Version classiqueVersion mobile

Anthropologie

 | 
Edward Sapir

Troisième section. Anthropologie et sociologie

La mode

Note de l’éditeur

Article publié pour la première fois sous le titre « Fashion », Encyclopædia of the Social Sciences, New York, MacMillan, 1931, vol. 6, p. 139-144. Édition Mandelbaum, p. 373-381.

Texte intégral

1Il est important de ne pas confondre le mot « mode » avec d’autres dont le sens est voisin, mais dont les connotations sont différentes. Une mode diffère d’un goût parce qu’elle implique que le groupe exerce une contrainte et ne laisse pas de choix à l’individu. Certes, il peut arriver qu’un choix résulte de la rencontre entre la mode et le goût. Supposons que la mode soit aux coloris simples et vifs ; on peut pencher pour le rouge parce qu’on le trouve plus conforme à son goût que le jaune ; si le goût n’avait pas été sous l’empire de la mode, on se serait peut-être décidé pour un ton plus nuancé. Aux yeux des connaisseurs, les exigences de la mode sont un défi pour le goût et demandent des compromis. Mais la moyenne des gens acceptent la mode comme elle vient, et il s’agit moins pour eux de la concilier avec le goût que de l’y substituer. Pour beaucoup, le goût ne se manifeste que sous la forme d’un conflit entre la mode du jour et une mode surannée, ou une mode en honneur dans un autre groupe que le sien.

2Une nuance approbative ou péjorative peut s’attacher au mot de mode. C’est un terme assez objectif dont les connotations affectives dépendent du contexte. Un moraliste dénoncera d’aventure un effet de mode dans certains comportements, mais le commun des mortels ne sera pas mécontent si on l’accuse de suivre la mode. Il en va autrement des engouements, qui sont objectivement du même ordre, mais ont un côté plus personnel et suscitent une désapprobation plus ou moins larvée de la part de la société. Les engouements sont le propre des coteries et de certaines personnes, alors que les modes sont le fait de groupes plus vastes ou plus représentatifs. Un goût qui s’affiche au mépris de la mode et risque ainsi de passer pour de l’idée fixe, voilà l’engouement. D’ailleurs, si l’engouement peut être très bref, il a toujours, contrairement à la mode, un je ne sais quoi d’inattendu, d’irréfléchi et de cocasse. Une mode qui paraît détonner ou qui choque par son anachronisme risque d’être déconsidérée et qualifiée d’engouement. Il y a des modes successives pour les raquettes de tennis, mais le jeu de mah-jong, jadis à la mode, prend rétrospectivement l’allure d’un engouement.

3Si la mode, en s’affaiblissant, conduit aux engouements, elle tire sa force de la coutume. Les coutumes, à l’encontre des modes, sont des modèles de comportement dotés d’une relative permanence. Elles se modifient, mais sans l’individu, et à son insu. La coutume est l’élément de permanence qui rend possibles les caprices de la mode. Si la coutume est la grande voie de communication entre les hommes, il est possible d’assimiler la mode aux chemins qui en partent et y ramènent sans cesse. Généralement, les modes se relayent, mais il arrive qu’une mode s’éternise et devienne une coutume.

4La mode est autre chose qu’une innovation éphémère de la coutume ; dans l’histoire humaine, les innovations sont souvent filles de la nécessité et durent tant que le besoin s’en fait sentir. Si la soie se fait rare et qu’on se met à utiliser régulièrement le coton pour fabriquer des vêtements traditionnellement en soie, cette substitution imposée par la force des choses a sans doute de l’importance pour le style et pour l’économie, mais ne constitue pas en soi une nouvelle mode. Par contre, si l’on choisit délibérément de remplacer la soie par le coton pour symboliser un retour vers la simplicité, ou bien pour voir ce que peuvent donner des modèles classiques dans des tissus ordinaires, il s’agit d’une nouvelle mode. Que les gens continuent à porter du coton après que la soie est revenue sur le marché, et le tour est joué.

5La mode est une coutume qui se donne pour autre chose qu’elle-même. Les individus normaux désirent, consciemment ou non, faire de temps en temps quelques entorses aux règles de la coutume. Ils ne sont pas en révolte ouverte contre elles, mais cherchent à légitimer leur transgression personnelle sans risquer de s’entendre reprocher leur désinvolture envers le bon goût et les bonnes manières. La mode offre une solution discrète à ce subtil débat. Les modestes écarts dans la conduite ou la tenue semblent de prime abord assurer le triomphe de l’individu ; mais comme les autres se rebellent de la même manière que lui, il a l’impression de vivre une aventure sans prendre de risques. La note personnelle qui se camoufle au cœur de la mode bénéficie du même coup d’un surcroît de singularité.

