Version classiqueVersion mobile

Anthropologie

 | 
Edward Sapir

Deuxième section. Culture et personnalité

Sur la méthode psychanalytique d’Oskar Pfister

Note de l’éditeur

Article publié pour la première fois sous le titre « Psychoanalysis as a Pathfinder », The Dial, vol. 63, 1917, p. 267-269. Édition Mandelbaum, p. 522-525.

Texte intégral

1La psychologie freudienne a connu un destin qu’on aurait pu aisément lui prédire. Accueillie d’abord avec un mélange de dérision et de dégoût, elle n’est plus aujourd’hui menacée ; bien plus, elle connaît (faut-il dire malheureusement ?) un franc succès dans tous les milieux.

2Certains poètes retrouvent des accents whitmaniens pour chanter la libido de Jung*, un dérivé métaphysique de l’école psychanalytique ; des médecins d’occasion vous dénouent comme un rien des « complexes » homosexuels chez un névropathe après une demi-heure d’entretien. Il y a des gens profondément convaincus de l’importance bouleversante des mécanismes psychologiques mis au jour par Freud et qui, sans ignorer les critiques auxquelles s’expose une certaine théorie psychanalytique, admirent les perspectives innombrables qu’elle offre à la recherche. Ceux-là osent espérer qu’une popularité quelquefois équivoque ne viendra pas entraver l’étude des problèmes irritants soulevés par la psychologie de Freud. Il nous faut de toute urgence sonder cette nouvelle psychologie avec la plus grande objectivité. Il faut surtout chercher comment la concilier avec son aînée, la psychologie orthodoxe des états conscients. Il faut enfin éliminer impitoyablement ce qui paraît superflu ou tant soit peu gratuit. L’attitude polémique qu’adoptent les psychanalystes à l’égard des maîtres de la vieille école, toujours sceptiques, n’est pas faite pour durer. Il faudra bien que les écoles ennemies acceptent quelques compromis et trouvent un modus vivendi.

3Jusqu’ici, le brillant inventeur de la psychanalyse l’a marquée de sa griffe ; autour du centre vital de la théorie, plus d’un trait porte l’empreinte du maître, de manière parfois injustifiée au regard de ce qui reste inappréciable : avoir prouvé qu’il existe, au sein de l’inconscient, des « complexes » à caractère affectif et des tendances refoulées directement issues de la vie instinctive qui se manifestent dans la vie consciente sous forme de nombreux phénomènes psychiques apparemment sans lien les uns avec les autres – rêves, actes manqués ou compulsifs, symptômes névrotiques. On peut croire au bien-fondé des grands principes freudiens sans accepter aveuglément les à-côtés de sa psychologie : interprétation apparemment à sens unique des perversions sexuelles, nature composite de l’instinct sexuel. À tout le moins, il est certain qu’il faudra complètement rebattre les cartes. C’est ce qui s’est produit avec la théorie évolutionniste : il n’y a pas longtemps que le principe de la sélection naturelle, que Darwin avait surestimé, a repris sa vraie place parmi les autres. Jusqu’ici, les psychanalystes semblent prêts à prendre toute la théorie freudienne pour argent comptant. On n’entend à l’occasion que des critiques de détail. Même la dissidence jungienne, dont on fait grand cas, ne cherche qu’à généraliser et à exploiter des aspects douteux de la théorie freudienne. Je pense surtout à la façon dont Jung érige le symbole en principe d’interprétation et à l’audace avec laquelle il applique les principes de la psychanalyse individuelle aux phénomènes culturels.

