328/​mode/​2up].

Gatschet Albert S. et Swanton John R., A Dictionary of the Atakapa Language. Accompagnied by text material, Washington, United States Government Printing Office, 1932.

Gens (plur. gentes) latin

34Sens romain : groupe de parenté patrilinéaire dont tous les membres portent le même nom ; généralement associé à un lieu, ce groupe remplissait diverses fonctions d’ordre social, politique, économique et religieux.

35Sens ethnologique introduit par Lewis H. Morgan (1877) : plus vaste que la famille étendue, la « gens » est composée d’individus qui descendent (ou croient descendre), par les mâles, d’un ancêtre commun. Le terme tend aujourd’hui à disparaître au profit des expressions anglaises, « patri-sib », « father-sib », « patrilineal clan » et françaises, « groupe de parenté (ou clan) patrilinéaire ».

GRAEBNER, Robert Fritz (1877-1934)

36Conservateur du Musée de Cologne et fondateur de l’école diffusionniste allemande, mieux connue sous le nom de Kulturhistorische Schule. A formulé les grands concepts du diffusionnisme (complexe, aire, strate culturels) et les principes de la méthode (Ferninterpretation : « interprétation à distance »). Très contestée, son œuvre a pourtant largement inspiré l’école historique anglaise (William J. Perry, Elliot Smith, Augustus Pitt-Rivers) et l’école anthropologique américaine (Franz Boas, Edward Sapir, Clark Wissler, Alfred L. Krœber). La discussion de ses postulats a donné lieu à de fructueux débats.

Références :

Graebner Robert F., « Kulturkreise und Kulturgeschichten in Ozeanien », Zeitschrift für Ethnologie, vol. 37, 1905, p. 28-53. En ligne : [https://archive.org/​details/​zeitschriftfret05urgegoog/​page/​n41/​mode/​2up]

Graebner Robert F., Methode der Ethnologie, Heidelberg, Carl Winter, 1911. En ligne : [https://archive.org/​details/​b24884960].

Groupes de mariage (Voir Classes matrimoniales)

Hako (cérémonie du)

37Chez les Pawnee, rituel d’alliance entre deux groupes.

Référence :

Fletcher Alice C., Murie James R. et Tracy Edwin S., The Hako. A Pawnee Ceremony, Washington, United States Government Printing Office, 1904. En ligne : [https://archive.org/​details/​cu31924104093756/​page/​n5/​mode/​2up].

HILL-TOUT, Charles (1858-1944)

38Ethnographe dont les recherches ont surtout porté sur les tribus indiennes de la Colombie britannique (Salish de la côte, Athapascan [ou Athabascan], Haïda, Tsimshian, Kwakiutl) et sur le totémisme.

Référence :

Hill-Tout Charles, « The Origin of the Totemism of the Aborigenes of British Columbia », Proceedings and Transactions of the Royal Society of Canada, vol. 7, 1901, p. 3-18. En ligne : [https://www.biodiversitylibrary.org/​item/​40720#page/​13/​mode/​1up].

Inconscient collectif

39Contrairement à Freud, Jung divise l’inconscient en deux zones : l’inconscient individuel qui contient des souvenirs oubliés, des idées pénibles refoulées ayant trait à l’individu lui-même et l’inconscient collectif dépositaire de l’héritage racial des souvenirs significatifs. « Dans chaque individu existent à côté de ses souvenirs personnels les grandes images primordiales, les représentations humaines virtuelles des choses telles qu’elles ont toujours été, transmises d’une génération à l’autre par la structure du cerveau » (Psychologie de l’inconscient, Genève, 1952). C’était l’interprétation symbolique des rêves qui faisait découvrir les images primordiales (archétypes) communes à des nations et même à des époques entières ; les archétypes constituaient des catégories universelles d’intuition et d’appréhension. Les mythes en étaient particulièrement riches.

JUNG, Carl Gustav (1875-1961)

40Psychiatre et psychanalyste suisse, disciple dissident de Freud. L’immense majorité des ethnologues ont ratifié le jugement porté par Sapir sur la contribution de Jung à l’ethnologie (critique du concept d’inconscient collectif, méfiance à l’égard des types psychologiques). Voir aussi : Inconscient collectif.