6Selon les individus et les classes sociales, la mode sera tantôt caprice légitimé par la société, tantôt forme nouvelle et inintelligible de tyrannie sociale. Les arbitres et les aventuriers de la mode sont sans doute ceux-là mêmes qui sont le plus sensibles au problème du compromis entre la liberté individuelle et le conformisme social, vérité implicite de la mode. Osons dire que la plupart des gens devinent cela plus ou moins et qu’ils s’en félicitent secrètement. Toutefois, une grande minorité ignore la complexité psychologique de la mode ; beaucoup y sacrifient uniquement pour ne pas avoir l’air ringards ou incapables de faire aussi bien que les voisins. Ces raisons-là d’être à la mode sont secondaires ; ceux qui s’y rangent sont de mauvais perdants tyrannisés par une coutume douteuse.

7On peut comprendre comment les modes se lancent et s’adoptent. Dans les sociétés complexes, l’ennui, enfant du désœuvrement et de la haute spécialisation des activités, engendre à son tour agitation et curiosité. Le désir de secouer le joug d’une existence trop bien réglée s’accroît du désir incessant d’ajouter à l’attrait de sa personne et de tous les autres objets d’amour et d’amitié. C’est justement dans les sociétés hautement fonctionnelles que le moi est à chaque instant convaincu d’impuissance. À son insu, l’individu est conduit à se replier sur soi-même et cherche de plus en plus à réaffirmer la réalité de son existence. Dans toute société où l’individu a cessé d’être la mesure de la société même, l’invention incessamment renouvelée du moi au moyen d’une série de menues entorses aux normes du moi social devient la douce hantise de l’individu normal. Il court le risque, toutefois, de se dépouiller à l’excès des symboles consacrés et de perdre sans retour sa propre identité. C’est ainsi que tant de gens aveuglés par le besoin de respecter la mode à la lettre sont victimes de leur frénésie et détruisent ses finalités mêmes. Même avec la meilleure volonté du monde, les femmes mûres n’arrivent généralement pas à jouer les nymphettes.

8Outre le désir d’affirmer son moi libidinal, les changements de la mode satisfont le désir plus commun d’acquérir prestige et notoriété. Elle devient l’emblème d’une distinction singulière ou de l’appartenance à un groupe qui passe pour être le parangon. L’adoption d’une mode par des cercles éloignés de l’épicentre permet de jeter une passerelle entre une classe sociale et la classe immédiatement supérieure. Si tous les membres d’une société sacrifient à la même mode, il est logique que disparaissent les satisfactions que permettaient les changements de première génération. Psychologiquement, une mode nouvelle devient nécessaire, et le cycle se perpétue.

9La mode est par excellence un concept historique. Une mode particulière est absolument incompréhensible si on l’extrait de la séquence formelle où elle est apparue. Il est extrêmement dangereux d’appliquer à une mode des schèmes rationnels ou psychologiques en s’inspirant de formules générales dont serait justiciable la catégorie formelle à laquelle elle semble appartenir. Il est absolument vain de chercher à expliquer certaines tenues, certaines coiffures ou l’emploi de certains produits de beauté sans passer par une analyse historique. Psychologiquement aussi bien qu’historiquement, autre chose est la mode des jambes nues en été chez les femmes modernes, autre chose la mode des jambes et des pieds nus chez les primitifs sous les tropiques. Pour se convaincre d’analyser la mode selon l’histoire, il n’est qu’à bien admettre ceci : fondamentalement, il faut l’évaluer en tant que variation au sein d’une série connue et répudiation de la mode immédiatement précédente.