4Envisageons maintenant l’appareil théorique mis en place par le psychanalyste. On peut se demander, abstraction faite des détails et de la technique de l’analyse, ce que l’école freudienne a apporté de nouveau à la psychologie. Avant tout, une attitude et une méthode nouvelles au service de l’exploration du psychisme. La psychologie orthodoxe, si elle renie le vieux fonds de commerce des facultés mentales, n’a jamais su envisager le vaste appareil des phénomènes individuels comme un tout organique enraciné dans la plus primitive des formes de psychisme connues, les instincts. Il serait exagéré de prétendre que la psychanalyse a su reconstituer la hiérarchie des phénomènes psychiques ; elle montre toutefois plus d’opiniâtreté envers la dynamique propre du psychisme individuel, et elle est de ce fait mieux armée pour mettre au jour peu à peu l’enchaînement qui associe l’instinct au psychisme complexe. La psychanalyse saisit des tranches entières de vie psychique dans le vif de l’expérience ; elle ne distille pas le psychisme goutte à goutte pour en faire des coupes microscopiques ou des tableaux analytiques. En somme, l’ancienne psychologie est une anatomie de l’esprit, parfois très fine ; la psychanalyse pose les jalons d’une physiologie, pour l’instant bien sommaire encore. À reconnaître clairement la différence de méthode, on constatera que les deux psychologies ne sont nullement antagonistes. Elles saisissent différemment leur objet. À la longue, on verra qu’elles sont indispensables et parfaitement compatibles.

5En second lieu, il faut savoir gré à la psychanalyse d’avoir étudié la nature et le fonctionnement de l’inconscient. Pour elle, ce n’est point le deus ex machina négatif qui permet d’expliquer à peu de frais la mémoire et de poser en principe la continuité de la personnalité. C’est la coulisse, combien réelle, combien active, d’où sont tirées les ficelles qui font danser les marionnettes du moi conscient. La psychologie de Freud a dénoncé l’erreur monumentale qui consistait à poser naïvement la conscience comme un système clos dont les motivations s’expliquaient sans erreur possible par son seul contenu.

6Une des perspectives les plus riches, quoiqu’elle soit à mon sens négligée par les psychanalystes, est celle qu’ouvre la conception quantitative de l’affectivité et de la volonté. Il ne s’agit pas de mesurer des réactions en laboratoire dans des conditions expérimentales, mais d’écouter la psychanalyse dire que certains mouvements d’affects n’émergent pas toujours dans la conscience et sont en partie refoulés dans l’inconscient ou réapparaissent sous d’autres formes : elle nous parle bien là de phénomènes quantitatifs. Il semble qu’on évoque ainsi nécessairement un quantum théoriquement mesurable d’affectivité ou d’élan de volonté qu’on peut ensuite fractionner et faire entrer dans toutes sortes de combinaisons. Les concepts que fait naître cette hypothèse sont à peine élaborés. Je ne serais pas surpris si la formulation quantitative des phénomènes psychiques, aujourd’hui en germe, donnait un jour à l’analyse du fonctionnement psychologique une rigueur dont nous n’avons guère idée actuellement.

7Il faut aussi inscrire à l’actif du freudisme des découvertes mieux délimitées et généralement admises. Genèse et traitement des névroses et, dans une bien moindre mesure, des psychoses (qui relèvent de la démence) ; fréquence et importance fondamentale de la formation des symboles au sein de l’inconscient qu’il faut absolument comprendre pour éclairer les problèmes religieux et esthétiques ; analyse et interprétation des rêves ; importance primordiale du psychisme sexuel, non seulement dans ses fonctions propres, mais sous ses formes apparemment les plus lointaines ; retentissement décisif sur la vie adulte des expériences psychiques de l’enfance et tendance constante à régresser vers elles ; éclaircissements sur la question du déterminisme mental. On pourrait citer bien d’autres points, tantôt convaincants, tantôt contestables. Pour tout dire, il n’est pas de révolution scientifique qui ait aussi spontanément, aussi heureusement débouché sur de nouvelles perspectives. Il est vrai que ni les problèmes ni les solutions ne sont encore parfaitement clairs, mais ce que nous avons entrevu promet évidemment les plus beaux résultats que la science de l’esprit ait jamais produits.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search