Références :

Jung Carl G., Psychologie de l’inconscient, Genève, Librairie de l’université Georg et Cie, 1952.

Jung Carl G., Les types psychologiques, Genève, Librairie de l’université Georg et Cie, 1958. [Édition originale allemande publiée en 1921].

KRŒBER, Alfred Louis (1876-1960)

41Ethnologue américain, élève de Franz Boas.

Référence :

Krœber Alfred L., Anthropology [1923], New York, Harcourt, Brace and Co, 1948.

KRETSCHMER, Ernst (1888-1964)

42Psychiatre allemand auteur d’une typologie morphologique (1921) fondée sur la distinction entre deux maladies mentales, la schizophrénie et la psychose maniaco-dépressive. L’observation révèle que les maniaco-dépressifs sont dans 65 % des cas du type pycnique (taille moyenne avec prédominance relative des dimensions horizontales sur les dimensions verticales) tandis que les schizophrènes appartiennent dans 50 % des cas au type leptosome ou longiligne. Ces types morphologiques correspondent à des types de personnalité. Le pycnique est cyclothyme (humeur chaude et mobile, vibrant en accord avec les sollicitations de l’ambiance, passant aisément de la gaieté à la tristesse et de la joie à la douleur) ; le leptosome est schizothyme (humeur froide, distante par rapport aux événements et semblant témoigner d’une certaine atonie affective). Le cyclothyme entretient avec le schizotyme le même rapport que l’extraverti avec l’introverti chez Jung.

Référence :

Kretschmer Ernst, Körperbau und Charakter, Berlin, Springer, 1921.

Ligue iroquoise

43Fondée aux alentours de 1570, la Ligue (ou la Confédération) iroquoise rassemblait un grand nombre de tribus et comptait de dix mille à dix-sept mille personnes. C’est l’organisation politique la plus vaste et la plus structurée qu’aient jamais connue les Indiens nord-américains.

Loup (rite du)

44La société de la danse du Loup regroupait ceux qui entretenaient des relations surnaturelles avec les loups. La cérémonie de la danse du Loup – à laquelle étaient seuls autorisés à participer les membres de cette société – avait pour objet d’invoquer le loup, d’entrer en communication avec lui et de s’assurer sa protection. Il s’agissait pour les danseurs d’imiter le loup (en en prenant la forme) et de faire passer en eux toutes les qualités dont l’animal tirait sa force. Ce schéma vaut aussi pour les danses de l’Ours et des autres animaux qui étaient l’objet d’un culte (Baleine, Castor, Corbeau).

Manitou

45Mot d’origine algonkin (Fox). Pouvoir impersonnel et surnaturel que se doivent de posséder les hommes ou les esprits quand ils veulent réussir les entreprises qui leur sont assignées (guerre, politique, médecine…). La possession du manitou est temporaire et s’acquiert à l’occasion d’un contact direct avec les esprits, les divinités, les objets ou les hommes qui le possèdent. Ce concept est très voisin de celui du mana.

Références :

Mauss Marcel et Hubert Henri, « Esquisse d’une théorie générale de la magie », L’année sociologique, vol. 7, 1902-1903, p. 1-146.

Lévi-Strauss Claude, « Introduction à l’œuvre de Mauss », Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, 1966, p. xli et suivantes.

Matrilinéaire, patrilinéaire

46Voir Filiation.

MAXIMILIAN, Alexander Philipp, prince de Wied-Neuwied (1782-1867)

47Explorateur allemand ; voyagea à travers les deux Amériques et publia ses récits de voyages.

Références :

Maximilian Alexander P., Reise nach Brasilien, Francfort, Brönner, 1820-1821.

Maximilian Alexander P., Reise in das innere Nord-Amerika, Coblence, J. Hölscher, 1839-1841.

Midewiwin

48Voir Cabane cérémonielle.

Modèle de comportement

49Voir pattern.