10Les fluctuations de la mode dépendent du climat culturel et de l’idéal social qui l’inspirent. Sous la surface tranquille de la culture se cachent toujours de puissantes lames de fond psychologiques, dont la mode est aussitôt le jouet. Si une société démocratique est secrètement balayée par un courant de discrimination sociale, la mode se fera un jeu de lui prêter mille visages. Proteste-t-on ? On répliquera hypocritement que la mode n’est jamais que la mode, et qu’on ne saurait la prendre au sérieux. Si, dans une société puritaine, on s’impatiente de plus en plus ouvertement des manifestations extérieures de la pudeur, la mode trouvera facilement le moyen de satisfaire la curiosité sexuelle avec l’appui complaisant, mais faussement innocent, des bastions de la tradition. Étudiée à fond, l’histoire de la mode éclairerait beaucoup les fluctuations du sentiment et des attitudes au cours des âges. La mode, toutefois, ne franchit jamais définitivement les limites du raisonnable ; qui se laisse prendre au piège de ses rationalisations superficielles est seul à s’étonner de ses revirements incessants. Tout le monde avait compris d’emblée qu’après avoir tant raccourci, les robes s’allongeraient, sauf les gens qui ne croient pas à l’influence indiscutable du symbolisme sexuel sur le comportement humain.

11Si l’on a du mal à comprendre l’apparente inconstance des modes, c’est qu’on ne sait pas toujours précisément quels symbolismes inconscients s’attachent, dans une culture donnée, aux lignes, aux coloris, aux textures, aux postures et à toutes les autres formes d’expression. En outre, ce qui ne simplifie pas la compréhension, la même forme d’expression symbolise différentes choses selon les lieux. En Allemagne, par exemple, les caractères d’imprimerie gothiques sont un symbole de nationalisme ; en Grande-Bretagne, des caractères presque identiques (l’« Old English ») n’expriment pas du tout la même chose. Autrement dit, le même style d’écriture peut symboliser la haine de l’ennemi héréditaire ou bien évoquer avec une douce nostalgie le siècle des madrigaux et de la vaisselle d’étain.

12Il est un principe fondamental dans l’histoire de la mode ; les formes qui ne s’adaptent pas parfaitement au système de significations inconscientes de la culture où elles apparaissent sont relativement menacées. Certains excès du goût, qui sont exagérément « dans le vent », risquent de se retrouver à découvert, pour ainsi dire, et de se faire déborder par un assaut de significations qu’ils refusent de reconnaître. Gageons par exemple qu’en Amérique la mode du rouge à lèvres est plus menacée que la pointe de fard appliquée sur les pommettes. Ce n’est certes pas que le rouge à lèvres soit par nature plus immoral ; mais dans cette culture, il se trouve que le fétichisme des joues fraîches, naturellement avivées par le bon air de la campagne, fait partie de l’idéal traditionnel de la beauté féminine ; le rouge à lèvres, au contraire, évoque des passions exotiques, un Orient tout de flammes. On continuera pendant des siècles à appliquer du carmin sur ses joues parce que notre culture voue un culte, et pour longtemps sans doute, à la déesse nature ; mais si le rouge à lèvres doit survivre, c’est au prix d’un bouleversement culturel inspiré par la violence que rien ne laisse prévoir aujourd’hui. Symbole éphémère, il échappe à la pulsation profonde de l’histoire des modes.

13Les cultures très coutumières, comme les primitives, ne connaissent pas les fréquents revirements auxquels nous assistons ; le style y évolue progressivement et sa marche est irréversible. Ces sociétés valorisent le groupe et sanctifient la tradition, au détriment de l’expression individuelle qui reste entièrement inconsciente. Dans les grandes civilisations de l’Orient, dans l’Europe antique et médiévale, on constate que des changements de mode se propagent autour de certains foyers de haute culture, mais il faut attendre l’Europe moderne pour que le carrousel familier s’ébranle, avec son cortège de mutations saisonnières.

14L’accélération du rythme de la mode est due à l’influence de la Renaissance, qui a donné le goût de la nouveauté et qui a multiplié les choix offerts à la société européenne. La civilisation italienne est alors devenue l’arbitre du bon goût, suivie par la française, qui règne sans conteste aujourd’hui encore sur la création et la diffusion des modes. Encore le rôle de la Renaissance fut-il moindre que celui de la révolution industrielle et de l’avènement du peuple. La première a assoupli les techniques de diffusion ; la seconde a considérablement élargi une clientèle ayant les moyens et l’envie d’être à la mode.

