Version classiqueVersion mobile

Anthropologie

 | 
Edward Sapir

Deuxième section. Culture et personnalité

L’instinct et l’inconscient selon le Dr Rivers

Note de l’éditeur

Article publié pour la première fois sous le titre « A Touchstone to Freud », The Freeman, vol. 5, 1921, p. 357-358. Édition Mandelbaum, p. 528-529.

Texte intégral

  • 1 [William Halse Rivers Rivers (1864-1922)].

1Le Dr Rivers1* n’a examiné qu’une seule catégorie de malades : des combattants, chez qui le conflit psychique responsable de la névrose était sans doute lié à l’instinct de conservation éveillé par le danger. L’hystérie et la « névrose d’angoisse » décrites par Freud sont ici des réactions morbides en présence du danger, qui inhibent la panique sans faire accepter à l’organisme l’agression réelle que réclame la survie.

  • 2 [Instinct and the Unconscious. A Contribution to a Biological Theory of the Psycho-Neuroses, Cambr (...)

2Les symptômes décrits par le Dr Rivers dans ce livre2 ressemblent trop à ceux que Freud et quelques autres attribuaient à la sexualité pour que nous pensions avoir affaire à un type de névrose particulier. Il faut donc conclure que l’une des deux interprétations, celle de Freud ou celle du Dr Rivers, a besoin d’être rectifiée, ou étoffée au contact de l’autre. Nous nous permettrons de remarquer qu’on a peut-être trop insisté sur le rôle déterminant de certains types de « complexes ». Les instincts réprimés qui se cachent sous ces complexes n’ont rien à voir avec les systèmes de réactions bien cloisonnés que les discussions psychologiques laissent apparaître ; on découvre que la cause physiologique ultime de la névrose réside dans le modèle d’activité nerveuse implicite auquel obéit l’organisme individuel. Ce modèle fonctionne de manière permanente et se déclare sous une forme morbide lorsque certains éléments constitutifs s’irritent sous le coup d’une émotion.

3Tous les individus sont en proie à des conflits pathogènes ; d’où il s’ensuit, semble-t-il, que la névrose se définit par un facteur quantitatif. Certains faciès nerveux ont une élasticité qui préserve la forme, contrairement à d’autres. On ne pourra jamais analyser rationnellement le refoulement et la névrose tant qu’une théorie ne nous dira pas à quelles lois obéit la pulsion nerveuse : quantité relative, vitesse, accélération, et diffusion – en d’autres termes, tant que nous n’aurons pas décrit les rythmes nerveux essentiels de l’organisme.

4En attendant, le livre du Dr Rivers ne laisse aucun doute ; le Dr Freud et ses émules ont grandement surestimé l’influence de la sexualité dans les conflits pathogènes ; toutefois il reste vrai que le conflit sexuel est l’un des plus éprouvants que l’organisme humain ait à souffrir. À mon sens, c’est dans le domaine de la psychologie pure que le freudisme s’est montré le plus précieux. Les points de vue originaux de sa théorie, le « complexe d’Œdipe » comme image normative, l’interprétation rigide de certains symboles ou la nature strictement sexuelle de certaines réactions chez l’enfant sont presque toujours sans fondement, ou bien encore sont victimes d’une fausse perspective ; mais le Dr Freud a eu le mérite inappréciable de démonter les rouages fondamentaux du psychisme. Le complexe affectif, le refoulement occasionné par un conflit, l’extériorisation par le symptôme des pulsions refoulées, le transfert affectif, la canalisation ou le regroupement des pulsions, le psychisme de la régression, autant de précieuses découvertes sur les mécanismes de l’« âme » humaine. Ces concepts, ainsi que quelques autres, le psychologue y tient beaucoup ; mais ils lui serviront de pierre angulaire, et leur sens ne lui apparaîtra pas tout de suite dans toute sa richesse. Le Dr Rivers nous aide à les comprendre, mais sur le mode implicite. La nouveauté des cas et des hypothèses, le primat du mécanisme sur le contenu, voilà qui nous offre la précieuse pierre de touche de l’antithèse.

Notes

1 [William Halse Rivers Rivers (1864-1922)].

2 [Instinct and the Unconscious. A Contribution to a Biological Theory of the Psycho-Neuroses, Cambridge, University Press, 1920].

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search