Moitié (Moiety)

50Unité sociale qui constitue l’une des deux divisions d’une société. Les critères de recrutement ou d’exogamie dont on s’est servi pour les définir se sont révélés non pertinents.

MOONEY, James (1861-1921)

51Ethnologue américain, auteur d’études sur le peuplement de l’Amérique du Nord.

Références :

Mooney James, The Aboriginal Population of America, North of Mexico, Washington, The Smithsonian Institution, 1928.

Mooney James, The Ghost Dance Religion and the Sioux Outbreak of 1890, Washington, Smithsonian, 1896, p. 645-1136. En ligne : [https://archive.org/​details/​ghostdancerelig00moongoog/​page/​n593/​mode/​2up?q=The+Ghost+Dance+Religion+and+the+Sioux+Outbreak].

Mythe d’origine

52Catégorie ethnologique désignant un mythe qui se réfère à l’origine d’un trait culturel donné. Exemple : mythe d’origine de la cuisine, mythe d’origine de la création du monde…

NELSON, Nels Christian (1875-1964)

53Archéologue américain.

Références :

Nelson Nels C., Pueblo Ruins of the Galisteo Basin, New Mexico, New York, The Trustees, 1914. En ligne : [http://digitallibrary.amnh.org/​handle/​2246/​181].

Nelson Nels C., « Chronology of the Tano Ruins, New Mexico », American Anthropologist, vol. 18, no 2, 1916, p. 159-180. En ligne : [https://archive.org/​details/​jstor-660598/​mode/​2up].

Oiseau-tonnerre (Thunderbird)

54Animal mythique auquel on attribuait la production du tonnerre. Sa taille immense obscurcissait le ciel et ses ailes, en s’entrechoquant l’une contre l’autre, déclenchaient les grondements du tonnerre.

Oumiak

55Embarcation de grande dimension propre aux Eskimo.

Ours (danse de l’)

56L’ours était, parmi la plupart des tribus nord-américaines, l’un des animaux les plus sacrés et les plus vénérés. Voir aussi Danse du Loup.

Paquets sacrés (Ritual bundles)

57Assemblage d’objets dotés d’un pouvoir magique. Le contenu de ces paquets variait selon leur destination (paquets de guerre, de médecine…) et selon les puissances dont on réclamait l’assistance (paquet du Castor, du Loup…). Permettant à ceux qui les possédaient d’entrer en relation avec les puissances surnaturelles et de bénéficier de leur protection dans les actions qu’ils entreprenaient, ils conféraient à leurs détenteurs un surcroît de prestige.

Pattern, patterning

58Nous avons traduit pattern par « modèle », cultural pattern par « modèle culturel », pattern of behaviour par « modèle de comportement », mais nous avons renoncé à traduire patterning. Ce mot se réfère à la fois à la configuration générale des modèles de comportement, à la somme des rapports spécifiques que ces modèles entretiennent entre eux, à la contrainte qu’ils exercent sur les comportements, aux modalités selon lesquelles ils façonnent inconsciemment les comportements et aux modalités selon lesquelles les sujets appréhendent leur propre comportement.

Perçoir à feu (Fire drill)

59Mèche en bois servant à produire l’étincelle d’où jaillira la flamme. La rotation était assurée à la main (perçoir simple), par le va-et-vient d’un archet dont la corde enserrait la partie supérieure de la mèche (perçoir à arc) ou par la traction alternée de lanières fixées au sommet de la mèche (perçoir à pompe) ; la pointe était en contact avec une plaque de bois. Pour une description plus complète et des croquis, voir André Leroi-Gourhan, Milieu et techniques (Paris, Albin Michel, 1945).

Peyote

60Du mot nahuatl « peyotl », plante cactacée du Mexique dont l’ingestion produit des hallucinations visuelles. A donné lieu à un culte, le peyotisme, qui s’est diffusé dans la plupart des tribus indiennes nord-américaines.

Référence :

La Barre Weston, The Peyote Cult, New Haven – Londres, Yale University Press – H. Milford, Oxford University Press, 1938.