15Actuellement, la mode gagne toutes les classes sociales. Elle a toujours été un symbole d’appartenance à une classe, et les êtres humains ont toujours été tentés de suivre les brisées des classes supérieures à la leur ; aussi n’est-ce pas d’aujourd’hui que les groupes inférieurs imitent les modes qui viennent d’en haut. Néanmoins, ces emprunts restaient prudents, parce qu’on attachait un grand prix au cloisonnement social. Dans le monde moderne, quels que soient les régimes politiques, il n’appartient plus à l’aristocratie du sang, mais à celle de l’argent de donner le ton et de régenter la mode. C’est un nivellement social plus apparent que réel, car la richesse, contrairement au rang, est un accident ou un avantage qu’on peut acquérir. Dans une ploutocratie, le plus déshérité est un riche en puissance ; la loi l’affirme et son cœur le lui murmure. Tous croient pouvoir également prétendre, si leur bourse le permet, aux signes extérieurs de la mode. À se répandre ainsi, elle se déprécie et doit se renouveler à une cadence anormale. Pour se protéger, les riches n’ont qu’un seul recours : faire valoir le luxe des matières premières. Mais l’excès trahit le nouveau riche, car la mode connaît les formes et les symboles, et non le prix de l’aune.

16Aujourd’hui, l’expansion de la mode est surtout due à deux facteurs : progrès dans la production et la circulation des marchandises, intensification des rapports directs ou indirects entre les foyers de l’élégance et les confins du monde civilisé. On investit sans compter dans les circuits de fabrication et de diffusion. Les profits sont très élevés au départ, mais décroissent assez vite ; aussi les hommes d’affaires ont-ils intérêt à encourager l’inconstance naturelle de la mode. La diversité croissante des activités modernes y est aussi pour quelque chose. La coupe d’une robe ou la forme d’un chapeau évoquent selon les besoins l’alpinisme, la discipline militaire, la conduite automobile, la danse figurative ou la prostitution camouflée. Nul ne se cantonne dans son rôle social ni même dans les légères variations qu’il autorise ; chacun est libre de se conduire comme le lui ordonne sa fantaisie personnelle. Les loisirs plus nombreux et le pouvoir d’achat accru de la bourgeoisie, qui lui assurent en apparence une situation voisine de celle de l’aristocratie d’autrefois, sont autant d’aiguillons qui incitent aux changements, comme d’ailleurs l’émancipation psychologique et économique de la femme et les occasions plus nombreuses d’oser de nouvelles toilettes et de nouvelles parures.

17Dans nos sociétés actuelles, la mode féminine est plus versatile que la mode masculine. Non seulement elle change plus vite et davantage, mais elle offre une gamme de choix plus étendue. À d’autres époques, dans d’autres civilisations, c’est la mode masculine qui se montre la plus exubérante. Ce qu’on prêtait naguère à la femme éternelle, il faut désormais l’imputer à sa condition économique et sociale. Que la femme soit l’objet de prédilection de la mode s’explique par la psychologie de notre civilisation. La femme plaît par l’être et le paraître, non par l’œuvre. Peu importe si elle le doit à une loi historique ou à une nécessité biologique. La femme mariée est encore sous tutelle et doit prouver qu’elle est désirable en réaffirmant sans cesse son pouvoir de séduction par l’attrait de modes nouvelles. Dans les classes riches et, par imitation, dans les plus pauvres, la femme est devenue une denrée de luxe pour qui l’on « fait des folies ». Elle est de ce fait le symbole du statut économique et social de son conjoint. La femme est en passe de jouer un rôle entièrement nouveau dans la société, mais on ne peut pas dire encore si la mode féminine s’y dépouillera de ses extravagances.

18Nous l’avons dit : des intérêts puissants sont en jeu dans ces changements. L’inconstance, que le créateur à la fois encourage et redoute, ne va pas sans risques. Une erreur répandue consiste à croire que les modélistes professionnels font la pluie et le beau temps. Ce n’est vrai que superficiellement ; en fait, ils sont aux ordres de nombreux décideurs. Leurs créations doivent avant tout enrichir le fabricant, de sorte que, par-delà les facteurs purement psychologiques, il leur faut compter avec les impératifs matériels que sont les techniques de fabrication et le marché des tissus. En outre, le modéliste doit avoir un sens très sûr de ce qui se fait et savoir jusqu’où il peut aller. Il lui faut devancer intuitivement les aspirations latentes. Il s’agit moins d’imposer des choix que de faire aimer à la clientèle ce qu’elle souhaitait inconsciemment. Aussi les profits des créateurs de la mode dépassent-ils de très loin le prix de revient des articles. Le créateur et le modéliste qui l’assiste monnayent la curiosité et la vanité de leurs clients ; il leur faut en revanche se prémunir contre les aléas du métier. Les historiens de la mode soulignent à l’envi l’impuissance des hommes d’affaires à lutter contre des courants déclenchés par des facteurs psychologiques. Une mode a beau satisfaire aux canons de l’esthétique, elle risque le fiasco si elle s’inscrit à contre-courant ou ne fait rien pour extérioriser une tendance qui cherche à s’exprimer.