Phratrie

61Sens grec : groupe de parenté patrilinéaire qui constituait un segment important de la tribu. Sens ethnologique : ensemble formé par la réunion de plusieurs groupements de parenté à filiation unilatérale, liés par des fonctions cérémonielles et par le sentiment de descendre d’un ancêtre commun (réel ou fictif). On réserve d’ordinaire l’emploi du mot aux tribus qui comptent plus de deux groupements de ce genre, le mot « moitié » désignant l’une des deux parties d’une organisation dualiste.

Pipe de guérison

62Voir Calumet.

Potlatch

63« Prestation totale de type agonistique » entre des collectivités qui s’obligent mutuellement (Mauss). D’origine chinook, potlatch signifie « nourrir », « consommer » ou, selon d’autres, « nourrisseur » ou encore « place où l’on se rassasie ». Il se réfère, chez les Indiens de la côte ouest, à un ensemble d’activités comprenant des fêtes, des danses, des dons, des représentations, des échanges et des destructions ostentatoires de richesses, dont la fonction était d’acquérir, de maintenir, de réaffirmer ou d’augmenter le pouvoir politique ou la position sociale du groupe qui l’organisait. Ce concept a été étendu par les ethnologues à d’autres régions où des activités similaires se laissaient observer.

Références :

Barnett H. G., « The Nature of the Potlatch », American Anthropologist, vol. 40, no 3, 1938, p. 349-358. En ligne : [https://www.jstor.org/​stable/​662035].

Boas Franz, « The Social Organization and the Secret Societies of the Kwakiutl Indians », Report of the United States National Museum for the Year Ending June 30, 1895, p. 309-738. En ligne : [https://repository.si.edu/​handle/​10088/​29967].

Mauss Marcel, « Essai sur le don », Anthropologie et sociologie, Paris, PUF, 2001, p. 149 et suivantes.

POWELL, John Wesley (1834-1902)

64Fut l’un des premiers à classer les langues indigènes de l’Amérique du Nord. Fondé sur l’étude des vocabulaires et ne faisant état que de parentés linguistiques incontestables, le tableau qu’il dressa des langues indiennes en 1891 reste encore la base de toute classification linguistique en Amérique du Nord. Créa en outre le Bureau of American Ethnology (BAE), premier exemple d’un organisme consacré à l’étude systématique des races indigènes et rassembla une documentation nombreuse sur la plupart des tribus indiennes. C’est d’autre part lui qui employa, pour la première fois, le mot acculturation (1880).

Référence :

Powell John W., Indian Linguistic Families of America North of Mexico, Washington, Government Printing Office, 1891, p. 1-142.

RIVERS, William Halse Rivers (1864-1922)

65L’un des chefs de file de l’école ethnologique anglaise. Sa formation médicale et les recherches qu’il mena au cours de la première guerre mondiale sur les combattants choqués le conduisirent à démontrer qu’il existait entre l’ethnologie, la psychologie et la psychanalyse des liens profonds. Sa contribution majeure consiste à avoir signalé la fécondité ethnologique de l’analyse des systèmes de parenté. Si la méthode qu’il élabora est aujourd’hui discutée (voir Claude Lévi-Strauss, Anthropologie structurale, p. 48), l’importance de sa contribution théorique reste incontestée. La partie la plus faible de son œuvre est celle qui porte la marque de l’influence de l’école historique allemande.

Références :

Rivers William H. R., Kinship and Social Organisation, Londres, Constable, 1914.

Rivers William H. R., The History of Melanesian Society, Cambridge, University Press, 1914, 2 vol.

Rivers William H. R., Dreams and Primitive Culture. A Lecture Delivered in the John Ryland Library on the 10th April, 1918, Manchester, University Press, 1919.

Rivers William H. R., « Mind and Medicine », Bulletin of the John Rylands Library, vol. 5, nos 3-4, 1919, p. 235-253. En ligne : [https://www.escholar.manchester.ac.uk/​api/​datastream?publicationPid=uk-ac-man-scw:1m70&datastreamId=POST-PEER-REVIEW-PUBLISHERS-DOCUMENT.PDF].

Rivers William H. R., Instinct and the Unconscious. A Contribution to a Biological Theory of the Psycho-neuroses, Cambridge, University Press, 1920. En ligne [https://babel.hathitrust.org/​cgi/​pt?id=uc1.$b716772&view=1up&seq=9].

Rivers William H. R., « Conservation and Plasticity », Folklore, vol. 32, no 1, 1921, p. 10-27.

Rivers William H. R., Medicine, Magic and Religion, Londres – New York, Kegan Paul, Trench, Trubner – Harcourt, Brace, 1924.

SCHMIDT, père Wilhelm

66Disciple et continuateur de Fritz Graebner. Fondateur de la revue Anthropos où furent réunies et publiées un grand nombre de monographies de provenances très diverses (ethnographes, missionnaires, explorateurs). Il a tempéré le formalisme de la Kulturhistorische Schule en introduisant le concept d’« empathie » (Einfühlung), compréhension psychologique des cultures étrangères et du sens que ces cultures avaient pour ceux qui les vivaient. Il a inspiré et organisé un très grand nombre d’expéditions. Et il fut en outre l’un des premiers à mettre en évidence les traits qui rapprochaient les cultures de la Terre de feu et les cultures californiennes.

Références :

Schmidt Wilhelm et Kooper Wilhelm, Völker und Kulturen, Ratisbonne, Habbel, 1924.

Schmidt Wilhelm, Der Ursprung der Gottesidee. Eine historisch-kritische und positive Studie, Munster, Aschendorff, 1926-1955, 12 vol.

Schmidt Wilhelm et Kooper Wilhelm, Handbuch der Methode der kulturhistorischen Ethnologie, Munster, Aschendorff, 1937.

Shaman

67Mot d’origine sibérienne emprunté à la langue tungus (voir Shirokogoroff, Psychomental Complex of the Tungus, Londres, 1935). « Dans toutes les langues tungus, ce terme “saman” se réfère à des individus des deux sexes qui, possédant un empire sur les esprits, sont à même de les faire pénétrer en eux-mêmes et d’exploiter leurs pouvoirs à des fins personnelles ou altruistes (par exemple, venir en aide à ceux qui souffrent de ces esprits) ; ils détiennent le secret d’un ensemble de techniques qui leur permettent d’entrer en contact avec les esprits » (p. 269). Par extension, ce terme en est venu à désigner tout spécialiste qui traite du maintien ou de la restauration de l’équilibre des individus ou d’une société par l’intermédiaire de pratiques rituelles.

Référence :

Mircea Eliade, Le chamanisme, Payot, Paris, 1951.

Société secrète (Secret society)

68Forme d’association où le secret tend à être une fin en soi ; les mots de passe, les signes de reconnaissance, les symboles, les remèdes, les emblèmes constituent dans une large mesure la raison d’être de ces sociétés. L’initié jouit de privilèges refusés aux profanes (matrimoniaux, économiques, judiciaires). L’appartenance à la société était en général déterminée par des critères généalogiques.

Référence :

Boas Franz, « The Growth of the Secret Society of Kwakiutl », Race, Language and Culture, New York, MacMillan, 1940, p. 379-383.

Soleil (danse du) (Sun dance)

69Cérémonial originaire des Plaines. Il consistait, chez les Omaha où il se présente sous la forme la plus simple, à former une ronde autour d’un poteau. Les danseurs du sexe masculin adoptaient un sens ouest-sud – est-nord, tandis que les danseuses tournaient dans le sens contraire (celui du soleil). Chacun tournait quatre fois autour du poteau et la cérémonie s’achevait par la projection de baguettes de saule (tenues par les danseurs au cours de la ronde) sur le poteau. Il se présente chez les Ponca, les Cheyenne et les Arapaho sous une forme beaucoup plus complexe. Durant plusieurs jours, la cérémonie se passait tantôt dans une cabane spécialement aménagée (Sun Dance Lodge), tantôt dehors ; n’y participaient que les prêtres ou les membres de la Société de la danse du Soleil ; ils s’imposaient, pendant les danses au cours desquelles ils s’identifiaient avec le soleil, des tortures et des mutilations.