19La diffusion de la mode est un phénomène relativement simple et automatique. Grâce à la faveur dont jouissent les magazines et les gravures de mode, aux nombreux circuits de communication entre les créateurs et les réseaux de distribution et aux méthodes modernes de commercialisation, une mode qui réussit à Paris s’implante en un rien de temps à Chicago et à San Francisco. S’il ne fallait à tout prix écouler rapidement les stocks, les articles envahiraient plus vite encore les provinces américaines les plus reculées. Le consommateur moyen constate périodiquement avec le plus grand dépit que sa garde-robe passe de mode et se déprécie. Il se plaint amèrement et raille les nouveautés, puis un beau jour il succombe, vaincu par des symboles de comportement qu’il ne comprend pas bien. Mais ce qu’il ne reconnaîtra jamais, c’est qu’il scie lui-même la branche sur laquelle il se campe.

20La mode a toujours eu de piètres détracteurs. Elle a attiré les foudres de l’Église et des satiristes, sous prétexte que chaque mode nouvelle attire l’attention sur les formes du corps humain et outrage ainsi la pudeur. Il en est, nous le savons bien, qui cherchent effectivement à l’outrager, mais, au-delà de ces cas d’espèce, la critique s’en prend au phénomène de la mode en tant que tel. L’accusation est tout à fait fondée, mais parfaitement stérile. Les humains ne cultivent pas la pudeur ; ils aspirent à être aussi expressifs, c’est-à-dire impudiques, que le permet le respect humain ; la mode les aide à résoudre leur dilemme. Quant à l’argument du gaspillage, qu’on brandit aussi, il n’a jamais convaincu personne. Le gaspillage ne compte pour rien auprès des valeurs s’il s’en trouve, et ce d’autant moins qu’elles sont à la fois égoïstes et inconscientes. On a fait valoir également que la mode impose l’uniformité contre le gré des gens, mais l’accusation est moins solide qu’il n’y paraît. L’individu en société est très rarement porteur d’une volonté affirmée d’expression. Pour le plus grand nombre, il s’agit de choisir entre l’immutabilité des coutumes et leur caprice légitime qu’est la mode.

21La mode a intimement partie liée avec le moi. Elle règne donc naturellement sur la mise et la parure. Mais il est d’autres symboles du moi qui, pour être moins intimes avec le corps, obéissent presque autant aux lois psychologiques de la mode. Ainsi des articles d’usage courant, des distractions, de l’ameublement. Devant les fluctuations qui agitent ces formes d’expression plus lointaines, les sujets réagissent différemment ; il n’est donc pas possible de circonscrire précisément le champ d’action des modes. En tout cas, on remarque que l’ameublement et les distractions sont soumis aux mêmes fluctuations et aux mêmes cycles que le vêtement et la parure, et qu’ils sont acceptés tout aussi aveuglément.

22À entendre certains, les pensées, les mœurs et les façons de vivre auraient aussi leurs modes. Il ne faut pas croire que c’est une métaphore ou une fadaise ; affirmer cela, au contraire, c’est prouver qu’on devine parfaitement la signification de la mode. Certes, elle est d’abord ce qui habille et met le corps humain en valeur ; mais ce n’est pas au vêtement ni à la parure qu’elle s’intéresse, c’est à ce qu’ils symbolisent. Une pensée, une morale, un art peuvent très bien être l’équivalent spirituel d’un accoutrement du moi. On peut embrasser le catholicisme ou la Science chrétienne comme d’autres collectionnent les étains ou se vouent à la mode parisienne dernier cri. Ni les croyances ni les attitudes, en tant qu’elles sont des usages, ne sont des modes. Si les hommes d’aujourd’hui portent le pantalon, ce n’est pas une mode ; c’est l’usage. La mode règle la longueur du pantalon, impose des coloris, exige ou bannit le revers, et c’est là tout. De même, pratiquer une religion n’est pas en soi une mode, mais que l’individu trouve bon d’en choisir une autre non par nécessité, mais parce qu’il veut acquérir symboliquement un nouveau statut, alors on a lieu de dire que ce revirement est un effet de mode.

23L’effacement de la fonction par rapport au symbole dans l’expression du moi, tel est le caractère implicite de toutes les modes.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search