Sorcier-guérisseur (Medicine-man)

70Ce mot est d’ordinaire réservé pour désigner les individus dont il est difficile de décider s’ils sont des shaman ou des prêtres. Initié par une vision provoquée par l’ascèse, l’isolement, les mutilations ou d’autres épreuves, le sorcier-guérisseur détenait des secrets et des pouvoirs qui lui permettaient de guérir les malades (connaissance des plantes médicinales et pratique de la psychothérapie) et d’attirer les malédictions. Tous les observateurs s’accordent à reconnaître l’efficacité de ses pratiques.

Souche linguistique (Linguistic stock)

71Groupe de langues apparentées, issues par les processus de différenciation successifs d’une langue originelle commune. Certains linguistes emploient aussi l’expression « famille de langues ». Powell avait isolé en 1891 cinquante-huit souches linguistiques indépendantes en Amérique du Nord. Le Handbook of American Indians, publié en 1907-1910, distingue encore cinquante-six familles, mais suggère un certain nombre de rapprochements. Sapir les regroupe en 1929 en six souches principales (algonkin-wakash, eskimo-aléoute, hokan-siouan, na-dené, pénutienne, uto-aztèque). Contestée dans ses détails, la classification de Sapir est encore en usage dans le cadre de l’étude des langues nord-américaines [voir L’organisation sociale des tribus de la côte ouest].

Références :

Powell John W., Indian Linguistic Families of America North of Mexico, Washington, Government Printing Office, 1891, p. 1-142.

Handbook of American Indians North of Mexico, Washington, Smithsonian, 1907-1910. : En ligne : [https://archive.org/​details/​handbookamindians02hodgrich] et [https://archive.org/​details/​handbookamindians01hodgrich].

Sapir Edward, « Central and North American Languages », Encyclopœdia Britannica, Londres, 1929.

Meillet Antoine et Cohen Marcel, Les langues du monde, Paris, CNRS Éditions, 1952, p. 959-1065.

Strate culturelle (Culture stratum)

72Concept élaboré par les diffusionnistes allemands (Kulturschichte). Groupe de traits culturels introduits à une même époque dans une culture donnée.

Survivance (Survival)

73Hérité des sciences de la vie, ce concept a été largement exploité par les anthropologues anglo-saxons en des sens différents. Edward Tylor en donne la définition suivante : « Procédés, coutumes, opinions passés par la force de l’habitude dans un nouvel état de société (différent de celui qui leur avait donné naissance), qui demeurent comme les preuves et les échantillons d’une condition ancienne de culture dont la nouvelle est sortie » (introduction à Primitive Culture, ouvr. cité). Critiqué par les évolutionnistes américains (Lewis H. Morgan) qui l’estimaient inapplicable à l’étude du peuple américain (sans tradition), ce concept a été repris par les diffusionnistes et les ethnologues de l’école historique dans un sens assez proche de celui où l’entend Sapir : élément culturel arraché au contexte dont il tenait son existence et son sens et par là même vidé de toute signification culturelle. Malinowski refusa toute pertinence à ce concept.

Références :

Hodgen Margaret T., The Doctrine of Survivals. A Chapter in the History of Scientific Method in the Study of Man, Londres, Allenson, 1936.

Malinowski Bronislaw, A Scientific Theory of Culture and Other Essays, ouvr. cité.

Tablier de danse

74Pièces d’étoffe ou de cuir rituellement décorées que portent les danseurs.

Tipi

75Type d’habitation conique soutenue par une armature de perches se rejoignant au sommet et recouverts par des peaux de bisons cousues (Indiens des Plaines).

Totémisme

76Mot ojibwa, dont l’usage a été généralisé par les premiers ethnologues pour désigner un ensemble de croyances et de rites qu’ils supposaient communs à toutes les sociétés primitives : assimilation des membres d’un groupe social à des objets, des animaux, ou des plantes dont ils croyaient descendre ; interdiction de tuer ou d’absorber les animaux ou les plantes totémiques ; usage du totem comme un symbole du groupe ; totem considéré comme un génie tutélaire. Durkheim a vu dans le totémisme et les croyances qui lui étaient associées l’une des formes élémentaires de la vie religieuse. L’ethnologie moderne a dénoncé l’erreur qui consistait à faire du totémisme un phénomène universel, en montrant que ce concept recouvrait des réalités très différentes. Le seul trait commun à tous les systèmes proprement totémiques n’étant peut-être que la fonction, très générale, d’organiser des rapports entre l’homme et la nature (A. Radcliffe Brown).

Trait culturel (Cultural trait, cultural feature)

77Voir Élément de culture.

Tsa’yek

78Mot nootka se référant aux visions, aux songes, aux chants, aux cérémonies et à l’ensemble des activités d’où les sorciers-guérisseurs tirent leurs pouvoirs surnaturels.

TYLOR, Edward Burnett (1832-1917)

79L’un des premiers ethnologues britanniques. Longtemps considéré comme le père de l’école évolutionniste, il écrivait néanmoins, dès 1871 : « Civilization is a plant much more often propagated than developed ». Esprit encyclopédique, il s’efforça de donner une description totale des populations qu’il étudiait. Il fut longtemps conservateur de l’University Museum d’Oxford.

Références :

Tylor Edward B., Researches into the Early History of Mankind and the Development of Civilisation, Londres, Murray, 1865.

Tylor Edward B., Primitive Culture, Londres, Murray, 1871.

Tylor Edward B., Primitive Culture. Researches into the Development of Mythology, Philosophy, Religion, Language, Art and Custom, Londres, J. Murray, 1871, 2 vol. En ligne : vol. 1 [https://babel.hathitrust.org/​cgi/​pt?id=aeu.ark:/13960/​t2j68673g&view=1up&seq=8] et vol. 2 [https://babel.hathitrust.org/​cgi/​pt?id=aeu.ark:/13960/​t54f2j332&view=1up&seq=8].

Tylor Edward B., Anthropology. An Introduction to the Study of Man and Civilization, Londres, Macmillan, 1881.

Wigwam

80Mot algonkin. Type d’habitation dont la charpente était formée par une série de perches disposées en arceaux. Le toit bombé était recouvert de nattes tressées ou cousues, de plaques d’écorce ou encore de peaux cousues. Variable, la longueur de ces demeures dépendait du nombre d’arceaux.

WISSLER, Clark (1870-1947)

81Ethnologue américain. Élève de Boas, Clark Wissler développa en Amérique le concept d’aire vivrière (food area), les aires culturelles se définissant par les ressources alimentaires qu’elles procuraient (bison, saumon, manioc). Hostile au rapprochement entre la psychologie et l’ethnologie.

Références :

Wissler Clark, « Decorative Art of the Sioux Indians », Bulletin of the American Museum of Natural History, vol. 18, 1904. p. 231-278. En ligne : [http://hdl.handle.net/​2246/​1495].

Wissler Clark, « Material Cultures of the North American Indians », American Anthropologist, vol. 16, no 3, 1914, p. 447-505. En ligne : [https://www.jstor.org/​stable/​660623].

Wissler Clark, « Psychological and Historical Interpretation for Culture Science », Science, vol. 43, 1916, p. 193-201.

Wissler Clark, Man and Culture, New York, Thomas Y. Crowell Company, 1923. En ligne : [https://archive.org/​details/​in.ernet.dli.2015.5924/​page/​n7/​mode/​2up].

Wissler Clark, An Introduction to Social Anthropology, New York, Henry Holt and Co, 1929.

WUNDT, Wilhelm (1832-1920)

82L’un des fondateurs de la psychologie expérimentale.

Notes

1 [Dans cette édition, voir l’avant-propos de Christian Baudelot].

Auteur

Professeur émérite de sociologie au département de sciences sociales de l’École normale supérieure et chercheur au centre Maurice Halbwachs (CNRS/EHESS/ENS), il est spécialiste de l’éducation, de la sociologie du travail et du suicide.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search